L'Atlas des populations immigrées en Champagne-Ardenne Histoire des flux migratoires : une immigration plus ancienne qu'ailleurs

De
Publié par

Comme toutes les régions du Grand-Est, la Champagne-Ardenne a été pendant longtemps une terre de forte immigration. Les origines des Champardennais se sont diversifiées au fil du temps et parmi les 65 000personnes immigrées recensées en 1999, la moitié est originaire d'Europe. Les immigrés du Portugal arrivent en tête, les Algériens viennent ensuite, suivis des Marocains et des Italiens.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Histoire des flux migratoires
Une immigration plus ancienne qu’ailleurs
Comme toutes les régions du Grand-Est, la Champagne-Ardenne a été pendant
longtemps une terre de forte immigration. Les origines des Champardennais se sont
diversifiées au fil du temps et parmi les 65 000 personnes immigrées recensées en
1999, la moitié est originaire d’Europe. Les immigrés du Portugal arrivent en tête,
les Algériens viennent ensuite, suivis des Marocains et des Italiens.
Hier, trois immigrés sur En remontant un peu plus loin dans le temps
quatre étaient Européens
En Champagne-Ardenne, comme en France, l’immigration est le résultat d’une
longue histoire. Cette tradition d’immigration est due en grande partie à la baisse de
èLes migrations successives ont modifié la fécondité qui a débuté dès le milieu du XVIII siècle. La faible croissance démogra-
peu à peu le profil de la population phique provoqua une pénurie de main-d’œuvre dans un pays qui s’industrialisait et
qui ne pouvait pas utiliser de façon massive sa population rurale.champardennaise. Chaque vague a
sa propre histoire, de la plus ancienne
Dans la plupart des autres pays européens, la fécondité élevée entraîna au contraire
à la plus récente. Les pays voisins ont une émigration importante. Les diverses vagues d’arrivées de population euro-
péenne, pour la plupart, correspondaient essentiellement à des besoins denaturellement fourni une importante
main-d’œuvre. Les motifs d’entrée se sont ensuite diversifiés, le regroupement familialmain-d’œuvre, les Belges et les Italiens
et la demande d’asile pour les réfugiés politiques ont pris le relais.
étant les étrangers les plus ancienne-
ment implantés dans la région.
Après la première guerre mondiale,
pour compenser les pertes humaines,
le recours à la main-d’œuvre étran-
gère s’intensifie dans une région en
grande partie dévastée économi-
quement.
De 1920 à 1930, la région accueille
Des origines qui se diversifient au fil du tempsen grand nombre Italiens, Espagnols
et Polonais. Ils vont participer active-
ment à la reconstruction d’une
1 400
région douloureusement éprouvée
1 200par de longues années de guerre. Date d’arrivée en
A partir de 1931, la crise économique France des immigrés
1 000 recensés en 1999internationale provoque le départ
d’un grand nombre d’entre eux, la
800mobilisation lors de la deuxième
guerre mondiale ne faisant qu’ac-
600
centuer le phénomène.
Dès 1945, afin de pallier l’insuffisance
400
de main-d’œuvre à laquelle se heurte
l’économie en reconstruction puis en 200
pleine croissance, il est à nouveau né-
cessaire de recruter des travailleurs 0
1945 1950 1955 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000étrangers. Durant les années 1950 à
TurcsEspagnols Italiens Portugais Algériens Marocains1970, soutenue par les entrepreneurs,
l’immigration acquiert alors un nou-
veau développement.
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
Atlas des populations immigrées en Champagne-Ardenne 7Aujourd’hui, des origines Les immigrés natifs du Portugal et d’Algérie sont les plus nombreux
de plus en plus lointaines
Origine des immigrés de Champagne-Ardenne
L’immigration des années soixante
introduit une profonde diversification PortugalAmérique,Autres
Vietnam, Laos, Océaniedes pays d’origine. On assiste au dé- Asie
Cambodge
1%2%clin progressif de l’immigration
17%5%Turquieitalienne au profit de
5%espagnole. Le courant migratoire
Autres Afriquedes Portugais vers la Cham- 5%
pagne-Ardenne s’est démultiplié Tunisie 2% Italie10%après l’accord franco-portugais de
1963. L’arrivée massive d’immigrés
algériens après la fin de la guerre
6%
d’Algérie (1962) et le début de l’im- Belgique13%
migration africaine sub-saharienne à
6%partir de 1964 diversifient les origines
des Champardennais. 5%Maroc
15%Parmi les 65 250 immigrés recensés en 8% Espagne
1999, 32 800 sont originaires d’Europe.
Près de 10 500 immigrés portugais re-
Pologne
présentent aujourd’hui le tiers de la
Autres Europecommunauté européenne vivant en Algérie
Champagne-Ardenne.
Plus de 23 000 immigrés sont nés en
Source : INSEE - Recensement de la population 1999
Afrique dont près de 20 000 dans la
zone géographique du Maghreb. La
communauté algérienne est la plus
importante en nombre, suivie des
Marocains.
Plus de quatre immigrés sur dix en
provenance d’Asie sont des Turcs.
Constituée de 3 500 personnes, leur
Les communautés portugaise et algérienne toujours en têtecommunauté arrive au septième
malgré une diminution de leur effectif entre 1990 et 1999rang du classement régional. Vien-
nent ensuite les immigrés originaires
du Vietnam, du Laos et du Cam-
Portugalbodge.
Algérie
Maroc
Italie
Belgique
Espagne
Turquie
Cambodge, 1990
Laos,Vietnam
1999
Pologne
Nombre 0 2 000 4 000 6 000 8 000 10 000 12 000 14 000
Source : INSEE - Recensements de la population
8 Atlas des populations immigrées en Champagne-ArdenneQuelques dates clés
2 avril 1917 : décret instituant pour la première fois une carte de séjour pour les étran-
gers de plus de 15 ans résidant en France.
Entre 1917 et 1939 : développement sans précédent de l’immigration qui devient plus
variée (Polonais, Tchécoslovaques) et apparition d’une immigration politique (Rus-
ses, Arméniens, Allemands, Italiens, Espagnols).
1931 : La France est touchée à son tour par la crise économique internationale, des
dispositions sont prises pour ralentir l’entrée des travailleurs étrangers.
2 novembre 1945 : vote de l’ordonnance sur l’entrée et le séjour des étrangers en
France. Création de l’ONI (Office National d’Immigration) qui donne à l’État le mono-
pole de l’introduction de la main-d’œuvre étrangère dans le pays.
De 1956 à 1972 : accélération de l’immigration avec la décolonisation et l’entrée en
vigueur au 1er janvier 1958 du traité de Rome instaurant le principe de libre circula-
tion des hommes au sein de l’Union européenne.
1974 : la crise économique s’accompagne d’un réexamen fondamental des politi-
ques migratoires et de la mise en place d’une politique de contrôle des flux
migratoires.
19 décembre 1989 : création du Haut Conseil à l’intégration par décret n° 89-912.
7 mars 1993 : publication au JO n° 56 du décret 93-290 du 5 mars 1993 instituant un
Conseil national pour l’intégration des populations immigrées.
16 mars 1998 : loi n° 98-170 relative à la nationalité donnant la possibilité aux enfants
nés en France de parents étrangers de demander la nationalité française dès l’âge
de 13 ans avec l’autorisation de leurs parents, et dès 16 ans sans cette autorisation.
18 janvier 1999 : création des commissions départementales d’accès à la citoyenne-
té (CODAC) par circulaire du ministre de l’Intérieur pour identifier les cas de discrimi-
nation dans les domaines de l’emploi, du logement, de l’accès aux services publics
et des loisirs et formuler des propositions de nature à favoriser l’intégration des jeunes
issus de l’immigration.
Novembre 2002 : le Commissariat général du plan publie un rapport « Immigration,
marché du travail, intégration » dans lequel il relance le débat sur la réouverture de
l’immigration de travail.
15 avril 2003 : adoption en Conseil des ministres d’un projet de loi modifiant le droit
er
d’asile : l’OFPRA devient à compter du 1 juillet 2004, le guichet unique de traitement
de toutes les demandes d’asile.
30 avril 2003 : adoption en Conseil des ministres d’un projet de loi relatif à la maîtrise
de l’immigration et au séjour des étrangers en France.
26 janvier 2004 : le Haut Conseil à l’intégration remet son rapport annuel au Premier
ministre : le contrat et l’intégration. Il émet des avis sur la promotion sociale des jeunes
des quartiers en difficulté, et sur les droits des femmes issues de l’immigration et re-
vient sur la mise en place du contrat d’accueil et d’intégration (CAI).
Source : La Documentation française
Atlas des populations immigrées en Champagne-Ardenne 9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.