Les déménagements forment la jeunesse

De
Publié par

Plus on est jeune, plus on déménage souvent : de fin 1992 à fin 1996, 62 % des ménages de moins de 35 ans ont changé au moins une fois de logement en quatre ans, 27 % entre 35 et 50 ans, 10 % au-delà de 50 ans. Les événements professionnels ou familiaux susceptibles d'entraîner un déménagement ont lieu le plus souvent au cours des dix ou quinze premières années de la vie adulte. Les jeunes adultes quittent le foyer familial, les couples se forment, des enfants naissent. Les premières années de vie active sont marquées par une mobilité professionnelle plus forte. Le cap des 35 ans franchi, la mobilité diminue ou change de nature : les ménages se stabilisent ou se séparent. Après 50 ans, c'est surtout le départ à la retraite qui peut entraîner un déménagement. Depuis 1980, la mobilité résidentielle a légèrement baissé, conséquence à la fois du vieillissement et des meilleures conditions de logement. Mais à âge et conditions de logement identiques, les ménages des années quatre-vingt-dix sont aussi mobiles que ceux des années quatre-vingt
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 647 MAI 1999
Prix : 15 F (2,29 $)
Les déménagements
forment la jeunesse
F. Dubujet, division Logement, Insee
Le premier changement de domicile a lieulus on est jeune, plus on déménage
lorsque le jeune adulte quitte ses parents
souvent : de fin 1992 à fin 1996, pour s’installer dans un logement indépen P62 % des ménages de moins de 35 dant ( Pour comprendre ces résultats ). Cette
"décohabitation" est de plus en plus tardive :ans ont changé au moins une fois de lo
en 1984, à l’âge de 25 ans, 75 % des hom
gement en quatre ans, 27 % entre 35 et 50mes et 87 % des femmes occupaient un lo
ans, 10 % au delà de 50 ans. Les événe gement indépendant ; au même âge, ils ne
sont plus que respectivement 62 % et 75 %ments professionnels ou familiaux sus
12 ans plus tard (graphique 2). L’allonge
ceptibles d’entraîner un déménagement ment général de la durée des études et les
ont lieu le plus souvent au cours des dix difficultés d’accès au marché du travail sont
des freins à la décohabitation. De plus, leou quinze premières années de la vie
coût que représente le logement peut paraî
adulte. Les jeunes adultes quittent le tre élevé pour un jeune, en comparaison des
foyer familial, les couples se forment, desconditions qu’offre l’hébergement chez les
parents, dont le logement est plus conforta enfants naissent. Les premières années
ble et spacieux qu’autrefois.
de vie active sont marquées par une mo
bilité professionnelle plus forte. Le cap Installation et stabilisation :
des calendriers différentsdes 35 ans franchi, la mobilité diminue ou
selon la durée des étudeschange de nature : les ménages se stabi
lisent ou se séparent. Après 50 ans, c’est Le fait de poursuivre ou non des études su
périeures différencie les comportements desurtout le départ à la retraite qui peut
décohabitation. Même si la majorité des étu
entraîner un déménagement. diants sont hébergés par leurs parents, une
Depuis 1980, la mobilité résidentielle a part croissante vit dans un logement indé
pendant. En 1996, près du tiers des indivi légèrement baissé, conséquence à la fois
dus de 19 à 24 ans vivant dans un logement
du vieillissement et des meilleures condi indépendant sont des étudiants, contre
tions de logement. Mais à âge et condi
Emménagés récents selon l’âge tions de logement identiques, les
de la personne de référence en 1996
ménages des années quatre vingt dix
sont aussi mobiles que ceux des années
quatre vingt.
Les déménagements sont plus fréquents
chez les jeunes. Fin 1996, 62 % des person
nes de référence de moins de 35 ans n’ha
bitaient pas le même logement fin 1992,
27 % de celles qui ont entre 35 et 50 ans,
10 % au delà de 50 ans (graphique 1). La
moitié des personnes de référence ayant
déménagé ont moins de 33 ans, alors que la
moitié des sédentaires ont plus de 55 ans.
Les parcours résidentiels sont rythmés par
les événements familiaux et professionnels. Source : Enquête Logement 1996, Insee
?
INSEE
PREMIEREOccupants en titre d’un logementLe secteur locatif libre accueille la moitié des décohabitants de moins de 35 ans
indépendant selon l’âge
Secteur d’occupation du logement (en %)
Âge de la Logé EnsembleActivité et type Locatairepersonne Locataire gratuitement,de ménage du secteur Propriétaire Effectifde référence en HLM sous- %libre en millierslocataire, ...
19 24 ans 56 15 26 3 100 761
dont : Actif occupé 54 22 19 5 100 349
Étudiant ou élève 59 ns 36 ns 100 315
dont : Homme seul 51 7 39 3 100 205
Femme seule 61 10 26 3 100 248
Couple sans enfant 61 21 14 4 100 191
25 34 ans 51 23 14 12 100 957
dont : Personne seule 54 23 13 10 100 350
Couple sans enfant 53 19 12 16 100 329
Couple avec enfant(s) 34 35 13 18 100 226
Ensemble 52 20 19 9 100 1 718
Champ : individus de 18 à 34 ans.Champ : nouveaux ménages dont la personne de référence a moins de 35 ans et habitait en 1992 chez ses parents ou en
Lecture : en 1996, à 34 ans, 91 % des hommes et 96 % descollectivité en France métropolitaine.
femmes sont occupants en titre (personne de référence duLecture : 54 % des nouveaux ménages dont la personne de référence est un actif occupé âgé de 19 à 24 ans sont locataires
ménage ou son conjoint) d’un logement indépendantdu secteur libre.
Source : Enquêtes Logement 1984 et 1996, Insee.Source : Enquête Logement 1996, Insee
moins de 10 % en 1984. Parfois, il actifs occupés. Plus de la moitié des ménages se stabilisent, ils sont de
s’agit seulement d’une première expé décohabitants sont locataires du sec plus en plus nombreux à s’orienter
rience de décohabitation, suivie d’un teur libre (tableau 1). Ceux qui atten vers l’accession à la propriété, et par
retour chez les parents, une fois les dent d’avoir au moins 25 ans pour conséquent leur mobilité décroît. Mais
études terminées. Pour ceux dont l’en prendre leur indépendance s’installent les comportements sont différents se
trée dans la vie active est plus pré- plus souvent directement en couple et lon le niveau d’études. Ainsi, entre 30
coce, celle-ci n’est pas toujours ont rapidement des enfants. L’accès à et 35 ans, plus de la moitié des jeunes
synonyme d’autonomie financière : la propriété ou à un logement en HLMménages non bacheliers sont installés
leur taux de chômage est élevé (il at devient d’autant plus fréquent, le choixdepuis au moins quatre ans contre un
teint 28 %), leur situation profession entre ces deux statuts étant fonction tiers chez les diplômés du supérieur
nelle est parfois fragile (près de la du revenu. Les jeunes ne décohabitent(tableau 2). D’une part, des événe
moitié de ceux qui occupent un emploidonc pas tous de la même façon et ments tels que la constitution du cou
n’ont pas un C.D.I.), et leurs revenus cela conditionne la suite de leur par ple ou la naissance des enfants,
propres peuvent être relativement fai cours résidentiel, dont les étapes se susceptibles d’entraîner un déména-
bles (la moitié gagne moins de 3 500 F)r.ont plus ou moins nombreuses et gement, se produisent plus tardivement
Cela contraint les moins de 25 ans, s’enchaîneront plus ou moins rapide pour les diplômés de l’enseignement
qu’ils soient étudiants ou actifs, à choisirment. supérieur ; d’autre part, les cadres ont
des formes transitoires d’occupation En 1996, 3 millions de ménages de 25en début de carrière une forte mobilité
du logement : ainsi 20 % sont sous lo à 34 ans déjà constitués en 1992, sontprofessionnelle : 37 % des cadres
cataires ou louent un meublé et 6 % encore occupants en titre d’un loge âgés de 25 à 34 ans ayant déménagé
sont logés gratuitement par leur fa ment ; parmi eux, 61 % ont changé auentre 1992 et 1996 l’ont fait pour des
mille, ce sont en majorité des person moins une fois de logement en quatre raisons professionnelles (premier em
nes seules. Seuls 15 % ont obtenu unans, et 22 % plus d’une fois. Au fur etploi, changement d’employeur, muta
logement en HLM, principalement des à mesure qu’ils avancent en âge, les tion, rapprochement du lieu de travail)
alors que seulement 12 % des ou-
vriers et 23 % des employés sont dans La mobilité des ménages de 25 à 34 ans selon le niveau d’études
ce cas. Les cadres sont d’ailleurs plus
Secteur d’occupation
souvent locataires dans le secteur li Diplôme le plus élevé des ménages mobiles (en %)
Taux de
obtenu par la personne Age Effectifs bre, ce qui facilite leurs fréquents dé 1 Logé mobilité Locatairede référence (P.R.) de la P.R. (milliers) Locataire gratuitement, ménagements, et habitent plutôt un(%) du secteur Propriétaire
du ménage en HLM sous- appartement en centre ville. Les ou libre
locataire, ...
vriers, quant à eux, sont beaucoup
Inférieur au baccalauréat 25 29 647 69 43 30 18 9
plus nombreux en banlieue où ils sont
30 34 1 316 48 28 30 35 7
soit accédants à la propriété en maison
Baccalauréat ou plus 25 29 371 79 58 13 14 15 individuelle soit locataires en HLM.
30 34 659 66 41 11 39 9
Aux raisons objectives de déménage
Ensemble 2 992 61 40 23 28 9
ment que sont les événements du cy
1. Le taux de mobilité est la proportion de ménages mobiles dans l’ensemble des ménages de la catégorie.
cle de vie s’ajoutent des motivationsChamp : ménages déjà constitués en 1992 dont la personne de référence a entre 25 et 34 ans en 1996.
Source : Enquête Logement 1996, Insee liées au logement, comme par exem
¸˚`ple avoir un logement plus grand, de parents à rechercher un logement plusnière indirecte des ménages encore
venir propriétaire, habiter en maison grand. Mais ce phénomène, qui ne actifs, mais qui préparent leur retraite.
individuelle ou encore changer de concerne que les couples et les fa Ainsi, 22 % des ménages de 50 à 59
quartier. Cette amélioration des condi milles monoparentales ayant au moins ans ayant déménagé alors que la per
tions de logement peut justifier à elle deux enfants, est marginal. En effet, sonne de référence occupait encore
seule un déménagement, mais le plus dans le cas des couples, 63 % étaientun emploi sont devenus propriétaires ;
souvent, elle se fait à l’occasion d’unedéjà propriétaires en 1992, et 85 % ce changement de statut constituait
mobilité consécutive à un événement avaient au moins quatre pièces, ce quimême dans deux cas sur trois la prin
d’ordre professionnel ou familial. explique en partie leur moindre mobilité.cipale raison du déménagement, as
37 % des familles monoparentales de sociée quelquefois au souhait de
1996 ont déménagé au moins une foispasser d’un appartement à une mai Après 35 ans, stabilisation
au cours des quatre années précéden son. La propriété, qui concerne prèspour les uns, divorce
tes. Environ un tiers des déménage de trois ménages sur quatre à l’âge depour les autres
ments coïncident avec la séparation 65 ans, évite aux retraités de grever
Après 35 ans et avant 50 ans, la plu du couple : il y a donc encore une foisleur budget avec le paiement d’un
part des ménages ont stabilisé leur un événement familial à l’origine de la loyer et leur permet par la même occa
situation tant familiale que profession mobilité. C’est même à cause de lui sion de se constituer un patrimoine,
nelle, et par conséquent résidentielle. que certains ménages propriétaires qu’ils pourront léguer à leurs enfants.
Trois ménages sur quatre habitent en sont contraints de changer de loge De 60 à 62 ans, le départ à la retraite
1996 le même logement qu’en 1992 ment : en 1996, parmi les ménages motive un déménagement sur trois.
(cette proportion est de près de neuf mobiles âgés de 35 à 49 ans qui Quand ils déménagent, les jeunes re
sur dix pour ceux qui étaient proprié étaient propriétaires de leur logement traités sont assez enclins à changer
taires en 1992). Les conditions de oge l en 1992, un quart ont déménagé à la de région surtout s’ils habitent en Ile
ment ne semblent pas plus qu’avant suite d’un divorce. Les familles mono de France. Toutefois, si des revenus
35 ans une raison suffisante pour dé parentales, disposant de ressources élevés facilitent une tel mouvement,
ménager, même si un déménagement plus faibles que les autres ménages, plusieurs facteurs peuvent le freiner :
sur quatre a permis à un ménage loca sont souvent accueillies dans le parc avoir des enfants à charge ou un con
taire de devenir propriétaire. Les mo locatif social : 40 % d’entre elles s’y joint exerçant une activité, être pro
tifs professionnels sont invoqués une installent, dont un tiers seulement y ré priétaire ou locataire en HLM.
fois sur cinq (tableau 3). Les ménages sidaient déjà auparavant.
de cadres sont toujours parmi les plus Baisse apparente
mobiles. Toutefois, l’activité profes Quand l’heure de la retraite de la mobilité
sionnelle de la conjointe a tendance à a sonné...
freiner la mobilité du couple. Depuis 1980, les causes de mobilité
A cet âge, les enfants jouent un rôle Après 50 ans, la proportion de ménagesn’ont guère évolué, si ce n’est que les
moins important car les naissances mobiles tombe à 10 %. Le principal évé motifs professionnels et les sépara
sont moins nombreuses. Le fait qu’ils nement qui vient perturber leur stabilité tions de couples jouent un rôle un peu
grandissent et ne peuvent plus parta résidentielle est d’ordre professionnel : plus important. Le profil des ménages
ger la même chambre pousse certainsla retraite. Elle touche d’abord de ma mobiles est aussi sensiblement le
Principales raisons de déménagement données par les ménages de 35 à 49 ans
selon leur statut d’occupation précédent et actuel
Raisons du déménagement (%)Statut du Nombre de
Statut
logement ménages Raisons Divorce, Logement Devenir Collectif Environnement
du logement actuel 1 2précédent (milliers) professionnelles séparation plus grand propriétaire individuel du logement
Ensemble Ensemble 1 790 21 14 32 19 13 20
Propriétaire Propriétaire 181 17 10 45 /// 21 30
Locataire HLM 39 19 64 ns /// ns ns
Locataire secteur libre 108 37 43 8 /// ns 9
Locataire Propriétaire 102 ns ns 35 76 52 42
HLM Locataire HLM 161 10 12 49 /// 8 24
Locataire secteur libre 49 19 25 30 /// 18 38
Locataire Propriétaire 302 14 ns 35 73 22 19
secteur libre Locataire HLM 143 17 15 33 /// ns 12
Locataire secteur libre 374 26 11 33 /// 6 19
1. Premier emploi, changement d’employeur, mutation, rapprochement du lieu de travail.
2. Bruit, pollution, manque d’espaces verts, insécurité, localisation ...
Champ : ménages mobiles dont la personne de référence a entre 35 et 49 ans en 1996.
Lecture : 181 000 ménages mobiles propriétaires de leur logement actuel étaient propriétaires de leur précédent logement d’entre eux; 17 % ont déménagé pour des raisons professionnelles.
La somme des % en ligne peut être supérieure à 100 car les ménages peuvent donner plusieurs raisons. Les statuts d’occupation autres que propriétaire, locataire en HLM ou locataire du
secteur libre ne figurent pas dans le tableau en raison de leurs effectifs trop faibles mais sont inclus dans la catégorie ’Eemble’ ns
Source : Enquête Logement 1996, Insee
?même. En revanche, la proportion de Pour comprendre ces résultats
ménages mobiles a légèrement dimi
nué : en 1984, 32,3 % des ménages
Une partie du questionnaire des enquêtes sentent 10 % de l’ensemble des ménagesétaient dans leur logement depuis
nationales sur le logement de 1984 et 1996et leur taux de mobilité est de 94 % en 1996.
moins de quatre ans, 30,3 % en 1996.
porte sur la situation de la personne de Par opposition, un ménage déjà constitué
Parmi les ménages déjà constitués référence du ménage quatre ans aupara est un ménage dont la personne de réfé
quatre ans avant, la proportion est vant, c’est à dire au moment de l’enquête rence était déjà “ occupant en titre ” (per
précédente, par exemple fin 1992 pour l’en sonne de référence ou son conjoint) d’unpassée de 24,4 % à 23,2 %. L’ancien
quête de fin 1996. Un ménage dont la per logement indépendant en France métropo neté moyenne dans le logement s’est
sonne de référence occupe son logement litaine quatre ans auparavant ; 23,2 % de
également allongée, passant de 12,7
actuel depuis moins de quatre ans est ap ces ménages sont mobiles en 1996.
ans à 13,8 ans. En 1996, 49 % des mé pelé ménage mobile ou emménagé récent. Ces chiffres ne peuvent pas être directe
nages sont dans leur logement depuis Un tel ménage (plus précisément sa per ment comparés avec les résultats d’en
sonne de référence) est questionné sur le quêtes spécifiques sur la mob ilitéau moins 10 ans et 27 % depuis au
logement occupé quatre ans avant, et sur résidentielle comme celles menées parmoins 20 ans, alors que ces propor
celui occupé avant le dernier déménage l’Insee en 1978 [Taffin, 1983] ou par
tions étaient respectivement de 44 %
ment. On définit un taux de mobilité comme l’INED en 1981 [Courgeau, 1984]. En par
et de 22 % en 1984. étant la proportion de ménages mobiles ticulier, les enquêtes Logement ne per
Pourtant cette moindre mobilité ne tra dans l’ensemble des ménages. mettent pas de décrire l’ensemble des
On appelle nouveau ménage un ménage mouvements de la période considéréeduit pas un changement de comporte
dont la personne de référence, quatre ans (11,6 % des emménagés récents ontment des ménages, mais plutôt une
auparavant, était hébergée (le cas le plus changé au moins deux fois de logement
évolution de leur situation : le confort
courant étant celui d’une personne habitant en quatre ans), ni de reconstituer tout le
des logements s’est amélioré, le taux chez ses parents) ou résidait en dehors du parcours résidentiel d’un ménage (et en
de propriétaires est passé de 50,7 % territoire métropolitain (DOM TOM ou core moins des individus qui le compo-
étranger). Les nouveaux ménages repré sent) depuis sa première installation.en 1984 à 54,3 % en 1996, la part des
ménages de 65 ans ou plus a progres
sé de 16 % tandis que celle des moins
Pour en savoir plus
de 40 ans a diminué de 12 %, et la pro
portion de personnes seules a pro-
"Les ménages et leurs logements", Insee Première n°562, décembre 1997gressé de 14 % alors que celle des
"Les conditions de logement des ménages", Insee Résultats n°622 623, novembre
couples avec enfants a reculé de
1998, "Relations entre cycle de vie et migrations", Courgeau D., Population n°3, 1984,
16 %. Ces modifications structurelles INED
concourent toutes à une baisse générale "Family Migration Decision", Mincer J., Journal of Political Economy , vol. 86, n°5, 1978
"La mobilité résidentielle de 1973 à 1978", Taffin Archives et DocumentsC., n°95, 1983de la mobilité. En fait, à structure égale,
"La mobilité résidentielle", Taffin C., in "Le logement aujourd’hui et demain", Inseela proportion de ménages mobiles en os
Résultats n 43 44, 1989
1996 serait identique à celle de 1984.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80 $ 101,07 $ 126,08 $
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Rédacteurs : J W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. TagnaniAdresse : _______________________________________________________________
Maquette : Mireille Brunet___________________________________ Tél : _____________________________
Code Sage IP99647
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei
© INSEE 1999
qqq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.