L'Auvergne plus attractive malgré des départs de jeunes

De
Publié par

es résultats de la première enquête de recensement réalisée en 2004 fontLapparaître un regain évident de l'attractivité auvergnate. Entre 1999 et 2004, le nombre des nouveaux arrivants a bien plus augmenté que celui des partants. Positif pour les familles et les retraités, ce bilan migratoire reste nettement négatif pour les jeunes. Bénéficiant en partie de ces nouvelles arrivées, le niveau de la construction auvergnate a rattrapé la moyenne nationale. L’habitat individuel augmente sensiblement mais abrite toutefois moins de personnes. Plus d'un tiers des logements est occupé par une personne seule et le nombre moyen d'occupants par logement est l'un des plus faibles des régions métropolitaines. Vincent Vallès Depuis 1999, les estimations annuel- qui produira annuellement,à partir de les de population faisaient apparaître 2009, des résultats détaillés à tous les une croissance soutenue de la popula- niveaux géographiques. L’exploitation tion française et une reprise démogra- des données individuelles actualise phique en région Auvergne liée essen- d’ores et déjà pour chaque région des tiellement à une progression de éléments statistiques sur les migra- l’excédent migratoire. tions résidentielles, le logement et Les résultats de la première enquête l’activité des habitants vivant en mé- de recensement réalisée au début de nages (voir Méthodologie - Définitions l’année 2004 confirment cette aug- page 6).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

es résultats de la première enquête de recensement réalisée en 2004 fontLapparaître un regain évident de l'attractivité auvergnate. Entre 1999 et 2004,
le nombre des nouveaux arrivants a bien plus augmenté que celui des partants.
Positif pour les familles et les retraités, ce bilan migratoire reste nettement
négatif pour les jeunes. Bénéficiant en partie de ces nouvelles arrivées, le niveau
de la construction auvergnate a rattrapé la moyenne nationale. L’habitat
individuel augmente sensiblement mais abrite toutefois moins de personnes.
Plus d'un tiers des logements est occupé par une personne seule et le nombre
moyen d'occupants par logement est l'un des plus faibles des régions
métropolitaines.
Vincent Vallès
Depuis 1999, les estimations annuel- qui produira annuellement,à partir de
les de population faisaient apparaître 2009, des résultats détaillés à tous les
une croissance soutenue de la popula- niveaux géographiques. L’exploitation
tion française et une reprise démogra- des données individuelles actualise
phique en région Auvergne liée essen- d’ores et déjà pour chaque région des
tiellement à une progression de éléments statistiques sur les migra-
l’excédent migratoire. tions résidentielles, le logement et
Les résultats de la première enquête l’activité des habitants vivant en mé-
de recensement réalisée au début de nages (voir Méthodologie - Définitions
l’année 2004 confirment cette aug- page 6). Les populations des commu-
mentation de l’attractivité auvergnate nautés (cités universitaires, maisons
et permettent d’en mesurer les im- de retraite, etc.) dont la collecte est
pacts. trop partielle à l’issue d’une seule
Cette enquête est intégrée dans le vague d’enquête ne peuvent pas en-
nouveau dispositif de recensement core être prises en compte.Des arrivants plus nombreux
a région attire de plus en plus de Les entrées progressent plus viteLnouveaux habitants. De 1999 à
que les sortiesTaux annuel moyen net (pour 10 000 habitants)2004, 87 900 personnes venues d’une
200autre région se sont installées en Au-
180vergne. Elles ont croisé 70 100 Au-
160
1990-1999vergnats quittant la région. L’Au-
140vergne présente un excédent 1999-2004
120migratoire de 17 800 personnes avec
100le reste de la métropole, soit une aug-
80mentation annuelle de 29,6 person-
60nes pour 10 000 habitants, chiffre
40quatre fois plus important que celui
20de 7 pour 10 000 constaté chaque
0année entre 1990 et 1999. Ce net re- Migration nette Entrées Sorties
Mouvement de la population des ménages âgée de 5 ans ou plusgain traduit une progression annuelle
avec les régions de France métropolitaine (voir Méthodologie - Définitions page 6)
des arrivées qui compense plus que Source : Insee, enquête annuelle de recensement de 2004
largement celle des départs. En
termes d'attractivité, l'écart avec les ré-
gions voisine, constaté au cours de la le Poitou-Charentes, le Limousin, et Nord et de l’Est de la France et les ré-
période 1990-1999, a été comblé. Au Rhône-Alpes, se trouve en milieu de ta- gions fortement excédentaires du Sud
er1 janvier 2004, l’Auvergne, tout comme bleau entre les régions déficitaires du et de la façade atlantique.
Chez les jeunes, des départs toujours
plus nombreux que les arrivées
a progression globale de l’attracti- Toutefois cette tendance n’est pas suf- L’Auvergne n’est pas la seule région à
Lvité auvergnate ne doit pas occul- fisante pour freiner les départs qui ont subir un déficit migratoire important
ter le départ des forces vives de la ré- progressé plus fortement. de ses jeunes.
gion. Les mouvements migratoires les De 1999 à 2004, chaque année, 7 500 Si le Sud de la France est attractif,tout
plus nombreux concernent les jeunes jeunes ont quitté la région soit 5,1 % des le Nord est déficitaire à l’exception
entrant dans la vie active (entre 20 et 20-29 ans (3,5 % entre 1990 et 1999). de l’Alsace et de l’Île-de-France.
29 ans). Ces échanges restent En Champagne-Ardenne, Bour-
L’Auvergne parmi les régionstoujours fortement déficitai- gogne et Basse-Normandie, le
res. Entre 1999 et 2004, le dé- déficit annuel moyen desqui voient partir leurs jeunes
ficit migratoire des jeunes s’est 20-29 ans est deux fois plus ac-
même accru. centué qu’en Auvergne.
Taux annuel moyenAnnuellement, les échanges de À travers le bilan migratoirede migration nette des
20-29 ans *population avec les autres ré- des jeunes et celui des adultes,
gions françaises génèrent une la France peut être scindée en
baisse de 0,9 % de la popula- trois groupes.
tion auvergnate âgée de 20 à Au Sud,toutes les régions sont
29 ans. La région exerce pour- excédentaires et cumulent les
tant un attrait sur les jeunes de forces vives d’aujourd’hui avec
cette tranche d'âge.En effet,au celles de demain.
Enpour10 10000cours de la période 1999-2004, À l’inverse, le Nord est défici-
100 ouplusles 6 200 jeunes qui sont venus taire sur ces deux catégories
deDe00ààmoinsde100
s’installer chaque année dans la de population. Entre ces deuxDede-100- 100ààmoinsde de00
moinsMoins de-100- 100région représentent 4,3 % des extrêmes, l’Auvergne fait
Auvergnats de 20 à 29 ans. partie d’un groupe d’une di-
Entre 1990 et 1999, ils n’é- zaine de régions où le déficit
taient que 4 300 (2,7 % des du nombre de jeunes de 20 à
*Rapport (enp.10000)dusoldemigratoireannuelmoyendes20-29ans20-29 ans) à faire ce choix 29 ans s’oppose à l’excédent
àlapopulationmoyennedesménagesdelarégionâgéede20à29ans
chaque année. de celui des adultes.
Source : Insee, Enquête annuelle de recensement de 2004
© IGN-Insee 2005Arrivées de familles et de retraités
n effet, les mouvements migratoi- Déficit migratoire pour les jeunesEres des personnes de plus de à l’entrée dans la vie active
30 ans sont à l’avantage de la région.
30 000L’excédent migratoire annuel s’est
sensiblement accru, aussi bien pour Entrées25 000les personnes appartenant à la
Sorties
tranche d’âge des 40 à 59 ans qu’à 20 000
celle des 30 à 39 ans. Ces arrivées
sont surtout le fait de ménages ac- 15 000
compagnés de leurs enfants. Enfin,
10 000l’excédent migratoire de personnes
âgées se confirme encore plus nette-
5 000ment puisqu’on enregistre annuelle-
ment 1 100 arrivées de plus que de
0
départs sur la population de 60 ans ou 20-29 ans 30-39 ans 40-59 ans 60 ans ou plus
Mouvement de la population des ménages âgée de 5 ans ou plusplus des ménages contre 700 au cours avec les régions de France métropolitaine (voir Méthodologie - Définitions page 6)
de la décennie précédente. Source : Insee, enquête annuelle de recensement de 2004
La proximité influe sur la fréquence
des échanges constatés avec les au-Île-de-France et Rhône-Alpes tres régions. Les mouvements migra-
toires sont en effet plus accentués
avec les régions limitrophes et inver-toujours en tête des échanges
sement peu nombreux avec les plus
’excédent migratoire auvergnat qui Cet apport est du même ordre de éloignées.
Lprésente de fortes disparités sui- grandeur avec l’Île-de-France. L’Auvergne gagne des habitants dans
vant les âges n’est plus dominé par la Dans les mouvements de population, ces échanges avec la Bourgogne, le
seule région Île-de-France. l’Île-de-France et Rhône-Alpes jouent Centre ainsi que toutes les régions si-
La différence entre les 23 200 Rhônal- donc à part égale un rôle prépondé- tuées à l’est d’une diagonale allant de
pins venus s’installer en Auvergne et rant. la Haute-Normandie à la région Pro-
les 17 000 Auvergnats partis en Ces deux régions représentent à elles vence-Alpes-Côte-d’Azur.
Rhône-Alpes se traduit pour la région seules les trois-quarts des flux migra- Inversement, elle en perd au profit de
par un gain de 6 200 personnes au toires dont l’Auvergne bénéficie lar- celles de l’Ouest et du Sud en particu-
cours de la période 1999-2004. gement. lier le Languedoc-Roussillon.
Les mouvements de population avec la région Rhône-Alpes
supérieurs à ceux avec l’Île-de-France
Flux entrants dans la Flux sortants de la
région Auvergne région Auvergne
selon la région d’origine selon la région de
destination
Arrivées * Départs *
en Auvergne de l’Auvergne
de 1999 à 2004 de 1999 à 2004
5 000 5 000
2 500 2 500
1 000 1 000
*Populationdesménagesâgéede cinqansouplus*Populationdesménagesâgéede cinqansouplus
Source : Insee, Enquête annuelle de recensement de 2004
© IGN-Insee 2005
© IGN-Insee 2005Moins de jeunes actifs
’émigration des jeunes, ajoutée aux Les taux d’activité auvergnats étant si- suffisante pour compenser la baisse
Lfaibles taux de fécondité observés milaires à ceux du reste de la métro- des jeunes. Ainsi entre 25 et 50 ans,
dans la région, contribue à réduire la pole, cette baisse démographique in- âges où plus de 90 % de la population
base de la pyramide des âges des ac- duit mécaniquement une diminution est active, l’Auvergne a perdu chaque
tifs. du nombre de jeunes actifs. année entre 1999 et 2004 près de 500
Parmi la population des ménages, le Ainsi 64 700 actifs de 25 à 29 ans habi- actifs. L’enquête de recensement
nombre de jeunes Auvergnats de 20 à tent la région en 2004. Ils sont 11 000 confirme ainsi les tendances projetées
39 ans a diminué de près de 5 %, le de moins qu’en 1999. à partir du recensement de 1999.
double de la baisse constatée au ni- À partir de 45 ans, le nombre d’actifs
veau national. augmente mais cette hausse n’est pas
Des taux d'activité similaires à la moyenne nationale
Auvergne Métropole
Taux d'activité Taux d'activitéNombre Répartition Répartition
d'actifs par âge par âgeHommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
De 14 à 24 ans 65 900 11 % 44,7 % 36,0 % 40,5 % 12 % 42,7 % 35,7 % 39,2 %
De 25 à 49 ans 394 400 66 % 96,0 % 85,9 % 91,0 % 66 % 96,0 % 85,0 % 90,4 %
De 50 à 64 ans 139 500 23 % 60,5 % 51,0 % 55,7 % 22 % 63,6 % 52,4 % 57,9 %
De 14 à 64 ans 599 800 100 % 75,5 % 66,1 % 70,8 % 100 % 76,0 % 66,0 % 71,0 %
Activité : dans le bulletin individuel, les questions sur l’activité ont permis en 2004 d’intégrer dans la population active des
personnes exerçant à titre secondaire une activité professionnelle, notamment les étudiants ayant une activité réduite ou les
retraités continuant une activité professionnelle, ce qui n’était pas possible au recensement de 1999. Aux âges extrêmes, de début
et de fin d’activité, les taux d’activité ne sont donc pas comparables à ceux de 1999.
Source : Insee - Enquête annuelle de recensement 2004
Logements : davantage de résidences principales
n 2004, en Auvergne, on dénombre tion du nombre de princi- En 2004, les 587 600 résidences prin-
E751 100 logements soit 32 100 de pales (31 300 entre 1999 et 2004). cipales représentent 78 % des loge-
plus qu’en 1999. Au cours de la dé- Leur nombre croît au rythme de 1,1 % ments auvergnats, un point de plus
cennie quatre-vingt-dix, le niveau de la par an. qu’en 1999.
construction était resté modéré.
Depuis, profitant en partie du bon ni- Un parc de logements qui s'accroît grâce aux résidences
veau d’attractivité de la région, la principales
construction auvergnate a rattrapé la
Auvergne Métropolemoyenne nationale. Le rythme de
progression du nombre de logements, 2004 1999 2004 1999
+ 0,9 % par an de 1999 à 2004,est plus
Nombre % Nombre % % %important qu’au cours de la décennie
Résidences principalesquatre-vingt-dix (+ 0,6 % en moyenne 587 593 78,2 % 556 291 77,4 % 84,0 % 83,0 %
par an). En France sur ces deux pério- Logements secondaires
96 135 12,8 % 98 830 13,7 % 9,9 % 10,1 %des, le taux de progression annuel du ou occasionnels
nombre de logements est resté iden-
Logements vacants 67 403 9,0 % 63 875 8,9 % 6,1 % 6,9 %tique (+ 1 %).
En Auvergne, cet accroissement est Ensemble 751 132 100,0 % 718 996 100,0 % 100,0 % 100,0 %
uniquement dû à une nette augmenta- Source : INSEE - Enquête annuelle de recensement 2004Part importante des résidences secondaires
’Auvergne se caractérise par une Elle classe ces deux régions parmi cel- son de retraite, la part des logements
Lproportion du nombre les où ces logements sont le plus re- actuellement inoccupés est la plus im-
des résidences secondaires et des lo- présentés. portante des régions françaises après le
gements utilisés occasionnellement Seules les régions Bretagne, Pro- Limousin.Stable depuis 1999,le nombre
pour des raisons professionnelles. vence-Alpes-Côte-d’Azur, Langue- de logements vacants pour cent loge-
Leur nombre s’est stabilisé entre doc-Roussillon et Corse affichent des mentsest,danscesdeuxrégions,voisin
1999 et 2004. Au 1er janvier 2004, il taux supérieurs. Dans une région de 9 %, soit trois points de plus que la
s'établit à 13 % (moins de 10 % au ni- marquée par un habitat rural ancien, moyenne nationale.
veau national). La part des résidences qui n’est pas toujours transformé en
secondaires est identique à celle du résidence secondaire, lorsque le der-
Limousin. nier occupant décède ou rentre en mai-
Des ménages propriétaires six fois sur dix
e parc des résidences principales viduelles occupées quatre fois sur le taux régional le plus important
Lauvergnates n’est pas très récent : cinq par leur propriétaire. La part de après ceux de la Bretagne et de Poi-
38 % ont été construites avant 1949 l’habitat individuel et des propriétai- tou-Charentes. Le secteur locatif,
(31 % au niveau national). En Au- res se renforce. En 2004, les maisons malgré un accroissement de 4 700
vergne comme sur l’ensemble de la individuelles représentent 68 % du unités, représente aujourd’hui 32 %
France métropolitaine, près de 5 % parc des logements soit douze points des logements auvergnats (33 % en
des logements d’habitation ont été de plus que la moyenne nationale. 1999). En France métropolitaine 38 %
construits après 1999. Parmi ces Plus de six ménages auvergnats sur des logements sont occupés par un
30 200 résidences principales récen- dix sont propriétaires de leur loge- locataire.
tes, huit sur dix sont des maisons indi- ment. À égalité avec le Limousin, c’est
Un tiers des résidences principales occupé
par une personne seule
e nombre d’Auvergnats vivant seuls contribuent à la diminution du Avec celui du Limousin (2,12) c’est le
Ldans leur logement est passé de nombre moyen de personnes par lo- nombre moyen le plus faible constaté
181 000 en 1999 à 201 500 en 2004. gement. En 2004 on a recensé en en France (2,32 en 2004). Comme
La diminution du nombre d’enfants moyenne 2,20 personnes par rési- dans les autres régions, les ménages
par famille et l’augmentation du dence principale contre 2,29 en 1999 d’une ou deux personnes ont nette-
nombre de personnes vivant seules et 2,50 en 1990. ment progressé.
Par contre le nombre des ménages de
Plus de 200 000 Part des logements occupés quatre personnes ou plus a diminué
par une seule personne plus fortement que sur l’ensemble duAuvergnats
territoire métropolitain.
vivent seuls Il ne représente plus que 17 % des
ménages alors qu’il atteignait 19% en
1999 et 25 % en 1990.
Conséquence de la présence plus im-
En % des ménages portante de personnes âgées, l’Au-
33,6 ou plus vergne est la quatrième région où la
de 31,3 à moins de 33,6
proportion de personnes vivant seu-Moins de 31,3
Moyennes : les est la plus élevée.
Auvergne : 34,3
Métropole : 32,8 Les personnes âgées de 75 ans ou plus
France de province : 32,1 vivent elles-mêmes de plus en plus
souvent seules à domicile.
Cette situation reste davantage
marquée en Limousin et en Auvergne
que dans l’ensemble du pays.Source : Insee, Enquête annuelle de recensement de 2004
© IGN-Insee 2005L’âge des Auvergnats
24 % de la population des ménages a plus de 60 ans eL’Auvergne, 3 région la plus âgée
Population des ménages
France métropolitaine 2004
75 ans ou plus Auvergne 2004
L'Auvergne reste sans surprise dans le trio de têteAuvergne 1999
des régions les plus âgées.
60à74ans
Le rapport entre le nombre de jeunes (de moins de
20 ans) et de personnes âgées (de plus de 60 ans)
40à59ans
atteint 0,9,soit le taux le plus bas après celui de la
Corse (0,8) et du Limousin (0,7).
20à39ans
La France métropolitaine ainsi qu'une majorité de
régions (13 sur 22) affichent encore un rapport
Moins de 20 ans
% supérieur à un.
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0
Source : Insee, recensements
Champ de l’étude : Le solde migratoire interne d’une région est estimé par
Les résultats présentés dans cette étude portent exclusive- différence entre les arrivants et les sortants de la région, il
ment sur la population des ménages. ne concerne que les échanges entre régions de France mé-
Sont donc exclues la population des communautés (maisons tropolitaine.
de retraite, résidences universitaire, foyer de travailleurs…) Le taux annuel de migration nette est le rapport de ce
et les personnes vivant dans des habitations mobiles (noma- solde annuel à la population moyenne (moyenne de la popu-
des) dont la collecte est trop partielle à l’issue d’une seule lation de la région présente en métropole aux deux dates).
vague d’enquête. Toutes les définitions sont disponibles sur www.insee.fr,
Ménage : dans la rubrique Nomenclatures - définitions - méthodes.
Ensemble des personnes qui partagent un même logement à Pour plus d’informations sur le recensement : www.insee.fr
rubrique Recensement.titre de résidence principale. Elles ne sont pas nécessaire-
ment apparentées. Un ménage peut se réduire à une seule
personne.
Âge :
L’âge des individus est exprimé en années révolues et non
en différence de millésimes. L’âge en révolues est La nouvelle méthode
l’âge atteint à la date du recensement. Il est calculé en utili-
sant la date de référence de la collecte, soit le 15 janvier de recensement
2004 pour les ménages de France métropolitaine.
> Le recensement a lieu désormais chaque année,
Migrations internes : en janvier et en février. Tous les habitants ne
Les éléments sur les migrations présentés ici ne portent que sont pas recensés la même année, mais l’en-
sur la population âgée de cinq ans ou plus,vivant dans des ména- semble du territoire français est pris en compte
ges,qui résidaient en France métropolitaine en 1999 et 2004,les au bout d’un cycle de cinq ans. Le premier cycle
échanges avec les DOM et avec l’étranger ne sont pas intégrés. s’achèvera en 2008. La méthode est différente
selon la taille des communes.
> Les communes de moins de 10 000 habitants :
Directeur tous les cinq ans, elles font l’objet d’un recense-
de la publication ment exhaustif. Elles sont réparties en cinq
> René JEAN groupes. Un groupe est recensé chaque année,
Directeur régional de l'INSEE ce qui représente plus de 7 000 communes par3, place Charles de Gaulle
Rédaction en chef an en France et 259 en Auvergne.En cinq ans,laBP 120
> Pierre VALADOU 63403 Chamalières Cedex totalité des habitants des communes de moins
> Nicole MARCZAK Tél.:0473197800 de 10 000 habitants est recensée
Fax : 04 73 19 78 09Composition
> Les communes de 10 000 habitants ou plus :
et mise en page
elles sont toutes concernées chaque année
> INSEE
par une enquête de recensement portant sur
www.insee.fr/auvergne 8 % des logements. La région comprend 14
> Toutes les publications accessibles en ligne communes de 10 000 habitants ou plus. En
Création maquette cinq ans,pour chaque commune de 10 000 ha-
> Free Mouse 06 87 18 23 90 bitants ou plus, l’intégralité du territoire com-
Impression munal est pris en compte et 40 % des logements
> Imprimerie IMC sont enquêtés, ce qui correspond à environ 40 %
de la population.Crédit photo
> INSEE Auvergne
ISSN : 1633-2768 - Dépôt légal : 3e trimestre 2005
© INSEE 2005 - Code SAGE : LET052712
>Vente
Tél.:0473197873
Prix du numéro : 2,2€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.