La fécondité s'est stabilisée en 1994

De
Publié par

En 1994, la fécondité s'est maintenue à son niveau de 1993, année où elle avait chuté. L'indicateur conjoncturel de fécondité s'élève à 1,65 enfant par femme, situant la France dans une position intermédiaire entre les pays davantage féconds de l'Europe du Nord et ceux moins féconds de l'Europe du Sud. Cet indicateur conjoncturel demeure éloigné du seuil de remplacement des générations (2,08 enfants par femme), mais les femmes nées au début des années soixante, les plus jeunes dont on peut apprécier la descendance finale, devraient avoir assuré leur propre remplacement. L'âge de la mère à la maternité et la proportion de naissances hors mariage progressent encore en 1994. La contribution des étrangères à la natalité diminue. Enfin on naît de moins en moins souvent un dimanche ou un jour férié.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 503 - DÉCEMBRE 1996
PRIX : 14F
La fécondité s’est stabilisée en 1994
Bruno Lutinier, Division Répertoires et mouvement de la population, Insee
années les plus récentes, de l’arrivée à l’âgen 1994, la féc ondité s’est mainte-
de procréer des générations moins nom
nue à son niveau de 1993, année oùbreuses nées depuis 1973. Comme toujours,Eelle avait chuté. L’indicateur il naît plus de garçons (51,2 %) que de filles.
conjoncturel de fécondité s’élève à
La fécondité à son niveau minimum1,65 enfant par femme, situant la France
dans une position intermédiaire entre lesÀ la fin de la parenthèse du baby boom, la
fécondité (le nombre d’enfants par femme)pays davantage féconds de l’Europe du
a reculé de 1964 à 1975. Elle s’est quasiment
Nord et ceux moins féconds de l’Europe stabilisée entre 1975 et 1988 avec même un
du Sud. Cet indicateur conjoncturel de- léger sursaut au début des années quatre
vingt. Depuis cette date, elle a diminué demeure éloigné du seuil de remplacement
nouveau et le repli a été important en 1993
des générations (2,08 enfants par femme),(graphique 1). Elle a atteint un niveau mini
mais les femmes nées au début des an- mum en 1993 et en 1994 : si tous les taux
de fécondité par âge devaient se stabiliser ànées soixante, les plus jeunes dont on
leur niveau de 1994, 100 femmes meaientttr
peut apprécier la descendance finale, de- au monde 165 enfants. Cependant, d’après les
vraient avoir assuré leur propre remplace chiffres provisoires, l’indicateur conjonctu
rel remonterait à 170 enfants pour 100 fem ment. L’âge de la mère à la maternité et
mes en 1995, niveau encore inférieur à celui
la proportion de na ssani ces hors mariage de 1992 (173 enfants). Cette remontée de
progressent encore en 1994. La contribu-1995 correspondrait à un supplément de
18 000 naissances.tion des étrangères à la natalité diminue.
Les familles nombreuses et les maternités
Enfin on naît de moins en moins souvent précoces se raréfient sous les effets conju
un dimanche ou un jour férié. gués de la diffusion et de l’amélioration des
méthodes contraceptives, de la prolonga
L’état civil a enregistré 710 993 naissances tion des études et du recul de l’entrée dans
en France métropolitaine en 1994, soit le une vie professionnelle stable. Par ailleurs,
nombre le plus faible depuis la fin de la la mortalité des jeunes enfants et la venue
Seconde Guerre mondiale. De 1988 à 1994,des enfants sans vie (3 600 en 1994) sont
le nombre de naissances a diminué en rai réduites. L’arrivée du premier enfant est re
son d’une baisse de la fécondité et, pour les tardée de sorte que l’âge moyen à la mater
nité ne cesse de reculer depuis 1977 ; il
s’élève à 28 ans et dix mois en 1994, soit
Indicateur conjoncturel de fécondité
deux ans et quatre mois de plus qu’en 1977.
de 1946 à 1994
C’est à 28 ans que les naissances sont les
plus nombreuses : près d’une femme sur sept
de cet âge a accouché en 1994 ( graphique 2).
Les femmes de cette génération, alors
âgées de 27 ans, étaient déjà les plus fécon
des en 1993. En 1977, les mères les plus
fécondes avaient 25 ans. En revanche, les
maternités sont plus nombreuses que jadis
au delà de 35 ans. Cependant, l’augmenta
tion de la fécondité après 35 ans est beau
coup plus faible que le recul avant 25 ans
(graphique 3). La fécondité tardive est favo
risée par les progrès de la médecine et de
la procréation assistée, mais la contracep
tion et l’avortement tendent à en réduire l’ac
Sources : Statistiques de l’état civil, Insee croissement : une partie des naissances
?
INSEE
PREMIERETaux de fécondité par âge e 1977n Taux de fécondité par groupe d’âge de1946 à 1994
et en 1994
Lecture : en 1994, 10 000 femmes âgées de 30 ans ont eu Lecture : en 1994, 100 femmes âgées de 15 à 24 ans ont eu en moyenne 32 enfants. En 1973, 100 femmes du même
1 213 enfants groupe d’âge en ont eu 91.
Sources : Statistiques de l’état civil, Insee Sources : Statistiques de l’état civil, Insee
tardives était autrefois accidentelle. possible avant d’accoucher. Ainsi, au premier né sur deux voit le jour alors
La durée de vie féconde tend ainsi à début des années soixante dix, avec que ses parents ne sont pas mariés.
se réduire. la libéralisation des moeurs et une contra-Le milieu social et la nationalité jouent
On s’est donc éloigné du seuil de rem ception pas toujours maîtrisée, plus duun rôle dans ce phénomène : 39 %
placement des générations qui est 208quart des mariages étaient conclus pardes mères ouvrières ou inactives met
enfants pour 100 femmes. Les fem une femme enceinte ( graphique 4). De tent au monde un enfant hors mariage
mes nées jusqu’au début des années puis, le lien entre naissance et mariage contre seulement 27 % des cadres et
soixante devraient assurer leur rem s’est fortement distendu ; toutefois, 14 % des agricultrices. Parmi les Fran
placement. Pour les plus jeunes, cela l’épouse est enceinte dans 11 % des ma çaises, 38 % des naissances survien
sera plus difficile en raison de l’am riages célébrés en 1994. Les concepionst nent en dehors du mariage contre
pleur du retard pris aux âges où leurs prénuptiales sont esseniellement l’apa t seulement 18 % des naissances de
aînées avaient largement commencé nage des femmes jeunes et des étran mère étrangère. Les communautés
leur vie féconde. gères : le milieu d’origine influe donc d’immigration récente ont plus sou
La fécondité conjoncturelle est certes toujours plus ou moins sur la décision vent des enfants légitimes que celles
faible en France mais notre pays se de se marier ou non pour une femme dont l’immigration est plus ancienne.
situe dans une position intermédiaire enceinte. Par exemple, 32 % des Espagnoles et
et presque isolée entre l’Europe du En contrepartie, les naissances hors 27 % des Italiennes ont des enfants
Nord et l’Europe du Sud ( tableau 1). mariage se sont multipliées depuis hors mariage contre 10 % des Maro
Elle est éloignée de la Suède, de la le début des années soixante dix caines, 7 % des Tunisiennes et 4 %
Norvège, de l’Irlande, de la Finlande et(graphique 5). Leur proportion dans des Turques. Les Algériennes (17 %)
du Danemark où chaque femme a en l’ensemble des naissances est passée et les Portugaises (23 %) se situent
tre 1,8 et 1,9 enfant. En Europe septen de 6 % dans les années cinquante et dans une position intermédiaire.
trionale et occidentale, seule l’Islande soixante à 36 % en 1994. Au total, y En raison de la désaffection du ma
dépasse en 1994 le seuil de remplace compris les conceptions prénuptiales, riage et du recul de l’âge où l’on
ment. À l’opposé, la France devance net-40 % des nouveau nés sont conçus enconvole, les naissances naturelles
tement l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie dehors du mariage des parents. Et un sont particulièrement fréquentes par
où chaque femme met au monde envi
ron 1,2 enfant. Peu de pays ont une fé Fréquence des conceptions Proportion de na ssani ces hors
condité proche de celle de la France. prénuptiales de 1962 à 1994 mariage de 1946 à 1994
La fécondité conjoncturelle évolue dif
féremment d’un pays à l’autre. De
1993 à 1994, elle augmente au Dane
mark et en Finlande, elle demeure à
son niveau en France, aux Pays Bas
et en Norvège alors qu’elle régresse
en Suède, en Islande, au Portugal et
en Irlande.
Des naissances
hors mariage plus fréquentes
Autrefois, lorsqu’une femme céliba
taire était enceinte, elle se mariait si Sources : Statistiques de l’état civil, Insee Sources : Statistiques de l’état civil, Insee
˜´`ˆIndicateurs de fécondité en1994 en Europe occidentale Nombre moyen de naissances
Indicateur conjoncturel de fécondité Proportion selon le jour de la semaine
de
Taux brut Jour de naissance Nombre moyenPays naissances
de natalité1975 1985 1993 1994 hors Dimanche 1 474
mariage Lundi 2 045
Europe du Nord Mardi 2 135
Islande 2,65 1,93 2,22 2,14 16,7 59,6 Mercredi 2 096
Suède 1,77 1,74 1,99 1,88 12,8 51,6
Jeudi 2 089
Norvège 1,98 1,68 1,86 1,86 13,9 45,9
Vendredi 2 100Finlande 1,68 1,65 1,81 1,85 12,8 31,3
Danemark 1,92 1,45 1,75 1,80 13,4 46,9 Samedi 1 703
Europe de l’Ouest
Ensemble 1 948
Irlande 3,40 2,50 1,93 1,86 13,4 19,7
Royaume Uni 1,81 1,79 1,75 1,74 12,9 32,0 Sources : Statistiques de l’état civil, Insee
Luxembourg 1,55 1,38 1,70 1,72 13,5 12,7
France 1,93 1,81 1,65 1,65 12,3 36,1
Belgique 1,74 1,51 1,59* 1,55* 11,5 12,6**
Pays-Bas 1,66 1,51 1,57 1,57 12,7 14,3 Plus d’une mère sur deux n’est pas
Suisse 1,61 1,52 1,51 1,49 11,9 6,4
mariée en Suède et six sur dix en Is Autriche 1,82 1,46 1,48 1,44 11,5 26,8
Allemagne 1,48 1,37 1,28 1,26 9,5 15,4 lande. Cette situation est rare en
Europe du Sud
Grèce (3 %) mais aussi en Suisse, enPortugal 2,58 1,72 1,52 1,44 11,0 17,8
Grèce 2,38 1,68 1,34 1,35 10,0 2,9 Italie et en Espagne.
Espagne 2,80 1,63 1,25 1,22* 9,3 10,5**
Italie 2,20 1,39 1,26 1,22* 9,2 7,3**
* Données provisoires ou estimations De moins en moins
** Dovisoires de 1993 de naissances le dimanche
Source : Eurostat
Il est né en moyenne 1 948 enfants par
mi les mères qui accouchent jeunes conduit plus les parents à se marier jour en 1994. Avec le développement
(82 % pour les mères de moins de 20même si des mariages tardifs se pro des techniques de déclenchement de
ans et 89 % pour celles qui sont fran duisent toutefois. l’accouchement, les enfants naissent
çaises). Tout au moins jusqu’à 30 ans,Les naissances naturelles sont les de plus en plus rarement le samedi, et
plus la femme est jeune lorsqu’elle plus rares dans les départements qui surtout le dimanche et les jours fériés
met un enfant au monde, plus fré abritent beaucoup d’étrangers et aussi (tableau 2 ). Ainsi, le minimum a été at
quemment celui-ci naît hors ma- dans les départements ruraux peut teint le samedi premier janvier avec
riage (graphique 6). Au delà de cet être davantage traditionalistes. Ainsi, 1 254 naissances. À l’opposé, les fem
âge, la proportion de naissances hors moins de trois naissances sur dix sur mes accouchent le plus souvent un
mariage augmente légèrement : la viennent hors mariage dans la Loire, mardi. C’est d’ailleurs le mardi 12
mère a parfois déjà vécu en couple, la Vendée, le Haut Rhin, la Moselle etjuillet qui a vu le plus d’enfants venir
marié ou non, avec un autre homme. le Bas Rhin ( carte 1). A l’inverse, les au monde avec 2 135 naissances. La
Les enfants naturels sont très souvent habitantes de l’Ariège, de la Charente période de forte natalité s’étend de
reconnus avant ou peu après la nais Maritime et des Pyrénées Orientales mai à juillet avec plus de 2 000 nais
sance et 22 % des mariages légitimentsont celles qui enfantent le plus fré sances quotidiennes : la saisonnalité
au moins un enfant : la proximité de la quemment en dehors du mariage (plusmensuelle est moins marquée en fin
venue au monde d’un descendant ne de 45 % des naissances). Les dépar
tements où les naissances hors ma
1 - Proportion de na ssani ces Proportion de nassani ces riage sont aujourd’hui relativement
hors mariage selon le département hors mariage selon l’âge inhabituelles figuraient déjà parmi
de domicile en 1994de la mère en 1994 ceux où elles survenaient le moins
souvent il y a dix ans, même si les plus
rares s’observaient en Haute Loire et
en Aveyron. En revanche, elles étaient
les plus fréquentes dans le Val de
Marne, à Paris et dans la Seine Saint
Denis. En 1994, ces départements ne
font plus partie de ceux où l’on engen
dre le plus souvent en dehors du ma
riage. Ainsi, Paris est presque passé
d’une extrémité à l’autre de cette hié
rarchie en l’espace de dix ans.
La proportion de naissances hors ma
riage se situe en France à un niveau
intermédiaire entre les pays d’Europe
du Nord (Finlande exceptée) et les
pays d’Europe du Sud (tableau 1).Sources : Statistiques de l’état civil, Insee Sources : Statistiques de l’état civil, Insee
¸˚¯2 - Proportion de mères étrangères lement étranger. La contribution des C’est le nombre moyen d’enfants par
selon le département de domicile étrangères à la natalité en France a un femme d’une génération fictive de femmes
en 1994 peu diminué depuis 1993 où elle était qui auraient au cours de leur vie la fécondité
de 11,1 %. Leur participation diffère par âge observée dans l’année considérée.
considérablement d’un département à La descendance finale : nombre moyen
l’autre (carte 2). C’est dans les dépar d’enfants effectivement mis au monde par
tements corses et franciliens que leur une génération de femmes ayant atteint
contribution est la plus importante et l’âge de 50 ans.
plus particulièrement à Paris (29 %) etLe remplacement des générations : on
en Seine Saint Denis (32 %). En re- considère que le remplacement des géné
vanche, elle est très faible dans l’Ile rations est assuré lorsqu’il naît 2,08 enfants
et Vilaine, les Deux Sèvres, le Finistère, par femme. Ce nombre est souvent arrondi
le Pas de Calais, les Côtes d’Armor, le à 2,1. Il est calculé de la manière suivante :
Morbihan, le Cantal, la Manche et la Ven 2 car la femme doit se remplacer elle même
dée avec moins de 2 % des naissances.ainsi que son conjoint, 0,05 car il naît plus
de garçons que de filles (105 garçons pour
100 filles) et 0,03 pour tenir compte de laPour comprendre
Sources : Statistiques de l’état civil, Insee mortalité féminine, très faible, avant l’âgeces résultats
moyen à la maternité.
Le taux brut de natalité : nombre d’enfants
Taux de fécondité par âge : nombre de nés une année donnée rapporté à la popu
naissances vivantes pour 10 000 femmes lation moyenne. Cet indicateur tient compte
d’année avec le début de reprise de lade chaque âge. de la structure par sexe et âge de la popu
natalité constatée surtout en 1995. L’indicateur conjoncturel de fécondité : lation : on ne peut donc pas, en toute ri
Les naissances sont très concentrées somme des taux de fécondité des femmes gueur, comparer des pays ayant des
dans l’espace du fait que la quasi to âgées de 15 à 49 ans une année donnée. structures différentes.
talité des femmes accouchent dans
une maternité. Ainsi, si 1 809 commu Pour en savoir plus
nes sur les 36 500 ont enregistré au
moins une naissance en 1994, la moi
Les résultats détaillés annuels et régionaux sont disponibles dans les directions régio
tié des naissances surviennent dans
nales de l’Insee environ un an après la fin de l’année considérée.
une centaine de communes et 99,7 % Ces résultats détaillés sont publiés dans la collection Insee résultats sous le titre La
dans environ 600 communes. Le nom situation démographique en 19.. . La dernière année disponible est 1993 : Insee résul
tats, série Démographie Société, n° 49 50, 1996.bre de communes où naissent des en
Les chiffres de la fécondité par région et par département viennent d’être publiés :fants tend à diminuer.
Données de démographie régionale 1990 , Insee résultats, série Démographie Société,
n° 45 46, 1995.
Plus d’une mère sur dix Chaque trimestre, l’Insee publie dans le Bulletin Mensuel de Statistique les résultats
provisoires de l’état civil (mensuels pour la France métropolitaine, trimestriels pour lesest étrangère
départements et les régions).
Le premier bilan démographique de l’année 1996 sera publié dans la collection InseePrès de 10,6 % des mères sont étran
première début 1997, celui de l’année 1995 l’a été en février 1996 (n° 428).
gères, le plus souvent le père est éga
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1996
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 485 F. (France) 606 F. (Étranger) 770 F. (Étranger par avion)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : F. Magnien, Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : M Brunet
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1996
qqq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.