Les inscriptions électorales 1997 - 1998.

De
Publié par

Les inscriptions électorales : importance de la révision électorale : régionale, cantonale. Inscriptions sur les listes électorales des mairies du Limousin (en milliers). Tableau, graphique.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 20
Tags :
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

brèves 3
le thème du mois
L'agro alimentaire :
dynamisme, performance
et diversité 8
repères statistiques
Les naissances
multiples 6
Les inscriptions électorales
1997 1998 7
Les exportations
du Limousin 13« la revue »
Directeur de la publication analyse
Henri Théron
les découpages du territoire4Rédacteur en chef
Philippe Chataignon
Secrétaire de rédaction
Pierre Dardant
Animateurs de rubriques
tableau de bord 14Michel David
Alain Malmartel
Emilio Zabaleta
Secrétaire de fabrication
Maryse Lasfargues
Impression
Lavauzelle Graphic
Dépôt légal : novembre 1998
code SAGE : REV980624
ISSN : 1289 4087
Copyright INSEE 1998
2 r insee limousin
sommaireaaaa
aaaa aaaa
aaaa
1 400 millions de lidarité (CES), le reste se ré francs par ménage la hausse
francs ont été consa partissant en Stages d'Inser- n'est que de 0,7 % en moyen
crés à la formation tion et de Formation à l'Em ne au cours des cinq derniè
professionnelle en Li ploi, Contrats Emplois Conso res années.
mousin au cours de lidés et Contrats Initiative Le nombre moyen de services
l'année 1995. Les Pou Emploi. de table est d'environ 1,5 par
voirs publics ont fi foyer, et seul un ménage surSource : La réinsertion des bénéfi
nancé près de 63 % de dix l'utilise quotidiennement.ciaires du RMI au 31 décembre 97
DARES ministère de l'emploi etcette somme, dont plus de Un ménage sur quatre dé
de la solidarité 1998.8 % par la Région. clare avoir acheté des assiet
Les deux cinquièmes sont at tes ou des vases au cours des
tribués à l'insertion ou la douze derniers mois.L'insécurité
réinsertion des jeunes et des routière Source : Consommation Modes de
demandeurs d'emploi. Le Vie CREDOC n°129 septembre35 personnes ont été tuées
1998.solde se répartit entre l'adap
sur les routes limousines au
tation, la promotion et la re cours des quatre premiers
conversion des actifs occu Difficilemois de 1998. Si le nombre
pés. d'accidents a diminué, leur de se passerCe sont en tout 7 402 000 heu gravité est en légère de sa voiture ?res de formation dispensées hausse.
Un adulte sur cinq ne dis à près de 105 000 stagiaires, L'importance des blessures
pose pas de voiture ; 12 % ensoit 1 % du total national. et le nombre de décès (16 au
ont une mais ne la prennent
Source : La formation profession lieu de 11) des 25 44 ans,
pas pour aller travailler etnelle dans les régions 1994 1995 déjà les plus concernés par
Les dossiers de la DARES minis 41 % ne peuvent pas s'en
les accidents, augmentent.tère de l'emploi et de la solidarité passer facilement. Seule
Les accidents sont plus fré n°9 10 mars 1998. une personne sur quatre dis
quents dans les aggloméra
posant d'une voiture, serait
tions supérieures à 5 000 ha Le RMI susceptible de modifier son
bitants, mais c'est hors agglo en Limousin comportement en matière de
mération que l'on trouve le
transport. Dans les grandes Au 31 décembre 1997, plus souvent la mort.
agglomérations, on préfère la9 147 personnes perce
Source : Tableau de bord de la sécu voiture aux transports envaient le RMI dans la région,
rité routière Direction Régionale de commun surtout pour sa plusenviron 1 % du total natio l'Équipement n°28 juillet 1998.
grande rapidité et pour l'auto nal. Plus de 55 % d'entre el
nomie qu'elle procure.les sont domiciliées en
Les artsHaute Vienne, un quart en INSEE Première n° 607 septembre
Corrèze et moins d'un cin de la table 1998 en vente 15 francs.
quième en Creuse. Malgré une reprise de la
Un RMIste sur quatre a bé consommation des ména
néficié de mesures de politi ges pour la décoration et
que d'emploi, contre seule l'aménagement de leur inté
ment 18 % en France Métro rieur, les arts de la table bé
politaine. C'est 3 % de plus néficient assez peu de ce
qu'en 1996. mouvement. Avec un chif
Pour plus de la moitié, il fre d'affaires de 15 milliards
s'agit de Contrats Emploi So de francs en 1997, soit 650
insee limousin r 3
brèvesL'ARRONDISSEMENT, ÉCHELON ADMINISTRATIFLes découpages
GuéretBellacdu territoire
Aubusson
Limoges
Rochechouart
Ussel
Tulle
Brive-la-
Gaillarde
L'un correspond au découpage
institutionnel du territoire, fixé
par la Constitution et la loi. Les
collectivités territoriales et les
La classification la plus accessi structures de coopération qui lesPhilippe Chataignon
d’après le rapport ble des zonages repose sur les réunissent en sont l'expression
« Réforme des zonages et objectifs poursuivis. Veut on territoriale. L'autre recouvre di
aménagement du terri faire des zones ainsi dessinées le vers découpages administratifstoire » de Jean Auroux
support de l'exercice d'une com relevant pour l'essentiel du pou
pétence législative ? Celui d'une voir réglementaire. Développés
« Territoires en gestion administrative ? S’agit il par chaque administration, voire
Limousin » (1), élaboré de déterminer un périmètre d’in des services différents en leur
par l'INSEE, présente tervention économique par la dis sein, ces zonages prolifèrent et
près de trente tribution de subventions ou souvent ne coïncident pas.
d’exonérations ? Cherche t ondécoupages de la Des territoires
un cadre d’analyse pertinentrégion. Même s’ils n’ont pour l’action
pour l’observation statistique ?pas tous la même
Ces questions permettent de dis Les ZONAGES D'INTERVENTION ÉCONO-
signification, les
tinguer cinq types de zonages. MIQUE dessinent des contours à
différents zonages
l'intérieur desquels les acteursDes espacesconcernent à des degrés publics, collectivités, entreprises,de compétencedivers l'économie et la bénéficient de procédures d'ai institutionnellesociété, et jusqu’à la vie des. Ils sont définis à partir de
Les ZONAGES INSTITUTIONNELS, appe quotidienne du citoyen. l'application de critères statisti
lés parfois « zonages de pou ques. D'une façon générale, l'at
voir », recouvrent deux aspects. tribution des aides, fondée sur
4 r insee limousin
territoires
C INSEE 1998 - IGN 1990AIRES URBAINES,des critères d'éligibilité, débou l'espace. Ils n'entraî
MIEUX CONNAÎTRE L'INFLUENCE DES VILLES
che sur une logique de guichet : nent pas nécessaire
qui répond aux critères, peut bé ment de procédures
néficier de la procédure. Ce type d'aides particulières.
Guéret
de zonage a connu une vérita Les documents d'ur
ble accélération avec la mise en banisme (schémas
Saint-
Junienœuvre des fonds structurels Limogesdirecteurs, plan d’oc
européens. La logique d'inter cupation des sols…)
vention en vigueur est celle de en constituent des
la discrimination positive. Don exemples.
ner plus à ceux qui ont moins
UsselDécouper pourpour leur permettre de rattraper
comprendreleur retard. Les zonages d'inter Tulle
- espace à vention économique doivent Les ZONAGES STATISTI- dominante rurale
pôles urbainsdonc être très ciblés, concentrés QUES, parfois appelés - espace à aires couronnes Brive-
urbaines périurbaines la-Gaillardedominanteet limités dans le temps. Ce n'est communesaussi « zonages de urbaine
multipolarisées
que très rarement le cas et ils savoir », correspon
tendent à dériver dans le sens dent à des regroupe
mier, il vient en second. Terri d'un accroissement et d'une ments géographiques conçus
toire délimité par les acteurs, ilpérennisation. pour être des cadres d’analyse
ne correspond donc pas à desLes ZONAGES PRESCRIPTIFS résultent plus pertinents. Les espaces ainsi
critères préétablis. La questiond'une législation ou d'une régle déterminés rendent mieux
du financement et des aides n'a,mentation définissant des pres compte de la complexité du vécu
dès lors, plus le même critèrecriptions, surtout en matière de de ces territoires. L’Insee est sou
d'auto maticité que dans le mé protection ou d'organisation de vent à l’origine de ce type de dé
canisme des zones « à guichet ».coupage. Zones d’emploi, aires
Vouloir zoner des territoires surd’influence des pôles d’équipe ZONE LEADER,
UNE INTERVENTION ÉCONOMIQUE DE L'EUROPE la base de projets qui n'existe ment, aires urbaines sont des
raient pas, d'abord est difficile,exemples de ces périmètres pri
voire a priori contradictoire.vilégiés pour l’observation statis Creuse
Nord Haute-Vienne L’idée que la logique de projet esttique et la connaissance d'une
plus efficace que celle de guichetzone.
Millevaches commence à se développer.Les ZONAGES DE PROJETS, ou plus
Châtaigneraie exactement les zonages fondés
Limousine
sur un projet, privilégient d'abord
(1) Disponible à l’INSEE ou parun « vouloir faire ensemble » en
correspondance au prix detre acteurs locaux. A la différence
Dordogne 100 F et prochainement surdes zonages précédents, le péri
Corrézienne
CD Rom au prix de 150 F.mètre n'est pas construit en pre hors zone
insee limousin r 5
C INSEE 1998 - IGN 1990
C
INSEE 1998 - IGN 1990Près d'un accouche Les naissances
ment sur soixante dix
donne lieu, en Fran multiples
ce, à des naissances
multiples, jumeaux ou
triplés. Cette propor-
INSEE - État civil 1995 et 1996. L'analyse porte sur lation progresse forte
moyenne de ces deux années de façon à lisser les accidentsment au fil des ans au
éventuelspoint d'avoir doublé en
trente ans.
tefois trois fois plus qu'il y aLa principale explication ré
UN NOMBRE CROISSANT DE JUMEAUXtrente ans.side dans le recours de plus
11 000Outre leur dénombrement, Évolution du nombre d'accouchements multiplesen plus fréquent à des traite
en France
l'exploitation des données 10 000ments contre la stérilité qui,
d'état civil permet de mettreen cas de réussite, aboutis
9 000
en lumière certaines carac sent, plus souvent que dans le
8 000téristiques de ces naissancescas d'une conception natu
multiples. En premier lieu,relle, à des naissances mul 7 000
ces enfants sont plus fragilestiples.
6 000
1976 1978 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996que ceux issus de naissancesCes naissances multiples
simples : on recense, toutessont formées, dans leur pres
proportions gardées, trois tions tardives favorisent phy que totalité, de jumeaux : sur
fois plus de décès à la nais siologiquement les naissancesles 10 478 accouchements
sance (quinze pour mille) multiples ; d'autre part, le suivimultiples enregistrés en
dans le cas de naissances d'un traitement contre la sté France en 1996, 10 246 con
multiples que dans le cas de rilité concerne des femmescernaient des jumeaux, 229
naissances simples (cinq qui ont déjà essayé en vaindes triplés et trois des qua
pour mille). On dénombre da d'avoir d'enfants, donc a prioridruplés. Le nombre de nais
vantage de filles que de gar- moins jeunes que les autres.sances de triplés reste donc
çons parmi les jumeaux ou Enfin, s'il compte peu de nais très rare : un accouchement
triplés alors que c'est l'in sances, le Limousin figuresur 3 000 donne naissance à
verse qui est observé sur parmi les quatre régions dedes triplés. On en compte tou
l'ensemble des nais France pour lesquelles la
sances. Les femmes proportion de naissances
TROIS NOUVEAUX-NÉS SUR CENT SONT DES JUMEAUX
qui accouchent de multiples est la plus élevée.
Île-de-France plusieurs bébésBretagne
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Limousin sont en moyenne
Champagne Ardenne
Lorraine plus âgées que les
Alsace
Aquitaine autres. La probabi Basse-Normandie
Languedoc-Roussillon
Rhône-Alpes lité maximale de
Corse
Pays-de-la-Loire donner naissance àPicardie
Franche-Comté
Haute-Normandie des jumeaux est
Centre
Auvergne comprise entre 35
Nord
Poitou-Charentes et 39 ans. D'uneMidi-Pyrénées
Bourgogne
part, on a pu obser-
2,4 2,6 2,8 3,0 3,2 3,4 Alain Malmartelver que les concep Part des naissances multiples en 1995 et 1996 (en %)
6 r insee limousin
démographieLa révision électorale Les inscriptions1997 1998 a été parti
culièrement impor- électorales
tante : avec 34 000
nouvelles inscriptions 1997 1998
en Limousin, elle équi
INSEE fichier électoral du Limousinvaut aux révisions pré
cédant des élections
présidentielles ou lé
gislatives annoncées.
L'inscription automatique solution de l'Assemblée Na UNE DERNIÈRE RÉVISION
ÉLECTORALE DENSEdes jeunes sur les listes élec tionale : suite à cette disso
torales d'une part, les ins lution, un certain nombre de
1996-1997 1997-1998
criptions induites par la dis Français avaient manifesté
Corrèze 3 395 11 418solution de l'Assemblée Na leur désir de participer au
Creuse 1 891 5 895
tionale d'autre part, la tenue scrutin. Or, la tenue de nou Haute-Vienne 5 415 16 673
Limousin 10 701 33 986de scrutins régionaux enfin, velles élections ayant été an
expliquent l'importance de ce noncée après le 28 février
volume. 97 1027), a prévu l'inscription 1997, date limite de la révi
Pour la première fois, une loi, automatique des jeunes de 18 sion 1996 1997, beaucoup de
datée du 10 novembre 1997 ans sur les listes électorales. ces inscriptions n'ont, en con
(enregistrée sous le numéro A partir des fichiers du serviceséquence, été prises en
national et de l'assurance ma compte que dans la campa
Le calendrier de révision ladie, les mairies ont pu, dès gne 1997 1998.
des listes électorales
cette révision et après vérifi Enfin, en 1998 se sont norma
er1 janvier au 31 décembre : dépôts cation, procéder à des inscrip lement tenues des élections
des demandes d'inscription
tions. régionales et cantonales,1er septembre au 31 décembre :
une commission administrative, La révision 1997 1998 a aussi scrutins qui ont pu fournir
sous l'égide du maire, procède aux enregistré les effets de la dis l'occasion pour certaines per-
inscriptions et radiations sonnes de s'ins
31 décembre : clôture des
crire. Certes, cesinscriptions
DES RÉVISIONS ÉLECTORALES10 janvier : publication du tableau élections locales
D'AMPLEUR INÉGALE
des modifications effectuées par la mobilisent moins
45 Cantonales 94commission administrative
Européennes 94 le corps électoral
40 Présidentielles 9511 au 20 janvier : période de Référendum 92
Municipales 95 Régionales 98Régionales 92Présidentielles 88 que les scrutinsCantonales 98recours devant le tribunal Cantonales 92Législatives 8835
Cantonales 88
Municipales 89 Législatives 93Référendum 88d'instance nationaux mais le
Européennes 8930
21 janvier au 28 février : Limousin a été, au
25traitement des modifications mois de mars der-
Pas d'élections28 février : clôture définitive des 20
générales Législatives 97
en 90 et 91 nier, la région delistes électorales Pas d'élections
15 générales
en 96Un nombre mais très limité de France affichant
10
modifications peuvent encore être le plus fort taux
5effectuées sur les listes (cas de participation
d'inscriptions ordonnées par voie 0
87-88 88-89 89-90 90-91 91-92 92-93 93-94 94-95 95-96 96-97 97-98 aux élections ré judiciaire ou de radiations) après
Inscriptions sur les listes électoralesla clôture. Dans ce cas, un état doit gionales.des mairies du Limousin (en milliers)
être publié par le maire cinq jours
avant le scrutin. Alain Malmartel
insee limousin r 7
électionsentreprises
L'agroalimentaire
dynamisme, performance
et diversité
pâtisseries industrielles, deDaniel Besse La presse locale évoquait, en
fromageries ou encore de1996, les difficultés engendrées
confiseries, laisse entrevoir lespar la crise de la « vache folle »
multiples facettes du secteur endans les unités d’abattage de la
Limousin.filière bovine. Elle soulignait
aussi les investissements Des grandes
réalisés par des sociétés de et des petites
charcuterie et de salaisons et
En face de ces grosses affaires,les succès qui en découlaient.A travers les créations
il ne faut pas oublier toutes lesMais, qu'elles soientd'emploi, le secteur des
petites, et notamment lesconfrontées à des difficultés ouindustries agricoles et
nombreuses boulangeries etau contraire prospères, lesalimentaires (IAA)
charcuteries artisanales.entreprises de la filière viande
affirme sa vitalité et Toutes activités confondues, lene peuvent à elles seules
ses résultats pourraient secteur rassemble un peu plusrefléter la diversité des
faire des envieux. de 1 200 entreprises pour unindustries agricoles et
Malgré ces lauriers, des effectif total de plus de 7 200alimentaires limousines. On
progrès en termes de personnes. Une unité surtrouve aussi dans la région, en
quatre n'emploie aucun salarié.dehors de ces secteurs, desproductivité et de
La Corrèze se situe au dessousfirmes importantes tant enrentabilité sont encore
de ce seuil, à une sur cinq,termes d’emploi que de chiffrepossibles. Et l'effort à
alors que la Creuse ne compted’affaires. La productionl'exportation, qui reste
que sept établissementsd'aliments pour bébés, del'apanage de quelques
fleurons régionaux, ERLES IAA FORMENT LE 1 SECTEUR EMPLOYEUR DE L'INDUSTRIE DU LIMOUSIN
garde, de ce fait, des Bretagne
Languedoc-Roussillonmarges de progression.
Pays-de-la-Loire
Basse-Normandie
Poitou-Charentes
Aquitaine
Prov.-Alpes-Côte d'Azur
Limousin 15,4 %
Champagne-Ardenne
Picardie
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-de-Calais
Auvergne
France 13,0 %
Alsace
Bourgogne
Lorraine
Haute-Normandie
Centre
Rhône-Alpes Part de l'emploi des IAA
Franche-Comté dans l'emploi industriel (en %)
Île-de-France
0 5 10 15 20 25 30 35
source : INSEE - estimations d'emploi
8 r insee limousinemployeurs sur dix. Les emplois Cette présence tisse un
sont très inégalement répartis. maillage un peu plus dense au
Ainsi 80 % des établissements sud ouest de la région. suppression de 150 emplois.
occupent ensemble moins du Enfin, en Corrèze, les effectifsDynamisme de l'emploi
quart des travailleurs. A employés sont stables autour de
En sept ans, l'emploi des IAA al'opposé, 18 affaires de 50 3 400 salariés. Aujourd'hui,
régulièrement gagné dupersonnes ou plus emploient à près d'un emploi industriel sur
terrain, malgré un léger replielles seules 40 % des salariés du six relève en Limousin des
en 1991. Au cours de cettesecteur. La concentration des industries agroalimentaires.
période, il a progressé de 7,2 %.IAA reste cependant un peu C'est davantage en proportion
La poussée a été la plus fortemoins forte en Limousin qu'en qu'au plan national et l'écart
en Haute Vienne où 450 postesFrance. tend à s'accentuer.
ont été créés ; le secteur yLes établissements les plus
Peu de femmesoccupe actuellement 3 000importants du point de vue de
personnes. En Creuse, onl'activité et de l'emploi sont Pour près des deux tiers, le
enregistre au contraire uneimplantés à proximité des personnel des IAA est masculin,
contraction qui se traduit par lagrands axes de communication. en Limousin comme en France.
L'industrie des fruits et
LES IAA LE LONG DES GRANDES VOIES DE COMMUNICATION légumes où l'on compte trois
femmes pour deux hommes
est le seul secteur à majorité
féminine. La proportion de
femmes atteint 50 % dans la
boulangerie, mais seulement
Les plus de 100 salariés
(au 31 12 1996) :
MADRANGE, Feytiat et Limoges :
salaisonnerie charcuterie, 660 sala
riés ;
B LÉDINA SA, Brive la Gaillarde : ali
ments pour bébés, 550 salariés ;
L ACHAISE SA, Malemort : pâtisserie
industrielle, 320 salariés ;
CHARAL (ex VITAL), Égletons : dé
coupe de viande, 290 salariés ;1 000
LES FILS DE JEAN L ÉON BIZAC, Brive
500 la Gaillarde : foies gras et conser-
100 ves de viande, 160 salariés ;
CORRÈZE CONSERVES, Lubersac : con
serves de fruits, 140 salariés ;
Société G ERSON, Altillac : confise Nombre de salariés des IAA
C IGN 1990
ries, 125 salariés.(entreprises de 5 salariés ou plus) par commune source : INSEE - DADS
insee limousin r 9industries agricoles etPLUS DE JEUNES DANS LES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES
EN RAISON D'UN DÉVELOPPEMENT PLUS RÉCENT alimentaires régionales y
65 contribuent pour un montant
de 2,2 milliards, soit 14,2 % de60 hommes femmes
la valeur ajoutée industrielle
55 locale et 1 % du totalindustrie
50 métropolitain. La part relative
des IAA apparaît légèrement
45
industrie plus élevée en Limousin
40 39 ans*38 ans* qu'ailleurs. Elle a dépassé la
moyenne nationale en 1992, au35 36 ans*
34 ans* moment où probablement les
30
industries agricoles efforts liés à la recherche d'une
et alimentaires
25 meilleure qualité ont
industries agricoles commencé à porter leurs fruits.20 et alimentaires
Ainsi le total des ventes
15 avoisine les 6 milliards de
4 3 2 1 0 1 2 3 4
francs : 2,2 milliards pour laStructure par âge des salariés (en %)
*âge médian source : DADS charcuterie, 1,1 milliard pour
les viandes de boucherie et de
25 % au sein de l'industrie des Les différences de qualification volailles et 0,9 milliard pour la
viandes, et à peine 20 % dans la induisent des écarts de boulangerie pâtisserie,
fabrication d'aliments pour rémunération entre hommes et artisanale ou industrielle. Les
animaux. femmes. En 1996, les premiers autres domaines d'activité
Le personnel des IAA est plus percevaient en moyenne réalisent de 300 millions à 450
jeune en moyenne de trois ou 96 000F de salaire net annuel millions de francs de chiffre
quatre ans que celui de moyen et les secondes environ d'affaires.
l'industrie dans son ensemble. 81 000 F. L'éventail est large Ces résultats, analysés dans le
Ainsi, environ quatre salariés dans chaque groupe. On détail, révèlent la nécessité de
du secteur sur dix ont entre 25 observe en moyenne un rapport poursuivre et peut être
et 34 ans, alors que cette de un à deux entre le salaire d'amplifier les efforts entrepris,
tranche d'âge représente en dessous duquel sont situés comme la mise en place de
seulement le quart des effectifs un dixième des salariés les labels de qualité. Certes, marge
dans l'ensemble de l'industrie. moins payés et le salaire au d'exploitation et
Deux salariés sur trois sont dessus duquel se trouvent les d'autofinancement laissent
ouvriers, un sur six est 10 % à l'autre extrémité de augurer d'un certain
employé. L'encadrement qui l'échelle. renouvellement de l'appareil
représente moins de 6 % des productif régional. Confirmé
emplois est quatre fois par le niveau des dépenses deDes revenus dégagés
sur cinq assuré par un homme. modernisation ounon négligeables
C'est le reflet exact des d'accroissement des capacités
proportions observées dans les En 1996, le produit intérieur de production. En 1995,
industries agroalimentaires en brut du Limousin s'élève à plus 45 000 F ont été investis par
France. de 75 milliards de francs. Les salarié en Limousin, ce qui
10 r insee limousinLES IAA EN LIMOUSIN
nombre effectif chiffre taux intensité
d'établissements salarié d'affaires d'exportation capitalisque**
nombre absolu % millions de francs % % milliers de francs
Secteur :
- pain pâtisserie 776 2 614 36,2 881 15,1 1,2 100
- préparat. à base de viandes 212 1 808 25,0 2 242 38,6 14,9 365
- autres produits alimentaires 76 1 031 14,3 426 7,3 12,3 475
- production de viandes 63 968 13,4 1 137 19,6 14,9 261
- aliments pour animaux 39 218 3,0 279 4,8 0,0 458
- industrie des boissons 22 68 0,9 32 0,6 43,3 120
- fruits et légumes 22 268 3,7 373 6,4 18,9 409
- produits laitiers 22 254 3,5 445 7,6 4,0 266
Limousin 1 232 7 229 100,0 5 815 100,0 11,5 258
France 78 548 *589 000 753 430 15,2 403
* chiffre provisoire
** immobilisation par salarié source : INSEE - Sirene, EAE et estimations d'emploi, Douanes et DADS
correspond à un taux de 13,5 %, régions françaises. Le diagnostic traduit parfois par un manque
valeur légèrement supérieure est de même nature si l'on d'efficacité productive et des
à la moyenne nationale. Mais considère les immobilisations rémunérations en retrait.
le rapport entre les par salarié : 258 000 F en Mais des efforts à
immobilisations corporelles et Limousin, mais prolonger
la valeur ajoutée est moins 403 000 F au plan national.
flatteur puisqu'il situe le Tout cela dénote une faible Cependant des différences
èmeLimousin à la 17 place des intensité capitalistique qui se parfois importantes distinguent
les neuf grands types d'activités
qui composent le secteur des
Sources industries agroalimentaires. Si
l'on considère par exemple les· le répertoire SIRENE permet de connaître le nombre d'établissements du secteur
charcuteries salaisonneries eten janvier 1997 selon leur activité et leur localisation géographique.
· les estimations d'emploi réalisées à l'INSEE fournissent les effectifs salariés au les boulangeries pâtisseries,
er1 janvier 1997 par département et par secteur d'activité. aussi bien la valeur ajoutée
· les déclarations annuelles de données sociales (DADS) fournissent pour l'année
rapportée au chiffre d'affaires1996 des éléments sur les salariés (âge, sexe, qualification, rémunération) des
que la marge d'exploitation ouétablissements régionaux selon leur activité exprimée. ATTENTION : les intéri
maires employés par les établissements des IAA ne sont pas comptabilisés ici, card'autofinancement font
déclarés par les agences de travail temporaire. ressortir la grande capacité des
· l'enquête annuelle d'entreprise est effectuée chaque année auprès des entrepri
manufactures limousines àses de 10 salariés ou plus du secteur des industries agricoles et alimentaires. Les
dégager des revenusunités dites artisanales (charcuteries, boulangeries et pâtisseries) sont toutes
enquêtées. A l'inverse, les boucheries et poissonneries de détail ne sont pas comp indispensables à leur
tabilisées dans les IAA. Les industries du tabac n'ont pas non plus été retenues développement. Appartiennent
dans l'étude. Les données comptables recueillies (exercice 1995) permettent
bien sûr à ce groupe lesd'avoir un aperçu plus précis des performances économiques des entreprises con
entreprises phares descernées. La quasi mono régionalité de ces industries autorise l'interprétation au
niveau de la région. industries agricoles et
· les statistiques douanières du commerce extérieur, annuelles, enregistrent l'ori alimentaires, telles que les
gine ou la destination, la nature et le volume des produits objets de ces mouve
salaisons MADRANGE, l'entreprisements. La nomenclature utilisée lors du recueil de ces informations est la NAP
BLÉDINA ou encore la société100 qui ne correspond pas tout à fait à la NAF de 1993.
insee limousin r 11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.