Les commerces de proximité et les services de remplacement

De
Publié par

Les modes d'approvisionnement en produits alimentaires ont profondément changé en vingt ans contribuant à la disparition des commerces de très grande proximité comme l'épicerie ou la boulangerie. Pour pallier leur absence, les services de remplacement connaissent des fortunes diverses. Si dans le cas du pain, ils sont généralement appréciés et réussissent à assurer sa présence presque partout, il n'en n'est pas de même dans le cas des produits d'épicerie ; la concurrence des grandes surfaces est trop rude et le déclin de la distribution de proximité se confirme.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
F -
NORD-PAS-DE-CALAIS
∞ -
Les commerces de proximitÈ et les servicesde remplacement
Les modes dÕapprovisionnement en
produits alimentaires ont
profondÈment changÈ en vingt ans
contribuant ‡ la disparition
des commerces de trËs grande
proximitÈ comme lÕÈpicerie
ou la boulangerie. Pour pallier leur
absence, les services de remplacement
connaissent des fortunes diverses.
Si dans le cas du pain, ils sont
gÈnÈralement apprÈciÈs et rÈussissent
‡ assurer sa prÈsence presque partout,
Annie Firlej D I V I S I O NA N A L Y S ES P A T I A L E
Depuis 1980, de nombreux commerces comme lÕÈpicerie ou mÍme la boucherie ont fermÈ. Ainsi en 1998, 43% des communes ne disposent plus dÕaucun commerce de proximitÈ. Parmi elles, 45% en accueillaient au moins un en 1980.
DE MOINS EN MOINS DÕ…PICERIES
Depuis 1980, le nombre de commerces de proximitÈ (Èpicerie, boulangerie, boucherie) ne cesse de chuter. Ils sont tous victimes du dÈveloppement de la distribution alimentaire par les grandes surfaces. CÕest lÕalimentation gÈnÈrale, commerce le plus rÈpandu en 1980, qui rÈsiste le moins ‡ la concurrence des hypermarchÈs ou des supermarchÈs. En 1980, 70% des communes (1) possÈdaient une Èpicerieou une supÈ-(2) rette .En 1998, 41% des communes en disposent. La boulangerie, quant ‡ elle, est le seul commerce ‡ rÈsister ‡ lÕinfluence de la grande surface. Elle Ètait en 1980 le commerce de proximitÈ le moins frÈquem-
(1)…picerie : commerce alimentaire dÕune surface 2 infÈrieure ‡ 120 m .
(2) SupÈrette : commerce alimentaire dÕune surface 2 comprise entre 120 met 2
DE MOINS EN MOINS DÕ…PICERIES Pourcentage dePourcentage de communes ÈquipÈespopulation desservie 1980 1988 19981980 19881998 Alimentation gÈnÈrale 70,1 59,140,6 96,694,5 87,1 ou supÈrette Boucherie, charcuterie52,3 49,639,5 93,593,0 89,1 Boulangerie, p‚tisserie49,2 47,945,0 91,792,0 92,0 Source : Insee - Inventaires communaux de 1979-1980, 1988 et 1998 Recensements de la population de 1982, 1990 et 1999 (p) (p) provisoire
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130,AVENUE DUPR…SIDENTJ.F. KENNEDY- 59034 LILLEC…DEX- T…L. : 03 20 62 86 29 - T…L…COPIE: 03 20 62 86 00
La boucherie, Èquipement de proximitÈ le moins souvent implantÈ dans les com-munes de la rÈgion a rÈgressÈ moins vite que lÕalimentationgÈnÈrale.
Ce commerce est prÈsent aujourdÕhui dans 39,5% des communes soit 12,5 points de moins quÕen 1980.
Toutefois, la population desservie sur place reste encore importante : respectivement 89% et 92% des habitants de la rÈgion disposent sur leur commune dÕune bou-cherie ou dÕune boulangerie. LÕÈpicerie ou la supÈrette rÈpond certes encore ‡ 87% des besoins sur place de la population rÈgionale : soit 9,5 points de moins quÕen 1980.
La fermeture des petites surfaces alimen-taires a surtout affectÈ les toutes petites communes En effet, un grand nombre de fermetures de commerces de proximitÈ et notamment dÕÈpiceries ont touchÈ surtout les communes accueillant entre 200 et 1 000 personnes. LÕÈpicerie ou la supÈrette nÕest plus prÈsente que dans 20% des communes comprenant entre 200 et 1 000 habitants alors quÕelle lÕÈtait dans 64% des communes en 1980.
Les trËs petites communes (moins de 200 habitants) ne disposent plus de commerces de proximitÈ. Les quelques Èpiceries prÈsentes en 1980 ont disparu. ¿ partir de 1 000 habitants, la boucherie et lÕÈpicerie confirment un repli. Par contre, la boulan-gerie se maintient et sÕimplante mÍme dans quelques communes de plus de 2 000 habitants.
POUR CHAQUE PRODUIT,ENVIRON7%DE LA POPULATI DESSERVIE PAR UN SERVICE DE REMPLACEMENT Part de la population desservie selon le type de distributio % 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 1980 19981980 19981980 1998AnnÈ Pain Produitsd'Èpicerie Viande Type de distribution : Commerce Servicede remplace Source : Insee  Inventaires communaux de 19791980 et 1998
N∞16 NPORD-
LES PRODUITS ALI DISPARAISSENT
Les habitants des posent pas de co trouvent quand m des produits alime produits dÕÈpiceri taires sont alors dis plusieurs services d merce multiservice, marchÈ).
LES SERVICES DE REMPLACEMENT Les services dits de remplacement sont les commerces multiservices et les servicespÈriodicitÈrÈguliËre, comme les marchÈs et les services itinÈrants. Les services pÈriodicitÈ rÈguliËre sont ouverts au public certains jours dÈterminÈs tout au long de lÕannÈau moins une foise : par semaine pour lÕalimentation, et une fois par mois pour les autres services. Les services itinÈrants se dÈplacent dans les communes au cours de leur tournÈe. Le commerce multiservice est un magasin qui offre, en plus de son activitÈprincipale, dÕautres services. CÕest par exemple lÕÈpicerie assurant le service dÈpÙt de pain. CÕestpartir de 1 000 habitants que le commerce multiservice apparaÓt. Les services de remplacement retenus dans cetteÈtude concernent les commerces de proximitÈ recensÈs au travers des trois inventaires : ¥le commerce alimentaire :Èpicerie ou alimentation gÈnÈrale ; ¥la boulangerie ou la boulangerieptisserie ; ¥la boucherieou la charcuterie. En 1998, les services de remplacement ont fait lÕobjet dÕun questionnement visantsavoir sÕils suffisaient aux besoins de la population.
… R…GRES istributio
8 AnnÈe
Type de distribution : Commerce Servicede remplacemen
mbre de communes dispo- alimentairespar lÕintermÈ-merce ou dÕun service de e cesse aussi de diminuer. uvait sÕapprovisionner dans mmunes sur dix pour les erie et la viande. Le pain dans quasiment toutes les la rÈgion. En 1998, le pain uit encore trËs prÈsent dans Les produits dÕÈpicerie et la sents dans respectivement s communes. Ces produits isponibles dans des petites trËs touchÈes par les dispa-ies et de quelques boucheries. mplacement ne compense llement la fermeture de iceries.
E ITIN…RANT,SERVICE ION LE PLUS R…PANDU
inÈrant fournit les produits ns de nombreuses com-possËdent pas de com-imitÈ. Il dessert 90% des c service de remplacement 1% des communes pour la e 59% des communes pour picerie.
le commerce multiservice ribution des produits dÕÈpi-15% des communes sans roximitÈ, et la fourniture de e que dans respectivement ces communes. Le marchÈ  querarement ‡ lÕabsence
…volution de la situation entre 1980 et 1998
Maintien de la petite surface alimentaire
Apparition dÕune petite surface alimentaire lo˘il y avait un service de remplacement
Disparition de la petite surface alimentaire et apparition dÕun service de remplacement
Maintien du service de remplacement
Apparition dÕun service de remplacement dans une commune non desservie
Disparition de la petite surface ali mentaire sans remplacement
Disparition du service de remplacement
Absence de tout commerce ou service de remplacement
Limite des aires dÕinfluence des pÙles de services intermÈdiaires
N∞16 P- --
DaLa majoritÈ (55%)des communes utilisaon peut penser que la population sÕdttena hatrices du service de remplacement pour lades commerces de proximit trouverÈ. exde remplapain juge en revanche ceCeci explique que les services distribution de cecement rglobalement suffisant. Pourtant,service Èpondent mal aux exigences. prlÕinsatisfaction augmente dans les com munes les plus importantes.Cependant, le commerce multiservice, qui UN SERVICE ITINRANT TR»S LARGEMENT RPANDU sÕapparente plus uncommerce de RÈpartition des communes desservies par un service de remplacement selon le typeDÕune maniËre gÈnÈeniveauoxdpersatistimilarl,eÈsatisfait tout de m, Íme davantage. faction dÈclinemesure que la populationpour le pain, il est jugPar exemple, Èsuf croÓt. Le service itinÈdes communes ; enfisant dans 55% rant dans les com munes de moins de 500 habitants, o˘il estrevanche lorsquÕil est absent, les autres le seul mode dÕapprovisionnement, modes de remplacement ne corresponest en gÈnÈral jugÈ plussouvent besoins que dans 12% dessuffisant. Dansdent aux les communes de plus de 1 000 habitants,communes. DSERVICE DE REMPLACEMENT POUR LA DISTRIBUTIONE NOMBREUSES COMMUNES INSATISFAITES DU DE LA VIANDE ET DES PRODUITS DÕIRECIPE RÈpartition des communes qui dÈclarent le service suffisant selon la taille de la commune % 70 (33) ItinÈrant seul (228) 60(92) Multiservice seul (97) ItinÈrant et multiservice (25) 50 Les trois services (74) Autres 40 (158) (99) (46) 30 (16) (12) (93) Par (112) (39) 20 plu(24) (20) (47) (20) (15) mu10 (2) pe 0 pr moins de 100de 100199 de200500499 de999 1000et plus habitants seu Viande Surgelpicerie PainÈs trË Les nombres entre parenthËles communes satisfaitesses indiquent Source : Insee  Inventaire communal de 199 SE ES 94AIRES DÕINFLUENCE DES PLES Res DE SERVICES INTERMIDESRIA dix Les aires dÕinfluence des pÙles de po services intermÈdiaires sont des ensembles de communes au sein rehabitants rdesquels les Èla plusalisent ArrasCambraiAvesnessurHelpegrande partie de leurs dÈalecemtnsp Dunkerque pour frÈquenter les commerces et services de la gamme intermÈdiaire. La Calais gamme intermÈcomprend lesdiaire commerces ou services suivants : le dentiste, le magasin dÕÈomtreclÈnager, le masseurkinÈsithÈrapeute, la droguerie quincaillerie, la banque ou caisse dÕÈmagasin de vpargne, le Ísemtnte StOmer BoulognesurMerla librairiepapeterie, lÕambulance, le magasin de chaussures, le notaire, le Lille magasin de meubles, la gendarmerie, le collËge, le supermarchÈl ouÕhyper marchÈ, la perception et le vÈtÈerianir. Chaque aire dÕest composinfluence Èe BÈthunedÕun pÙle de services intermÈiderias Montreuil (commune attirante) et de communes LensattirÈes par ce pÙle. Douai Valenciennes
Source : Insee - I © Insee/IGN 199
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130,AVENUE
N∞16 P-
SURGEL…S:UN SERVICE DE REMPLACEMENT QUI SATISFAIT SES USAGERS
LecommercedesurgelÈsnÕestpasuneactivitÈdeproximitÈcommelaboulangerie.MoinsdÕunecommunesurdixdisposedÕuncomemrcede surgelÈstandisquelaboulangerieestimplantÈedansprËsdÕunecommunesurdeux.Toutefois,lÕÈvolutiondesonimplantationÕnestpasachevÈe. On sÕoriente peut-Ítre vers le dÈveloppement de grandes surfaces ou vers la multiplication de livraisons ‡ domicile par lÕintemr Èdiaire du service itinÈrant.
Toujours est-il que lÕinventaire de 1998, permet pour la premiËre fois dÕapprÈhender cette activitÈ. Comme pour la boulangeriel,a boucherie ou la supÈrette, un complÈment dÕinformations est obtenu au travers de certaines questions portant sur les services de remplacement.
Ainsi, le commerce de surgelÈs est surtout implantÈ dans les communes de plus de 10 000 habitants. PrËs de sept communes sur dix ÈquipÈes ontplusde10000personnes.Cesvillesconcentrentellesseules94%dececommerce.LesproduitssurgelÈsparlÕintermÈdiairedÕunservice de remplacement sont toutefois plus prÈsents dans les communes que les produits dÕÈpicerie mais moins que le pain. Ainsi, les produits dÕÈpi-cerie, les surgelÈs et le pain sont respectivement disponibles dans 67%, 71% et 91% des communes.
Comme pour la boulangerie, le service itinÈrant est le service de remplacement le plus rÈpandu dans les communes dÈpourvues de commerce. Seul il reprÈsente 81,3% du remplacement. AssociÈ au commerce multiservice, la barre des 90% de communes desservies est alors franchie : 94%.
La desserte en produits surgelÈs est davan-tage apprÈciÈe par les habitants des petites communes que la distribution de viande et de produits dÕÈpicerie : 40% des communes de moins de 500 personnes dÈclarent ce service de remplacement suffisant. Il est vrai que ce commerce Ètant plus rare, il faut parcourir en moyenne prËs de 6 km pour sÕapprovisionner contre 2 km pour la boulan-gerie et 4 km pour la boucherie. Le principe des tournÈes prenant souvent la forme dÕune livraison ‡ domicile semble convenir ‡ de nombreux consommateurs. Et si la frÈquence du service est faible, cela nÕest pas ressenti comme gÍnant car les surgelÈs sont par essence des produits qui supportent le stockage.
LES SURGEL…S GR¬CE ¿ UN SERVICE ITIN…RANT DANS PLUS DE NEUF COMMUNES SANS COMMERCE SUR DIX RÈpartition des communes qui ne possËdent pas de commerce de surgelÈs selon le service de remplacement
e muserv ce 13% Multiservice seul 5%
Source : Insee - Inventaire communal de 1998
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130,AVENUE DUPR…SIDENTJ.F. KENNEDY-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.