Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

INSEE INFOS
N° 3 Avril 1999. prix 10F. 1,52 euro
Le parc de logements de Mayotte est relativement jeune et connaît une
évolution favorable en termes de modernisation. Le secteur locatif en
plein essor et l’amélioration des conditions de logement des ménages ne
doivent cependant pas occulter le problème du logement qui reste une
priorité de la politique d’aménagement.
Le logement
Un parc de 35 600 logements ainsi un léger « desserrement » des
ménages. Ces derniers se
Au recensement de 1997, Mayotte composent désormais de
compte 35 600 logements, soit 4,6 personnes en moyenne en 1997
quasiment 10 000 de plus qu’en contre 4,9 en 1991.à Mayotte : 1991.
Sur la période intercensitaire 1991 Moins de bangas dans la com
1997, le parc total de logements a position du parc
progressé en moyenne de + 6 % par
an, en hausse par rapport aux La proportion des bangas de
périodes précédentes.état des lieux célibataires dans le parc ne cesse de
décroître depuis 1985, passant de
Quatre logements sur cinq sont 20 % en 1985 à 11 % en 1997. Celle
des résidences principales des logements occasionnels et
vacants se sont stabilisées depuis
Les résidences principales 1991 avec respectivement 1 % et
représentent presque 80 % du parc, 8 %.
soit 28 400 logements. Le taux de vacance du parc diminue
Leur rythme moyen de croissance (+avec le degré d’urbanisation. Il est le
6,7 % par an) a été bien supérieur à plus faible en Petite Terre (4,5 %) et,
celui de la croissance démographi dans une moindre mesure, à
que (+ 5,7 % par an) sur la périodeMamoudzou (6,5 %). Il atteint son
intercensitaire, favorisant maximum en brousse (9,3 % en
moyenne).
Tableau 1 : Evolution du parc de logement
Institut National de la Statistique 1978 1985 1991 1997
et des Etudes Economiques Eff. % Eff. % Eff. % Eff. %
Résidences principales 10 053 77,7 13 142 70,7 19 227 76,6 28 388 79,8
Antenne de Mayotte
Taux de croissance (% par an) + 3,9 + 6,5 + 6,7
51 hauts des jardins du collège
dont logements ordinaires 9 887 76,4 12 981 69,8 17 919 71,4 26 528 74,5 B.P 1362 97600 MAMOUDZOU
Tel : 02.69.61.36.35 dont pièces indépendantes 110 0,9 161 0,9 308 5,2 1 860 5,2 1
Directeur de la publication : René JEAN autrdont es 56 0,4 - - - - - -
Rédacteur en chef : Christian TOULET
Autres logements 2 881 22,3 5 451 29,3 5 883 23,4 7 206 20,2
Impression : INSEE MAYOTTE
dont bangas de célibataires 1 842 14,2 3 639 19,6 3 657 14,6 4 034 11,3
ISSN : 1291 2786 dont logements occasionnels 87 0,7 240 1,3 252 1,0 353 1,0
Dépot légal : décembre 1998
dont logements vacants 952 7,4 1 572 8,5 1 974 7,9 2 819 7,9
© INSEE 1998 Parc total 12 934 100,0 18 593 100,0 25 110 100,0 35 594 100,0
Taux de croissance (% par an) + 5,3 + 5,1 + 6,0
Graphique 1 : Répartition des résidences Des logements plus grands en 1978, ils n’étaient plus que
principales par commune (en %) et taux de 50 % en 1991, et ne
croissance intercensitaire (en % par an) La taille des logements a représentent désormais plus
légèrement augmenté depuis que 40 % en 1997.
1978 passant de 2,1 à 2,3 Environ 44 % des logements
pièces en moyenne. Dans le ont à la fois des murs en dur,
4 même temps, la proportion un toit en tôle et un sol couvert
des 2 pièces a baissé au profit (quelle que soit la nature du3 4
des autres catégories de revêtement), contre 6 % en
74
logement. 1978, 13 % en 1985 et 33 %
9
4 en 1991.29
6
Des matériaux modernes
4 plus durables Moins de propriétaires, plus
4 de locataires
5 4
L’habitat traditionnel mahorais,
fabriqué à partir de matériaux La proportion des propriétairesT a u x de c rois san c e
3
3 légers, à base de terre et de du logement est passée de 8,6 à 10 ,2
7,4 à 8,6 matières végétales, perd de puis 1991 de 78 à 66 % de
5 à 7,44 son importance au profit des l’ensemble des ménages.
3,6 à 53 constructions modernes plus Dans le même temps, la part2,7 à 3,6
durables. Alors que 92 % des des locataires
logements étaient traditionnels
Une répartition concentrée au nord est de
l’île
Graphique 3 : Résidences principales selon le nombre de pièces (en %)
Près de 29 % des résidences principales se
situent à Mamoudzou, et 15 % en Petite Terre.
Une résidence principale sur deux se trouve
au nord est de Mayotte (Mamoudzou,
Koungou et Petite Terre).
Entre 1991 et 1997, l’ensemble formé par
Mamoudzou et les communes périphériques
a connu une grande croissance en terme de
construction.
Un parc récent
Près de 12 500 résidences principales ont été
construites entre 1991 et 1997, soit un rythme
de construction d’environ 2 100 logements par
an. Ainsi, 44 % des résidences principales ont
moins de 7 ans. En 1985, près de huit
logements sur dix avaient été achevés avant
le cyclone Kamisy (10 avril 1984) ; en 1991Graphique 4 : Résidences principales selon le statut d’occupation (en %)
quatre sur dix et en 1997, un peu moins de
deux sur dix.
Graphique 2 : Résidences principales
suivant la date de constructio n

Avant
avril
1984
18%
Depuis
1991
44%
D'avril
1984 à
1991
38%
payants a augmenté, passant de Quatre ménages métropolitains pourcentage tombe même à 8 %
15 à 24 %. sur cinq sont locataires pour les ménages dont la personne
Les ménages logés gratuitement de référence est agriculteur, alors
sont peu nombreux et sont pour la A l’opposé, la location est un statut qu’il est de 85 % pour les cadres
plupart logés par leur famille ou par d’occupation adopté par 80 % des supérieurs. Les ménages
leur employeur. ménages métropolitains. Dans la d’agriculteurs, d’ouvriers, et de
plupart des cas, ce sont des personnes sans activité
Quatre locataires sur cinq à fonctionnaires mutés à Mayotte pour professionnelle logent dans des
Mamoudzou une assez courte période (85 % sontpetites cases, entre 1,9 et 2,2 pièces
arrivés entre 1991 et 1997). par logement, et vivent serrées, de
Le parc locatif, en forte expansion, 2,1 à 2,7 personnes par pièce (voir
se compose de près de 6 900 Des locataires jeunes parmi les tableau 2). A l’inverse les cadres
logements concentrés pour 76 % sur Mahorais et les Comoriens supérieurs vivent dans des
la zone urbaine de Mamoudzou et logements plus spacieux (3,9 pièces
Petite Terre. La Société Immobilière Les personnes de référence des par logement et 0,8 individu par
de Mayotte (SIM) en possède environ ménages locataires mahorais et pièce). Il sont également les mieux
17 %, sensiblement la même part de comoriens sont relativement jeunes équipés en matière de confort du
marché qu’en 1991. puisqu’elles ont en moyenne 33 anslogement devant les ménages dont
Les ménages dont la personne de et que la moitié d’entre elles se situe la personne de référence occupe
référence est mahoraise (ménages dans la tranche d’âge de 25 à 40 une profession intermédiaire.
mahorais par abus de langage) sont ans. Celles des ménages locataires
peu concentrés sur Mamoudzou et métropolitains sont en moyenne plus Un ménage sur deux possède un
Petite Terre (29 %) par rapport aux âgées (40 ans). téléviseur
autres ménages (autour de 70 %). A noter aussi que les propriétaires
de logement sont en moyenne plus Les équipements tels que radio et
Quatre ménages mahorais sur âgés que les locataires. télévision (respectivement 74 et
cinq sont propriétaires 52 % de taux d’équipement des
Une modernisation de l’habitat ménages) et, dans une moindre
Comme il peut paraître normal dans contrastée mesure, réfrigérateur (37 %) et
une région où beaucoup d’habitants ventilateur (30 %) font désormais
construisent eux mêmes leur L’évolution de l’équipement et du con partie du quotidien, contrairement au
demeure, avec une éventuelle fort du logement est certes indénia climatiseur ou au lave linge encore
entraide des voisins, 84 % des ble mais elle reste contrastée. Ainsi,peu diffusés dans toutes les couches
ménages mahorais sont seulement 20 % des ménages pos sociales.
propriétaires de leur logement. sèdent l’eau dans le logement. Ce
Tableau 2 : Caractéristiques des résidences principales (en %)
CSP de la personne de référence Agriculteur Artisan Cadre sup. Prof. Inter. Employé Ouvrier Retraité Autre TOTAL
Murs endur 50 61 93 85 64 53 68 48 57
en tôTleoit 75 76 83 79 82 78 84 75 77
Sol couvert 55 81 99 95 84 74 83 61 73
Electricité 63 81 99 96 86 78 87 64 76
Eau dans le8 26 86 46 24 15 29 11 20
logement
Douche ou 4 21 87 44 19 8 25 5 15
baignoire
WC à fosse 4 22 87 43 19 8 24 5 15
septique
Indicateurs
Cuisinière 1 17 83 41 16 6 16 3 12 d’équipement et
Radio 66 81 94 91 81 77 85 62 74 de confort du
logement Télévision 32 61 86 85 66 55 66 32 52
Magnétoscope 10 36 69 59 35 26 32 12 26
Réfrigérateur18 46 95 77 50 36 54 19 37
Lave-linge 1 11 73 26 9 2 12 1 8
Congélateur10 25 32 34 27 25 34 14 17
Machine à coudre 17 30 32 34 27 25 34 14 23
Ventilateur 8 41 84 66 41 29 37 14 30
Téléphone4 26 82 46 25 13 35 7 18
Climatiseur /// 5 28 8 4 /// 5 /// 3
Automobile3 29 81 43 16 11 16 5 15
LPoiègceems e/ nt 2,2 2,5 3,9 3,3 2,4 2,1 3,0 1,9 2,3
Ratios
IndivPièicduse/ 2,7 1,9 0,8 1,3 1,9 2,4 1,7 2,1 2,0
ENSEMBLE DES Effectif 2 732 1 912 914 2 485 3 258 7 293 620 8 544 28 388
MENAGES
% 100 100 100 100 100 100 100 100 100
POUR MIEUX COMPRENDRE CES RESULTATS
Logement
Le logement est défini du point de vue de son utilisation : c’est un local séparé et indépendant utilisé pour
l’habitation.
On distingue cinq catégories de logement :
1. les logements ordinaires qui servent de résidence principale à un ménage,
2. les pièces indépendantes, chez un particulier, dans un hôtel, etc. occupées de façon régulière par une ou
plusieurs personnes.
C’est dans ces deux catégories que l’on recense les individus.
3. les bangas de célibataire ou de personne âgée, en général construits dans l’enclos familial
4. les logements utilisés occasionnellement, notamment dans les hameaux de culture à certaines périodes de
l’année
5. les logements vacants : logements sans occupant
Pour ces trois dernières catégories, on ne remplit pas de bulletins individuels pour d’éventuels occupants, qui
sont recensés dans leur logement habituel.
Statut d’occupation
Parmi les propriétaires de leur logement, on distingue les propriétaires du sol et de la construction, des proprié
taires du logement seul.
Les locataires et les sous locataires sont regroupés en une seule rubrique.
On isole aussi les ménages logés gratuitement.
Ménage famille
Le ménage comprend toutes les personnes qui partagent une même résidence principale, quels que soient
leurs liens de parenté. Il peut en particulier ne comprendre qu’une seule personne.
La famille s’entend comme un cadre susceptible d’accueillir des enfants : elle peut donc être constituée soit par
un couple (marié ou pas), soit d’une personne sans conjoint et de ses enfants (famille monoparentale).
Un ménage peut comporter zéro, une ou deux familles. Dans les cas extrêmement rares où le ménage comporte
plus de deux familles, les membres de la troisième famille sont assimilés à des isolés. Les membres du mé
nage qui n’appartiennent à aucune famille sont les isolés du ménage. Quand on n’a pu constituer aucune famille,
le ménage ne regroupe que des individus isolés.
Personne de référence du ménage
On définit la personne de référence du ménage selon une règle basée sur la prédominance donnée aux familles,
aux pères, à l’activité et à l’âge :
- si le ménage comprend au moins un couple, la personne de référence est l’homme du couple ; s’il y a plu
sieurs couples on choisit le plus âgé des actifs ou, à défaut d’actif, le plus âgé.
- sinon, si le ménage comprend au moins une famille monoparentale, la personne de référence est, parmi les
parents de ces familles monoparentales, le plus âgé des actifs ou, à défaut d’actif, le plus âgé.