Les fumeurs face aux récentes hausses du prix du tabac

De
Publié par

Entre 1991 et 1996, le prix du paquet de cigarettes a été multiplié par deux. Dans le même temps, la loi Evin interdisait de fumer dans les locaux à usage collectif ainsi que toute publicité pour le tabac. Les fumeurs ont réagi en diminuant leur consommation et en privilégiant les cigarettes moins chères et le tabac en vrac. Si la proportion de fumeurs a continué de diminuer chez les hommes, elle augmente toujours chez les femmes, sauf chez les cadres où elle diminue sensiblement. Le lien étroit entre politique tarifaire et baisse des quantités consommées est un phénomène observé dans l'ensemble des pays de l'Union européenne depuis une dizaine d'années.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 10
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 551 OCTOBRE 1997
PRIX : 15 F
Les fumeurs face aux récentes
hausses du prix du tabac
Marie Anguis, Division Syntèses dh es Biens et Services,
Dominique Dubeaux, Département de l’Édition, Insee
hausse de prix du tabac a été mise enntre 1991 et 1996, le prix du paquet
place : entre septembre 1991 et décembre
de cigarettes a été multiplié par 1996, l’indice du prix du tabac a pratique E deux. Dans le même temps, la loi ment doublé (+ 96,5 % soit 74 points de plus
que l’inflation). Sur la même période, lavin interdisait de fumer dans les locaux
quantité de tabac vendue a baissé de 8,5 %.
à usage collectif ainsi que toute publicité Cette relation inverse entre prix et consom
pour le tabac. Les fumeurs ont réagi en mation de tabac est conforme aux observa
tions sur le passé (graphique 1). Ainsi, ladiminuant leur consommation et en privi-
baisse continue du prix relatif ( cf. Pour com
légiant les cigarettes moins chères et le prendre ces résultats ) du paquet de cigaret
tabac en vrac. Si la proportion de fumeurtes de la fin des années soixante au milieus
des années soixante dix s’était accompa-a continué de diminuer chez les hommes,
gnée d’une augmentation de la consomma
elle augmente toujours chez les femmes, tion, la quantité moyenne par personne de
sauf chez les cadres où elle diminue sen15 ans et plus, fumeur ou - non, étant passée
de 4,6 cigarettes par jour en 1968 à 5,9 ensiblement. Le lien étroit entre politique
1975. Ensuite, jusqu’au début des années
tarifaire et baisse des quantités consom- quatre vingt dix, le prix relatif du paquet de
mées est un phénomène observé dans cigarettes était resté stable. Dans le même
temps, la consommation stagnait autour del’ensemble des pays de l’Union euro-
5,8 cigarettes par jour.
péenne depuis une dizaine d’années.
Le doublement du prix du paquet de
cigarettes a entraîné une baisse des
En 1996, en France, les fumeurs (8 millions quantités fumées ...
d’hommes et 5,5 millions de femmes) ont
dépensé 72 milliards de francs pour leur Entre septembre 1991 et décembre 1996, le
budget tabac (450 francs par mois et par fu tabac a subi neuf hausses successives ( gra
meur) et fumé au total 95 milliards de ciga phique 2). Ces augmentations, fortes et ré
rettes (ou équivalent), soit 19 cigarettes parpétées, ont découragé les fumeurs : la
fumeur et par jour en moyenne. consommation de cigarettes a baissé, passant
Depuis une vingtaine d’années, les campa de 5,8 cigarettes par jour et par personne de
gnes contre le tabagisme se succèdent et 15 ans et plus à 5 cigarettes.
informent les Français des méfaits du ta-
bac : “ prenez la vie à pleins poumons ”, “ ne
Consommation de cigarettes
fumez pas, n’enfumez plus ”. Des mesures
et prix relatif du paquet
gouvernementales ont été prises (loi Veil en
1976 puis loi Evin en 1991) pour limiter la
consommation de tabac et protéger les non
fumeurs contre les risques du tabagisme
passif. Il est désormais interdit de fumer
dans les lieux affectés à un usage collectif,"
notamment scolaire, et dans les moyens de
transports collectifs, sauf dans les emplace
ments expressément réservés aux fu
meurs". De même, "toute propagande ou
publicité, directe ou indirecte, en faveur du
tabac ou des produits du tabac ainsi que
toute distribution gratuite sont interdites".
Sources : Seita, InseeDans le même temps, une politique de
?
INSEE
PREMIEREL’étude approfondie de l’impact d’une dépendants, le tabac est un bien de de francs en 1996 contre 45 milliards
augmentation du prix sur la consom première nécessité. Ainsi, depuis en 1991. Cela s’est donc traduit par
mation de tabac (cf. encadré) montre 1991, chaque augmentation de prix a une augmentation des profits pour les
que la hausse de prix doit être forte et entraîné une baisse de la consomma fabricants et les débitants, mais aussi
continue pour freiner notablement et tion de cigarettes au profit du tabac à pour l’État. En effet, le poids des taxes
durablement la consommation. En ef rouler. Certes, l’attrait du tabac à rou sur les cigarettes a augmenté entre
fet, après une hausse de 1 % du prix ler (4,8 % des quantités de tabac ven 1992 et 1996, passant de 70 à 76 % de
du tabac, les achats baissent immé dues en 1990, 7,4 % en 1996) ne leur prix de vente, ce qui correspond à une
diatement de 0,5 % ( graphique 3). compense pas la désaffection pour leshausse d’environ 25 % du prix des ciga
Cette brusque diminution est due pour cigarettes : la quantité globale de ta rettes, toutes choses égales par ailleurs.
une part au contrecoup des achats bac fumée a diminué de 8,5 % depuis
souvent massifs effectués en anticipa 1991. Cependant les achats de ciga
tion de l’augmentation. Aussi, très ra rettes ont baissé de 11,3 % alors que Élasticité-prix
pidement, les achats de tabac la consommation de tabac en vrac a de la consommation de tabac
redémarrent et, au bout d’une période augmenté de 43 % ( graphique 2).
de six mois à un an, la consommationA l’inverse, la baisse tendancielle du
de tabac n’est plus inférieure que de prix relatif du tabac observée entre
0,2 % à son niveau d’origine : les 1970 et 1985 avait favorisé le déplace
stocks de tabac acheté d’avance sont ment de la consommation vers les ca
épuisés et certains fumeurs, désireux tégories de cigarettes moins nocives
de stopper ou de diminuer leur con mais également plus chères. Ainsi, les
sommation, ont échoué. Enfin, à long cigarettes avec filtre, qui représen
terme, la consommation de tabac taient seulement un tiers de la con
baisse de nouveau et se stabilise à sommation de cigarettes à la fin des
0,3 % au dessous du niveau d’origine.années soixante, en représentaient
Cette nouvelle baisse vient de ce que 70 % en 1985 (86 % en 1996). De
Lecture : Une hausse de 1 % du prix du tabac
l’augmentation de prix a dissuadé de même, la part des cigarettes blondes induit au bout de trois mois une baisse de sa
futurs fumeurs éventuels. est passée de 8 % en 1981 à 50 % en consommation dont la valeur médiane est d’envi
ron 0,5 %. Cette baisse est comprise entre 0,35 %1985 (74 % en 1996).
et 0,65 % avec une probabilité de 90 %.
... et un regain daveure f pour
Une hausse qui bénéficie auxle tabac à rouler
Les “ élasticités prix et revenu ” de lafabricants et à l’État
Face à une augmentation de prix, sur consommation de tabac
tout si elle est répétée, les consomma Le doublement du prix du tabac, même
L’élasticité de la consommation de tabac
teurs, plutôt que de réduire leur s’il a entraîné une baisse de la quanti par rapport à son prix et au revenu des
consommation en quantité, peuvent li té fumée, s’est traduit par une très ménages a été estimée à l’aide d’un mo
miter son coût en privilégiant les pro forte augmentation des dépenses des dèle économétrique reliant la consomma
duits moins chers. Pour les fumeurs fumeurs : ils ont déboursé 72 milliards tion de tabac à cinq variables : la
consommation hors tabac des ménages
au prix de 1980, la consommation de ta Évolution de la consommation de tabac
bac des ménages aux prix de 1980, le
revenu disponible brut des ménages, le
prix relatif du tabac, le prix à la consom
mation hors tabac. Ce modèle a été esti
mé sur les données trimestrielles de la
période 1976 1995. Il donne, pour des
horizons de plus en plus éloignés, l’effet
sur la consommation de tabac d’une
hausse initiale de 1 % de son prix (les prix
des autres produits étant maintenus à leur
niveau sur toute la période) ou bien du
revenu des consommateurs.
Selon ce modèle, une hausse de 1 % du
prix du tabac induirait, au bout de trois
ans, une baisse médiane de 0,3 % de sa
consommation (graphique 3).
De même, une hausse de 1% du revenu
disponible brut des ménages entraînerait
sur le long terme une augmentation de
0,3% de la consommation de tabac, avec
cependant une incertitude plus grandeLecture : Sur le graphique sont indiqués la date et le montant de la variation de prix du tabac. Ainsi, entre
que dans le cadre d’une variation des prix.1991 et 1996, le tabac a subi neuf hausses successives, la première, de + 5,2 %, en septembre 1991.
Sources : Seita, Insee
´`En 1997, les taxes spécifiques sur le prix (leur budget est limité et ils ne sont titude chez les cadres qui préfigure
tabac devraient rapporter à l’État envi pas encore concernés par la "dépen peut être un renversement de ten-
ron 44 milliards de francs (cinq fois ledance" vis à vis du tabac), mais aussidance chez les femmes. En 1996, elles
montant de l’impôt sur la fortune mais aux campagnes de publicité. n’étaient plus que 19 % à déclarer
3,5 fois moins que la taxe intérieure fumer régulièrement, contre 27 % en
sur les produits pétroliers) contre 1991 92. À cette date, elles étaientLe chômage favorise le tabagisme
23 milliards en 1991. parmi les catégories sociales les plus
Chez les hommes en activité, ce sont concernées par le tabagisme alors
les ouvriers qui sont les plus nom- que maintenant ce sont elles qui fu Toujours plus de fumeurs que
breux à fumer (50 % contre 44 % chez ment le moins, à l’exception des agri de fumeuses
les employés et 30 % chez les ca cultrices et des retraitées.
D’après les enquêtes effectuées par dres). Chez les femmes, l’activité de
l’Insee, le nombre de fumeurs régu bureau apparaît comme la plus favorable Le tabagisme diminue en Europe
liers (déclarant fumer au moins une ci au tabagisme : 31 % des profess ions
garette par jour) parmi les adultes de intermédiaires et 29 % des employées Chez nos voisins européens, la pro
18 ans et plus, aurait très légèrement fument contre seulement 25 % des portion de fumeuses comme celle des
diminué entre 1991 et 1996 : il serait ouvrières (graphique 5). fumeurs est en baisse dans pratique
passé de 12,7 millions au début de Mais, aussi bien chez les hommes ment tous les pays, excepté en Fin
1992 à 12,3 en 1996. Mais l’attitude (53 %) que chez les femmes (35 %), lande (tableau 1). Dans les pays
face au tabac est très contrastée sui ce sont les chômeurs qui sont les plusd’Europe du Nord, le nombre de fu
vant le sexe, l’âge et le milieu social. concernés par le tabagisme ; à l’oppo meuses est pratiquement égal à celui
On dénombre toujours plus de fu- sé ce sont les agriculteurs qui sont lesdes fumeurs (il est même légèrement
meurs (un peu plus d’un homme sur moins nombreux à fumer (21 % des supérieur en Suède) et représente un
trois) que de fumeuses (une femme hommes et 11 % des femmes), à l’ex peu plus du quart de la population (de
sur cinq). Mais si la proportion de fu ception des retraités. 15 ans et plus). C’est au Danemark
meurs diminue régulièrement chez lesParadoxalement, malgré la forte que la proportion de fumeuses est la
hommes depuis une quinzaine d’an hausse du prix du tabac, la proportion plus forte, 39 %, alors qu’elle n’est que
nées (46 % en 1980, 38 % en 1991 et de fumeuses a continué d’augmenter de 17 % en Italie.
35 % en 1996), elle continue d’aug chez les femmes depuis 1991. Cepen La quantité moyenne de cigarettes par
menter chez les femmes (17 % en dant, on observe un changement d’at adulte de 15 ans et plus, fumeur ou
1980, 20 % en 1991 et 21 % en 1996).
Cette évolution ne semble pas liée à Évolution de la proportion de fumeurs selon l’âge
l’âge puisqu’on l’observe aussi bien
chez les plus jeunes (18 40 ans), qui
sont les plus concernées, que chez
leurs aînées ( graphique 4). Mais chez
les plus jeunes, l’écart entre la propor
tion de fumeurs et celle des fumeuses
est nettement plus réduit (moins de
10 % en 1996) que dans les tranches
d’âge plus élevées.
Un adolescent sur cinq est un
fumeur régulier
Chez les adolescents (12 18 ans), les Source : enquêtes santé 1980 et 1991 92, enquête conditions de vie des ménages 1996, Insee
enquêtes effectuées par le Comité
Évolution de la proportion de fumeurs selon la catégorie socialeFrançais d’Education pour la Santé
(CFES) montrent que les filles sont
pratiquement aussi nombreuses à fu
mer que les garçons. Depuis la fin des
années quatre vingt, la proportion de
fumeurs réguliers chez les adoles
cents s’est stabilisée aux environs de
20 % chez les garçons comme chez
les filles, alors qu’elle avoisinait les
30 % au début des années 1980. En
1996, plus d’un million de jeunes de 12
à 18 ans seraient donc des fumeurs
réguliers. Ils sont sans doute plus sen
sibles que les adultes aux hausses de Source : enquêtes santé 1980 et 1991 92, enquête conditions de vie des ménages 1996, Insee
˜ˆConsommation de tabac dans l’Union européenne en 1996 Proportion de fumeurs réguliers* dans lesays eu p ropéens
Nombre de cigarettes par personne de 15 ans et + et par jour En %
Hommes Femmes
Allemagne (1989 et 1993) 33 32 18 18
Autriche** (1986 et 1991) 40 36 21 20
Belgique (1985 et 1992) 45 33 27 24
Danemark ( 1993) 51 45 42 39
Espagne (1987 et 1993) 55 44 23 21
Finlande (1983 85 et 1995) 32 29 17 19
France (1980 et 1996) 46 35 17 21
Irlande (1984 85 et 1993 94) 37 29 32 28
Islande (1987 et 1994) 36 27 31 26
Italie (1983 et 1994) 46 34 18 17
Norvège (1985 et 1994) 42 35 32 31
Pays-Bas ( 1992 93) 43 43 33 31
Royaume Uni** (1984 et 1994) 36 28 32 26
Suède (1984 et 1994) 33 22 28 24
* Parmi les adultes de 15 ans et plus, sauf pour la France (18 ans et plus).
** Fumeurs de cigarettes seulement.
Sources : Statistics Sweden Commission européenne et InseeSources : Seita et Eurostat
2/ Le prix du tabac.non, diminue avec la latitude ( graphi et moitié moindre que celle de l’Espa
- Indice relatif du prix du tabac : indice des prixque 6). Les habitants des pays du gne (6 cigarettes).
du tabac rapporté à l’indice des prix de l’en Nord, comme le Danemark, la Suède, Ces disparités sont, dans une certaine
semble de la consommation des ménages.la Finlande ou les Pays Bas, ont en mesure, le fait de politiques tarifaires
- Prix relatif du paquet de cigarettes : pro
moyenne une consommation plus fai différentes. Ainsi, on constate que des
duit de l’indice relatif du prix du tabac par le
ble (entre 3 et 4 cigarettes par jour, prix élevés accompagnent souvent
prix courant du paquet de cigarettes en
mais chez eux le tabac à rouler repré une consommation faible et inverse
1995 (environ 15 francs).
sente le quart de la consommation) ment. En Grèce, le prix du tabac est 3/ Les taxes sur le tabac.
que ceux des pays méditerranéens : deux fois moins élevé qu’au DanemarkDans tous les pays européens, les cigaret
elle est deux à trois fois plus faible que et la consommation y est double. Le tes, supportent un taux de taxation élevé,
celle de la Grèce (9 cigarettes par jour) Royaume Uni et l’Italie ont entamé au compris entre 60 % et 85 % du prix de
vente. En France, la charge fiscale sur lesdébut des années quatre vingt une po
cigarettes était d’environ 76 % en 1995.litique de hausse des prix qui s’est tra
Pour en savoir plus Celle ci comprend la TVA, la taxe perçue auduite aussitôt par une baisse notable
profit du budget annexe des prestationsde la consommation. Ces mesures ont
sociales agricoles (BAPSA) et surtout le
“ La cigarette à tout prix ? ”, D. Darmon,été accompagnées de campagnes
droit de consommation : Insee Première n° 100, août 1990. d’information. Ainsi, dans tous les
pays européens, la consommation de En %“ Les consommations d’alcool, de tabac
tabac a diminué au cours de la der et de psychotropes en France en 1991
Droit de1992 ”, N. Guignon, Sesi, Solidarité san nière décennie.
Types de produits
consommation*té n° 1, 1994.
Pour comprendre ces Cigarettes 58,3
“ Consommation d’alcool et de tabac En
résultats Cigares 28,9quête santé 1991 1992 ”, Sesi, Documents
statistiques n° 262, septembre 1996. Tabac à rouler les cigarettes 54,0
Autres tabacs à fumer 46,7
“ Tobacco consumption 1970 1994 in 1/ Dans cette étude, l’appellation “ tabac ”
Tabacs à priser 40,2the members states of the European
englobe : les cigarettes (blondes, brunes,
union and in Norway and Iceland ”, Tabacs à mâcher 27,5avec ou sans filtre), le tabac en vrac (à
Statistics Sweden Commission Euro
rouler ou pour la pipe), les cigares ou ciga * au 1er août 1995, en France métropolitaine ; ce taux
péenne.
s’applique au prix de vente du produit.rillos, le tabac à mâcher ou priser.
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1997
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Baudouin Seys
Rédacteurs : F. Magnien, Adresse : _______________________________________________________________
C. Dulon, A.C. Morin, S. Tagnani___________________________________ Tél : _____________________________
Maquette : F. Buhot
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1997
q¯q˚q

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.