La Bretagne en 2004 (Octant n° 102)

De
Publié par

L'arrivée de nombreux actifs et de leurs familles, entre 1999 et 2004, confirme la grande attractivité de la Bretagne. La population active se compose de 1 368 000 personnes en 2004, dont 132 000 qui se déclarent au chômage. La forte présence des femmes sur le marché du travail est une autre caractéristique bretonne. Le nombre de ménages de une ou deux personnes augmente, traduction d'une évolution des comportements et du vieillissement de la population régionale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Recensement de la population
La Bretagne en 2004
L’arrivée de nombreux actifs et de leurs familles, entre 1999
et 2004, confirme la grande attractivité de la Bretagne.
La population active se compose de 1 368 000 personnes
en 2004, dont 132 000 qui se déclarent au chômage.
La forte présence des femmes sur le marché du travail
est une autre caractéristique bretonne.
Le nombre de ménages de une ou deux personnes augmente,
traduction d’une évolution des comportements
et du vieillissement de la population régionale.
’estimation de population réalisée à était à 51,3 % en 1999. La féminisationLpartir des premiers résultats de l’en- de la population résulte surtout de sa ré-
Part des femmes à chaque âge *quête de recensement de 2004 a montré partition par âge et de son évolution,
une croissance plus rapide de la popu- puisqu’au-delà de 60 ans, la proportion dans la population bretonne (en %)
lation que sur la période 1990-1999. de femmes augmente avec l’âge par l’ef-
L’exploitation des données individuel- fet des différences de longévité. 90
les permet à présent de livrer, au niveau
régional, des éléments statistiques sur le
80
logement, l’activité et les migrations ré-
La moitié des Bretonssidentielles de la population des mé-
70ont plus de 40 ansnages.
60
Plus de femmes En 2004, un quart des Bretons a moins
50de 20 ans, un autre quart est âgé de 20 àque d’hommes
39 ans. Ces jeunes adultes sont sous-re-
40présentés en Bretagne tandis que les
0 20 40 60 80 100En 2004, 51,6 % des Bretons sont des personnes de 60 ans et plus dépassent
Bretonnes ; la même proportion est ob- de 2 % la proportion nationale. La po- Source : Enquête de recensement de 2004
servée au niveau national. L’indicateur pulation bretonne est ainsi plus âgée * données lissées par moyennes mobiles (sur 3 ans)
10 Octant n° 102 - juillet 2005- 2 487
- 1 712
- 1 461
- 438
- 94
- 224
- 2 208
78
4 058
596
1 533
6 966
842
Recensement de la population
que le reste de la population métropoli- Répartition de la population selon la résidence antérieure
taine et le vieillissement s’accentue. La
Population % Francepart des personnes de moins de 40 ans Résidence en 1999 %bretonne métropolediminue (- 2 points en cinq ans) et celle
des plus âgés augmente, notamment
Le même logement 1 774 827 64,5 64,5au-delà de 75 ans.
Autre logement, même commune 291 246 10,6 11,4
Autre commune du département 362 359 13,2 12,2
La région demeure attractive Autre département de la région 83 255 3,0 3,8
Autre région 211 155 7,7 6,4
DOM, TOM ou étranger 28 666 1,0 1,7Prèsd’un million de Bretons ont changé
de logement entre 1999 et 2004, soit Ensemble 2 751 508 100,0 100,0
35,5 % de la population, ce qui corres-
Source : Recensement de la population de 1999 et enquête de recensement de 2004pond à un taux de mobilité résidentielle
Champ : population des ménages - population des 5 ans et plusde 12 % par an, taux identique au taux
national. Les trois quarts de ces mouve-
ments sont internes à la région et ne mo-
difient donc pas la composition de la
population. Mais les mobilitésimpli-
quant un changement de région sont
importantes et elles constituent la
Répartition de la population par âgesource principale de croissance démo-
graphique.
Bretagne France métropolitaine
La carte des soldes migratoires régio-
1999 2004 1999 2004
naux, internes à la France, présente l’as-
pect d’une France coupée en trois : défi-
Moins de 20 ans 25,5 24,8 25,9 25,2
citaire au nord, peu attractive au centre
De 20 à 39 ans 27,1 25,5 28,2 26,8et fortement attractive au sud. La Bre-
De 40 à 59 ans 25,1 27,4 25,8 27,5tagne est la seule région de la moitié
nord qui, grâce au renforcement de son De 60 à 74 ans 15,2 14,3 13,6 13,1
solde migratoire, parvient à se placer 75 ans et plus 7,1 8,0 6,5 7,4
parmi les régions attractives : son taux
Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0de migration nette s’établit à 0,5 % par
an, précisément au niveau de la région Source : Recensement de la population de 1999 et enquête de recensement de 2004
Provence-Alpes-Côte d’Azur. Champ : population des ménages
Taux annuel de migration interne Solde migratoire de la Bretagne
nette entre 1999 et 2004 par rapport aux autres régions
639
En %
0,5
0
- 0,2
Solde positif
Solde négatif
 IGN - Insee 2005  IGN - Insee 2005
Source : Enquête de recensement de 2004 Source : Enquête de recensement de 2004
Octant n° 102 - juillet 2005 11
1 291
35 998
2 153
3 542
3 736
5 840
4 199Recensement de la population
Taux d'activité des femmes modeste (+ 4 000). D’une manière gé-Un solde de 36 000 personnes
de 25 à 54 ans en 2004 nérale, les soldes bretons sont positifsavec l’Ile-de-France
avec les régions du nord de la France,
négatifs avec les régions du sud.
La région parisienne joue naturellement
un rôle primordial dans l’organisation
des flux migratoires, elle concentre ain- Le regain d’attractivité
si 40 % des flux interrégionaux sur la
période 1999-2004. Les circuits migra-
En Bretagne, les migrations se caractéri-toires sont analogues à ceux qui avaient
sent toujours par un déficit migratoire
été observés lors des précédents recen-
En % des jeunes adultes alors que l’on enre-sements.
gistre plus d’arrivées que de départs
85,7 pour les autres tranches d’âge. Ce défi-L’Ile-de-France et les Pays de la Loire82,9 cit est commun à toute la moitié nord de
accaparent la moitié des échanges avec
la France, à l’exception de l’Ile-de-la Bretagne. Avec un solde migratoireMoyennes
France et de l’Alsace ; il est liéà la pour-
Métropole : 83,6 de 36 000 personnes, la région pari-
suite des études ainsi qu’au manqueFrance de Province : 82,9  IGN - Insee 2005 sienne fournit l’apport principal, alors
d’opportunitésendébut de carrière
que celui des Pays de la Loire est plusSource : Enquête de recensement de 2004
pour de nombreux jeunes diplômésde
province.
Taux annuel de migration interne nette en Bretagne (pour 100 habitants)
L’amélioration globale du solde migra-
1,0 toire breton s’explique par l’arrivéede
population aux âges de pleine activité
0,8
(30 à 59 ans) et des enfants qui les ac-
compagnent. En particulier, l’attracti-0,6
vité bretonne progresse fortement par-
0,4 mi la tranche des 30-39 ans, le taux de
migration interne nette passe de 0,3 %
0,2 à 0,9 % par an. Profitant du flot de
créations d’emplois qui a marqué la ré-0
gion, particulièrement durant les an-
- 0,2 nées 1998-2002, de nouveaux habi-
tants ont choisi la Bretagne, ou plutôtla
- 0,4
1990 - 1999 supériorité numérique des arrivants sur
les partants s’est renforcée. Dans une1999 - 2004- 0,6
conjoncture économique très favo-
- 0,8 rable, cette réaction positive sur les
5 à 19 ans 20 à 29 ans 30 à 39 ans 40 à 59 ans 60 ans et plus comportements migratoires est tout à
fait logique.
Source : Enquête de recensement de 2004
Taux d’activité en 2004 (en %)
Bretagne France
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
Moins de 25 ans 41,1 33,9 37,6 42,7 35,7 39,2
De 25 à 49 ans 96,4 87,9 92,1 96,0 85,0 90,4
50 ans ou plus 59,8 50,7 55,2 63,6 52,4 57,9
Ensemble 74,8 66,4 70,6 76,0 66,0 71,0
Source : Enquête de recensement de 2004
Taux de chômage en 2004 (en %)
Bretagne France
Hommes Femmes Ensemble Hommes Femmes Ensemble
Moins de 25 ans 18,3 21 19,5 21,1 23 22
De 25 à 49 ans 7,3 10,5 8,8 9,1 13,1 11
50 ans ou plus 6,4 8,2 7,3 8,3 10 9,1
Ensemble 8,4 11,1 9,7 10,4 13,5 11,9
Source : Enquête de recensement de 2004
12 Octant n° 102 - juillet 2005Recensement de la population
nal ; l’écart Bretagne-France métro-Forte activité féminine
politaine, qui atteignait 5,6 points, a
Pour comprendreété divisé par deux en cinq ans.La population active compte 1 368 000
ces résultatspersonnes, soit 45,3 % de la population
totale. En considérant la Chômage faible en Bretagne
âgéede14 à 64 ans, le taux d’activité
Champ de l’étude. L’étude porte sur
s’élève à 70,6 % en 2004, soit à peu Début 2004, 90,3 % des actifs occupent le seul champ des ménages. Sont
prèslemême taux que celui de la un emploi, 132 000 Bretons se sont dé- donc exclues les populations des
France métropolitaine. Par âge et sexe, clarésauchômage, ce qui situe le taux communautés(cités universitaires,
les comportements d’activité diffèrent de chômage régional (au sens du recen- maisons de retraite, etc.) dont la col-
parfois entre la région et la moyenne sement) à 9,7 % de la population active. lecte est trop partielle à l’issue d’une
métropolitaine et trois particularitésse Cette définition du chômage est moins seule vague d’enquête.
dégagent : stricte que la définition officielle,
conforme aux préconisations du Bureau Précision. Le tirage des échantillons
les taux d’activité sont plus forts dans annuels assure une bonne représenta-international du travail, qui conduit à
la tranche 25-49 ans, notamment tivité régionale.un taux de chômage breton de 8 % à la
chez les femmes où le taux se rap- même date.
Migrations internes. Les éléments surproche de celui des hommes et dé-
les migrations présentés ici ne portentpasse de 3 points la moyenne Quels que soient l’âge et le sexe, la fré-
que sur la population des ménages denationale ; quence du chômage déclaré est nette-
cinq ans et plus qui résidait en France
ment plus faible en Bretagne que pour ils sont plus faibles chez les jeunes de métropolitaine en 1999 et 2004, les
l’ensemble de la France. L’écart dé-
moinsde25ans,liés à l’importance échanges avec les DOM et avec
passe souvent 2 points. La carte des tauxdu dispositif d’enseignement l’étranger ne sont pas intégrés. Le
régionaux montre clairement l’acuité solde migratoire interne d’une régionsupérieur ;
du chômage aux extrémités nord et sud est estimé par différence entre les arri-
plus faibles aussi entre 50 et 64 ans, du pays, et sa moindre importance dans vants et les sortants de la région, il ne
mais se rapprochent du taux natio- le reste du pays ( taux inférieurs à 11 %). concerne que les échanges entre ré-
gions de France métropolitaine. Le
taux de migration interne nette est le
rapport de ce solde à la population
moyenne de la région.
Taux de chômage en 2004
L’activité. Le questionnement sur
l’é en 2004 a permis d’intégrer
15,5 dans la population active des person-
nes exerçant à titre secondaire une
12,812,3 activité professionnelle, notamment
les étudiants ayant une activité ré-11,6 11,612,3
11,9 duite ou les retraités continuant une10,1
9,7 activité ce qui n’était
pas le cas au recensement de 1999.
10,0
10,6
10,7 Pour une classe d’âges donnée, le10,7
taux d’activité est le rapport du
nombre total d’actifs (ayant un em-
10,8 ploi ou chômeurs) à la population to-
9,3
10,0
10,6 tale. Cette définition est conforme à
celle utilisée par l’enquête Emploi.
11,5 Le taux de chômage est le rapport du
14,5En %
11,0 nombre de chômeurs au nombre total
16,3
d’actifs. La définition du chômage au14 Moyennes
sens du recensement (déclaratif sur le11 Métropole : 11,9 13,3
bulletin individuel) diffère de celle duFrance de Province : 11,8
BIT (Bureau international du travail)
 IGN - Insee 2005
qui inclut des conditions trèsprécises
Source : Enquête de recensement de 2004
sur l’activité durant une semaine de
référence, la disponibilité et la re-
cherche effective d’emploi.
Toutes les définitions sont disponi-
Afin de tirer le meilleur parti des résultats partiels de l’enquête annuelle de recen- bles sur www.insee.fr, dans la ru-
sement de 2004, les observations publiées dans cet article se rapportent à la seule brique Nomenclatures-définitions-
population des ménages. méthodes. Pour plus d‘informations
sur le recensement, www.insee.fr, ru-
La définition de l’âge retenue est celle de l’âge révolu à la date du recensement brique Recensement.
ou de l’enquête, ce qui explique la répartition différente publiée dans Octant
n°101 qui concernait l’âge en différence de millésime.
Octant n° 102 - juillet 2005 13Recensement de la population
Indicateurs relatifs au logement Peu d’étrangers, Davantage de propriétaires
mais en augmentation en Bretagne
2004 1999
Taille moyenne des résidences principales L’enquête de 2004 permet d’évaluer à L’attachement des Bretons à la propriété
(en nombre de pièces) 34 600 le nombre de personnes de 18 de leur logement n’est pas nouveau.
ans ou plus de nationalitéétrangère ha- Avec 65 % de ménages propriétaires, laBretagne 4,31 4,13
bitant en Bretagne, ainsi qu’à 24 300 les Bretagne confirme sa première place
France personnes ayant acquis la nationalité parmi les 22 régions métropolitaines.3,99 3,86
française, soit respectivement 1,6 % et Les taux de propriétaires sont en aug-
1 % de la population des ménages bre- mentation dans toutes les régions, en
Nombre moyen de personnes par pièce
tons du même âge. En 1999, ces deux bonne partie par l’effet du vieillissement
Bretagne catégories représentaient 23 200 et de la population.0,52 0,57
19 400 personnes. Pour l’ensemble de
France 0,58 0,62 la France métropolitaine, la part des De même, l’habitat breton reste essen-
étrangers atteint 5,8 %, celle des Fran- tiellement individuel à 72 %, contre
Source : Recensement de la population çais par acquisition 5,1 %. Par ailleurs, 56 % au niveau de la France métropoli-
de 1999 et enquête de recensement de 2004 3,4 % des habitants de la Bretagne en taine. Cependant la croissance du
2004 sont nés à l’étranger. nombre d’appartements est désormais
plus rapide que celle des maisons indi-
viduelles (3,2 % par an contre 1,2 %).
La taille moyenne des logements aug-Taux de propriétaires en Bretagne (en %)
mente et atteint 4,31 pièces contre 3,99
100 au niveau national et le nombre moyen
de personnes par pièce passe de 0,57 à
0,52.
1999
80
2004 Le parc régional de logements se renou-
velle au rythme de la construction, qui
60 est plus rapide en Bretagne : 97 700 ré-
sidences principales datent de moins de
6 ans soit 7,5 % d’entre elles, prèsde2
40 points de plus qu’en France métropoli-
taine. Cela correspond à un volume an-
nuel de construction de prèsde20000
20
résidences principales, bien supérieur
aux 12 000 de moyenne des années
1990.
0
moins de 30 ans de 30 à 59 ans de 60 à 74 ans 75 ans ou plus
Source : Enquête de recensement de 2004
Nombre de ménages selon leur taille Part des ménages d'une seule personne selon l'âge
500 000 60
1999
1999 50400 000 2004
2004
40
300 000
% 30
200 000
20
100 000
10
0 0
1 2 34 5 ou plus 15- 30- 40- 50- 60- 75 ans
29 ans 39 ans 59 ans 74 ans et plus49 ans
Nombre de personnes par ménage Âge de la personne de référence
Source : Enquête de recensement de 2004 Source : Enquête de recensement de 2004
14 Octant n° 102 - juillet 2005Recensement de la population
d’estimer à 2,6 % (3,4 % pour la FranceUne hausse des ménages Pour en savoir plus
métropolitaine) la proportion de per-de une ou deux personnes Des changements de région plus fré-sonnes qui habitent seules et qui décla-
quents qui bénéficient aux régionsrent néanmoins vivre en couple. Quelle
du Sud et de l’Ouest / Brigitte Bac-que soit l’explication, ceci préfigure
L’augmentation du nombre de ménages caïni, Insee Première n° 1028, juilletune nouvelle exploration statistique en
porte exclusivement sur ceux de une ou 2005.matière de comportements.
deux personnes, soit 67 % des ménages La croissance de la population s’ac-
bretons. Cette évolution est une consé- célère / Michel Rouxel, Insee Bre-
quence du vieillissement de la popula- tagne ; Octant n° 101, avril 2005.
tion, mais aussi de la hausse du nombre
Enquêtes annuelles de recensement :de personnes vivant seules. Ainsi la part
premiers résultats de la collectedes ménages d’une seule personne (ou
2004 - 62 millions d’habitants / Guypart des résidences principales occu-
Desplanques et Jean-Françoispées par une personne seule) continue
Royer, Insee Première n° 1000 - jan-
d’augmenter entre 30 et 60 ans : entre
vier 2005 ;
1999 et 2004, elle est passéeenBre-
Enquêtes annuelles de recensement :tagne de 20 % à 23 %.
premiers résultats de la collecte
2004 - principales caractéristiquesEnfin, l’enquête de recensement de
de la population et des logements /2004 permet d’étudier des situations
Catherine Borrel et Jean-Michelnon appréhendées jusqu’à présent. Elle
Durr ; Insee Première n° 1001 ; jan-pose en effet une nouvelle question
vier 2005.“vivez-vous en couple ?“, ce qui permet Michel ROUXEL
Octant n° 102 - juillet 2005 15
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.