La participation électorale au printemps 2002 - De plus en plus de votants intermittents

De
Publié par

Lors des élections présidentielles et législatives du printemps 2002, près de neuf électeurs métropolitains inscrits sur les listes électorales sur dix ont participé à au moins un scrutin. Toutefois, moins d'un sur deux a voté à tous les tours possibles. Par rapport à 1995, le taux moyen de participation aux scrutins a diminué de 5 points. Entre ces deux dates, c'est surtout le comportement de vote régulier qui a diminué, au profit du vote intermittent et, dans une moindre mesure, de l'abstention systématique. La participation électorale augmente avec l'âge jusqu'à 70 ans, en partie parce que les jeunes sont moins réguliers que leurs aînés. Les personnes peu diplômées ou celles qui, en 1999, étaient au chômage ou dans un emploi temporaire ont moins souvent voté que les autres, et beaucoup d'entre elles sont systématiquement abstentionnistes. Être inscrit dans une commune rurale, être propriétaire de son logement et vivre en famille sont, en revanche, des facteurs favorables à la participation électorale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
N° 877  JANVIER 2003 PRIX : 2,20
La participation électorale au printemps 2002 De plus en plus de votants intermittents
François Clanché, division Enquêtes et études démographiques, Insee
ors des élections présidentielles et législatives du printemps 2002, taiLns inscrits sur les listes électorales sur près de neuf électeurs métropoli dix ont participé à au moins un scrutin. Toutefois, moins d’un sur deux a voté à tous les tours possibles. Par rapport à 1995, le taux moyen de participation aux scrutins a diminué de 5 points. Entre ces deux dates, c’est surtout le comportement de vote régulier qui a diminué, au profit du vote intermittent et, dans une moindre mesure, de l’abstention systématique. La participation électorale augmente avec l’âge jusqu’à 70 ans, en partie parce que les jeunes sont moins réguliers que leurs aînés. Les personnes peu diplômées ou celles qui, en 1999, étaient au chômage ou dans un emploi temporaire ont moins souvent voté que les autres, et beaucoup
d’entre elles sont systématiquement abstentionnistes. Être inscrit dans une commune rurale, être propriétaire de son logement et vivre en famille sont, en revanche, des facteurs favorables à la participation électorale.
Au printemps 2002, 39 millions de Français étaient inscrits sur les listes électorales en métropole (soit neuf citoyens majeurs sur dix) et étaient appelés à participer à l’élection prési dentielle et aux élections législatives. À cette occasion, l’Insee a mené une enquête pour étudier la participation à ces quatre scrutins (Sources). Près de neuf électeurs sur dix (87 %) ont participé à au moins l’un des quatre tours de scrutin. La participation a été plus élevée pour les élections présidentielles (73 % au premier tour et 81 % au deuxième) que pour les élections législatives (65 % au premier tour et 61 % au second tour
Les différents « parcours de participation» en 2002
Ont participé à tous les tours de scrutin Quatre sur quatre 1 Trois sur trois Ont participé à tous les tours, sauf… er Au 1tour de la présidentielle e Au 2tour de la présidentielle er Au 1tour des législatives e Au 2tour des législatives Ont voté deux fois Uniquement à la présidentielle Uniquement aux législatives Un seul tour de chaque élection Ont voté une seule fois er Seulement au 1tour de la présidentielle e Seulement au 2tour de la présidentielle er Seulement au 1tour des législatives e Seulement au 2tour des législatives Aucune participation
Total des électeurs inscrits
1. En l'absence de second tour aux élections législatives. Source : Enquête sur la participation électorale 2002, Insee
Nombre d'inscrits 18 325 000 16 241 000 2 084 000 7 516 000 1 826 000 641 000 1 869 000 3 180 000 5 158 000 3 323 000 259 000 1 576 000 2 811 000 584 000 1 828 000 217 000 182 000 5 103 000 38 913 000
En pourcentage des inscrits 47,1 41,7 5,4 19,3 4,7 1,6 4,8 8,2 13,3 8,5 0,5 4,1 7,2 1,5 4,7 0,5 0,5 13,1 100,0
dans les circonscriptions où se déroulaitAssiduité des électeurs en 1995 et 2002 un scrutin).
19952002 Une hausse de la participation entre les deux tours Ont participé à tous les tours de scrutin de l’élection présidentielle Ont participé à tous les tours sauf un Le deuxième tour de l’élection présiden Ont voté deux fois tielle a été le plus mobilisateur. D’ailleurs,sur quatre 1,8 million de personnes ne se sontOnt voté une seule fois déplacées que pour ce scrutin (tableau 1). Aucune participation En particulier, la participation a nettement augmenté entre les deux tours. Près de 4,8 millions d’électeurs, soit 12 % des inscrits, qui n’avaient pas voté au premier tour se sont exprimés au second. Source : Enquêtes sur la participation électorale en 1995 et 2002, Insee Ce sursaut civique a concerné tous les âges et l’ensemble des catégories sode 5 points. Plus de la moitié de la baisse ciales :il a concerné plus de 9 % dess’explique par la plus faible assiduité deLes parcours de participation des inscrits selon l'âge en 2002 inscrits dans toutes les classes d’âge etceux qui ont voté au moins une fois : en dans tous les groupes sociaux. Cependant,1995, ils avaient participé à 84 % des En % scrutins ; en 2002, à 81 % seulement. Le les jeunes sont légèrement sur représentés100 Abstention à tous les scrutins e parmi ces votants du 2tour : 15 % ontdeuxième facteur, expliquant 40 % de Votent une ou deux fois cette baisse, est l’augmentation de la entre 18 et 25 ans (cette tranche d’âge80 représente 12 % des inscrits), et 20 %proportion d’abstentionnistes « systéma Votent à tous les scrutins sauf un entre 26 et 35 ans (17 % des inscrits). Latiques », de 11 % en 1995 à 13 % en 2002. 60 hausse de la participation entre les deux tours a été observée aussi bien dans les 40 Les quinquagénaires grandes agglomérations que dans les Votent systématiquement petites unités urbaines ou à la campagne.et les sexagénaires sont 20 4 % des inscrits ont voté au premier tour les plus assidus 0 de la présidentielle mais pas au second, et 600 000 d’entre eux ont voté à tous lesCe sont les électeurs de 50 à 70 ans qui e scrutins de 2002 sauf au 2tour de lavotent le plus régulièrement. Leur parti Âge présidentielle. cipationmoyenne sur l’ensemble des tours de scrutin auxquels ils étaientSource : Enquête sur la participation électorale en 2002, Insee Moins d’un électeur sur deuxconviés est de 80 %. Après 70 ans, les taux de participation diminuent rapide vote régulièrement sont plus faibles avant 20 ans (8 élec ment : de l’ordre de 60 % à 80 ans, ils ne teurs potentiels sur 10 seulement) Seuls 47 % des inscrits ont voté àsont plus que de 40 % à 85 ans et 20 % à qu’après (9 sur 10). Une fois ce dernier chaque tour de scrutin. En 1995, lors des90 ans. Les difficultés de mobilité et un élément pris en compte, la participation élections présidentielles et municipales,certain repli sur soi des personnes âgées réelle est stable avant 30 ans : les élec 55 % des inscrits s’étaient systématiexpliquent certainement une partie de teurs potentiels de moins de trente ans quement exprimés. Cette baisse de lacette baisse. votent une fois sur deux. La participation participation régulière s’est souventLe taux de participation est également des citoyens augmente ensuite réguliè reportée sur le défaut de participation àplus faible chez les jeunes inscrits : si les rement, pour atteindre 75 % entre 55 et un seul scrutin : un électeur sur cinq atrès jeunes inscrits ayant 18 ou 19 ans 70 ans. Elle est à nouveau inférieure à participé à tous les tours sauf un enen 2002 ont participé aux deux tiers des 50 % à partir de 85 ans. 2002, contre un électeur sur sept enscrutins auxquels ils étaient conviés, ce 1995 (graphique 1taux est inférieur à 60 % chez les 2030). En revanche, la pro portion de Français non inscrits sur lesans.Les jeunes électeurs sont listes électorales n’a pas varié : en 2002Cette plus faible participation des ins plus volontiers intermittents comme en 1995, un citoyen majeur surcrits vers l’âge de 20 ans s’explique dix n’était pas inscrit.d’une part par la motivation particulièrePlus que le taux global de participation, Le taux de participation moyen, qui rapdes « jeunes inscrits » (qui favorise lac’est la répartition entre électeurs « inter porte le nombre de scrutins auxquels unparticipation à 18 et 19 ans) et d’autremittents » et « réguliers » qui évolue électeur a effectivement voté au nombrepart pour les 2025 ans, par les déménaavec l’âge. Certes, les abstentionnistes de scrutins auxquels il a pu participergements fréquents entre l’inscription etsystématiques sont nombreux parmi les (3 ou 4), s’est élevé à 70,2 % en 2002,la période des scrutins. De plus, les taux2535 ans (18 %) et rares  moins de 10 % contre 74,9 % en 1995, soit une baissed’inscription sur les listes électoralesentre 45 et 75 ans. Mais la différence
INSEE  18, BD ADOLPHE PINARD  PARIS CEDEX 14  TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
entre jeunes et moins jeunes opposedes mesures d’inscription d’office sur lesdemeurent importantes. Une fois corri surtout un comportement d’abstentionlistes électorales adoptées en 1997.gés des effets d’âge, les nondiplômés épisodique à un vote systématique. LesAinsi, alors que tous les jeunes inscritsparticipent à 62 % des consultations deux tiers des inscrits de moins de 25 ansde 1995 avaient fait dans les annéesauxquelles ils sont conviés, et les diplô et plus de la moitié des électeurs deprécédant le scrutin une démarchemés d’études supérieures à 80 % moins de 40 ans qui ont voté au moinsvolontaire, synonyme de motivation et(tableau 2). une fois n’ont pas voté systématiquement.probablement d’intention de participaUne part significative de certains groupes À l’inverse, audelà de 55 ans, seuls untion, ce n’est pas le cas pour une partiesociaux reste donc systématiquement tiers des votants sont intermittents, et ledes jeunes inscrits de 2002.en retrait de la vie citoyenne. plus souvent ils n’ont « raté » qu’un scrutinLes électeurs nés avant 1930, qui tradi (graphique 2tionnellement votaient en grand nombre,). L’abstention à plus d’un tour Le travail stable de scrutin est particulièrement caractérisont sensiblement réduit leur participation tique des jeunes électeurs. En revanche,avec l’arrivée du grand âge. Les généraet la propriété du logement l’abstention à un seul scrutin, qui correstions nées entre 1930 et 1969, qui avaient sont favorables au civisme pond sans doute plus à un « accident »donc entre 25 et 64 ans en 1995 et entre ou à une impossibilité ponctuelle qu’à un32 et 71 ans en 2002, auraient dû voterLes sources utilisées permettent de réel désintérêt, ne caractérise pas uneplus en 2002 du fait de leur âge. Or leurconnaître la situation des inscrits au catégorie d’âge en particulier.participation a diminué, de 1,5 % enmoment du recensement de mars 1999, moyenne (graphique 3pas à l’époque des scrutins. Les). mais Une grande partie de la baisse de lapersonnes qui étaient au chômage en Diminution de la participation participation vient donc de ce que chaque1999 ou occupaient alors un emploi tem pour presque toutesgénération a tendance à voter moinsporaire (stage rémunéré, emploi aidé, que son aînée et que les générations quicontrat à durée déterminée, intérim) ont les générations votent peu prennent une place croisvoté nettement moins en 2002 que les Les taux moyens de participation dimisante dans le corps électoral.salariés en contrat à durée indéter nuent à chaque âge entre 1995 et 2002.minée. Parmi ces derniers, les salariés La baisse est particulièrement marquéedu secteur public votaient plus souvent chez les plus jeunes ( 10 points pour lesUn faible niveau de diplômeque ceux du secteur privé. Là encore, 1824 ans), elle est d’au moins 5 pointsles écarts portent surtout sur la proportion éloigne des urnes dans toutes les tranches d’âge entre 25d’abstentionnistes systématiques. Par et 55 ans. Mais changeton de comporAvec l’âge, une autre caractéristiquerapport à un salarié travaillant dans le tement en vieillissant de sept ans ou bienindividuelle influe fortement sur les comsecteur privé à durée indéterminée, le fait estce l’arrivée de nouveaux électeursportements électoraux : le niveau ded’être au chômage augmente de 4 % la moins mobilisés qui change la donne ?diplôme. Les différences sont surtoutprobabilité de s’abstenir systématique Les jeunes ont nettement moins votémarquées pour l’abstention systémament, à âge et diplôme égal, et le fait que leurs aînés au même âge. Toutefois,tique. Cet effet du niveau de formationd’occuper un emploi temporaire l’accroît une partie de la baisse constatée chezne s’explique pas par les différencesde 2 %, alors que l’appartenance à la les 1824 ans peut provenir de ce quede distribution des diplômes entre lesfonction publique diminue cette proba certains d’entre eux ont pu bénéficiergénérations. À âge fixé, les différencesbilité de 3 %. En revanche, travailler dans le secteur public augmente de 5 % 1 la fréquence du vote systématique. Participation électorale en 2002 et niveau de diplôme, à « âge contrôlé » En %Par ailleurs, les propriétaires étant moins Pourcentagemobiles, ils participent plus activement Taux de participation que les locataires à la vie politique à d'abstentionnistes moyen systématiques travers le vote. Ainsi, ils sont deux fois Aucun diplôme62 20 moins nombreux à s’abstenir systémati quement (9 % contre 18 %), et plus de la Certificat d'études primaires68 16 moitié d’entre eux votent à tous les BEPC, brevet élémentaire, brevet des collèges72 11 tours, contre 4 locataires sur 10. Une CAP 6913 partie de l’explication réside dans l’effet BEP 7113 de l’âge, les locataires étant plus jeunes, Baccalauréat général75 10mais la différence demeure significative et nette à âge égal. Baccalauréat technique ou professionnel,75 9 brevet professionnel ou de technicien er 1 cycleuniversitaire, BTS, DUT, profession sociale77 8 ou de la santéL’effet apparent des catégories 2 ou3 cycleuniversitaire, grande école80 5socioprofessionnelles e e 1. Les résultats « à âge contrôlé »décrivent le comportement d’une catégorie de la population des inscrits qui aurait une struc Les catégories professionnelles ont des ture par âge égale à celle de la moyenne des inscrits. Source : Enquête sur la participation électorale en 2002, Inseepropensions à voter différentes. Parmi
INSEE  18, BD ADOLPHE PINARD  PARIS CEDEX 14  TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
effective d’un échantillon de 39 000 électeurs, Taux moyens de participationélectorale : le niveau plus élevé de la représentatif des électeurs inscrits nés en en 1995 et en 2002, selon l'âgeparticipation à la campagne, particuliè France métropolitaine et inscrits dans une et la générationrement spectaculaire dans les élections commune de métropole. On entend par parti locales mais également lors des scrutins cipation effective le fait d’aller voter, quel que En % de 2002. En moyenne, les communessoit le contenu du vote, la seule information 90 1930 à 1940 à 193 1920àrurales ont eu des taux de participationrecueillie étant l’émargement. Par l’inter 9 1950 à1949 1929 1959 médiaire de l’Échantillon démographique de 73 %, contre 69 % pour les villes, 80 1960 à permanent, on dispose des données sur les 1969 cette différence n’étant pas liée aux caractéristiques sociodémographiques de 70 différences de structure par âge des ces électeurs au moment du recensement 1970 à1910 à 1976 1919 populations concernées.de 1999 : âge, sexe, niveau de diplôme, 60 situation professionnelle et situation fami Ainsi, une fois pris en compte les effets 1977 liale. Les opérations ont été réalisées avec 50d’âge, de diplôme, de type d’emploi et à 1983 l’accord de la CNIL. de taille de la commune, l’essentiel des 1910 et avantUne enquête similaire avait été réalisée lors 40 différences entre catégories sociopro des scrutins du printemps 1995 : élection fessionnelles disparaît.présidentielle et élections municipales. 30 Les élections municipales mobilisent tra ditionnellement un peu plus que les élec 20 15 25 35 45 55 65 75 85 9La famille favorise le votetions législatives. L’écart de participation Âge moyenne aurait sans doute été un peu plus Vivre en couple et, plus encore, avec 1995 2002 faible entre les deux périodes si la Lecture : Les courbes en traits pleins joignent, pour une gé des enfants conduit à participer davandeuxième élection de 2002 avait été un nération donnée, les taux moyens de participation aux deux scrutin municipal. tage aux consultations électorales. dates (1995 et 2002). Ainsi les inscrits nés entre 1970 et Après prise en compte des effets d’âge, 1976 ont voté à 70 % en moyenne en 1995 et à 58 % en 2002. Les deux courbes en pointillés joignent, pour chaque date, les personnes qui vivent seules partici les taux de participation aux différents âges.Définitions pent à 67 % des scrutins, celles qui Source : Enquêtes sur la participation électorale en 1995 et vivent en couple mais sans enfant dans en 2002, Insee leur famille à 70 % et celles qui en ont un En 1995 comme en 2002, les électeurs les personnes de 25 à 64 ans, ce sont ou deux dans leur foyer à 72 %. En pouvaient participer à 3 ou 4 tours de scru les agriculteurs exploitants, les membres revanche, les parents de trois enfants outin, selon que l’élection « locale » s’était déroulée sur un ou deux tours. de professions libérales, les cadres de la plus sont moins assidus (68 %) de Le taux de participation moyenrapporte fonction publique et les professions même que ceux qui sont à la tête de le nombre de scrutins auxquels un électeur intellectuelles et artistiques qui expri familles monoparentales (65 %). Maisa effectivement voté (0 à 4) au nombre de scrutins auxquels il pouvait participer (3 ou 4). ment leur vote le plus régulièrement alors que les personnes seules ou les Un « abstentionniste systématique »est (80 %), ainsi que les cadres d’entreprise adultes de familles monoparentales sont un électeur n’ayant participé à aucun des et les professions intermédiaires de nombreuses à ne jamais voter (plus tours de scrutin. l’enseignement, de la santé et de la d’une sur sept), les parents restent rareLa participation systématiquecorrespond à un vote chaque fois que c’était possible fonction publique (79 %). À l’inverse, les ment longtemps éloignés des urnes. (3 ou 4 fois selon les circonstances). employés de commerce et les ouvriers Effet d’entraînement au sein du couple, Les électeurs « intermittents »sont ceux non qualifiés ne participent qu’à 63 % meilleure intégration sociale à travers laqui ont voté au moins une fois mais se sont abstenus à au moins un scrutin. des scrutins. vie de famille, sentiment de responsabi En fait, ces oppositions reflètent l’effet lité collective liée aux enfants sont sans du diplôme ou du type d’emploi relevés doute des explications de ce phénomène. Bibliographie précédemment : les professions néces sitant des diplômes élevés s’expriment Sources Héran F., « Les intermittences du vote : un plus souvent et, au sein de chaque bilan de la participation de 1995 à 1997 », groupe, les membres du secteur public Insee première, n° 546, septembre 1997. Les données individuelles sur la participation votent plus souvent que les autres.Héran F.,Rouault D., « La double élection aux scrutins de 2002 ont été collectées à de 1995 : exclusion sociale et stratégie », Le remarquable niveau de participation l’occasion d’une enquête réalisée par les Insee première, n° 414, novembre 1995. des agriculteurs, qu’ils soient exploitants agents de l’Insee, dans les préfectures, durant Morin J., « La participation électorale d’avril ou ouvriers, mérite d’être noté. Ce constat les semaines qui ont suivi chaque élection. 1988 à mars 1989 »,Données sociales, Insee, renvoie à une constante de la sociologie1990.Elle a permis de repérer la participation INSEE PREMIÈREfigure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee :www.insee.fr Direction Générale : BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE 18, Bd AdolphePinard 75675 Paris cedex 14 Directeur de la publication : Paul Champsaur OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE  Tarif 2003Rédacteur en chef : Daniel Temam Abonnement annuel=70(France)87(Étranger) Rédacteurs :R. Baktavatsalou, C. Benveniste, C. Dulon, Nom ou raison sociale :________________________ Activité: ____________________________ A.C. Morin Adresse : ___________________________________________________________________ Maquette :T. Pécheux ______________________________________ Tél: _______________________________Code Sage IP03877 ISSN 0997  3192 Cijoint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE :__________________________________. © INSEE 2003 Date :__________________________________ Signature
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.