L'année économique et sociale 2007 - Niveaux de vie des ménages

De
Publié par

L’Ile-de-France est la région dont les habitants disposent des niveaux de vie les plus élevés. C’est aussi celle où les inégalités sont les plus fortes, malgré la redistribution importante opérée par l’impôt et les prestations sociales. En 2004, un Francilien sur dix a un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté. La pauvreté concerne prioritairement les familles. Les enfants sont de ce fait les plus exposés. Les seniors sont à l’inverse les plus protégés.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Niveaux de vie
16
des ménages
Un Francilien sur dix a un niveau de vie
inférieur au seuil de pauvreté
n 2004, la moitié de la popula- Source et définitionsLa pauvreté touche
tion francilienne vit dans un
principalement les familles La source « Revenus disponibles locali-E ménage dont le revenu dispo-
sés » provient du traitement des déclara-
nible par unité de consommation est La redistribution ne suffit pas toujours à
tions de revenus et des données de la taxe
supérieur à 18 300€ par an. Ce niveau protéger de la pauvreté : 10 % des Fran-
d’habitation fournies à l’Insee par la Direc-
de vie médian dépasse de 19 % celui ciliens ont un niveau de vie inférieur au tion Générale des Impôts (DGI). Les pres-
de l’ensemble des régions de province. seuil de pauvreté monétaire. Ce taux tations sociales sont estimées à l’aide de
de pauvreté est inférieur de 2 points à barèmes.Sept départements franciliens figurent
celui de la province. Les Yvelines,
parmi les huit départements les plus ri-
l’Essonne et la Seine-et-Marne sont les Les statistiques produites à partir des sour-
ches de métropole. Les Yvelines, Paris et
ces fiscales ne portent que sur les ménagestrois départements de métropole ayant
les Hauts-de-Seine se situent en tête de dits « ordinaires ». Sont exclus du champles taux de pauvreté les plus faibles,
ce classement, avec des niveaux de vie les ménages ne disposant pas de leur indé-inférieurs à 8 %. A l’opposé, la
médians supérieurs à 20 000€ annuels. pendance fiscale, ainsi que les ménagesSeine-Saint-Denis est l’un des quatre
En revanche, la Seine-Saint-Denis fait concernés par un mariage, un décès oudépartements métropolitains les plus
partie des quinze départements métro- une séparation dans l’année.touchés, avec un taux de 18 %.
politains aux niveaux de vie médians les
Le revenu disponible d’un ménage est unplus faibles, inférieurs à 14 500€ par an. La pauvreté monétaire ne concerne pas
revenu après redistribution par l’impôt et lestous les ménages de la même façon. Le
prestations sociales. Il comprend l’en-De fortes inégalités taux de pauvreté croît notamment avec
semble des revenus déclarés à l’adminis-l’importance des charges de famille. Ilde niveau de vie
tration fiscale augmentés des prestationsest particulièrement élevé pour les mé-
sociales non imposables (prestations fami-Les inégalités de niveau de vie sont parti- nages dits « complexes » composés de
liales, allocations logement, minima so-culièrement prononcées en Ile-de-France, plusieurs familles (21 %), pour les famil-
ciaux) et diminués des impôts directsdu fait de la présence de ménages à très les nombreuses de 3 enfants ou plus
(impôt sur le revenu, taxe d’habitation, CSGhauts revenus. Le dixième des Franciliens (17 %), ainsi que pour les familles mo-
et CRDS).les plus riches dispose d’un niveau de vie noparentales (15 %). Les enfants sont de
supérieur à 35 500€ par an. Ce seuil de ce fait fréquemment confrontés à la pau- Le niveau de vie correspond au revenu
hauts revenus est presque 4 fois plus élevé vreté : c’est le cas de 14 % d’entre eux. disponible rapporté au nombre d’unités de
que le niveau de vie plafond du dixième Chez les adultes, le taux de pauvreté dé- consommation (UC) du ménage, calculé
des Franciliens les plus modestes. En pro- croît avec l’âge : il est trois fois plus éle- selon le principe suivant : le premier adulte
vince, le rapport entre hauts et bas reve- vé chez les jeunes de moins de 30 ans compte pour 1, les autres personnes de 14
nus est de 3. ans ou plus pour 0,5 et les enfants de moinsque chez les seniors de 65 ans ou plus.
de 14 ans pour 0,3.
La redistribution par l’impôt et les pres-
■■■■ France-Line MARY-PORTAS
tations sociales réduit pourtant forte- La médiane du niveau de vie est la valeurInsee, Service études et diffusion
ment les disparités de revenus. Avant qui partage la population en deux parties
impôt, les ménages franciliens ont en égales : la moitié de la population dispose
moyenne un revenu supérieur de 15 % d’un niveau de vie supérieur, l’autre moitiéPour en savoir plus
à leur revenu effectivement disponible d’un niveau de vie inférieur.
Mary-Portas F.-L. : « Niveaux de vie desaprès acquittement des impôts directs.
Franciliens : des inégalités fortes malgré la La pauvreté est analysée ici dans sa dimen-Pour le dixième des ménages les plus
redistribution par l’impôt et les prestations sion monétaire relative : une personne estaisés, le différentiel est de 26 %. Les
sociales », Insee Ile-de-France-à-la-page, considérée comme pauvre lorsque son ni-prestations sociales ne représentent,
n° 297, mai 2008. veau de vie est inférieur au seuil de pau-quant à elles, qu’une faible part du re-
Auzet L., Février M., Lapinte A. : vreté. Ce seuil est fixé à 60 % du niveau devenu disponible des ménages franci-
« Niveaux de vie et pauvreté en France : les vie médian national, soit 788€ par mois enliens : 4 % en moyenne. Mais pour le
départements du Nord et du Sud sont plus 2004. Le taux de pauvreté correspond à ladixième des ménages les plus modes- touchés par la pauvreté et les inégalités »,
proportion d’individus dont le niveau de vietes, c’est 44 % du revenu disponible Insee première, n° 1162, octobre 2007. est inférieur à ce seuil.
qui dépend de ces prestations.
Insee Ile-de-France 2008 Regards sur... l’année économique et sociale 2007Un Francilien sur dix a un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté 17
Niveau de vie médian dans les régions (€ par an) Taux de pauvreté dans les régions (%)
Ile-de-France Corse
Languedoc-RoussillonAlsace
Nord - Pas-de-CalaisRhône-Alpes
Centre Provence-Alpes-Côte d'Azur
Bretagne Limousin
AuvergneFranche-Comté
Haute-Normandie Midi-Pyrénées
Aquitaine Picardie
Provence-Alpes-Côte d'Azur Poitou-Charentes
Midi-Pyrénées Champagne-Ardenne
Bourgogne Province
Province Lorraine
Basse-NormandiePays de la Loire
AquitaineLorraine
Picardie Haute-Normandie
Limousin Bourgogne
Champagne-Ardenne Franche-Comté
Auvergne Rhône-Alpes
Basse-Normandie Ile-de-France
Poitou-Charentes Centre
Corse Pays de la Loire
Languedoc-Roussillon Bretagne
Nord - Pas-de-Calais Alsace
10 000 12 000 14 000 16 000 18 000 20 000 0 4 8 12 16 20
Source : Insee-DGI, Revenus disponibles localisés 2004 Source : Insee-DGI, Revenus disponibles localisés 2004
Revenus disponibles des ménages par unité de consommation
Hauts-de- Seine-Saint- Val-de- Seine-et- Val- Ile-de- FranceParis Yvelines Essonne Province
Seine Denis Marne Marne d'Oise France métropolitaine
20 126 20 126 14 467 17 906 17 859 20 355 18 878 17 359 18 322 15 370 15 766Médiane (€ par an)
er1 décile (€ par an) (D1) 8 860 9 928 7 998 9 595 10 212 10 998 10 367 9 463 9 450 8 962 9 041
e
45 237 41 292 25 931 32 997 29 684 37 732 32 379 29 947 35 470 26 693 28 3649 décile (€ par an) (D9)
Rapport interdéciles (D9/D1) 5,1 4,2 3,2 3,4 2,9 3,4 3,1 3,2 3,8 3,0 3,1
Source : Insee-DGI, Revenus disponibles localisés 2004
Part des prestations sociales et des impôts directs dans le revenu disponible des ménages (%)
Hauts-de- Seine-Saint- Val-de- Seine-et- Val- Ile-de- FranceParis Yvelines Essonne Province
Seine Denis Marne Marne d'Oise France métropolitaine
Prestations familiales 1,3 1,8 4,2 2,4 2,8 2,2 2,5 3,1 2,3 2,8 2,7
Prestations logement 1,1 0,9 2,1 1,2 0,8 0,6 0,9 1,2 1,1 1,3 1,3
Minima sociaux 1,0 0,7 1,9 1,0 0,8 0,5 0,7 0,9 0,9 1,4 1,3
Impôts directs -20,1 -17,2 -10,2 -13,7 -11,5 -15,2 -12,9 -12,0 -15,2 -9,9 -11,1
Source : Insee-DGI, Revenus disponibles localisés 2004
Taux de pauvreté selon l’âge des personnes et la composition de leur ménage (%)
Hauts-de- Seine-Saint- Val-de- Seine-et- Val- Ile-de- France
Paris Yvelines Essonne ProvinceSeine Denis Marne Marne d'Oise France métropolitaine
Moins de 18 ans 17,2 11,6 25,5 13,7 10,4 7,9 10,3 14,1 14,2 17,0 16,4
De 18 à 29 ans 15,3 10,8 20,0 11,8 9,0 7,6 9,0 11,6 12,3 14,8 14,3
De 30 à 64 ans 11,0 7,6 15,9 8,3 6,1 4,8 6,0 8,3 8,7 10,4 10,1
65 ans ou plus 5,1 4,0 6,5 3,8 4,3 2,8 3,1 4,9 4,4 8,3 7,8
Personne seule 10,8 7,3 11,6 7,9 8,5 6,4 7,3 8,2 9,0 15,2 13,9
Couple sans enfant 5,4 3,7 7,7 3,9 3,2 2,3 2,8 4,1 4,1 6,3 6,0
Couple avec 1 ou 2 enfant(s) 8,6 5,9 12,9 6,4 4,2 3,4 4,0 5,7 6,3 7,9 7,6
Couple avec 3 enfants ou plus 19,5 14,4 29,9 17,4 12,8 9,6 12,8 17,8 17,0 19,5 19,1
Famille monoparentale 15,6 12,6 21,7 13,8 14,4 10,5 12,5 14,7 14,9 23,0 21,2
Ménage complexe (plusieurs familles) 26,8 19,9 29,0 18,1 12,7 12,2 16,2 19,2 21,0 15,6 17,1
Ensemble 11,9 8,5 18,0 9,5 7,5 5,8 7,2 10,0 10,0 12,1 11,7
Source : Insee-DGI, Revenus disponibles localisés 2004
Insee Ile-de-France 2008 Regards sur... l’année économique et sociale 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.