Les communes bretonnes en chiffres (Octant n° 79)

De
Publié par

La diversité des communes bretonnes : de 60 à 206 000 habitants La Bretagne compte 1 268 communes. La plus peuplée est Rennes avec près de 206 000 habitants, suivie par Brest, avec environ 150 000 habitants. Elles occupent respectivement les 10e et 19e rangs des communes françaises pour la population. La moins peuplée est la commune de Bléruais, en Ille-et-Vilaine, avec 60 habitants en 1999. La moitié des communes bretonnes ont moins de 1 000 habitants et une sur cinq moins de 500 habitants. Inversement, 8 % des communes seulement comptent plus de 5 000 habitants, mais leur population représente presque la moitié des habitants de la région. Enfin, un habitant de la région sur trois habite dans l'une des 31 communes de plus de 10 000 habitants.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

/HV FRPPXQHV EU H
La diversité des communes
bretonnes : de 60 à 206 000
habitants
La Bretagne compte 1 268 communes.
La plus peuplée est Rennes avec près de
206 000 habitants, suivie par Brest, avec
environ 150 000 habitants. Elles occupent
ème èmerespectivement les 10 et 19 rangs
des communes françaises pour la popula
tion.
La moins peuplée est la commune de
Bléruais, en Ille et Vilaine, avec 60 habi
tants en 1999.
La moitié des communes bretonnes
ont moins de 1 000 habitants et une sur
cinq moins de 500 habitants. Inversement,
8 % des communes seulement comptent
plus de 5 000 habitants, mais leur popula
tion représente presque la moitié des habi-
tants de la région.
Enfin, un habitant de la région sur trois
habite dans l’une des 31 communes de
plus de 10 000 habitants.
Les communes bretonnes
sont en moyenne
plus peuplées
La population moyenne des communes
bretonnes, 2 300 habitants en 1999, est
nettement plus élevée que celle de l’en-
18 OCTANT n° 79
GHQSDUGHVFKHFR5pSPODWLPGHVXHQVLQHVWLRSDUSRWUSDQFKWDLOHGQHVHWDLGOOWpHDUWL5pSQDUWLODHSX5pSRQWLRDUWUDQFRGHPOHPFRXDUWLVWLRQGHV
PPXQRQQHV HQ FKLIIUHV
semble des communes françaises, qui est ble densité - 10 % des communes breton- 24 communes ont gagné plus de 1 000
de 1 600 habitants. nes ont une densité inférieure à 25 habi- habitants entre 1990 et 1999.
2tants au km contre 39 % de l’ensemble des
communes françaises et aucune à densitéPar rapport au reste de la France, la Quatorze communes ont vu leur popula-
trés élevée : Rennes, qui est la commune laBretagne compte peu de très petites com- tion progresser de plus d’un tiers entre les
plus dense de Bretagne, avec 4 000 habi-munes : 21 % des communes bretonnes ont deux derniers recensements. Elles sont tou
2moins de 500 habitants contre 58 %. Elle tants au km , se situe loin derrière tes situées dans l’aire urbaine de Rennes,
compte beaucoup plus de communes de certaines communes d’Ile de France qui sauf Le Hézo et Ploeren, dans la périphérie
2taille moyenne : 44 % des communes bre- dépassent 20 000 habitants au km . Vannetaise, Pocé les Bois, dans celle de
tonnes regroupant 40 % de la population de Vitré, et deux petites communes de moins
de 300 habitants : Lanneufret dans le Finis la région, ont entre 1 000 et 5 000 habi-
Assez peu de communes tère, et Moussé, en Ille et Vilaine.tants ; au niveau national, cette catégorie
en forte expansionde communes ne regroupe que 19 % des
communes et 24 % de la population. 549 communes (43 %) ont perdu de la
population depuis 1990. Dix communes ont
La moitié des communes connaissent
connu une diminution de la populationMais elles sont également des évolutions démographiques mesurées,
supérieure à 400 habitants : cinq dans lesplus grandes comprises entre 3 % et + 7 % sur la pé-
Côtes d’Armor (Ploubazlanec, Bégard, Lou-
riode 1990 1999.
déac, Dinan, Plouguernevel), quatre dans leCes différences s’expliquent en partie
Finistère (Carhaix Plouguer, Douarnenez,par la superficie élevée des communes bre
Morlaix, Plouhinec), une seule en Ille-et-Vi-2tonnes : 21 km en Bretagne, pour une Cependant quelques communes enre-
laine (Fougères) et aucune dans le Morbi 2moyenne de 15 km en France métropoli- gistrent des gains de population relative-
han.taine. ment élevés. Trois ont gagné plus de 5 000
habitants entre 1990 et 1999 : Rennes,
La densité moyenne des communes Vannes, et Bruz, près de Rennes, qui con
bretonnes est égale à la moyenne fran- nait la plus forte variation relative de la po-
2çaise : 107 habitants au km en 1999. La pulation de la région avec une progression
Bretagne compte peu de communes à fai de + 62 %. Pascal OGER
5pSDUWLWLRQ GHV FRPPXQHV HW GH OHXU SRSXODWLRQ %UHWDJQH )UDQFH
moins de 100 4 0,3 10,7 300 ~ 0,4
100 à 499 268 21,1 47,4 86 900 3,0 7,6
500 à 999 348 27,4 18,4 254 900 8,8 8,1
1000 à 4 999 554 43,7 18,6 1 174 230 40,4 24,0
5 000 à 9 999 63 5,0 2,6 422 300 14,5 11,1
10 000 à 49 999 25 2,0 2,0 385 500 13,3 26,0
50 000 à 99 999 4 0,3 0,2 224 500 7,7 7,4
100 000 et plus 2 0,1 0,1 356 000 12,2 15,3
727$ 1268 100,0 100,0 2 904 650 100,0 100,0
Source : INSEE - Recensement de 1999, chiffres provisoires arrondis.
OCTANT n° 79 19
ROPDWLRQQHDWLRDQFHOHGXUDQSQHRpWU3QHRSUQHVFHX)P%UHWDJFRPLWDLGHRSUHPE)U/1RPQHXOWDLQHSOLDQFKSR7pWUR%UHWDJ

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.