La région Nord-Pas-de-Calaisstructurée autour de neuf espaces

De
Publié par

u sous le prisme des dynamiques démographiques, desVpolarités économiques et du développement humain, le Nord-Pas-de-Calais se structure à travers plusieurs espaces, présentant chacun des fonctionnements spécifiques. L’espace lillois joue dans ce cadre un rôle central puisqu’il influence directement ou indirectement une grande partie des autres espaces à travers un processus de métropolisation se renforçant au cours du temps. En effet, les tendances observées sur moyenne période laissent présager, si elles se poursuivent, un élargissement toujours plus important de l’aire d’influence de Lille dans le bassin minier et de fait une interconnexion croissance avec l’Arrageois. La région Nord-Pas-de-Calais structurée autour de neuf espaces Carte 1 : DÉCOUPAGE DE LA RÉGION SUR L'AXE DÉMOGRAPHIQUELa connaissance de la structuration de l'espace régional est un défi majeur pour les politiques menées dans le Nord-Pas-de-Calais. En effet, les territoires qui le composent présentent de fortes disparités tant sociales que démo- graphiques ou économiques nécessitant ainsi des leviers spécifiques aux enjeux locaux. Ces politiques sont établies par de nombreux acteurs (Région, Département, Scot, EPCI, Commune …) sur des périmètres géographiques d'action différents. Pourtant, ces découpages administratifs ou de projets, s'ils présentent le plus souvent une cohérence territoriale, peuvent masquer des phénomènes transversaux.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 10
Voir plus Voir moins

u sous le prisme des dynamiques démographiques, desVpolarités économiques et du développement humain,
le Nord-Pas-de-Calais se structure à travers plusieurs espaces,
présentant chacun des fonctionnements spécifiques. L’espace
lillois joue dans ce cadre un rôle central puisqu’il influence
directement ou indirectement une grande partie des autres
espaces à travers un processus de métropolisation se
renforçant au cours du temps. En effet, les tendances
observées sur moyenne période laissent présager, si elles
se poursuivent, un élargissement toujours plus important
de l’aire d’influence de Lille dans le bassin minier et de fait
une interconnexion croissance avec l’Arrageois.
La région Nord-Pas-de-Calais
structurée autour de neuf espacesCarte 1 : DÉCOUPAGE DE LA RÉGION SUR L'AXE DÉMOGRAPHIQUELa connaissance de la structuration de l'espace
régional est un défi majeur pour les politiques
menées dans le Nord-Pas-de-Calais. En effet,
les territoires qui le composent présentent
de fortes disparités tant sociales que démo-
graphiques ou économiques nécessitant
ainsi des leviers spécifiques aux enjeux locaux.
Ces politiques sont établies par de nombreux
acteurs (Région, Département, Scot, EPCI,
Commune …) sur des périmètres géographiques
d'action différents. Pourtant, ces découpages
administratifs ou de projets, s'ils présentent
le plus souvent une cohérence territoriale,
peuvent masquer des phénomènes transversaux.
La conduite de l'action publique nécessite
dès lors de prendre en compte une forme
d'inter-territorialité, selon laquelle un même
Note de lecture : La présentation détaillée du zonage est consultable dans le dossier « Les espaces du
objectif de développement économique ou Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Dynamiques démographiques » (fascicule 1).
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.social se décline et s'articule à plusieurs
échelles d'action. La contractualisation de
Carte 2 : DÉCOUPAGE DE LA RÉGION SUR L’AXE ÉCONOMIQUE
politiques expérimentées par les collectivités
locales, à l'instar des Conseils généraux
eu égard aux intercommunalités, ou des
intercommunalités eu égard aux communes,
participedecemouvementvisantà concilier
plusieurs échelles d'intervention. Dans une
posture de régulateurs, le Conseil régional
et la Préfecture de région sont garants de la
cohérence entre les impulsions locales et
leur traduction d'ensemble à l'échelle des
espaces régionaux. Le Schéma régional
d'aménagement et de développement du
territoire (Sradt) vise à assurer la qualité d'une
gouvernance régionale et à permettre
d'influer sur l'ensemble des politiques
régionales. Il s'appuie sur des outils de
Note de lecture : La présentation détaillée du zonage est consultable dans le dossier « Les espaces duconcertation, à même de favoriser la prise de
Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Mutations et polarités économiques » (fascicule 2).conscience de l'existence de grands ensembles
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.
territoriaux disposant de dynamiques
complémentaires. De même le Projet d'action Carte 3 : DÉCOUPAGE DE LA RÉGION SUR L’AXE DÉVELOPPEMENT HUMAIN
stratégique de l'État (Pase) matérialise
ce travail de coordination et de mise en Dunkerque
cohérence. Le Pase décline les priorités de Calais
l'action de l'État dans le Nord-Pas-de-Calais
en adaptant les orientations nationales
Saint-Omerde l'administration centrale aux défis du Boulogne-sur-Mer
territoire. Lille
BéthuneUNE LECTURE TRANSVERSALE
Montreuil
LensD'ANALYSES THÉMATIQUES Valenciennes
Douai
Arras
Afin de promouvoir une telle lecture des enjeux
Cambrai
régionaux, l'Insee, la Préfecture de région et Avesnes-sur-Helpe
le Conseil régional ont examiné les possibles
recompositions du Nord-Pas-de-Calais
en espaces cohérents . En
Note de lecture : La présentation détaillée du zonage est consultable dans le dossier « Les espaces du
s'appuyant sur les transformations observées
Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Développement Humain » (fascicule 3).
au cours des dernières décennies et en Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.Carte 4 : DÉCOUPAGE DE LA RÉGION SUR L’AXE CITOYENNETÉs'affranchissant des zonages préexistants,
et plus encore des clichés territoriaux
Dunkerque
ou représentations persistantes, des analyses
Calais
ont été menées sur les thématiques
démographiques , productives
, de développement humain ,
Saint-Omer
Boulogne-sur-Mer
de citoyenneté . Les interconnexions
Lillehumaines, marchandes et immatérielles
de ces espaces ont également été décrites
Béthune
Montreuil. Néanmoins, ces thématiques
Lens
Valenciennessont en fait liées et participent à la singularité Douai
de chaque territoire en termes de politiques Arras
publiques. À titre d'exemple, la pauvreté
Avesnes-sur-HelpeCambraidans le bassin minier, territoire urbain et fortement
intégré à la dynamique métropolitaine ne
peut être considérée et traitée de la même
manière que la pauvreté des personnes
Note de lecture : La présentation détaillée du zonage est consultable dans le dossier « Les espaces du
âgées dans les espaces ruraux les plus Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Pratiques citoyennes et coopérations territoriales
» (fascicule 4).enclavés de la région. De plus, les tendances
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.
observées sur un même territoire peuvent
s'avérer très divergentes selon la thématique, Carte 5 : STRUCTURATION ET INTERCONNEXIONS EN NORD-PAS-DE-CALAIS
d'où la nécessité de les croiser : ainsi la dynamique
Zones très urbanisées
Dunkerquefavorable du bassin minier dans le domaine Flux du système principal
Flux relais du système principal
Calais Flux des systèmes secondairesdu développement économique ne doit pas
Flux relais des systèmes secondaires
Connexions transfrontalièresmasquer la persistance voire l'accentuation interrégionales
Porte d’entrée personnes + idées + biens
des difficultés sociales de ses résidents. Porte d’arrivée de résidents externes
Boulogne-sur-Mer Porte d’entrée personnes
Porte d’entrée biens
Hazebrouck Roubaix
Saint-Omer LILLE
Ainsi, en croisant les précédents regards
démographiques, productifs et sociaux,
Dourges Lesquin
Béthunel'analyse conjointe de l'Insee, du Conseil
Valenciennesrégional et de la Préfecture de région Lens
identifie neuf espaces en Nord-Pas-de-Calais
Berck Douai
. Cette partition est réalisée de
Maubeugemanière qualitative et les découpages Arras
Cambrai
récurrents dans plusieurs thématiques y Avesnes-sur-HelpeBapaume
sont repris naturellement. Par exemple,
l'espace centré sur la métropole lilloise
s'étend de manière très élargie de la Flandre
Note de lecture : La présentation détaillée du zonage est consultable dans le dossier « Les espaces dujusqu'au nord des Scot du Douaisis et de
Nord-Pas-de-Calais - Trajectoires, enjeux et devenir - Connexions et interdépendances » (fascicule 5).
Valenciennes, seule l'analyse de la sphère Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.
productive n'ayant pas dessiné ce contour.
Carte 6 : DÉCOUPAGE TRANSVERSAL DE LA RÉGION EN 9 ESPACES
La lecture croisée des différents axes
Dunkerque
d'analyse conduit cependant à ré-agencer
Calais
les différentes pièces du puzzle régional.
Ainsi le littoral apparaît éclaté, avec d'un
côté un grand espace au Nord intégrant
Saint-Omer
Boulogne-sur-Mer
les villes de Boulogne-sur-Mer, Calais et
LilleDunkerque s'étendant jusqu'à Saint-Omer
etdel'autrelesuddulittoralselimitantpeu
Béthune
ou prou aux limites du Scot du Montreuillois. Montreuil
Lens
De même, l'aventure houillère ne suffit plus
Douai Valenciennes
àdessinerl'ancienbassinminierenunseul Maubeuge
Arras
et même espace intégré même s'il garde une
réalité urbaine et foncière. Ainsi, malgré un Cambrai
Avesnes-sur-Helpe
apparent continuum en termes de difficultés
sociales, les divergences démographiques,
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de régionproductives ainsi que la structuration des fluxont conduit à séparer l'est du bassin minier UN ESPACE LILLOIS FORTEMENT INTÉGRÉ du travail entre Roubaix-Tourcoing et
– intégrant les villes de Douai, Valenciennes Mouscron, Kortrijk ou Tournai, dans le sens
et s'étendant jusqu'à Maubeuge – de l'ouest Parmi les neuf espaces, celui de la métropole de la France vers la Belgique, laisse penser
allant de Lens au Béthunois. De la même lilloise domine par son poids démographique que l'espace lillois s'étend par delà la frontière
manière, le sud du département du Nord et économique. Il pèse pour 34 % de la belge. C'est notamment le sens de la création
ne présente pas un profil homogène. Les population régionale et 38 % de l'emploi. de l'Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai.
différences de développement humain et Cette importance va croissante avec le temps
les tendances démographiques divergentes puisqu'il représentait 30 % des effectifs L'OUEST DU BASSIN MINIER DANS LA
ont conduit à dissocier le Cambrésis de régionaux en 1962. La métropole lilloise est DYNAMIQUE MÉTROPOLITAINE
l'Avesnois, ce dernier s'étendant tout de moins touchée par le vieillissement général
même sur les espaces ruraux autour du de la population que la moyenne régionale, L'ouest du bassin minier relie les territoires
Cateau-Cambrésis. Cette recomposition notamment parce qu'elle compte un pôle de Lens et de Béthune qui ont longtemps suivi
territoriale, fruit des trajectoires dissociées universitaire majeur à même d'attirer les des trajectoires économiques communes
des espaces régionaux, reste mouvante dans étudiants de la région et parce qu'elle offre de avec l'aventure minière et industrielle. Au
la mesure où les dimensions analysées ne nombreuses opportunités professionnelles début des années 1970, près de 45 % des
se superposent pas de manière exacte. pour de jeunes actifs : la part des moins de emplois de cet espace sont dédiés à l'activité
Elle présente des zones de tension, signe 20 ans a baissé de 7 points entre 1962 et 2006 industrielle. Aujourd'hui encore, ces territoires
d'espaces en pleine mutation ou subissant (35,5 % à 28,2 %) contre 10 points pour sont confrontés à des défis similaires qui
des influences croisées. La lecture proposée l'ensemble du Nord-Pas-de-Calais. Dans le conduisent à les rapprocher au sein d'un même
ici n'est donc pas unique : elle est le résultat même temps, la part des plus de 60 ans est espace. En effet, le premier point saillant
d'arbitrages sur ces points de friction qui restée stable autour de 16,5 % alors qu'en tient aux indicateurs sociaux fortement
ouvrent autant de lectures alternatives de moyenne, elle a progressé de 3,5 points. dégradés. Par ailleurs, le territoire est marqué
la géographie régionale. par un relatif déclin démographique qui
Du point de vue social, la métropole lilloise est s'accompagne d'un vieillissement accéléré :
Ces choix et ces arbitrages successifs à l'image des autres grandes agglomérations : la part des plus de 60 ans progresse deux
conduisent à construire la lecture transversale très contrastée. Les populations les plus fois plus vite qu'en moyenne nationale
des espaces régionaux selon une logique aisées et celles parmi les plus en difficulté (+ 7,6 points depuis 1962 contre + 3,5 points).
de sphère d'influence : ainsi la plupart des de la région y cohabitent, parfois dans des Le territoire voit également son avenir
espaces sont façonnés autour d'un ou de territoires très proches géographiquement. étroitement lié à la dynamique de la
pôles urbains importants. Apparaît généralement En particulier dans le nord-est de l'agglomération métropole lilloise, dont sont
une organisation concentrique du territoire lilloise, des espaces réputés pour l'importance plus éloignés les espaces à l'est du bassin
entre le pôle, ses banlieues proches et ses du patrimoine soumis à l'impôt de solidarité minier. Néanmoins, des spécialisations
couronnes périurbaines. Les frontières sur la fortune jouxtent d'autres connus pour fonctionnelles distinctes à l'intérieur de
des espaces correspondent donc le plus leur part élevée de population couverte par cet espace font apparaître des possibles
souvent à la limite de l'aire d'influence des les minima sociaux. De Roubaix à Croix, de trajectoires divergentes à l'avenir. Lens et
pôles. Cette influence est centrée sur le Vauban à Lille Sud, il suffit de quelques pas ses environs ont connu une reconversion
poids économique du pôle qui reste le plus pour prendre conscience des polarités sociales. radicale de leur économie via une
souvent spécialisé et se diffuse dans tout Au final, l'agglomération qui s'élargit aux tertiarisation importante. Le poids des
l'espace sur les dimensions démographiques communes aisées de la Pévèle, plus services y rattrape progressivement celui
et sociales par le biais des migrations résidentielles modestes des Flandres voire plus précaires de l'agglomération lilloise, même si ces
et alternantes. Deux conséquences peuvent du Tourquennois, est la terre du grand écart. services sont moins tournés vers les
se déduire de cette optique. D'une part, activités nécessitant les qualifications
chaque espace, bien que relativement Organisé autour d'un pôle économique élevées. En outre, une sorte de complé-
cohérent, présente des divergences internes : fortement tertiarisé, l'espace lillois se mentarité économique semble se dessiner
l'espace lillois associant des territoires aussi caractérise par son intégration spatiale : entre les services opérationnels, notamment
différents que la Pévèle, Roubaix ou le la densité des réseaux de communication la logistique, fournis sur Lens et ses environs
Vieux Lille en est l'exemple le plus flagrant. conduit à des relations intenses entre le et les établissements utilisateurs concentrés
D'autre part, un choix d'approche différent pôle urbain et les territoires plus résidentiels sur l'espace lillois. Les créations d'emplois
aurait pu être réalisé et aurait donné des – l'importance des migrations alternantes et d'entreprises sont particulièrement
résultats distincts : par exemple, les espaces et la saturation des voies de communication dynamiques même si leur pérennité est
auraient pu être regroupés selon leur en témoignent –. Jouant le rôle d'aimant relative. Reste que cette dynamique ne
spécialisation fonctionnelle plutôt que pour les actifs en emploi, la vaste conurbation profite pas forcément à la population locale
selon leur polarisation. Ainsi, la Flandre ne Lille-Villeneuve-d'Ascq-Roubaix-Tourcoing et ne contribue donc pas à l'amélioration
serait pas séparée selon la polarisation polarise un nombre croissant de communes de la situation sociale très fortement pénalisée
vers Dunkerque ou Lille mais resterait à vocation résidentielle, au point d'étendre par un taux chômage parmi les plus élevés
unie du fait de son homogénéité son influence sur les agglomérations de France. Autour de Béthune, le poids de
liée à son caractère très résidentiel. limitrophes du bassin minier. L'intégration l'industrie a conservé une relative importance.
relativement importante du marché Néanmoins, la fonction économique duterritoire est en perte de vitesse, alors Ceci témoigne d'une possible intégration le faire des territoires limitrophes plus
même qu'il connaît un regain résidentiel. de cet espace dans un environnement au nord (Bavay, Maubeuge) ou dans l'est
De fait, ce territoire se redirige progressivement plus large auxquels participeraient une du Cambrésis.
vers une fonction plus résidentielle, notamment partie des arrondissements belges de
pour les actifs travaillant à Lille ou Lens. Thuin, Mons ou Ath. Cet espace entretien des liens avec la Belgique
Cette attractivité résidentielle rend finalement et particulièrement l'arrondissement de Mons
floue la frontière avec l'espace lillois qui DES DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES à travers les déplacements domicile-travail.
s'étend de plus en plus jusqu'aux portes ET SOCIALES PRONONCÉES Néanmoins, ces emplois frontaliers sont
de Béthune. EN AVESNOIS souvent occupés par des Belges venus
résider en France à proximité de la frontière,
LE RENOUVEAU INDUSTRIEL L'espace de l'Avesnois, dont sont exclus notamment du fait des avantages fiscaux
À L'EST DU BASSIN MINIER les territoires au nord du Scot de que permettait jusqu'ici la convention
Sambre-Avesnois, fait partie des plus ruraux entre les deux pays : en effet, sur les
L'est du bassin minier s'inscrit dans une de la région malgré la présence de quelques 1 600 travailleurs frontaliers de ce territoire,
relation contrastée au phénomène de pôles urbains comme Avesnes-sur-Helpe plus de 560 sont de nationalité belge.
métropolisation. Les territoires les plus au nord ou Fourmies. Cette population rurale Les relations avec la Picardie pourraient
de l'agglomération douaisienne appartiennent traditionnellement plus âgée que la apporter des opportunités de coopération,
d'ores et déjà à l'espace lillois mais cette moyenne, vieillit également plus rapidement mais à l'instar de la Thiérache, ces territoires
influence, au fil du temps, se fait sentir de puisque la part des plus de 60 ans a environnants souffrent des mêmes
manière de plus en plus nette jusqu'à progressé de 5 points entre 1962 et 2006 difficultés économiques et sociales que
Douai dans des relations fortement contre 3,5 points en moyenne régionale. l'Avesnois.
dissymétriques : de nombreux actifs de La densité de population y est donc
Douai travaillent sur Lille alors que la réciproque relativement faible. L'exode rural, qui se UNE AGGLOMÉRATION ARRAGEOISE
est beaucoup plus rare. En revanche, le poursuit encore sur période récente, a SOCIALEMENT HOMOGÈNE
Valenciennois garde un fonctionnement conduit à une diminution entre 1962 et
plus autonome et des flux plus équilibrés 2006 de 13 % de la population de cet L'espace arrageois de faible superficie
avec Lille. espace qui compte désormais un peu regroupe 4 % de la population régionale
plus de 130 000 habitants. Une des raisons et voit son poids augmenter progressivement
Les territoires intégrant l'espace de l'est de ce déclin démographique tient aux avec le temps. Centré sur Arras, il est
du bassin minier sont donc concentrés difficultés économiques que connaît cet essentiellement constitué de territoires
dans le cœur urbain allant de Douai à espace. L'économie autrefois très tournée résidentiels tournés vers le pôle économique.
Valenciennes, en passant par Denain. Cet vers l'industrie, le bâtiment et l'agriculture Ce dernier est caractérisé par une économie
espace s'étend au sud jusqu'aux limites s'est diversifiée par exemple dans des fortement tertiarisée. Le rôle de préfecture
du Scot du Cambrésis et surtout absorbe domaines comme le transport ou la départementale d'Arras a pour conséquence
une partie de celui de Sambre-Avesnois logistique. Pour autant, cette diversification ne une surreprésentation de l'administration
autour du Quesnoy, de Bavay et de Maubeuge. s'est pas accompagnée, comme ailleurs, publique et des fonctions métropolitaines.
Cela peut en partie s'expliquer par un d'un développement de l'économie La bonne implantation de la sphère
regain économique : tout en conservant sa présentielle et la concentration de l'emploi présentielle, atout pour le territoire
spécialisation industrielle, cet espace a su dans quelques établissements fragilise alors moins vulnérable aux variations
renouveler son tissu productif, notamment le tissu productif local. Les créations conjoncturelles de l'activité, illustre
en attirant de grands groupes comme d'emplois sont proches de la moyenne notamment la localisation de populations
Bombardier ou Toyota dans le Valenciennois. régionale mais restent insuffisantes pour aisées. Comme toute agglomération
Ces créations ont contribué à accroître satisfaire la demande des populations d'importance, l'Arrageois présente quelques
l'aire d'influence de l'est du bassin minier locales : outre le déficit migratoire, ce poches de pauvreté mais elles sont
car elles ont profité à des actifs par delà les territoire est marqué par un chômage très relativement rares et globalement le
frontières du Valenciennois ou parce que fort. Les conséquences du et du niveau social de cet espace apparaît en
des ménages originaires de Valenciennes vieillissement se font ressentir dans la fait homogène et élevé.
ontdéménagédansdesterritoiresmoins urba- sphère sociale : la pauvreté est fréquente
nisés aux alentours. Toutefois, les indica- et les ménages ont plus souvent qu'ailleurs L'agglomération arrageoise s'inscrit dans
teurs sociaux aux évolutions beaucoup recours aux minima sociaux. Le niveau des réseaux à diverses échelles. Les liens avec
plus lentes que les aléas conjoncturels res- moyen de diplôme est également la Picardie voisine ne sont pas négligeables
tent en retrait par rapport à la moyenne nettement en retrait, notamment du fait et les navetteurs TGV tissent avec Paris
régionale. de l'éloignement important des centres une relation résidentielle certes modeste
décisionnels les plus importants de la mais émergente : en 2008, 1 200 actifs, dont
Comme pour l'espace lillois, tout le long région. Ainsi, le caractère excentré de un tiers de cadres, résidant dans cet espace
de la frontière belge depuis Condé-sur-l'Escaut cet espace vis-à-vis des grands pôles travaillent en Île-de-France. À l'échelle
jusqu'à Jeumont, les flux de travailleurs d'emploi limite la possibilité de jouer régionale, l'Arrageois échange à la fois avec
frontaliers sont relativement intenses. la carte résidentielle comme peuvent le bassin minier – notamment la zone deLens-Liévin-Hénin-Carvin – et la métropole et 2006). Cette amorce de déclin pourrait se LE MONTREUILLOIS : UN TERRITOIRE
lilloise. Il essaime, sur un registre résidentiel, confirmer dans les années à venir puisqu'il QUI PROFITE DE L'HALIOTROPISME
vers les espaces périurbains et ruraux du s'accompagne d'un vieillissement accéléré :
Ternois et du Cambrésis. la part des plus de 60 ans a progressé de Le Montreuillois, avec 74 000 habitants en
4,4 points depuis 1962 (contre + 3,5 en 2006, est le moins peuplé des neufs espaces
moyenne) tandis que celle des moins de régionaux. Il est également celui où laUN RENOUVEAU DU CAMBRÉSIS
20 ans a chuté de 12 points (– 10 points en population a le plus progressé entre 1962 etGRÂCE À UNE ATTRACTIVITÉ
moyenne). La dimension portuaire fonde 2006 (+ 40 %). Cette dynamique se renforceRÉSIDENTIELLE RÉCENTE
la cohérence de cet espace en dépit de même sur la période la plus récente avec
spécialisations économiques distinctes : industrie une croissance annuelle moyenne de + 0,9 %Organisé autour de l'agglomération de
pour Dunkerque, logistique et services entre 1999 et 2006 contre + 0,7 % entreCambrai, l'espace du Cambrésis est inscrit
opérationnels pour Calais, halieutique, 1962 et 1999. La population des seniorsdans un environnement relativement
industrie de transformation et services tertiaires contribue à ces gains de population puisquehétérogène. Il forme une zone de transition
pour Boulogne-sur-Mer. L'Audomarois conserve son poids est passé de 14 % à 22 % entre 1962entre l'Arrageois fortement tertiarisé, l'est
un caractère industriel étroitement lié à la et 2006, ce qui en fait l'espace le plus âgédu bassin minier et son dynamisme industriel
spécialisation historique dans la fabrication de la région. En lien avec le type d'habitantset l'Avesnois rural aux difficultés sociales
du verre. Il garde des liens économiques et le potentiel touristique de cet espace,prononcées. Bien qu'ayant perdu 3 % de sa
et résidentiels avec les pôles du littoral. Si l'économie est fortement tournée verspopulation entre 1962 et 2006, cet espace
le Boulonnais et le Calaisis ont accueilli un les services et notamment de la sphèrea réussi sur la période récente à juguler ce
développement important des activités de présentielle. Si le sud (Berck, Montreuil)déclin démographique. Ce mouvement
service, cette tertiarisation n'a cependant est davantage spécialisé dans l'éducation, latient notamment à un phénomène de
pas permis de faire diminuer le chômage, santé, l'action sociale, le reste de l'espacerésidentialisation du nord de l'espace : le
très élevé et supérieur à celui constaté à se concentre sur les services marchands.poids démographique de l'espace au sein de
Dunkerque et Saint-Omer. Globalement Globalement, les situations de pauvretéla région est supérieur à son poids en termes
sur l'ensemble de l'espace, les difficultés sont peu fréquentes et les revenusd'emploi (4,6 % contre 4,1 %). L'influence
sociales restent néanmoins proches de la au-dessus de la moyenne régionale.économique de Douai et surtout de
moyenne régionale, moins prégnantesValenciennes se fait de plus en plus sentir
que dans le bassin minier. Les aménités offertes par cet espace en fontdans les communautés de communes du Pays
un lieu de villégiature et de loisirs. Cessolesmois, Sensescaut et Ouest Cambrésis.
activités conduisent à des liens d'une natureCette attractivité récente doit être ajoutée à UN DÉFICIT MIGRATOIRE RÉCEMMENT
particulière avec les autres espaces régionauxcelle plus ancienne de Marquion-Osartis à ENRAYÉ DANS LES ESPACES RURAUX
ou la Picardie voisine. Tandis qu'en internel'ouest de l'espace. L'est du territoire tire DU PAS-DE-CALAIS
les espaces productifs et résidentielsdavantage ses atouts du maintien d'une
dialoguent via des migrations quotidiennes,industrie relativement forte. Ces deux L'espace au cœur du Pas-de-Calais a été
facteurs démographiques et économiques touché de plein fouet par l'exode rural puisqu'il la zone du Montreuillois interagit avec
contribuent finalement à une relative a perdu 5 % de sa population entre 1962 d'autres espaces extérieurs à la région à travers
homogénéitésocialedel'espaceduCambrésis et 2006. Néanmoins, la tendance s'est des mobilités ponctuelles et néanmoins
où les situations de pauvreté restent moins inversée depuis le début des années 2000 récurrentes au fil des migrations de loisirs.
fréquentes qu'en moyenne régionale, à puisque le nombre d'habitants progresse
l'exception de la frange du Caudrésis et de nouveau (environ + 0,3 % par an). Ce NEUF ESPACES SOUMIS
du centre-ville de Cambrai. renouveau est lié en partie au déclin du nord À DES TENSIONS
du littoral, les espaces ruraux accueillant de
LE NORD DU LITTORAL : nombreux ménages issus des agglomérations Cette partition du territoire tient compte
VERS UN VIEILLISSEMENT de Saint-Omer ou Boulogne-sur-Mer. Au des tendances observées depuis plusieurs
ET UN DÉCLIN DÉMOGRAPHIQUE ? sud, les Sept Vallées attirent des retraités, décennies. Comme évoqué précédemment,
notamment du Montreuillois. Malgré une certaines d'entre elles, tel que l'essor de la
Le large espace du nord du littoral intègre relative attractivité pour les ménages métropole lilloise, se poursuivent voire
quatre pôles urbains importants (Boulogne- d'actifs, cet espace est parmi les plus âgés s'accélèrent au cours du temps ; d'autres,
sur-Mer, Calais, Dunkerque et Saint-Omer) de la région : les plus de 60 ans représentent comme la croissance démographique du nord
mais aussi des territoires plus résidentiels 22 % des effectifs contre 18 % pour dulittoral,sontenpertedevitessevoireen
tels que la Terre des Deux Caps. Il a connu l'ensemble de la région. Le processus de cours de retournement. Par conséquent,
un essor démographique important dans vieillissement y est également rapide puisque la cartographie des espaces régionaux
ela seconde moitié du XX siècle puisque sa la part des seniors progresse de manière dépend de la fenêtre chronologique retenue
population a progressé de près d'un quart plus soutenue qu'en moyenne. C'est d'ailleurs et est amenée à évoluer avec le temps.
entre 1962 et 1999. Néanmoins, le début des cette population âgée qui pose les principales L'analyse des mouvements les plus récents
années 2000 marque un infléchissement difficultés d'ordre social : revenus modestes, peut donc être un moyen de questionner
puisque le nombre d'habitants y a diminué, conditions sanitaires dégradées, précarité l'avenir de ces espaces. Ces trajectoires ne
certes de manière modeste (– 1 % entre 1999 des conditions de logement. se réalisent pas de manière indépendanteCarte 8 : ÉVOLUTION POTENTIELLE DES CONTOURS DES ESPACESpuisque les territoires sont en interrelation
SOUS L'EFFET DES TENDANCES RÉCENTESles uns avec les autres. Au début des
années 2000, des principales tensions
traversant la région Nord-Pas-de-Calais,
Dunkerque
l'extension de la métropole lilloise est la
Calais
plus flagrante . Cette dynamique
concerne potentiellement tous les espaces
limitrophes puisque, outre la Flandre, les
Saint-Omer
Boulogne-sur-Mer
migrations résidentielles de ménages lillois
Lillesont importantes en direction du Béthunois,
le long de l'autoroute A1 entre Lens et Douai
Béthune
ou au nord de Douai et de Valenciennes.
Montreuil
LensCes mutations s'accompagnent d'initiatives
Douai Valenciennesinstitutionnelles, à l'instar de l'association
Maubeuge
ArrasAire métropolitaine de Lille visant à organiser
ce jeu d'influences métropolitaines.
Cambrai
Avesnes-sur-Helpe
Les tensions à l'œuvre dans les autres
espaces régionaux sont certes de moindre
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.
ampleur mais néanmoins actives et
vision prospective, en premier lieu, la La faible attractivité résidentielle et le fortsusceptibles de moduler les équilibres
métropole lilloise pourrait s'étendre bien taux de chômage de la population résidentelocaux. Bloqué au nord, l'espace de l'est du
au-delà de ses frontières actuelles en ne laissent pas présager, si les tendances lesbassin minier profite de son dynamisme
incorporant notamment les communes de plus récentes se prolongent, de modificationséconomique pour s'étendre au sud en direction
Douai et de Béthune . La jonction majeures comme on peut les imaginer à Douaide Cambrai. Autour d'Arras, la périurbanisation
serait réalisée le long de l'A1 avec l'espace ou à Béthune. De même, si la dynamiquepeut conduire à s'interroger sur les frontières
arrageois qui partage de nombreux points économique favorable amorcée au début desfutures de cet espace au nord en direction
communs avec celui de Lille, pour ne former années 2000 à Valenciennes se poursuit, ced'Hénin-Beaumont, à l'est vers Marquion-Osartis
qu'un immense espace métropolitain. Ces pôle pourrait conserver son indépendance àet à l'ouest dans des territoires principalement
territoires du bassin minier verraient leur l'égard de celui de Lille et accroître sonruraux. Ces derniers sont également soumis
situation fortement impacté notamment influence sur le sud du département pourà la pression à l'ouest de l'élargissement
du fait des migrations de ménages en finalement intégrer toute l'agglomérationdu Montreuillois et au nord du littoral. Les
provenance de l'agglomération lilloise ou de Cambrai. Seul l'espace de l'Avesnoisprojets de pôles métropolitains participent,
arrageoise. Ainsi, une relative amélioration trop excentré resterait alors en retrait deaux cotés d'autres initiatives, à renforcer
des indicateurs sociaux pourrait être à prévoir, ce mouvement.ou au contraire à freiner la tectonique des
mais elle tiendrait moins à l'évolution desplaques territoriales. Par exemple, le projet
populations stables qu'aux caractéristiques Dans le reste de la région, les modificationsde pôle métropolitain du Hainaut pourrait
des nouveaux arrivants. La métropolisation pourraient être plus secondaires, la principaleainsi s'appuyer sur la trajectoire convergente
ne pousserait donc pas vers le haut l'ensemble consistant à un léger accroissement desdes agglomérations de Valenciennes, Cambrai
des territoires autour de Douai ou de Béthune espaces du littoral sur le cœur rural duet Maubeuge. À l'inverse, le projet de pôle
mais engendrerait des nouvelles situations Pas-de-Calais.métropolitain reliant Arras, Béthune, Lens
très contrastées à l'image de celles queet Douai s'inscrirait dans une dynamique
connaissent aujourd'hui Lille ou sa banlieue DES TENDANCES QUI NE SONT PASpar certains aspects en rupture avec les
avec une coexistence de quartiers aisés et INÉLUCTABLEStendances à l'œuvre par le passé ou le
pauvres dans des espaces restreints.manque de transversalité le long du bassin
Ce scénario prospectif n'est cependant en rienminier. L'enjeu de ce projet, considérable,
L'évolution relativement rapide d'un territoire, une prévision. Il s'est contenté de prolongerviserait à coordonner un vaste ensemble
c'est-à-dire à l'horizon de 10 ou 20 ans, les tendances les plus récentes de la dernièreà dominante urbaine de près de 900 000
passe donc principalement par l'afflux de décennie. De nombreux éléments peuventhabitants qui, en dépit de la proximité
nouvelles populations via les migrations venir les contrebalancer. En premier lieu,géographique et de complémentarités
résidentielles. Sans cela, les tendances la dynamique économique est un facteuréconomiques, fonctionne pour l'heure de
démographiques ou sociales sont beaucoup important pour expliquer les évolutions desfaçon dissociée et est en partie aspiré par
plus lentes à s'infléchir. En cela, le territoire espaces les uns par rapport aux autres. Or, lala métropole lilloise.
de Lens-Liévin, en dépit d'une reconversion période d'observation retenue, antérieure à
économique réussie, pourrait encore être la crise économique de 2008, est constituéeSi ces tendances se poursuivaient, les
confronté au défi du développement humain par un cycle conjoncturel relativementespaces tels que définis actuellement
qui se réalise au ralenti. Il n'intégrerait pas favorable dans l'ensemble du Nord-Pas-de-Calais :subiraient d'importantes modifications
pleinement la dynamique métropolitaine. à titre d'exemple, l'évolution du PIB pardans les prochaines décennies. Dans une
7Carte 7 : NEUF ESPACES SOUMIS À DES TENSIONS
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.
8
Pôle économique en retrait
Pôle économique en expansion
Dunkerque
Pôle résidentiel en expansion
Calais
Extension d’une zone
d’influence
Renforcement des liens
économiques
Saint-Omer
Boulogne-sur-Mer
Existence de liens
transfrontaliers ou interrégionaux
Lille
Béthune
Montreuil
Lens
Douai
Valenciennes
Maubeuge
Arras
Cambrai
Avesnes-sur-Helpehabitant y était plus soutenue qu'en moyenne lecadredecohérencedel'Airemétropolitaine retombées du Louvre, encore incertaines
nationale. C'est particulièrement le cas dans de Lille ou la directive régionale d'aména- aujourd'hui, pourraient être un facteur
le Valenciennois. L'extension de son aire gement sur la maîtrise de la périurbanisation déclenchant pour une plus grande attractivité
d'influence pourrait donc être remise en pourraient avoir pour effet de limiter résidentielle, éventuellement pour des
cause si cette dynamique s'inversait en lien l'élargissement de la métropole lilloise. classes sociales plus aisées ou pour un
avec les bouleversements à l'œuvre dans le De même, le projet d'Espace métropolitain essor social endogène des populations
tissu productif régional comme national. littoral intègre, pour sa partie française locales, par exemple dans le domaine de
l'ensemble des côtes du Nord-Pas-de-Calais. l'éducation.
Autre facteur majeur dont les effets ne Il pourrait apporter de la cohérence à des
sont pas intégrables dans un tel scénario : espaces aujourd'hui contrastés entre le
les politiques publiques, dont le rôle est nord et le sud du littoral et dont les tendances
justement de renforcer ou d'infléchir les récentes ne laissent pas supposer une
tendances démographiques, économiques convergence spontanée à l'avenir.
ou sociales. Ainsi, l'extension de la métropole
lilloise est un élément que nombre de Par ailleurs, l'implantation prochaine à Lens du
politiques visent à limiter puisqu'elle participe Louvre, dont les ambitions sont d'accueillir,
à l'artificialisation des sols et à l'élévation à partir de fin 2012, 500 000 visiteurs par an,
des émissions de gaz à effet de serre générées revêt une dimension particulière en se posant
par les navettes quotidiennes. Ainsi, la comme le symbole d'une nouvelle trajectoire
Stratégie nationale du développement durable, culturelle et sociétale du territoire. Les
Encadré : DES ESPACES DÉLIMITÉS PAR LEUR RÔLE FONCTIONNEL
L'approche principale de cette étude est de définir les espaces selon une logique d'aire d'influence. Une autre approche aurait pu être privilégiée :
le regroupement des espaces selon leur spécialisation fonctionnelle. Peu importe qu'un territoire soit attiré davantage par telle ou telle agglomération,
on s'intéresse ici uniquement à son rôle (productif, résidentiel …) dans le système régional. On découpe alors le Nord-Pas-de-Calais en huit
espaces dont les frontières, à quelques exceptions près, divergent de l'analyse par aire d'influence .
De taille réduite, l'espace lillois, fortement tertiarisé, concentre une part importante des fonctions métropolitaines de la région. Concentrant
également de nombreuses universités et écoles d'enseignement supérieur, ce territoire est bénéficiaire pour les étudiants et les jeunes actifs mais
déficitaire pour les familles.
Des espaces résidentiels forment un continuum depuis Bergues jusqu'au nord du Scot de Valenciennes. Ils contournent le pôle économique de Lille
en englobant les territoires de la Flandre Intérieure, de l'est du Béthunois, les Weppes, la Pévèle et la vallée de la Scarpe. Fortement attractifs à l'échelle
régionale, ces territoires gagnent des habitants depuis Lille, mais aussi Dunkerque, Douai et Valenciennes. Compte tenu de ces migrations, le profil
social des habitants est relativement homogène et élevé.
L'ancien bassin minier s'étend de la frontière belge du Valenciennois (Condé-sur-l'Escaut) jusqu'au nord-ouest de Béthune en passant par le
Douaisis et les agglomérations de Lens-Liévin - Hénin-Carvin. Si le Béthunois, ainsi que ses frontières nord et sud se sont résidentialisées, le cœur
du bassin minier a réussi en partie à reconvertir son économie pour rester un pôle économique important via une tertiarisation à
Lens-Liévin - Hénin-Carvin et une modernisation industrielle, l'accueil de grands groupes dans l'ouest du bassin minier. Cependant, l'essor
économique relatif du cœur du bassin minier reste sans effet sur les caractéristiques sociodémographiques du territoire.
L'espace intégrant Arras et Cambrai est, à l'exception de ces deux agglomérations, plutôt caractérisé par une homogénéité sociale et des revenus
assez soutenus : constitués de nombreux espaces périurbains ou ruraux à vocation résidentielle, l'Arrageois et le Cambrésis profitent en partie du
renouveau économique du bassin minier et de l'influence arrageoise. C'est à ce titre que le nord de la Sambre-Avesnois, fortement tourné vers
Valenciennes est intégré à cet espace.
L'espace de l'Avesnois est principalement rural ou périurbain. Les difficultés économiques, et notamment le chômage, sont importantes et se
traduisent dans des indicateurs sociaux fortement dégradés, plus défavorables encore que dans le bassin minier. Le déclin démographique propre
à l'ensemble des espaces ruraux y est particulièrement accentué en partie du fait de son caractère excentré.
Avec les pôles d'emplois de Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Calais et Saint-Omer, le nord du littoral a une fonction essentiellement productive. Si
certains espaces résidentiels persistent à l'intérieur de ce territoire (Terre des Deux Caps), les actifs du littoral résident aussi dans des espaces
limitrophes (Flandre Intérieure, sud-ouest de l'Audomarois…).
L'attractivité résidentielle du sud du littoral se vérifie pour toutes les classes d'âge mais est particulièrement accentuée pour les seniors, ce qui
participe à son vieillissement plus rapide qu'en moyenne régionale. L'arrivée de personnes aux revenus aisés accentuée par les besoins
touristiques ont participé à la spécialisation de ce territoire dans les services marchands. Elle a aussi participé à faire du sud du Littoral un territoire
relativement homogène d'un point de vue social, et ce à tous les âges de la vie.
Marqués par l'exode rural, les espaces ruraux au cœur du Pas-de-Calais ont réussi à enrayer leurs pertes d'habitants notamment grâce à
l'attractivité des territoires résidentiels les plus proches des pôles urbains. Il n'en reste pas moins qu'à la fin des années 2000, leur population est
largement vieillissante. Or, ce vieillissement s'accompagne de paupérisation et de difficultés sociales.Carte 9 : DÉCOUPAGE TRANSVERSAL DE LA RÉGION SELON UNE OPTIQUE FONCTIONNELLE
Dunkerque
Calais
Saint-Omer
Boulogne-sur-Mer
Lille
Béthune
Montreuil
Lens
Douai Valenciennes
Maubeuge
Arras
Cambrai
Avesnes-sur-Helpe
Sources : Insee, Conseil régional, Préfecture de région.
Pour en savoir plus
• « Les espaces du Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Dynamiques Démographiques (fascicule 1) »,
Insee Nord-Pas-de-Calais, Dossiers de Profils, n° 104, décembre 2011.
? « Les espaces du : trajectoires, enjeux et devenir – Mutations et polarités économiques (fascicule 2) »,
Insee Dossiers de Profils, n° 105, décembre 2011.
? « Les espaces du Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Développement Humain (fascicule 3) »,
Insee Nord-Pas-de-Calais, Dossiers de Profils, n° 106, décembre 2011.
? « Les espaces du Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Pratiques citoyennes et coopérations territoriales (fascicule 4) »,
Insee Dossiers de Profils, n° 107, décembre 2011.
? « Les espaces du Nord-Pas-de-Calais : trajectoires, enjeux et devenir – Connexions et interdépendances (fascicule 5) »,
Insee Nord-Pas-de-Calais, Dossiers de Profils, n° 110, septembre 2012.
Suivi partenarial
Philippe Bouchet, Stéphane Humbert, Grégory Marlier, Conseil régional
Nathalie Dasmiens, Nicolas Grosse, Cécile Sentis, SGAR
Directeur de la publication : Daniel HUART
Service Administration des Ressources : Ariel PÊCHER Études Diffusion : Arnaud DEGORRE
Service Statistique : François CHEVALIER
Cartographes : Évelyne LORENSKI, Martine SÉNÉCHAL
Rédactrice en chef : Nathalie DELATTRE
Correcteur réviseur : Claude DELEVALLEZ
Responsable Fabrication : Lambert WATRELOT
Graphistes : Lambert WATRELOT, Annick CEUGNIEZ, Olivier MAJCHERCZAK, Claude VISAYZE
CPPAD en cours - ISSN : 1774-7562 - Dépôt légal Octobre 2012 - © Insee - Code Sage PRO121320
Imprimerie : Becquart IMPRESSIONS - 67, rue d'Amsterdam - 59200 TOURCOING

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.