La population de la Bourgogne de 1990 à 1999 : entre départs de jeunes et installations nouvelles

De
Publié par

Au carrefour d'une France du nord plutôt jeune et d'une France du sud plus âgée, le peuplement est contrasté en Bourgogne. Chassés croisés à ses portes. De nombreux jeunes partent à Paris ou Lyon décrocher un diplôme ou en emploi. Ils croisent des plus de 30 ans qui viennent s'installer dans la région. Pour la plupart, actifs ayant un emploi ou retraités, ces derniers ont choisi la Bourgogne. La démographie de la région est fortement influencée par les échanges avec l'Ile-de-France et Rhône-Alpes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

INSEE N°77 - Novembre2000BOURGOGNE
La population de la Bourgogne de 1990 à 1999 :
entre départs de jeunes et installations nouvelles
Moins de jeunes BourguignonsAu carrefour d’une France
du nord plutôt
er
Âge au 1 janvier en Bourgogne
jeune et d’une France
93du sud plus âgée, 90
85le peuplement est contrasté
80
en Bourgogne. 75
70Chassés croisés
65
à ses portes.
60

55De nombreux jeunes partent
50 à Paris ou Lyon
45Hommes Femmes
40décrocher un
35
diplôme ou un emploi.
30
Ils croisent des plus 25
20de 30 ans qui viennent
15
s’installer dans la région. 10
5
Pour la plupart, actifs ayant 0
14 000 12 000 10 000 8 000 6 000 4 000 2 000 2 000 4 000 6 000 8 000 10 000 12 000 14 000
un emploi ou retraités,
ces derniers ont
Population en 1999
choisi la Bourgogne.
Population en 1990
La démographie de la région Source : INSEE - Recensements de la population de 1990 et 1999.
est fortement influencée
par les échanges avec
Pour la pyramide de 1999 :
l’Ile-de-France et Déficit des naissances dû à la guerre 1914-1918
Rhône-Alpes. Passage des classes creuses du à l’âge de fécondité
Déficit des naissances dû à la guerre 1939-1945
“Baby-boom”INSEE N°77 - Novembre2000BOURGOGNE
’après le recensement de 1999, le
La moyenne d’âge des Bourguignons est plus élevée que celle de l’ensemble des FrançaisDnombre de Bourguignons n’a prati-
quement pas varié en neuf ans. La erÂge au 1 janvier 1999
Bourgogne ne suit pas la tendance Bourgogne (1 610 400 habitants)
90
nationale de hausse démographique.
Métropole (58 520 000 habitants) 85
èmeElle se classe 19 des 22 régions 80
métropolitaines pour l’importance de 75
70son évolution démographique. Elle
65compte 1 610 400 habitants.
60
Les deux composantes expliquant la Hommes Femmes
55
variation de la population s’équilibrent
50
en Bourgogne. Le solde migratoire 45
(différence entre les arrivées et les 40
35départs) est déficitaire (- 4 800). Le
30solde naturel (différence entre les nais-
25sances et les décès) est excédentaire
20
(+ 5 500).
15
10
5Les effets du vieillissement
0
10 8 6 42 246 8 10
La population française prend des ri-
Effectif de chaque âge pour 1000 habitants
des et la Bourgogne n’y fait pas excep-
tion. En neuf ans, l’âge moyen de la Source : INSEE - Recensement de la population de 1999.
population s’est élevé de 1,8 année
dans la région pour 1,6 en Métropole.
La structure par âge de la population nes de 43 à 54 ans (effet dufécondité diminue : chaque femme a
est affectée par le vieillissement. En baby-boom), de 70 à 78 ans (remplace-moins d’enfants. De plus, en Bour-
Bourgogne, la part des moins de 20 ans ment des classes creuses dues à lagogne, les femmes en âge de procréer
diminue. Elle représente maintenant première guerre mondiale par des clas-sont moins nombreuses. Ceci con-
moins du quart de la population : 23,3 % ses plus nombreuses) et de plus de 84tribue au vieillissement durable de la
en 1999. A l’inverse, la part des 60 ans ans (gains d’espérance de vie) sontpopulation.
et plus augmente : 24,7 %. concernées. En neuf ans, la Bour-Par ailleurs, d’autres éléments accen-
L’histoire démographique est il- gogne a gagné 78 200 personnes detuent le phénomène. Après 40 ans, on
lustrée par les pyramides des âges. plus de 40 ans.compte des habitants supplémentai-
Leurs bases sont resserrées et tradui- La Bourgogne se situe au carrefourres. Certaines classes d’âge sont plus
sent une natalité en baisse. En effet, la d’une France du nord plutôt jeune etnombreuses qu’en 1990. Les person-
Davantage de jeunes dans les zones urbaines Forte proportion de personnes âgées en milieu rural
Part des moins de 20 ans par commune Part des 60 ans et plus par commune
SEINE-ET-
SEINE-ET- MARNE
MARNE
AUBE
AUBE
HAUTE-MARNE
HAUTE-MARNE
LOIRET Auxerre LOIRET Auxerre
HAUTE-HAUTE-
SAÔNE SAÔNE
Dijon Dijon
CHER
CHER
Nevers Nevers
JURA
JURA
ALLIERALLIER
Mâcon Mâcon% AIN AIN%
28 ou plus
35 ou plusde 25 à 28 Moyennes : Moyennes :de 30 à 35de 22 à 25 24,7 % en Bourgogne23,3 % en Bourgogne de 25 à 30 LOIREde 19 à 22 LOIRE RHONE RHONE24,6 % en Métropole 21,3 % en Métropolede 20 à 25moins de 19
moins de 20
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999. Source : INSEE - Recensement de la population de 1999.
Entre départs de jeunes et installations nouvelles 2INSEE N°77 - Novembre2000BOURGOGNE
De nombreux départs de jeunes adultesd’une France du sud nettement plus
âgée. La Côte-d’Or et l’Yonne, 38 et 39 9 000
ans, sont plus jeunes que la Saône-
7 500
et-Loire, 42 ans, et la Nièvre, 43 ans.
6 000
La Bourgogne plus âgée
4 500
que la France
3 000
La population de la région est en
1 500
moyenne plus âgée qu’en Métropole :
040 ans contre 39. Les jeunes sont rela-
10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85
tivement moins nombreux. La part des
-1 500
Arrivéesmoins de 20 ans est plus faible de 1,3
-3 000 Départspoint. A l’inverse, les personnes âgées
Solde migratoiresont plus présentes. La part des 60 ans
-4 500
Âge en 1999et plus est de 3,4 points plus élevée.
Source : INSEE - Recensements de la population de 1990 et 1999.
Cette population âgée est bien
Guide de lecture : en 1999, la Bourgogne compte environ 2 800présente en milieu rural. Près de 30 %
habitants de 20 ans qui ne résidaient pas dans la région en 1990.
de la population a au moins 60 ans
A l’inverse, près de 4 500 de la même génération, bourguignons
(contre 22 % dans l’urbain). Cette pro-
en 1990, ne le sont plus en 1999 (départs). Le solde est donc de
portion est particulièrement importante - 1 700.
dans le sud de l’Yonne et le nord-est de
la Nièvre. Dans les cantons de Coulan-
ges-sur-Yonne et Lormes, elle culmine (21 %). En revanche, les arrivéesmarqué le long de l’axe Dijon - Mâcon
mêmeà41%. d’étudiants entre 20 et 25 ans y sont trèset dans le nord de l’Yonne. Dans les
Les jeunes sont plus nombreux en nombreuses.cantons de Genlis et Chenôve, la pro-
milieu urbain. Plus de 24 % de la popu- Les jeunes sont plus mobiles queportion de jeunes culmine même à
lation a moins de 20 ans (contre 22 % leurs aînés. En Bourgogne, la popula-30 %. Fait remarquable : la commune
dans le rural). Ce phénomène est tion, plus âgée, est donc un peu moinsde Dijon est en dessous de la moyenne
mobile qu’au niveau national. Pourtant,
Attractivité de la Bourgogne sur les départements limitrophes les mouvements migratoires y sont pro-
Attractivité de la sur les déps français noncés. Près de 13 % des habitants de
et âge médian des nouveaux arrivants en Bourgogne par département d’origine 1990 n’habitent plus la région en 1999.
Cela représente 207 400 personnes. A
27
28 l’inverse, la Bourgogne compte 202 600
28 nouveaux arrivants en 1999.
29
28 2832
29 28 2827 36 28 28 Le Grand Est de la
30 35 293928 33 3027 3731 France attiré27 2827 2826 2427 27 30 26 2829 D’une manière générale, l’attracti-
26 2828 29
vité de la Bourgogne est forte sur l’Est
29
28 27 de la France. Les populations limitro-272828 28 phes sont les plus attirées. Par28 3028
28 exemple, plus de2%dela population3128 28 28 28
29 du Jura est venue en Bourgogne au29 29
28 27Âge médian 28 cours de la décennie 90. Toutefois, les
toutes origines : 31 ans 28 28 272934 nouveaux arrivants des départements29
28 28 d’Ile-de-France et de Rhône-Alpes sont29 3530 31 3129
les plus nombreux (respectivementAttractivité en % 28 3024 3029 33
35 % et 15 % des nouveaux venus).271,19 ou plus
30 28de 0,53 à 1,19 3130 La Bourgogne attire des jeunes.de 0,27 à 0,53
31
de 0,15 à 0,27 31 En 1999, 46 900 Bourguignons de 18 à
moins de 0,15
Sans objet Source : INSEE - Recensement de la population de 1999. 30 ans n’habitaient pas la région en
1990. Ils viennent essentiellement desGuide de lecture : parmi les personnes habitant l’Aube en 1990, en-
départements limitrophes et gagnentviron 1,2 % résident en Bourgogne en 1999. La moitié de ces nou-
plutôt les grandes villes. Près de 4 surveaux arrivants originaires de l’Aube a moins de 27 ans, l’autre
moitié est plus âgée. 10 s’installent en Côte-d’Or. Venus
Entre départs de jeunes et installations nouvelles 3
Ef
fectifsINSEE N°77 - Novembre2000BOURGOGNE
Des nouveaux venus jeunes dans l’urbainpour étudier, ils choisissent dans une
grande majorité les structures universi- Âge médian des nouveaux arrivants en Bourgogne par canton
taires de Dijon. Venus pour travailler,
SEINE-ET-
MARNEleur choix premier est toujours la
AUBECôte-d’Or, suivie par la Saône-et-Loire
et l’Yonne. HAUTE-MARNE
LOIRET
AuxerreDes jeunes partent vers
Paris et Lyon HAUTE-
SAÔNE
Dans le même temps, environ 80 400
Dijon
jeunes du même âge quittent la région
pour décrocher un diplôme ou un
CHER
premier emploi. Ils recherchent une Nevers
offre de formation plus diversifiée et des
JURA
perspectives d’emploi plus nombreu-
ses. Dans ces circonstances, Paris et
ALLIER
Lyon sont tout désignées. En effet,
Âge médianRhône-Alpes et l’Ile-de-France ont Mâcon
44 ou plus
attiré de jeunes Bourguignons : des AINde 38 à 44
de 34 à 38étudiants (respectivement 3 800 et de 30 à 34
RHONELOIREmoins de 303 000) et des actifs ayant un emploi
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999.
(9 000 et 11 600). Guide de lecture : la moitié des nouveaux arrivants en
Ainsi, les migrations ont été telles que Bourgogne installés en 1999 dans le canton de Chenôve
la Bourgogne présente un déficit de a moins de 27 ans. L’autre moitié est plus âgée.
près de 33 500 jeunes de 18 à 30 ans.
Le bilan migratoire de la décennie est
résidaient pas en Bourgogne neuf ansfavorable pour les personnes de plus de jusqu’à 56 ans. La tendance s’inverse
plus tôt. Ils viennent principalement30 ans en 1999 : 23 300 arrivées de ensuite au profit des seconds.
des régions françaises les plus peu-plus que de départs.
plées : l’Ile-de-France et Rhône-Alpes.A ces âges, les nouveaux arrivants Des retraités d’Ile-de-France Le coût du logement plus modérésont essentiellement des actifs ayant un
semble inciter des personnes à s’ins-emploi (50 %) ou d’anciens actifs En 1999, près de 10 % des actifs
taller dans la région. Une partie(26 %). Les premiers sont majoritaires ayant un emploi de plus de 30 ans ne
conserve même leur travail en
Ile-de-France. C’est notamment le casL’activité des nouveaux arrivants en Bourgogne varie sensiblement selon leur âge
pour des résidents du nord de l’Yonne.
Effectifs des nouveaux arrivants en Bourgogne selon le type d’activité
Autre facteur pouvant intervenir : le5 000
retour au pays d’une population partie
Type d’activité en 1999
étudier hors des frontières bourgui-
Moins de 15 ans ou autre inactif
gnonnes. La Bourgogne est relative-4 000 Elève, étudiant, stagiaire non rémunéré
ment attractive auprès de ses
Ancien actif
départements limitrophes. En particu-
Militaire du contingent
lier, au voisinage de la Côte-d’Or où le3 000 Chômeur
poids économique de Dijon sembleActif ayant un emploi
inciter les personnes à “tenter leur
chance” pour trouver un emploi.2 000
Les plus de 30 ans ont généralement
constitué une famille et arrivent donc
avec des enfants. Pour les moins de 171 000
ans en 1999, la région a enregistré au
moins 5 300 arrivées de plus que de
départs.0
En 1999, près de 26 900 retraités10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85
Âge en 1999 n’étaient pas en Bourgogne en 1990.
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999. Ils viennent en grande majorité
Guide de lecture : en 1999, la Bourgogne compte environ 4 600 habitants qui ne résidaient pas d’Ile-de-France (60 %). Le poids de la
dans la région en 1990 (nouveaux arrivants). 3 500 sont des actifs ayant un emploi, 600 se
région capitale n’est pas la seule expli-
déclarent chômeurs, 60 sont des étudiants et 520 sont “autres inactifs”.
cation. L’attrait des retraités
Entre départs de jeunes et installations nouvelles 4
EffectifsINSEE N°77 - Novembre2000BOURGOGNE
Deux-tiers des résidences sont des maisons individuelles en Bourgogned’Ile-de-France pour la Bourgogne est
Bourgogne Métropoleparticulièrement fort. Les anciens actifs
Statut d’occupation et type en 1999arrivant en Bourgogne choisissent plus Nombre % Nombre %
fréquemment de s’installer dans le
Ensemble des résidences principales 670 956 100,0 23 810 161 100,0monde rural. 63 % d’entre-eux, bien plus
Dont par statut d’occupation :que l’ensemble des autres nouveaux
arrivants (39 %). Leur choix se porte en Propriétaire 401 105 59,8 13 034 632 54,7
premier sur l’Yonne, toute proche de
Locataire 237 531 35,4 9 685 760 40,7
l’Ile-de-France. La Nièvre et la
- d’un logement loué vide non HLM 132 778 19,8 5 425 319 22,8Saône-et-Loire suivent ensuite dans les
- d’un loué vide HLMmêmes proportions. 95 918 14,3 3 804 810 16,0
Cette arrivée “d’anciens actifs” n’a - d’un meublé ou d’une chambre d’hôtel 8 835 1,3 455 631 1,9
pas été sans conséquence sur l’évolu-
Logé gratuitement 32 320 4,8 1 089 769 4,6
tion du nombre de personnes seules
Dont par type :(voir encadré habiter seul) et sur le
nombre de personnes par ménage. Ce Maison individuelle ou ferme 444 721 66,3 13 308 404 55,9
dernier a baissé depuis 1990 passant de Logement dans un immeuble collectif 206 002 30,7 9 845 182 41,3
2,5 à 2,3. Il a fallu au cours de la
Autres * 20 233 3,0 656 575 2,8décennie plus de résidences principales
pour loger autant de personnes. * Logement - foyer pour personnes âgées, chambre d’hôtel, construction provisoire, habitation de fortune.
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999.
Plus de résidences
phénomène est plus accentué dans laoccasionnelles baisse de5%(+5%enprincipales
région qu’au niveau national : 60 % desMétropole). Il semble, en Bourgogne,
ménages contre 55 %. Une raison : laque des personnes soient venuesEn neuf ans, le nombre de résiden-
Métropole a un caractère plus urbain.s’installer durablement dans une habita-ces a connu une augmenta-
Or, acheter un logement dans les villestion jusqu’alors résidence secondaire.tion de5%en Bourgogne (+9%en
est moins facile et présente un coûtBeaucoup de ménages sontMétropole). Dans le même temps, le
propriétaires de leur logement. Le important. D’autre part, être locataireparc de résidences secondaires et
Habiter seul
En Bourgogne, environ 209 300 personnes résident seules dans leur logement en 1999. Cela représente 16 % de la population, soit autant qu’au
niveau national. Leur nombre progresse rapidement (+ 22 % contre + 26 % en Métropole). Plusieurs raisons peuvent être avancées : le veuvage lié au
vieillissement de la population, la vie en couple plus tardive, l’augmentation du nombre de divorces et séparations, le départ des enfants du foyer...
L’importance du phénomène et les raisons sont variables avec l’âge et le sexe.
Jusqu’à 60 ans, les hommes habitent plus fréquemment seuls que les femmes. La vie en couple est plus précoce pour les femmes. De plus, en cas de
séparation ou de divorce, ce sont elles qui conservent souvent la garde des enfants. Après 60 ans, les couples sont de plus en plus touchés par la
disparition d’un des conjoints. Parce qu’elles ont une espérance de vie supérieure, les femmes se retrouvent alors plus fréquemment seules. Chez les
plus de 75 ans, 49 % d’entre-elles sont dans ce cas contre 20 % des hommes.
Globalement, le phénomène d’habiter seul s’accentue avec l’âge. Il concerne principalement les femmes. En effet, 60 % des personnes résidant
seules sont de sexe féminin.
Près d’un Bourguignon sur six habite seul
Bourgogne Métropole
Hommes Femmes Ensemble Ensemble
Total % Total % Total % Total %
15 à 24 ans 7 595 7,4 8 851 9,1 16 446 8,2 638 041 8,3
25 à 39 ans 24 096 14,8 15 095 9,4 39 191 1 688 504 13,212,1
40 à 59 ans 24 471 11,6 20 289 9,7 44 760 10,6 1 674 400 11,0
60 à 74 ans 15 986 13,9 35 223 26,5 51 209 20,7 1 656 131 20,8
75 ans et plus 11 072 20,2 46 658 48,9 57 730 38,4 1 723 436 38,3
Ensemble 83 220 12,9 126 116 18,1 209 336 15,6 7 380 512 15,4
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999.
Entre départs de jeunes et installations nouvelles 5INSEE N°77 - Novembre2000BOURGOGNE
d’un logement HLM est moins fréquent Les résidences récentes surtout dans l’urbain
en Bourgogne. Part des résidences principales construites après 1990
SEINE-ET-
MARNE
AUBEBeaucoup de maisons
individuelles HAUTE-MARNE
LOIRET
Les maisons individuelles sont relati-
Auxerrevement plus nombreuses dans la région
qu’au plan hexagonal : 66 % des résiden-
HAUTE-
ces principales contre 56 %. Là encore, SAÔNE
les raisons tiennent au type de peuple-
Dijonment. La Bourgogne a un caractère plus
rural que la Métropole, ce qui facilite la
CHER
présence de maisons individuelles. Nevers
Parmi les résidences principales,
JURAenviron 8 % sont récentes (construites
après 1990). Cette proportion est plus
importante en France (10 %). Sur le ter-
ALLIER
ritoire régional, près des trois quarts %
Mâcon9 ou plus AINdes résidences principales récentes de7à9
de5à7 Moyennes :
sont localisées dans le milieu urbain. 7,8 % en Bourgognede3à5 RHONELOIRE 10,2 % en Métropolemoins de 3
Source : INSEE - Recensement de la population de 1999.C’est précisément dans l’urbain que les
proportions de résidences récentes sont
DÉFINITIONSles plus fortes (plus de 9 %). Dans certains
cantons de Dijon et Chalon-sur-Saône, Les statistiques utilisées dans cet article sont issues de l’exploitation principale du recensement de la
elles culminent même à 20 %. population réalisé en mars 1999, seconde phase du dépouillement après la phase de dénombrement.
La carte des habitations récentes Les nouveaux arrivants sont les personnes de la région en 1999 qui n’y étaient pas lors du
précédent recensement en 1990. Sont comptés également les enfants nés durant cette périodene correspond pas à celle des nou-
dans un ménage dont la personne de référence n’habitait pas en Bourgogne en 1990.veaux arrivants, dans certaines parties
Un ménage est l’ensemble des occupants d’un même logement (occupé comme résidencedu monde rural en tout cas. Le pourcen-
principale), quels que soient les liens qui les unissent.tage de nouveaux venus y est impor-
Les actifs ayant un emploi sont les personnes qui exercent une profession au moment du
tant mais pas celui des logements
recensement. Les personnes qui déclarent aider un membre de leur famille dans son travail sont
nouveaux. Les exploitations ultérieures
également comptabilisées dans cette catégorie si la personne aidée n’est pas salariée
des données du recensement permet- (exploitant agricole, artisan, commerçant, profession libérale, etc...).
tront sans doute d’éclairer ce propos. La catégorie “étudiant” évoquée est composée plus précisément des étudiants, élèves et
stagiaires non rémunérés.
Les anciens actifs ou la catégorie “retraité” évoqués sont composés des retraités et des retirés David Brion
des affaires.
Le monde urbain est un zonage géographique constitué d’un pôle urbain (ville ou agglomération
Thème du prochain numéro : regroupant au moins 5 000 emplois en 1990) et de communes influencées par celui-ci en terme
de déplacement domicile-travail. Le monde rural représente l’ensemble de l’espace restant.L’artisanat recrute
POUR EN SAVOIR PLUS
INSEE - BOURGOGNE
2 bis, rue Hoche - 21000 Dijon
Références nationales Tél:0380406767
Fax:0380406740- La France continue de vieillir - INSEE Première n° 746, novembre 2000.
Directeur de la publication : Alain Ravet- Les jeunes - Contours et Caractères, septembre 2000.
Rédacteur en chef : Denis Quénelle
- Vivre seul, sentiment de solitude et isolement relationnel - INSEE Première Maquette PAO : Catherine Naslot
Abonnement :n° 678, octobre 1999.
11 numéros par an + Bilan économique- Les déménagements forment la jeunesse - INSEE Première n° 647, mai 1999.
et social annuel : 150 F - 22,87 euros
Références régionales 15 F - 2,29 euros le numéro
- La population des départements bourguignons - INSEE Bourgogne Impression : AZ Média Chenôve
Dépôt légal : à parutionDimensions n° 74 à 76, septembre et novembre 2000.
ISSN 1246-483 X
- Les jeunes diplômés et la Bourgogne : forte mobilité - INSEE Bourgogne
Code Sage D007716
Dimensions n° 27, octobre 1995.  INSEE 2000
Entre départs de jeunes et installations nouvelles 6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.