L'action sociale en faveur des personnes âgées : Un niveau de service inégalement réparti

De
Publié par

Une aide ménagère bien implantée, des repas distribués à domicile peu nombreux, des soins à domicile bien répartis sur le territoire haut-normand et une surveillance à domicile qui se développe caractérisent l'aide aux personnes âgées en Haute-Normandie. En matière de services dont celles-ci peuvent bénéficier dans leur commune les équipements spécifiques tels que les maisons de retraite ou centre de soins sont des stuctures qui restent à développer dans la région; en effet, ces équipements ne couvrent pas aujourd'hui, l'ensemble du territoire haut-normand de façon satisfaisante. En revanche, les clubs de loisirs sont nombreux et peu de personnes âgées en sont privées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

INVENTAIRE COMMUNAL
L’action sociale en faveur
des personnes âgées
Un niveau de service
9inégalement réparti
ide ménagère, distribu- Cette aide est financée pour tout ouUne aide ménagère bien
tion de repas, soins et partie par les conseils généraux ouimplantée, des repas Asurveillance à domicile des organismes de sécurité sociale.distribués à domicile peu
sont les principaux services rendus Ceux ci passent des conventions
nombreux, des soins à
aux personnes âgées. L’inventaire avec des gestionnaires qui peuvent
domicile bien répartis sur le communal de 1998 (1) a recensé être de statut public (centres com
territoire haut normand et l’équipement des communes en munaux d’action sociale) ou privé
une surveillance à domicile matière d’aide sociale aux person- (associations, fédérations départe-
nes de plus de 65 ans. mentales d’associations locales).qui se développe
L’aide ménagère est le principal L’aide ménagère inclut aussi lescaractérisent l’aide aux
service organisé permettant de services d’auxiliaires de vie. Cespersonnes âgées en
maintenir à domicile des personnes structures emploient des personnes
Haute Normandie.
qui ont des difficultés à accomplir (appelées auxiliaires de vie) dont la
En matière de services dont les actes essentiels de la vie quoti- fonction est d’aider les personnes
celles ci peuvent bénéficier dienne. Ces services emploient des handicapées.
dans leur commune, les aides ménagères appelées aussi En 1998, 95,8% des communes
auxiliaires ou travailleuses familia bénéficient de l’aide ménagère àéquipements spécifiques
les. L’aide concerne des activités domicile. Ce taux varie peu selontels que maisons de retraite
telles que la préparation des repas, la taille de la commune : il atteintou centres de soins sont des
les courses, le ménage... En ce sens,près de 95% pour celles de moins
structures qui restent à
elle n’est pas exclusivement réser de 500 habitants. Ce sont au total
développer dans la région ; vée aux personnes âgées et si ce 99% des personnes âgées de plus
en effet, ces équipements sont elles les principales bénéficiai de 65 ans (en 1990) qui peuvent
ne couvrent pas, res (avec les handicapés), on ren- bénéficier de ce service, 96,3% en
aujourd’hui, l’ensemble du contre également des mères de fa- milieu rural et près de 100% en
mille surchargées et des malades. milieu urbain.territoire haut normand de
(1) voir encadré page 8.façon satisfaisante. En
revanche, les clubs de
Un service bien implanté
loisirs sont nombreux et peu
L’AIDE MÉNAGÈRE À DOMICILE EN HAUTE NORMANDIE
de personnes âgées en sont
Communes équipées Part de la population
(de plus de 65 ans) privées. Taux d’équipement
Nombre desservie (en %)(en %)
Total 1 360 95,8 99,0
dont milieu rural 1 173 95,3 96,7
dont communes de moins
de 500 habitants 810 94,6 95,0
Source : INSEE Inventaire communal 1998
AVAL 84 1er TRIMESTRE 1999INVENTAIRE COMMUNAL
Des repas distribués Des soins à domicile veillance médicale) et des soins in
dans une commune sur cinq accessibles dans la majorité firmiers (injections, perfusions,
des communes pansements, etc.). Ils apportent si-
L’inventaire communal s’est éga multanément une aide spécifique
lement intéressé à la distribution de L’inventaire communal a aussi pour accomplir les actes essentiels
repas à domicile, service géré par unrecensé les structures offrant un de la vie sans empiéter sur les tâ-
centre d’aide à domicile, quel que service de soins à domicile pour lesches relevant de "l’aide ménagère".
personnes âgées résidant dans lasoit son statut : public (communes, Répartis équitablement sur l’en
centres communaux d’action sociale, commune, y compris les services semble du territoire haut normand,
syndicat inter hospitalier) ou privé de soins infirmiers à domicile ce sont près des trois quarts des
(associations...). Par contre, le ser- (SSIAD) dont peuvent bénéficier communes qui bénéficient de ce10
vice, bénévole ou occasionnel, a été ces personnes souhaitant vivre service. Le milieu rural est assez
dans leur logement.exclu du champ de l’enquête. bien loti avec plus de 70% des com
La distribution de repas à domi-
cile n’est présente que dans 21% Un service assez bien distribué
des communes. La réglementation
LES SOINS À DOMICILE EN HAUTE NORMANDIE
de cette activité, en particulier les
Communes équipées Part de la population
normes d’hygiène très strictes du (de plus de 65 ans) Taux d’équipement
Nombre desservie (en %)(en %)transport de plats préparés, freine
Total 1 049 73,9 87,1
le développement de ce service en
dont milieu rural 898 72,9 76,5
l’absence d’infrastructures (entre- dont communes de moins
de 500 habitants 612 71,5 71,8prises ou associations) solidement
constituées. L’investissement, assez Source : INSEE Inventaire communal 1998
lourd, en matière d’équipement
ainsi que les frais de fonctionne-
ment élevés ne bénéficient pas tou- Une aide en développement
jours de l’aide nécessaire malgré la
LA SURVEILLANCE À DOMICILE EN HAUTE-NORMANDIE
volonté affichée de maintien des
Communes équipées Part de la population
personnes âgées à domicile, surtout (de plus de 65 ans) Taux d’équipement
Nombre desservie (en %)(en %)en milieu rural. Si toutes les com-
Total 651 45,8 51,5
munes de plus de 30 000 habitants
dont milieu rural 539 43,8 48,1
bénéficient de ce service, moins de dont communes de moins
de 500 habitants 350 40,9 41,050% des communes de 10 000 à
30 000 habitants en disposent et ce Source : INSEE Inventaire communal 1998
chiffre tombe à 18,6% pour celles
de moins de 500 habitants. Ce ne Ces services emploient des infir munes de moins de 500 habitants
sont ainsi que 51,5% des personnes mières et des aides soignantes sala "équipées", ce qui correspond à
de plus de 65 ans qui en profitent. riées ou libérales et sont gérés par 77% des plus de 65 ans pouvant bé
Dans les petites communes rurales, des organismes publics ou privés. néficier de ce service en milieu ru-
c’est un peu moins de 20% de per Ils dispensent, sur prescription mé ral, contre 91% en milieu urbain.
sonnes âgées qui peuvent bénéfi- dicale, des soins d’hygiène et de Autre service en faveur des per
cier de ce service. nursing (toilette, alimentation, sur sonnes âgées, la surveillance à do-
micile est assurée par un poste télé
phonique spécial, muni d’une
Un taux d’équipement faible
touche d’appel d’urgence. Installé
LES SERVICES DE DISTRIBUTION DE REPAS À DOMICILE EN HAUTE NORMANDIE dans le cadre de l’action sociale par
Communes équipées Part de la population la municipalité ou une association,
(de plus de 65 ans) Taux d’équipement
Nombre desservie (en %) ce type d’équipement se développe(en %)
Total 298 21,0 51,5 rapidement. Si toutes les personnes
dont milieu rural 235 19,1 20,3 âgées résidant dans une commune
dont communes de moins
de 500 habitants 161 18,8 19,1 potentiellement équipée n’en sont
pas nécessairement bénéficiaires, la
Source : INSEE Inventaire communal 1998
présence de ce service indique qu’il
AVAL 84 1er TRIMESTRE 1999INVENTAIRE COMMUNAL
Une grande majorité de communes équipéesest néanmoins disponible. 84%
des plus de 65 ans résidant en mi
LES CLUBS DU 3e ÂGE
lieu urbain sont susceptibles de Communes équipées Part de la population
(de plus de 65 ans) bénéficier de la surveillance à do Taux d’équipement
Nombre desservie (en %)(en %)micile, mais seulement 48% en
Total 1 047 73,7 95,5
milieu rural, dont 41% dans les dont milieu rural 871 70,8 85,6
dont communes de moinscommunes de moins de 500 habi
de 500 habitants 519 60,6 71,0
tants. Cependant, plusieurs zones,
Source : INSEE Inventaire communal 1998en Seine Maritime, sont sous équi-
pées en ce domaine : le Pays de
chambres. Les maisons de retraite gérés par un bureau d’aide socialeCaux, la périphérie du Havre (hors 11
peuvent être médicalisées ou non. ou une association sans but lucratif.agglomération), le nord du Pays de
La maison de retraite médicali Ces structures sont ouvertes auxBray et l’est de la vallée de la Bresle,
sée comporte une section de cure personnes âgées, notamment cel-alors que l’Eure est assez bien des-
médicale, destinée à l’héberge- les bénéficiant d’une aide socialeservie, en dehors de Vernon nord et
ment et la surveillance médicale pour les repas.de Gisors.
que nécessite l’état de certains
pensionnaires. Ceux ci ont perdu
la capacité d’effectuer seuls les ac Des clubs de loisirs pour tousDes équipements spécifiques
tes ordinaires de la vie quoti-peu nombreux
Enfin, ont été dénombrés, lesdienne ou sont atteints d’une af-en Haute Normandie
cercles ou réunions de personnesfection somatique ou psychique
Centres de soins de jour, mai- stabilisée. Les prestations fournies âgées pour les loisirs. Leur gestion
au titre de la section de cure mé est assurée par l’intermédiaire de lasons de retraite, foyers restaurants
dicale sont assurées soit par du mairie, d’une association ou par leset clubs du 3e âge sont des équipe
personnes âgées elles-mêmes. Leurments spécifiques offerts aux per- personnel propre à l’établisse-
nombre a sensiblement augmentésonnes âgées. ment, soit par du personnel exté
Les centres de soins se définis- rieur. entre 1988 et 1998, passant de 889 à
La maison de retraite non mé 1 047 centres. Au cours de cette pé sent comme des unités thérapeuti-
dicalisée n’accueille donc que des riode, 200 communes s’en sont do ques, destinées aux personnes pré
tées alors que 42 centres disparais sentant des difficultés d’ordre personnes valides.
saient, essentiellement dans lesphysique, psychologique ou social. L’inventaire communal de 1998
Leur but est de compléter le sys- a inclus dans cet item les sections communes rurales de moins de 500
"hospice maison de retraite" ratta- habitants.tème de soins existant pour le
chées à un hôpital, les maisons En 1998, ce sont ainsi près desmaintien à domicile.
trois quarts des communes qui enC’est principalement dans les d’accueil pour personnes âgées
sont équipées. Seulement 5% deszones urbaines que ces centres sont (MAPA), les maisons d’accueil
implantés ; moins d’une commune pour personnes dépendantes (MA plus de 65 ans résident dans des
PAD) et les foyers logements. Ces communes ne leur permettant pasrurale sur cent en est dotée.
derniers étant un ensemble de lo- l’accès à un club du 3e âge Les maisons de retraite, héberge
ment collectif pour personnes âgées, gements individuels publics ou
de statut public ou privé, offrent un privés destinés aux personnes
ensemble de prestations comprenant âgées valides, vivant seules ou
Jean Yves CAILLEUXavec leur conjoint et ayant occa-l’hébergement, la restauration com-
sionnellement besoin d’être aidées.plète, l’entretien du linge et des
Elles peuvent ap-
porter leur mobi-
COMMUNES DISPOSANT DE MAISONS DE RETRAITE
lier, y faire leur cui ET FOYERS RESTAURANTS EN HAUTE NORMANDIE
sine.Maisons de retraite Foyers restaurants
Zones rurales 65 5 L’inventaire s’est
Zones urbaines 94 39 également intéressé
Total 159 44
aux foyers restau-
Unité : nombre Source : INSEE Inventaire communal 1998 rants, établissements
AVAL 84 1er TRIMESTRE 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.