Le logement en Nord-Pas-de-Calais : un parc en mutation face à des besoins diversifiés. - Besoin en logement et satisfaction des ménages : une typologie -

De
Publié par

L'opposition entre logement individuel et logement collectif est fondamentale : elle scinde clairement l'ensemble des logements en deux groupes. Tout d'abord, les grandes maisons dont le ménage est propriétaire forment un premier ensemble. Pour le reste des logements, deux catégories ressortent, qui se distinguent par les caractéristiques de leur environnement. La qualité de l'habitation conduit à une troisième différenciation : elle permet de partager chacune de ces trois grandes catégories en deux sous-groupes selon le degré de satisfaction. Six types de logements peuvent donc être repérés, et se différencient selon le taux de satisfaction des ménages.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Tags :
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins

3
Besoin en logement
et satisfaction des ménages :
une typologieLes Cahiers de l’Orha - Avril 2004Orha Nord-Pas-de-Calais 223Besoin en logement et satisfaction des ménages : une typologie
L’opposition entre logement individuel et logement collectif est fondamentale : elle scinde
clairement l’ensemble des logements en deux groupes. Tout d’abord, les grandes maisons dont
le ménage est propriétaire forment un premier ensemble. Pour le reste des logements, deux
catégories ressortent, qui se distinguent par les caractéristiques de leur environnement.
La qualité de l’habitation conduit à une troisième différenciation : elle permet de partager
chacune de ces trois grandes catégories en deux sous-groupes selon le degré de satisfaction.
Six types de logements (cf. Fiches) peuvent donc être repérés (cf. Schéma), et se différencient
selon le taux de satisfaction des ménages.
Quelques grandes tendances peuvent être tirées de cette typologie.
Schéma “Les ménages en six groupes”
Ensemble
des ménages
Type de logement
Individuel - Propriété Collectif - Locationet statut d’occupation
Environnement du logement
(vie de voisinage)
Qualité du logement Qualité du logement Qualité du logement
Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Classe 5 Classe 6
Effectif : 392 940 Effectif : 361 140 Effectif : 375 580 Effectif : 247 350 Effectif : 43 760 Effectif : 102 770
ménages (26%) ménages (24%) ménages (25%) ménages (16%) ménages (3%) ménages (7%)
Note moyenne : 8,3 Note moyenne : 7,4 Note moyenne : 7,4 Note moyenne : 6,3 Note moyenne : 6,4 Note moyenne : 5,5
Source : Insee, Orha - Enquête logement 2001-2002
Ce sont les ménages Les ménages sont logiquement d’autant plus satisfaits de leur logement qu’ils ont les moyens
financiers de le choisir. Les plus démunis habitent plus souvent des logements de qualitéles plus aisés qui sont
médiocre, exigus, dans des quartiers moins plaisants. Or, ce sont aussi les ménages qui ontles plus satisfaits de
le taux d’effort (cf. Définitions) le plus important, ce qui n’est pas sans conséquence puisqu’ilsleurs conditions de
ont des revenus déjà faibles.
logement
La contrainte financière a également des conséquences indirectes sur les possibilités qui
s’offrent aux ménages en termes d’environnement du logement. Les ménages aux revenus
suffisamment élevés peuvent acheter une, voire deux voitures et ainsi s’éloigner pour habiter
un logement plus spacieux, dans un environnement plus agréable. Lorsqu’ils préfèrent rester à
proximité du centre, ils s’installent en banlieue résidentielle ou dans des quartiers bien reliés
et entretenus. Pour les plus démunis, le prix de ce type de logement est dissuasif. Ils sont donc
captifs des quartiers les moins bien reliés où les difficultés de voisinage sont plus fréquentes.
Insee Nord-Pas-de-CalaisLes Dossiers de Profils n°75 - Avril 2004 233 Besoin en logement et satisfaction des ménages : une typologie
Deux catégories de ménages ayant à peu près les mêmes niveaux de revenu et de satisfaction,L’âge du ménage
habitent cependant des types de logements différents : les premiers (classe 2) habitent dansdétermine certains
leur logement depuis longtemps. Il est ancien et situé dans des banlieues issues de l’industria-modes d’habitation
lisation. Les seconds (classe 3) vivent dans des logements construits récemment, souvent loués,
notamment en secteur social, dans les banlieues résidentielles récentes, bien reliées. Ils sont
plus souvent jeunes et actifs.
Ces modes de vie différents résultent en fait de l’âge du ménage et des conditions offertes par
le marché immobilier à l’époque où il choisit de s’installer durablement.
Arbitrage entre qualité Les modes d’habitation peuvent aussi s’expliquer par des choix de vie distincts. Ainsi, deux
et environnement du types de logements apportent autant de satisfaction aux ménages tout en ayant des carac-
téristiques très différentes. Les premiers (classe 4) sont majoritairement de petites maisonslogement
anciennes en milieu urbain, tandis que les seconds (classe 5) sont des logements sociaux,
modernes, en grand immeuble collectif. Ils ont chacun des inconvénients et des avantages qui
semblent se compenser au vu de la satisfaction des ménages.
Les premiers sont situés dans des quartiers urbanisés et bien reliés. Leur qualité est cependant
médiocre, de même que celle de leur environnement : bruits extérieurs fréquents, pollution de
l’air, espaces publics mal entretenus. Leur statut est fréquemment précaire puisqu’ils sont
nombreux à habiter un meublé, une chambre d’hôtel, ou un logement sous-loué. Malgré
ces difficultés, les conditions de logement sont appréciées pour la proximité des équipements
et une vie de voisinage agréable.
Les seconds vivent dans des quartiers nouvellement construits, avec moins de nuisances dues
à l’urbanisation et un confort supérieur, mais avec une vie de voisinage plus difficile.
Les types de ménages qui habitent ces logements sont très proches. D’ailleurs, lorsqu’ils ont
déménagé entre 1997 et 2001, les ménages de la classe 5 habitaient pour plus de la moitié
dans des logements sous-loués ou de type chambre d’hôtel et meublé. Ils étaient dans tous les
cas massivement locataires, en secteur social ou libre, de même que ceux de la classe 4.
Les ménages de la classe 5 ont ainsi préféré un logement spacieux, de meilleure qualité et
souvent à moindre coût dans le secteur social. Ce sont les arguments les plus fréquents qui
sont avancés par les personnes de ce groupe qui ont emménagé récemment. Ceux de la
classe 4 déclarent avoir changé d’habitation suite au départ du domicile familial ou pour se
rapprocher du lieu de travail ou de l’école. Ces ménages sont ceux qui utilisent le plus les
transports en commun : 30% des personnes de cette classe ayant un emploi se rendent
chaque jour sur leur lieu de travail par ce moyen ou à pied, contrairement aux personnes
de la classe 5 qui sont parmi les plus grands utilisateurs de véhicules personnels.
L’impact de l’environnement
Les classes 3 et 5 concernent des ménages qui ont des revenus moyens assez proches, même
immédiat si les ménages de la classe 5 sont un peu plus souvent au chômage et occupent des emplois
moins qualifiés. Le fait que ceux de la classe 5 soient beaucoup moins satisfaits de leur logement
provient de la différence dans l’environnement direct du logement : les habitations de la
classe 5 sont souvent dans des grands immeuble collectifs, moins bien entretenus et dégradés.
Si elle confirme l’importance des caractéristiques du logement, l’analyse typologique fait
également apparaître la qualité de l’environnement comme facteur de premier ordre.
Les Cahiers de l’Orha - Avril 2004Orha Nord-Pas-de-Calais 243Besoin en logement et satisfaction des ménages : une typologie
Plusieurs dimensions du cadre de vie ressortent. Tout d’abord, la qualité d’un environnement
parfois dégradé à cause de l’urbanisation : pollution de l’air, bruits de circulation, espaces
verts inexistants ou médiocres. Les relations avec le voisinage sont la deuxième composante
du cadre de vie qui importent au yeux des ménages. Cette dimension plus relationnelle de
l’environnement est primordiale, notamment dans les grands immeubles collectifs où la
proximité, souvent imposée, n’est pas toujours appréciée. La proximité des équipements a
enfin une influence variable selon les attentes et les besoins du ménage : elle sera très
appréciée par les ménages urbains, mais perd de son importance lorsque habiter dans une
zone éloignée est un choix, l’équipement automobile étant alors primordial.
L’immeuble qui abrite le logement, le cadre de vie, les services offerts, en matière sociale
ou de transport, constituent autant d’éléments qui se combinent avec les avantages et les
inconvénients du logement.
La méthode d’analyse
(1)Cette étude s’appuie sur une analyse factorielle multiple suivie d’une segmentation .
L’analyse factorielle multiple (AFM) est un type d’analyse de données qui permet de décrire un
ensemble d’individus en fonction d’un certain nombre de variables regroupées par thème. Cette
méthode permet de donner à chacun de ces thèmes un poids équivalent dans l’analyse.
Cinq groupes thématiques permettant de décrire les conditions de logement le plus précisément
possible ont été retenus :
• les caractéristiques propres au logement (type de logement, taille, ancienneté de la
construction) ;
• le niveau de qualité et de confort du logement (degré de qualité, présence
d’une cour ou d’un jardin, présence de dépendances comme une véranda, un balcon ou une
loggia, présence d’un endroit où garer sa voiture, présence d’une cave ou d’un grenier,
équipement en chauffage central, suréquipement sanitaire (cf. Définitions)) ;
• les caractéristiques liées à l’occupation du logement (statut d’occupation,
ancienneté d’occupation, degré de peuplement) ;
• les caractéristiques du quartier et de ses équipements (accessibilité en
transport en commun, accessibilité en voiture, présence et qualité des espaces verts,
éloignement du lieu de travail, typologie des communes (cf. Définitions)) ;
• les données sur l’environnement du logement (qualité de l’air, entretien de la
voirie, entretien des parties communes pour les logements en collectif, nuisances sonores
provenant de l’extérieur, nuisances sonores internes à l’immeuble lorsqu’il est collectif,
relations de voisinage, dégradation des parties communes pour les immeubles collectifs,
agression ou vol dont une personne du ménage a pu être victime ou témoin).
In fine, les ménages peuvent être décrits par des variables qui synthétisent les informations
contenues initiales.
La segmentation qui suit l’AFM permet de créer, à partir de ces variables synthétiques, des
groupes homogènes de ménages en fonction d’un critère. Dans cette étude, le critère utilisé est
la note que les ménages donnent à leurs conditions actuelles de logement.
À la première étape, la variable synthétique issue de l’AFM la plus corrélée à la satisfaction
des ménages est utilisée pour scinder l’ensemble des ménages en deux groupes : d’une
part, des ménages en moyenne plus satisfaits, pour lesquels cette variable synthétique prend
des valeurs élevées (ou faibles) ; d’autre part, des ménages moins satisfaits auxquels sont
associées des valeurs faibles (ou élevées) de cette variable.
La segmentation continue ensuite de façon itérative sur les deux sous-groupes obtenus.
L’ensemble des ménages est ainsi segmenté progressivement jusqu’à ce que l’on obtienne un
arbre de segmentation binaire (cf. Schéma).
(1) Cette méthodologie s’inspire d’une étude de Brigitte Gelein dont l’objectif était d’expliciter les liens
entre taux de chômage et les caractéristiques socio-économiques des territoires [2].
Insee Nord-Pas-de-CalaisLes Dossiers de Profils n°75 - Avril 2004 252 3 Fiche Classe 1
Classe 1 : Des logements récents dans un environnement peu urbanisé (26% des logements nordistes)
Ces ménages, qui sont les plus satisfaits, sont propriétaires, accédants ou non de grands logements
individuels avec jardin, garage, cave, grenier, cuisine séparée. Ces habitations, plutôt sous-peuplées,
présentent rarement des défauts de qualité ; elles sont plutôt récentes, équipées du chauffage central et
suréquipées en matière sanitaire.
Ces ménages sont, de plus, satisfaits de l’environnement de leur logement : les espaces verts sont proches, la
qualité de l’air est appréciée. 40% de ces logements sont situés en zone périurbaine, 27% dans une
ville de banlieue, notamment résidentielle, 12% dans une zone rurale. Ils sont rarement dans les lieux
fortement urbanisés comme les centres ou les pôles urbains, mais l’obligation de longs trajets domicile
travail ne leur est pas pénalisante puisqu’ils sont équipés en voiture particulière.
De même, l’entretien de la voirie et des espaces publics est excellent. Les ménages n’évoquent presque
jamais de bruit, d’agression ou de vol. Ils apprécient les bonnes relations avec leur voisinage.
Ces ménages sont les plus aisés, souvent cadres, professions intellectuelles supérieures et professions
intermédiaires, qualifiés lorsqu’ils sont ouvriers, parfois retraités. Ce sont fréquemment des couples en âge
d’être actifs et ayant des enfants.
Répartition des logements de la classe 1 selon...
... la note que le ménage leur a donnée ... la typologie des communes%
80
% Note moyenne : 8,3
60
40
30 40
20
20
10
0 0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Centre Banlieue Banlieue Pôle Périurbain Hors
et pôle industrielle résidentielle secondaire bassin
urbain
... leur type ... le statut d’occupation
% Nord-Pas-de-Calais Classe 1
60
40
individuel
100% 20
0
propriétaire accédant locataire locataire autre
secteur social en secteur statut
libre
... leur qualité ... leur date d’achèvement
%
%90
78 8080
7070
6060
5050 384040 31
3030 1917 2020 125 1010
00
aucun un défaut plusieurs avant 1948 entre 1949 entre 1975 après 1990
défaut défauts et 1974 et 1989
Source : Insee, Orha - Enquête logement 2001-2002
Les Cahiers de l’Orha - Avril 2004Orha Nord-Pas-de-Calais 262 3Fiche Classe 1
Répartition des logements de la classe 1 selon...
... leur revenu par unité de consommation... le type de cohabitation
personne
%seule
personne sans couple 11%
lien familial 25avec enfant(s)
1%54% famille
20
monoparentale
5% 15
10
5
0couple
1 2 3 4 567 8 9 10 déciles de revenusans enfant
de l’ensemble
29% des ménages
... la catégorie socio-professionnelle ... l’occupation principale
de la personne de référence de la personne de référence%
autre
1 : agriculteurs
50 inactif2 : commerçants,
3%artisans et chefs retraité
40 d’entreprise
25%3 : cadres et
professions30
25 intellectuelles sup. étudiant23
19 4 : professions 0%20 ayant intermédiaires15
5 : employés un emploi
9 chômeur
10 6 : ouvriers 69%
4 3%7 : retraités2 3
8 : autres personnes
0
sans act.
1 23 4 5 6 7 8
... la note qu’ils ont donnée à leur quartier ... les nuisances sonores qu’ils ont déclarées
%%
100
40
80 bruit à
l’intérieur30 de l’immeuble
60
bruits à
l’extérieur 20 de l’immeuble40
10 20
00
12 3 4 5 6 7 8 9 10 rare fréquent très fréquent
... leur opinion sur la sécurité de leur quartier ... leur opinion sur leur relations de voisinage
médiocre
4%
%
100
voisinage immédiat
80moyenne habitants du quartier
6022%
40
bonne
2074%
0
bonne moyenne médiocre pas de relation
Source : Insee, Orha - Enquête logement 2001-2002
Insee Nord-Pas-de-CalaisLes Dossiers de Profils n°75 - Avril 2004 272 3 Fiche Classe 2
Classe 2 : Des maisons anciennes et de moins bonne qualité dans des quartiers conviviaux
(24% des logements nordistes)
Cette deuxième classe de logements individuels apporte un peu moins de satisfaction à leurs occupants. Plus
des deux tiers d’entre eux ont été construits avant 1948 ; les défauts de qualité sont plus nombreux,
avec notamment des problèmes d’humidité fréquents, le chauffage central est moins souvent présent
qu’en moyenne régionale, les jardins sont de plus petite taille, les garages plus rares.
À ces défauts s’ajoute une perception plus critique de l’environnement du logement vis-à-vis de la qualité
de l’air, de l’entretien de la voirie ou encore des bruits extérieurs. La qualité et la proximité des espaces
verts sont moyennes ou médiocres selon plus de la moitié de ces ménages. Deux de ces logements sur
cinq se situent dans les bassins industriels, où le cadre de vie apparaît quelque peu dégradé. En
revanche, ces ménages se sentent bien dans leur quartier en raison de bonnes relations de voisinage et
d’absence de problèmes de sécurité.
Les ménages sont très majoritairement propriétaires de ces logements et moins souvent accédants que
dans la catégorie précédente. Il s’agit aussi plus fréquemment de personnes âgées, seules ou en couple,
sans enfants, inactives pour plus de la moitié, principalement retraitées.
Répartition des logements de la classe 2 selon...
... la note que le ménage leur a donnée ... la typologie des communes%
80
% Note moyenne : 7,4
60
40
30 40
20
20
10
0 0
1 23 4 5 6 7 8 9 10 Centre Banlieue Banlieue Pôle Périurbain Hors
et pôle industrielle résidentielle secondaire bassin
urbain
... leur type ... le statut d’occupation
% Nord-Pas-de-Calais Classe 2
80
60
40individuel
100%
20
0
propriétaire accédant locataire locataire autre
secteur en secteur statut
social libre
... leur qualité ... leur date d’achèvement
%
%90 71
8080
7070
6060
47 5050
33 4040 24
3030 20
2020 4
1010
000
aucun un défaut plusieurs avant 1948 entre 1949 entre 1975 après 1990
défaut défauts et 1974 et 1989
Source : Insee, Orha - Enquête logement 2001-2002
Les Cahiers de l’Orha - Avril 2004Orha Nord-Pas-de-Calais 282 3Fiche Classe 2
Répartition des logements de la classe 2 selon...
... leur revenu par unité de consommation... le type de cohabitation
%
25couple avec
enfant(s)
20
33% personne
seule
15
personne sans 25%
lien familial 10
couple 2%
sans enfant 5
35%
famille 0
monoparentale 1 23 4 5 6 7 8 9 10 déciles de revenu
de l’ensemble 5%
des ménages
... la catégorie socio-professionnelle ... l’occupation principale
de la personne de référence de la personne de référence%
1 : agriculteurs50 autre
44 2 : commerçants,
inactifartisans et chefs
40 10%d’entreprise
ayant 3 : cadres et
professions un emploi 30
intellectuelles sup. 40%
18 4 : professions
20 intermédiaires
retraité11 5 : employés9 7
10 45%6 : ouvriers chômeur
54 7 : retraités2 5%étudiant8 : autres personnes0 0%sans act.
12 3 4 5 6 7 8
... la note qu’ils ont donnée à leur quartier ... les nuisances sonores qu’ils ont déclarées
%%
100
40
80 bruit à
l’intérieur30
de l’immeuble60
bruits à
l’extérieur 20 40 de l’immeuble
10 20
00
12 3 4 5 6 7 8 9 10 fréquent très fréquentrare
... leur opinion sur la sécurité de leur quartier ... leur opinion sur leur relations de voisinage
médiocre
9%
%
100
voisinage immédiat
80 habitants du quartier
60
moyenne bonne
28% 63% 40
20
0
bonne moyenne médiocre pas de relation
Source : Insee, Orha - Enquête logement 2001-2002
Insee Nord-Pas-de-CalaisLes Dossiers de Profils n°75 - Avril 2004 292 3 Fiche Classe 3
Classe 3 : Des logements urbains récents avec le tout le confort (25% des logements nordistes)
Cette catégorie est composée de logements urbains, récents, présentant assez rarement des défauts de
qualité. Presque la moitié sont individuels mais toutes les catégories de logements collectifs y sont
représentées. Il s’agit de logements d’assez petite taille, loués pour les deux tiers, majoritairement en secteur
social, souvent situés en banlieue résidentielle et en ville-centre, bien desservis par les transports en commun,
ce qui autorise des trajets domicile travail courts. Les ménages entretiennent de bonnes relations de
voisinage et déclarent peu de nuisances liées à des bruits ou des dégradations. Les employés et professions
intermédiaires y sont sur-représentés, de même que les personnes seules.
Ces ménages sont aussi satisfaits de leurs conditions de logement que la classe 2, alors que leurs logements
sont nettement moins spacieux. Un logement tout confort, avec une localisation qui facilite les déplacements
ainsi que l’accès à l’emploi, aux équipements et aux services semblent être des éléments appréciés par ces
ménages. Il s’agit probablement d’un parc de transit qui joue un rôle d’accueil avant que le ménage ait un
projet résidentiel plus affirmé.
Répartition des logements de la classe 3 selon...
... la note que le ménage leur a donnée ... la typologie des communes
%
80
Note moyenne : 7,4%
60
40
30 40
20
20
10
00
1 23 4 5 6 7 8 9 10 Centre Banlieue Banlieue Pôle Périurbain Hors
et pôle industrielle résidentielle secondaire bassin
urbain
... leur type ... le statut d’occupation
grand
% Nord-Pas-de-Calais Classe 3collectif
19%
60
individuel
40collectif 45%
moyen
20 26%
0
propriétaire accédant locataire locataire autrepetit
secteur en secteur statutcollectif
10% social libre
... leur qualité ... leur date d’achèvement
%
%90
8080
65 7070
6060
5050 394040 2925 3030 18142020 10 1010
00
aucun un défaut plusieurs avant 1948 entre 1949 entre 1975 après 1990
défaut défauts et 1974 et 1989
Source : Insee, Orha - Enquête logement 2001-2002
Les Cahiers de l’Orha - Avril 2004Orha Nord-Pas-de-Calais 30

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.