Les décès : des hommes mariés et des veuves

De
Publié par

4 000 décès sont survenus en 2002 et ce nombre devrait augmenter rapidement dans les prochaines années avec le vieillissement de la population. La majorité des décédés sont actuellement des hommes, plus sujets à une mort précoce. La moitié d'entre eux laissent une veuve, alors que la moitié des femmes sont déjà veuves au moment de leur décès. Dans un cas sur deux le décès se produit au domicile du défunt.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 5
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

société
Les décès
Des hommes mariés et des veuves
4 000 décès sont survenus en 2002 et ce nombre devrait
augmenter rapidement dans les prochaines années avec le
vieillissement de la population. La majorité des décédés sont
actuellement des hommes, plus sujets à une mort précoce. La
moitié d’entre eux laissent une veuve, alors que la moitié des
femmes sont déjà veuves au moment de leur décès. Dans un cas
sur deux le décès se produit au domicile du défunt.
e nombre de décès est en forte vier à juillet puis baisse progressive de Bibliographie
augmentation depuis sept ans. De juillet à janvier. Les mois d’hiver australL1975 à 1995, le nombre de décès sont les mois où l’on décède le plus. La
“La situation démographique à Laannuel n’avait pratiquement pas évolué, transposition avec la métropole est assez Réunion en 1998” - Insee Résultatstoujours légèrement au dessus des 3 000. frappante. Les décès les plus nombreux n° 20 - Août 2002
Depuis, la tendance est fortement à la sont là aussi en période hivernale (de
hausse et cette croissance se poursuivra décembre à mars) et les niveaux de
Réunion en 1999” - Insee Résultatsdans les années à venir. La population décès les plus bas se retrouvent pendant n° 21 - Octobre 2002réunionnaise, encore très jeune aujour- la période estivale (juin à septembre).
d’hui avec 30 ans de moyenne d’âge, va “La population en 2030” - Economie
en effet vieillir petit à petit. La propor- de La Réunion n° 112.
Répartition mensuelle des décèstion de personnes âgées d’au moins
soixante ans va plus que doubler dans 10 %
les trente années à venir : 10 % actuelle-
9% Définitionsment, 22 % en 2030. La croissance forte
8%de la population la plus soumise au
risque de mortalité va provoquer inévita- Espérance de vie à la naissance : durée7%
de vie moyenne ou âge moyen aublement une augmentation du nombre
Réunion6% décès d’une génération fictive quiannuel de décès : en 2030, il y aura entre Métropole
aurait tout au long de son existence les5%8 000 et 9 000 décès soit le double du
conditions de mortalité par âge de
nombre constaté actuellement.
l’année considérée.
C’est en janvier, en pleine période d’été Taux de mortalité : rapport entre lesource : Insee, état civil.
austral, que le nombre de décès est le nombre de décès d’une période (en
À La Réunion comme en métro- général l’année) et la populationplus faible et en juillet qu’il est le plus
pole, les décès interviennnent plu- correspondante en milieu de période.élevé. Le mois de janvier représente
tôt en hiver.
7,6 % de l’ensemble des décès annuels
et le mois de juillet 9,4 %. L’évolution
Sur les dix dernières années, les hommesmensuelle des décès est assez simple : L’auteurreprésentent près de 58 % de l’ensembletendance continuelle à la hausse de jan-
des décès. Leurs risques de mourir sont
beaucoup plus importants dans la majo- Jean-Marc LARDOUX est chargé des
rité des tranches d’âges : les risques de études démographiques à la directionEvolution du nombre de décès
décès des hommes dépassent le double régionale de l’Insee.9 000
de ceux des femmes entre 15 et 70 ans.
8 000
Entre 15 et 44 ans, ils sont même trois
7 000 fois plus élevés. Les causes de cette sur- Sources6 000 mortalité masculine sont bien sûr multi-
ples : tumeurs, alcoolisme, accidents de5 000
la route, suicides, etc. Fichiers état civil 1998 et 19994 000
3 000 Bordereaux de transmission d’état
Avant 80 ans et mis à part les quinze civil 2002.2 000
premières années de la vie, la proportion
d’hommes défunts est toujours large-
source : Insee, état civil et projections. ment supérieure à celle des femmes.
Cette proportion de décès masculins est
Déjà amorcée, la croissance du
continuellement supérieure à 70 % entrenombre de décès va s’amplifier
15 et 60 et même égale à 80 % pour ladans les prochaines décennies.
tranche d’âge 35-39 ans. Entre 60 et 74
économie1er trimestre 2003 23DE LAREUNION
janvier
mars
mai
juillet
septembre
novembre
janvier
1970
1975
1980
1985
1990
1995
2000
2005
2010
2015
2020
2025société
ans, les hommes représentent encore Répartition des décès par état matrimonial et âge
près des deux tiers des décès. Il faut
100 ans et +attendre la tranche d’âge 80-84 ans pour
95à99ansvoir une proportion de femmes supé-
90à94ans
rieure à celle des hommes parmi les 85à89ans
80à84ansdécès : 56 %. Cette plus forte proportion
75à79ansde femmes défuntes augmente ensuite
70à74ans
avec l’âge pour atteindre 84 % au-delà 65à69ans
de 94 ans. 60à64ans
55à59ans
Sur l’ensemble des deux années 1998 et 50à54ans
45à49ans1999, 2 193 hommes mariés sont décé-
40à44ansdés contre uniquement 779 femmes
hommes35à39ans femmes
mariées. Dans plus de sept cas sur dix, le 30à34ans
mari est ainsi mort avant son épouse. La 25à29ans
20à24ans Célibatairemoitié des hommes qui décèdent sont
Marié(e)15à19ansmariés. Les femmes sont mariées dans Veuf(ve)10à14ans
Divorcé(e)un cas sur quatre seulement, et déjà veu- 5à9ans
1à4ansves dans près d’un cas sur deux.
moins d'1 an
300 250 200 150 100 50 0 50 100 150 200 250
Répartition du nombre de décès source : Insee, état-civil.
par classe d’âge et sexe
600
La moitié des hommes sont mariés quand ils décèdent, alors que la moitié des
femmes décédées sont veuves.500
400 pole, son taux de mortalité serait beau-période, l’espérance de vie à la nais-
coup plus élevé : il y aurait actuellementsance en métropole est passée de 64 à 75
300
près de 8 800 décès chaque année, soitans pour les hommes et de 70 à 83 ans
Masculin un taux de mortalité proche des 11,8 ‰.pour les femmes. Les progrès sanitaires200
Féminin
considérables réalisés après la départe-
La structure par âge de la population100 mentalisation et le très fort recul de la
influence tout autant le taux de mortalité
mortalité infantile expliquent en grande
0 des différentes communes réunionnaises.
partie ce phénomène de rattrapage.
Près d’un tiers des communes ont un
Actuellement, l’espérance de vie à la
taux de mortalité inférieur à la moyenne
naissance réunionnaise (hommes et fem-
départementale : ce sont l’ensemble des
mes réunis) se situe au niveau de celle
communes situées au nord-ouest desource : Insee, état-civil. de la métropole ilya20 ans. A l’hori-
l’île : de Sainte-Suzanne à Trois-Bassins.
zon 2020-2025 nous serons proches desLes décès précoces sont nom- Mis à part Saint-Denis et Trois-Bassins,
breux parmi les hommes. niveaux atteints aujourd’hui par la
ce sont toutes des communes qui ont une
métropole.
moyenne d’âge de la population et une
Dans plus d’un cas sur deux le décès proportion de personnes âgées de 60 ans
intervient au domicile du défunt. Un Un taux de mortalité et plus inférieures à la moyenne départe-
tiers seulement des décès se produisent mentale. Les communes du Nord-Estillusoirement bas
dans un établissement hospitalier, une
clinique privée ou une maison de Le taux de mortalité réunionnais est Evolution de l’espérance de vieretraite. Sept Réunionnais sur dix meu-
faible : en 2002 ilyaeu4012 décès 85rent dans la commune de leur domicile.
pour une population en milieu d’année
80Cette proportion dépasse les 90 % dans de 747 600 personnes, soit un taux de
les deux communes les mieux équipées 75mortalité de 5,4 ‰. En comparaison, le
médicalement : Saint-Denis et Saint- 70taux métropolitain est égalà9‰.On
Pierre. Parmi les natifs de l’île, 56 % des
pourrait ainsi penser qu’on meurt moins 65
défunts réunionnais étaient domiciliés
à La Réunion qu’en métropole. Or les 60
dans la commune qui les a vu naître. A Réunion - Htaux de mortalité par âges quinquennaux 55Cilaos comme à Salazie, cette propor- Réunion - Fsont systématiquement plus élevés à La
Métropole - Htion monte à plus de 80 %. A l’opposé, 50
Réunion. On a affaire ici typiquement à - F
moins d’un quart des défunts domiciliés 45un phénomène de structure : l’île a une 1953 1961 1967 1974 1982 1990 1999au Port y sont nés. population beaucoup plus jeune que la
source : Insee.
métropole ; les taux de mortalité aug-L’espérance de vie à la naissance de la
L’espérance de vie a beaucoupmentant avec l’âge, La Réunion a doncpopulation réunionnaise a augmenté de
augmenté à La Réunion au coursune population beaucoup moins soumisemoitié ces cinquante dernières années :
des dernières décennies, mais elleau risque de mortalité. Si la populationde 47 à 71 ans pour les hommes et de 54
reste inférieure à celle de laréunionnaise avait la même répartitionà 79 ans pour les femmes. Sur la même France métropolitaine.
par tranche d’âges que celle de la métro-
économie 1er trimestre 200324 DE LAREUNION
- d’1 an
1 à 4 ans
5 à 9 ans
10 à 14 ans
15 à 19 ans
20 à 24 ans
25 à 29 ans
30 à 34 ans
35 à 34 ans
40 à 44 ans
45 à 49 ans
50 à 54 ans
55 à 59 ans
60 à 64 ans
65 à 69 ans
70 à 79 ans
80 à 89 ans
90 et +société
Taux de mortalité par commune
comparaison entre taux constatés et taux potentiels
Sainte-Marie Sainte-Marie
Sainte-Suzanne Sainte-SuzanneLa Possession La PossessionSaint-Denis Saint-Denis
Le Port Le Port
Saint-André Saint-André
Bras-Panon Bras-Panon
Saint-Paul Saint-Paul
Salazie Salazie
Saint-Benoît Saint-Benoît
Trois-Bassins Trois-Bassins
Plaine Plaine
Cilaos Cilaosdes des
Saint-Leu Saint-LeuPalmistes Palmistes
Sainte-Rose Sainte-Rose
Saint- Saint-Le Tampon Le Tampon
Louis Louis
Etang-Salé Etang-Salé
Saint-Philippe Saint-PhilippeSaint- Saint-Saint-Pierre Saint-Pierre
Joseph Joseph
Petite- Petite-
Ile Ile
Taux de mortalité constatés Taux de mortalité "potentiels"
5,64- 6,155,64- 7,08 %o %o
5,37- 5,645,37- 5,64
4,37- 5,37 © insee 2003 IGN source : état civil 4,22- 5,37
Il fait bon vivre à l’Entre-Deux, le taux de mortalité potentiel y est faible. Si le taux de mortalité constaté y est élevé,
c’est à cause d’une moyenne d’âge plus élevée qu’ailleurs.
Taux de mortalité constaté par commune : rapport du d’avoir un taux de mortalité élevé que sa population sera
nombre annuel moyen de décédés domiciliés dans la com- âgée. Pour gommer cette effet de structure de population,
mune calculé sur 1998 et 1999 sur la population de la com- nous appliquons pour chaque commune les taux de morta-
mune au 1er janvier 1999. lité par âges quinquennaux constatés dans cette commune
à la structure de la population telle qu’elle existe au niveau
Taux de mortalité “potentiel” par commune : exception
de l’ensemble du département de La Réunion. Ce taux de
faite de la première année de vie pour laquelle les cas de
mortalité potentiel permet ainsi de comparer les communes
mortalité infantile sont encore assez nombreux, les taux de
entre elles quelle que soit la répartition par âge de leur par âge augmentent ensuite de façon continue
population.
avec l’âge. Une commune aura d’autant plus de chances
Ouest avec une population jeune et une restent par contre toujours parmi les(Saint-André, Bras-Panon et Salazie)
mortalité faible opposées aux communes communes ayant la mortalité la plusainsi que celles du Sud (Saint-Louis,
du Sud-Est, avec une population plus élevée. Elles sont rejointes par Saint-Saint-Pierre, Petite-Île, Le Tampon et
âgée et une mortalité plus élevée. André, la Possession et le Port. Pour cesSaint-Philippe) se positionnent au niveau
deux dernières communes, l’effet struc-de la moyenne départementale. Les neuf Parmi les communes où la mortalité
ture de la population apparaît claire-autres communes qui apparaissent avec semble la plus faible, nous retrouvons
ment : leur mortalité inférieure à laune mortalité élevée sont toutes situées quatre communes du Nord-Ouest : Saint-
moyenne est uniquement due à la jeu-(mis à part Saint-Joseph) sur la bande Denis, Saint-Paul, Sainte-Marie et Trois-
nesse de leur population.médiane entre les extrêmes nord et sud Bassins mais aussi cinq communes du
de l’île, et ont, exception faite de Saint- Sud : Le Tampon, Petite-Île, Entre-Deux, Jean-Marc LARDOUX
Benoît, une part de personnes âgées Etang-Salé et Saint-Philippe ; et c’est
supérieure à la moyenne départementale. même dans les deux communes de
l’Entre-Deux et Petîte-Île que le taux de
Le calcul du taux de mortalité “potentiel” mortalité potentiel est le plus bas. Les
annule cet effet structure de la popula- communes de l’Est de l’île (Saint-
tion. Nous n’avons plus alors cette dis- Benoît, la Plaine des Palmistes et Sainte-
tinction binaire : communes du Nord- Rose), ainsi que les Avirons et Cilaos
économie1er trimestre 2003 25DE LAREUNION
Entre-Deux
Entre-Deux
Les Avirons
Les Avirons

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.