Le lectorat de la presse d'information générale

De
Publié par

Trois Français sur quatre ne lisent jamais de quotidien national. La presse régionale mobilise un lectorat beaucoup plus large, deux personnes sur trois étant des lecteurs au moins occasionnels. L'intérêt pour la presse quotidienne nationale et les magazines croît avec le niveau de diplôme et les revenus. Les lecteurs les plus fidèles et les plus réguliers des journaux régionaux sont les agriculteurs, les artisans, les commerçants et les ouvriers. Mais l'audience des quotidiens régionaux diffère nettement selon leur implantation locale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 78
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 753 - DÉCEMBRE 2000
PRIX : 15 F (2,29€)
Le lectorat de la presse
d’information générale
Sylvie Dumartin et Céline Maillard, Division Conditions de Vie des Ménages, Insee
rois Français sur quatre ne lisent quotidienne qui a été surtout touchée par ce
déclin, alors que la diffusion de la presse maga-jamais de quotidien national. La
zine a plutôt progressé.Tpresse régionale mobilise un lec- La diffusion de la presse régionale a également
torat beaucoup plus large, deux person- diminué depuis 1985, mais moins fortement que
celle de la presse nationale (de 2 349 à 2 253 mil-nes sur trois étant des lecteurs au moins
lions d’exemplaires).
occasionnels. Les journaux spécialisés grand public, eux, se
L’intérêt pour la presse quotidienne sont considérablement développés et diversifiés
(presse féminine, presse de radio et de télévi-nationale et les magazines croît avec le
sion, presse sportive...). Ils ne rentrent pas dans
niveau de diplôme et les revenus. Les le champ de la présente étude, qui s’en tient,
lecteurs les plus fidèles et les plus régu- selon les termes du questionnaire, aux “quoti-
diens nationaux”, “quotidiens régionaux” etliers des journaux régionaux sont les
“magazines ou journaux d’information générale”.
agriculteurs, les artisans, les commer- Deux tiers des personnes interrogées déclarent
çants et les ouvriers. Mais l’audience lire au moins un journal régional dans l’année, la
moitié un magazine d’information générale et undes quotidiens régionaux diffère nette-
quart un quotidien national (tableau 1). De plus,
ment selon leur implantation locale. la lecture de la presse régionale est une activité
plus régulière que celle de la presse nationale :
les lecteurs fidèles sont trois à quatre fois plus
Lire un quotidien n’est pas une habitude ancrée nombreux pour les journaux régionaux que pour
chez les Français qui se placent loin derrière les les journaux nationaux.
Scandinaves, les Japonais, les Britanniques ou
les Allemands. La situation française de la
Lire la presse nationale estpresse est le résultat d’une longue histoire : à
l’origine, la presse parisienne a exercé sa supré- fortement lié au diplôme
ematie sur le marché national ; le XX siècle a vu
l’extension de la presse locale, dont le tirage total Le niveau d’étude est le facteur le plus lié à la
dépasse celui des quotidiens nationaux depuis lecture de la presse nationale, qu’elle soit quoti-
l’après-guerre. La situation est fort différente en dienne ou hebdomadaire. Près d’un tiers des
Grande-Bretagne, où les quotidiens londoniens diplômés du supérieur (diplôme supérieur à bac
contrôlent la plus grosse part du marché. Elle est + 2) lisent au moins deux fois par semaine des
différente également en Allemagne et en Italie, quotidiens nationaux alors qu’ils ne sont que
où au contraire la presse est très régionalisée et 5 % parmi les sans diplôme. De même, 46 %
où les journaux de référence sont souvent édités des plus diplômés lisent toutes les semaines
hors de la capitale. Par ailleurs, les Français sont des magazines d’information générale contre
très consommateurs de magazines, hebdoma- 20 % des sans diplôme.
daires ou mensuels. La lecture de la presse régionale est plus
Selon les enquêtes sur les pratiques culturelles répandue chez les personnes ayant un diplôme
du ministère de la Culture, l’érosion du lectorat de inférieur au bac. 71 % des titulaires d’un CAP ou
la presse quotidienne se poursuit depuis un quart d’un BEP lisent la presse régionale contre 48 %
de siècle : en 1973, la moitié des Français lisaient des plus diplômés. Cependant, si on raisonne à
un quotidien tous les jours ou presque, ils ne sont sexe, âge, diplôme, catégorie sociale, type de
plus qu’un sur trois en 1997. La diffusion de la commune, région et niveau de vie équivalents,
presse nationale d’information générale et poli- le lien entre le diplôme et la lecture de la presse
tique a lentement régressé : sa diffusion annuelle régionale n’est pas aussi direct qu’il y paraît. Le
atteignait 869 millions d’exemplaires en 1985, et principal facteur de disparité entre lecteurs et
738 millions seulement en 1998. C’est la presse non lecteurs de la presse régionale est en réa-
INSEE
PREMIERElité la région de résidence : les diplômés quotidiens nationaux et un tiers du lectorat dans des ménages aux revenus les plus
e
étant plus nombreux dans certaines des magazines. Ces deux médias rallient élevés (4 quartile), contre 6 % des per-
régions, l’effet propre du diplôme disparaît donc un lectorat fortement marqué socia- sonnes vivant dans des ménages aux
er
lorsque l’on neutralise l’effet régional. lement, en termes de profession, mais revenus les plus faibles (1 quartile). Caté-
58 % des cadres et 38 % des professions aussi de modes de vie, de bagage culturel gorie sociale et niveaux de vie ne sont
intermédiaires lisent de manière plus ou et éducatif, de traditions familiales. bien sûr pas indépendants, mais, même
moins régulière des quotidiens nationaux, Par ailleurs, les personnes qui appartien- en raisonnant à catégorie sociale donnée,
75 % des cadres et 61 % des professions nent à des ménages aux revenus élevés il reste que le niveau de vie, mesuré par le
intermédiaires, des magazines (tableau 1). lisent davantage la presse nationale quoti- revenu, joue également. Il est vrai que le
Ces deux catégories sociales, qui ne for- dienne ou magazine : 20 % d’entre elles prix des quotidiens nationaux est géné-
ment qu’un quart de la population, repré- lisent au moins deux fois par semaine des ralement plus élevé que celui des régio-
sentent près de la moitié du lectorat des journaux nationaux quant elles vivent naux.
Proportion de lecteurs selon le diplôme, la catégorie sociale et la ZEAT
Quotidiens nationaux Quotidiens régionaux Magazines
Moins de Au moins Moins de Au moins
De temps Toutes les
Jamais 2 fois par 2 fois par Jamais 2 fois par 2 fois par Jamais
en semaines
semaine semaine semaine semaine
Aucun diplôme 87 8 5 38 23 39 68 12 20
CEP ou BEPC 79 13 8 37 20 43 56 18 26
CAP, BEP 77 14 9292744522127
Baccalauréat 63 24 13 38 28 34 41 27 32
Bac + 2 563311362935323335
Supérieur à bac + 2 38 32 30 52 25 23 26 28 46
Agriculteurs 93 5 2 17 20 63 61 12 27
Artisans, commerçants 711910321949501832
Cadres 42 29 29 46 23 31 25 27 48
Prof. intermédiaires 622315372736392734
Employés 78 14 8 37 24 39 54 19 27
Ouvriers 85 1012643631621
Scolaires et étudiants * 68 24 8 47 30 23 48 26 26
Inactifs ** 77 14 94623316027
Région parisienne 51 21 28 73 18 9 43 25 32
Bassin parisien 76 17 7 30 29 41 56 19 25
Nord 83 12 5243046651421
Est 79 15 6 22 20 58 20 29
Ouest 82 14 4 21 21 58 54 20 26
Sud-ouest 74 17 9 31 28 41 45 24 31
Centre-est 75 20 5313237492031
Méditerranée 75 17 8 38 24 38 48 17 35
Ensemble 72 17 11*** 37 25 38**** 50 21 29
Champ : personnes de 15 ans et plus.
* y compris chômeurs n'ayant jamais travaillé.
** personnes n'ayant jamais travaillé. Les retraités, les chômeurs et les femmes au foyer sont classés selon leur ancienne profession.
*** dont 7% tous les jours ou 6 fois par semaine.
**** dont 29% tous les jours ou 6 fois par
Source : Enquête Permanente Conditions de Vie, octobre 1999, Insee
Composition du lectorat selon la catégorie sociale
Quotidiens nationaux Quotidiens régionaux Magazines
Ensemble
Moins de Au moins Moins de Au moins
des15ansDe temps Toutes les
Jamais 2 fois par 2 fois par Jamais 2 fois par 2 fois par Jamais
et plusen semaines
semaine semaine semaine semaine
Agriculteurs 5112375244
Artisans, commerçants 6765596576
Cadres 6 17 28 13 10 7 5 14 17 10
Prof. intermédiaires 14222316171513211916
Employés 27 19 26 25 26 27 24 23 26
Ouvriers 27 13 12 20 24 26 29 18 16 23
Scolaires et étudiants * 11 15 8 14 13 7 10 14 10 11
Inactifs ** 4334335244
Ensemble 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100
Champ : personnes de 15 ans et plus
* y compris chômeurs n'ayant jamais travaillé
** personnes n'ayant jamais travaillé. Les retraités, les chômeurs et les femmes au foyer sont classés selon leur ancienne profession.
Source : Enquête Permanente Conditions de Vie, octobre 1999, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREsonnes âgées : plus de la moitié des 70 régionale est fortement implantée, sonLes quotidiens régionaux
ans et plus lisent au moins deux fois par audience n’est pas liée au facteur finan-implantés surtout dans
semaine un quotidien régional alors cier, contrairement à celle de la presse
les régions Est et Ouest
qu’ils ne sont qu’un quart parmi les nationale.
Les agriculteurs constituent les plus fer- moins de 30 ans. En revanche, la lecture Ce sont les facteurs géographiques qui
vents lecteurs de la presse régionale : de quotidiens régionaux n’est pas liée au discriminent le plus les lectorats des quo-
85 % d’entre eux déclarent la lire plus niveau de vie, à sexe, âge, diplôme, tidiens régionaux. En premier lieu, la
ou moins régulièrement. Malgré cela, catégorie sociale, type de commune et région parisienne s’oppose à la province :
ils ne représentent que7%du lectorat région équivalents. Que l’on appartienne 73 % des habitants de l’Île-de-France ne
quotidien, qui est composé principale- à des ménages aux revenus faibles ou à lisent jamais de quotidiens régionaux,
ment d’ouvriers et d’employés (26 % et des aux élevés, on lit contre 28 % seulement des provinciaux.
26 %)(tableau 2). Lire souvent un quoti- autant de journaux régionaux. Dans les En second lieu, les écarts sont très impor-
dien régional est surtout le fait des per- milieux, ou les régions, où la presse tants entre les régions de province
Cinq catégories de lecteurs
On peut construire un regroupement en et 1,6 million des lecteurs exclusifs de ce rentes, 22 %) et le Nord-Pas-de-Calais
cinq catégories principales des 47,5 mil- type de presse. (9 %). 39 % de ces personnes ont 60 ans
lions de personnes de 15 ans et plus se- 3. Les lecteurs exclusifs de magazines ou plus, pour 15 % seulement dans l’en-
lon l’assiduité de leur lecture des trois d’information générale, soit 4,8 millions semble de la population des 15 ans et
types de presse d’information générale de personnes, se caractérisent surtout par plus. En revanche, à sexe, âge, diplôme,
(tableau). une forte féminisation, mais sont aussi catégorie sociale, type de commune, ré-
1. Les personnes qui ne lisent jamais la plus jeunes que l’ensemble de la popula- gion et niveau de vie équivalents, ces per-
presse d’information générale sont en- tion et appartiennent à des catégories plus sonnes ne se distinguent pas de
viron 8 millions. Elles sont très peu diplô- favorisées : 61 % sont des femmes, 31 % l’ensemble de la population par leur ni-
mées (un tiers d’entre elles n’ont aucun ont moins de 30 ans, 33 % sont cadres ou veau de vie. Cette catégorie regroupe
diplôme), et sont relativement plus nom- professions intermédiaires et 35 % font 13,6 millions de personnes. Parmi elles,
breuses en région parisienne qu’en pro- partie du quart des personnes ayant le ni- 7,3 lisent exclusivement la presse
vince (26 % vivent en région parisienne). veau de vie le plus élevé, 34 % vivent en régionale quotidienne, et 6,3 millions li-
Les femmes y sont majoritaires (59 %). région parisienne. sent aussi des magazines.
2. Les lecteurs, réguliers ou pas, de la Les autres personnes ne lisent pas de 5. Les personnes qui lisent des jour-
presse quotidienne nationale représen- quotidiens nationaux, mais forment la ma- naux régionaux de façon occasionnelle,
tent 13 millions de personnes. De façon jorité (70 %) du lectorat des quotidiens ré- mais aussi des magazines forment un
très caricaturale, on pourrait décrire le lec- gionaux. On peut distinguer parmi elles groupe aux caractéristiques moins affir-
teur de la presse nationale comme étant deux grandes catégories : mées, qui pourrait être qualifié de “groupe
un homme (55 %), diplômé de l’enseigne- 4. Les personnes qui lisent la presse ré- intermédiaire” : plus jeune et plus féminin
ment supérieur (36 %), cadre ou profes- gionale de manière quasi-quotidienne (53 % de moins de 40 ans, 55 % de fem-
sion intermédiaire ou étudiant vivent pour leur grande majorité dans les mes), les ouvriers y sont relativement nom-
(respectivement 21 %, 22 % et 13 %), et vi- régions de province (2 % d’entre elles seu- breux (30 %), ainsi que les provinciaux (5 %
vant en région parisienne (34 %). 40 % de lement vivent en région parisienne ). Tou- seulement sont des habitants de Paris ou
ces lecteurs appartiennent au quartile de tes choses égales par ailleurs, elles sont de son agglomération). Cette catégorie de
la population disposant du niveau de vie le surtout présentes dans l’est (Alsace, lecteurs compte 7,8 millions de personnes.
plus élevé. Parmi ces personnes, 5 mil- Franche-Comté, Lorraine, 15 %), l’ouest Parmi elles, 4,7 millions ne sont lecteurs
lions sont des lecteurs quasi-quotidiens, (Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Cha- que de la presse régionale.
En milliers
Quotidiens régionaux
Jamais Moins de 2 fois par semaine Au moins 2 fois par semaine Ensemble
Magazines Magazines Magazines
Moins de Au moins Moins de Au moins
De temps Toutes les
Jamais 2 fois par 2 fois par Jamais 2 fois par 2 fois par Jamais
en semaines
semaine semaine semaine semaineQuotidiens nationaux
1 3 3 5 5 5 4 4 4
Jamais 8 116 2 092 2 737 4 723 1 304 1 757 7 321 2 215 4 076 34 341
2 2 2 2 2 2 2 2 2
Moins de 2 fois par semaine 930 841 687 906 1 000 863 754 1 042 1 124 8 147
2 2 2 2 2 2 2 2 2
Au moins 2 fois par semaine 704 522 889 247 378 624 315 431 923 5 033
Ensemble 9 750 3 455 4 313 5 876 2 682 3 244 8 390 3 688 6 123 47 521
Lecture : les chiffres en exposant dans le tableau renvoient aux catégories de lecteurs décrites dans le texte.
Champ : personnes de 15 ans et plus
Source : Enquête Permanente Conditions de Vie, octobre 1999, Insee
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (1) 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREelles-mêmes. Les habitants de l’Est type de commune, région et niveau de Pour comprendre
(Alsace, Franche-Comté, Lorraine), de vie équivalents. Qu’on soit non inscrit, ces résultats
l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Poi- abstentionniste ou votant, on lit autant
tou-Charentes) et du Nord-Pas-de-Calais de journaux nationaux.
sont les plus fervents lecteurs de quoti- En revanche, la lecture de la presse Le dispositif d’enquêtes permanentes sur les
diens régionaux. Ces différences d’une régionale et, de façon moins nette, celle conditions de vie des ménages (EPCV) per-
région à l’autre peuvent s’expliquer par des magazines d’information générale, met d’étudier de manière annuelle l’évolution
des différences socio-démographiques sont liées au comportement lors des d’indicateurs sociaux. L’enquête de janvier
de la population, mais aussi souvent par élections qu’elles soient locales ou apporte des données sur la qualité de l’habi-
des raisons historiques, par l’implantation nationales. Près de la moitié des votants tat et de l’environnement. Celle de mai traite
locale plus ou moins forte de certains lisent quotidiennement des journaux des problèmes de santé, des difficultés finan-
titres, par les mouvements de concentra- régionaux alors qu’ils ne sont qu’un tiers cières des ménages et de l’équipement des
tion des entreprises de presse et par le parmi les non-votants. De même pour logements. Celle d’octobre traite des
fonctionnement des circuits de distribu- les magazines, 33 % des votants en contacts sociaux et de la participation à la vie
tion. lisent toutes les semaines contre 25 % sociale.
Enfin, quelle que soit la région, le public des non-votants. 5 689 ménages ont répondu à l’enquête
des quotidiens régionaux est présent prin- Les études sur le comportement électo- d’octobre 1999. Dans chaque ménage, un
cipalement dans les communes rurales : ral montrent que les personnes les plus individu de 15 ans ou plus tiré au sort a été
52 % de leurs habitants sont des lecteurs enracinées dans leur environnement, interrogé.
fidèles. celles qui déménagent peu, les agricul- Les questions posées sont :
La région parisienne est, elle, une forte teurs, les professions libérales, celles “Combien de fois (par jour, mois, semaine ou
consommatrice de quotidiens nationaux ; qui sont propriétaires de leur logement, année) en moyenne avez-vous lu au cours
49 % des Franciliens lisent plus ou moins sont aussi celles qui participent le plus des douze derniers mois : un quotidien natio-
régulièrement des quotidiens nationaux, aux élections, et particulièrement aux nal… un quotidien régional… un magazine ou
dont 28 % presque tous les jours, alors élections locales, car elles se sentent un journal d’information générale (hors heb-
qu’ils ne sont que 37 % à lire des journaux davantage concernées par leurs enjeux. domadaire télé ou magazine spécialisé)”
régionaux. Le fait que la presse relate les faits rela- La région de résidence principale :
D’implantation plus récente, et distribués tifs à la vie locale en général et à l’actua- Il s’agit en réalité, non pas des régions, mais
plus uniformément sur l’ensemble du ter- lité politique locale en particulier incite à des ZEAT (Zones d’Études et d’Aménage-
ritoire, les magazines sont susceptibles une lecture plus attentive de la part des ment du Territoire), qui sont des regroupe-
de toucher un public plus large et plus électeurs potentiels. ments de régions :
diversifié que les quotidiens. Des trois
médias considérés ici, c’est celui dont la
ZEAT Régions
Pour en savoir plusdiffusion est la plus homogène sur
Région parisienne Île-de-France
l’ensemble du territoire. Quelle que soit la
Bassin parisien Basse-Normandie,
région, la moitié des personnes lisent au “ La presse française ” - Pierre Albert - Bourgogne, Centre,
Notes et études documentaires n°5071,moins de temps en temps un hebdoma- Champagne-Ardenne,
mai 1998. Haute-Normandie, Picardiedaire d’information générale. Le lectorat
“ Les pratiques culturelles des Français : Nord Nord-Pas-de-Calaisdes magazines, plus moderne, est de
enquête 1997 ”, Olivier Donnat, La docu-
Est Alsace, Franche-Comté,plus peu différencié par le sexe ou l’âge. mentation française, 1998.
Lorraine
“ La double élection de 1995 : exclu-
Ouest Bretagne, Pays de la Loire,
sion sociale et stratégie d’abstention ”,
Poitou-Charentes
F. Héran et D. Rouault, Insee PremièreLecteur et citoyen intéressés
Sud-Ouest Aquitaine, Limousin,
n°414, novembre 1995.
Midi-Pyrénéesàlavie locale
“Tableaux statistiques de la presse -
Centre-Est Auvergne, Rhône-Alpes
résultats définitifs 1998", Direction
Méditerranée Corse,La lecture de la presse nationale n’est du développement des médias, La
Languedoc-Roussillon,Documentation française, 2000.pas liée à la participation électorale, à
Provence-Alpes-Côte d'Azur
sexe, âge, diplôme, catégorie sociale,
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14A RETOURNER A : INSEE-CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
Directeur de la publication :
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2000
Paul Champsaur
1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde) Rédacteur en chef :
Daniel Temam80,80€ 101,07€ 126,08€
Rédacteurs : J.-W. Angel,
Nom ou raison sociale : _____________________ Activité : ____________________________ R. Baktavatsalou, C. Dulon,
A.-C. Morin, B. OuvréAdresse : ________________________________________________________________
Maquette : P. T.
___________________________________ Tél : _______________________________
Code Sage IP00753
Ci-joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : F.
ISSN 0997 - 3192
Date : _______________________________ Signature © INSEE 2000
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.