Les «anciens» restent en famille

De
Publié par

Les personnes âgées sont de plus en plus nombreuses à La Réunion et leur part dans la population va continuer à augmenter. Le placement en maison de retraite reste très marginal. La plupart des « anciens » vivent en compagnie de leur conjoint et / ou de leurs enfants. Le confort de leurs logements s'est beaucoup amélioré et leur taux d'équipement en matériel électroménager se rapproche de celui des ménages plus jeunes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

so cié té
Les per son nes âgées
Les “an ciens” res tent en fa mille
Les per son nes âgées sont de plus en plus nom breu ses à La
Réu nion et leur part dans la popu la tion va conti nuer à aug men ter.
Le pla ce ment en mai son de retraite reste très mar gi nal. La plu part
des “anciens” vivent en com pagnie de leur conjoint et/ou de leurs
enfants. Le confort de leurs logements s’est beaucoup amélioré
et leur taux d’équipement en matériel électroménager se
rapproche de celui des ménages plus jeunes.
a Réu nion connaît aujourd’hui le vivant plus long temps, et étant de sur -
phé no mène iné luc table des socié croît géné ra le ment moins âgées que leur-
tés moder nes : le vieil lis se ment de conjoint, sont plus sou vent con frontéeL
sa popu la tion. Au recen se ment de 1967, au veu vage et à la dépen dance. Au-delà
les per son nes âgées de soixante ans ou de 90 ans, 13,7 % des fem mes sont en
Les per son nes âgées de 75 ans ouplus ne repré sen taient qu’un peu plus de mai son de retraite, contre 4,2 % des
plus se ront trois fois plus nom breu -5 % de la popu la tion totale, contre plus hom mes. Les per son nes âgées pla cées
ses en 2030.
de 10 % aujourd’hui. L’espé rance de vie en mai son de retraite ou fai sant partie
ne cesse de pro gres ser. En 2001, elle d’une com mu nau té reli gieuse cons ti -
per sonne âgée évolue sou vent dans uneatteint 79,4 ans pour les Réu nion nai ses tuent l’essen tiel de la popu la tion hors
-et 71 ans pour les Réu nion nais. L’allon - ména ges. struc ture fami liale complexe, où la soli
da ri té parents-enfants joue plei ne mentge ment de la durée de vie a entraî né une
Le recen se ment de 1999 a décomp té son rôle. forte aug men ta tion de la part des per son -
18 751 per son nes âgées de 75 ans ounes âgées de 75 ans ou plus dans la
plus fai sant partie inté grante d’un La coha bi ta tion avec une ou plu sieurs
popu la tion. Elle a qua si ment tri plé en per son nes dans un même loge ment est le ménage. Par mi elles, 4 400 vivent seu -trente ans, les 20 000 per son nes de 75 mode de vie le plus répan du, même auxles, 3 750 vivent uni que ment avec leurans ou plus repré sen tent 2,8 % de la âges avan cés. En effet, 14 300 per son nes conjoint et les autres coha bi tent avecpopu la tion totale en 1999 (7,9 % en âgées de 75 ans ou plus (76 %) vivent au diver ses per son nes, le plus sou ventmétro pole). La dif fé rence de lon gé vi té moins à deux dans un loge ment. Plus demem bres de leur famille. Dans ce cas, la entre les hom mes et les fem mes se tra -
duit par une forte majo ri té fémi nine dans
cette popu la tion (64 %).
Ré par ti tion des per son nes âgées de 75 ans ou plus
se lon le sexe et le type de mé na ges où el les vi ventLe pla ce ment en mai son de
retraite reste très mar gi nal hom mes fem mes en semble
Si le sou hait de la majo ri té des per son -
Effec tifs % Effec tifs % Effec tifs % % 90
nes âgées est de pou voir conti nuer à
vivre le plus long temps pos sible au Mé na ges sim ples 3 639 53,6 3 075 25,7 6 714 35,8 32,8
-milieu des leurs ou dans un cadre fami Fa mille mo no pa ren tale 264 3,9 1 330 11,1 1 594 8,5 8,8
lier, il est très lar ge ment res pec té à La Couple sans en fant 2 392 35,2 1 354 11,3 3 746 20,0 16,9
983 14,5 391 3,3 1 374 7,3 7,1 Couple avec en fantRéu nion. Ain si, bien qu’ayant sen si ble -
ment aug men té durant les dix der niè res
Mé na ges com plexes 1 891 27,8 4 006 33,5 5 897 31,4 34,6années, le pla ce ment en mai son de Fa mille mo nop + iso lés 251 3,7 1 046 8,7 1 297 6,9 7,0
retraite ne concerne en 1999 que 673 Couple av ou ss en fants + iso lés 1 022 15,0 2 237 18,7 3 259 17,4 18,6
per son nes d’au moins 75 ans, soit 3,4 % Plu sieurs fa mil les 618 9,1 723 6,0 1 341 7,2 9,0
-d’entre elles (1,3 % en 1990). En métro
Mé na ges sans fa mil le 1 264 18,6 4 876 40,8 6 140 32,7 32,6pole, 10 % des per son nes âgées de 75
Per sonne seule 979 14,4 3 448 28,8 4 427 23,6 21,7ans ou plus vivent en mai son de retraite
Sans fa mille 285 4,2 1 428 11,9 1 713 9,1 10,9ou dans un foyer-loge ment. Le recours à
un éta blis se ment spé cia li sé aug mente Ensem ble 6 794 100 11 957 100 18 751 100 100
-avec l’âge. Au-delà de 90 ans, un Réu
nion nais sur dix est en mai son de Le ménage com prend tou tes les per son nes qui par ta gent le même loge ment. Il peut se réduire à une
retraite. A âge égal, les fem mes sont per sonne qui vit seule. Si le ménage est com po sé d’une famille unique (couple avec ou sans enfan ts,
famille mono pa ren tale) il s’agit d’un ménage simple. Un ménage complexe est quant à lui com po séplus sou vent concer nées que les hom -
d’au moins une famille et d’iso lés, ou de plu sieurs famil les. Les ména ges sans famille regrou pent desmes. Cette dif fé rence s’explique essen -
mem bres qui n’ont pas de lien fami lial direct.tiel le ment par le fait que les fem mes,
23so cié té
La po pu la tion âgée par tranche d’âge en 1999 et 2030
60-74 ans 75-79 ans 80-84 ans 85-89 ans 90-94 ans 95 ans ou +
51 087 9 847 5 252 2 919 1 187 3991999
2030 165 011 29 385 17 476 9 275 4 990 2 056
Source : Insee, re cen se ment de 1999, pro jec tions dé mo gra phi ques.
la moi tié des hom mes, et un quart des pres sion démo gra phique aux âges éle -
fem mes vivent au sein d’un ménage vés. La charge pesant sur les famil les,
« simple », com po sé d’un couple avec accentuée par l’évo lu tion des modes de
-ou sans enfants ou d’une famille mono vie (aug men ta tion de l’acti vi té fémi nine,
pa ren tale. Les per son nes âgées ont alors encou ra ge ment à la mobi li té), pour rait
le sta tut. La pré sence des enfants n’est remettre en ques tion l’accueil du parent
pas rare au sein de ces ména ges, soit âgé.
auprès du couple âgé, soit plus fré quem - L’équi pe ment en eau po table et enUn tiers des per son nes âgées vivent dans ment auprès du parent unique de la ins tal la tions sa ni tai res a pro gres sé de
un ménage sans famille. Il s’agit pour lafamille mono pa ren tale. plus de 20 points entre 1990 et 1999.
plu part de per son nes qui vivent seu les.
La soli tude est ain si le lot quo ti dien de
Les enfants sont très 4 427 per son nes âgées de 75 ans ou plus.
pré sents Elle s’est légè re ment déve loppée depuis Le confort des loge ments
1990, en aug men ta tion de deux points, en nette amé lio ra tionPrès de 6 000 per son nes âgées de 75 ans et touche prin ci pa le ment les fem mes
ou plus vivent au sein d’un ménage (3/4 des per son nes âgées seu les). La part D’une manière géné rale, le niveau de“complexe”, com po sé d’une ou plu - des per son nes âgées vivant seu les aug - confort du loge ment des per son nes âgées sieurs famil les et d’iso lés. C’est au sein mente avec l’âge, pour atteindre son de 75 ans ou plus s’est beau coup amé lio- de ces ména ges que la soli da ri té fami - maxi mum à 84 ans, où 29 % des per son - ré depuis 1990. Bien que les reve nus deliale est la plus expli cite. Là encore, les nes sont concer nées. Pour le reste, 1 700
ces per son nes res tent modes tes, desenfants sont omni pré sents, puisque les per son nes âgées vivent dans un ménage aides dépar te men ta les à l’amé lio ra tiondeux tiers des per son nes âgées qui sans lien de paren té direct avec les de l’habi tat ont per mis la réa li sa tion deappar tien nent à ces ména ges coha bi tent autres mem bres. tra vaux indis pen sa bles au main tien desavec un ou plu sieurs de leurs enfants.
per son nes à domi cile. Si 43 % des loge -11 200 loge ments sont occu pés par desCer tai nes d’entre elles vivent encore en
-per son nes de réfé rence ayant au moins ments des ména ges âgés étaient consi dé couple dans un ménage de plu sieurs
rés comme pré cai res en 1990, on n’en-75 ans. La plu part d’entre elles béné fi famil les. Ce mode de coha bi ta tion dans
cient aujourd’hui de condi tions de vie dénom brait plus que 18 % neuf ans plusun ménage complexe pour rait être fra gi -
tard. A l’excep tion de l’élec tri ci té, quiaccep ta bles. Les per son nes âgées viventli sé dans les années à venir, avec la forte
plus sou vent en mai son indi vi duelle que était déjà pré sente dans plus de 95 % des
-foyers en 1990, les pro por tions de loge l’ensemble des ména ges
ments équi pés d’eau cou rante, de WC etréu nion nais (res pec ti ve ment
83 et 75 %), et l’âge aidant, de bains à l’inté rieur du loge ment ont
cha cune pro gres sé de plus de 20 pointselles sont éga le ment plus
sou vent pro prié tai res de entre les deux der niers recen se ments.
L’eau et l’élec tri ci té sont aujourd’huileur loge ment (68 contre
54 %). Mais il s’agit sou - dis po ni bles dans plus de 98 % des
foyers. Le niveau de confort des loge -vent de loge ments plus
ments des ména ges âgés reste tou te foisanciens. En effet, alors que
légè re ment en des sous de celui de la30 % du parc de loge ments
moyenne des loge ments réu nion nais.réu nion nais a plus de 25
-ans, 63 % des loge ments Pour tant, les per son nes âgées ne souf
frent pas de l’exi guï té de leur loge ment.des ména ges âgés ont été
cons truits avant 1975. Si Les enfants par tis, les ména ges âgés dis -
po sent en moyenne de près de deux piè -l’ancien ne té de la cons truc -
tion n’est pas tou jours syno - ces par per sonne, contre 0,85 pour
l’ensemble des ména ges réu nion nais.nyme de vétus té, la qua li té
de ces habi ta tions est sou - Les habi tu des de consom ma tion des per -
vent incer taine. Ain si, 40 %
son nes âgées ne sont pas tou jours com -Les per son nes hors fa mil les sont sou vent des iso lés au des chefs de ména ges âgés pa ra bles à cel les des nou vel les géné ra -sein du mé nage, ayant gé né ra le ment le sta tut d’as cen - habi tent dans des cons truc-
dant ou autre pa rent. Leur pro por tion aug mente très tions. Pour tant, leur taux d’équi pe ment
tions plus “légè res”, de type for te ment avec l’âge, au dé tri ment des per son nes vi - en maté riel élec tro mé na ger le plus cou -“case” ou mai son tra di tion- vant en couple. rant avoi sine sou vent celui des ména gesnelle en bois sous tôle.
24so cié té
Le Sud plus âgé Le Conseil Général privilégie
le maintien à domicileLa Réu nion révèle d’impor tan tes dis pa ri - La Pos ses sion est la com mune où le
tés au niveau com mu nal concer nant la taux de per son nes très âgées est le plus
Le deuxième schéma gérontologique
répar ti tion de la popu la tion âgée de 75 faible, avec un peu moins de 1,8 %. adopté par le Département de La
ans ou plus. Au nord d’une ligne Trois- Sainte-Marie recense éga le ment moins Réunion en octobre 2000 a arrêté son
Bas sins / Sainte-Rose, la popu la tion âgée de 2 % de per son nes de 75 ans ou plus. axe stratégique autour du maintien à
est pro por tion nel le ment peu nom breuse. domicile des personnes âgées. IlA l’inverse, les per son nes âgées sontL’ensemble de ces com mu nes, à l’excep - suppose la mise en place des actions
plus for te ment repré sen tées dans tou tes
tion de Saint-Denis, se situe en deçà de suivantes :
les com mu nes du sud de l’île. L’Entre-la moyenne dépar te men tale qui s’élève à n Développement des services d’aides àDeux, la Plaine des Pal mis tes et Petite-2,78 % de la popu la tion totale. domicile : services de petits dépannages,
Ile recen sent plus de 4 % de per son nes
de portage de repas.d’au moins 75 ans au
sein de leur popu la tion. n Renforcement des actions pour
La micro-région Sud l’adaptation et l’accessibilité de
l’habitat.accueille près de 40 %
des 75 ans ou plus de
n Accompagnement des aidants : former
La Réu nion. les familles pour leur permettre
d’exécuter avec suffisamment deC’est au cœur des gran -
technicité certains actes de prise endes vil les que les per -
charge et organiser des servicesson nes âgées sont pro -
d’accueil temporaire.por tion nel le ment les plus
nom breu ses. Ain si, les n Attribution de l’Allocation
quar tiers centre de Saint- Personnalisée d’Autonomie (APA) :
Paul, Saint-Pierre, Saint- créée par la loi du 20 juillet 2001, elle
remplace la Prestation SpécifiqueDenis et le Port comp -
Dépendance (PSD).tent plus de 4,5 % de
per son nes âgées d’au Cette allocation permet aux personnes
moins 75 ans. On les âgées dépendantes de plus de 60 ans
de payer les services nécessaires pourretrouve éga le ment nom-
leur maintien à domicile. 6 000breu ses au centre de
personnes devraient en bénéficier.vil les plus peti tes, com-
me Saint-Joseph, Sainte- Politique de l’habitat : construction den
petits immeubles avec la présence d’une Suzanne ou Saint-André.
maîtresse de maison.Enfin les per son nes
âgées sont pro por tion - Recours plus fréquent aux famillesn
nel le ment plus nom breu - d’accueil.
ses dans les hauts de
Avec l’ensemble de ces mesures, lel’ouest et du sud.
schéma gérontologique doit permettre
de prendre en compte l’évolution
rapide de la structure démographique
et le changement des origines
11 grands quar tiers socio-économiques des futurs retraités.
plus jeu nes, voire le dépasse. Le réfri gé - où le taux de per son nes âgées
ra teur est l’équi pe ment le plus répan du, de 75 ans ou plus est su pé rieur à 4 %
puis qu’on le trouve dans 95 % des BibliographiePart desfoyers, âgés ou pas. La télé vi sion et le
Grand Quar tier 75 anstélé phone sont aujourd’hui pré sents dans n “Les impacts socio-économiques du
ou +89 % des loge ments des per son nes âgées vieillissement” - Sylvie HOARAU -
Etudes de Synthèses de l’ODR - aoûtde 75 ans ou plus, un peu moins dans les Saint-Paul Centre 4,9
2001.autres. Deve nu d’uti li sa tion cou rante Saint-Pierre Centre 4,8
pour 77 % des ména ges réu nion nais, le Saint-Jo seph Plaine des Grè gues 4,7
n “Deuxième schéma gérontologique” -
Etang-Salé - Ra vine Sèche 4,7lave-linge n’équipe en 1999 que 64 % Conseil Général de La Réunion - année
Entre-Deux (com mune) 4,7des plus âgés. Son uti li sa tion a connu 2000.
Saint-De nis Centre 4,7
tout de même une forte pro gres sion Saint-Jo seph Centre 4,5 n “Les personnes âgées... du tan lontan à
depuis 1990 (+ 27 points). La voi ture, Le Port centre ville 4,5 l’an 2000” - Philippe CIMBARO -
Plaine des Pal mis tes (Com mune) 4,4consi dérée comme moyen de loco mo - Economie de La Réunion n° 66 -
Pe tite Ile - Pi ton Goya ves 4,2tion indis pen sable par les nou vel les juillet-août 1993.
Sainte-Rose - Ri vière de l'Est 4,1géné ra tions, n’est pré sente que dans
23 % des foyers âgés. Les dépla ce ments,
Source : re cen se ment de 1999.plus rares à cet âge, s’effec tuent en bus L’auteur
ou dans le véhi cule d’un proche. n
Claire GRANGÉ est assis tante d’étu des
Claire GRANGÉ
à la direc tion régio nale de l’Insee.
25

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.