Les familles d'aujourd'hui

De
Publié par

Habiter seul un logement : voilà le mode de vie qui s'est le plus développé ces dix dernières années. Parallèlement la cellule familiale auvergnate a subi de profondes modifications. Alors que les familles nombreuses deviennent de plus en plus rares, le nombre de couples sans enfant et de familles monoparentales augmente régulièrement. Aujourd'hui sur dix familles, quatre seulement sont des couples avec de jeunes enfants.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Les familles d’aujourd’hui
Habiter seul un logement : voilà le mode de vie qui s’est le
plus développé ces dix dernières années.
Parallèlement la cellule familiale auvergnate a subi de
profondes modifications. Alors que les familles
nombreuses deviennent de plus en plus rares, le nombre
de couples sans enfant et de familles monoparentales
augmente régulièrement.
Aujourd’hui sur dix familles, quatre seulement sont des
couples avec de jeunes enfants.
Vincent VALLÈS
Le mode de cohabitation est Puis, à partir de 30 ans, huit fois sur dix, les
Auvergnats vivent en couple. Cette propor-diférent suivant les âges de la vie
tion se maintient jusqu’à 60 ans. Si le ma-
riage reste le mode d’union le plusJusqu’à 20 ans, la quasi-totalité des enfants
vivent chez leurs parents. De 20 à 24 ans, représenté, son poids diminue régulière-
ment. En effet, en 1982, la part des couplesc’est encore le cas six fois sur dix. Ensuite,
de 25 à 29 ans, seulement un quart d’entre formés de deux personnes mariées était de
95 %. Désormais, elle représente seule-eux continue d’habiter sous le toit familial. À
partir de 25 ans, la majorité des garçons ment 83 %.
En 1999, un couple sur dix est composé dequitte le domicile parental. Pour les jeunes
filles, cette prise d’autonomie est constatée deux célibataires (personnes ne s’étant ja-
mais mariées). C’est quatre fois plus qu’il yun peu plus tôt. En effet, à partir de 21 ans,
la moitié d’entre elles vit dans un logement a quinze ans.
Vers la quarantaine, un habitant sur dixindépendant. À 20 ans, environ un habitant
sur cinq est seul dans son logement. seulement vit seul.Mode de cohabitation
Plus ils avancent en âge, plus les Auver-
gnats sont confrontés à la solitude. Après
65 ans, le nombre de ces solitaires aug-
mente progressivement. Entre 35 et 45 ans,
si on ne parle pas à proprement parler d’iso-
lement, il ne s’agit pas pour autant de vie de
couple mais plutôt du fait qu’un Auvergnat
sur dix est seul pour élever ses enfants.
Lecture :
Parmi les Auvergnats de 25 ans : 38 % vivent en
couple, 36 % chez leurs parents, 18 % sont seuls,
7 % sont en collectivité et 1 % forme une famille
monoparentale.
pour l’Allier. Ces personnes, seules dansEntre 1990 et 1999, la populationSolitaires
leur logement, sont sur-représentées à larégionale totale a diminué.des champs fois dans les campagnes les plus isolées
Pendant ce temps, le nombre de ménages mais aussi et surtout dans les centres ur-et solitaires
augmente : il s’accroit de 8 %. Pour l’en- bains. Cette constatation recouvre cepen-
des villes : semble des régions métropolitaines, le dant deux réalités différentes. Dans les
constat est identique mais la progression campagnes, ce sont surtout des personnesdes âges est supérieure de trois points à celle ob- âgées restées seules après le décès du
servée en Auvergne. C’est essentiellement conjoint alors que dans les agglomérations,différents
le fait de la forte augmentation du nombre il s’agit de personnes vivant dans de petits
des ménages composés d’une seule per- logements. C’est en effet au cœur des prin-
sonne. Le nombre de familles est resté cipales agglomérations que se concentre la
stable. En revanche, le nombre des person- majorité des logements de petite surface où
nes vivant seules progresse de 24 %. En s’installent les célibataires. Dans les six mé-
1999, en Auvergne, un logement sur trois tropoles auvergnates, plus de deux ména-
est occupé par un seul habitant, ce qui re- ges sur cinq sont composés d’une
présente 180 800 personnes soit 14 % de la personne. C’est à Vichy que cette situation
population régionale. Cette proportion est est la plus fréquemment observée. En effet,
équivalente à ce qui est observé nationale- trois Vichyssois sur dix vivent seuls, occu-
ment. pant ainsi la moitié du parc des logements.
Selon les départements, la part des person- Cette proportion est supérieure à celle
nes vivant seules est légèrement différente. contatée à Clermont-Ferrand, capitale ré-
Les taux s’échelonnent entre 12 % pour la gionale où un Clermontois sur cinq vit seul,
Haute-Loire et le Cantal (30 % des ména- ce qui représente 47 % des logements oc-
ges), 14 % pour le Puy-de-Dôme et 15 % cupés.
De plus en plus seuls entre
40 et 55 ans
Pyramides des âges
des personnes vivant seules
Depuis 1975, le nombre de personnes vi-
vant seules s’accroît de façon continue et
ceci quel que soit l’âge. En début de pé-
riode, cette hausse était plus sensible pour
les jeunes entre 20 et 30 ans. Actuellement,
quitter le domicile familial est moins syno-
nyme de vie en couple. Les personnes
âgées sont également concernées et elles
sont moins souvent hébergées par leurs en-
fants.
La très nette amélioration des conditions de
santé permet désormais une plus grande
autonomie jusqu’à un âge avancé, favori-
-2-sant un maintien au domicile et retardant le forte augmentation du nombre de
départ en institution. personnes seules entre 35 et 50 ans. Et
Si les femmes sont toujours plus nombreu- cette tendance frappe essentiellement les
Vient de ses à vivre seules, ce résultat doit être nuan- hommes. En effet, après une séparation, la
paraître : cé en fonction de l’âge. Jusqu’à 30 ans, garde des enfants est souvent confiée à la
hommes et femmes sont concernés de fa- mère. En Auvergne, aussi bien qu’en
çon égale. Puis, à la quarantaine, la soli- France, entre 40 et 50 ans, on trouve deux
tude devient surtout masculine. Entre 35 et fois plus d’hommes vivant seuls qu’il y a 10
44 ans, ils sont en effet deux fois plus nom- ans. En revanche, à partir de 55 ans et
breux que les femmes à vivre seuls. Depuis au-delà, la situation s’inverse. Ceci est dû
une quinzaine d’année, la plus grande fré- au fait que l’espérance de vie féminine est
quence des ruptures d’union entraîne une plus longue.
Type et composition des ménages en 1999 et évolution
3 « Atlas social de l’Au- Évolution
Nombre %vergne » : 1990-1999
Les grandes tendances
Ménages d'une personne 180 822 32,5 % + 24,3 %
démographiques que
dont homme 72 773 13,1 % + 33,5 %connaît l’Auvergne jouent
femme 108 049 19,4 % + 18,7 %de façon différenciée
sur les évolutions des Autres ménages sans famille 10 887 2,0 % + 5,0 %
différentes prestations Familles principales monoparentales 40 675 7,3 % + 15,1 %
sociales, du nombre de dont homme avec enfant(s) 6 228 1,1 % + 18,6 %
bénéficiaires des minima
femme avec enfant(s) 34 447 6,2 % + 14,5 %
sociaux, etc.
Familles principales comprenant un couple 323 845 58,2 % - 0,2 %
Ensemble des ménages 556 229 100,0 % + 7,9 %
Ensemble des familles 367 559 100,0 % + 1,0 %
dont monoparentales 41 873 11,4 % + 14,2 %
couples 325 686 88,6 % + 0,5 %
Source : INSEE - Recensements de la population de 1990 et 1999
âges extrêmes de vie commune que nousForte hausse Si le nombre de personnes seules
les rencontrons le plus souvent. Pour lesaugmente, celui des familles restedes couples couples les plus âgés, l’augmentation destable.
l’espérance de vie retarde le décès de cha-sans enfant
Entre 1990 et 1999, l’Auvergne s’est enrichie cun des conjoints et prolonge d’autant la
de 3 700 familles. Cette légère progression durée de vie à deux. Par le passé, ces cou-
(+ 1 %) se révèle nettement inférieure à celle ples ont bien entendu pu avoir des enfants
enregistrée au niveau national (+ 5 %) et qui ne vivent plus chez leurs parents.
place l’Auvergne à l’avant-dernier rang des Quant aux jeunes couples, la conception
vingt-deux régions métropolitaines. Derrière du premier enfant est souvent retardée, la
cette quasi-stabilité, apparaît une forte aug- stabilité professionnelle intervenant plus
mentation du nombre de familles sans en- tard. Aujourd’hui, les jeunes mamans ont,
fant (+ 14 %) et une diminution équivalente en moyenne, 30 ans lors de l’arrivée de
des familles avec enfants. leur premier bébé.
En cela l’Auvergne est tout à fait compa- C’est dans les pôles urbains et les couron-
rable aux autres régions. En effet, ces ten- nes périurbaines que l’on rencontre le plus
dances se retrouvent un peu partout grand nombre de familles sans enfant. Les
excepté dans le sud-est. premiers accueillent les jeunes couples
En 1999 dans la région, 42 % des familles alors que les couronnes périrubaines ont
sont des couples sans enfant (37 % en vu arriver dans les années 75-80 des famil-
1990). Ils sont maintenant plus nombreux les dont tous les enfants ont maintenant
que les couples vivant avec au moins un quitté le domicile parental.
enfant âgé de moins de 25 ans. C’est aux
-3-vivant avec des enfants de moins de 25
ans.
En Auvergne, ce recul est deux fois plus im-
portant que celui enregistré sur l’ensemble
du territoire métropolitain. Les départe-
ments de l’Allier et du Cantal sont les plus
affectés. C’est là qu’on observe les plus
forts déficits migratoires de jeunes adultes.
Les départements du Puy-de-Dôme et de la
Haute-Loire enregistrent un excédent mi-
gratoire de jeunes couples compensant ain-
si la diminution du nombre des familles
avec enfants liée aux conséquences démo-
graphiques.
La baisse est constatée quel que soit le
nombre d’enfants du couple. Cependant,
elle est surtout sensible pour les familles
nombreuses. En 1999, l’Auvergne compte
Une faible fécondité associée à une diminu- 28 500 familles de trois enfants ou plus de
tion du nombre de jeunes adultes entrainent moins de 25 ans. C’est 20 % de moins
une forte diminution du nombre de couples qu’en 1990.
-4-Parallèlement à la diminution du nombre des Plus de la moitié de ces familles réside dansDes familles
couples vivant avec des enfants, l’augmenta- un des six pôles urbains de la région, le tiersmonoparentales tion du nombre des familles monoparentales dans la seule agglomération clermontoise.
confirme la transformation des comporte- On rencontre de plus en plus de ce type detoujours plus
ments. Passant de 24 000 à 28 000, le familles dans les communes résidentielles
nombreuses nombre de familles monoparentales ayant de banlieue. Les familles monoparentales
au moins un enfant de moins de 25 ans a sont également présentes dans le monde
augmenté de 17 %. Cette progression pro- rural. Mais leur composition est un peu dif-
longe la tendance déjà très forte constatée férente. Elles comptent alors une maman
sur la période intercensitaire précédente. très âgée vivant avec l’un de ses fils ayant
Toutefois, elle reste inférieure à celle cons- dépassé la quarantaine. Dans le Cantal,
tatée en France métropolitaine. Actuellement près de la moitié des familles monoparenta-
sur cent familles vivant avec des enfants de les sont de ce type.
moins de 25 ans, seize sont monoparenta-
les, soit quatre de plus qu’en 1990.
Type de famille
Auvergne France Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme
Nombre Évolution Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution Nombre Évolution
1999 90/99 90/99 1999 90/99 1999 90/99 1999 90/99 1999 90/99
Ensemble des familles 367 559 + 1,0 % + 5 % 98 672 - 2,0 % 42 925 - 0,6 % 58 413 + 5,0 % 167 549 + 1,9 %
Familles monoparentales 41 873 + 14,2% + 24 % 11 187 + 15,1 % 4 745 + 12,3 % 6 072 + 14,3 % 19 869 + 14,1 %
- dont avec au moins un
27 965 + 16,9 % + 27 % 7 604 + 14,7 % 2 707 + 21,1 % 3 698 + 19,8 % 13 956 + 16,5 %
enfant de - de 25 ans
- dont tous les enfants
13 908 + 9,2 % + 15 % 3 583 + 16,0 % 2 038 + 2,5 % 2 374 + 6,7 % 5 913 + 8,8 %
ont 25 ans ou plus
Couples avec enfants 170 809 - 10,5 % - 5 % 42 150 - 13,3 % 19 939 - 14,3 % 29 196 - 5,3 % 79 524 - 9,9 %
- dont avec au moins un
150 293 - 13,9 % - 8 % 37 023 - 16,7 % 16 840 - 19,2 % 25 555 - 8,2 % 70 875 - 12,9 %
enfant de - de 25 ans
- dont tous les enfants
20 516 + 24,5 % + 31 % 5 127 + 23,8 % 3 099 + 27,0 % 3 641 + 21,9 % 8 649 + 25,2 %
ont 25 ans ou plus
Couples sans enfant 154 877 + 13,7 % + 14 % 45 335 + 6,9 % 18 241 + 16,3 % 23 145 + 18,7 % 68 156 + 16,1 %
Source : INSEE - Recensements de la population 1990 et 1999
-5-Leur situation économique est alors fragi-
lisée. D’autant plus que trois fois sur dix, la
maman est sans emploi.
Les familles monoparentales ont moins d’en-
fants que les autres : 60 % d’entre elles en ont
un seul alors que c’est le cas de quatre famil-
les bi-parentales sur dix. En revanche, la
moyenne d’âge des enfants est sensiblement
plus élevée. Aujourd’hui, 43 400 enfants de
moins de 25 ans (14 %) vivent au sein d’une
famille monoparentale. En 1990, ils étaient
seulement 10 %. Cette proportion augmente
Pour plus de la moitié des cas,Un adolescent parallèlement à l’âge des enfants. Ainsi, alors
c’est le divorce qui est à l’origine que 8 % des enfants de trois ans ou moins vi-sur cinq vit
de ces familles composées d’un vent avec un seul de leurs parents, ils sont
avec un seul adulte, en général une femme, 18 % entre 17 et 24 ans n
vivant avec un ou des enfants.de ses parents
Essentiellement âgées de 35 à 45 ans, ces
femmes se retrouvent seules pour élever de
jeunes adolescents. Dans cette tranche
d’âge, une sur cinq est concernée.
www.insee.fr/auvergne
3, place Charles de Gaulle - BP 120
Tél. : 04 73 31 82 00
Fax : 04 73 31 82 92
Directeur de la publicationPyramide des âges des personnes
René JEANvivant dans une famille monoparentale
Directeur régional de l’INSEE
Rédaction en chef
Nicole THOMAS
Nicole MARCZAK
Composition et mise en page
INSEE
Vente et abonnement
Tél. : 04 73 31 82 08
Prix du numéro : 2,2€
Abonnement annuel :
- France : 11€
- Étranger : 13€
En complément, abonnez-vous à :
4 INSEE Auvergne « Les Dossiers »
Prix au numéro : variable
Abonnement annuel :
- France : 35€
- Étranger : 43€Ménages, familles et enfants :
4 INSEE Auvergne « Les Séries »
des concepts particuliers Prix au numéro : 1,5€
Abonnement annuel :
Au recensement de 1999, un peu plus de 556 000 ménages résidaient en Auvergne. Un - France : 13€
- Étranger : 16€ménage est constitué par les occupants d’un même logement, qu’ils aient ou non des
liens de parenté. Au sens du recensement, la famille est un cadre susceptible d’accueillir À l’ordre du régisseur
des recettes de l’INSEEun ou plusieurs enfants. Ainsi une famille est formée soit d’un couple, marié ou non, avec
ou sans enfant, soit d’un seul adulte avec un ou plusieurs enfants. La prise en compte de Création maquette
ces liens de parenté filiale à l’intérieur des ménages conduit au nombre de 367 600 famil- CRÉATONE
les auvergnates. Un ménage peut comporter plusieurs familles. On parlera alors de fa-
Impression
mille principale et famille secondaire. Cependant, ce mode de cohabitation est devenu
Imprimerie IMC
rare : seul 1 % des familles auvergnates (3 039) partage son logement avec une autre.
Crédit photosPour faire partie de la famille, un enfant doit être célibataire et vivre avec un ou deux pa-
INSEE Auvergne
rents. S’il a lui-même un conjoint et/ou des enfants, il constituera une autre famille en tant
qu’adulte. ISSN : immatriculation en cours
Dépôt légal : 1er trimestre 2002
© INSEE 2002
Code SAGE : LET020312
-6-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.