Les étrangers en Alsace

De
Publié par

Au cours de la décennie 90, le nombre d'étrangers est resté stable en Alsace. La baisse des nationalités de l'Europe du Sud ou du Maghreb contrebalance la forte hausse d'autres nationalités européennes, Allemands en tête. La population étrangère reste majoritairement masculine et plutôt jeune, mais ces caractéristiques s'atténuent. Hormis les Allemands et les Suisses, pour beaucoup localisés dans les zones frontalières proches des grandes agglomérations d'Outre-Rhin, les étrangers se concentrent dans les grandes villes d'Alsace.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

POPULATION
Les étrangers
e rAu 1 rang régional, les Turcs avec 29 000 personnesen Alsace
30 000
Turcs
Nombre de personnes
25 000
Au cours de la décennie 90, Italiens
le nombre d’étrangers
20 000
est resté stable en Alsace.
Marocains
La baisse des nationalités
15 000de l’Europe du Sud
ou du Maghreb contrebalance
10 000la forte hausse d’autres Algériens
Allemandsnationalités européennes,
5 000Allemands en tête.
Portugais
La population étrangère reste
0majoritairement masculine
1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000et plutôt jeune,
mais ces caractéristiques
ont, depuis 1975, baissé de près
u recensement de 1999, les’atténuent. de moitié. Elles représentent dé-
nombre d’étrangers en
Hormis les Allemands sormais un peu plus d’un étrangerA Alsace, 128 400, est prati-
sur cinq.et les Suisses, pour beaucoup quement le même qu’une décennie
plus tôt. Pourtant, cette apparentelocalisés dans les zones
stabilité masque des évolutions Les Allemandsfrontalières proches
très contrastées. au deuxième rang
des grandes agglomérations
Les nationalités du Maghreb di-d’Outre-Rhin, À l’opposé, quelques nationalités
minuent très nettement, avec des ont fortement progressé. Restéles étrangers se concentrent
baisses respectives de 21 %, pratiquement stable pendant 30dans les grandes villes 25 % et 29 % pour les Marocains, ans, le nombre d’Allemands a
d’Alsace. les Algériens et les Tunisiens. Les plus que doublé sur la dernière
Maghrébins représentaient en décennie, passant de 6 900 à
Alsace près d’un étranger sur 15 800. Représentant un étran-
trois en 1990 ; ils représententLes étrangers représentent 7,4 % de ger sur huit en Alsace, les Alle-
la population alsacienne, contre 5,6 % moins d’un sur quatre en 1999. mands forment désormais la
pour l’ensemble de la France. Pour les nationalités de l’Europe deuxième nationalité la plus nom-
Les Turcs forment la nationalité la plus du Sud, Italiens, Portugais et breuse dans la région ; ils n’arri-représentée (22,5 %), devant les Alle-
eEspagnols, des diminutions très vaient qu’en 6 position en 1990.mands (12,3 %) et les Marocains
marquées s’observent égale-(11,7 %). Les autres nationalités européen-
ment. Elles vont de -20 % à -15 %.Strasbourg, Mulhouse et Colmar ac- nes ont également connu une
Correspondant à une immigrationcueillent 45 % des étrangers de la ré- progression notable, de plus de
gion. plus ancienne, ces nationalités 4 000 personnes, soit près de
7Chiffres pour l'Alsace · revue n° 4 · septembre 2001 INSEE
Source : Insee, recensements de la population, saphirPOPULATION
L'âge moyen de la population étrangère progresse
Ainsi, en 1990, parmi les jeunes
50 de 15 à 24 ans, les étrangersFrançais par acquisition
Âge moyen étaient 4,5 fois plus nombreux que
45 les Français par acquisition. Neuf
Allemands ans plus tard, pour la même
40 tranche d’âge, ils ne sont plus que
un quart de plus. Ce mouvement
35
explique aussi que, à l’inverse deÉtrangers
celui des étrangers, l’âge moyen
30
des Français par acquisition di-
Turcs
minue nettement, de 46 ans à 42
25
ans et demi.
Parmi les principales nationalités
20
présentes en Alsace, les Alle-
1980 1985 1990 1995 2000
mands et les Suisses sont les
40 % de hausse. Cette forte évolu- vé que celui de la population fran- seuls dont l’âge moyen baisse,
tion concerne les Suisses et la plu- çaise. L’écart est d’un an. Cette re- de 3 ans et demi dans chaque cas,
part des nationalités de l’Union lative jeunesse des étrangers cor- pour s’établir respectivement à 40
européenne, au premier rang des- respond essentiellement à une ans et demi et 45 ans. Ceci est la
quelles les Britanniques et les Bel- proportion très faible de person- conséquence d’un profil plutôt
ges. Elle est aussi due à des natio- nes âgées, avec 13 % de person- jeune des nouveaux installés de la
nalités émergentes, Roumains et nes de 60 ans ou plus, contre décennie. L’âge moyen des autres
ressortissants de pays de l'ex- 19 % pour l’ensemble de la popu- nationalités varie très fortement : il
URSS, dont le nombre a quintuplé lation alsacienne. L’âge moyen s'établit à 27 ans pour les Turcs ou
en neuf ans. des étrangers se situe à 36 ans et 50 ans pour les Italiens.
Les Turcs ont sensiblement pro- demi aujourd’hui, au lieu de 31
gressé, de 2 500 personnes en ans en 1990. ...Plus féminine
neuf ans, soit d’un peu moins de Ce vieillissement de la population
10 %. Avec 29 000 personnes, ils étrangère doit beaucoup aux nom- Globalement, la population étran-
constituent de loin la nationalité breuses naturalisations interve- gère d’Alsace continue de se fémi-
étrangère la plus importante en nues aux âges les plus jeunes. niser. Les femmes représentent en
Alsace. Après l’augmentation très
vive, d’environ 1 200 personnes
Taux de naturalisation en forte progression
par an, qui avait caractérisé les chez les jeunes
décennies 70 et 80, la progres-
Proportion de Françaission de cette nationalité entre les
Français par acquisition*Étrangersdeux derniers recensements est ce- Âge par acquisition (en %)en 1999
pendant beaucoup moins rapide. en 1999
1990 1999
Ensemble 128 381 75 749 25,9 37,1Une population
dont :plus âgée
moins de 5 ans 5 939 1 645 5,8 21,7
5 à 9 ans 7 538 2 531 6,6 25,1L’âge moyen de la population
10 à 14 ans 7 634 2 971 8,1 28,0étrangère d’Alsace est moins éle-
15 à 19 ans 6 898 5 723 14,3 45,3
20 à 24 ans 8 631 6 811 22,4 44,1
* Français par acquisition sur le total (Étrangers + Français par acquisition)
8 INSEE Chiffres pour l'Alsace · revue n° 4 · septembre 2001
Source : Insee, recensements de la population, saphir
Source : Insee, recensements de la populationPOPULATION
Les hommes majoritaires de 50 à 80 ans
Âge
90 et +
80-84effet près de 47 % des étrangers,
soit une progression de deux 70-74
points depuis 1990, ou encore de
60-64
huit depuis 1975. Cette féminisa-
50-54tion progressive s’explique pour
une bonne part par les regroupe-
40-44
ments familiaux, qui ont concerné
30-34les immigrés les moins âgés. Ain-
si, pour les moins de 50 ans, fem- 20-24
mes et hommes sont en position
10-14
de parité.
0-4Inversement, les générations les
plus âgées restent à forte majorité 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % 100 %
masculine : entre 50 et 80 ans, les
FemmesHommes
femmes représentent moins de
deux étrangers sur cinq. Ces gé-
nérations venant à diminuer, sousPrésence étrangère très contrastée entre quartiers
l’effet notamment des retours au
Si la présence étrangère varie fortement entre des communes proches,
pays, la féminisation de la popula-
elle varie davantage encore au sein même des villes. Dans certains quar-
tion étrangère est appelée à setiers "IRIS" des grandes communes d’Alsace, elle dépasse ainsi 30 %
poursuivre. Du fait de la surmorta-alors qu’elle n’atteint pas 5 % dans d’autres.
lité masculine, les femmes étran-
Population Part des gères deviendront alors plus nom-
Quartiers
totale étrangers (en %) breuses que les hommes, ce qu’el-
les ne sont à présent qu’au-delà deStrasbourg : moyenne 12,9 %
80 ans, avec une part de près dePolygone Sud 2 706 39,4
60 %.Cronenbourg Ouest-Nord-Ouest 1 442 35,0
Cronenbourg Ouest-Nord-Est 3 371 33,2
Forte présence dans
Neudorf Sud-Centre-Ouest 1 869 4,2 les grandes villes
Contades Nord 1 548 3,6
Stockfeld Est 2 279 2,0 Les étrangers se répartissent très
inégalement sur le territoire alsa-
cien. Les Allemands et les Suisses
Mulhouse : moyenne 15,1 % se distinguent très nettement, en
se concentrant dans les zones
Bourtzwiller Sud-Est 2 266 33,8
frontalières les plus proches des
Fridolin Sud 2 900 31,9
grandes villes d'Outre-Rhin. C’est
Fonderie Sud 2 752 31,8
ainsi que les cantons de Seltz et
Rebberg Nord 3 350 5,5 Lauterbourg comptent plus de
Daguerre Nord 2 090 5,5 11 % d’Allemands, celui de Neuf-
Haut-Poirier Est 3 375 4,5 Brisach 9 %. Les cantons de Hu-
ningue, Ferrette et Sierentz re-
Colmar : moyenne 10,6 %
Europe Sud-Est 3 070 33,6
Maraîchers 4 805 3,2
Sainte-Marie Ouest 2 553 2,5
9Chiffres pour l'Alsace · revue n° 4 · septembre 2001 INSEE
Source : Insee, recensement de la population de 1999POPULATION
Étrangers et immigrés en 1999
Un étranger est une personne qui, lors du recensement de la population,
a déclaré une nationalité autre que française. Il s’agit d’une caractéris-
tique du moment, qui peut évoluer par la suite, par acquisition de la natio-
nalité française (1).
Un immigré est une personne qui a déclaré être "née étrangère à l’étranger".
Lié à la naissance, ce caractère est immuable, même si l’immigré peut au
groupent pour leur part trois Suis-
cours de sa vie devenir Français "par acquisition".
ses résidant en Alsace sur cinq.
Les deux notions se recoupent donc, mais ne se confondent pas. Ainsi,
Les étrangers d’autres nationali-
en Alsace, le nombre des immigrés a progressé de 21 000 personnes,
tés habitent pour leur part très ma-soit + 16 %. Cette hausse des personnes "nées étrangères à l’étranger"
joritairement dans les zones urbai-ne s’est pas traduite par une hausse du nombre d’étrangers.
nes, et plus particulièrement dans
En effet, d’une part, les immigrés sont plus souvent Français en 1999 qu’en
les grandes villes. C’est ainsi que1990, 30 % contre 25 %. Le nombre d’immigrés étrangers n’a donc progres-
les trois communes de Stras-sé que de 8 600 personnes. D’autre part, dans le même temps, le nombre
d’étrangers nés en France a diminué de 8 900 unités, d’où la stabilité cons- bourg, Mulhouse et Colmar, qui
tatée du nombre global d’étrangers. Bien évidemment, le nombre total des représentent le quart de la popula-
Français par acquisition, nés en France ou à l'étranger, a de son côté très tion alsacienne, abritent plus de la
fortement augmenté, de près de 70 %, passant de 45 000 à 76 000.
moitié des étrangers présents en
Alsace, hors Allemands et Suis-
ses.
Autour de Strasbourg et Mulhouse,
certaines banlieues accueillent
également une population étran-
Français
Étrangers Étrangers gère importante. Tel est le cas de
par acquisition
nés à l'étranger nés en France Bischheim, Schiltigheim, Witten-nés à l'étranger
heim ou Illzach, qui comptent cha-
cune environ 10 % d’étrangers. À
104 200 l’inverse, dans d’autres communes44 700 24 200
de banlieue, la part d’étrangers est
nettement plus faible. Ainsi, elle
ne dépasse pas 4 % à Ostwald,
Immigrés Étrangers Oberhausbergen, Geispolsheim,
Pfastatt, Riediesheim ou encore
(1) La loi du 16 mars 1998 permet à tout enfant né en France de parents étran- Sausheim.
gers d’acquérir de plein droit la nationalité française à sa majorité, sous la
condition d’avoir vécu au moins cinq ans en France entre 11 et 18 ans. Ainsi,
des mineurs étrangers, potentiellement Français à leur majorité, ont selon
Vincent LE CALONNECtoute vraisemblance été déclarés "à tort" au recensement.
Les étrangers dans le Bade-Wurtemberg
Dans le Bade-Wurtemberg, les étrangers ont augmenté de 24 % entre 1990 et 2000, bien que le nombre de natu-
ralisations ait été très important (143 000 sur dix ans). Le Land compte actuellement près de 1,3 million d’étran-
gers pour une population totale de 10,5 millions d’habitants. Près d’un tiers des étrangers sont des ressortissants
de l’Union européenne (UE). Les femmes représentent 47 % de la population étrangère.
La communauté turque est la plus nombreuse : en 1990, sur 10 étrangers, trois étaient de nationalité turque. De-
puis, leur nombre s’est encore accru (+ 15 %). Le fait marquant de la décennie est l’arrivée d’une importante
vague d’ex-Yougoslaves, surtout à partir de 1990, après l’ouverture des frontières des pays de l’Est : leur nombre
a augmenté de 42 % en dix ans. Parmi les ressortissants de l’UE, les nationalités les plus représentées sont les Ita-
liens (188 000) et les Grecs (84 000) ; elles sont toutes deux en progression légère mais constante. Les Portugais
qui étaient 17 000 en 1990, sont aujourd’hui 27 000 ; ils devancent les Français (25 400) et les Espagnols (20 700).
Eildienst n° 207/200, Ergebnisse des Ausländerzentralregisters
10 INSEE Chiffres pour l'Alsace · revue n° 4 · septembre 2001

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.