Gains migratoires dans les trois départements

De
Publié par

La population du Limousin augmente en raison d'une attractivité migratoire accrue. Les communes périurbaines sont les grandes gagnantes de cette évolution. Dans l'espace rural, les perspectives s'améliorent, grâce à des arrivées de population qui compensent ou limitent l'évolution négative due au déficit naturel. La Haute-Vienne connaît la progression relative la plus forte, tandis que la Corrèze renoue avec la croissance démographique. La Creuse limite fortement la perte de population subie lors de la décennie précédente.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Gains migratoires
dans les trois
départements
La population du
er
Avec 725 300 habitants au 1 jan- Elle le compense grâce à son attractivi-té : Limousin augmente
vier 2006, contre 724 200 un an les arrivées de population sont plus nom-en raison d’une attractivité
plus tôt, le Limousin poursuit le re- breuses que les départs. Le Limousin gagne
migratoire accrue. dressement démographique amor- aujourd’hui plus de 4 000 personnes par an
cé depuis l’an 2000. Cette dyna- grâce aux migrations. Dans un environne-
mique s’inscrit dans un contexte ment marqué par une forte hausse de la mo-Les communes pé-
national où la population riurbaines sont les
française augmente rapide- Un dynamisme démographique au sudgrandes gagnantes de cette ment : +0,65 % en moyen- et sur la façade atlantiqueévolution. Dans l’espace ne chaque année, soit un
rural, les perspectives taux deux fois plus élevé
qu’au cours de la décen-s’améliorent, grâce à des
nie 90. La progression li-arrivées de population qui
mousine est moins élevée :
compensent ou limitent +0,30 %, mais il faut remon-
l’évolution négative due au ter plus d’un siècle en arrière
défcit naturel. pour retrouver une hausse
comparable dans la région.
La Haute-Vienne
1Évolution favorable connaît la progres- 0,5
0,1malgré un solde sion relative la plus forte,
-0,1
naturel négatiftandis que la Corrèze
renoue avec la croissance Le Limousin est pourtant la
démographique. La Creuse seule région (avec l’Auver-
gne) à enregistrer un défcit limite fortement la perte (Moyenne métropole 0,7 %)
naturel, c’est-à-dire moins Taux d'évolution annuel moyen 1999-2005 (en %)de population subie lors
de naissances que de décès. Source : Insee - Recensement de la population 1999,
de la décennie précédente. estimations de population au 1˚ janvier 2005
© IG N -In s e e 2 0 0 7bilité des ménages, les échanges de
population sont à l’avantage de la
région, aussi bien pour les seniors
que pour les familles avec enfants.
Seuls les jeunes de 20 à 29 ans sont La disponibilité de données détaillées issues de trois années de collecte du
plus nombreux à quitter le Limou- recensement a permis de réaliser de nouvelles projections de population. En
sin qu’à venir s’y installer. reconduisant les tendances 1990-2005 en termes de mouvements migratoires
et en intégrant les nouveaux taux de fécondité et de mortalité, la population
du Limousin continuerait de croître jusqu’en 2030. À cet horizon, la région Grandes gagnantes : les
compterait 2 % d’habitants supplémentaires par rapport à aujourd’hui.
communes périurbaines
Ces résultats inversent sensiblement les précédents, qui projetaient une La connaissance d’estimations de
baisse de 6,5 % sur la même période. Cette infexion nette est due à la prise population pour trois cinquièmes
en compte du regain migratoire récent dont on suppose, dans la projection des communes de la région per-
tendancielle, qu’il va perdurer durant toute la période d’observation. Il ne s’agit met d’apprécier plus fnement les
là que d’une hypothèse de travail qui peut être modulée, comme tous les autres dynamiques territoriales. On note
facteurs d’évolution de population (mortalité, fécondité), pour construire des en premier lieu l’amplifcation de
scénarios alternatifs et intégrer les effets de tendances différentes. Des travaux l’étalement urbain. Par rapport à
seront menés en ce sens en 2007.la décennie précédente, les pro-
gressions de population les plus
marquées ne se limitent plus à
l’immédiate périphérie des villes centres : Bonnac-la-Côte), mais également Les dynamiques
elles se prolongent jusqu’aux limites des plus loin, en direction du sud, migratoires gagnent
aires urbaines, en direction des proches de Nexon à Vicq-sur-Breuilh. En l’espace rural
communes rurales, avec une infuence no - Corrèze, une zone de plus en plus
table des grands axes routiers. attractive se dessine aux limites de Si l’essentiel des arrivées de popu-
Les couronnes périurbaines de Limoges et l’aire urbaine de Brive, en bordure lation profte aux aires urbaines,
de Brive sont les territoires qui affchent les du département (Malemort-sur- un regain d’attractivité est à noter
plus fortes hausses. Très attractives, elles Corrèze, Larche). très récemment dans certaines
enregistrent d’importantes arrivées de popu- zones rurales. La grande majorité
lation ; relativement jeunes, elles cumulent des communes de l’espace rural Les grandes villes
excédent migratoire et excédent naturel. (80 %) affchaient une perte de participent à la hausse
La plupart des communes périurbaines en- population de 1990 à 1999. Cette
quêtées, dont l’évolution était déjà positive Les villes de Limoges et de Brive tendance s’est inversée pour un
sur la période 1990-1999, enregistrent une ne pâtissent pas de l’attractivité de grand nombre de celles qui ont été
accélération de leur croissance. Autour leurs couronnes périurbaines : la recensées à nouveau entre 2004
de l’agglomération limougeaude, cette population augmente légèrement et 2006. Les territoires ruraux, très
accélération est particulièrement marquée dans les deux communes. Les concernés par le vieillissement de
dans plusieurs ensembles de communes populations de Limoges et Brive la population, continuent d’être
limitrophes : le long de la nationale 141 sont estimées provisoirement à pénalisés par un solde naturel
(Verneuil-sur-Vienne, Veyrac, Saint-Victur- respectivement 135 100 et 49 700 largement négatif ; cependant ils
ernien) et de l’A20 (Rilhac-Rancon, Ambazac, habitants au 1 janvier 2005.* semblent gagnés par les dynami-
Attractivité renforcée dans les trois départements
Creuse Haute-VienneCorrèze
+0,8 +0,8 +0,8
+0,6 +0,6 +0,6
+0,4 +0,4 +0,4
+0,2 +0,2 +0,2
+0,0 +0,0 +0,0
-0,2 -0,2 -0,2
-0,4 -0,4 -0,4
-0,6 -0,6 -0,6
-0,8 -0,8 -0,8
-1,0 -1,0 -1,0
1982-1990 1990-1999 1999-2005 1982-1990 1990-1999 1999-2005 1982-1990 1990-1999 1999-2005
total dû au solde naturel dû au solde migratoireTaux d'évolution annuel moyen (%)
Source : Insee, recensements de la population,
erestimations de population au 1 janvier 2005, état civil
* Pour les communes de plus de 10 000 habitants, cinq années de collecte sont nécessaires pour
optimiser l’estimation de population. Les chiffres présentés ci-dessus et construits sur seulement trois
INSEE Limousin - janvier 2007 enquêtes annuelles de recensement sont provisoires et n’ont qu’une valeur indicative compte tenu
de la nouveauté du dispositif basé sur le cumul de cinq années de sondage. © IGN-Insee 2007
ques migratoires, qui parviennent Hausse de population soutenue dans les couronnes périurbaines
à compenser le déficit naturel
dans environ la moitié des com-
Lourdoueix-st-P.munes enquêtées.
BonnatDun-le-Palestel
Azerables
Lussac-les-E.
La SouterrainePôles d’emploi Magnac-L. Ajain
St-Vaury
Évaux-les-Bainsde l’espace rural :
Le Dorat St-Maurice-la-S.situation contrastée GouzonAhun
Grand-BourgBlond Bessines-s.-G.
Les arrivées de population ne bé-
néfcient pas à tous ces territoires
de façon uniforme, et semblent Bonnac-la-C. Aubusson
Ambazac
Veyrac Rilhac-R.se faire en dehors des principaux
St-Léonard-de-N. Royère-de-Vassivière
Verneuil-s.-V.pôles d’emploi de l’espace rural. Crocq
Feytiat
Aixe-s.-V.Aubusson, Saint-Léonard-de- Rochechouart Condat-s.-V. Eyjeaux
Le VigenNoblat, Bort-les-Orgues et Saint- Boisseuil
Yrieix-la-Perche continuent de
Peyrelevadeperdre des habitants sur la période
Nexon Magnac-B. Treignacrécente. Des bourgs structurants,
comme Treignac ou Arnac-Pom-
St-Yrieix-la-P.
Coussac-B.padour, affchent également une St-Angel
perte de population. Les pôles Chamboulive Égletons
d’emploi d’Objat et d’Égletons, en Arnac-Pompadour Bort-les-OrguesSeilhac
Corrèze, enregistrent en revanche
Objatune progression démographique.
Allassac
DonzenacLa Souterraine ou Argentat, en Communes de moins Mansac Ussacfaible baisse, parviennent à limiter de 10 000 habitants Malemort-s.-C.Cublac
fortement la décroissance connue Aires urbaines CosnacLarche
durant les années 90. En % par an Argentat
2
0
-2Une accélération
des migrations dans Évolution annuelle moyenne récente de la population dans les communes recensées
en 2004, 2005 ou 2006 Source : Enquêtes annuelles de recensement de 2004, 2005 et 2006tous les départements
Les dynamiques de peuplement trois se situent au centre du pays : migratoire double par rapport aux années
à l’œuvre se retrouvent dans les Nièvre, Allier, Creuse. 90, contribuant à une croissance globale
résultats des nouvelles estimations La Corrèze renoue avec la haus- annuelle de population de 0,46 %, contre
départementales, les évolutions de se : sa population est estimée à 0,01 % entre 1990 et 1999. Avec 364 000
population refétant la structure 237 000 habitants. Après deux habitants, la Haute-Vienne regroupe la moi-
par catégorie d’espace des dépar- décennies de baisse démographi- tié de la population de la région.
tements limousins. que, le gain est de 0,32 % par an
Le regain migratoire des com- entre 1999 et 2005, alors qu’elle
munes rurales ne suffit pas à perdait des habitants depuis les Plus de ménages
compenser en Creuse le défcit années 80 (-0,18 % entre 1982 et plus de personnes seules
naturel, qui reste très fort. Avec et 1990, et -0,24 % entre 1990 et
un peu plus de 123 000 habitants 1999). Le maintien ou le regain du Le nombre de ménages croît de 1,1 % par
erau 1 janvier 2005, elle a perdu rural, le dynamisme des périphé- an depuis 1999, soit 19 000 résidences
annuellement 0,2 % de ses habi- ries urbaines contribuent à don- principales supplémentaires en Limousin
tants. Cette baisse est cependant ner à la Corrèze une attractivité entre 1999 et 2004. Si 30 % de cette pro-
trois fois moins importante que migratoire légèrement supérieure gression s’explique par la croissance de la
dans la décennie 90, grâce aux à la région. population, 70 % est due à la diminution du
migrations : entre 1999 et 2005, La Haute-Vienne, département où nombre de personnes par ménage.
l’excédent migratoire a été trois l’espace urbain est le plus étendu, Toutes les régions connaissent une baisse de
fois supérieur à celui de la période est en hausse très nette après la la taille des ménages : en effet, le vieillisse-
précédente. Cinq départements de stagnation connue pendant la ment de la population induit de plus en plus
métropole ont vu leur population décennie précédente. Le défcit de personnes âgées vivant seules, et l’érosion
diminuer entre 1999 et 2005, dont naturel s’atténue et l’excédent des modèles familiaux traditionnels se tra-
INSEE Limousin - janvier 2007duit par moins de Le taux d’activité Vieillissement de la population active en Limousinfamilles nombreu- des seniors augmente…
+25 +22,8ses, davantage de
+20 Ce vieillissement de la population séparations et des
active refète le vieillissement de périodes de célibat +15
la population dans son ensemble. plus longues. +10
Il est donc particulièrement mar-Le Limousin est
+5
qué en Limousin : le nombre d’ac-la région où le 15-29 ans 30-39 ans 40-49 ans 50-59 ans
0 tifs de moins de 30 ans a diminué nombre moyen
-2,6-5 deux fois plus vite qu’au niveau de personnes par -5,2
-10 national. Il est renforcé par une ménage est le plus -9,7
augmentation sensible de l’acti-petit (2,14 contre -15
vité des seniors, sous l’effet de la 2,31 au niveau na- Évolution de la population active de 1999 à 2004 (%)
Source : Insee - recensement de la population de 1999, réforme des retraites adoptée en tional). La struc-
enquêtes annuelles de recensement de 2004 et 2005
2003 : le taux d’activité des 55-64 ture par âge de la
ans est passé en Limousin de 29 % population est un
en 1999, à 35 % en 2004 (38 % élément explicatif : les ménages âgés, nom- Une population active
en incluant les retraités continuant breux en Limousin, sont ceux dont la taille vieillissante mais stable
une activité professionnelle).moyenne est la plus faible. Joue également
le fait que les familles ont plutôt moins d’en- À mi-2004, le Limousin compte
fants en Limousin, mais aussi que les jeunes 316 600 actifs (hors personnes
quittent plus précocement le foyer parental vivant en collectivité), y compris … et celui des jeunes
et vivent plus souvent seuls qu’ailleurs. Ce les étudiants exerçant une activité ne diminue plus
sont en effet 19 % des jeunes de 15 à 29 ans réduite, les retraités continuant
qui vivent seuls en Limousin, contre 14 % une activité professionnelle, et L’allongement de la durée des
au niveau national. Dans notre région, c’est les chômeurs. En retenant la no- études s’était traduit sur les der-
chez les jeunes que l’évolution des compor- tion d’activité plus restrictive en nières décennies par un recul du
tements de cohabitation contribue le plus vigueur au recensement de 1999 taux d’activité des jeunes. Celui-
nettement à la diminution de la taille des (c’est-à-dire hors activité profes- ci a atteint aujourd’hui un palier
ménages. À l’inverse, les personnes âgées sionnelle exercée à titre secon- et l’on observe même une légère
vivent moins souvent seules en Limousin. daire), il apparaît que la popula- augmentation du taux d’activité
tion active est stable en Limousin chez les 15-24 ans depuis 1999.
sur ces dernières années. Le taux Chez les jeunes comme chez les
d’activité des 15-64 ans est de seniors, il est inférieur en Limou-
72,4 % contre 71,6 % en métro- sin à la moyenne nationale. L’at-
pole. Ce maintien en niveau ca- tractivité de la région auprès des
che des évolutions sensibles dans étudiants et les départs importants
50, avenue Garibaldi la structure par âge des actifs : le de jeunes actifs expliquent sûre-
87031 Limoges cedex nombre d’actifs de 50 ans ou plus ment cet écart. Le taux d’activité
Tél 05 55 45 20 07
a augmenté de 4 % par an, quand des 25-54 ans est à l’inverse su-Fax 05 55 45 20 01
celui d’actifs de moins de 30 ans périeur en Limousin à la moyenne
Informations statistiques 08 25 88 94 52 diminuait de 2 % par an. nationale, grâce à la présence
Abonnements 05 55 45 21 31
plus généralisée qu’ailleurs des Contact presse 05 55 45 20 58
femmes sur le marché du travail.
83 % des femmes de 25 à 54 ans
sont actives en Limousin, contre
81 % au niveau national.www.insee.fr
Directeur de la publication Michel Deroin-Thévenin
Rédacteur en chef Yann Leurs
Mise en forme Isabelle Bonneau
Impression Lavauzelle Graphic
Maquette iti communication
Prix 2,50 euros
Yann Leurs
Dépôt légal : janvier 2007
Code SAGE : FOC073424
ISSN : 1765-4475
Copyright - INSEE 2007
« La rediffusion, sous quelque forme que ce soit, des fonds de cartes issus
du fchier GéoFLA® de l’IGN est soumise à l’autorisation préalable de l’IGN
et au paiement auprès de cet organisme des redevances correspondantes. »

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.