Géographie du vieillissement

De
Publié par

A l'image de la France, la population de Midi-Pyrénées vieillit. Ce phénomène touche principalement l'espace rural et les pôles urbains, hormis celui de Toulouse. Dans ce dernier, comme dans sa banlieue et dans les zones périurbaines de la région, d'amples mouvements migratoires entraînent un rajeunissment relatif.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 54 : avril 2002
Géographie du vieillissement
Un vieillissement qui s'accentue de façon contrastée
Proportion de personnes âgées de 60 ans et plus en Midi-Pyrénées
Recensements de la population Projections de population
% %
de 1975 à 1999 de 1999 à 2024
45 45
40 40
35 35
Espace rural
30 Pôle urbain de Toulouse 30
Espace périurbain de Toulouse
25 25
Autres pôles urbains
20 20Autres espaces périurbains
15 15
1975 1982 1990 1999 1999 2004 2009 2014 2019 2024
Source : Insee
P?le urbain : agglomération multicommunale offrant au moins 5 000 emplois, au lieu de travail, en 1999. En particulier, le pôle urbain de Toulouse
comprend la commune centre, Toulouse, et 71 communes de banlieue. Les autres pôles urbains de la région sont : Tarbes, Albi, Montauban, Rodez,
Castres, Cahors, Auch, Millau, Mazamet, Saint-Gaudens, Pamiers, Lourdes, Decazeville, Foix, Villefranche-de-Rouergue, Saint-Girons et Figeac
Espace p?riurbain : ensemble des communes qui n’appartiennent pas à un pôle urbain, et dont au moins 40 % des actifs résidents occupent un emploi
dans un pôle urbain.
Espace r : ensemble des communes qui ne font partie ni d’un pôle urbain ni de l’espace périurbain.
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALEA l’image de la France,
DE MIDI-PYRENEES
Téléphone : 05 61 36 61 36la population de Midi-Pyrénées vieillit.
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Ponts
Ce phénomène touche principalement l’espace rural 31054 TOULOUSE CEDEX 4
Directeur de la publication :
Benjamin Camuset les pôles urbains, hormis celui de Toulouse.
Rédacteur en chef :
Bruno MuraDans ce dernier, comme dans sa banlieue
Maquettiste :
Christian Boutinet
et dans les zones périurbaines de la région,
Imprimeur : Reprographie Moderne, 31770 Colomiers
Dépôt légal : avril 2002
ISSN : 1262-442Xd'amples mouvements migratoires entraînent
CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG5476
un rajeunissement relatif.
Prix : 2,2€
1
rau lGéographie du vieillissement
eux mouvements ont forte- Baby-boom et attractivité se caractérisant par la faiblesse aujour-
ment marqué, du milieu du de la région : les 25-54 ans d’hui du groupe des 80 à 85 ans. Mais
e eDXIX siècle à celui du XX , la plus nombreux arrivent maintenant aux âges de la
population de la France : une baisse de retraite des générations de faibles
la fécondité et le dépeuplement des La pyramide des âges reflète fidèle- effectifs qui seront rapidement suivies
campagnes. Par la suite les mouvements ment cette histoire. Pour l’ensemble de par d’autres d’effectifs très conséquents.
deviennent plus complexes. A une la région on y observe l’importance des
période de haute natalité (qualifiée de trois périodes de faible natalité, généra- Pour l’ensemble de la région les
« baby-boom ») s’étendant globalement tions de 1915-1919 qui atteignent les migrations, importantes tant dans le
de 1945 à 1973 succède une stagna- âges élevés, 80 à 84 ans en 1999, géné- sens des arrivées que de celui des départs,
tion de la natalité. Par ailleurs au rations issues de celles-ci, nées autour ont longtemps aggravé le vieillissement
dépeuplement généralisé des campagnes des années quarante, aujourd’hui aux par leur effet direct, départs de jeunes
va se substituer progressivement, à par- âges de la retraite (55 à 64 ans en 1999), filles et de jeunes gens, arrivées d’adul-
tir des années soixante, un renouveau générations récentes enfin, nées depuis tes, voire de personnes âgées et par leur
de celles-ci sous l’effet en particulier de 1975, entrant progressivement dans la conséquence sur la natalité, ces jeunes
l’extension des territoires périurbains. vie adulte. A l’inverse, l’effet du « baby- gens allant souvent ailleurs constituer
Ces territoires se repeuplent de façon boom » renforcé par l’attraction leur famille. Sans être encore totalement
parfois très rapide, par l’arrivée notam- qu’exerce depuis quelques décennies la renversée cette tendance s’atténue net-
ment de populations d’origine urbaine. région sur les personnes en âge de tement à la fin du siècle. Un certain
Un événement majeur, la guerre de travailler entraîne la présence d’une équilibre entre arrivées et départs se
1914-1918, apporte un bouleversement population nombreuse de 25 à 54 ans. manifeste autour de vingt ans, tandis
dont les conséquences s’étendront sur Les modifications en un quart de siècle qu’aux autres âges les arrivées sont
tout le siècle. La très faible natalité des sont aussi largement significatives : à la largement plus nombreuses que les départs.
années 1915-1919 se traduit par des régularité que l’on peut voir, en 1975, Mais à d’autres échelles géographiques
« générations creuses » qui successi- chez les personnes âgées dont la popu- le vieillissement, s’il obéit aux mêmes
vement entreront dans la vie active dans lation se réduit d'âge en âge au-delà de lois historiques générales, se présente de
les années trente, constitueront des 60 ans, s’est substituée une distribution façon parfois beaucoup plus aiguë. C'est
familles à partir de la fin de ces années
trente, puis partiront en retraite au Une pyramide des âges dont la base se retrécit
début des années quatre-vingt.
Répartition par âge de la population en 1975 et 1999 en Midi-Pyrénées
Midi-Pyrénées, région essentielle-
ment rurale, a vécu cette histoire avec 1975
Âges
une intensité particulière : la fécondité 1999
est toujours plus faible que pour le reste
100
Hommes Femmesde la France, mais surtout l’exode rural
90privant les campagnes de leurs jeunes
80filles et jeunes gens a réduit les capaci-
tés de renouvellement de la population. 70
Le mouvement de périurbanisation a
60
aussi pris un aspect particulier dû à
50
l’importance du développement de
40Toulouse. Son voisinage, immédiat puis
proche et enfin éloigné, a successi- 30
vement été repeuplé à partir des années
20
soixante. Un peu plus tardivement un
10
phénomène semblable mais beaucoup
0moins intense s’est produit autour des 20 000 15 000 10 000 5 000 0 0 5 000 10 000 15 000 20 000
quelques villes, moyennes ou petites, du
Source : Inseereste de la région.
2Des arrivées quisouvent le cas dans les campagnes éloi- population d’un peu moins de 400 000,
gnées des grandes villes. Parfois, au contrai- est d’autant plus déterminante que ces rajeunissent les banlieues
re, il est très largement contrecarré par arrivants sont le plus souvent des
d’intenses mouvements migratoires, jeunes de 20 à 30 ans. Alors que dans Contrairement à la ville de
comme cela peut se voir aux périphéries la population sédentaire dominent les Toulouse sa oche banlieue urbani-
sée est relativement riche en jeunesdes grandes villes. personnes d'âge mûr, de 35 à 50 ans,
mais aussi plus âgées, de 60 à 80 ans, enfants mais pauvre en jeunes adultes.
Un pôle urbain jeune l’apport migratoire est considérable Les arrivées, dont une partie provient
et un espace rural âgé entre 20 et 30 ans et reste notable de la ville centre, sont largement com-
jusque vers 50 ans. Il en résulte une posées de familles avec jeunes enfants.
Les départs se produisent pour l’essen-Une certaine hiérarchie apparaît à population jeune dans l’ensemble,
l’évidence entre le pôle urbain de mais mal équilibrée : enfants relative- tiel au moment où les enfants quittent
Toulouse, très jeune, et l’espace rural, ment rares, grands adolescents et le foyer familial. Ces mouvements
très âgé. Bien que paraissant immuable, jeunes adultes très nombreux. Cette migratoires se sont cumulés et il en
elle a connu dans le passé récent d’assez spécificité de la population de Tou- résulte une population globalement très
jeune, formée de deux ensemblesfortes modifications : louse, en perpétuel renouvellement,
- rajeunissement sensible de l'espace n’est pas nouvelle puisque le même d’importance voisine : des sédentaires
périurbain de Toulouse, sensiblement déséquilibre au profit des jeunes adul- (en fait personnes arrivées dans les
plus âgée que le pôle urbain en 1975 et tes se retrouve d’un recensement à années soixante-dix et quatre-vingt et
qui rajeunit nettement de 1975 à 1999 ; l’autre depuis les années soixante. Les qui se sont fixées dans ces banlieues),
la plupart âgés de 45 à un peu plus de- rajeunissement beaucoup moins mouvements migratoires, toujours
marqué de l’ensemble des autres com- importants, gardent au cours des trente 60 ans et accompagnés de leurs enfants
munes périurbaines de la région, avec dernières années les mêmes caractéris- grandissants ; des arrivants récents,
des comportements comparables d’une tiques : très fortes arrivées autour de parmi lesquels dominent les 30 à 45
zone périurbaine à l’autre ; vingt ans, départs à tous âges, mais par- ans, accompagnés d’enfants encore
jeunes. Illustration de l’alternative- vieillissement sensible de l’ensemble ticulièrement de 30 à 40 ans. Au cours
des pôles urbains hors celui de Toulouse. des années 1990-1999 à l’afflux de « croître ou vieillir » cet ensemble de
150 000 arrivées s’oppose un flux de communes s’est peuplé, et rajeuni, par
Pour la commune de oulouse départs d’importance à peu près égale, vagues successives, les premiers arrivants
l’arrivée de 150 000 personnes sur une environ 140 000 personnes. entrant dans un processus de vieillis-
Répartition par âge en Midi-Pyrénées en 1999 Définitions
Milliers
40 Les s?dentair sont les personnes qui habitaient dans la zone étudiéePopulation totale
35
en 1990 et 1999, elles peuvent avoir changé de logement ou de com-
30
Sédentaires mune à l’intérieur de cette zone (par exemple une personne habitant
25
Albi en 1990 et Montauban en 1999 est considérée comme sédentaire20
dans l’ensemble des « pôles urbains sauf Toulouse »).15
10
Arrivants Les arriv ants sont les personnes habitant la zone étudiée en 1999 et5
qui habitaient une autre zone, en Midi-Pyrénées ou à l’extérieur, en0
- 5 1990.
Sortants
- 10
- 15 La population totale est celle de la zone en 1999.
10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 74
Source : Insee Âge en 1999
La population s'accroît et vieillit
Répartition par âge de la population de Midi-Pyrénées
1975 1999
Hommes Femmes Total%%Hommes Femmes Total
0 à 19 ans 322 632 306 581 629 213 27,8 285 504 270 887 556 391 21,8
20 à 39 ans 293 751 286 524 580 275 25,6 348 882 344 012 692 894 27,1
40 à 59 ans 264 692 268 564 533 256 23,6 330 020 334 808 664 828 26,0
60 à 74 ans 169 162 192 470 361 632 16,0 185 149 209 256 394 405 15,5
75 ans et plus 55 201 102 901 158 102 7,0 93 620 150 558 244 178 9,6
Ensemble 1 105 438 1 157 040 2 262 478 100,0 1 243 175 1 309 521 2 552 696 100,0
Source : Insee
3
pTsr esement sur place, les suivants s’y enga- Vieillissement dans réduit le déficit de population entre
geant ensuite. les pôles urbains … vingt et trente ans, mais le faible nom-
bre d’enfants limite le rajeunissement
Avec une intensité moindre, les Restent les autres p?les urbains , que l’on pourrait en attendre.
ensembles p?riurbains , celui de dont le vieillissement s’accélère. Globa-
Toulouse mais aussi ceux d’agglomé- lement, pendant la période 1990-1999, … et dans l’espace rural
rations plus modestes, présentent les arrivées et départs s’y équilibrent en
mêmes caractéristiques : mélange d’une nombre. Comme la ville de Toulouse, L’ensemble de l’ espace r ural ,
population sédentaire vieillissante et ils subissent les conséquences de la assez disparate, comprend quelques
d’une population nouvelle jeune ; périurbanisation qui les prive de leurs petites villes assez dynamiques, quelques
amorce d’un processus soit de vieil- familles avec enfants mais, contraire- zones à la périphérie éloignée des villes
lissement sur place soit de renouvelle- ment à Toulouse, les arrivées ne devien- importantes et des zones extrêmement
ment continu par vagues migratoires nent relativement nombreuses qu’autour isolées. Il se distingue par une popu-
successives. de 30 ans. L’impact de ces arrivées lation sédentaire âgée, des départs
Les arrivées rajeunissent plus ou moins fortement la population résidente
Répartition par âge en 1999
(Définitions : voir page 3)
Commune de Toulouse Pôles urbains sauf Toulouse
% %
2,82,8
2,42,4
Population totale
2,0 2,0
1,6 1,6 Population totale
1,21,2
Sédentaires0,8 0,8
Sédentaires
0,4 0,4
Arrivants Arrivants
0,0 0,0
2 1018 2634 42 50 5866 74 82 90 972 1018 2634 42 50 5866 74 82 90 97
Âge en 1999 Âge en 1999
Banlieue de Toulouse Espace périurbain sauf celui de Toulouse
% %
2,8 2,8
2,4 2,4
2,0 2,0
Population totale Population totale
1,6 1,6
1,2 1,2
0,8 0,8
SédentairesSédentaires
0,4 0,4
ArrivantsArrivants
0,0 0,0
2 1018 2634 42 50 5866 74 82 90 97 2 1018 2634 42 50 5866 74 82 90 97
Âge en 1999 Âge en 1999
Espace périurbain de Toulouse Espace rural
% %
2,8 2,8
2,4 2,4
Arrivants
de l'unité urbaine de Toulouse2,0 2,0
Population totale
1,6 1,6
Population totaleSédentaires
1,2 1,2
0,8 Sédentaires0,8
Ensemble
0,4 0,4 Arrivantsdes arrivants
0,0 0,0
2 1018 2634 42 50 5866 74 82 90 97 2 1018 2634 42 50 5866 74 82 90 97
Âge en 1999 Âge en 1999
Source : Insee
4Âges et migrations
Définitions : voir page 3
Arrivées et départs Sédentaires et arrivants
Toulouse Toulouse
12 000 12 000
10 000
10 0008 000
Population totaleArrivées
6 000
8 000
4 000
2 000 6 000
Solde migratoire0
4 000
- 2 000
Départs Sédentaires
- 4 000 2 000
- 6 000 Arrivants
- 8 000 0
10 20 30 40 50 60 70 10 20 30 40 50 60 70
Âge en 1999 Âge en 1999
Ramonville-Saint-Agne Ramonville-Saint-Agne
250 250
200
Population totale
150 200
Arrivées
100
50 150
Solde migratoire
0
- 50 100
Sédentaires
- 100
Départs- 150 50
- 200 Arrivants
0- 250
10 20 30 40 50 60 70 10 20 30 40 50 60 70
Âge en 1999 Âge en 1999
Saint-Orens-de-Gameville Saint-Orens-de-Gameville
200 250
Population totale150
200
100
Arrivées
50 150
0
Solde migratoire Sédentaires
100-50
Départs
-100
50
-150 Arrivants
0-200
10 20 30 40 50 60 7010 20 30 40 50 60 70
Âge en 1999 Âge en 1999
Source : Insee
Les migrations résidentielles sont très fréquentes à certains âges : fin d’adolescence, fondation d’une famille, disper-
sion de celle-ci, fin de vie active. Arrivées et départs se traduisent par des changements souvent sensibles de la popu-
lation des communes. Les trois exemples pris ici concernent Toulouse et deux communes de sa proche banlieue, où le
renouvellement des populations est très conséquent.
Au cours des années quatre-vingt-dix les mouvements sont très différenciés : fortes arrivées entre 18 et 25 ans à
Toulouse, entre 20 et 35 ans à Ramonville-Saint-Agne, entre 30 et 50 ans à Saint-Orens-de-Gameville. Départs
importants entre 25 et 35 ans à Toulouse, entre 25 et 40 ans à Ramonville-Saint-Agne, comme, mais avec moins
d’ampleur, à Saint-Orens-de-Gameville. Ces mouvements se greffent sur des populations au passé différent : peuple-
ment ancien à Toulouse, croissance brutale dans les années soixante-dix à Ramonville-Saint-Agne, croissance plus
régulière à Saint-Orens-de-Gameville. Dans les trois cas cela amène à une forte disparité entre populations sédentai-
res et populations nouvelles : contraste à Toulouse entre la jeunesse des nouveaux habitants et la répartition relative-
ment régulière des anciens ; net remplacement à Ramonville-Saint-Agne des générations vieillissant sur place par des
générations plus jeunes âgées d’une trentaine d’années ; amorce d’un schéma un peu identique à Saint-Orens-de-Gameville.
5Un vieillissement accru dans l'espace rural
Proportion de personnes âgées de plus de 60 ans - cartes lissées
Figeac Figeac1975 1999
Decazeville Decazeville
Cahors CahorsVillefranche- Villefranche-Rodez Rodez
de-Rouergue de-Rouergue
Millau Millau
Montauban Montauban
Albi Albi
Auch AuchCastres Castres
Toulouse Mazamet Toulouse Mazamet
Proportion des
Tarbes plus de 60 ans (en %) Tarbes
Saint- Saint-
Pamiers 34 - 66 PamiersLourdes Gaudens Lourdes Gaudens
Saint- Saint-30 - 34Foix FoixGirons Girons
26 - 30
22 - 26
GéoFla ® © IGN - Insee 2002 GéoFla ® © IGN - Insee 2002
9 - 22
Limite d'aire urbaine (délimitation 1999) Limite de département
Source : Insee
nombreux parmi les jeunes aux alentours de vagues migratoires de fort effectif et
Projections de population de 20-25 ans, mais aussi des arrivées dans lesquelles dominaient largement
(cf. page 1) assez nombreuses de personnes âgées de certaines classes d’âges (30-50 ans et
trente à quarante ans. Ces « nouveaux jeunes enfants). Le maintien sur placeIl s’agit d’un exercice arithmétique et
arrivants », venus pour une grande part de ces arrivants entraînerait un vieillisse-non d’une prévision.
de l’espace urbain de Midi-Pyrénées et ment très rapide, leur remplacement parLes hypothèses de calcul retenues sont
dans une moindre mesure de l’extérieur des vagues semblables perpétuerait auappliquées, par âge et par sexe, année
après année. de la région, représentent en 1999 un contraire la relative jeunesse de ces
Elles sont les suivantes : habitant sur cinq. Devant le poids des zones. D’une commune à l’autre se ren-
- fécondité : probabilité d’avoir un personnes âgées ce renouvellement reste contreront sans doute plusieurs types de
enfant, observée à chaque âge pour les cependant insuffisant pour contrecarrer situation, mais globalement le vieillisse-
femmes résidant dans la zone en
un mouvement séculaire de vieillisse- ment ne pourrait être contrarié que par1999 ;
ment accentué, d’autant que les départs, le renforcement des courants migra-- mortalité : probabilité de survie
nombreux eux aussi, sont essentielle-observée pour chaque sexe, à chaque toires des centres vers les périphéries.
âge, dans la zone en 1999, et évoluant ment le fait des 15-25 ans. Dans l’espace rural la tendance au vieillis-
selon la tendance nationale (augmen- sement est plus forte encore, un frein y
tation régulière de l’espérance de vie) ;
Dans l’avenir proche le vieillisse- serait apporté par le maintien sur place
- migrations : probabilité d’arriver
ment de l’ensemble de la population des jeunes adultes, un autre par l’accrois-dans la zone, ou d’en partir (on prend
régionale devrait se poursuivre, avecle « quotient de solde migratoire »), sement des arrivées. Cette dernière
observée en moyenne sur la période l’arrivée aux âges de la retraite des possibilité pourrait résulter là aussi du
1982-1999, pour chaque sexe et à générations du « baby-boom », la renforcement de l’influence des villes, etchaque âge.
probable augmentation de l’espérance de alors il s’agirait davantage d’une réduc-
vie, et les effets de la faible natalité des tion de l’espace rural au profit du terri-Appliquées sur des zones relativement
25 dernières années du siècle. Les toire périurbain que d’un rajeunissementvastes ces hypothèses sont « robustes »
à court terme. La plus fragile d’entre inflexions à cette tendance que peuvent de cet espace rural.
elles est ici la poursuite de mouve- apporter les mouvements migratoires
ments migratoires très largement sont sensibles dans la proche banlieue Myriam ASTORGfavorables au milieu périurbain, et
de Toulouse et dans l’ensemble de Observatoire régional de la santésusceptibles de modifications parfois
l’espace périurbain. Dans ces zones lebrutales. François PRADEL de LAMAZE
passé récent s’est caractérisé par l’arrivée Insee
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.