L'excédent naturel se maintient à un niveau élevé

De
Publié par

Démographie L'excédent naturel se maintient à un niveau élevé En 2010, la période de forte natalité continue, les décès enregistrent une pause. Rhône-Alpes poursuit ainsi sa croissance démographique grâce à un excédent naturel élevé et une attractivité qui ne faiblit pas. eru 1 janvier 2010, la population de la région Rhône- traduisant ainsi une particularité rhônalpine. Les régionsA Alpes est estimée à 6 212 000 personnes. Sur la les plus dynamiques doivent l'essentiel de leur croissance période 1999-2010, le nombre d'habitants dans la région à un solde migratoire important. Pour celles-ci (Corse, a ainsi augmenté de 0,9 % en moyenne annuelle. Après Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Bretagne), le avoir été parmi les plus élevés, le niveau de croissance solde naturel n'explique pas plus de 0,2 % de la croissance. démographique rhônalpin s'est rapproché petit à petit du La part due à l'excédent migratoire est par contre comprise niveau national (+ 0,7 %). Sur les années 2000, Rhône- entre 0,7 % et 1,6 %. Les Pays de La Loire, autre région Alpes ne figure plus qu'au huitième rang pour le rythme en essor démographique significatif, présente la même de croissance moyen. Les plus fortes progressions singularité que Rhône-Alpes avec des "moteurs" démographiques se situent dans le sud de la France démographiques sensiblement de même niveau.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Démographie
L'excédent naturel se maintient à un niveau élevé
En 2010, la période de forte natalité continue, les décès enregistrent une pause. Rhône-Alpes
poursuit ainsi sa croissance démographique grâce à un excédent naturel élevé et une attractivité
qui ne faiblit pas.
eru 1 janvier 2010, la population de la région Rhône- traduisant ainsi une particularité rhônalpine. Les régionsA Alpes est estimée à 6 212 000 personnes. Sur la les plus dynamiques doivent l'essentiel de leur croissance
période 1999-2010, le nombre d'habitants dans la région à un solde migratoire important. Pour celles-ci (Corse,
a ainsi augmenté de 0,9 % en moyenne annuelle. Après Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Bretagne), le
avoir été parmi les plus élevés, le niveau de croissance solde naturel n'explique pas plus de 0,2 % de la croissance.
démographique rhônalpin s'est rapproché petit à petit du La part due à l'excédent migratoire est par contre comprise
niveau national (+ 0,7 %). Sur les années 2000, Rhône- entre 0,7 % et 1,6 %. Les Pays de La Loire, autre région
Alpes ne figure plus qu'au huitième rang pour le rythme en essor démographique significatif, présente la même
de croissance moyen. Les plus fortes progressions singularité que Rhône-Alpes avec des "moteurs"
démographiques se situent dans le sud de la France démographiques sensiblement de même niveau.
(Corse, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et La contribution moyenne du solde naturel rhônalpin (0,5 %)
Aquitaine) tandis que les régions de la partie nord est l'une des plus élevée du pays (après l'Île-de-France
enregistraient des croissances très faibles (0,2 % par an avec 0,9 %) à égalité avec celle des régions Alsace, Pays
pour la Bourgogne, la Lorraine et le Nord-Pas-de-Calais) de la Loire et Nord-Pas-de-Calais. Les caractères urbain
voire négatives (en Champagne-Ardenne avec - 0,1 %). et jeune de la région expliquent ce fort taux.
Le dynamisme démographique de Rhône-Alpes s'appuie Comme dans le reste de la France métropolitaine, le
à la fois sur un excédent naturel (plus de naissances que nombre de naissances enregistrées se situe à un niveau
de décès) et sur un solde migratoire positif (plus d'arrivées historiquement élevé depuis la fin des années 1990, avec
que de départs). En effet, solde naturel (0,5 % en moyenne des taux de natalité rarement atteints depuis 30 ans. Les
annuelle) et solde migratoire (0,4 %) contribuent presque chiffres provisoires 2010 des naissances indiquent une
à égalité à la croissance démographique de la région, remontée après le léger repli de 2009 qui succédait au
Nouveau pic des naissances en 2010 Un solde naturel qui reste à un niveau élevé
Évolution du solde naturelÉvolution du nombre de naissances et
du nombre de décès domiciliés en Rhône-Alpes en Rhône-Alpes
85 000 38 000
Naissances
36 00080 000
75 000 34 000
70 000 32 000
65 000 30 000
60 000 28 000
55 000 26 000
50 000 24 000Décès
45 000 22 000
40 000 20 000
*données provisoires *données provisoires
Source : Insee, état civilSource : Insee, état civil
26 L’année économique et sociale 2010 - Dossier n° 156
1970
1972
1974
1976
1978
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
2000
2002
2004
2006
2008
2010*
1970
1972
1974
1976
1978
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
2000
2002
2004
2006
2008
2010*Démographie
record de 2008 (près de 81 500 naissances). Selon ces Les profils de croissance sont très diversifiés selon les
estimations, le chiffre 2010 dépassera encore les départements. La Haute-Savoie et l'Ain, avec des taux
81 000 nouveau-nés. d'accroissement annuel respectifs de 1,4 % et de 1,3 %
entre 1999 et 2009, sont les deux départements quiLe nombre de décès a commencé à augmenter depuis
enregistrent la dynamique la plus forte. Ils ont la particularité2006, lentement mais régulièrement. Cette hausse globale
d'avoir à la fois un fort solde naturel et un fort soldede la mortalité sur l'ensemble de la période récente est
migratoire. La Drôme et la Savoie connaissent les mêmesdue au vieillissement général de la population. On
composantes migratoires, avec un poids un peu plus fortenregistrait 44 000 décès dans la région en 2004 et
des migrations (0,6 %) que des mouvements naturels47 000 en 2009. Les données provisoires 2010
(0,4 %). L'Isère et surtout le Rhône voient prédominer laindiqueraient cependant une pause conjoncturelle dans
contribution du solde naturel et ne gagnent que très peuce mouvement tendanciel avec un peu plus de
d'habitants par le seul jeu des migrations résidentielles.46 000 décès.
À l'opposé, l'Ardèche connaît une croissance de 0,9 %Après son pic de 2006, année où il a dépassé 36 000, le
par an presque entièrement expliquée par l'afflux de
solde naturel retrouve un nouveau point haut, atteignant le nouveaux résidents (0,8 % par an). Enfin, la Loire, en
chiffre estimé de 35 000 en 2010. C'est un chiffre élevé manque d'attractivité, obéit à une autre logique : un
par rapport aux années antérieures, pendant lesquelles accroissement naturel modeste (0,3 % par an) compense
ce solde était systématiquement en dessous de 30 000,
un léger déficit migratoire (- 0,1 %).de 1974 à 2000.
La population de la région a vieilli en vingt ans. Désormais,
21 % des habitants sont âgés de 60 ans ou plus, contre
Serge Maury19 % en 1999 et 18 % en 1990. Inversement, les moins
de 20 ans pèsent pour 26 % en 2009, contre 27 % en Insee Rhône-Alpes
1999 et 28 % en 1990. Mais la population rhônalpine reste
plus jeune que celle de l'ensemble de la métropole, où la
part des 60 ans et plus représente 22 % et celle des moins Pour comprendre les résultats
de 20 ans, 25 %.
L'Ain est le département rhônalpin le plus jeune (27 % de
La nouvelle méthode de recensement, réalisé par enquêtes annuelles, permetmoins de 20 ans), suivi de peu par les départements
de disposer, en janvier de chaque année, de chiffres de population définitifsurbanisés de l'Isère et du Rhône (26 %) puis par celui de
erdatés du 1 janvier de l'année n-3, pour les différents échelons géographiques.la Haute-Savoie (26 %). Inversement, les départements
erAinsi, au 1 janvier 2008, la population de Rhône-Alpes s'établit àde la Loire et de l'Ardèche (24 % de moins de 20 ans) ont
6 117 200 habitants.une population relativement âgée par rapport à la moyenne
régionale. Le recensement rénové permet également de produire des estimations de
population plus récentes pour les niveaux géographiques les plus élevés :
L'Ain et la Haute-Savoie ont les taux d'accroissement n-2 pour les départements, n-1 pour la région. Ainsi, l'estimation régionale de
erles plus forts population, pour le 1 janvier 2010, se situe à 6 212 000 habitants.
Les statistiques sur les naissances et sur les décès sont issues d'uneVariation annuelle moyenne de la population entre 1999 et 2008
exploitation statistique des informations d'état-civil transmises par les mairies
à l'Insee. Elles portent notamment sur les naissances et les décès domiciliés,
c'est à dire comptabilisés au lieu de domicile de la mère du nouveau-né ouBourg-en-Bresse Suisse
de la personne décédée. Pour l'année 2010, il s'agit d'estimations.
Annecy
Lyon
Chambéry
Pour en savoir plus
Saint-Étienne
Grenoble "Population des territoires ligériens : des dynamiques différentes, mais
des destins liés", Insee Rhône-Alpes, La lettre Analyses n° 142, avril 2011.Italie
Valence Tableaux de l'économie française, édition 2011, février 2011.
"Bilan démographique 2010 : la population française atteint 65 millions
Privas
en % d'habitants", Insee Première n° 1332, janvier 2011.
+ 2 et plus
"Familles de Rhône-Alpes : des changements notables dans les compor-
de +1 à moins de + 2
tements", Insee Rhône-Alpes, La lettre Analyses n° 137, janvier 2011.
de 0 à moins de + 1
moins de 0 "Rhône-Alpes à l'horizon 2040 : 7,5 millions d'habitants", Insee Rhône-
Alpes, La lettre Analyses n° 135, décembre 2010.
Source : Insee, Recensements 1999 et 2008
L’année économique et sociale 2010 - Dossier n° 156 27
zzzzz
© IGN-Insee 201
1

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.