Lendettement des ménages début 2004

De
Publié par

Disparités selon le revenu, surtout pour l’habitat Près de 47 % des ménages étaient endettés à titre privé début 2004. Ils étaient 43 % début 1992. Cette différence est plutôt due à la diffusion du crédit à la consommation, notamment auprès des jeunes générations. Le motif principal d’endettement reste cependant l’achat d’une résidence principale : il concerne plus de 20 % des ménages et représente début 2004 près de 70 % de la dette domestique des ménages. L’endettement à l’habitat va de pair avec des revenus confortables souvent tirés de l’activité des deux conjoints. Le recours exclusif au crédit à la consommation caractérise plutôt les classes moyennes bien qu’il touche de manière plus homogène l’ensemble des catégories de revenus. Dans un cas comme dans l’autre, le poids des remboursements décroît fortement pour les revenus les plus élevés. La moitié des ménages sont endettés et entre 3 et 7% sont en risque de surendettement Dette à dominante immobilière : ménages plutôt aisés, autour de 40 ans Recours exclusif au crédit à la consommation : ménages jeunes disposant de peu de liquidités Les jeunes générations recourent plus au crédit à la consommation que leurs aînées
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1131- AVRIL 2007
Prix : 2,30 e
L’en det te ment
des ména ges début 2004
Disparités selon le reve nu, sur tout pour l’ha bi tat
Cé dr ic Hou dré , di vi si on Rev e nus et pa tr i moine des mé na ges, Insee
rès de 47 % des mé na ges étaient motif d’en det te m ent, puis qu ’il concerne sept
ména ges endet tés à l'ha bi tat sur dix. L’en det -en det tés à titre pri vé dé but 2004.
te ment pour un autre achat immo bi lier ou fon -PIls étaient 43 % dé but 1992. Cette
cier, et celui pour des tra vaux de réno va tion nedif fé rence est plu tôt due à la dif fu sion du
concer nent cha cun qu’un ménage sur cinq.cré dit à la conso m ma tio n, no t am ment au -
Parmi ceux qui sont endet tés pour motif deprès des jeu nes géné ra tions. Le mo tif
consom ma tion, sept sur dix ont con tracté un
prin ci pa l d’en det te m ent res te ce pe n dant
emprunt pour ache ter une voi ture ou une moto,
l’a cha t d’une ré s i dence prin ci pa le : il
15 % pour ache ter d’au tres biens d’é qui pe ment
concerne plus de 20 % des mé na ges et re - et un tiers pour d’au tres besoins, cer tains pou -
pré sente dé but 2004 près de 70 % de la vant être endet tés simul ta né ment pour plu -
dett e do mes t iqu e des mé na ges. L’en det - sieurs motifs.
te ment à l’ha bi tat va de pair avec des re - Plus de 80 % des cré dits sous crits consis tent
ve nus conf or ta b les sou ven t ti rés de en emprunts per son nels, 13 % en achats à
crédit et 5 % en cré dit revol ving . En moyenne,l’ac ti vi té des deux conjoints. Le recours
la dette sous forme d’em prunts person nelsex clu sif au cré dit à la consom ma tion
dépasse légè re ment 40 000 euros par ménageca rac té rise plu tôt les clas ses moyen n es
endetté et conduit à des char ges de rem -bien qu ’il touche de ma nière plus ho mo -
boursement par an avoi si nant 21 % des reve nus gène l’en semble des ca té go ries de re ve -
dis po ni bles. Ces char ges dépas sent 40 % des
nus. Dans un cas comme dans l’autre, le
reve nus dis po ni bles pour près de 3 % des
poids des rem bour se ment s dé cr oît for te -
ména ges et 30 % des reve nus dis po ni bles pour
ment pour les re ve nus les plus éle vés. près de 7 % des ména ges. Début 2004, 1,8 mil -
lion de ména ges étaient donc en situa tion de
En France, début 2004, près de la moi tié des risque de suren det t e ment.
ména ges sont endettés à t itre privé. Troisges sur dix sont endettés pour l’ a chat
Dette à domi nante immo bi lière :d’un bien immo bi lier ou fon cier, ou pour de gros
tra vaux de réno va tion. Une pro por ti on presque ména ges plu tôt aisés,
équi va lente rembourse un cr é dit à la consom - autour de 40 ans
ma tion des tiné à finan cer l’a chat d’un véhi cule,
d’un bien d’é qui pe ment ou des dépen ses diver - Les cré dits à l’ha bi tat, hor mis les cré dits pour
ses (édu ca tion ou for ma t ion, évè ne ment fami - tra vaux , sont géné ra le ment des enga ge ments
lial, tré so rerie...). Un ménage sur dix cumule de long terme. Les diffé ren ces dans le recours
les deux types de cré dits, c’est-à-dire que ou l’ac cès au cré dit sont par ti cu l iè re ment mar -
parmi les ména ges endet tés à l’ha bi tat, un sur quées en fonc tion des reve nus, notam ment
trois rem bourse éga le ment un cré dit à la
consom m a tion. Les pro por ti ons de ména ges ? Mé na ges en det t és à titre pri vé
endet tés à la consom m a tion, exclu si v e ment ou en %
non, sont supé rieu res à cel les de 1992, en 1992 2004
partie du fait du déve lop pe ment de ce seg ment
Habi tat 29,2 29,7
du mar ché du cré dit sur la période (tableau 1).
dont rési dence prin ci pale 23,0 21,6
La proportion de ména ges endet tés pour l’ha bi -
Consom ma tion 21,8 27,7
tat quant à elle est presque iden tique à celle de
Habi tat et consom ma tion 7,7 10,6
1992, celle pour la rési dence prin ci pale étant
Ensemble 43,3 46,8
même légè re ment infé rieure. En 2004, l’a chat
de la rési dence prin ci pale demeure le pre mier Sour ces : en quê tes Actifs fi nan ciers 1992 et Pa tri moine 2004, Insee.
INSEE
PREMIERE





? Endet t e ment do mes t ique des mé na ges
Avec em prunt im mo bi lier Sans em prunt im mo bi lier
En semble des Mé na ges
2 2 2 2Mé na ges Dette mé diane Taux d’ef fort Mé na ges Dette mé diane Taux d’ef fortmé na ges (%) en det tés (%)
en det tés (%) (eu ros) mé dian en det tés (%) (eu ros) mé dian
Ensemble 100 100 29,7 38 800 0,21 17,1 4 000 0,09
Âge de la per sonne de réfé rence
Moins de 31 ans 11,8 12,2 17,6 68 000 0,25 30,8 3 400 0,09
De 31 à 40 ans 19,2 27,8 46,7 58 800 0,23 21,4 4 000 0,10
De 41 à 50 ans 19,8 28,1 49,1 36 900 0,22 17,5 4 100 0,08
De 51 à 60 ans 17,1 19,6 35,3 22 900 0,18 18,4 4 600 0,08
De 61 à 70 ans 13,0 8,7 16,4 14 600 0,17 14,9 4 300 0,10
Plus de 70 ans 19,2 3,7 4,5 8 300 0,14 4,5 2 900 0,08
Patrimoine f inan cier¹ (en euros)
Moins de 3 000 24,4 23,2 18,9 41 900 0,26 25,6 3 500 0,09
Entre 3 000 et 7 500 16,5 18,6 34,2 44 400 0,24 18,5 3 700 0,10
Entre 7 500 et 15 000 14,7 16,4 33,4 37 100 0,21 18,8 4 500 0,10
Entre 15 000 et 45 000 21,7 23,2 36,1 39 000 0,19 13,9 4 600 0,08
Entre 45 000 et 105 000 10,2 8,9 31,6 30 500 0,17 9,3 4 000 0,08
Plus de 105 000 7,5 5,9 29,2 41 800 0,17 7,7 6 000 0,07
Reve nus annuels dis po ni bles¹ en 2003 (en ?)
Moins de 10 000 9,9 3,2 4,6 19 400 0,44 10,8 2 900 0,21
Entre 10 000 et 15 000 16,8 9,3 9,9 29 500 0,34 16,4 3 000 0,14
Entre 15 000 et 25 000 29,7 26,4 21,4 26 700 0,24 20,3 3 600 0,09
Entre 25 000 et 35 000 20,5 26,9 40,3 38 300 0,22 21,1 4 700 0,08
Entre 35 000 et 50 000 14,5 21,2 52,5 42 700 0,20 15,7 5 300 0,07
Plus de 50 000 8,6 13,0 62,6 62 700 0,17 8,4 7 300 0,06
Caté gorie sociale de la personne de réfé rence
Agri cul teur 1,4 2,0 54,3 30 000 0,29 12,2 4 100 0,06
Autre indé pen dant 6,2 8,7 51,0 48 300 0,20 14,9 3 700 0,09
Cadre 9,4 13,3 54,2 54 100 0,20 12,1 4 500 0,07
Pro fes si on inter mé diair e 13,6 19,8 46,2 44 500 0,21 21,9 5 000 0,09
Employé 11,5 13,3 27,0 43 800 0,24 27,0 3 700 0,09
Ouvrier qua li f ié 14,8 20,5 40,3 37 500 0,23 24,4 3 600 0,10
Ouvrier non qua li fié 4,9 5,9 27,5 45 700 0,22 28,7 4 000 0,08
Retraité 32,3 14,4 11,2 13 400 0,16 9,6 4 500 0,09
Autre inac tif 6,0 2,4 7,4 33 200 0,26 11,4 1 700 0,05
Type de famille
Per sonne seule 31,7 16,7 11,9 24 000 0,23 12,8 3 000 0,11
Famill e mono pa ren tal e 7,8 7,2 16,9 33 400 0,25 25,4 3 100 0,08
Couple sans enfants 28,0 25,2 24,8 27 500 0,19 17,4 4 300 0,10
Couple 1 enfant 13,0 18,7 45,2 42 500 0,22 22,5 4 600 0,10
Couple 2 enfants 12,8 21,5 61,9 48 800 0,22 16,8 4 600 0,07
Couple 3 enfants et plus 6,7 10,8 59,2 53 500 0,20 16,7 4 800 0,07
Acti vité de la per sonne seule ou en famille mono pa ren tale
Active occupée 17,0 17,1 22,3 29 400 0,24 24,9 3 000 0,09
Active au chô mage 3,2 1,8 8,5 33 200 0,39 18,3 2 900 0,12
Inac ti ve 19,5 5,0 5,5 8 500 0,20 6,5 3 400 0,08
Acti vité du couple
2 mem bres actifs occu pés 26,4 44,0 58,7 50 300 0,22 19,4 5 000 0,08
1 mem bre actif occupé 16,4 22,1 40,8 36 800 0,21 22,5 4 500 0,10
Aucun membre actif occupé 17,6 10,1 14,0 16 400 0,16 12,8 4 000 0,09
Sta tut d’oc cu pa ti on du loge ment
Loca tair e 38,9 29,0 4,6 42 700 0,14 30,4 3 500 0,09
Pro pri é tair e accé dant 21,7 46,3 100,0 45 900 0,23 0,0 - -
Pro pri é tair e non accé dant 34,1 21,9 17,0 15 200 0,13 13,1 5 200 0,09
Occu pant à titre gra tuit 5,4 3,0 10,1 25 200 0,17 15,5 4 400 0,12
Agglo mé r a tion de rési dence
Rurale 23,4 26,4 38,9 37 600 0,21 14,0 4 400 0,11
Moins de 20 000 habitants 17,2 18,3 35,1 38 100 0,22 14,8 4 500 0,10
20 000 à 100 000 habitants 13,5 11,8 23,3 35 100 0,21 17,7 4 000 0,09
Plus de 100 000 habitants 29,3 28,3 26,0 40 000 0,20 19,2 3 600 0,08
Région parisienne 12,5 12,6 25,0 48 000 0,22 22,1 3 500 0,08
Paris 4,1 2,6 17,6 36 500 0,17 12,5 4 500 0,08
1. Les re ve nus ou le pa tri moine sont me su rés ici à la date de l'en quête et non au mo ment de la sous crip tion des em prunts, alors que d'un point de vue théo rique, ce sont plu tôt les dé ter mi nants à la date de sous crip tion qui
jouent sur l'ac cès ou le re cours au cré dit. Le pa tri moine fi nan cier à la date de l’en quête ne re flète donc peut-être pas les ré ser ves pa tri mo nia les dont dis po sait le mé nage au mo ment de la sous crip tion de son ou ses em -
prunts, de même que les re ve nus ont pu évo luer de puis la sous crip tion. Néan moins, ces dé ter mi nants sont for te ment cor ré lés à la fois au fait d’être en det té, ain si qu ’au ni veau d’en det te ment pour les mé na ges en det tés.
2. Endette ment sous forme d'emprunts ou de pr êts per son nels.
Source : enquête Pa tri moine 2004, Insee et cal culs Insee.
INSE
E - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE


pour le cré dit à l’ha bi tat. La pro por tion de sociale, de com po si tion fami liale et de ? Taux de déten tion de cré dit
ména ges qui ont au moins un cré dit à zone de résidence, une ana lyse tou tes cho - à la consomma tion par âge
%l’ha bi tat en cours aug mente avec la posi - ses éga les par ail leurs montre que les ména -
50
tion dans l’é chelle des reve nus dis po ni - ges endet tés pour l’ha bi tat sont plu tôt au
1992 2004
bles. Elle est par ti cu l iè re ment faible pour milieu de leur cycle de vie, qu’ils ne pos sè -
40
les ména ges dont le revenu dis po nible dent pas beau coup de patri moine finan cier,
annuel est infé rieur à 10 000 euros mais ont un revenu dis po nible supé rieur au
30
(tableau 2). Cré dits à la consom ma tion revenu dis po nible médian. Ce sont plu tôt des
et à l’ha bi tat confon dus, la moitié de ces cou ples, avec enfants, et occu pant un emploi
20
ména ges à bas reve nus ont une dette stable. Ils habi tent plu tôt dans des
infé rieure à 20 000 euros, alors que pour agglomérations de petite taille ou en zone
10
les autres, la dette médiane dépasse rurale.
légè re ment 40 000 euros. Cepen dant,
0 moins de de 30 de 40 de 50 à plus depour les moins aisés, le rem bour se ment
30 ans à 40 ans à 50 ans 60 ans 60 ansRecours exclu sif au cré ditde ces det tes exige un taux d’ef fort net -
Lec ture : en 2004, 40 % des mé na ges entre 30 et 40 ans ontte ment plus élevé puisque la moi tié à la consom ma tion :
con trac té un cré dit à la consomma tion.
d’entre eux y consa crent annuel le ment ména ges jeu nes dis po sant Sources : en quê tes Actifs fi nan ciers 1992 et Pa tri moine 2004, Insee.
plus de 44 % de leur revenu dis po nible. de peu de liquidi tés
Niveau d’en det te ment et taux d’ef fort
sui vent des évo lu tions oppo sées quand Parmi les 30 % de ména ges déjà endet - Les ména ges pari siens sont peu enclins
on monte dans l’é chelle des reve nus tés à l’ha bi tat, un sur trois a éga le ment à emprun ter pour consom mer : seu le -
( gra phi que1). Au-delà de 35 000 euros sous crit au moins un cré dit à la consom - ment 16 % d’entre eux ont un cré dit à la
de reve nus dis po ni bles annuels, l’en det - ma tion, mais leur endet te ment à l’ha bi tat consom ma tion, par fois en plus d'un cré -
te ment médian est de 50 000 euros, repré sente la part pré pon dé rante de leur dit à l'ha bi tat, contre 28 % pour l’en -
mais repré sente un taux d’ef fort annuel dette totale. Les autres ména ges endet - semble des ména ges. Ceci tient
infé rieur à 20 % pour plus de la moi tié tés (17 %) détien nent exclu si ve ment des pro ba ble ment en partie au fait que l’offre
des ména ges. Le taux d’ef fort ne tient cré dits à la consom ma tion, soit qu’ils ne de trans ports en com mun y est très
cepen dant pas compte de la durée des sou hai tent pas s’en det t er pour acqué rir développée, ce qui rend moins néces -
emprunts qui s’est allongée ces der niè - ou réno ver un bien immo bi lier, soit qu’ils saire l’a chat d’un véhi cule.
res années. La durée moyenne ini tiale se soient vu refu ser une demande de Les cré dits à la consom ma tion, par
hors prêts relais a aug menté de plus de prêt immo bi lier ou n’aient pas entre pris nature de mon tants moins éle vés que
trois ans et demi entre 2000 et 2004 pour une telle démarche par peur de ren con - les cré dits immo bi liers par exemple, sont
s’é ta blir à 17,5 ans en 2004. Depuis les trer un refus. Ces ména ges sont très dif - con trac tés sur des durées plus cour tes.
années quatre-vingt-dix, la durée des fé rents des ména ges endet tés pour La moi tié des ména ges déte nant exclu -
prêts à l’ha bi tat aurait aug menté de 5 l’ha bi tat : ils sont plus jeu nes et les dis - si ve ment des cré dits à la consom ma tion
ans (source Banque de France). En com - pa ri tés de reve nus sont beau coup moins ont une dette infé rieure à 4 000 euros,
bi nant des cri tè res d’âge, de reve nus et mar quées (tableau 2). La déten tion mon tant presque dix fois plus faible que
de patri moine finan cier, de caté gorie exclu sive de cré dits à la consom ma tion pour les cré dits immo bi liers. Il y a tou te -
aug mente avec le niveau de reve nus fois, chez les uns comme chez les autres
jus qu’à 30 000 euros de reve nus dis po - de très for tes dis pa ri tés sur les niveaux
? Taux d'ef fort et mon tant de la dette ni bles annuels. Ces cré dits à la consom - d’en det te m ent (sourc e). Par ail leurs, de
mé dians se lon le re ve nu dis po nibl e ma tion répon dent plus à un manque de même que les taux de recours au cré dit
liqui dité dans le cas des ména ges à la consom ma tion, les niveaux médians
Dette en milliers d' €
modes tes , ou cor res pon dent, pour les d’en det te m ent sont assez sem bla bles
60 ména ges plus aisés, à une stra tégie de d’une strate de reve nus à l’autre. L’ef fort
ges tion de leurs liqui di tés. Paral lè le - fourni par ces ména ges pour rem -50
ment, les ouvriers non qua li fiés et les bourser leur dette diminue par consé -
40 employés encore en acti vité endet tés quent quand le revenu dis po nible
exclu si ve ment pour motif de consom ma - s’é lève, mais il reste bien plus limité que30
tion sont plus nom breux que la moyenne chez les ména ges endet tés à l’ha bi tat : il
20 des actifs, alors qu’ils sont net te ment repré sente en moyenne 10 % des reve -
moins nom breux dans le cas du cré dit à nus dis po ni bles et jusqu’à 20 % pour les
10
0 10 20 30 40 50 l’ha bi tat, ce qui confirme les con clu sions ména ges à bas reve nus.
Taux d'effort en %
à pro pos des reve nus. Par ail leurs, plus En com bi nant l’ef fet de l’âge, des reve -supérieur à 50 000 € 15 000 à 25 000 €
35 000 à 50 000 € 10 000 à 15 000 € du quart des famil les mono pa ren ta les nus et du patri moine finan cier, de la
25 000 à 35 000 € Inférieur à 10 000 € sont endet tées seu le ment pour la caté gorie sociale, de la com po si tion
Lec ture : pour la moi tié des mé na ges en det tés à l'ha bi tat dont consom ma tion mais le mon tant médian fami liale et de la zone de rési dence, une
le re ve nu dis po nible est in fé rieur à 10 000 ?, le mon tant de la
de leur dette (3 100 euros) est plus faible ana lyse tou tes cho ses éga les par ail -dette dé passe 19 400 et le taux d'ef fort est su pé rieur à 44 % .
Champ : mé na ges en det tés à l'ha bi tat. que pour les cou ples avec ou sans leurs montre que les ména ges endet tés
Source : en quête Pa tri moine 2004, Insee. enfants. pour motif de consom ma tion mais pas
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERE
INSEE
PREMIERE
cette étude ex clut les cré dits au tres que lespour l’ha bi tat sont d’a bord des ména ges des 40-50 en 1992. Le pro fil par âge
em prunts ou prêts per son nels, comme lejeu nes pos sé dant peu ou pas de patri - décrois sant qu’on observe en 2004 ou
lea sing, l’a chat à cré dit, le cré dit re vol ving ,
moine finan cier. Cepen dant, en ter mes en 1992 est ainsi en réa lité un pro fil « en qui sont sou vent uti li sés dans le cadre des
de reve nus, ce ne sont pas des ména - cloche », c’est-à-dire croissant jus qu ’au cré dits à la consom ma tion. Cela conduit à
ges pau vres : le recours ou l’ac cès au milieu de la vie active et décrois sant sous-év a luer l’en det te ment des mé na ges
pour mo tif de consom ma tioncré dit à la consom ma tion concerne rela - ensuite, lors qu ’on tient compte des
Les cré dits à l’ha bi tat cons ti tuent la ma -ti ve ment plus les ména ges les plus pau - effets de géné ra tions. Les jeu nes géné -
jeure partie du pas sif des mé na ges. Par mi
vres que le cré dit à l’ha bi tat, néan moins ra tions recou rent donc plus fré quem - ces cré dits, la dette con tractée pour l’ac qui -
les ména ges y recou rant le plus appar - ment que leurs aînées au cré dit à la si tion de la ré si dence prin ci pale cons titue,
tien nent plu tôt aux clas ses moyen nes. consom ma tion. Ceci tient à la fois à la d’a près l’en quête Pa tri moine, 95 % de la
dette to tale pour l’ha bi tat.libé ra li sa t ion du mar ché du cré dit dans
La dette do mes tique des mé na ges fran çaisles années quatre-vingt et à la diver si fi -
est ce pen dant très iné ga le ment ré partie. L’in -Les jeu nes géné ra tions ca tion de l’offre de cré dit à la consom - dice de Gini, in di ca teur d’i né ga li té d’au tant
recou rent plus au cré dit à la ma tion depuis vingt ans, ainsi qu’à plus proche de 1 que la dis tri bu tion est iné ga li -
l’é vo lu tion favo rable du coût du cré dit taire, vaut 0,600 pour l’en semble de la po pu la -consom ma tion que leurs aînées
tion, 0,506 pour les mé na ges en det tésdepuis le début des années
no tam ment pour l’ha bi tat et 0,554 pour ceuxTou tes det tes confon dues, la pro por ti on quatre-vingt-dix pour les ména ges : la
en det tés uni que ment pour mo tif de consom -
de ména ges endet tés aug mente rapide - forte dimi nu tion de l’in fla tion au début de ma tion. Par com pa rai son, l’in dice de Gini du
ment entre 20 et 30 ans, pour se sta bi li - cette décennie avait conduit à des taux pa tri moine brut des Fran çais dé but 2004 va -
ser autour de 65 % entre 30 et 50 ans et d’in té rêt réels éle vés qui se sont ensuite lait 0,639. Pour la po pu la tion des mé na ges qui
ne sont pas en det tés à titre pro fes sion nel, ildimi nuer ensuite. Ce pro fil d’en det te - pro gres s i ve ment abais sés du fait de la
est pos sible de cal cu ler un pa tri moine net dement est sur tout lié au cré dit à l’ha bi tat et sta bi lité de l’in fla tion et de la baisse des
l’en det te ment. Pour cette po pu la tion, l’in di ce
plus pré ci sé ment à l’a chat d’une rési - taux d’in té rêt nomi naux, plus par ti cu l iè - de Gini du pa tri moine brut vaut 0,633 et ce lui
dence prin ci pale. Les ména ges con trac - re ment sur la fin de la période. du pa tri moine net 0,636. La prise en compte
tent ce type d’em prunt vers la tren taine de l’en det te ment do mes tique ne mo difie donc
pra ti que ment pas la me sure des iné ga li tés deet la pro por tion de ména ges endet tés Source pa tri moine pour cette popu la tion dans son en -pour l’ha bi tat est maxi male aux alen -
semble. En re vanche, le pa tri moine net est si -
tours de 40 ans. Le cré dit à la consom - gni fi ca ti ve ment moins concen tré (de 0,01 à
L’en det te ment do mes tique dé signe ici lesma tion en revanche concerne plu tôt les 0,02 point de Gini) que le pa tri moine brut pour
em prunts ou prêts per son nels des ti nés à fi -ména ges jeu nes, autour de 30 ans (gra - les mé na ges dont la per sonne de ré fé rence a
nan cer des be soins pro pres du mé nage ; moins de 40 ans.phique 2). Cepen dant, une année les em prunts pro fes sion nels en sont ex -
donnée, coexis tent plu sieurs géné ra - clus. On me sure ici la dette des mé na ges
tions de ména ges, qui ont connu des en som mant les ca pi taux res tant dus, Bi blio graphie
c’est-à-dire ce que les mé na ges de vraientsitua t ions éco no mi ques, notam ment sur
ver ser au mo ment de l’en quête pour sol derle mar ché du cré dit, très dif fé ren tes. De
leurs em prunts : il ne s’a git donc ni des « L’en det te ment do mes tique des mé na -
fait, leurs compor te ments vis-à-vis du mon tants em prun tés, les quels ont été em - ges » F. Guil lau mat-Tail liet, Insee Pre -
cré dit à la consom ma tion sont dif fé rents. prun tés à des da tes di ver ses et sont déjà en mière n° 395, 1995.
Quel que soit leur âge, les ména ges sont partie rem bour sés, ni de la somme des « Endet te ment et su ren det te ment : des
rem bour se ments fu turs qui com pren drait mé na ges aux ca rac té r is ti ques dif fé ren -plus fré quem ment endet tés en 2004
les in té rêts. tes » M. Mon rose, Étu des et Ré sul tats ,qu’en 1992, sauf les moins de 30 ans. En
D’a près l’en quête Pa tri moine 2004, l’en - Drees n° 251, 2003.
1992, il y avait pro por ti on nel le ment plus cours d’en det te ment des mé na ges sous « L’en det te ment des mé na ges eu ro péens » ,
de ména ges de cet âge ayant un cré dit à forme d’em prunts ou de prêts per son nels rap port de l’Obser va toire de l’épargne
la consom ma tion qu’en 2004. Par ail - dé passe lé gè re ment 360 mil li ards d’eu ros euro péenne pour le Co mi té Con sul ta tif du
dé but 2004. Par com pa rai son la Banque de sec teur finan cier, 2005.leurs, les 30-40 ans en 2004 sont légè re -
France en re gistre 518 mil liards d’eu ros de « L’en det te ment im mo bi li er des mé na -ment plus endettés que les m oins de 30
det tes do mes ti ques, ré par tis en 327 mil - ges : com pa rai sons entre les pays de la
ans en 1992, de même que les 40-50 liards pour l’ha bi tat et 191 pour la consom - zone euro » M. Bou til lier, D. Ga briel li et
ans en 2004 vis-à-vis des 30-40 en 1992 ma tion (cré dit de tré so rerie et au tres R. Monfront, Bul le tin de la Banque de
et que les 50-60 ans en 2004 vis-à-vis ob jets). Mais la no tion d’en det te ment dans France n° 144, 2005.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa paru tion sur le site Inter net de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Vous pouvez vous abonner gratuitement aux avis de parution dans http://www.insee.fr/fr/ppp/abonnement/abonnement.asp#formulaire
Di rec ti on Gé né rale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pi nard
75675 Pa ris ce dex 14À RETOURNER À : INSEE/CNGP, Service Abonnement - B.P. 402 - 80004 Amiens CEDEX 1
Di rec teur de la pu bli ca ti on :Tél. : 03 22 97 31 70 Fax : 03 22 97 31 73
Jean-Michel Charpin
OUI, je sou haite m’abon ner à INSEE PREMIÈRE - Ta rif 2007 Ré dac teur en chef :
Da niel TemamAbonnement annuel : r 74 e (France) r 92 e (Étran ger)
Ré dac teurs :
C. Benveniste, C. Du lon,Nom ou rai son so ciale : ________________________ Acti vi té : ____________________________
A.-C. Mo rin, T. Méot
Adresse : ___________________________________________________________________
Ma que tte : Mireille Brunet
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP071131
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon rè gle ment en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________?.
© INSEE 2007
Date : __________________________________ Si gna ture
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.