Les Franciliens lisent davantage que les provinciaux mais regardent moins la télévision

De
Publié par

Les Franciliens lisent davantage que leurs homologues de province. En effet, 73 % déclarent avoir lu au moins un livre au cours des douze derniers mois contre 68 % des provinciaux. Ils sont aussi plus souvent inscrits dans une bibliothèque (21 % contre 15 %) et s’y rendent légèrement plus (23 % au cours des douze derniers mois contre 19 %). En revanche, les Franciliens regardent moins la télévision : un Francilien sur 5 ne la regarde pas tous les jours et en moyenne moins de 20 heures par semaine (14 % en province). De plus, les inconditionnels du petit écran, qui regardent la télévision plus de 30 heures par semaine, sont moins nombreux en Ile-de-France (12 % contre 15 % en province).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 8
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins



N° 60 - juin 2004
Les Franciliens lisent davantage que les provinciaux
mais regardent moins la télévision

es Franciliens lisent davantage que leurs A l’inverse, celles qui lisent beaucoup passent moins de L homologues de province. En effet, 73 % temps devant le petit écran (cf. figure 1).
déclarent avoir lu au moins un livre au cours des Les inconditionnels de la lecture et de la télévision n’ont
douze derniers mois contre 68 % des provinciaux. Ils
pas le même profil (cf. figure 2). Les premiers sont plutôt
sont aussi plus souvent inscrits dans une des femmes. En Ile-de-France, 80 % d’entre elles
bibliothèque (21 % contre 15 %) et s’y rendent déclarent avoir lu au moins un livre dans l’année contre
légèrement plus (23 % au cours des douze derniers
67 % des hommes. Ce sont plus souvent des
mois contre 19 %). En revanche, les Franciliens lectrices assidues : 28 % lisent plus de 20 livres par an
regardent moins la télévision : un Francilien sur 5 ne contre 18 % des hommes. Les « lecteurs » sont plus
la regarde pas tous les jours et en moyenne moins
souvent diplômés : 91 % des titulaires d’un diplôme
de 20 heures par semaine (14 % en province). De supérieur au baccalauréat déclarent avoir lu au moins un
plus, les inconditionnels du petit écran, qui regardent livre au cours des douze derniers mois contre 47 % des
la télévision plus de 30 heures par semaine, sont personnes non-diplômées.
moins nombreux en Ile-de-France (12 % contre 15 %
Les « gros consommateurs » de télévision sont quant à en province).
eux plutôt des retraités, des femmes au foyer ou des
Lorsque l’une de ces activités, télévision ou lecture,
chômeurs. Ils sont plus nombreux parmi les personnes
est pratiquée intensément, c’est au détriment de disposant des revenus les plus faibles.
l’autre. En effet, les personnes qui ne lisent pas
.regardent plus et plus souvent la télévision.
Figure 1 : Plus on lit, moins on regarde la télévision
% de
25
personnes
regardant la
20télévision plus
de 30 heures
15par semaine
10
5
0
0 1 à 9 10 à 19 plus de 20
Nombre de livres lus au cours des 12 derniers mois

Champ : personnes de 15 ans ou plus
Source : Insee, enquête « participation culturelle et sportive »
Note de lecture : 22 % des personnes n’ayant lu aucun livre au cours des douze derniers mois regardent
la télévision plus de 30 heures par semaine
Figure 2 : Amateurs de livres ou du petit écran : deux profils différents (en %)
Lecteurs(1) "Gros consommateurs" de
livres(2) télévision(3)
Ensemble
73 23 13
Sexe
Homme 67 18 10
Femme 80 28 15
Age
15 à 24 ans 76 22
25 à 44 ans 76 22 9
45 à 64 ans 70 23 11
65 ans ou plus 68 26 28
Activité
Exerce une profession 76 24 7
Chômeur 61 19 18
Elève, étudiant 83 23 9
Retraité 69 24 26
Femme au foyer 56 17 24
Diplôme
Aucun-CEP 47 10 21
BEPC 78 18 16
CAP-BEP 63 15 13
Baccalauréat 82 31 9
Diplôme supérieur au baccalauréat 91 34 6
Champ : personnes de 15 ans ou plus
Source : Insee, enquête « participation culturelle et sportive »
(1) Personnes déclarant avoir lu au moins un livre au cours des douze mois précédant l’enquête
(2) Personnes déclarant avoir lu plus de 20 livres au cours des douze mois précédant l’enquête
(3) Personnes regardant la télévision plus de 30 heures par semaine


Les pratiques en amateurs
Lors de leur temps libre, un tiers des Franciliens déclarent théâtre
pratiquer au moins une pratique culturelle en amateur, que
ce soit écrire un journal intime, des poèmes, des romans ; vidéo
faire du dessin, de la peinture, de la sculture, de la gravure ;
faire de la poterie, de la céramique ou un autre artisanat poterie
d’art ; faire du théâtre en amateur ; du chant ou de la
chant, choralechorale ; jouer d’un instrument de musique ; faire de la
vidéo ; de la photographie (en dehors d’évènements
écrireparticuliers comme les voyages ou les fêtes). En premier
lieu viennent le dessin, la peinture, la sculture ou la gravure,
instrument de musique
une de ces activités au moins étant citée par 14 % des
Franciliens. Ils sont 12 % à déclarer avoir fait de la photo
photographie au cours des douze mois derniers mois. Des
pratiques telles que le théâtre ou la vidéo sont plus dessin
marginales (citées chacune par 2 % des Franciliens). Jouer %
femmed’un instrument de musique est une activité plutôt masculine 0 2 4 6 8 10 12 14 16
hommecontrairement à la pratique de la poterie, du dessin ou de
ensemble l’écriture. Les pratiques culturelles en amateur des
Franciliens sont peu différentes de celles de leurs Champ : personnes de 15 ans ou plus
homologues de province. Source : Insee, enquête « participation culturelle et sportive »


L’enquête « Participation culturelle et sportive »
Le dispositif Insee d’enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages (EPCV) permet, depuis janvier 1996, d’étudier
chaque année l’évolution de divers indicateurs sociaux. L’ensemble des indicateurs est divisé en trois groupes, dont chacun fait l’objet
d’une enquête annuelle, en janvier, en mai ou en octobre, réalisée auprès d’un échantillon de 8 000 logements pour la France
métropolitaine. En mai 2003, la partie variable de l’enquête EPCV portait sur la participation culturelle et sportive. 3 000 logements ont
été échantillonnés en Ile-de-France. Dans chaque ménage une personne de 15 ans ou plus, tirée au sort, a été interrogée. L’enquête a
fait l’objet d’un cofinancement des ministères chargés du sport et de la culture aux niveaux national et régional, et de l’IAURIF au niveau
régional.
Pour en savoir plus : Collin C. : « Les Franciliens sont aussi sportifs que les provinciaux et fréquentent davantage les
équipements culturels », Insee, Ile-de-France à la page, juin 2004.
_______________
C. COLLIN
Rédaction achevée le 29/06/04
Direction régionale de l’INSEE Ile-de-France 7, rue Stephenson Montigny-le-Bretonneux 78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex - Abonnement
bimestriel gratuit à la lettre d’information électronique Insee Ile-de-Fr@nce Infos à partir du site internet de la direction régionale d’Ile-de-
France : www.insee.fr/ile-de-france - Directeur de publication : Alain CHARRAUD - Rédaction et conception de la maquette : Service statistique
èmede la direction régionale - ISSN 1635-9984 - Code SAGE AFCH0452 - Dépôt légal : 2 semestre 2003 © INSEE 2003
Pour tout renseignement complémentaire, contacter le 01 30 96 90 51

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.