Journée internationale des Femmes : état des lieux et zoom sur les violences conjugales

De
Publié par

Le principe de l'égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines est inscrit dans le préambule de la Constitution française de 1946. Pourtant malgré des avancées significatives les femmes sont encore souvent victimes d'inégalités, de harcèlement, parfois de violences.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 18
Tags :
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine

°N

76Journéeinternationaledesefmmse:Àl’occasiondelajournéeinternationaledesfemmesdemars2007,l’Insee
LorraineetlaDélégationRégionaleauxDroitsdesFemmesdeLorraine
ontélaboréundossierintitulé“Femmes...Réalités”.Construitautour
delaChartedel’égalitéentreleshommesetlesfemmes,ilpermetd’identifier
desproblématiquesfondamentalesauxquellessontsoumiseslesfemmes,
delesillustreràl’aided’indicateurschiffrés,dontunzoomsystématique
surlaLorraine.Àl’instardelaCharte,ledossieresttournéversl’action
etaccordeuneplaceauxvoiesempruntéespouravancerversl’égalité
entreleshommesetlesfemmes.Leprésentarticleestissudecedossier
accessiblesurlesiteinternetdel’InseeLorraine:ilenlivreunaperçu
enfocalisantsurlaluttecontrelesviolencesenverslesfemmes.
L
aconstructionetlapublicationsystéma-sionetàl’actionpolitiquedanslecadre
tiquededonnéeséconomiquesetsocialesd’unepriseencomptegénéraliséedugenre
sexuéesconstituedésormaisunedimensiones-danslasociété.Ils’agitderompreavecles
sentielledessystèmesstatistiquespublics.L’ac-choixsociétauxtendantàcantonnerlesfem-
tualisationrégulièredeschiffresclésdel’égalitémesetleshommesdansdesrôlestradition-
entreleshommesetlesfemmesenFrances’ins-nels,etàtransformer,chaquejourunpeu
critdanscettelogique.Lesinformationsutiliséesplus,uneréalitébiologique,lesexe,enune
danscedossierémanentdemultiplesacteurs,catégorieéconomique,socialeetpolitique.
internationaux,nationauxetrégionaux,apparte-
nanttantàlasphèrestatistiquequ’àcelledesac-
teurspolitiquesouassociatifs.
La Charte comme levier

Mesure des rapports hommes-
LaChartedel’égalitéentreleshommesetles
femmess’articuleautourdecinqaxesdepro-
femmes et préalable à l’action
grèsincluantchacunplusieursthèmes.Ledos-
Lesindicateursstatistiquesdel’égalitéentresierappréhendelestroispremiersaxesde
leshommesetlesfemmespermettentd’é-progrès.Chaquethèmeesttraitéselonle
tablirrigoureusement,chiffresàl’appui,mêmedéroulement.Onidentified’abordquel-
dansquellemesurelesrôlesdesfemmesetquesproblématiquescrucialesetgénéralesen
deshommesdiffèrentencoreprofondémentsefondantsurl’analyseéconomiqueetlesréali-
dansnossociétés.Ils’agitnotammentdutésvécuesparlesfemmesdanslemonde.Il
tauxdeféminisationparmileséluspolitiquess’agitensuitedefocalisersurlasituationen
etlesdécideurséconomiques,descondi-Franceenprenantappuisurlesindicateursna-
tionsd’emploietdeviedesfemmesetdestionauxmajeurs,avantdemettreenavantles
familles,desspécificitésfémininesrelativescaractéristiqueslorraines.Enfin,sontprésen-
auxquestionsdesantéetdesécurité,etc.téesdesactionsetvoiesempruntéespourré-
Ilsconstituentaussiunpréalableàladéci-sorberlesdifficultésidentifiéesetpermettreaux

femmesd’accéderàunecitoyenne-jusqu’auxniveauxdedécisiondu
tépleineetentière.mondeéconomique.Pourtant,
Cetarticlerestituelethèmedelaleurinfluenceseraitvraisembla-
luttecontrelesviolencesenversblementbénéfiqueàplusieurs
lesfemmesdel’axedeprogrèségards.Endépitd’uneentrée
“lerespectdeladignitédelaper-massivedansl’emploisalariéau
sonne”.Auparavant,unebrèveseindespaysdel’
OCDE
,laparti-
synthèsedesautresthèmesdescipationdesfemmesauxpostes
troispremiersaxesestlivrée.dedécisionetd’encadrement
estde40%inférieureàleur
PARITÉ
partdansl’emploitotal.Unehy-
pothèsefréquemmentmobilisée
La vie politique
estcelledu“plafonddeverre”.
EnFrance,ilya16%defem-
Laparticipationpolitiquedetousmesparmileschefsd’entreprise
lescitoyensestessentielleàla
démocratie.Ledroitdevotedessalariés,cetauxestmêmede
femmesestaujourd’huiquasiuni-deuxpointsinférieurenLor-
verselmêmesiiln’aétéacquisraine.
querécemment,enparticulieren
Europe.Toutefois,unefaiblere-
Les fonctions publiques
présentationdesfemmesparmiQuantitativement,laparticipation
lesélusdemeure:ellesreprésen-desfemmesauxfonctionspubli-
tent17%desparlementairesduquesneleurestpasdéfavorable.
monde.LasituationdanslespaysToutefois,ellen’estpasexempte
européensestvariable.Endephénomènesdeségrégation
France,laloisurlaparitéaper-professionnelleetdedifficultés
misdesprogrèsmaisquisesontd’accèsauxpostesdedécision.
insuffisammentdiffusés.ParAinsi,lesfemmesoccupentlamoi-
exemple,enLorraine,laféminisa-tiédespostesdel’administration
tionmarquéedel’assembléeré-publiquedanslespaysdel’
OCDE
,
gionalesetraduitimparfaitementmaistrèsinégalementselonlesty-
danslacompositiondel’exécutif.pesdeservicespublics:77%des
emploisdanslesservicesdesanté
Le monde économique
contre23%dansceuxdeproduc-
Dansdenombreuxpays,lestionetderéseauxpublics.En
femmesnesesontpashisséesFrance,lesfemmesreprésentent
La charte de l’égalité entre les hommes et les femmes (8 mars 2004)
Aujourd’hui,laquestiondel’égalitéentreleshommesetlesfemmesestplusquejamaisà
l’ordredujour.Ilesttempsqu’ellesoitposéeentermesnouveaux,enidentifiantclairement
sesenjeuxdans une société moderne :

unenjeudémocratique
,celuidel’égalitéendroitetendignitédetouslescitoyens,hom-
mes et femmes ;

unenjeuéconomique
,carl’égalitéprofessionnelleestfacteurdeperformance,decrois-
sance et de dynamisme social ;

unenjeusociétal
quiouvrelavoieàunnouveaucontratentreleshommesetlesfemmes;

unenjeupourl’humanité
,celuidel’affirmationd’uneconscienceuniverselledesdroitsfon-
damentaux.
Des axes de progrès
Ladémarcheengagéeaveclachartedel’égalitépermettradepoursuivre,avecl’investisse-
ment et la détermination de tous,cinq objectifs majeurs:

laparitépolitiqueetl’accèsàlaprisededécision
:pouruneresponsabilitépartagéeet
une citoyenneté à parts égales ;

l’égalitéprofessionnelle
:pourunemeilleurecontributiondesfemmesaudéveloppement
économique et des chances égales face à l’emploi ;

lerespectdeladignitédelapersonne
:pourunaccèsrenforcéauxdroits,àl’autonomie
et à la citoyenneté ;

l’articulationdestempsdevie
:pourunnouveléquilibredesrôlessociauxentreleshom-
mes et les femmes ;

lasolidaritéeuropéenneetinternationale
:pourlapromotiondesdroitsfondamentauxde
la personne humaine.

2uneplusfortepartdel’emploipu-
blicquedel’emploiprivé,59%
contre42%(
début2004
),mais
leurprésencevarieconsidérable-
mentselonlafonctionpublique
(
État,territoriale,hospitalière
)etle
corpsderattachement.EnLor-
raine,lasurreprésentationdes
femmesdanslesfonctionspubli-
quesestmoindre.
La vie associative
Danslesecteurassociatifcomme
danslesentreprises,lesfemmes
sontsous-représentéesdansles
instancesdedécision.Ainsi,en
Lorraine,lesfemmesconstituent
lesdeuxtiersdessalariésmais
40%descadres.Commepartici-
pantesbénévoles,leurtauxd’ad-
hésionauxassociationsest
inférieuràceluideshommes:
40%contre49%.Enrevanche,
elless’engagentautant,unesur
cinqassumantdesresponsabili-
tésàl’instardeleurshomologues
masculins.Etellesnefréquentent
paslesmêmestypesd’associa-
tions:lesfemmessontdavan-
tageparentsd’élèvestandisque
leshommess’oriententdepréfé-
renceverslesactivitéssportives.
ÉGALITÉ
PROFESSIONNELLE
Formation initiale
Danslemonde,85millionsdefil-
lesnesontpasscolariséesetfré-
quemmentcontraintesàtravailler
pourlesbesoinsdelafamille.Une
conséquenceestlamoindrealpha-
bétisationdesfemmes,particuliè-
rementdanslespayslesmoins
avancés.EnEurope,lesfemmes
accèdentdésormaisàpartégaleà
l’enseignement,maispasdanstou-
teslesfilières:auxplusféminisées
tellesquelesLettresetArtss’op-
posentcellesdesSciencesoùla
prépondérancedeshommesest
marquée.EnFrance,laforteparti-
cipationdesfemmesaudébutdu
supérieurs’estompeaufilducur-
sus,particulièrementdansles
voieslespluslongues,sélectives,
voirevalorisantessurlemarchédu
travail.EnLorraine,endépitde
trèsbonsrésultatsdesbacheliè-
res,lesmêmesstéréotypesd’o-
rientationsontobservables.

Insertion professionnelle
DanslemondeetenEurope,les
femmestravaillentunplusgrand
nombred’heuresqueleshom-
mestoutesactivitésconfon-
dues.Leconstatestdifférent
surleseulchampdesactivités
formellesetrémunérées.Endé-
pitdeprogrèsenregistrésau
coursdesdernièresdécennies,
lestauxd’emploidesfemmes
sontinférieursàceuxdeshom-
mes:56,6%contre71,5%
dansl’UE25fin2005.En
France,l’activitédesfemmes
croîtrégulièrementmaisnon
sansdifficulté:ellessubissent
durablementunsurchômageet
uneexpositionélevéeautravailà
tempspartiel.Quantauxfem-
meslorraines,ellesdemeurent
peuactives:leurtauxd’activité
estde65%en2004contre
67,5%pourlesfemmesde
Francemétropolitaine.
Mixité des emplois
en entreprise
Laspécialisationdutravaildes
femmessediffusedelasphère
domestiqueversledomainepu-
blic.Ainsi,endépitdelaconver-
gencedestauxd’activitéet
d’emploideshommesetdesfem-
mes,cesdernièressontnette-
mentmajoritairesdansles
emploisliésauxsoinsetàl’édu-
cationauxpersonnes,ainsiqu’à
l’entretiendelamaison.EnEu-
rope,ellessontconcentréesdans
lesactivitésnonmarchandeset
lesmétierslesmoinsqualifiés.En
France,unefemmesurtroisest
employéedanslesecteurdel’é-
ducation,santé,actionsociale.
EnLorraine,cesphénomènesde
ségrégationprofessionnellepa-
raissentmêmeplusmarqués.
Lutte contre
les discriminations
Lesdiscriminationsprofessionnelles
enverslesfemmessontdediffé-
rentstypes.Lesdiscriminationsdi-
rectesperdurentdanscertains
pays.EnEurope,lesdiscriminations
sontessentiellementindirectes.Ain-
si,dufaitdepréjugésdiversconcer-
nantlescompétencesféminines,
leuraccèsàcertainsmétierset

postesestdifficile.Uneconsé-
quencesalarialeestquelesfemmes
gagnentenmoyennehoraire15%
demoinsqueleshommesdans
l’UE25.Lamoindrerémunération
desfemmesestdumêmeordre
tantenFrancequ’enLorraine.Si
unepartdel’écartestimputableà
unestructured’emploisdifférente
entrelesfemmesetleshommes,
l’autreestassimilableàdeladiscri-
minationsalarialepure.
Éléments constitutifs
de la carrière
Danslaplupartdespaysindustria-
lisés,lesfemmesontmassivement
investilemondedutravailcesder-
nièresannées,maissouventàdes
postesfaiblementqualifiés.Au-
jourd’hui,ellesprennentcons-
ciencequ’ellespeuvent,tout
commeleshommes,fairecar-
rière.EnFrance,entre2003et
2004,prèsde686000femmes
salariéesdusecteurprivéet
semi-public(
soit11%d’entreelles
)
accèdentàungroupesocioprofes-
sionnelplusélevédanslahié-
rarchiesociale.Parexemple,elles
passentdustatutd’employéàcelui
deprofessionintermédiaire.En
Lorraine,ellessontprèsde
20000(
10%
)àprogresserpro-
fessionnellement.Lediplôme,la
formationcontinueetlamobilité
agissentpositivementsurlacar-
rièredesfemmes.Àl’inverse,la
maternité,letempspartieletla
professionduconjointnejouent
pastoujoursenleurfaveur.
Création d’activité
Aucoursdesvingtdernièresan-
nées,l’entrepreneuriatféminin
s’estdéveloppédanslaplupartdes
paysindustrialisés.Danscedo-
maine,lesÉtats-Unis,leCanadaet
leRoyaume-Unifontofficedepré-
curseurs.EnFrance,laparticipa-
tiondesfemmesàlacréation
d’entrepriseestl’unedesplusfai-
blesaumondeetsemblen’avoir
quepeuévoluéaucoursdutemps.
En2002notamment,268500
entreprisessontcréées,maisles
femmesnereprésententque29%
descréateurs.EnLorrainecette
mêmeannée,surles6700nou-
vellesentreprises,27%sont
crééespardesfemmes.Plussou-

ventqueleshommes,lesfemmes
sontinactiveslorsqu’ellescréent
leurentreprise.Ellesdisposentde
moinsdemoyensetprivilégientles
activitésducommerceetdesser-
vicesauxparticuliers,tellesquela
coiffureoulessoinsesthétiques.
RESPECTDELADIGNITÉ
DELAPERSONNE
Femmes et santé
Lasantédesfemmesdépendde
facteursspécifiques.Lagrossesse
etl’accouchementsonttoujours
lesprincipalescausesdedécès,
demaladiesetd’incapacitésdes
femmesenâgedeprocréerdans
lespaysendéveloppement.Les
femmessubissentd’autresrisques
sexuels,tellesquelesinfections
sexuellestransmissiblesetles
grossessesnondésirées,d’autant
plusquelesrapportshom-
mes-femmessontinégalitaires
danslasociété.Danslespaysin-
dustrialisés,unenjeumajeurpour
lesfemmesestdedéciderdeleur
maternité.Àâgedonné,lesfem-
mesontunemoindremortalité
queleshommes,avecpourconsé-
quenceuneespérancedeviesupé-
rieuredeseptannéesenFrance.
Danslarégion,certainespatholo-
giespèsentsurlamortalitéetles
femmeslorrainesfontpartiede
cellesquiviventenmoyennele
moinslongtempsenFrance.
Femmes et exclusion
Parmiles1,2milliarddepersonnes
vivantavecmoinsde1dollarpar
jour,lesfemmessontmajoritaires.
Leurpauvretémonétaireestfré-
quemmentassociéeàunerestric-
tiondeleurslibertésetdeleurs
capacitésessentiellesquesontl’ac-
cèsàl’éducationouauxbienses-
sentiels,commel’eaucourante.Ces
restrictionssontd’autantplusdom-
mageablesqu’ellesserépercutent
surlesenfantsdontellesontla
charge.EnEuropeetenFrance,les
risquesdepauvretémonétairepè-
sentfortementsurlesfemmeset
lesfamillesmonoparentales.L’insé-
curitédel’emploietletravailà
tempspartieljouentunrôledétermi-
nant.EnLorraine,75000femmes
sontpauvres,soit40%deplusque
leshommesdanscettesituation.

3
Femmes âgées
Levieillissementdespopulations
estmondial.Ils’opèreparla
baissedelaféconditéetl’accrois-
sementdel’espérancedevie.En
France,avecuneféconditéquise
maintientauseuilderenouvelle-
mentdesgénérations,lacrois-
sancecontinuedel’espérancede
viejoueunrôlecentral.Lesfem-
mesenbénéficientdavantageque
leshommes.Toutefois,levieillisse-
mentdesfemmesposedespro-
blèmesspécifiquestantentermes
d’accompagnementfamilialetso-
cial,desantéetdedépendance,
qued’autonomiefinancière.EnLor-

raineen2015,plusde125000nisationdesmigrations.Chaque
femmesdeplusde60ansvivrontannéedesmillionsdefemmesoc-
seules,et35000personnes,cupentunemploihorsdeleurpays
dontdeuxtiersdefemmes,serontdanslebutdefournirdesmoyens
dépendantes.desubsistanceàleurfamille.En
France,lesfemmesmigrantes
Femmes et immigration
sontmajoritairementvenuesdans
unelogiquederegroupementfami-
Autrefoislefaitdeshommes,leslial.Lorsqu’ellesnesontpascan-
migrationsconcernentdésormaistonnéesaufoyer,lesfemmes
detrèsnombreusesfemmes.Enimmigréessontfréquemmentdans
2003,ellesreprésentaientlamoi-dessituationsdesous-emploi.En
tiédes175millionsdemigrantsLorraineégalement,ellesfontl’ob-
internationaux.Lescriseséconomi-jetdediscriminationsprofession-
ques,ladégradationdesservicesnellesetconnaissentdestaux
publicsetdesstructuressocialesd’activitéparticulièrementfaibles.
sévissantdansdenombreuxpays,
jouentunrôlecentraldanslafémi-

Lutte contre les violences à l'encontre des femmes

Denombreusesviolencessontcommisesàl’encontredesfemmesdanstouteslesrégions
dumonde.Ellessontmaximalesdanslehuisclosfamilial:enFrance,plusde160femmes
meurentchaqueannéesouslescoupsdeleurconjoint/concubin.Euégardautauxdedécès,
lesrégionsduNord-Est,laLorraineenparticulier,présententdesindicateurspréoccupants.
Cesphénomènessontconnusdepuispeu.Diversprogrès,tantdansledomainedessources
administrativesquedesenquêtesstatistiquesadhoc,permettrontàl’avenirdemieuxévaluer
etéradiquerlesviolencesconjugales.Lecontextelégislatifestmarquéparunrenforcement
delapréventionetdelarépressiondecesactes.
S
elonlaDéclarationde
l’OrganisationdesNationsUnies
(
ONU
)surl’éliminationdelavio-
lencecontrelesfemmesdeno-
vembre1993,“laviolencefaite
auxfemmesdésignetoutactede
violencefondésurl’appartenance
ausexeféminin,causantousus-
ceptibledecauserauxfemmes
dessouffrancesphysiques,sexuel-
lesoupsychologiques,etcompre-
nantlamenacedetelsactes,la
contrainteoulaprivationarbitraire
deliberté,quecesoitdanslavie
publiqueoudanslavieprivée.”
Violences conjugales
Lesfemmessubissenttoutesfor-
mesdeviolence.Toutefois,les
violencesenverslesfemmessont
maximalesdanslehuisclosfami-
lial.Lavieencoupleapparaît
commelecontexteleplusdange-
reuxpourlesfemmes,àl’opposé
deshommesdavantagevictimes

4d’agressionsphysiquesdanslesdanslescampagnes,l’étudeéta-
espacespublics.Cetteviolenceblitquejusqu’à60%desfemmes
estfondéesurunrapportdefor-decertainesrégionssubissent
cesoudedominationquipeutdesviolencesd’unpartenairein-
s’exercerdediversesmanières:time.Ellesdéclarentavoirété
violencesphysiques,psychologi-physiquementmaltraitéesparce-
ques,économiques,sexuelles...lui-ciàunmomentouàunautre
Lorsquedesenfantssontté-deleurvie,notammentàtravers
moins,ilssontdurablementaffec-desabussexuels.
tésdansleurdéveloppementDestendancescommunessedé-
socialetaffectif.Unenfantsurgagentparmilesquellesonpeut
cinqrépètelaviolence.citerlerôlecatalyseurdel’alcool,
lareproductiondessituationsvé-
Des réalités observées
cuesdansl’enfance,l’existence
partout dans le monde
duphénomènedanstouslesmi-
lieuxsocio-économiques,lavulné-
Afindedisposerd’unevisioncom-rabilitédesjeunesfemmes,etc.
parableentreplusieursrégionsCesphénomènesconcernentaus-
dumonde,l’OrganisationMon-sibienlespaysduNordqueceux
dialedelaSanté(OMS)amenéduSud.Desquelquesétudesréa-
en2005uneétudemulti-paysliséesenEuroperessortunordre
surlasantédesfemmesetlavio-degrandeur:unefemmesurdix
lencedomestiqueàl’égarddesestvictimedanssoncouplede
femmes.Menéesurplusieursviolencespsychologiques,physi-
continents,danslesvillescommequesousexuelles.

Des phénomènes
tes.Ellesn’émanentpasd’uneFrance.Laloidu4avril2006ren-
difficiles à évaluer
seulesourceofficiellecouvrantl’en-forcelapréventionetlarépression
sembleduterritoire.Laconnais-desviolencesauseinducoupleou
Lessourcesadministrativessancedesfaitsdeviolenceentrecommisescontrelesenfants.Un
sous-estimentlesfaitsdeviolencesconjointsnécessitedoncd’agrégerdesesprincipauxeffetsestde
entreconjoints.Touteslesviolen-différentessources.qualifierdedélittouteviolencesur
cesnefontpasl’objetd’uneconcubin(e)ouex-concubin(e).Sur
plainte,c’estparticulièrementlePourtant,afindetendreversuneleterrain,diverstravauxsonten
caslorsquelavictimeetl’auteurévaluationexhaustive,seulesdescours:améliorationdel’accueil
seconnaissent,afortioris’ilsvi-enquêtesspécifiquementdédiéesàparlapolicedesfemmesvictimes
ventencouple.Lesvictimeshési-cesphénomènes,intégrantdesdeviolences,recueildelaparole
tentetrenoncentfréquemmentàprotocolesparticuliers,peuventleparlesprofessionnelsdesanté,
enclencheruneactionpubliquepermettre.Lespremièresévalua-coordinationentrelesdifférents
contreunproche,àlafoispartionsduphénomènesontrécen-servicesimpliqués,campagnesna-
peur,parhonte,etfaceaudénites,ellesdatentdumilieudestionalesdecommunicationetd’in-
socialplusoumoinsmarqué.Lesannées80auxÉtats-Unis.Depuis,formation,etc.
victimesrecourentalorsàd’autresdenombreuxpaysontengagéde
moyensdesignalement,qu’ils’a-telstravaux,notammentdansle
Une femme meurt
gissedelasimpleinscriptiondescadreduprogrammeSantédes
tous les deux jours
faitssurunregistredesautoritésfemmesdel’OMS.EnFrance,l’en-
depoliceoudurecoursàdesas-quêteEnveff,réaliséeen2000,
de violences conjugales
sociationsd’aideauprèsdesquellesestlapremièreévaluationduphé-Lesdécès,paroxysmesdesviolen-
ellespeuventtrouverdel’écouteetnomèneengrandeurréelle.cesfaitesauxfemmes,sontune
dusoutien.Parallèlementauxprogrèsstatisti-réalitéconnueetmédiatiséedepuis
EnFrance,lesinformationsrelati-quesenregistrés,desdispositifspeuenFrance.En2004,162fem-
vesauxviolencesconjugalessontdeluttecontrelesviolencesconju-mesmajeuressontdécédéesen
plutôtrécentesetassezdispara-galessemettentenplaceenFrancemétropolitainesousles
Jusqu'à60%defemmesontsubidesviolencesparunpartenaireintime
Proportiondefemmesvictimesdeviolenceconjugalephysique
70
%
Violencephysiquemodéréeseulement
60
Violencephysiquegrave
05040302010

Source:OMS,étudemulti-pays2005
Informationsstatistiquessurlesviolencesenverslesfemmes
Sourcesadministrativesetrapportsd’activité
Gendarmerie nationale
Police nationale (Direction centrale de la sécurité publique)
Préfecture de Police de Paris
Ministère de la Justice
Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF)
Enquêtes
Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France métropolitaine (Enveff), 2000
Enquête Événement de vie et santé, Insee-Ministère des affaires sociales, 2005
Enquête de victimation, module «Cadre de vie et sécurité», Insee-Observatoire National de la Délinquance (OND), 2007

5
coupsdeleurconjointouconcubin.
Denombreusesautresfemmes
souffrentdeviolences,parfoisrégu-
lièrement.Enagrégeantlesfaits
constatésparlagendarmerieetla
police,plusde35000casde
coupsetblessuresvolontairesont
étérecensésen2004.
Avecunindiceglobaldeviolence
conjugalede10%,c’estl’espace
privéetfamilialquiestlelieuprin-
cipaldesviolencesdetoutesna-
turespourlesfemmesselon
l’Enveff.Cetauxdépassemême
les15%chezlesjeunesfemmes
de20à24ans.Parmilesviolen-
cesconjugalesconsidérées,les
pressionspsychologiquessontles
plusfréquentesavec37%de
femmesvictimes.Cespressions
comprennentlesactionsdecon-
trôle(
exigerdesavoiravecquietoù
l’onaété,interdictionderencontrer
oudeparleravecdesamisoumem-
bresdelafamille
),d’autorité(
impo-
serdesfaçonsdes’habiller,dese
coifferoudesecomporterenpublic
)
etdesattitudesdedénigrement,
demépris.

Deuxautrestypesdeviolencestantspeutêtredessinéesurune
ontdesoccurrencesélevées:périodecouvrantpartiellementles
13,2%desfemmessubissentannées2003et2004.Lesré-
desinsultesetmenacesverbalesgionsayantconnuleplusgrand
dansl’espacepublicet16,7%su-nombrededécèssuiteàdesvio-
bissentdespressionspsychologi-lencesconjugales,plusdetrois
quesautravail.parmilliond’habitants,forment
unezoneenglobantlesrégionsdu
Mortalité suite à
Nord-EstdelaFrance,àl’excep-
des violences conjugales
tiondel’Alsace,àlaquelles’ajou-
en Lorraine
tentleLimousinetlesPaysdela
Loire.Avectreizemeurtresetun
Àpartirdesdonnéesfourniespartauxde5,63parmilliond’habi-
lagendarmerieetlapolicenatio-tants,laLorraineestsituéeen
nalessurlescasdedécèsdanstroisièmepositionaprèsle
lecouple,unecartographiedesNord-Pas-de-CalaisetlaCham-
tauxdedécèsparmilliond’habi-pagne-Ardenne.Sixcrimesont
Plusde35000casdecoupsetblessuresvolontaires
constatésenFranceen2004
Faitscommissurfemmesmajeures200220032004
parconjointouconcubin
Assassinats et meurtres123136139
Tentatives d’homicides83102103
Coups et blessures suivis de mort234423
Autres coups et blessures volontaires criminels306613472134848
ou correctionnels
Source:CalculObservatoireNationaldelaDélinquance(OND)àpartirdesdonnéesdela
PoliceetdelaGendarmerie

Unefemmesurdixasubidesviolencesconjugalesaucoursdes12derniersmois
Partdesfemmes(en%)ayantsubi20-24ans25-34ans35-44ans45-59ansEnsemble
Dans l’espace public*
Insultes et menaces verbales24,915,211,78,613,2
Agressions physiques2,81,61,21,71,7
Être suivie12,45,842,85,2
Exhibitionnisme8,93,31,71,22,9
Avances et agressions sexuelles6,52,60,90,51,9
Indice global de harcèlement sexuel (1)21,99,95,93,98,3
Au travail**
Insultes et menaces verbales11,710,18,86,28,5
Pressions psychologiques20,218,615,215,716,7
– dont harcèlement moral (2)5,24,73,63,13,9
Destruction du travail, de l’outil de travail3,62,82,31,32,2
Agressions physiques0,60,60,60,50,6
Harcèlement sexuel4,32,81,90,71,9
Violences conjugales***
Insultes et menaces verbales6,14,14,33,94,3
Chantage affectif2,71,42,31,61,8
Pressions psychologiques51,240,135,432,637
– dont harcèlement moral (3)12,18,37,56,57,7
Agressions physiques3,92,52,52,22,5
Viols et autres pratiques sexuelles imposées1,20,910,60,9
Indice global de violence conjugale (4)15,31110810
(
1)Avoir,aumoinsunefois,étésuivieouenprésenced’unexhibitionniste,ouavoirsubidesavancesouuneagressionsexuelle.
(2)Parmilestroiscomposantesdecetindice(brimades,critiquesoudénigrement,miseàl’écart),l’uneaumoinsauneoccurrencefréquente.
(3)Avoirsubiplusdetroisfaitsconstitutifsdespressionspsychologiquesdontl’unaumoinsauneoccurrencefréquente.
(4)Avoirsubiduharcèlementmoraloudesinsultesrépétées,ouduchantageaffectif,oudesviolencesphysiquesousexuelles.
Champ:*ensembledesfemmesde20à59ans;**femmesde20à59ansayantexercéuneactivitéprofessionnelleaucoursdes12moisprécédantl’en-
quête;***femmesde20à59ansayanteuunerelationdecoupleaucoursdes12moisprécédantl’enquête.
Source:enquêteEnveff,2000

6
L’actiondesServicesdesDroitsdesFemmesetdel’Égalité
enfaveurdesfemmesvictimesdeviolencesconjugalesenLorraine
LaluttecontrelesviolencesfaitesauxfemmesestunaxeprioritairedelapolitiqueduMinistèredéléguéàlaCohésionsocialeetàlaPari-
té.LaDélégationrégionaleetlesMissionsdépartementalesauxdroitsdesfemmesetàl’égalitésontchargéesdemettreenœuvreloca-
lementcettepolitiquesousl’autoritédesPréfets.EllesagissentdanslecadredelaCommissiondépartementaled’actionscontreles
violencesfaitesauxfemmes.Enoutre,enMoselledesProtocolesdeluttecontrelesviolencesfaitesauxfemmesontétésignésle30
juin 2006 par ressort des Tribunaux de Grande Instance de Metz, Sarreguemines et Thionville.
Quelques axes guident l’action :

Favoriserlaconnaissancemutuelledesorganismesetprofessionnelsdeterrain
quesontlesinstancesjudiciaires,lesforcesdesé-
curité,l’ordredesavocats,lesservicesd’aideauxvictimes,lescollectivitéslocales,lestravailleurssociaux,lesprofessionnelsdesan-
té, les bailleurs sociaux.
*
Lamiseenréseauterritorialedesprofessionnelschargésdel’accueilestconfiée,selonlesdépartements,auxCentresd’Information
sur les Droits des Femmes ou aux Centres d’Hébergement d’Urgence.
*
Lasensibilisationetlaformationdesprofessionnelsprendlaformed’actionsdeformationinterinstitutionnelleparbassinterritorialou
de sensibilisation/formation par catégorie de professionnels dans le cadre de la formation initiale et/ou continue.
Informerlesfemmesetsoutenirlesvictimes
,parlaréalisationdedocumentsd’informationdépartementaux(dépliants,affiches,
cartes) et en relayant les campagnes nationales de communication.
Unsoutienparticulierestapportéauxdispositifsd’accompagnementdesfemmesvictimesdeviolencesdéveloppéparlesassocia-
tions.
Favoriserlapriseencompteduphénomènedesviolences
,notammentdanslecadredelaPolitiquedelaVilleetdesContrats
UrbainsdeCohésionSocialeainsiquedesConseilslocauxdesécuritéetdepréventiondeladélinquance(CLSPD)oudesConseilsin-
tercommunaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD).

Un exemple de dispositif d’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales :
le Programme d’Accompagnement des situations de Violences (PAV) de l’Association d’Information et d’Entraide Mosellane
(AIEM) dans le bassin messin
Laviolenceconjugalenécessiteuneapprocheglobale:lePAVfacilitelagestiondessituationsdeviolencesurunplanjuridique,psycholo-
giqueetcorporel,lareprisedelaresponsabilitéfaceàcetteviolenceetlapréventiondelarécidiveparunmieux-êtreetunepriseen
compte de la souffrance.
S’appuyant sur les Centres d’Hébergement de l’AIEM à Metz, le PAV propose :
Un accueil et une orientation personnalisés (éventuellement un hébergement)
Une information juridique individualisée
Une écoute et un accompagnement psychologique émotionnel et corporel (relaxation)
Uneinformationcollectivejuridiqueetsociologiquesurlaviolenceconjugale,etdesrepèresdecompréhensionetdesstratégiesde
comportement pour les victimes et leur entourage
Un groupe de paroles à orientation thérapeutique
Une formation à l’auto-défense (Wendo) pour reprendre confiance, se protéger et se défendre
Une consultation conjugale
Des actions de prévention auprès des adolescents dans les collèges et les lycées
Un accueil/accompagnement des auteurs de violences.
LeProgrammed’AccompagnementdessituationsdeViolencespermetdepuis8ansd’offriràtoutespersonnesconfrontéesàlavio-
lenceconjugaleetfamilialeousociale,qu’ellessoienthébergéesounonparl’AIEM,uneapprochepluridisciplinaireetunensemblederé-
ponsesdiversifiées.Cesprestationspeuventêtreutiliséesdansleurtotalitéoupartiellement.Ellesassocientdesséquencesindividuelles
et collectives sur la base du volontariat.
465femmesontbénéficiéd’unaccueilsanshébergementen2006(aideàladécision,informationjuridique),31femmesontétéaccom-
pagnéesjuridiquement.77ontparticipéàl’informationcollective;48ontétéforméesàl’auto-défense.169personnesontétésuivies
psychologiquement (accompagnement individuel et participation au groupe de paroles).
Pour bénéficier de ce programme, les contacts à l’AIEM :

Accueilavechébergement24h/24:
Centre d’Accueil et d’Hébergement d’Urgence -
GîtedesHautsdeSainte-Croix-PlaceSainte-Croix-57000METZ

03 87 76 07 55
Appui juridique :
ArletteTORLOTING,DominiquePIQUET


Accueil sans hébergement :
Maisond’AccueiletdeRéinsertionSociale-6bisrueauxOssons-57000METZ

03 87 75 88 88
Anne-MarieBOURELLE,Marie-ClaudeTOMASSI,ChantalBOULIER(Surrendez-vous)

7
Savoirplus:
étésignalésenMeurthe-et-Mo-

ChantalGRAU,
selle,cinqenMoselle,deuxdansDélégationrégionaleauxdroits
lesVosgesetaucundansladesfemmesetàl'égalité
Meuse.Auniveauinfra-départe-
Ministèredéléguéàlacohésionso-
mental,lestauxplusélevéssesi-

LaurenceLABOSSE
cialeetàlaparité:
tuentdansleszonesurbaineset

NicoleMARC
www.femmes-egalite.gouv.fr
densémentpeuplées.

GérardMOREAU
ObservatoireNational
InseeLorraine
delaDélinquance:
www.inhes.interieur.gouv.fr
OrganisationMondialedelaSanté:
Lorraine:tauxélevédedécèssuiteàdesviolencesconjugales
www.who.int/fr
RégionNombredeTaux(
parmilliond’habitants
)
sècédRetrouvezl'intégralitédudossier
Nord-Pas-de-Calais287,01
"Femmes...Réalités"àl'adresse:
Champagne-Ardenne96,70
Lorraine135,63
www.insee.fr/lorraine
Limousin45,63
rubrique : publications
Franche-Comté65,37
Provence-Alpes-Côte d’Azur245,33
Pays de la Loire134,03
Ile-de-France423,83
Rhône-Alpes203,54
Haute-Normandie63,37
Picardie63,23
Centre72,87
Languedoc-Roussillon62,61
Aquitaine72,41
Midi-Pyrénées51,96
Bourgogne31,86
Poitou-Charentes31,83
Basse-Normandie21,41
Bretagne41,38
Alsace21,15
Ministère de l’Économie,
Auvergne10,76
des Finances et de l’Industrie
Corse00
InseeFrance métropolitaine2113,61
Institut National de la Statistique
Source:Recensementdescasdedécèsdanslecouple-GendarmerienationaleetPolice
et des Études Économiques
nationale,2003-2004
Direction Régionale de Lorraine
15, rue du GénéralHulot
CS 54229
L’enquête nationale sur les violences envers les femmes
54042 NANCY CEDEX
Tél :03 83 91 85 85
en France métropolitaine (Enveff)
Fax :03 83 40 45 61
L’Enveff,lancéeetréaliséeen2000paruneéquipepluridisciplinairedecher-
www.insee.fr/lorraine
cheurs,estlapremièreenquêtenationaledegrandeampleurdédiéeauxviolen-
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
ces subies par les femmes. Ses objectifs étaient de :
Jean-PaulFRANÇOIS
-mesurerlafréquencesurdouzemoisdesviolencesinterpersonnelles,verbales,
Directeur régional del’Insee
psychologiques,physiquesetsexuellessubiesparlesfemmesd’âgeadultedans
leursdifférentscadresdevie:espacespublics,vieprofessionnelle,viedecouple,
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
relationsaveclafamilleoulesproches,cequelquesoitl’auteurdesviolences;
ChristianCALZADA
Gérard MOREAU
-mesurerlafréquencedesviolencesphysiquessubiesparlesfemmesdepuis
l’âge de 18 ans et celle des violences sexuelles subies pendant toute la vie ;
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
-analyserlecontextefamilial,social,culturel,économiquedessituationsdeviolences;
RELATIONS MÉDIAS
JacquelineFINEL
-étudierlesréactionsdesfemmesauxviolencessubiesetleursrecoursauprès
de leur entourage et des services institutionnels ;
RÉDACTRICE EN CHEF
-analyserlesconséquencesdelaviolencesurlasantéphysiqueetmentale,lavie
AgnèsVERDIN
familiale et sociale, l’usage de l’espace.
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
Lacollectedesdonnéesaétémenéedemarsàjuillet2000,auprèsd’unéchan-
MISE EN PAGE - COMPOSITION
tillonreprésentatifde6970femmesâgéesde20à59ansetrésidant,horsins-
Marie-ThérèseCAMPISTROUS
titution,enmétropole.Elleaétéeffectuéepartéléphone,detellesorteàcréerla
Marie-OdileLAFONTAINE
bonnedistanciationdanslarelationenquêteur/enquêtépourdessujetssensi-
ISSN: 0293-9657
blesetàassurerlerespectdel’anonymattotal,laconfidentialitéetlasécurité
© INSEE 2007
des personnes interrogées.
8

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.