L'évolution démographique des quatre principales unités urbaines : Un quarté pas toujours gagnant

De
Publié par

La Haute-Normandie compte aujourd'hui quatre agglomérations de plus de 50 000 habitants. Entre 1990 et 1999, l'agglomération rouennaise n'a connu qu'une faible variation de population (+0,1% par an). C'est la ville de Rouen et quelques communes à l'Est de Rouen qui contribuent à cet apport de population. L'unité urbaine du Havre a perdu près de 0,3% de sa population. L'unité urbaine du Havre a perdu près de 0,3% de sa population en variation moyenne annuelle. Ce déficit est essentiellement dû à la ville du Havre. L'unité urbaine d'Evreux a progressé de +0,4% par an et dépasse aujourd'hui les 60 000 habitants. La dernière grande agglomération, Elbeuf n'a connu qu'une très faible progression. Là aussi, c'est la ville centre qui conditionne l'évolution globale, et ce, grâce à un solde naturel élevé. La population des unités urbaines de moins de 50 000 habitants a évolué de façon plus ou moins favorable : en progression à Val-de-Reuil et Gisors, la population a diminué à Dieppe, Louviers et Eu. Uniquement en consultation dans nos locaux
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins