La parité en politique : une avancée qui demeure encore fragile

De
Publié par

En dépit des mesures législatives importantes prises en faveur de leur promotion dans les assemblées élues, on constate que les femmes n’occupent encore, dans les centres de décision politique, qu’une position somme toute marginale. En effet, si dans le cadre règlementaire, la parité a été respectée, les choses ont été différentes dans la désignation des maires et de leurs adjoints. Les femmes ne représentent que 35,5 % des adjoints au maire et aucune d’entre elles n’a pu accéder au mandat de maire.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE INFOS
N° 14 Mars 2003 1,50 euro
Introduction de Nafissata BINT MOUHOUDOIR,
déléguée aux droits des femmes
En dépit des mesures législatives importantes prises en faveur de leur promotionLa parité
dans les assemblées élues, on constate que les femmes n’occupent encore, dans
les centres de décision politique, qu’une position somme toute marginale. En
effet, si dans le cadre règlementaire, la parité a été respectée, les choses ont étéen politique :
différentes dans la désignation des maires et de leurs adjoints. Les femmes ne
représentent que 35,5 % des adjoints au maire et aucune d’entre elles n’a pu
accéder au mandat de maire.
Deux ans après le vote de la loi sur la parité, le constat est décevant
quantitativement. Les femmes ont été nombreuses à démissionner de leurs mandatsune avancée
et beaucoup d’entre elles ont été remplacées par des hommes. Pour autant, il ne
faut pas adopter une attitude fataliste. Les mentalités évoluent, mais à petits pas.qui demeure Est il besoin de rappeler que l’histoire des droits des femmes a été et continue à
être l’histoire d’un combat de longue haleine.
Ce qu’il faut retenir c’est que l’acte législatif n’est rien s’il ne correspond pasencore
à un état d’esprit. Les femmes doivent avoir de la volonté et de la détermination
pour surmonter les obstacles à leur intégration dans la vie politique. Elles doiventfragile également saisir l’opportunité qui leur est donnée pour investir le champ du
pouvoir : on les accepte volontiers aux urnes, pourquoi les écarter du pouvoir ?
Une loi pour la parité
La loi instituant « l’égal accès des fem fois pour les élections municipales des 11
et 18 mars 2001.mes et des hommes aux mandats électo
raux et fonctions électives » a été défini
tivement entérinée le 6 juin 2000. La parité, obligatoire pour pouvoir pré
senter une liste à ces élections, se retrouveEn pratique, « les listes sous peine
d’être irrecevables doivent obligatoi globalement respectée dans la constitu
tion des conseils municipaux. En revan rement comporter autant d’hommes que
de femmes (écart d’une personne auto che à l’occasion de la désignation des
Institut National de la Statistique
risée) en respectant la stricte alternance maires et de leurs adjoints, la place des
et des Etudes Economiques femmes s’est trouvée considérablementpar tranche de 6 ».
Cette loi était appliquée pour la première réduite.Antenne de Mayotte
ZI Kawéni
Poids des femmes dans les conseils municipauxB.P 1362 97 600 MAMOUDZOU
Tel : 02.69.61.36.35 50
Directeur de la publication : Jean GAILLARD 40
Rédacteur en chef : Hervé BACHERE
30
%Rédacteur du document : Delphine ARTAUD
20
Impression : INSEE MAYOTTE
10
0
ISSN : 1291 2786
Dépot légal : décembre 1998
© INSEE 2003
Acoua
Chiconi
M'Tzamboro
Tsingoni
Kani Keli
Dembeni
Pamandzi
Sada
Dzaoudzi Labattoir
Bandrele
Ouangani
Chirongui
M'Tsangamouji
Koungou
Mamoudzou
Bandraboua
Boueni La parité au lendemain des élections de 2001
Les conseils municipaux des 17 communes regroupent au quer le principe de la parité en faisant alterner les hommes
total 501 élus. Les femmes représentent 46 % des élus.et les femmes sur les neuf postes d’adjoints.
Globalement la parité est quasiment respectée dans la com
position des conseils. Les femmes en position de faire valoir ?
Parmi les 107 adjoints, quel que soit leur ordre, 38 seule
En détail, 4 conseils ont un nombre de conseillers ment sont des femmes.
féminins relativement faible. Pour les communes d’Acoua
et Chiconi la part des conseillers féminins est inférieure à 40 En plus de Koungou, 6 communes ont respecté la parité
%. Sur les listes qui n’ont eu qu’un ou deux conseillers élus, dans le nombre d’adjoints (Bouéni, Dzaoudzi, Pamandzi,
les hommes ont été retenus car ils étaient positionnés en Kani Kéli, Ouangani et Dembéni), mais les femmes sont
tête de liste. A M’Tzamboro et Tsingoni, la part des fem rarement bien positionnées.
mes dépasse à peine 40 %.
Mamoudzou est un cas à part avec seulement deux femmes
Trois communes, Bandraboua, Boueni et Mamoudzou ont sur onze adjoints. Sur l’ensemble de l’île, une seule femme
une majorité féminine. occupe un poste de premier adjoint et cinq autres un poste
de deuxième adjoint. Sept communes ont placé toutes les
La parité disparaît parmi les élus adjoints ou maires femmes élues en position d’adjointes aux tous derniers rangs.
Un quart des élus ont une responsabilité d’adjoint ou de La dernière place est occupée par une femme dans onze
maire. Cependant les femmes ont moins de chance d’être communes; l’avant dernier adjoint est aussi une femme dans
maire ou adjoint que les hommes : 17 % des femmes ont dix cas sur dix sept.
des responsabilités au sein du conseil contre 32 % des hom
mes.
Attribution des postes de maire et d’adjoints selon le sexe
erAucun maire n’est une femme. Une seule femme est 1
Commune Ma1 2ire 3 4 5 6 7 8 9 10 11
adjoint, à Koungou. Cette commune est la seule à appli
Mamoudzou H H H H H H H H H H F F
Koungou H F H F H F H F H H
Boueni H H H H F H F F F
Les postes de maire et d’adjoints, plutôt masculins Dzaoudzi-Labattoir H H F H F H F H H
Pamandzi H H F F H H H F F
Bandrélé H H F H H H F H
16
Chirongui H H H H H H F F
Kani-Keli H H F H H H F F 12
M'tzam boro H H H F H H H
Ouangani H H H F F H F 8
Acoua H H H H F F
Sada H H H H F F 4 76 65 5 Bandraboua H H H H F 3 21 11 Chiconi H H H F H 0
Dembeni H H F F H
M'tsangam ouji H H H H F
Tsingoni H H H H F
Femme Homme
Deux ans après la parité s’efface au sein des conseils municipaux
Deux ans après les élections municipales, il y a eu des chan plus que 10 adjoints, une des deux femmes adjointes ayant
gements. La part des femmes dans les conseils municipaux démissionné, sa remplaçante est simple conseillère.
a eu tendance à diminuer. Les conseillères municipales dé
missionnaires sont plutôt remplacées par des hommes. La loi sur la parité du 6 juin 2000 a entraîné une plus grande
implication des femmes dans les conseils municipaux. Ce
Quinze conseillers municipaux ont changé entre septembre pendant la parité en politique n’est pas acquise que ce soit
2001 et janvier 2003 : onze femmes et quatre hommes. Lesdans les conseils municipaux ou tout autre représentation.
femmes ont été remplacées dans huit cas par des hommes.L’effort de parité ne se retrouve ni au Conseil Général
Les hommes ont été remplacés dans deux cas par une femme. (aucune femme élue) ni pour les dernières élections législa
tives (une seule femme candidate). La place de sénateur estDepuis les élections, 7 nouveaux adjoints ont été désignés,
dont une seule femme. A noter qu’à Mamoudzou il n’y a également réservée aux hommes, comme dans le reste du
pays (cf encadré en page 4).
MAIRE
1er adjointQuelques caractéristiques des élus
Pyramide des âges de l’ensemble des élus municipaux Pyramide des âges des maires et adjoints
50 et +50 et +
Hommes Femmes
Hommes Femmes45-49 45 49
40-44 40 44
35-39 35 39
30-34 30 34
25-29 25 29
18-24 18 24
120 100 80 60 40 20 0 2040 6080 100
40 30 20 10 010 20
Les femmes plus jeunes
La moyenne d’âge des conseils municipaux est de 35 ans. La part des moins de 35 ans chez les femmes atteint 70%,
Les femmes sont plus jeunes que les hommes. Elles étaient alors que seulement 50% des hommes ont moins de 35
en moyenne âgées de 32 ans au 11 mars 2001, jour du ans. L’accès à l’école a été offert tardivement aux fem
premier tour de l’élection, alors que les hommes avaient mes. Les plus jeunes ont acquis un bagage scolaire et cul
37 ans. Les conseillers municipaux sont âgés de 19 à 65 turel qui leur donne les moyens de se lancer dans l’aven
ans. ture municipale.
Les plus jeunes sont des femmes, deux ont moins de 20 Les moyennes d’âges des maires et des adjoints sont sem
ans, tandis que le plus jeune homme, à 23 ans, n’est que le blables à l’ensemble des conseillers municipaux. Cepen
douzième plus jeune conseiller municipal. La femme la plusdant 80 % des femmes adjoint ont entre 25 et 35 ans
âgée a 52 ans, quinze conseillers sont plus âgés qu’elle. contre seulement 50 % des hommes.
Même structure d’emplois pour les hommes et les femmes
Les élus municipaux, qu’ils soient femmes ou hommes, les instituteurs) viennent en troisième position chez les élus
exercent en grande majorité une activité professionnelle hommes, tandis que chez les femmes ce sont les inactives.
dans le secteur public.
Les autres élus masculins exercent des métiers qui se ré
La plupart des femmes élues a suivi une formation scolaire partissent assez équitablement entre artisans, commerçants
initiale. 80 % d’entre elles ajoutent à leur mandat électif un et cadres ; il y a aussi quelques retraités parmi les élus
emploi alors que le taux moyen d’activité des femmes hommes.
mahoraises n’est que de 46 % en 2000.
La structure par catégorie socioprofessionnelle des hom
Les employés et les enseignants sont fortement représen mes et femmes adjoints est sensiblement la même.
tés chez les femmes et chez les hommes avec une propor
tion de 2/3 des élus. Les professions intermédiaires (sans
Professions de l’ensemble des élus municipaux Professions des maires et de leurs adjoints
5045
45
40
40
35
35
30
30
%
25
25
20
20%
15 15
10 10
5 5
00
Femmes Hommes
Femmes Hommes
agriculteur
artisan, comm, chef d'ent
cadre
enseignant
ouvrier
sans profession
cadre
enseignant
ouvrier
sans professionElections de la chambre professionnelle : peu de femmes se sont présentées
En octobre 2001, ont eu lieu les élections de la chambre professionnelle. La parité hommes femmes était loin d’être atteinte
sur les listes des candidats : 75 postulants au total dont 7 femmes. Quatre femmes se présentaient dans la section « Com
merce », deux dans la section « Artisanat », et une dans la section « Services ».
Parmi ces femmes, 5 ont été élues membres de la Chambre Professionnelle : trois dans le commerce, une dans l’artisanat et
une dans les services. Par ailleurs 31 hommes, sur les 68 candidats, ont été élus au sein de la chambre profesionnelle.
Les membres sont 36 au total soit un taux de féminisation de 14 %. Le plus fort taux de féminisation est dans le collège
« commerce » avec 3 femmes sur 7 élus.
En Métropole, la parité n’est pas mieux respectée
Après plus de cinquante ans d’exercice du droit de vote, les femmes sont encore peu présentes en tant qu’élues sur la scène
politique.
Au niveau des municipales, la loi sur la parité politique, qui impose des listes mixtes alternant des candidats hommes et femme s
dans les communes de plus de 3 500 habitants ou plus a eu un impact important en 2001. La proportion de femmes conseillè
res municipales est passée de 25 % en 1995 à près de 50 % en 2001 pour les communes de plus de 3 500 habitants. En
revanche, le nombre et la part des femmes parmi les maires restent beaucoup plus limités : environ 7 % des maires de ces
communes sont des femmes, soit seulement deux points de plus qu’en 1995.
Aux autres élections locales (régionales, cantonales) la part des femmes élues est plus importante qu’au niveau national et est
en progression rapide. Ainsi, la part dans les conseils régionaux a doublé entre 1992 (12 %) et 1998 (25 %). Les conseils
généraux restent quant à eux peu féminisés. En 2001, les femmes ne représentent que 10 % des conseillers généraux.
La part des femmes parmi les élus aux élections législatives ( …) augmente à partir de 1978 pour atteindre près de 11 % en
1997. La remontée du taux de représentation des femmes à l’Assemblée Nationale à partir de 1978 tient moins à leurs
chances accrues de succès relativement aux hommes qu’au plus grand nombre de candidates. C’est le cas notamment en
1997, où les partis politiques ont présenté davantage de candidates. La part des femmes parmi les élus au Sénat, elle aussi en
augmentation depuis les années 70, reste néanmoins très faible (moins de 6 % en 1998).
L’élection d’un nombre croissant de femmes aux scrutins nationaux ou locaux conduit à une diversification sociologique de la
classe politique. Les élues appartiennent, en effet, plus fréquemment que les hommes aux catégories « employés et ouvriers »
et « autres actifs », traditionnellement peu représentés parmi les élus.
Extrait de « Femmes et hommes, regards sur la parité », édition 2001, Insee
Part en % des femmes élues conseillères municipales selon la taille des communes
2001 1995 1989 1983
Communes de moins de 3 500 habitants 12,9 16,3 21,0 nd
Communes de 3 500 à 9 000 habitants 21,0 21,4 25,1 47,4
Communes de 9 000 à 30 000 habitants 22,0 23,0 26,3 47,3
Communes de plus de 30 000 habitants 22,8 23,6 26,9 48,0

Nombre de conseillères municipales 70 155 86 549 107 979 nd
Source : ministère de l’Intérieur
Nous remercions la Direction des affaires communales de la Préfecture qui nous a communiqué les données ayant permis la réalisa tion
de cet article

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.