Forte croissance de la population dans les six départements de Provence-Alpes-Côte d'Azur

De
Publié par

La population de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est estimée, au 1er janvier 2006, à 4,8 millions d'habitants. 10 % de ses habitants n'habitaient pas dans la région 5 ans auparavant. Tous ses départements, en particulier les départements alpins, connaissent une croissance rapide de la population. La plupart des communes-centre des principales agglomérations gagnent de la population, alors que la majorité en perdaient au cours des années 90. Mais c'est dans les communes périurbaines éloignées, notamment dans le moyen pays, que la progression démographique est la plus rapide en valeur relative. Pour en savoir plus
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SUD INSEE
N° 101 - janvier 2007 l'essentiel
Forte croissance de la population
dans les six départements
de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Bretagne, des Pays de la Loire et deLa population de la région Pro-
Rhône-Alpes.Ilestnettementsupérieur
vence-Alpes-Côte d'Azur est es-
au rythme d'accroissement de la France
ertimée, au 1 janvier 2006, à 4,8 métropolitaine(0,6%paranenmoyenne).
millions d’habitants. 10 % de ses
Dans certaines de ces régions en forte
habitants n‘habitaient pas dans la croissance, et notamment en Provence-
Alpes-Côted'Azur,l’excédentdesnais-région 5 ans auparavant. Tous ses
sances sur les décès (excédent naturel)
départements, en particulier les dé-
contribue de façon non négligeable à la
partements alpins, connaissent une croissance démographique. Celle-ci est
cependant surtout alimentée par les mi-croissance rapide de la population.
grations en provenance des régions si-
La plupart des communes-centre tuées au nord et à l’est, et en particulier
de la région Parisienne. Si on ne prenddes principales agglomérations ga-
encomptequeleséchangesmigratoires
gnent de la population, alors que la
aveclesautresrégionsdeFrancemétro-
(1)majorité en perdaient au cours des politaine , l’Ile-de-France contribue
pour près de 60 % à l’excédent migra-années 90. Mais c’est dans les com-
toire régional de Provence-Alpes-Côte
munes périurbaines éloignées, no- d'Azur. Parmi les régions de province,
le Nord-Pas-de-Calais apporte la plustamment dans le moyen pays, que
fortecontributionàcetexcédentmigra-
la progression démographique est
toire (entre 2 500 et 3 000 personnes
la plus rapide en valeur relative. par an), car il y a beaucoup plus de
migrations de cette région vers Pro-
vence-Alpes-Côte d'Azur que de mou-
vements inverses.La population de la région Provence-
Alpes-Côte d'Azur est estimée, au
er Environ10 %deshabitantsactuelsdela1 janvier2006,à4781 000personnes.
région n’y habitaient pas 5 ans aupara-Larégionagagnéprèsde280 000habi-
vant. C’est plus qu’en Rhône-Alpestants depuis 1999, soit environ 40 000
(8 %)etmoinsqu’en Languedoc-Rous-par an contre moins de 30 000 au cours
sillon(13 %).Parmieux,2 %résidaientde la décennie 90. Le rythme d’accrois-
auparavantàl’étranger,et8 %dansunesement de la population de la région
autre région de métropole ou dans un(0,9 %paran)estmoinsélevéquecelui
département ou territoire d’outre-mer.desesvoisinesméridionalesduLangue-
doc-Roussillon (1,4%), Midi-Pyrénées
(1) On ne dispose pas d’informations sur les migrations
de la région vers l’étranger : il n’est donc pas possible de(1,1%) et Corse (1,0 %), et sensible-
calculer un solde migratoire prenant en compte l’ensemble
ment égal à celui de l’Aquitaine, de la des migrations.
© Insee 2007SUD INSEE
N° 101 - janvier 2007
l'essentiel
Ces nouveaux arrivants sont jeunes Un taux de croissance démographique proche de celui de Rhône-Alpes et
-plusdesdeuxtiersontmoinsde40ans inférieur à celui du Languedoc-Roussillon
contremoinsdelamoitiépourlapopu-
Régions Estimations de Total annuel moyen d'évolution 1999-2006 ( %)
lation totale- et diplômés: 38% sont population au
er Total Dû au Dû au solde apparent1 janvier 2006diplômés de l’enseignement supérieur solde des entrées et des(en milliers)
naturel sortiescontre 20% pour la population totale.
Provence-Alpes-Côte d'Azur 4 781 0.86 0.22 0.64L’activité économique est, en PACA
Languedoc-Roussillon 2 520 1.36 0.12 1.24
commeailleurs, leprincipal moteurdes Midi-Pyrénées 2 755 1.11 0.12 1.00
mouvementsmigratoiresdelonguedis- Rhône-Alpes 6 005 0.90 0.52 0.38
France métropolitaine 61 167 0.64 0.39 0.25tance. Les nouveaux arrivants sont en er
Source : Insee - Recensement de la population 1999 et estimations de population au 1 janvier 2006
majorité actifs : 55 % d’entre eux ont
unemploiouenrecherchentun,contre Croissance rapide de la population dans les six départements de la région
47% pour la population totale. Les re- Taux annuel moyen d'évolution
1999-2005 (%)traités, enfin, ne représentent que 12%
Départements Estimation de Evolution de Total Dû au Dû au soldedes nouveaux habitants de la région,
population au la population solde apparent des entrées
erdeux fois moins que leur part dans la 1 janvier 2005 1999-2005 naturel et des sorties
populationrégionale(23 %) :onmigre Alpes-de-Haute-Provence 153 000 14 000 1,6 0,0 1,6
Hautes-Alpes 132 000 10 000 1,4 0,2 1,2moins aux âges avancés.
Alpes-Maritimes 1 064 000 53 000 0,9 0,0 0,9
Bouches-du-Rhône 1 906 000 72 000 0,6 0,4 0,2
Var 967 000 69 000 1,3 0,1 1,2Plus de la moitié de
Vaucluse 529 000 30 000 1,0 0,3 0,7
erl’excédent migratoire est Source : Insee - Recensement de la population 1999 et estimations de population au 1 janvier 2005
désormais composé de
Lacroissancedelapopulations’estpar-personnes d’âge actif
Une croissance ticulièrement accélérée, depuis la dé-
cennie 90, dans les trois départementsLes résultats de l’enquête de recense- démographique rapide
alpins: son rythme a plus que doublémentde2005confirmentceuxdel’en- dans les six départements de
danslesAlpes-de-Haute-Provence.C'estquête de 2004 (cf. SIE n° 82, juin la région
un des départements français qui pro-2005). Si on ne prend en compte que
gresse le plus rapidement, alors qu’il neles échanges migratoires avec les au- La population des six départements de
efiguraitqu’àla16 placedanslesannéestres régions de France métropolitaine, la région croit à un rythme égal (Bou-
90.Aucoursdecettepériode,lesAlpes-l’augmentation récente de l’excédent ches-du-Rhône)ousupérieuraurythme
de-Haute-Provence gagnaient moins demigratoire concerne essentiellement la national. Les Bouches-du-Rhône ont
1000 habitants supplémentaires par antranche d’âge des 30-59 ans, celle des gagné 72000 habitants en 6 ans, de
(2) (3) contre plus de 2300 aujourd’hui. Dansâges actifs : leur taux d’entrée aug- 1999 à 2005 , le Var 69000, les
lesHautes-Alpes,onestpasséde900ha-mentealorsqueleurtauxdesortiereste Alpes-Maritimes 53000, le Vaucluse
bitants supplémentaires par an à 1700presquestable.Lespersonnesâgéesde 30000. Les départements des Alpes-de-
aujourd’hui. Dans les Alpes-Maritimes,30à59ansreprésententdésormaisplus Haute-Provence et des Hautes-Alpes,
de 4200 à 8900. L’accélération estdelamoitiédusoldemigratoireinterne. beaucoup moins peuplés (ils représen-
moinsrapide,maisnéanmoinssignifica-tent chacun environ 3% de la popula-
tive, dans les trois autres départements:Lestauxmigratoiresdesjeunesenétudes tion régionale) ont néanmoins gagné
on est passé, dans les Bouches-du-supérieures ou en début de vie active respectivement 14000 habitants et
Rhône,de8400habitantssupplémentai-(tranche des 20-29 ans) sont, comme 10000 habitants en 6 ans.
resparanà12000aujourd’hui,de9000dans la plupart des autres régions fran-
(3) Compte tenu des informations disponibles, les esti- à 11500 dans le Var, de 3600 à 5000çaises, élevés et en forte augmentation. ermations régionales de population sont calculées au 1
erjanvier 2006 pour les régions, et au 1 janvier 2005 pour dansleVaucluse.Comme l’augmentation des entrées
les départements.
équilibrecelledessorties,l’excédentmi-
gratoire de cette tranche d’âge ne varie
L'augmentation de l'excédent migratoire est due aux arrivants d'âge actifpasbeaucoup.Lesjeunesde20à29ans
représententenviron11%del’excédent Tranches Taux annuel de migration nette Taux annuel d'entrée Taux annuel de sortie
d'âge (p. 10 000) (p. 10 000) (p. 10 000)migratoire interne. Les taux d’entrée et
1990-1999 1999-2004 1990-1999 1999-2004 1990-1999 1999-2004desortiedespersonnesde60ansetplus,
Total 36,5 44,7 188 208 151 164enfin, diminuent à peu près au même
20-29 ans 41,7 42,3 303 411 261 369
rythme. Elles représentent environ 18% 30-59 ans 38,9 52,2 195 215 157 163
del’excédentmigratoireinterne. 60 ans et plus 30,1 31,3 108 103 78 72
Champ : population des ménages, personnes âgées de plus de 4 ans.
(2) Le taux d’entrée est le rapport entre le nombre de per-
Lecture : actuellement, environ 411 jeunes de 20 à 29 ans sur 10 000 migrent dans la région chaque année,sonnes migrant chaque année dans la région et la popu-
tandis que 369 quittent la région. Le solde migratoire qui en résulte, de 42,3 jeunes sur 10 000, est quasimentlation moyenne de la région sur la période considérée. Il
inchangé par rapport aux années 90.s’agit d’une estimation qui ne prend en compte que les
échanges internes entre régions métropolitaines. Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999 et enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005
© Insee 2007SUD INSEE
N° 101 - janvier 2007
l'essentiel
Taux annuel moyen d’évolution 1999-2005Taux annuel moyen d’évolution 1999-2005 Taux annuel moyen d’évolution 1999-2005
dû au solde apparent des entrées et sortiesdû au solde naturel
ROYAUME-UNIROYAUME-UNI BELGIQUE BELGIQUEROYAUME-UNI BELGIQUE
ALLEMAGNELUXEMBOURG ALLEMAGNE LUXEMBOURGLUXEMBOURG ALLEMAGNE
SUISSE SUISSESUISSEEn % par an En % par anEn % par an
1 11
0,5 0,50,5
ITALIE ITALIEITALIE
0,1 0,10,1
- 0,1 - 0,1- 0,1
ANDORREANDORRE ANDORRE
ESPAGNE ESPAGNEESPAGNE
Source : Insee - Recensement de la population 1999. Source : Insee - Recensement de la population 1999. Source : Insee - Recensement de la population 1999.
Estimations de population. Etat civil Estimations de population. Etat civil Estimations de population. Etat civil
Dans quatre départements de la région, Ilaétépossible,avectroisenquêtesde Progression des petites
les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute- recensement, de publier une estimation communes, notamment
Provence,lesAlpes-MaritimesetleVar, de population pour 21 autres grandes dans le moyen pays en
la croissance démographique est exclu- communes. La plupart, à l'exception de
périphérie des grandes
sivement due à l’excédent des arrivées Marignane et Vitrolles, ont gagné des
agglomérations
sur les départs: le solde naturel est nul habitants,souventàunrythmesoutenu:
ou très faible. Dans les Bouches-du- la population de Saint-Laurent-du-Var,
La croissance est également générale
Rhône, au contraire, l’excédent des Grasse,Draguignan,Salon-de-Provence,
danslespetitescommunesdemoinsde
naissances sur les décès contribue pour Cagnes-sur-Mer, Saint-Raphaël, Cavail-
10 000 habitants : plus de 85 % des
plus de 60% à la croissance démogra- lon progresse de plus de 1% chaque
532 petites communes enquêtées en
phique: c’est le département qui a, de année. Miramas, Istres, Gap, Fréjus ne
2004,2005ou2006ontgagnédelapo-
loin, le plus faible excédent migratoire sont pas loin de ce chiffre.
pulation depuis 1999. Celles qui ont
de la région, et c’est aussi celui qui a le
perdu des habitants l’ont fait dans de
plusfortexcédentnaturel.DansleVau- Certaines communes, souvent situées très faibles proportions.
cluse,l’excédentnaturelcontribuepour en seconde couronne d’aires urbaines,
un tiers à la croissance démographique. ontunepopulationjeuneetunexcédent La croissance démographique des peti-
naturelélevé:c’estlecasàIstres,Mari- tes communes de la région provient,
gnane, Vitrolles, Miramas, ainsi qu’à pour l’essentiel, des mouvements mi-Le regain d’attractivité Marseille, Orange, Avignon. Au total, gratoires.Cependant,lemouvementna-
des villes-centre l’excédent naturel est le principal mo- tureln’estpasnégligeable:dansplusde
teur de la croissance démographique la moitié d’entre elles, le nombre de
dans environ un tiers des 31 grandes naissances, comptabilisées au lieu deAu cours de la décennie 90, la popula-
communes publiées dans la région. domicile de la mère, est supérieur aution de sept des dix communes de plus
nombrededécès,etdansunecommunede 50000 habitants de la région, dont
Les communes du littoral, à l’excep- enquêtée sur quatre, cet excédent con-les trois premières Marseille, Nice et
tion de Marseille, ont au contraire une tribue pour plus de la moitié à la crois-Toulon, avait diminué ou stagné. La si-
population relativement âgée et un sance démographique de la commune.tuation de la première moitié de cette
solde naturel faible ou même négatifdécennieestbiendifférente,avecunre-
comme à Cannes ou Saint-Raphaël. Parmi les 450 petites communes ayanttour vers le centre des grandes aires
Lesmigrationsexpliquentalorslatota- gagné de la population, 24 ont gagnéurbaines: à l’exception de La Seyne-
lité de la croissance démographique. plus de 100 habitants par an : dix-septsur-Mer,touchéeparlacrisedelacons-
d’entreellessontsituéesdansleVarettructionnavaleetdontlapopulationdi-
Au total, la plupart des communes de les Bouches-du-Rhône, dans la péri-minue,etAntibes,dontlaest
plus de 20 000 habitants de la région phérieplusoumoinséloignéedesairesstable,lesplusgrandescommunesdela
gagnent désormais de la population, et urbaines d'Aix-Marseille et de Tou-régionontvuleurpopulationaugmenter
toutes, à l’exception de La Seyne-sur- lon ; quatre dans le Vaucluse entreentre 1999 et 2005: Marseille gagne
Avignon et Carpentras ; deux, enfin,Mer, ont retrouvé ou dépassé leur po-23000 habitants en 6 ans, Toulon,
dans les Alpes-Maritimes : Mouans-Aix-en-Provence, Nice, Avignon entre pulation de 1990, même si certaines
ontvuleurtauxdecroissancediminuer Sartoux entre Grasse et Cannes-Anti-4800et6100,Cannes,ArlesetHyères
par rapport à la période antérieure. bes et Levens, au nord de Nice. Cesentre 1800 et 2800.
© Insee 2007SUD INSEE
N° 101 - janvier 2007
l'essentiel
tants en moyenne, pour les communes
Regain d'attractivité des villes-centre
demoinsde10000habitantsdecesdé-
Commune Population Evolution de Taux annuel Taux annuel partements, contre 2400 dans le Var et
au la population moyen d'évolution moyen d'évolution
er
1 janvier 2005 1999-2005 1999-2005 (en %) 1990-1999 (en %) 4000danslesBouches-du-Rhône.Sila
Marseille 820 900 23 400 0,5 0,0 croissance de la population de nom-
Nice 347 900 4 800 0,2 0,0 breuses communes alpines est rapide et
Toulon 166 800 6 100 0,6 - 0,5
enforteaccélérationentauxrelatif,elleAix-en-Provence 139 800 5 500 0,7 0,9
Avignon 90 800 4 900 0,9 - 0,1 est en réalité faible en valeur absolue:
Antibes 72 500 0 0,0 0,4 les deux tiers des communes de moins
Cannes 70 200 2 800 0,7 - 0,2 de 10000 habitants enquêtées des
La Seyne-sur-Mer 58 000 - 2 100 - 0,6 0,0
Alpes-de-Haute-Provence, et les troisHyères 53 200 1 800 0,6 0,8
Arles 52 600 2 100 0,7 - 0,3 quarts de celles des Hautes-Alpes, ont
Fréjus 49 100 2 300 0,8 1,3 gagné moins de 10 habitants par an, en
Grasse 48 200 4 400 1,6 0,6
moyenne. Une seule commune, dans
Cagnes-sur-Mer 47 200 3 300 1,2 0,8
ces deux départements, a gagné plus deMartigues 45 400 1 800 0,7 0,2
Aubagne 43 500 800 0,3 0,4 100 habitants par an: Oraison, entre
Le Cannet 42 500 600 0,2 0,0 Manosque et Château-Arnoux dans la
Istres 41 200 2 200 0,9 1,2
valléedelaDurance.Salon-de-Provence 40 100 3 000 1,3 1,0
Gap 38 200 1 900 0,9 0,9
Vitrolles 35 900 - 800 - 0,4 0,4 Ainsi, alors que les migrations de
Draguignan 35 500 2 700 1,3 0,9
longue distance sont souvent liées à
Six-Fours-les-Plages 33 700 1 000 0,5 1,4
l’emploi, les migrations de plus courteMarignane 33 700 - 300 - 0,1 0,6
Saint-Raphaël 32 200 2 000 1,0 1,4 distance, comme celles qui conduisent
La Ciotat 31 900 300 0,2 0,4 d’une agglomération du littoral vers le
Saint-Laurent-du-Var 30 300 3 100 1,8 1,2
moyen pays, répondent à des enjeux
Orange 28 800 800 0,5 0,4
fonciers et de logement. Ces actifs mi-Carpentras 26 800 700 0,5 0,8
Cavaillon 26 200 1 600 1,1 0,7 grantsverslepériurbainéloignéconser-
La Garde 25 900 600 0,4 1,4 vent souvent leur emploi dans les
Miramas 23 800 1 300 1,0 0,5
centres des principales agglomérations,Source : Insee - Recensements de la population 1990 et 1999 et enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006
où se concentre l’activité économique,
communes périurbaines connaissent bain, de jeunes ménages actifs rajeu-
entraînantuneaugmentationdesmigra-
des taux de croissance annuelle com- nissent ces communes rurales et
tions domicile-travail, domicile-études
pris entre 2 et 4 % par an, en forte participent à l’augmentation des nais-
et domicile-loisirs.
hausse par rapport à la décennie anté- sances.
rieure. La plupart d’entre elles conju-
Pascal Ogerguent excédent migratoire et excédent Lescommunesdesdépartementsalpins,
naturel : les deux vont de pair, car les Alpes-de-Haute-Provence et Hautes-
migrations, dues au desserrement ur- Alpes, sont de petite taille: 500 habi-
La nouvelle méthode de recensement
Depuis 2004, des enquêtes annuelles de recensement remplacent le comptage traditionnel effectué tous les huit à neuf ans. Le recensement a lieu désor-
mais chaque année, en janvier et en février. Tous les habitants ne sont pas recensés la même année, mais l’ensemble du territoire français est pris en
compte au bout d’un cycle de cinq ans. Le premier cycle s’achèvera en 2008.
La méthode est différente selon la taille des communes.
*Lescommunesdemoinsde10000habitants font l’objet tous les cinq ans d’un recensement de l’ensemble des logements. Plus de 7 000 communes
sont ainsi recensées exhaustivement en France chaque année dont 175 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. En cinq ans, la totalité des habitants des com-
munes de moins de 10 000 habitants sont recensés.
*Lescommunesde10 000ouplus sont toutes concernées chaque année par une enquête de recensement portant sur 8 % des logements.
La France compte environ 900 communes de 10 000 habitants ou plus, dont 76 en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Avec le nouveau dispositif, 8,5 millions de personnes sont enquêtées chaque année dont plus de 500 000 en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Pour en savoir plus
"Diplômes, activité et logement en Provence-Alpes-Côte d'Azur" : premiers enseignements des enquêtes annuelles de recensement"; SUD INSEE
l'essentiel N° 102, janvier 2007.
"Provence-Alpes-Côte d’Azur attire de nouveaux arrivants de tous âges".SUD INSEE l'essentiel N° 82, juin 2005.
Enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2006 : les départements du Sud et du littoral atlantique gagnants au jeu des migrations internes".
Insee Première N° 1116, janvier 2007.
www.insee.fr/rubrique : recensement de la population.
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques© Insee 2007
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Dépôt légal : janvier 2007 17, rue Menpenti
Directeur de la publication : François ClanchéN° CPPAP : 0909B05336 13387 Marseille Cedex 10
Chef du service Etudes et Diffusion : Pascal OgerN° ISSN : 1287-292X Téléphone : 04 91 17 57 57Rédacteur en chef : Annie Mulard
Code Sage : SIE710132 Fax:0491175960
SUD INSEE l’essentiel figure dès sa parution sur le site Internet de l’Insee : www.insee.fr/paca (rubrique “Publications”)
Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information électronique : www.insee.fr/paca (rubrique “Lettre d’information électronique”)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.