La région pourrait compter 5 millions d'habitants dès 2020

De
Publié par

D'ici 30 ans, la population de Provence-Alpes- Côte d'Azur pourrait compter entre 5 000 000 et 5 200 000 habitants selon les hypothèses faites sur les mouvements migratoires. Le département du Var, où les flux migratoires sont les plus importants, est très sensible à ces hypothèses. En 2030, environ 34 % des habitants auront au moins 60 ans contre 23 % aujourd'hui et les moins de 25 ans n'en représenteront plus que 26 % au lieu de 30 %. Selon les zones, les flux migratoires accentuent ou freinent le vieillissement naturel de la population.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
N° 57  avril 2003
SUD INSEE l'essentiel
La région pourrait compter 5 millions dhabitants dès 2020
Dici 30 ans, la population de Provence AlpesCôte dAzur pourrait compter entre 5000 000et 5200 000habi  tants selon les hypothèses faites sur les mouvements migratoires. Le département du Var, oùles flux migra toires sont les plus importants, est très sensibleàces hypothèses. En 2030, environ 34% des habi tants auront au moins 60 ans contre 23 %aujourdhui et les moins de 25 ansnen représenteront plus que 26% au lieu de 30%. Selon les zones, les flux migratoires ac centuent ou freinent le vieillisse ment naturel de la population.
S’il est difficile de dessiner de façon précise l’avenir démographique de la ré gion, on peut cependant, en prolongeant les tendances passées ou en les inflé chissant, apporter un éclairage sur son évolution d’ici 30 ans.
L’apport migratoire est aujourd’hui le principal facteur d’évolution de la dé mographie régionale. Il est aussi le plus incertain. Il est tributaire à la fois de la situation économique de l’ensemble du pays mais aussi de phénomènes plus lo calisés, comme la création ou la dispari tion d’un pôle d’emploi ou encore la saturation de l’espace urbanisé entraî
© INSEE 2003
nant une forte augmentation du prix du foncier. C’est pourquoi on a retenu plu sieurs hypothèses d’évolution future des soldes migratoires (entrées moins sor ties de la zone étudiée).
La première prolonge la baisse continue du solde migratoire régional observée depuis 30ans (scénario 1 dit de baisse des migrations). Cette érosion a été en core plus marquée au cours de la dé cennie 90,les migrations nettes annuel les (arrivées moins départs dans la ré gion) n’ayant été que de 19 500 person nes en moyenne par an contre 27 500 la décennie précédente, 36 700 de 1975 à 1982 et 44 400 de 1968 à 1975.
La deuxième hypothèse s’inscrit dans une tendance migratoire comparable à la période 19901999, mais plus équi librée entre les classes d’âges et les zones d’emploi (scénario 2 dit tendanciel réé (1) quilibré) .Cette hypothèse, qui donne un solde migratoire annuel moyen de 20 000personnes entre 1999 et 2030, peut être considérée comme raisonna blement optimiste.
Afin d’assurer la comparaison avec les projections réalisées au niveau national selon d’autres hypothèses, une troi sième projection est présentée en enca (2) dré .Elle reproduit simplement les tendances migratoires des années90, caractérisées par la forte attractivité du département du Var.
(1) Encadré “Les projections démographiques” (2) Encadré “Un scénario alternatif”
SUD INSEEN° 57  avril 2003 l'essentiel Erosion du solde migratoire depuis 30 anscompte de l’accroissement régulier de Moyenne annuelleMoyenne annuellel’espérance de vie. Celleciprogresserait 17 000 encore de cinq ans et demi d’ici 2030. 45 000 15 00040 000 13 00035 000 5 000 000 d’habitants 11 00030 000 dès 2020 ou en 2030 9 00025 000 selon les hypothèses 7 00020 000 Si on prolonge la tendance à la baisse 5 00015 000 des quotients migratoires enregistrée 3 00010 000 au fil des recensements depuis 1975 1 0005 000 (scénario 1dit de baisse des migra  1 0000 tions), la population régionale serait de  3 000 5 0004 960 000 personnes en 2030, soit une 04 0506 13 83 84ProvenceAlpesCôte d’Azuraugmentation de 453 200 habitants. La croissance démographique serait d’en 19681975 19751982 19821990 19901999viron 10 %. 19992030 scénariode baisse des migrations19992030 scénario tendanciel rééquilibré Si l’on prolonge les tendances migra Source : INSEE, Recensements de la population, modèle de projections de population Omphale toires 19901999 en les rééquilibrant, L’apport migratoire bien qu’importantsur elle. Le taux de fécondité moyen réla région pourrait compter 5193 000 n’est pas la seule composante de l’évogional retenu dans les trois scénarioshabitants en 2030, soit 686 000 de plus lution démographique. Le solde natuest d’environ 1,8 enfant par femme.En qu’en1999, l’augmentation étant alors rel, naissance moins décès, influe aussice qui concerne la mortalité, on a tenude 15 %. Entre 5 000 000 et 5 200 000 habitants en ProvenceAlpesCôte d'Azur en 2030L’écart de population de 230000 per ersonnes entre les deux projections montre Population au 1janvier PopulationTaux d’évolution entre 1999 et 2030 (en %)l’impact de l’hypothèse faite sur les mi 2030 grations. Selon le scénario choisi, la po 1999 Scénario deScénario Scénariode Scénario pulation en 2030 varie de 5 %. Zones d'emploi baisse destendanciel baissedes tendanciel Départements migrations rééquilibré migrations rééquilibré Manosque 64765 67410 70850 4,19,4 Digne 74989 79150 82500 5,610,0Le tiers du solde AlpesdeHauteProvence 139754 146560 153350 4,9 9,7 migratoire régional Briançon 32220 34390 34760 6,77,9 concernerait le Var Gap 89417 99480 105350 11,317,8 HautesAlpes 121637 133870 140110 10,1 15,2 Dans le scénario de baisse des migra CannesAntibes 365376 392880 418140 7,514,4 tions qui s’appuie sur des situations ob Menton 71654 68190 74640 4,84,2 Nice 575413 596850 626960 3,79,0 servées au cours d’une période longue, AlpesMaritimes 1012 4431 057 9201 119 7404,5 10,6 le solde migratoire régional serait Arles 76825 80740 81970 5,16,7 mieux réparti entre les départements AixenProvence 258986 309410 329890 19,527,4 EtangdeBerre 133015 154450 155780 16,117,1qu’au cours des années 90: un tiers Chateaurenard 72831 86210 91770 18,426,0 dans le Var, un peu moins d’un quart FossurMer 183897 203540 205290 10,711,6 dans les AlpesMaritimes, mais aussi SalondeProvence 65209 78940 83390 21,127,9 un peu moins d’un quart dans les Bou MarseilleAubagne 1044 2711 125 6501 153 3707,810,4 BouchesduRhône 1835 0342 038 9402 101 46011,1 14,5chesduRhône. Dans le scénario 2 dit tendanciel réé Toulon 546258 596160 626930 9,114,8 FréjusSaintRaphaël 154555 170160 183500 10,118,7 quilibré, le solde migratoire régional Draguignan 105969 127760 140360 20,632,5 serait plus élevé, mais sa répartition se Brignoles 91450 117210 133340 28,245,8 Var 898232 1011 2901 084 13012,6 20,7rait assez semblable. Orange 108891 121130 123580 11,213,5 Carpentras 94721 116380 125320 22,932,3 C’est pour le département du Var que Apt 71530 82620 87470 15,522,3 l’incertitude est la plus forte. L’écart Avignon 224463 251200 257460 11,914,7 se 499605 571330 593830 14,4 18,9entre les populations issues des deux Vauclu ProvenceAlpesCôte d'Azur4 506 7054 959 9105 192 62010,1 15,2%. Pour les Bouscénarios est de 8 Source : INSEE, Recensement de la population1999, modèle de projections de population OmphalechesduRhône, l’écart n’est que de
© INSEE 2003
3,4 %. Il se situe entre 4,5 et 6 % pour les quatre autres départements.
Au niveau des zones d’emploi, les écarts entre les scénarios sont plus im portants. Plus de 10 % pour les zones d’ emploide Brignoles et Draguignan, entre 7 et 10 % pour celles de Carpen tras, Menton, FréjusSaintRaphaël, Aix enProvence et Châteaurenard. A l’in verse, les deux scénarios donnent des populations très proches pour les zones d’ emploide FossurMer, l’Etangde Berre et Briançon.
Quel que soit le scénario, les zones d’ emploide Brignoles, Draguignan, Carpentras et SalondeProvence pré sentent la plus forte croissance démo graphique, deux fois supérieure à la moyenne régionale. Viennent ensuite les zones d’emploi d’AixenProvence, Châteaurenard et Apt. Les zones d’em ploi d’Arles, Briançon, Nice, Manosque et Digne auraient des croissances mo dérées. La zone de Menton est celle pour laquelle les évolutions projetées sont les plus contrastées : perte de 5 % de sa population selon le scénario de baisse des migrations et croissance de 4 %dans le scénario tendanciel. Cela reflète l’impact important des migra tions sur le niveau de population de cette zone.
N° 57  avril 2003
SUD INSEE l'essentiel
Les projections démographiques. Les projections démographiques sont issues du modèle Omphale. Ces projections sont obtenues en faisant évoluer la population d’une zone déterminée en fonction d’hypothèses concernant les naissances, les décès et le solde migratoire (arrivants dans la zone moins partants de la zone, quel que soit le lieu de départ ou d’arrivée). Le modèle part de la répartition par sexe et âge de la population au 1/1/1999, issue du recensement. La population au 1/1/2000 est obtenue en faisant vieillir les individus d’un an, en appliquant des taux de fécondité par âge aux fem mes de 15 à 49 ans, des taux de mortalité par sexe et âge et des quotients migratoires par sexe et âge (solde migratoire d’un âge et sexe donné rapporté à la population du même âge et sexe) à l’ensemble de la population. La méthode est appliquée ainsi année après année jusqu’en 2030. Dans les scénarios retenus on a utilisé une seule hypothèse sur les taux de mortalité : leur évolution tendancielle parallèle à l’évolution projetée au niveau national. De même on a utilisé une seule hypo thèse pour les taux de fécondité : maintien pour chaque zone des taux de fécondité issus du recense ment de 1999. En revanche, deux hypothèses ont été faites sur les quotients migratoires : Scénario 1, dit de baisse des migrations : quotients migratoires 20002030 d’une classe d’âge = a x quotients migratoires 19901999 de la classe d’âge + b avec a = 0,351 et b = 0,0013 Les coefficients a et b ont été obtenus à partir des corrélations existant entre lesquotients migratoires d’une période intercensitaire par rapport à la précédente. Le calcul a été fait sur les trois dernières pé riodes (19751982, 19821990,19901999). On en a déduit une évolution des coefficients qu’on a en suite projetée pour la période 20002030. Scénario 2, dit tendanciel rééquilibré : quotients migratoires 20002030 d’une classe d’âge = k x quotients migratoires scénario 1 de la classe d’âge k étant choisi de telle sorte que le solde migratoire de la dernière année de projection soit d’environ 21 000, proche de celui du scénario alternatif.
Un scénario alternatif Les projections démographiques réalisées au niveau national s’appuient sur deux hypothèses d’évo lution des migrations, différentes de celles présentées ici. Le scénario standard reproduit les quo tients migratoires calculés sur la période 19821999. Il semble difficilement applicable à la région ProvenceAlpesCôte d’Azur car il signifierait une forte croissance du solde migratoire peu envisa geable aujourd’hui. Le scénario alternatif reprend les quotients migratoires calculés sur la dernière période intercensitaire 19901999. Il donne un solde migratoire régional de 23 000 personnes en fin de période et il accentue les disparités entre les départements. Dans cette hypothèse, le Var bénéfi cierait de la moitié du solde migratoire régional. La population de la région atteindrait 5 350 000 per sonnes en 2030, soit 19 % de plus qu’en 1999. Les BouchesduRhône auraient 2 075 000 habitants, le Var etles AlpesMaritimes 1 190 000, le Vaucluse 600 000, les AlpesdeHauteProvence 158 000 et les HautesAlpes 144 000. Les écarts d’évolution entre les zones d’emploi seraient encore plus marqués.
Un tiers de la population aura plus de 60 ans enDe plus en plus de personnes âgées* 2030 Part dans lapopulation en % 30 A l’instar de la population française 1999 dans son ensemble, la population de la 2010 25 région va vieillir au cours des prochai2020 nes années. Pourtant, ProvenceAlpes 2030 20 Côte d’Azur vieillira moins vite que beaucoup d’autres régions. En cela elle est proche de LanguedocRoussillon et 15 de MidiPyrénées, régions qui, comme elle, sont aujourd’hui plus âgées que la10 moyenne nationale. En 2030, la popu lation de ProvenceAlpesCôte d’Azur 5 pourrait compter entre 1670 000et 1 750 000personnes âgées (60ans et 0 plus), soit 60 à 66 % de plus que 30 ans moins de 15 ans25 à 39 ans60 à 74 ans plus tôt. La part de ces personnes dans40 à 59 ans15 à 24 ans 75 ans et plus asserait ainsi de moins la population p*Scénario 2 tendanciel rééquilibré d’ unquart à plus d’un tiers dans les Source : INSEE, Recensement de la population 1999, modèle de projections de population Omphale
INSEE 2003 ©
SUD INSEE l'essentiel
N° 57  avril 2003
deux scénarios. A l’inverse, les moinsdes moins de 30 ans. En l’absence deEntre 1 670 000 et 1 750 000 personnes âgées (60 ans et plus) en 2030 de 25ans ne constitueraient plus quemigrations, ceuxci seraient donc Age Hommes Femmes 25 % de la population contre 30 % enmoins nombreux en 2030 qu’en 1999. 100 1999. Lesmigrations compensent en partie90 80 ce déficit dans le scénario de baisse des 70 Plusieurs phénomènes contribuent aumigrations. Même dans le scénario ten 60 vieillissement de la population.danciel rééquilibré, les moins de 30 ans50 40 sont encore un peu moins nombreux en 30  L’arrivée à des âges élevés des géné2030 qu’en 1999. 20 rations du babyboom. En effet les gé10 0 nérations nombreuses nées entre 1946Si en moyenne régionale les migrations 40 00020 0000 20000 40000 et 1964 auront toutes dépassé 60ans ontpeu d’impact sur le vieillissement10 00030 00030 00010 000 dès 2025. Elles avaient moins dede la population, il n’en est pas de 1999 54 ans en 1999.même au niveau de chaque zone d’em 2030 scénario de baisse des migrations 2030 scénario tendanciel rééquilibré ploi. Le vieillissement sera accentué  L’allongement de la durée de la viepar les migrations pour treize d’entreSource : INSEE, Recensement de la population 1999, modèle de projections de population Omphale. qui accroît le nombre des personneselles dont sept sont déjà plus âgées que très âgées. En 1999 on comptait 27 000la moyenne régionale en 1999. Parmi vieillissement pourles neuf autres zones personnes de plus de 90 ans, en 2030les six autres, les zones d’emploi de d’emploi, qu’elles soient aujourd’hui elles seront au moins 80 000.l’ EtangdeBerreet de FossurMer plus jeunes que la moyenne ou au con comptent au contraire les plus faibles traire plus âgées comme les trois zones  La fécondité qui, si elle reste stable,proportions de personnes âgées. d’ emploides AlpesMaritimes. Le cas ne permet pas de remplacer la totalitéA l’inverse, les migrations freineront le le plus marquant est celui de la zone d’ emploide Menton qui, sans migra Les migrations tendent à freiner le vieillissement dans les AlpesMaritimes, à la différence du Vartions, compterait 48% de personnes âgées et seulement 37 % dans le scéna rio tendanciel rééquilibré.
RhôneAlpes
Gap
Briançon
Italie
Orange Digne Carpentras Nice Languedoc Roussillon Menton Avignon Cannes Manosque Chateaurenard AptAntibes SalondeProvence Draguignan FossurMer AixenProvence EtangdeBerre Brignoles Arles FréjusSaintRaphaël MarseilleAubagne Mer Méditerranée Toulon
© IGN  INSEE 2003
La population de la zone d’emploi est : m oinsjeune que la moyenne et les migrations accentuent le vieillissement m oinsjeune que la moyenne mais les migrations freinent le vieillissement plus jeune que la moyenne mais les migrations accentuent le vieillissement plus jeune que la moyenne et les migrations freinent le vieillissement Source : INSEE, Recensement de la population 1999, modèle de projections de population Omphale
INSEE 2003 © N° ADEP : 0904B05336 N° ISSN : 1287292X Prix : 2,20 euros Code Sage : SIE035732
Directeur de la publication : Pierre Audibert Directeur adjoint : Jean Laganier Rédacteur en chef : Annie Mulard
Pour vous abonner : Monique Campana  tel : 04 91 17 59 12
Forte croissance du périurbain dans les deux scénarios
Au cours des dernières décennies, la périurbanisation fut une des caractéris tiques majeures du peuplement. Les deux scénarios proposés prolongent cette tendance. Ainsi, dans l’hypothèse tendancielle rééquilibrée, la population périurbaine augmenterait de 38 % dans son extension géographique d’aujour d’ hui,soit à un rythme trois fois plus rapide que celle des pôles urbains. Même dans l’hypothèse de la baisse des mouvements migratoires, l’accroisse ment démographique du périurbain, en viron 25 %, serait trois fois supérieur à celui des pôles urbains. L’espace à do minante rurale progresserait quant à lui deux fois moins vite que le périurbain, quelle que soit l’hypothèse migratoire, et donc toujours plus que l’urbain.
Colette Pillet
Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques ProvenceAlpesCôte d'Azur 17, rue Menpenti 13387 Marseille Cedex 10 Téléphone : 04 91 17 57 57 Fax : 04 91 17 59 58 Internet : www.insee.fr/paca
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.