La participation électorale au printemps 2004 : Des scrutins assez peu mobilisateurs

De
Publié par

Le printemps électoral 2004 s'est caractérisé par des taux de participation mitigés. Si, en mars, les régionales ont mieux mobilisé les électeurs, en juin le scrutin européen a été boudé. Le comportement des Haut-Normands est proche de la moyenne française. Les caractéristiques des abstentionnistes restent les mêmes : être jeune ou très âgé, être ouvrier ou inactif (autre que retraité), habiter en ville sont des critères qui influent sur le civisme des électeurs.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LA PARTICIPATION ÉLECTORALE AU PRINTEMPS 2004
Des scrutins assez peu mobilisateurs
Damien BARTHÉLÉMY
LA PARTICIPATION ÉLECTORALE EN 2004 SCRUTIN DESéquivalents dans la région et enLe printemps électoral 2004 RÉGIONALES (2 TOURS) ET DES EUROPÉENNES (1 TOUR)
France, 35,6% contre 35,9% des’est caractérisé par des taux de Haute- France
votants aux trois tours et 25,6% Normandie métropolitaineparticipation mitigés. Si, en
contre 25,9% d’abstentionnistes Participation systématique 35,6 35,9mars, les régionales ont mieux
systématiques. Comme en
Intermittence 38,8 38,2mobilisé les électeurs, en juin le
France, un électeur haut-nor- Dont :
scrutin européen a été boudé. Tout sauf 1er tour des régionales 3,4 3,3mand sur cinq a voté aux deux
Tout sauf 2e tour des 1,8 2,2Le comportement des tours des régionales et s’est
Tout sauf européennes 21,0 20,0Haut-Normands est proche de la abstenu pour les européennes. Uniquement 1er tour régionales 4,3 4,2
moyenne française. Les A contrario seulement 2% des 2e tour 6,2 6,6
Uniquement européennes 2,1 1,9caractéristiques des électeurs ne se sont déplacés
Aucune participation 25,6 25,9
que pour les européennes. Quelabstentionnistes restent les
Total 100,0 100,0que soit le cas de figure, la parti-mêmes : être jeune ou très âgé,
Source : INSEE, enquête sur la participation électorale 2004 Unité : %
cipation régionale est proche deêtre ouvrier ou inactif (autre
la moyenne nationale.que retraité), habiter en ville
Quelques régions se distin- LA PARTICIPATION ÉLECTORALE PAR ÂGEsont des critères qui influent sur
guent, en particulier le Limousin
le civisme des électeurs. 100où 42% des électeurs ont parti-
TOUS LES SCRUTINS
cipé à tous les tours et seule- 80
ment 22,5% se sont
u printemps 2004, les élections ré- 60
systématiquement abstenus. LeAgionales des 21 et 28 mars, puis
cas de la Corse est particulier, 40les élections européennes du 13 juin, n’ont
du fait de son statut ; l’as-
pas mobilisé fortement les citoyens. En
20semblée régionale a mobilisé
effet, si la participation aux élections régio-
les électeurs (66% ont voté aux 0nales est satisfaisante vis à vis des scru- 18-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-74 75-84 85 Ensembledeux tours). En revanche, les et + Âgetins précédents (62% au 1er tour et 67%
élections européennes ont été
au second), le scrutin européen de juin a 100
particulièrement boudées avec UN OU DEUX SCRUTINS
suscité un certain désintérêt, 43% de vo-
80moins de 28% de participation.
tants seulement.
L’Alsace, également, compte
Les Haut-Normands sont représenta- 60
peu d’électeurs assidus (31%
tifs du comportement des Français en ma-
de l’ensemble) : moins de 39% 40
tière de civisme électoral. Les niveaux de
se sont déplacés pour le scrutin
participation aux élections de 2004 sont 20européen et seulement 51% ont
voté aux deux tours des régio- 0SOURCES ET MÉTHODES
18-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-74 75-84 85 Ensemble
nales. La palme de l’abstention et + Âge
Depuis les élections présidentielles de 1988,
systématique revient à lal’INSEE procède, avec l’autorisation de la CNIL et
100le concours du Ministère de l’Intérieur, à un re- Champagne-Ardenne où AUCUNE PARTICIPATION
cueil d’informations sur la participation électorale
80presque un électeur sur troisdans toutes les régions de France métropolitaine.
Selon un protocole bien éprouvé, les données in- (31%) a ignoré les échéances
dividuelles sur la participation aux scrutins sont 60
électorales du printemps.relevées par les agents de l’Insee sur les listes
d’émargement, durant la période légale pendant Parmi les causes pouvant 40
laquelle elles sont consultables en préfecture.
expliquer le désintérêt des élec-En 2004, on est ainsi en mesure d’étudier la parti-
20cipation effective d’un échantillon de 41 710 per- teurs en 2004, la nature des
sonnes représentatives des électeurs inscrits
élections semble être le premier 0dans une commune de France métropolitaine.
18-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-74 75-84 85 Ensemble
Pour la Haute-Normandie, la taille de l’échantillon facteur. Depuis 1979, date de la et + Âge
est de 1 511 personnes.
première élection du parlement Haute-Normandie France métropolitaineL’échantillon n’inclut pas les personnes de natio-
nalité étrangère. L’étude de la participation aux européen, la participation di-
européennes ne porte donc que sur les inscrits
minue presque à chaque scrutin Source : INSEE, enquête sur la participation électorale 2004 Unité : %de nationalité française.
4 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 40- Décembre 2004
SOCIÉTÉPART DES VOTANTS SYSTÉMATIQUES(tous les cinq ans) pour atteindre un faible NOUS AVONS LU POUR VOUS40niveau en 2004 : 43% en Haute-Nor- NOUS A
mandie ainsi qu’en France. Par contre, le 35
LA HAUTE-NORMANDIEnouveau mode de scrutin des élections ré- 30
PERD SES AGRICULTEURSgionales, avec deux tours et un bonus pour
25
L’agriculture haut-normande se caractérise par la sur-la liste arrivant en tête, a plus mobilisé les
20 face importante de ses exploitations : la superficie
électeurs qu’auparavant. En 2004, que ce
moyenne de ces dernières est de 97 ha (contre 70 ha
15
soit en Haute-Normandie ou en France, pour la moyenne nationale), ce qui la place au 6e rang
10 des régions françaises.56% des inscrits ont voté aux deux tours et
Les orientations principales des exploitations sont les
572% ont participé au moins à un tour. grandes cultures : 2 620 exploitations occupent
326 507 ha de superficie agricole utilisée tandis queDans ces conditions, il est difficile de 0
Haute-Normandie France métropolitaine
1 276 exploitations laitières se répartissent surfaire des comparaisons avec l’enquête Communes rurales
80 536 ha ; 280 exploitations bovins viande occupentCommunes urbaines hors grandes agglomérations
électorale de 2002 qui portait sur les prési- Agglomérations de plus de 200 000 habitants 16 166 ha. C’est notamment dans l’Eure qu’on retrouve
Ensemble
les 2/3 des grandes cultures de Haute-Normandie.dentielles et les législatives, élections les
Depuis 3 ans, la Haute-Normandie a enregistré deSource : INSEE, Unité : %plus mobilisatrices (avec les municipales) enquête sur la participation électorale 2004 fortes pertes d’emploi : -1 800 emplois soit 9,6 % des em-
de la vie démocratique française. plois agricoles.
Enquête structure Haute-Normandie / DRDAF Seine-Mari-La catégorie sociale de l’individu est
time, Service statistique agricole. - In Agreste SNM. -
également discriminante et plus encore en
N° 51 ( 2004, oct.) ; 6 p.
Haute-Normandie qu’en France. Les indé-LA PARTICIPATION ÉLECTORALE,
pendants haut-normands (agriculteurs, ar-FONCTION DE L’ÂGE ET DE LA
LES BÉNÉFICIAIRES DU CJE
tisans, commerçants, chefs d’entreprise)CATÉGORIE SOCIOPROFESSIONNELLE
Le dispositif « contrat jeune en entreprise » (CJE), mis
ont des taux de participation systématique
en place en juillet 2002, est une mesure pour les jeunes
supérieurs de 5 points par rapport aux in- de 16 à 22 ans ayant un faible niveau de qualification. SurMais comme à chaque élection, plu-
les 4 985 contrats signés par les jeunes haut-normands,dépendants métropolitains ; de même ilssieurs critères sociologiques influent sur la
3 713 étaient toujours en cours à la fin du mois de mars
sont deux fois moins nombreux à neparticipation électorale : l’âge, la catégorie 2004 dont 1073 dans le département de l’Eure et 2 640
pour la Seine-Maritime.sociale, voire la taille de la commune. prendre part à aucun vote. A l’inverse, les
Les garçons sont largement majoritaires : ils représen-
L’âge de l’électeur est souvent détermi- professions intermédiaires haut-norman-
tent 71,3% des CJE. Le pourcentage des filles en
des ont des taux de participation systéma-nant. En Haute-Normandie comme en Haute-Normandie est en dessous de la moyenne natio-
nale. Seulement 12,6% des jeunes embauchés ont moinstique en retrait de 8 points par rapport àFrance, les moins de 45 ans sont moins
de 18 ans. Au moment de l’embauche, 55,6% des bénéfi-
leurs homologues français. Au palmarèsassidus que la moyenne des électeurs. ciaires étaient titulaires d’un CAP ou BEP.
régional, les retraités sont les plus « civi- Pour 82% des filles, cette embauche s’est réaliséePour les 25-34 ans, un jeune sur cinq
dans le secteur tertiaire. Le secteur secondaire emploieques » devant les cadres alors qu’au plan(19,9%) a participé aux trois tours de scru-
36,4% des jeunes de la région soit 17,3% dans l’industrie
national, ces deux catégories sociales setin. Les 18-24 ans ont été, dans la région, et 19,1 % dans la construction.
comportent de façon quasiment identique.près de 45% à bouder toutes les élections Les contrats jeunes en entreprise en Haute-Normandie /
Catherine Stipon ; DRTEFP. - In : Ten infos, 2004. - N° 21En fin de classement se trouvent les ou-contre 36% en France. Les Haut-Nor- (2004, sept.) ; 6p.
mands de 35-44ans se sont distingués : vriers et les inactifs qui sont plus souvent
25% d’entre eux ont été assidus aux élec- abstentionnistes systématiques que vo-
10 ANS D’ÉVALUATION DE L’UNIVERSITÉtants assidus et ce dans des proportionstions contre 31% des français de la même
DE ROUEN
plus marquées qu’en moyenne nationale.classe d’âge. Mais ils ne se désintéressent
L’Observatoire de la vie étudiante existe depuis sep-
Les ruraux votent plus que les ur-pas complètement de la vie démocratique, tembre 1993. Ces dix ans permettent de faire de nom-
bains. Cela se vérifie encore plus en breux bilans.ils sont pour presque la moitié d’entre eux
De 1993-1994 à 2003-2004, on note une baisse deHaute-Normandie où presque 40% desdes « votants intermittents » c’est-à-dire
7,1 % du nombre d’étudiants à l’Université de Rouen ; ce
ruraux ont systématiquement voté contrequ’ils ont participé à un ou deux tours chiffre est en-deçà de la moyenne nationale. Pourtant
l’UFR des Sciences et Techniques des Activités Physi-moins de 34% des urbains quelle qued’élection. Ce sont, comme de plus en plus
ques et Sportives (STAPS) comptait 211 inscrits en 1993
soit la taille de l’agglomération. Ensouvent, les plus de 45 ans et jusqu’à 84 contre 1 600 en 2003. De même, les IUT de Rouen et
ans qui participent le plus fidèlement aux France, cette hiérarchie existe aussi d’Evreux ont noté une hausse des inscriptions de 31%. A
l’opposé, les effectifs des UFR de Lettres et Sciences hu-échéances électorales. Les 65-74 ans ont mais elle est moins prononcée. En
maines et de Sciences et Techniques ont connu de fortes
moyenne, à peine 39% des ruraux sontpour la moitié d’entre eux répondu présent baisses, respectivement - 18,9 % et - 37,3 %.
des votants systématiques contre 36% L’origine socio-professionnelle des étudiants a évolué :aux rendez-vous électoraux et plus encore
elle est en baisse pour les enfants d’agriculteurs, chefsdes urbains dans les petites et moyennespour les Haut-Normands. Pour les 45-64
d’entreprise, commerçants, artisans et ouvriers mais à la
villes et 34% des habitants des grandesans et même les 75-84 ans, plus de 4 sur hausse pour les enfants d’employés. Les étudiants ins-
crits avec le statut de salarié représentent toujours moinsagglomérations. Plusieurs raisons peu-10 ont été fidèles aux urnes. Globalement
d’un quart des effectifs.
vent être avancées, structure par âge,entre 45 et 84 ans, un électeur sur six n’a
L’Université de Rouen de 1993-1994 à 2003-2004 / l’OVE. -
par catégorie sociale, qui peuvent expli-pas pris part aux votes. A partir de 85 ans, In : La Lettre de l’OVE. - N°43 (2004, juin) ; 8 p.
quer ces écarts de comportements quiet plus nettement semble-t-il dans la
région, la participation chute. restent relativement faibles Nelly LANNEFRANQUE
Corinne MARISSIAUX
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 40 - Décembre 2004 5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.