Le CRIESR : quinze ans de concertation sur les statistiques.

De
Publié par

Le Comité Régional pour l' Information Économique et Sociale de La Réunion (CRIESR), a vu le jour en 1989. Cette instance assure une concertation entre producteurs et utilisateurs de données statistiques et coordonne les travaux des différents producteurs d'information économique et sociale.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
la vie de l’insee Le CRIESR Quinze ans de concertation
Les groupes de travail du CRIES-R Le groupe “Emploi” est présidé par Bernard BOX membre du Conseil Economique et Social et son rapporteur est Christian BRUN AUD, chargé d’études à la Direction du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (DTEFP). Le groupe “Démographie” est présidé Yves BAILLIF directeur général adjoint chargé de l’action sociale et de l’insertion au Conseil Général et son rapporteur est JeanMarc LARDOUX, chargé d’études démographiques à l’Insee. Le groupe “Logement” est présidé par Patrick BEYRONNEAU membre du Conseil Economique et Social et son rapporteur est Frédéric LORION directeur de la cellule économique du Bâtiment (CERBTP). Le groupe “Economie régionale” est présidée par JeanRaymond MONDON, président du Conseil Economique et Social et son rapporteur est Claude PARAIN, chef du service des études et de la diffusion de l’Insee. Ces groupes se réunissent plusieurs fois dans l’année pour présenter les travaux des différents membres et coordonner leurs programmes de travail.
L’auteur JeanBaptiste HERBET était chef du Service étude et diffusion de la direction régionale de l’Insee au moment de la rédaction de cet article.
éconoDE LmA REUiNIOeN 28
3e trimestre 2004
Le Comité régional pour l’information économique et sociale de La Réunion (CRIESR), a vu le jour en 1989. Cette instance assure une concertation entre producteurs et utilisateurs de données statistiques et coordonne les travaux des différents producteurs d’information économique et sociale.
isposer d’une information écono mique et sociale récente, solide et lesDdécideurs locaux, les acteurs du partagée est un atout majeur pour débat public. L’Insee a pour mission de produire et de diffuser cette information sans avoir vocation à exercer un mono pole. D’autres organismes participent à cette construction. Cependant l’Insee, de par son rôle central, se doit de participer à la coordination de cette production. Il s’agît d’ailleurs de l’une des six mis sions fondamentales que la loi confie à l’institut.
La mise en place de la décentralisation, en 1982, a confié un pouvoir accru aux collectivités locales. Cellesci ont res senti la nécessité de disposer d’une information statistique cohérente et par tagée par l’ensemble des acteurs du débat public. La création des régions, en 1984, a été suivie, lorsque la demande se fai sait sentir, de la création de Comités Régionaux pour l’Information Econo mique et Sociale, les CRIES.
Celui de La Réunion a été créé le 23 février 1989, dans le cadre d’un accord EtatRégion. Il s’agit d’une structure volontairement souple et légère. Son objectif est double : assurer une coordi nation entre les producteurs d’informa tions économiques et sociales et permettre une concertation entre producteurs et utilisateurs. Le CRIES n’est pas un organe de décision ni un organisme opé rationnel. Il recense, évalue, analyse, suggère ou recommande.
Les liens entre le CRIES et le Conseil Economique et Social Régional sont forts depuis l’origine. C’est sur proposition de ce dernier qu’a été créé le CRIESR. Par ailleurs, la présidence du CRIES a tou jours été assurée par le président du CESR. Les membres du CRIES Réunion appartiennent au monde économique et social. On y retrouve les collectivités ter ritoriales (Région, Département, Commu
nes), l’Etat (Préfecture, Trésorerie, Doua nes, DGCCRF,…), les chambres consulai res (Chambres de métiers, d’agriculture, de commerce et d’industrie) les syndicats (patronaux et salariaux), le monde asso ciatif (Adir, …), l’Université, les bureaux d’études (ODR, Agorah, …), les obser vatoires,…
Coordonner et partager
Le CRIES est un organisme de concerta tion qui permet tout d’abord de recenser et analyser les besoins pour ensuite recommander les actions à entreprendre ou proposer des investigations particu lières. Regroupant les spécialistes et les utilisateurs il veille à l’harmonisation et à la diffusion des méthodes, des outils et des études. Enfin, lieu de rencontre entre l’offre et la demande, il rend possible une opération souhaitée mais difficile à financer.
Cette vision de “l’extérieur” est essen tielle pour l’action des producteurs. C’est elle qui permet de déterminer quels sont les thèmes d’intérêt majeurs pour La Réunion. Elle permet ainsi de prioriser les dossiers à l’étude. Enfin, cette confrontation agit comme un miroir et permet aux producteurs de mieux comprendre ce qui est attendu.
Photo: INSEE
Le CRIESR s’est réuni en séance plénière le jeudi 30 septembre 2004.
sur les statistiques
Les producteurs d’informations statis tiques ne sont pas nombreux sur l’île. Il est apparu important de coordonner leurs efforts afin de ne pas gaspiller leurs moyens. Ainsi a été décidé la réalisation d’enquêtes majeures, cofinancées par plusieurs partenaires, dont les résultats sont exploités par plusieurs producteurs. Les thèmes d’études sont “répartis” à l’avance entre les producteurs au sein du CRIES. Cela permet d’aborder de front plusieurs thèmes considérés comme majeurs pour l’île.
Le CRIES organise une assemblée géné rale annuelle, le plus souvent au premier trimestre civil. C’est l’occasion de faire le bilan des travaux de l’an passé, de présen ter les programmes de travail et d’action des différents membres, d’entendre les attentes exprimées par les différents par tenaires et de s’assurer de la cohérence d’ensemble afin d’utiliser de façon opti male les moyens d’études, d’analyses et d’enquêtes sur la Région. Une réunion plénière peut aussi être organisée, le plus souvent au dernier trimestre civil, afin d’initialiser la concertation pour prépa rer les programmes de travail. Le secré tariat du CRIES est assuré, comme dans toutes les régions, par l’Insee.
Un outil efficace, mais fragile
Le CRIES est un instrument d’écoute de la demande économique et sociale en termes d’information et d’analyse statis tique. Il s’agit aussi d’un fédérateur d’énergie au service d’une cause com mune.
Cette force masque cependant certaines fragilités. Le petit nombre de partenaires entraîne une implication personnelle des représentants des différents organismes dans les groupes de travail. Les mem bres appartiennent le plus souvent à plu sieurs groupes mais ne disposent pas toujours des moyens humains nécessai res pour faire face aux différentes réu nions. Les moyens d’études à La Réu nion ne sont pas légions, c’est d’ailleurs l’une des raisons d’être de ce CRIES que de mettre en commun ces moyens pour l’information de la collectivité. Cepen dant cela peut entraîner une confusion
la vie de l’insee
des genres, un groupe de travail se consa crant parfois à faire aboutir un projet commun particulièrement lourd. L’effi cacité de ce fonctionnement risque de se payer à moyen terme, les organismes préférant ne pas trop s’impliquer au sein des groupes de peur de voir leurs moyens “consommés” par le CRIES.
L’ensemble est donc un équilibre pas toujours facile à préserver afin que cha cun retrouve plus qu’il n’a apporté. L’équation est bien heureusement pos sible, elle fonctionne depuis maintenant plus de quinze ans. Elle dépend de la volonté d’aboutir de la part de chacun des membres.
Le résultat semble heureusement à la hau teur des espérances et de l’investisse ment des différents membres. La mise en place d’une ambitieuse enquête mul tisujets  DEMO97  en est un bel exemple. Cette enquête auprès des ména ges, financée et exploitée par la plupart des partenaires et réalisée par l’Insee, a permis d’aborder en une seule fois des thèmes aussi divers que la population et les migrations, l’emploi et le chômage, le logement, l’équipement, les condi tions de vie…
L’élaboration d’un outil de modélisation économique par l’Université (le modèle d’équilibre général calculable  MEGC ) est aussi à mettre à l’actif du CRIES. Cet outil permettra d’anticiper au mieux les conséquences d’une décision politique à l’échelle de l’île, telle que la diminution de la pression fiscale (Octroi de mer par exemple), la baisse ou la hausse de reve nus d’une partie de la population (comme une baisse de la surrémunération des fonctionnaires ou la hausse de presta tions sociales).
Citons aussi la réalisation de colloques ou de journées d’informations permet tant de faire connaître au plus grand nombre les études faites par les mem bres du CRIES.
Cependant une grande partie de l’activi té du Comité n’est pas mesurable direc tement. Elle provient de cette confronta tion des idées, réalisée au sein des grou pes, qui enrichit les analyses des diffé rents membres. A ce titre le Comité peut se prévaloir d’une partie de la produc
tion éditoriale de ses différents mem bres. Une étude publiée aura souvent profité, directement ou indirectement, des avis d’autres membres du CRIES. De fait, de nombreuses analyses sont présentées, souvent à l’état d’avant pro jet, au sein des groupes ou lors de “sémi naires” et s’enrichissent ainsi des remar ques de chacun.JeanBaptiste HERBET
Au niveau national et européen
Quatre autres régions françaises dis posent de ce même outil : l’Ile de France, la Provence Alpes Côte d’Azur, la Corse et tout récemment, la Guyane. Par ailleurs la Bourgogne s’est dotée d’un Réseau d’Information Economique et Sociale (RIES) dont l’objet est très proche.
Le Conseil National pour l’Information Statistique (CNIS) remplit à peu près les mêmes fonctions, au niveau du National. L’Insee en assure aussi le secrétariat. Les liens avec les CRIES régionaux sont réguliers, les informa tions émanant du CNIS pouvant avoir une résonance locale particulière.
La plupart des pays européens dispo sent d’instance de ce type afin d’assu rer cette coordination et cette concer tation.
Enfin, au niveau communautaire, le Comité consultatif européen de l’infor mation statistique dans les domaines économique et social (CEIES) a été institué en 1991. Il a pour mission d’assister le Conseil et la Commission dans la coordination des objectifs fixés en matière de politique de l’information statistique communautaire.
3e trimestre 2004
éconoDE LmA REUiNIOeN 29
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.