La région Centre, terre de migration

De
Publié par

Le Centre est la région de France où les mouvements migratoires sont les plus nombreux au regard de la population. En cinq ans, 203 000 nouveaux habitants sont arrivés dans le Centre en provenance du reste de la France et 197 000 résidents sont partis. L'Île-de-France est de loin la première région d'origine des migrants vers le Centre et aussi la destination privilégiée des sortants. Les nombreuses arrivées nettes de franciliens compensent les départs vers la façade atlantique et le sud de la France. La région gagne des seniors, des retraités et des couples avec enfants. Elle perd des jeunes et des étudiants. Des flux importants, mais un faible excédent La région accueille des Franciliens mais est attirée par l'Ouest Les échanges entre les départements du Centre et les autres régions sont fortement marqués par l'Île-de-France Les cadres, les jeunes et les étudiants sont les plus mobiles Nombreuses arrivées de couples avec enfants Départ de jeunes et d'étudiants Gain de couples avec enfants, de seniors et de retraités Perte de jeunes et d'étudiants Pour comprendre ces résultats
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

La région Centre, terre de migration
Le Centre est la région de France où les mouvements migratoires sont les plus nombreux au re-
gard de la population. En cinq ans, 203 000 nouveaux habitants sont arrivés dans le Centre en
provenance du reste de la France et 197 000 résidents sont partis. L’Île-de-France est de loin la
première région d’origine des migrants vers le Centre et aussi la destination privilégiée des sor-
tants. Les nombreuses arrivées nettes de franciliens compensent les départs vers la façade
atlantique et le sud de la France. La région gagne des seniors, des retraités et des couples avec
enfants. Elle perd des jeunes et des étudiants.
Jean-Marie Durville, Pascal Connin
erAu 1 janvier 2006, sur les 2 520 000 représentant une proportion plus faible de la France s’accompagne de sorties
habitants que compte la région qu’au plan national. tout aussi nombreuses : plus de
Centre, 203 000 résidaient cinq ans 197000personnesontquittéleCentre
Des flux importants,plus tôt dans une autre région de mé- pour s’installer dans une autre région
mais un faible excédenttropole, un DOM ou un TOM. Les mi- de métropole, un DOM ou un TOM.
grants en provenance du reste de la
Le nombre élevé d’entrées sur le terri- RapportésàlapopulationmoyennedeFrance constituent ainsi 8,1 % de la
toire régional en provenance du reste la période âgée de plus de cinq ans,population régionale, une proportion
supérieure de près de 2 points à la
moyenne de métropole. Population en 2006 selon le lieu de résidence cinq ans plus tôt
Ils ont, en région Centre plus qu’ail-
FranceCentre métropolitaineleurs, une forte influence sur le renou-
Population
vellement de la population. Les nombre % %
arrivées en provenance de l’étranger
Résidant dans le même logement ou établissement 1 541 244 61,1 60,6
etlesnaissancesaucoursdescinqan- dans la région cinq ans plus tôt et ayant
598 886 23,8 25,7néesécouléesportentà15,1%lapart déménagé
dans autre logement de la même commune 230 771 9,2 10,6des nouveaux habitants dans la popu-
dans une autre commune du département 308 694 12,3 11,6lation régionale.
dans un autre département de la région 59 421 2,4 3,6
Dans le même temps, les mobilités au Ne résidant pas dans la région cinq ans plus tôt 379 436 15,1 13,7 dans une autre région de métropole 198 611 7,9 6,0sein de la région paraissent modérées.
résidant dans un DOM ou un TOM 4 473 0,2 0,2Moinsde600000personnes, déjàpré- à l'étranger 23 872 0,9 1,4sentes en région Centre cinq ans aupa-
né après le 01.01.2001 152 481 6,1 6,2
ravant,occupentunnouveaulogement,
Total 2 519 567 100,0 100,0
Source : Insee, Recensement de la population 2006
Insee Centre - Service Études et DiffusionDirecteur de la publication : Paul Ahmed Michaux
Le portrait de votre région : www.insee.fr/centreISSN : 0986-976X
Informationsstatistiques:0825889452(0,15€/mn)-www.insee.fre Flux migratoires sur cinq anscesfluxmigratoiresplacentleCentreau5 rangdesrégions
e depuis ou vers la région Centrede métropole pour les arrivées et au 2 rang derrière
l’Île-de-France pour les départs.
Avec400000mouvementsd’entréeoudesortie,leCentre entrants
est même la région, avec le Languedoc-Roussillon, où l’in-
tensité des échanges dans leur ensemble est la plus forte.
Entre 1990 et 1999, la région connaissait déjà de très im-
portants flux migratoires au regard de sa population.
Surlapériode2001-2006,cesfluxsesoldenttoutefoispar
une augmentation de population relativement faible. Les
départsdelarégionsont eneffet àpeinemoinsnombreux
quelesarrivées.LeCentreenregistreainsiungainannuel
moyen de l’ordre de 1 000 personnes et se place au mo-
edeste12 rangdesrégionsfrançaisespoursontauxannuel
de migration net. 87 240
29 080
Part des migrants sur cinq ans
dans la population régionale
sortantsentrants
en %
8,5ou plus
45 330de 7,5 à moins de 8,5
de6àmoins de 7,5
15 110moins de 6
soldessortants
en %
7,5ou plus
41 920de6àmoins de 7,5
de 5,5 à moins de 6
moins de 5,5 13 970
Champ : population des 5 ans et plus
Source : Insee, Recensement de la population 2006Champ : population des 5 ans ou plus
Source : Insee, Recensement de population 2006
IGN-Insee 2009
IGN-Insee 2009
IGN-Insee 2009
IGN-Insee 2009 IGN-Insee 2009
©
©
©
©
©La région accueille lustrent aussi largement la tendance vement au rétablissement du solde mi-
des Franciliens, mais nationale de départs vers le grand gratoire régional. Toutes les régions li-
est attirée par l’Ouest OuestetlesuddelaFrance.LesPays mitrophesdel’Île-de-Francebénéficient
de la Loire accueillent 23 000 person- d’ailleurs d’un solde migratoire positif
La région Centre attire des habitants nes originaires de la région, le Poi- avec cette région mais le Centre, parti-
de l’ensemble des régions de métro- tou-Charentes 15 000, l’Aquitaine culièrementattractifpourlesfranciliens,
pole mais près de la moitié des en- commelaBretagne12500.Lesmigra- capte près de la moitié du total de ces
trants provient d’Île-de-France. Avec tions vers le quart nord-est de la soldes (45 %).
87 000 entrées, le Centre est ainsi la France sont relativement peu nom-
e2 terre d’accueil des Franciliens, seu- Les cadres, les jeunesbreuses.
lement devancée par la région Pro- et les étudiants sont
Les importants départs vers la façade
vence-Alpes-Côted’Azur.Lesrégions les plus mobiles
atlantique et le Sud ne sont alors que
limitrophes, Pays de la Loire, Poi-
très partiellement compensés par les Les personnes les plus mobiles sonttou-Charentes et Bourgogne, contri-
arrivées de ces régions. Le Centre af- les jeunes âgés en 2006 de 18 àbuentellesaussidefaçonsoutenueà
fiche ainsi un déficit de 7 500 person- 24 ans, notamment pour poursuivrel’arrivée de nouveaux habitants dans
nes avec les Pays de la Loire, 6 500 des études ou trouver un emploi, puisle Centre, avec respectivement
avec l’Aquitaine et 6 000 avec la Bre- les25-39ans.Àpartirde40anslamo-15 500, 10 000 et 8 000 personnes.
tagne. Les soldes avec le quart bilité baisse fortement, elle devient
Près d’un quart des personnes ayant Nord-Est n’étant que faiblement posi- très faible au-delà de 75 ans. Plus
quitté la région Centre se sont instal- tifs,lesmigrationsaveclaprovincese d’un migrant sur deux a ainsi entre
lées en Île-de-France, soit 45 000 indi- concrétisent par une perte de près de 18 et 39 ans, proportion près de deux
vidus. Les échanges entre le Centre 38000personnes.Leséchangesavec fois plus forte que dans la population
et le reste du territoire métropolitain il- l’Île-de-France contribuent alors massi- régionale moyenne.
Les échanges entre les départements du Centre et les autres régions
sont fortement marqués par l’Île-de-France
Les départements de la région Centre ainsi nettement sa population grâce à très nombreux échanges, notamment
ontencommundeséchangesmigratoi- unsoldepositifdeprèsde15000Fran- avec Poitou-Charentes et les Pays de
res importants et excédentaires avec ciliens. Ces entrées représentent près la Loire avec lesquels son solde migra-
l’Île-de-France.Ilsprésententtousaus- des deux tiers des arrivées dans le dé- toire est négatif. Le solde est en re-
si un solde migratoire positif avec le partement.Enrevanche,leséchanges vanchepositifaveclaHaute-Normandie
Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la nombreux avec les Pays de la Loire, et la Basse-Normandie.
Champagne-Ardenne et la Lorraine, les deux Normandies ou la Bretagne
Les échanges du Cher sont, hors
avec des flux bien moins élevés. Les sont déficitaires.
Île-de-France, avant tout marqués par
échanges migratoires des départe- laBourgogneetl’Auvergne.Ledéparte-Département le plus peuplé de la ré-
ments du Centre avec les autres ré- mentattiredesFranciliens(8%dutotalgion, le Loiret est aussi celui où les mi-
gions françaises sont cependant plus régional) mais aussi des Bourguignonsgrations avec les autres régions sont
ou moins intenses. pourlesquelslesoldemigratoireestpo-les plus nombreuses. Les plus de
sitif. En revanche, il ne contient pas lesLa proportion de migrants, entrants ou 100000mouvementsobservésencinq
départs vers l’Auvergne, l’ouest et lesortants de la région, est particulière- ans représentent plus d’une migration
suddelaFrance.ment élevée pour l’Eure-et-Loir où les régionale sur quatre. Le département a
arrivées en provenance d’autres ré- deséchangesfortsavecl’Île-de-France Les migrations entre le Loir-et-Cher et
gions,commelesdéparts,représentent dontilcapte28%desentréessurleter- les autres régions sont plus limitées.
environ 11 % de la population ritoire régional. Ces arrivées représen- Le département attire 11 % des arri-
moyenne.Elleestnettementplusfaible tent une entrée dans le département vées franciliennes dans la région et a
dans l’Indre et le Loir-et-Cher (entre sur deux. Si les migrations en prove- des échanges relativement soutenus
6%et 7%). LeCher, l’Indre-et-Loireet nance de la région parisienne sont lar- aveclesPaysdelaLoireaveclesquels
le Loiret connaissent des proportions gement excédentaires, les nombreux son solde est nettement négatif.
de migrants proches de la moyenne ré- échanges avec la plupart des régions
L’Indre présente un profil migratoire
gionale, deprès de8,5%d’arrivées ou de l’ouest et du sud présentent en re-
comparableàceluiduLoir-et-Cher.Ila
de départs. vanche un solde négatif.
des échanges essentiellement avec
L’Eure-et-Loir accueille de nombreux L’Indre-et-Loire a connu près de l’Île-de-France (6 % des entrées dans
arrivants d’Île-de-France. Le départe- 100 000 échanges avec les autres ré- la région), le Poitou-Charentes et le
ment capte 31 % des arrivées franci- gions françaises. Il n’attire que 16 % Limousin,deuxrégionsaveclesquelles
liennes dans le Centre. Il augmente desmigrantsd’Île-de-Francemaisade le solde migratoire est négatif.Répartition par âge des migrantsLes cadres et, dans une moindre me-
et de la population moyenne du Centresure, les professions intermédiaires et
%
lesétudiantsde15ansouplusontété
nettement plus mobiles que les autres
17,4 14,2 36,2 20,2 8,6 3,4Entrantscatégories socioprofessionnelles. Les
ouvriers sont, eux, assez peu mobiles,
les retraités et les agriculteurs le sont
encore moins. Les couples avec en-
16,0 20,7 35,4 18,6 6,2 3,0Sortantsfants et surtout les personnes seules
sont davantage mobiles que les famil-
les monoparentales ou sans enfant.
Population 16,7 9,0 19,8 29,5 14,8 10,2Nombreuses arrivées moyenne
de couples avec enfants
0 1020 3040506070 8090 100
Lamoitiédesnouveauxarrivantsdans
5-17 ans 18-24 ans 25-39 ans 40-59 ans 60-74 ans 75 ans et plus
la région appartiennent en 2006 à un
Champ : population des 5 ans ou plus
couple avec enfants, et un quart à un Source : Insee, Recensement de la population 2006 sans enfant. Ces couples s'ins-
tallent le plus souvent dans les couron-
nes périurbaines quand ils ont des
Répartition par mode de cohabitation des migrants
enfants, et privilégient l’espace rural et de la population moyenne du Centre
dans le cas contraire. %
Parmi les nouveaux arrivants actifs
dans la région, les plus nombreux sont 48,5 25,1 6,5 19,9Entrants
les employés, suivis des professions in-
termédiaires et des cadres. Ces der-
niersreprésententpresquelecinquième
des cadres régionaux et proviennent 43,2 24,3 7,2 25,3Sortants
souventdesrégionsÎle-de-Franceetdu
quartNord-Est.Oncompteenrevanche
très peu d’arrivées d’artisans et encore
moins d’agriculteurs. Population 46,7 28,3 7,8 17,2
moyenne
Seulement 9 % des entrées dans la ré-
gionsontdesétudiants,quis’installent 60 1000 20 40 80
généralement dans les villes-centres. Couples sans enfantsCouples avec enfants
Familles monoparentales Personnes seules ou sans famille*
Un arrivant sur trois est un inactif ne
* personnes sans famille : personnes appartenant à des ménages composés de plusieurs personnes sans famille et personnespoursuivantpasd’études,soitunretrai-
hors ménage.
té, soit unadulten’ayant jamaistravail- Champ : population des 5 ans ou plus
Source : Insee, Recensement de la population 2006lé,ouunenfantâgéde5à14ans.Les
retraités représentent ainsi plus d’une
entréesurdix,l’âgedelaretraiteétant
Répartition par catégorie socioprofessionnellel’occasion de s’installer ou se réinstal-
des migrants et de la population moyenne du Centreler à la campagne. Ces retraités arri-
%ventengrandemajoritéd’Île-de-France
Population(61 % d’entre eux). Arrivées Sorties moyenne
Agriculteurs exploitants 0,2 0,2 1,2Lespersonnesquiarriventdanslaré-
Artisans, commerçants,gionsontplutôtjeunes:unesurdeux 2,4 2,4 2,7chefs d'entreprise
a entre 18 et 39 ans, une proportion
Cadres, professions intellectuelles supérieures 11,6 12,4 5,6
1,8 fois supérieure à celle de la popu- Professions intermédiaires 16,5 17,3 11,5
lation moyenne. Parmi elles, les per- Employés 17,1 16,6 14,8
sonnes de 25 à 39 ans sont Ouvriers 10,0 9,5 14,2
Élèves, étudiants 8,7 13,7 8,1nombreuses à décider d’une installa-
Retraités 12,8 9,9 25,2tionenlienaveclespossibilitésd’em-
Autres inactifs* 20,7 18 16,7ploi offertes par les grandes
Ensemble 100,0 100,0 100,0agglomérations, telles Tours et
* autres inactifs : chômeurs n'ayant jamais travaillé et personnes n'ayant jamais travaillé quel que soit l'âge.
Orléans. Les plus de 75 ans ne repré- Note de lecture : les cadres représentent 11,6 % des arrivées et 12,4 % des départs de la région Centre alors qu 'ils ne
représentent que 5,6 % de la population moyenne du Centre.
Champ : population des 5 ans ou plus
Source : Insee, Recensement de la population 2006À l’exception des 18-24 ans, le solde migratoire est positif àTaux de migration net et effet migratoire
tous les âges mais plus élevé entre 60 et 74 ans. Le Centrepar âge, catégorie socioprofessionnelle
et mode de cohabitation est ainsi une terre d’accueil pour les personnes âgées de
60 ans et plus, avec un solde migratoire positif de plus deMigrations résidentielles Taux de migration Effet migratoire relatif
entre 2001 et 2006 net (pour 10 000) (%) 6 000 personnes, résultant d’un gain de plus de 12 000 per-
5 à 17 ans 20 0,0 sonnes en provenance d’Île-de-France et d’une perte de
18 à 24 ans - 111 - 0,5 6 000 migrants vers d’autres régions. Le solde régional est
25 à 39 ans 19 0,1 ainsi largement positif pour les retraités. Parmi les actifs, la
40 à 59 ans 13 0,1
région attire essentiellement des employés et des ouvriers,
60 à 74 ans 31 0,2
vivant souvent en couple.
75 ans et plus 8 0,0
Élèves et étudiants - 99 - 0,4 Lesmigrationsfontainsiaugmenterlapartdescouplesavec
Retraités 23 0,2 enfants dans la population régionale de 0,5 point, celle des
Autres inactifs* 33 0,2 retraités,commecelledespersonnesâgéesde60à74ans,
Cadres - 13 - 0,1 de 0,2 point.
Professions intermédiaires - 2 0,0
Employés 13 0,0 Perte de jeunes et d’étudiants
Ouvriers 11 0,0
Artisans et commerçants 6 0,0 Le déficit régional est très net pour les jeunes de 18 à
Agriculteurs 8 0,0
24ans, s’élevant àprèsde12000personnes(dont prèsde
Couples avec enfants 26 0,4
la moitié est attirée par l’Île-de-France). Parmi ces jeunes, sans enfants 11 0,1
plusde9000sontétudiants.Dufaitdecessoldesnégatifs,Familles monoparentales - 10 - 0,1
lapartdesjeunesde18à24ansdanslapopulationrégio-Personnes seules - 33 - 0,3
naleâgéede5ansouplusdiminuede0,5point,celledes sans famille** - 127 - 0,1
* autres inactifs : chômeurs n'ayant jamais travaillé et personnes n'ayant jamais travaillé quel que soit élèves et étudiants de 0,4 point.
l'âge.
** personnes sans famille : personne appartenant à des ménages composés de plusieurs personnes
sans famille et personnes hors ménage.
Note de lecture : en région Centre, le solde déficitaire des jeunes âgés de 18 à 24 ans correspond à un
manque de 111 jeunes pour 10 000 jeunes résidents entre 2001 et 2006. Soldes migratoires sur cinq ans des jeunes
En l'absence de migration, le poids des jeunes âgés de 18 à 24 ans aurait été supérieur de 0,5 point à ce de 18 à 24 ans pour la région Centrequ'il est en réalité.
Champ : population des 5 ans ou plus
Source : Insee, Recensement de la population 2006
sentent que 3 % des entrées dans le Centre et se rappro-
chent des villes-centres.
Départ de jeunes et d’étudiants
Les départs de personnes de 18 à 39 ans s’élèvent à
110 000 et représentent 56 % des sorties régionales. Parmi
eux,oncompte40000jeunesde18à24ans,soit21%des
départsdelarégion,alorsqu’ilsnereprésententque9%de
lapopulationmoyenne.Cesjeunes,vivantsouventseuls,mi-
5 460grent fréquemment pour leurs études ou un premier emploi
vers l’Île-de-France. Les départs d’étudiants représentent
1 820
14%des sorties. S'ajoutant àeux, 24000cadres ont quitté
le Centre, en privilégiant notamment les façades atlantique
et méditerranéenne.
Champ : population des 5 ans ou plus
Quelque74000personnesconstituantdesfamillesavecen- Source : Insee, Recensement de population 2006
fantsontmigré,verscesmêmesrégionspourplusdelamoi-
tiéd’entreeux.Lespersonnesvivantencoupleavecenfants
Les cadres sont également peu attirés par le Centre, avecreprésentent moins de la moitié des sorties, alors qu’un
un solde négatif de plus de 800 personnes. Ce déficit s’ex-quart des sortants est constitué de personnes seules ou
plique principalement par le départ d’anciens étudiantssans famille (vivant en cohabitation ou hors ménage).
ayantobtenuunpostedecadrehorsdelarégion.Lesolde
Gain de couples avec enfants, de seniors migratoire est pratiquement nul pour les cadres de plus de
et de retraités 30 ans.
Les migrations ont toutefois peu d’effet sur la structure so-Le solde migratoire faiblement positif de la région repose
cioprofessionnelledesactifs.Ellesinfluentavanttoutsurlaavanttoutsurl’excédentdeprèsde18000personnesvivant
en couple (avec ou sans enfant). Les pertes sont en re- structure par âge de la population, en accentuant son vieil-
vanche élevées pour les personnes seules ou sans famille, lissement naturel.
modes de vie fréquents chez les jeunes ou les étudiants.
IGN-Insee 2009aux détaillés, donnéesChiffres clés, table
disposition gratuitementtéléchargeables mis à
Pour comprendre ces résultats
Source En particulier, une personne qui habite La population moyenne est égale à la stable sur la périodelamêmecommuneauxdeuxdatespeut
Les résultats du recensement de la
2001-2006 plus la demi-somme des en-très bien avoir changé de commune de
population de 2006sontissusdesen-
trants et des sortants.résidence entre-temps.
quêtes annuelles de recensement réa-
La probabilité d’un tel événement oulisées entre 2004 et 2008. Taux annuel de migration net avec le
d’enchaîner plusieurs migrations est
restedelaFrance : ce taux rapporteDéfinitions et méthode
plusfortesurunepériodedehuitouneuf lesmigrantsnets(entrants-sortants)an-
Migrations résidentielles :onap- ansquesurunedecinqans.On nuels à la population moyenne de la
pelle migrations résidentielles les peut penser aussi que, la question fai- zone.
changements de lieu de résidence. sant référence à une situation moins an- Seules les migrations internes au terri-
Danslepassé,larésidenceantérieure cienne, la déclaration est plus fiable. toire français sont prises en compteer
était celle au 1 janvier de l’année du
Lesenfantsdemoinsdecinqansn’étant (Francemétropolitaine,DOMetTOM).
précédent recensement ; les deux der-
pasnésàladatederéférencedelarési-
Effet des migrations sur la structurenières périodes intercensitaires,
dence antérieure, ils ne sont pas inclus
de la zone : cet indicateur mesure l’ef-1982-1990 et 1990-1999, étaient res-
dans la population susceptible d’avoir
fet des migrations (entrées et sorties)pectivement de huit ans et de
migré.
neuf ans. Désormais, la résidence an- sur le profil sociodémographique d’un
er Commeparlepassé,les caractéristiquestérieure est celle au 1 janvier territoire;ilpermetdedéterminersiles
des individus et des ménages(âge,caté-cinq ans auparavant. La période ob- migrations dans ou depuis la zone ont
gorie socioprofessionnelle, mode de coha-servée est plus courte, donc elle per- contribuéàaccroîtreouaucontraireà
bitation) sont celles à la date dumet de « coller » de plus près aux réduire le poids d’une sous-population.
migrations.Eneffet,lerecensementne recensement. Elles peuvent différer de cel-
saisitpaslesmigrationsintermédiaires. les au moment de la migration.
Pour en savoir plus
« Densification de l’axe ligérien et dynamique localisée de l’espace rural » Insee Centre Info n° 153, février 2009.
« Les migrations entre départements : le Sud et l’Ouest toujours très attractifs » Insee Première n° 1248, juillet 2009.
er
« La population légale des communes - 63 235 568 habitants au 1 janvier 2006 » Insee Première n° 1217,
janvier 2009.
« La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes » Insee Première n° 1218, janvier 2009.
« Les départements du sud et du littoral atlantique gagnants au jeu des migrations internes » Insee Première n° 1116,
janvier 2007.
« Des changements de région plus fréquents qui bénéficient aux régions du Sud et de l’Ouest » Insee Première
n° 1028, juillet 2005.
Retrouvez tous les résultats 2006 du recensement www.statistiques-locales.insee.fr
surwww.recensement.insee.fr Des cartes dynamiques avec des données issues
du recensement
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.