Le cycle électoral de 2002 - les présidentielles mobilisent davantage les Bas-Normands

De
Publié par

Un peu moins d'abstentionnistes et davantage de votants aux deux tours : les Bas-Normands ont été plus assidus aux urnes que les Français aux élections présidentielles de 2002. Les élections législatives ont moins passionné les électeurs bas-normands. L'abstention a atteint 39 % au second tour, comme au niveau national. Un électeur bas-normand sur deux n'a manqué aucun tour de scrutin en 2002. L'électeur bas-normand le plus assidu a entre 46 et 75 ans. Il a une situation professionnelle stable et vit dans la couronne d'un pôle urbain ou rural. Les agriculteurs constituent encore la famille professionnelle qui a le plus voté en 2002.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

SE
NE
n° 129 - janvier 2004
NLe cycle électoral de 2002
E
LES PRÉSIDENTIELLES MOBILISENT
DAVANTAGE LES BAS-NORMANDS
ors de la consultation présiden- pation au second tour de la présiden- % Un peu moins d’abstentionnis-
tielle de 2002 dans la région, les tielle a été particulièrement important : tes et davantage de votants auxLélecteurs bas-normands, et en l’abstention a chuté de huit points entre deux tours : les Bas-Normands ont
particulier ceux de la Manche et de les deux tours, pour atteindre 18 %. Il y été plus assidus aux urnes que les
l’Orne, se sont montrés, comme depuis a donc eu un important surcroît de vo- Français aux élections présidentiel-
1965, légèrement plus assidus aux ur- tants lors du second passage aux urnes. les de 2002.
nes que l’ensemble des citoyens fran- Dans la région, ce regain de participa-
çais. Ainsi, au premier tour, les trois tion décroît avec l’âge : 23 % des 18-25
départements de la région ont enregis- ans n’ont voté qu’au second tour alors % Les élections législatives ont
tré un taux moyen d’abstention de que cette proportion n’est plus que de
moins passionné les électeurs
26 % contre 27 % pour l’ensemble du 5 % pour les plus de 85 ans. En re-
bas-normands. L’abstention a at-
territoire national. En France, cette vanche, à l’échelle nationale, toutes les
teint 39 % au second tour, comme
abstention varie de 20 % en Corrèze à classes d’âge ont contribué de manière au niveau national.
42 % en Haute-Corse. De manière gé- égale à cette mobilisation électorale.
nérale, les taux d’abstention les plus Cette forte mobilisation des jeunes
élevés concernent essentiellement Bas-Normands a permis de compenser % Un électeur bas-normand surtrois régions, la Corse, l’Ile-de-France leur désaffection du premier tour où ils
deux n’a manqué aucun tour deet la Lorraine. avaient été nettement moins nombreux
scrutin en 2002.Que ce soit pour la Basse-Normandie à voter qu’au niveau national : 57 %
ou pour la France, le regain de partici- contre 66 %.
% L’électeur bas-normand le
La participation aux élections présidentielles
plus assidu a entre 46 et 75 ans. Il ad’avril 2002
une situation professionnelle stableBasse
France
Normandie N’ont pasN’ont pas et vit dans la couronne d’un pôle ur-
du tout votédu tout voté
(14,8%)(13,7%) bain ou rural.
Ont voté seulementOnt voté seulement
nd
nd au 2 tourau 2 tour
Ont voté(12,3 %)(12,4 %) Ont voté aux deux tours
aux deux tours (68,7%)
(69,4%) % Les agriculteurs constituent
Ont voté seulement Ont voté seulement
er
erau 1 tour au 1 tour encore la famille professionnelle qui
(4,5 %) (4,2 %)
a le plus voté en 2002.
Source : Insee, enquête sur la particpation électorale en 2002
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 129. . . . . . . . . . .
NW
W
SW
SANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE
L’abstention en France 37 ans de participation électorale
erau 1 tour de la présidentielle en Basse-Normandie
Depuis 1965 et l’instau- semble du pays, sauf en deux
ration du suffrage universel direct occasions. Ces deux tours de scrutin
pour l’élection présidentielle*, la partici- particuliers correspondent, en fait, à
pation des Bas-Normands au premier des moments où le corps électoral était
tour de l’élection présidentielle a tou- confronté à des offres électorales inédi-
èmejours été supérieure d’un point environ tes dans l’histoire de la V Répu-
à la tendance nationale. Cette partici- blique. Ainsi en 1969, la participation
pation s’érode au fil des années, puis- des Bas-Normands se situait 12 points%
d’abstention qu’elle était de 86 % en 1965 pour plus haut que la moyenne française
43 passer en 2002 à 74 %. Lors des se- alors que le second tour opposait deux
29
conds tours, la proportion de votants candidats de droite. A l’inverse, en
27
est généralement plus forte, et oscille 1981 où l’alternance apparaissait pos-
25
depuis 1965 dans la région entre 81 % sible, l’abstention en Basse-Normandie
0
et 86 %. Elle est plutôt égale ou légère- était supérieure de trois points à la ten-
ment supérieure à la moyenne de l’en- dance française.
Source : Insee, enquête sur la
participation électorale en 2002 Taux d’abstention aux élections présidentielles
depuis 1965
en % des inscritsMoins d’électeurs
pour les Législatives
Présidentielles PrésidentiellesC’est donc dans un contexte de forte
Premier tour Second tour
mobilisation que les électeurs étaient 35 35
30 30de nouveau appelés aux urnes un mois
25 25
20 20plus tard, pour les élections législati-
15 15
10 10ves. Et pourtant, en l’espace de cinq se-
5 5
maines (entre le second tour de la 0 0
1965 1969 1974 1981 1988 1995 2002 1965 1969 1974 1981 1988 1995 2002
présidentielle et le premier des législa- France Basse-Normandie FranceBasse-Normandie
tives), la participation électorale a chu-
Source : ministère de l’Intérieur
té de 18 points environ en
* hormis l’élection présidentielle de 1848Basse-Normandie et de 16 en France.
Les électeurs se sont donc davantage
mobilisés pour élire leur président que
leur député. Plus encore, comme au ni-
Neuf comportements de participation électoraleveau national, l’abstention a augmenté
en Basse-Normandie et en Francede plus de quatre points entre les deux
tours pour atteindre 39 %.
BASSE-NORMANDIE FRANCE
LÉGISLATIVESLÉGISLATIVESEn Basse-Normandie, le premier tour
Aucun tour 1 tour sur 2 Les 2 tours* Aucun tour 1 tour sur 2 Les 2 tours*de 2002 s’est traduit par des résultats
très tranchés et de nombreuses person-
Aucun tour 12 1,2 0,5 Aucun tour 13,1 10,5nalités politiques ont été élues dès le
premier tour. Ainsi, seulement 65 % du
corps électoral bas-normand a eu l’oc-
1 tour sur 2 7,9 2,2 6,8 1 tour sur 2 6,2 4,1 6,3
casion de participer à un second tour
d’élection législative dans la région
(contre 90 % des électeurs français). Les 2 tours 11,1 8,7 49,6 Les 2 tours 8,7 13 47,1
en % en %Un Bas-Normand sur deux
*ou 1 seul tour en l'absence de second tour
a participé à tous les tours aux législatives
de scrutin
Guide de lecture : 12 % des électeurs inscrits bas-normands n’ont participé à aucun tour des présidentielles ni
aucun tour des législatives.
En Basse-Normandie comme en
Source : Insee, enquête sur la participation électorale en 2002
France, la majorité des électeurs qui
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 129. . . . . . . . . . .
PRÉSIDENTIELLES
PRÉSIDENTIELLESANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE
jeunes votent moins souvent que les ture de génération. En effet, ces popu-
La participation selon l’âge personnes au cœur de l’âge actif, mais lations ont grandi dans un contexte où
aux deux échéances électorales leur comportement n’est pas homo- la participation était fortement perçue
% gène. Ainsi 43 % des Bas-normands comme un devoir et non comme un
100
Les abstentionnistes inscrits, âgés de 18 ou 19 ans, ont voté droit : seulement 4 % du corps électoral
Les intermittents systématiquement, contre seulement bas-normand âgé de 55 à 64 ans n’a80
28 % pour les 20-25 ans. Inscrits ré- participé à aucun des scrutins de 2002.
cemment sur les listes électorales, leur60 Au-delà de 75 ans, les taux de partici-
vote peut apparaître comme un acte ac-
pation chutent notamment en raison
40 compagnant symboliquement le pas-
des problèmes de mobilité des person-
sage à l’âge adulte. Toutefois, les taux
Les assidus nes âgées, ou de liens sociaux plus dis-
20 d’inscription sur les listes électorales
tendus. Ces générations âgées peuvent
restent plus faibles avant 20 ans. En
aussi avoir parfois des difficultés à0 France, avant cet âge, huit électeurs po-
s’identifier à un système politique plus
tentiels sur dix seulement sont inscrits
complexe qu’auparavant (multiplica-
Age (en début 2002) contre neuf sur dix au-delà.
tion des partis, remise en cause du re-Ont voté à chaque foisN'ont jamais voté
Autres intermittentsN'ont voté qu'une fois Parallèlement, de fortes différences de père collectif qu’est le traditionnel
comportements apparaissent entre les clivage gauche-droite, principe relati-Source : Insee, enquête sur la participation électorale
en 2002 électeurs âgés de 18 à 25 ans selon vement récent de la cohabitation…).
qu’ils poursuivent encore des études Cette abstention systématique des se-
ou, qu’ils appartiennent au monde du niors est moins marquée dans la région
ont voté aux deux tours de la présiden- travail. Ainsi, 38,5 % des 18-25 ans qu’en moyenne nationale : 32 % des
tielle ne s’est pas abstenue lors du scolarisés ont systématiquement voté Bas-Normands âgés de plus de 85 ans
scrutin législatif. C’est le noyau dur en 2002 (5,9 % n’ont participé à aucun n’ont participé à aucun scrutin contre
des votants, qui regroupe près d’un scrutin) contre seulement 25,5 % pour 47 % en moyenne nationale.
électeur sur deux, soit légèrement plus les 18-25 ans engagés dans la vie active
La stabilité favoriseque la moyenne nationale. En re- (ces derniers étant 20,8 % à s’être sys- l’assiduité électoralevanche, un électeur sur cinq a voté aux tématiquement abstenus).
Au-delà des effets d’âge, la catégoriedeux tours de la présidentielle, mais
socioprofessionnelle et le niveau de di-s’est totalement ou partiellement abs- C’est entre 26 et 35 ans que le pourcen-
plôme constituent des indicateurs es-tenu aux élections législatives. En tage d’abstention est maximum : il dé-
sentiels à la compréhension de laBasse-Normandie, ces intermittents du passe 20 %. A ces âges, les individus
participation électorale ; ces deux indi-vote ont d’ailleurs plutôt déserté la to- n’ont pas toujours acquis une stabilité
cateurs sociaux étant bien sûr en étroitetalité du scrutin législatif, tandis qu’en professionnelle et géographique qui
relation. En effet, les cadres sont sou-moyenne nationale, ils ont quand peut être à l’origine de cette moindre
vent plus diplômés et plus âgés quemême participé à l’un des deux tours. implication civique. Plus la distance
l’électeur moyen, tandis que les ou-C’est l’illustration de la moindre mobi- entre le lieu de résidence et la com-
vriers sont généralement plus jeunes etlisation du corps électoral régional mune où l’électeur est inscrit est
pour les législatives de 2002. grande, plus la par-
ticipation électorale
Enfin, un électeur sur huit s’est abstenu Le vote systématique lors du cycle électoral de 2002
est faible.
tant à la présidentielle qu’aux législati- selon la catégorie socioprofessionnelle
ves. C’est une frange de la population La participation
Agriculteursqui s’est mise, au moins temporaire- croît ensuite régu-
Artisans, commerçantsment, hors du système électoral. Cet lièrement avec
abstentionnisme systématique a été un Cadres, professions libéralesl’âge, pour culminer
peu moins marqué en Basse-Nor- entre 46 et 75 ans Professions intermédiaires
mandie. autour de 60 % de
Employés
votes systémati-
Une participation électorale Ouvriersques. Cette forte
en étroite relation avec l’âge
participation cor- 0 10 20304050 6070
Part de "votants systématiques" (en % des inscrits)Bien que plus faible que par le passé, respond peut-être
France Basse-Normandie
l’impact de l’âge sur la participation aussi, pour ces clas- Source : Insee, enquête sur la participation électorale en 2002,
recensement de la population 1999électorale est toujours très fort. Les ses d’âge, à une cul-
. . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSE-NORMANDIE n° 129. . . . . . . . . . .
18-25
26-35
36-45
46-55
56-65
66-75
76-85
86 et +
Comportement (en % des inscrits)ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE ANALYSE
L'abstentionLes données individuelles sur la participation aux scrutins de 2002 ont
au premier tour de la présidentielleété collectées à l’occasion d’une enquête réalisée par les agents de
selon le type de communel’Insee, dans les préfectures, durant les semaines qui ont suivi chaque élec-
% 31tion. Cette enquête a permis de suivre la participation électorale d’un échantillon d’en-
29
viron 39 000 citoyens (dont 1277 bas-normands qui servent de support statistique à
27
25cette étude) représentatifs des électeurs inscrits en France. On considère que la parti-
23cipation électorale est le fait d’aller voter, la seule information recueillie étant l’émar-
21
gement sur les listes électorales. Le fichier électoral ainsi constitué a été rapproché
19
17avec l’Échantillon Démographique Permanent, extrait du recensement de la popula-
15tion de 1999. Il a permis de confronter chaque électeur avec son profil socio-démogra- Pôles Couronnes Autres communes
phique en 1999 et de connaître ainsi son âge, son sexe, son niveau de diplôme ou ses
Espace à dominante urbaine Espace à dominante rurale
situations professionnelle et familiale. Ces opérations ont été réalisées sous le con-
Source : Ministère de l’Intérieur
trôle de la CNIL, qui garantie les libertés individuelles de chacun.
Le calcul de l’abstention en fonction des types d’espaces de la nomenclature Insee a
(stagiaires, CDD) ont voté systémati-été effectué sur l’ensemble des inscrits et non par commune (ce qui aurait imposé une
pondération selon la population de chaque entité communale). quement. Presque un quart de ces der-
niers est d’ailleurs resté hors du jeu
politique en 2002.ont des diplômes professionnels Le statut de l’emploi occupé au sein de
courts. chaque catégorie socioprofessionnelle Plus d’abstention
(travailleurs indépendants, salariés duEn Basse-Normandie, les agriculteurs dans les villes
public ou du privé…) joue égalementont été les plus assidus : 66 % ont voté à
L’abstention est sensiblement plusun rôle. Dans une société où le travailtous les tours de scrutin proposés en
forte dans les villes que dans leurs péri-constitue un élément majeur de la re-2002, et seulement 6 % n’ont jamais erphéries. Lors du 1 tour de l’électionconnaissance sociale, une situation devoté. Les artisans-commerçants, les
présidentielle, elle atteint 29 % dansprécarité vis-à-vis de l’emploi se tra-cadres et les professions intellectuelles
les pôles urbains et presque 28 % dansduit par une participation électoralesupérieures suivent d’assez près : envi-
les pôles ruraux, soit environ cinqmoins fréquente, et à l’inverse, un em-ron 60 % ont voté systématiquement en
points de plus que dans leurs couron-ploi stable favorise le vote. Ainsi dans2002. Leur engagement, tout comme
nes. D’abord, les pôles accueillent desla région, 67 % des fonctionnaires etcelui des agriculteurs, a été encore plus
populations en situation de précarité45 % des personnes travaillant avec unprononcé que sur l’ensemble du terri-
sociale, qui participent généralementcontrat à durée indéterminée du secteurtoire. En revanche, les ouvriers et les
le moins aux scrutins. Ensuite, les per-privé se sont rendus aux urnes à chaqueemployés ont moins fréquemment voté
sonnes qui y habitent déménagent plusfois qu’ils y étaient invités, tandis queà tous les tours de scrutin : ils ne sont
souvent, ce qui peut diluer un peu leseuls, 35 % des électeurs en situationque 44 % en Basse-Normandie à
sentiment d’appartenance et d’intégra-de précarité sur le marché du travaill’avoir fait.
tion à l’environnement, donc le désir
de participer à un scrutin. Enfin, la ville
constitue le lieu de vie privilégié desLe taux d’abstention est obtenu en rapportant le nombre de per-
jeunes actifs, une population qui s’estsonnes n’ayant pas voté à celui des inscrits.
assez peu mobilisée au premier tour deVote systématique:C’est le fait d’avoir participéà chaque tour
de scrutin en 2002. la présidentielle de 2002.
Abstention :C’est le fait de s’être abstenu à chaque Thierry Rochart,
tour de scrutin en 2002 (3 ou 4 fois selon qu’il y ait eu un ou deux tours
Insee de Basse-Normandie
aux législatives).
Jean Rivière,Vote intermittent:C’est le fait d’avoir voté au moins une fois et de s’être abstenu au
Étudiant en DEA de Géographie socialemoins une fois lors des consultations électorales du printemps 2002.
à l’Université de Caen.
DIRECTION REGIONALE DE L’INSEE CENT POUR CENT Basse-Normandie
93, rue de Geôle Directeur de la publication : Jean-Louis BORKOWSKI
14052 CAEN CEDEX 4 Rédacteur en Chef : Pascal CAPITAINE
Tél. : 02.31.15.11.11 Fax : 02.31.15.11.01 Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER
Site Internet : www.insee.fr/basse-normandie Composition PAO : Françoise LEROND
Directeur : Jean-Louis BORKOWSKI
Administration des ressources : JL BORKOWSKI, par intérim Prix de vente : le numéro : 2,2€
Service statistique : Jean-Louis BORKOWSKI, par intérim Abonnement un an (12 numéros) :
Service études et diffusion : Laurent DI CARLO - France : 20€
Attaché de presse : Pascal CAPITAINE - Étranger : 23€
ISSN 1267-2769 Dépôt légal : janvier 2004 Code SAGE : Cent12970 © Insee 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.