La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion

Publié par

L'égalité des femmes et des hommes à La Réunion, vue au travers des chiffres. La santé, l'éducation, la famille, l'emploi, la vie politique ... la parité femmes - hommes est-elle toujours respectée ?

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

AVANT-PROPOS
L’efficacité d’une politique publique appuie sa
réflexion sur la réalité des faits. Les chiffres de la
brochure parité donnent la mesure des inégalités
qui persistent entre la situation des femmes et des
hommes et permettent de mieux appréhender les
enjeux qui s’y rattachent.
Cette brochure a été réalisée à partir des chiffres de
l’INSEE-Réunion, en s’inspirant de la publication
nationale de l’INSEE “Femmes et Hommes,
regards sur la Parité” et des chiffres-clés publiés
chaque année par le Ministère délégué à la
Cohésion sociale et à la Parité.
Elle offre à un large public une photographie de la
place des femmes par rapport à celle des hommes
à travers trois axes de progrès de la politique
publique conduite en France en faveur de l’égalité
entre les femmes et les hommes :
- la parité
- l’égalité professionnelle
- les droits et la dignité de la personne.
Je souhaite que la publication et la diffusion de ces
chiffres élargissent les perspectives d’actions
pertinentes en faveur des Réunionnaises et des
Réunionnais.
Le Préfet de La Réunion
Laurent CAYREL
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
Chiffres-clés 2005 3SOMMAIRE
La parité entre
les femmes
et les hommeset les hommes
à La Réunion
CHIFFRES-CLÉS 2005
Avant-propos .................................... 3
PRÉFECTURE DE LA RÉUNION
DIRECTION RÉGIONALEDélégation Régionale aux Droits
des Femmes et à l’Égalité DE LA RÉUNION
La parité et l’accès des femmes aux responsabilités
Grandes dates de l’évolution vers la parité ........ 6-7
Vie politique ............................................................ 8-9
Création d’entreprise .......................................... 10-11
L’égalité professionnelle
Formation initiale ............................................... 12-13
Diplôme et Insertion .......................................... 14-15
Activité et Emploi 16-17
Conditions d’emploi ........................................... 18-19
Fonctions et salaires ............................................ 20-21
Chômage .............................................................. 22-23
L’accès aux droits et le respect de la dignité de la
personne
Portrait d’une population .................................. 24-25
Contraception et IVG ......................................... 26-27
Recours aux soins ............................................... 28-29
Violence envers les femmes .............................. 30-31
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
Chiffres-clés 2005 5GRANDES DATES DE L’ÉVOLUTION VERS LA PARITÉ
1971 : Élection de la première maire à La Réunion : MmeNationales Réunionnaises
de Chateauvieux.
1665 : Début de la colonisation de l’Ile Bourbon.
1972 : Le principe de l’égalité de rémunération entre les
1667 : Treize premières femmes à Bourbon. hommes et les femmes pour des travaux de valeur égale
est reconnu.1685-1700 : 33 filles de colons se marient entre 10 et 14
ans. 1975 : La loi Veil autorise l’Interruption Volontaire de
Grossesse (IVG) pour une période probatoire de 5 ans.1789 : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Article premier : “Les hommes naissent libres et égaux en 1975 : Loi Haby : obligation de mixité dans tous les établis-
droits...”. sements publics d’enseignement.
1793 : L’instauration du suffrage universel ne concerne 1975 : Loi interdisant toute distinction entre les sexes dans
que les hommes. la fonction publique.
1804 : Le code civil consacre l’incapacité juridique de la 1981 : Première femme préfète (Mme Yvette Chassagne).
femme mariée.
1982 : L’IVG est remboursée par la sécurité sociale.
1849 : Une candidate aux élections législatives est la 1983 : Loi Roudy sur l’égalité professionnelle entre les
risée de la presse (Jeanne Deroin). hommes et les femmes.
1861 : Julie Daubié est la première femme autorisée à 1985 : Égalité des époux dans la gestion des biens de la
passer son baccalauréat. famille et des enfants.
1881 : Création de l’École Normale d’instituteurs. 1989 : Première campagne nationale d’information contre
1900 : Le barreau s’ouvre aux femmes. Jeanne Chauvin les violences conjugales et création des commissions
est la première avocate. départementales d’action contre les violences faites aux
femmes.1911 : Création d’une section d’institutrices.
1991 : Edith Cresson est la première femme première1916 : Première bachelière réunionnaise.
ministre.
1923 : L’avortement est un délit.
1992 : Loi créant le délit de harcèlement sexuel dans les
1924 : Les programmes de l’enseignement secondaire relations au travail.
deviennent identiques pour les filles et les garçons.
1993 : Élection de la première présidente du Conseil
1930 : Mme Collardeau née Le Vigoureux devient la pre- Régional : Mme Margie Sudre.
mière avocate réunionnaise.
1995 : Élection de la première députée à La Réunion :
1944 : Les femmes sont électrices et éligibles dans les Mme Huguette Bello.
mêmes conditions que les hommes.
2000 : Loi du 6 juin relative à l’égal accès des femmes et
1945 : les femmes votent et sont élues pour la première des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions
fois aux élections municipales en avril, puis en octobre électives.
pour l’assemblée constituante.
2001 : Loi Génisson : renforcement de la loi de 1983 sur
1945 : Premières candidates réunionnaises aux élections. l’égalité professionnelle.
1946 : Le principe de l’égalité des droits entre les hom- 2001 : Élection de la première sénatrice à La Réunion :
mes et les femmes dans tous les domaines est inscrit Mme Anne-Marie Payet.
dans le préambule de la constitution.
2004 : Élection de la première présidente du Conseil Géné-
1947 : Première femme ministre (Germaine Poinso- ral à La Réunion : Mme Nassimah Dindar.
Chapuis) dans le gouvernement de Robert Schuman.
2004 : La charte de l’égalité entre les hommes et les femmes
1965 : Les femmes peuvent gérer leurs biens propres et est signée par le premier ministre.
travailler sans l’autorisation du mari.
2004 : Signature de la convention régionale entre le recteur
1966 : L’AROF (Association Réunionnaise d’Orientation et le préfet sur deux ambitions : orienter les jeunes filles
Familiale) est créée par le Docteur Pierre Lagourgue. vers les filières porteuses d’avenir et le respect mutuel des
deux sexes.1967 : La loi Neuwirth autorise la contraception.
2005 : Lancement de la campagne nationale de communi-1970 : Création du MLF (Mouvement de Libération des
cation : “Parité et égalité professionnelle”.Femmes).
2005 : Communication sur le “115” pour lutter contre les1970 : Première femme conseillère générale (Mme De
violences faites aux femmes.Chateauvieux).
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
6 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 7VIE POLITIQUE
Les conseils municipaux
Conseil- Part de Part de
lères muni- femmes Adjointes femmes MairesLa loi du 6 juin 2000 dite “sur la parité” s’est
cipales (%) (%)
appliquée à l’occasion des élections municipales de
Les Avirons 13 44,8 2 25,0 0
2001. À La Réunion, elle a permis l’entrée massive des
Bras-Panon 14 48,3 4 50,0 0
femmes dans les conseils municipaux. Ces derniers
Cilaos 12 41,4 2 25,0 0
comptent à présent 46 % de femmes. Mais elles sont
Entre-Deux 14 48,3 1 12,5 0
peu nombreuses aux postes clés : tous les maires et
Étang-Salé 15 45,5 3 33,3 0
les deux tiers des adjoints sont des hommes.
Petite-Ile 16 48,5 4 44,4 0
Pl. des Palmistes 9 39,1 2 33,3 0Au Conseil Régional, les femmes ont fait leur entrée
Le Port 19 48,7 5 45,5 0en force : après les élections de 2004, les femmes
La Possession 16 45,7 2 20,0 0représentent 47 % des élus. Elles occupent 21 sièges
Saint-André 19 44,2 3 25,0 0sur 45 (8 sièges auparavant). Aux postes de direc-
Saint-Benoît 18 46,2 4 36,4 0tion, on dénombre cinq vice-présidentes parmi les
Saint-Denis 27 49,1 5 31,3 0quatorze sièges de président et vice-présidents.
Saint-Joseph 17 43,6 4 36,4 0
Le Conseil Général reste très largement masculin,
Saint-Leu 17 48,6 4 40,0 0
bien qu’une femme ait été élue à sa tête : 4 femmes
Saint-Louis 20 46,5 4 33,3 0
sur un total de 49 sièges. Pourtant les membres du
Saint-Paul 26 49,1 3 20,0 0
Conseil Général ont été renouvelés par moitié, par
Saint-Philippe 10 37,0 2 25,0 0
les élections cantonales de 2004. Mais la loi sur la
Saint-Pierre 20 42,6 7 50,0 0
parité, qui ne s’applique pas dans ces élections à
Salazie 13 44,8 1 12,5 0
scrutin uninominal, n’a eu aucun effet d’entraîne-
Sainte-Rose 12 41,4 4 50,0 0
ment.
Sainte-Suzanne 16 48,5 4 44,4 0
Sainte-Marie 17 48,6 3 30,0 0Au sein des chambres consulaires, les femmes sont
Le Tampon 25 51,0 4 28,6 0quasiment absentes : 14 % des élus à la chambre de
Trois-Bassins 14 48,3 4 50,0 0commerce et d’industrie, 11 % à la de
Ensemble 399 46,2 81 33,3 0métiers et de l’artisanat, et aucune à la chambre
d’agriculture.
Source : Insee - situation en mars 2005
Sur la scène nationale, les élues réunionnaises n’ont
rien à envier à leurs homologues métropolitaines,
Composition des collectivités locales et chambres consulaires
puisqu’elles sont proportionnellement plus nom-
Conseils municipaux 399 465breuses. Ainsi, en mars 2005, deux des trois séna-
Maires-adjoints 81 162teurs de La Réunion sont des sénatrices. À l’Assem-
Maires 0 24blée nationale, une femme siège parmi les cinq dépu-
Conseil Régional 21 24tés de La Réunion.
5 9Conseil Régional*
Quant au Parlement Européen, l’outremer français
4 45Conseil Général
est représenté par une femme et deux hommes.
1Présidence et vice-présidence 14
Chambre d'agriculture 440
Loi du 6 juin 2000 : Relative à l’égal accès des femmes CM** et de l'artisanat 3 33
-et des hommes aux mandats électoraux et aux fonc 5 31CCI***
tions électives. Pour toutes les élections à scrutin de
0% 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %
liste, elle impose 50 % de candidats de chacun des deux
* Présidence et vice-présidence
Femmes Hommessexes : par tranche de 6 pour les élections à 2 ** CM : Chambre des Métiers
tours et l’alternance parfaite pour les élections à la pro- *** Chambre de Commerce et d’Industrie
portionnelleà1tour.
Source : Insee - situation en avril 2005
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
8 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 9CRÉATION D’ENTREPRISE
Secteur d’activité des entreprises selon le sexe du créateur
27,7Commerce et réparation
40,9La part des femmes parmi les créateurs ou repre-
16,8
Services aux particuliers
19,9neurs d’entreprises, de 25,5 %, est nettement plus
13,8Services aux entreprisesfaible que leur part dans la population active (43 %). 12,9
5,5Éducation, santé,La situation observée sur l’île est similaire à celle 10,2action sociale
7,0observée nationalement où 28,7 % des créateurs et Industrie 7,0
46 % des actifs sont de sexe féminin. 24,0Construction
6,4
2,2IAAQuatre femmes sur dix ont créé leur entreprise dans 1,2
Hommes
1,0Activités immobilièresle secteur du commerce et une sur cinq dans le sec-
0,9 Femmes
2,0teur des services aux particuliers. Comme elles, les Transport
0,6
hommes se sont orientés vers l’offre de services aux
0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 %
Note de lecture :particuliers (à même hauteur, 17 %) et vers le com-
40,9 % des créatrices ont créé leur entreprise dans le secteur du commerce.
merce (dans une proportion bien moins élevée, 28 %).
Source : Insee - Enquête SINE 2002
Même dans les secteurs où elles sont nombreuses, les
Situation préalable du créateurfemmes sont toujours minoritaires parmi les créa-
teurs d’entreprises. Elles sont bien représentées dans
12,1
l’éducation, la santé, l’action sociale (près de 40 %du Inactif
30,4total des créateurs dans ce secteur). En revanche,
elles sont quasi-inexistantes dans la construction
Hommes26,1
Chômeur depuis(8 %) et les transports (9 %).
Femmesmoins d’un an
22,5
Les femmes sont plus diplômées que les hommes.
20,330 % des créatrices d’entreprises sont titulaires d’un
Chômeur depuis
plus d’un andiplôme de l’enseignement supérieur, et 11 % possè- 14,6
dent un bac général. Parmi les créateurs, 23 % ont un
41,5diplôme supérieur au bac et 7 % ont un bac général.
Actif
32,5
Tous secteurs confondus, les femmes investissent
0% 10 % 20 % 30 % 40 % 50 %moins de capitaux au départ que leurs homologues
masculins. Ainsi, plus de 42 % des entreprises créées Source : Insee - Enquête SINE 2002
par des femmes ont démarré avec moins de 4 000€
Investissement initial (en euros)(38 % pour celles des hommes). En revanche, les pro-
portions sont identiques en ce qui concerne les pro- 5,4
80 000 ou +
5jets importants (plus de 16 000€).
Hommes
6,9
40 000 - 80 000 Femmes6,77
11,1
16 000 - 40 000
12
16,2
8 000 - 16 000
14,9
21,7
4 000 - 8 000
19L’enquête SINE : Le champ de l’enquête SINE est celui
des entreprises créées ou reprises en 2002 (à l’excep- 13,2
2 000 - 4 000
14,3tion des créations par transformation juridique) et
25,5ayant vécu au moins un mois. Il couvre les secteurs de Moins de 2 000
28,1l’industrie, du commerce et des services. Sont exclus
25 %0% 5% 10 % 15 % 20 % 30 %du champ les activités financières, les activités agrico-
Source : Insee - Enquête SINE 2002les, certaines sociétés civiles et les holdings.
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
10 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 11
Investissement (en€)
SecteurFORMATION INITIALE
er
Taux de scolarisation (au 1 janvier 2003)
100
90Plus de 240 000 jeunes, de2à29 ans, sont scolarisés à
80La Réunion en 2003. Jusqu’à 16 ans, la scolarité est
70
obligatoire pour tous. À 19 ans, 47 % des filles et 43 %
60
des garçons sont encore scolarisés.
50
40
En 2004, près de 16 000 jeunes sont scolarisés en Filles
30
Garçonssecond cycle professionnel. Ces filières sont plus
20
attractives pour les garçons (55 % des effectifs), aussi 10
bien en CAP, qu’en BEP ou qu’en bac professionnel. 0
16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29
L’écart diminue toutefois avec l’élévation du diplô-
Âge (années révolues au 01/01/03)
me. Les filles choisissent très majoritairement des
Source : Rectorat de La Réunion
formations liées aux services (90 % des filles en BEP)
et les garçons à la production (77 % des garçons en
Filières de formation second cycle (rentrée 2004)BEP). La mixité dans les formations professionnelles
est faible. Filles Garçons % filles
CAP 1 378 2 396 36,5
En 2004, 23 000 jeunes sont en second cycle général
BEP 4 137 4 541 47,7
ou technologique, dont 58 % de filles. À l’issue de la BAC Professionnel 1 487 1 605 48,1
seconde, les parcours divergent. Les garçons prépa- Autres 33 130 20,2
Total 2nd cycle professionnel 7 035 8 672 44,8rent plus fréquemment un bac technologique (43 %
contre 35 % des filles) ou un bac scientifique (35 % Seconde GT 5 184 3 505 59,7
1ère et terminale L 1 721 291 85,5 21 % des filles). À l’opposé, 85 % des élèves en
1ère et ES 1 940 1 043 65,0série L (littéraire) sont des filles.
1ère et terminale S 1 712 2 129 44,6
1ère et terminale STL 93 63 59,6À 20 ans, 25 % des filles et 18 % des garçons sont sco-
1ère et terminale STI 77 1 135 6,4larisés dans l’enseignement supérieur. Malgré des
1ère et STT 1 925 1 264 60,4résultats scolaires meilleurs, le parcours des filles se
1ère et terminale SMS 505 38 93,0
concentre sur certaines filières. Les formations délais-
Autres 195 142 57,9
sées par les filles sont pourtant celles qui offrent le
Total 2nd cycle général et technologique 13 352 9 610 58,1
plus d’emplois et de perspectives de développement
Ensemble 20 387 18 282 52,7
et de carrière. Par exemple, à l’université, les filles
représentent 60 % des étudiants à la rentrée 2003. Source : Rectorat de La Réunion - Dep - Rentrée 2004
Elles choisissent là encore les disciplines littéraires (lan-
Répartition des effectifs dans l’enseignement supérieurgues, lettres), laissant aux garçons les disciplines
(rentrée 2002)
scientifiques (sciences et technologie, sciences pour Effectifs
l’ingénieur). Écoles sup. artistiques et culturelles 55,2 44,8 29
Écoles d'architecture 51,3 48,8 80
Écoles de commerce, gestion, 15557,4 42,6
comptabilitéCAP : Certificat d’Aptitude Professionnelle
CPGE 52,7 47,3 330BEP : Brevet d’Études Professionnelles
Écoles paramédicales et sociales 73,1 26,9CPGE : Classe Préparatoire aux Grandes Écoles 949
IUFM : Instit. Universitaire de Formation des Maîtres 1 339IUFM 65,0 35,0
Bac ES (Économie et Social) ; Bac L (Littéraire)
2 76253,0 47,0STS et assimilés
Bac STT (Sciences et Technologies Tertiaires)
Université et assimilés 60,7 39,3Bac STI (S. et Tech. Industrielles) ; Bac S (Scientifique) 10 878
Bac STL (Sciences et de Laboratoire) 0% 20% 40% 60% 80% 100 %
Bac SMS et Technologies Médico-Sociales). Filles Garçons
Source : Rectorat de La Réunion
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
12 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 13
%DIPLÔME ET INSERTION
Taux de réussite au baccalauréat par série
Quels que soient les examens, les filles réussissent Technologique 71 Garçons
(2002) 75mieux que les garçons. En 2002, dans les filières pro- Filles
fessionnelles, 58 % des filles et 56 % des garçons ont
75
Scientifiqueété reçus à leurs examens de CAP ou BEP. 69 % des
(2004) 83
filles ont décroché leur bac professionnel contre 64 %
des garçons. En 2004, dans les trois séries du bac Économique et 72
social (2004) 83général, 81 % des filles et 74 % des garçons ont obte-
nu leur diplôme. Dans les séries technologiques,
69l’écart du taux de réussite est d’environ 4 points en Littéraire (2004)
76
faveur des filles.
60 65 70 75 80 85
Depuis l’essor des structures éducatives des années taux de réussite (en %)
Source : Rectorat de La Réunion
quatre-vingt, on observe des écarts de réussite sco-
laire significatifs en faveur des filles, notamment
dans l’obtention du bac. Le stock de capital humain,
Personnes détentrices du baccalauréat selon l’âge
mesuré en 1999 par le diplôme obtenu, apparaît plus
35élevé chez les hommes pour les générations les plus
âgées. Mais le rapport s’inverse pour les moins de 30
quarante ans. En 2002, dans une génération, 58 % des Femmes
25
filles et 42 % des garçons décrochent leur baccalau- Hommes
20réat.
15En 2004, 57 % des jeunes (filles ou garçons) sont tou-
jours à la recherche d’un emploi sept mois après 10
avoir quitté le lycée, tous niveaux confondus. Les
5
garçons trouvent plus souvent un emploi (27 %) que
0les filles (22 %). À cette période de la vie, 10 % des fil-
20 25 30 35 40 45 50 55 60 65
Âgeles se déclarent déjà inactives, contre 5 % des gar-
Source : RP 1999 - Insee
çons.
Au niveau V ou V bis, les filles ne trouvent quasi-
er
Situation au 1 février 2004 des jeunesment pas d’emploi (respectivement 7 et 2 %) alors
7 mois après la sortie du lycée
que la situation des garçons est sensiblement meil-
100 % 2 25 5 52 7910leure (17 et 11 %). À ce niveau de qualification, 11 11 990 % 11 1025
11 13l’emploi aidé assure la quasi-totalité des emplois 12
80 % 31
40féminins. Aux niveaux III et IV, la situation d’emploi
70 % 3714
est quasiment équivalente entre les filles et les gar-
60 %
525749çons. 6950 % 57
7040 %
53
5930 % 56Niveaux : 50
20 %
3129Vbis : Sans qualification. 27
2210 % 17
11
nde ère 7V :2 et 1 générale et technologique, terminale 20%
Filles III IV V Vbis Garçons III IV V Vbise èCAP, 2 année BEP, MC niveau V, 1 re année bac pro.
niveau filles niveau garçons
èreIV : Terminale professionnelle ou technologique et 1 Stage formation InactifsEn emploi Recherche d'emploi
année BTS.
Source : Rectorat - Enquête IVA
III : Sortie des classes terminales de BTS.
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
14 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 15
%ACTIVITÉ ET EMPLOI
Taux d’activité et taux d’emploi en 2004
100
Parmi les 500 000 Réunionnaises et Réunionnais en
Taux d'activité masculinâge de travailler (de 15 à 64 ans) un peu moins de 80
Taux d'activité féminin60 % sont actifs, c’est-à-dire qu’ils ont un emploi ou
qu’ils en recherchent un. Ainsi, en 2004, La Réunion 60
Taux d'emploi masculincompte 305 000 actifs dont 43 % sont des femmes.
Seulement 50,7 % des femmes en âge de travailler se 40
Taux d'emploi féminin
portent sur le marché du travail. C’est moins que
leurs homologues métropolitaines (63,4 %) et bien 20
en-deçà du taux des hommes réunionnais (68,8 %).
0
La participation des femmes au marché de l’emploi 15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64
ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans
est un fait récent à La Réunion contrairement à la
Source : RP 1999 - Inseemétropole. Pour la génération précédente, le travail
féminin rémunéré n’était pas courant. Mais le rap-
Populations active et active occupée
port des femmes à l’emploi évolue très rapidement.
Le taux d’activité féminin a augmenté de 50 % entre 60-64 ansH actifs occupés
F actives occupées
1982 et 1999. 55-59 ansH actifs
F actives
50-54 ans
Le taux d’emploi à La Réunion est faible, par un effet
45-49 ans
combiné d’un taux d’activité peu élevé et d’un taux 40-44 ans
de chômage important. Seul un tiers des femmes en 35-39 ans
30-34 ansâge de travailler occupe effectivement un emploi,
25-29 anscontre 47 % des hommes.
20-24 ans
Faible chez les plus jeunes, le taux d’emploi des 15-19 ans
hommes augmente rapidement avec l’âge. Dès 30 - 30 000 - 20 000 - 10 000 0 10 000 20 000 30 000
effectifsans, il dépasse 60 % et atteint son maximum dans la
Source : Insee - enquête emploi, 2004tranche d’âge de 45 à 49 ans (68,6 %). Le taux
d’emploi masculin perd 10 points entre 50 et 55 ans
Population active et inactive
puis encore 12 points avant 60 ans (46,2 %).
Actifs InactifsEntre 20 et 25 ans, le taux d’emploi féminin est de Âge
Femmes Hommes Femmes Hommes
21,7 %, soit 10 points de moins que celui des hom-
15à19ans 2 706 4 481 31 703 31 075
mes. Il augmente ensuite régulièrement et atteint son dont scolarisés 30 042 29 676
maximum entre 40 et 44 ans (49,1 %). Le taux 20à24ans 16 334 21 364 15 952 11 101
dont scolarisés 10 195 8 810
d’emploi diminue ensuite légèrement jusqu’à 54 ans
25à29ans 17 522 23 078 9 398 2 630
et très nettement au-delà. dont scolarisés 772 767
30 à 34 ans 17 951 23 605 9 969 2 207
35 à 39 ans 20 744 28 378 12 360 2 623
Population active au sens du BIT : Les personnes 40 à 44 ans 21 483 26 605 9 770 3 540
ayant un emploi, celles qui ont un emploi qui com- 45 à 49 ans 15 437 20 534 9 510 3 570
-mencera ultérieurement, celles qui souhaitent travail 50à54ans 9 117 5 162
11 768 15 001
dont retraités 608 915ler, effectuent des démarches de recherche d’emploi et
sont disponibles pour travailler, les militaires du 55à59ans 9 635 6 689
5 559 8 166
dont retraités 2 131 3 004contingent.
60à64ans 10 663 9 856
1 986 1 879Taux d’emploi : Rapport entre le nombre d’actifs dont retraités 5 147 7 914
occupés et la population totale correspondante. 65 ans ou + 33 716 23 421
242 939
dont retraités 25 964 22 743
Taux d’activité : Rapport entre le nombre d’actifs
TOTAL 131 732 174 030 161 793 101 874
ayant ou non un emploi et la population correspon-
dante.
Source : Insee, enquête emploi 2004
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
16 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 17
%
âgeCONDITIONS D’EMPLOI
Emplois par secteur, statut et sexe
Ensemble 43 57Tous secteurs confondus, les femmes occupent 43 %
des emplois à La Réunion. Elles sont majoritaires
Salariés du privé 38 62
dans le secteur public, puisqu’elles y occupent 53 %
des emplois et sont moins présentes dans le privé 47Salariés du public 53
(38 %). En 2004, environ 170 000 emplois salariés
Salariés 44 56sont dénombrés à La Réunion. Les femmes en occu-
pent 77 000, soit environ 45 %.
Non-salariés 26 74
Parmi ces emplois salariés, près de 40 000 ne sont que
0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 %
temporaires : contrats à durée déterminée, emplois
femmes hommes
Source : Insee - Enquête emploi 2004aidés, missions d’intérim, auxquels il faut ajouter les
situations de formation (stagiaires, apprentis). Ces
emplois précaires sont répartis à parts égales entre
Emplois par secteur, type de contrat et sexe
les hommes et les femmes. Ce qui désavantage les
femmes puisqu’elles ne représentent que 45 % des
hommes/public 72 26salariés.
La durée hebdomadaire moyenne de travail est
femmes/public 2969beaucoup plus courte pour les femmes que pour les
hommes. D’une part, elles pratiquent plus couram-
hommes/privé 15 13ment le temps partiel. D’autre part, lorsqu’il s’agit 70
d’un travail à temps complet, la durée hebdoma-
daire du travail masculin est plus longue.
femmes/privé 15 1665
Parmi les emplois salariés, environ 37 000 sont à
0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % 100 %
temps partiel. Ils sont particulièrement nombreux
CDI, titulaires CDD, Intérim & CA Stages, élèves & apprentis non précisé
chez les particuliers et auprès des collectivités loca-
Source : Insee - Enquête emploi 2004les, sous la forme d’emplois aidés qui cumulent pré-
carité et temps partiel : 70 % d’entre eux sont attri-
bués à des femmes. Lorsqu’une femme trouve un
emploi, dans un cas sur trois, elle ne travaille qu’à
temps partiel, au lieu d’un cas sur dix chez les hom-
mes. Part du temps partiel selon l’employeur
80 %
Cet emploi à temps partiel est le plus souvent une
79 %
situation subie pour 71 % des hommes et pour 85 % Femmes Hommes
60 %
des femmes.
Le temps partiel correspond également à plus d’heu- 40 %
40 %res travaillées pour les hommes que pour les fem-
mes. Ils sont en effet très peu nombreux à travailler 26 %20 %
23 %
moins de 15 heures hebdomadaires (1 000, soit un 16 %
13 %
9%homme pour cinq femmes). À l’opposé, 23 % des 8%
0%
Particuliers Entreprises Étattemps partiels masculins correspondent à plus de 30 Collectivités locales
FP hospitalière
heures de travail hebdomadaire, contre seulement employeur
14 % des temps partiels féminins. Source : Insee - enquête emploi 2004
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
18 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 19FONCTIONS ET SALAIRES
Catégorie socioprofessionnelle des actifs occupés salariés
À diplôme égal, les femmes salariées occupent des Cadres et assimilés
Femmes
emplois moins qualifiés. Les inégalités les plus
Hommes
Professionsfrappantes concernent les personnes les plus diplô- intermédiaires
més : parmi celles qui ont fait des études supérieures,
Employéssix hommes sur dix accèdent aux fonctions de cadres
ou occupent des professions intellectuelles supérieu-
Ouvriersres. Elles ne sont que quatre sur dix, et se retrouvent
donc plus fréquemment dans les fonctions intermé-
10 000 20 000 30 000 40 000 50 0000
diaires. effectifs
Source : Insee - Enquête Emploi 2004
À La Réunion, on peut considérer que pour un tra-
vail donné, dans un temps donné, les salaires mascu-
lins et féminins sont quasiment identiques. Une
étude a été menée sur les déterminants des salaires
Salaires horaires bruts dans le privé en 2002 (en€)horaires de l’année 2000, dans le secteur privé ou
30semi-public. Plusieurs facteurs influencent le mon-
tant du salaire horaire : la catégorie socioprofession-
Femmes Hommesnelle d’abord, puis dans une moindre mesure l’âge
20
du salarié, le secteur d’activité de l’entreprise et sa
taille, mais pas le sexe.
10
Les salaires horaires bruts moyens, chez les fem-
mes et les hommes du secteur privé et semi-public en
2002 sont respectivement de 12,8 et 12,9 . Les dis- 0
Ensemble Cadres Profession Employés Ouvrier Ouvrier nonparités suivent en premier lieu l’échelle des qualifi-
intermédiaire qualifié qualifié
cations : un homme cadre gagne 3,4 fois plus qu’un Catégorie socioprofessionnelle
ouvrier non qualifié, le rapport est de 3,0 pour les Source : Insee - DADS 2002
femmes.
Les revenus salariaux mensuels nets s’élèvent en
moyenne à 1 490 pour un homme et 1 260 pour Revenus salariaux nets mensuels (en€)
une femme au deuxième trimestre 2004, c’est-à-dire
Ouvr. non qualifiés & agricoles
15 % de moins pour les femmes. Dans toutes les caté- femmes
Ouvr. qualifiés & chauffeurs
hommesgories socioprofessionnelles, à l’exception des pro-
Personnels services particuliers
fessions intermédiaires de la fonction publique, le
Employés de commerce
constat est identique. Les disparités salariales chez
Employés adm. entreprises
les cadres proviennent de rémunérations du travail
Employés fonction publique
inégales. Pour les autres catégories socioprofession-
Professions interm. entreprises
nelles, la raison en est une durée du travail moindre,
Prof. interm. fonction publique
du fait de la multiplication des temps partiels. Cadres prof. intellect. sup.
Ensemble
Un quart des salariés réunionnais perçoit des reve-
0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 3 000 3 500
nus nets mensuels inférieurs à 883 ;ce sont des fem-
salaire mensuel
mes pour 70 % d’entre eux. À l’autre extrémité de
Source : INSEE, enquête emploi 2004
l’échelle des rémunérations, un autre quart des sala-
riés a des revenus supérieurs à 1 625 , dont 44 % de
femmes.
La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion La parité entre les femmes et les hommes à La Réunion
20 Chiffres-clés 2005 Chiffres-clés 2005 21
Salaire horaire

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.