Les logements inconfortables en région Centre

De
Publié par

En région Centre, 186 300 résidences principales, soit une sur cinq, ne possèdent pas au moins une des installations suivantes : baignoire ou douche, WC intérieurs ou chauffage conventionnel (central ou électrique). Une très petite minorité de ces logements inconfortables, 5 %, cumule l’absence de ces trois éléments. Cet habitat est essentiellement rural et plus de la moitié des résidences les plus inconfortables sont situées dans des communes de moins de 1 000 habitants. Il est aussi plus ancien et ses occupants sont davantage propriétaires qu’en moyenne dans la région. Les logements qui présentent l’inconfort maximal sont des habitations encore plus anciennes, de petite taille et majoritairement occupées par des personnes âgées, seules et sédentaires.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE CENTRE INFO n° 115 octobre 2002
n° 115
octobre 2002
2,20 €
Les logements inconfortables
en région Centre
Stéphane Tagnani
En région Centre, 186 300 résidences principales, soit une sur cinq, ne possèdent pas
au moins une des installations suivantes : baignoire ou douche, WC intérieurs ou chauffage
conventionnel (central ou électrique). Une très petite minorité de ces logements inconfortables,
5 %, cumule l’absence de ces trois éléments. Cet habitat est essentiellement rural et plus
de la moitié des résidences les plus inconfortables sont situées dans des communes de moins
de 1 000 habitants. Il est aussi plus ancien et ses occupants sont davantage propriétaires
qu’en moyenne dans la région. Les logements qui présentent l’inconfort maximal sont
des habitations encore plus anciennes, de petite taille et majoritairement occupées par
des personnes âgées, seules et sédentaires.
En 1999, la région Centre com- baignoire ni douche. Au sein de ces
prend près de 1 183 000 logements logements inconfortables, une très
dont 84,5 % de résidences princi- petite minorité, 5,3 % soit 9 900 lo-
pales. Parmi ces résidences princi- gements, cumule l’absence de ces
pales, 186 300, un peu moins d’une trois éléments d’inconfort : ils n’ont
sur cinq, ne possèdent pas le con- ni bain ni douche, ni WC intérieur
fort minimal défini par la présence ni chauffage conventionnel. Le
simultanée des trois installations nombre de ces logements précaires
suivantes : baignoire ou douche, a été divisé par trois depuis le dé-
WC à l’intérieur, chauffage conven- but de la décennie quatre-vingt-
tionnel (central ou électrique). Le dix : ils ne représentent plus en
manque de confort provient essen- 1999 que 1 % de l’ensemble des ré-
tiellement de l’absence de chauf- sidences principales contre plus de
fage conventionnel : neuf loge- 3,4 % en 1990.
ments inconfortables sur dix en sont
Un habitat ruraldépourvus, contre un logement sur
Les zones rurales concentrentsix dans la région. 16 % n’ont pas
l’essentiel des logements inconfor-de WC à l’intérieur, 12 % n’ont ni
MOTS-CLES du THESAURUS INSEE résidences principales, confort, conditions de logement, logement insalubre, logement ancien, habitat rural, statut d’occupation
INSEE Centre - Service Etudes et DiffusionDirectrice de la publication : Marie-Claude DUTÉRIEZ
43, avenue de Paris - BP 6719 - 45067 Orléans Cedex 2ISSN : 0986-976X - Code SAGE : ICI11548
1Abonnement : contacter le 02.38.69.53.64 Tél : 02.38.69.52.52 - fax : 02.38.69.53.00 - Internet : http://www.insee.frINSEE CENTRE INFO n° 115 octobre 2002
tables : elles en regroupent 59 %
Définitions
alors qu’elles ne comptent qu’un
Le terme générique « logements » désigne dans cette étude exclusivement les résidences principa-
peu plus de 30 % des résidences les. La précarité par le logement a été envisagée sous l’angle de l’inconfort par caractérisation des
principales de la région. Un sur installations sanitaires et du type de chauffage. Deux groupes de résidences principales ont été déter-
minés selon leur degré d’inconfort :deux appartient à une commune ru-
- le premier, qualifié de logements inconfortables, rassemble les logements qui ont au moins une
rale dont la population est comprise des caractéristiques suivantes :
ni baignoire ni douche,entre 200 et 1 999 habitants. Au
pas de WC à l’intérieur,
total, un tiers des logements des
un chauffage autre que central ou «tout électrique» ;
communes rurales ne disposent pas - le second, qualifié de logements précaires, extrait un ensemble de logements de la première popu-
lation qui n’ont ni baignoire ni douche, ni WC à l’intérieur et un chauffage ni central ni électrique.du confort minimal. A l’inverse, les
Une commune rurale est une commune n’appartenant pas à une unité urbaine, une unité urbaineagglomérations de plus de 200 000
étant constituée d’une ou de plusieurs communes liées par la continuité de l’habitat, (aucune habita-
habitants, c’est-à-dire Orléans et tion ne doit être séparée de la plus proche de plus de 200 mètres) et abritant 2 000 habitants ou plus.
Tours, n’en rassemblent que 10 %
alors qu’elles totalisent 24 % des
résidences principales de la région. L'inconfort : d'abord l'absence de chauffage conventionnel
Les logements précaires, ne dis- Type d'inconfort dans l'ensemble des logements inconfortables en %
posant d’aucun des trois éléments
Chauffage Chauffage
de confort, sont encore davantage ni central central Total
ni électrique ou électriqueconcentrés dans les zones rurales :
Ni bain ni douche, ni WC intérieur 55,3 18, 6,près des trois quarts se situent dans
Ni bain ni douche, WC intérieur 24,9 23, 5,les communes rurales, plus de la
Bain ou douche, sans WC intérieur 26,7 63, 9,moitié dans les communes de
Bain ou douche, WC intérieur 78,6 78,6moins de 1 000 habitants. A l’in-
Total 89,5 10,5 100,0verse, les agglomérations de plus
Source : INSEE, Recensement de la population 1999de 200 000 habitants n’en regrou-
pent que 5 %. Départements les
plus ruraux de la région, le Cher et Les logements inconfortables par commune : surtout au sud
l’Indre possèdent 40 % de ces lo- de la région
gements précaires et, au total pour
chacun, une résidence principale
sur quatre est un logement incon-
fortable, dépourvu d’un des trois
éléments de confort cités. Mais
c’est en fait toute la frontière sud
de la région, zones d’habitat isolé
proches du Massif central, qui est Chartres
concernée par ce manque de con-
fort des habitations.
Orléans
Un habitat ancien, de petite
taille pour les moins
confortables Blois
Compte tenu de leur localisa-
tion, les logements inconfortables
sont presque exclusivement des
maisons ou des fermes : neuf sur
dix contre sept logements sur dix
Tourspour l’ensemble des résidences
principales de la région. Ils sont
aussi plus anciens : près d’un sur
Bourgesdeux a été construit avant 1915
contre un quart en moyenne. La
corrélation entre l’inconfort et l’an-
Châteaurouxcienneté de l’habitat explique la
Part de logements inconfortables
par communemoindre part de l’habitat collectif :
(% des résidences principales)
plus récent, ce dernier a bénéficié
44 ou +
de l’évolution des modes de vie 37 - 44
30 - 37
quant au niveau minimal de con- 22 - 30
moins de 22fort sanitaire et de l’expansion éco- Source : INSEE, recensement de la population 1999
2INSEE CENTRE INFO n° 115 octobre 2002
nomique après la seconde guerre
Des logements inconfortables plus anciens
mondiale. Cependant, l’inconfort
touche aussi des logements plus ré-
Part en % cents : 23 % des logements incon-Caractéristiques des logements
90
fortables ont été construits depuis
80 1982, soit une proportion proche de
70 l’ensemble du parc régional. Ce ne
60 sont pas forcément des logements
de petite taille puisque seulement
50
8,9 % d’entre eux ont moins de
40
240 m , proportion à peine plus im-
30
portante qu’en moyenne (8 %). Le
20 nombre moyen de pièces est con-
10 forme à la moyenne régionale (3,9),
0 et six sur dix comportent au moins
Moins de Logement deCommunes Construction quatre pièces, là-aussi à l’image de2
rurales avant 1915 70 m 2 pièces ou moins
la région.
Pour les logements les plus in-
Davantage de personnes seules dans les logements confortables, les différences sont
les plus inconfortables plus fortes. Ainsi, neuf logements
précaires sur dix sont une maisonPart en %
Caractéristiques des ménages ou une ferme et datent d’avant
90
1949, huit sur dix d’avant 1915. Ce
80
grand inconfort caractérise de pe-
70 tits logements : huit sur dix ont
260 moins de 70 m ou moins de quatre
50 pièces, cinq sur dix moins de trois
pièces.40
30 Des occupants davantage
20 propriétaires et sédentaires
10 qu’en moyenne
0 454 400 personnes habitent dans
Personnes Au moins 1 pers. Famille Couple sans ces logements inconfortables. Ces
seules de 60 ans ou + monoparentale enfants
occupants sont plus fréquemment
propriétaires que dans l’ensemble :
75 % contre 60 % au total. Ils y ha-Une majorité de retraités dans les logements
bitent aussi depuis plus longtemps :les plus inconfortables
six sur dix étaient déjà dans ce lo-
Part en % gement depuis 1990 contre cinq sur
Caractéristiques des occupants des logements
100 dix dans l’ensemble. Les hommes
90 sont légèrement majoritaires, con-
80 trairement à la moyenne régionale.
70 La quasi totalité de ces occupants
60 sont de nationalité française. La
50 moyenne d’âge des occupants, près
40 de 40 ans, est très proche de la
30 moyenne régionale. Mais la pré-
20 sence d’au moins une personne
10 âgée de 60 ans ou plus est légère-
0 ment plus forte que dans l’ensem-
Même logement Pers. de - 15 ans, Retraité(e) Veuf(ve)
ble des résidences principales (41 %
qu'en 1990 ou autre inactif
contre 37 %), ainsi que celle des
moins de 18 ans (34 % contre
31 %). Le nombre moyen de per-
Logements inconfortables
sonnes par logement est équivalent
Logements précaires
au chiffre régional (2,4 personnes),
Ensemble des logements
mais la distribution est légèrement
Source : INSEE, recensement de la population 1999 différente : 43 % de ces résidences
3INSEE CENTRE INFO n° 115 octobre 2002
Dgavantaesde personnes seules et âgées dans les logements précaire logements très inconfortables. Sept
sur dix en sont propriétaires et prèsCaractéristiques des occupants en % du total des occupants (sauf âge moyen)
de neuf sur dix étaient déjà dans leLogements Logements Ensemble des
Caractéristiques
inconfortables précaires logements même logement en 1990. 57 % sont
Hommes 571,0 586, 48, des hommes. La moyenne d’âge est
Célibataires (15 ans ou +) 372,6 481, 32, supérieure à 60 ans, la moitié des
Veufs (15 ans ou +) 87,2 250, 8, occupants ont plus de 65 ans, les
Même logement qu'en 1990 559,0 836, 51, trois quarts plus de 48 ans (contre
18 ans pour l’ensemble des loge-Âge moyen (en années) 359,4 661, 39,
ments inconfortables). Ainsi, lesActif ayant un emploi 319,5 211, 40,
trois quarts de ces logements com-Ancien actif 240,5 583, 20,
prennent une personne âgée de 60Personnes de - 15 ans ou autre inactif 287,0 137, 25,
ans ou plus, quatre sur dix une per-Ménage d'une personne 256,8 578, 29,
sonne de 75 ans ou plus. A l’in-Couple sans enfants7,0 168, 32,
verse, la présence des moins de 18Couple avec enfant(s) 397,0 87, 29,
ans est quasi nulle. Six occupants
Source : INSEE, Recensement de la population 1999
sur dix sont célibataires ou veufs
contre quatre sur dix dans la région.
Le nombre moyen de personnes est
principales ont au moins trois oc- statut de travail. Cependant, au sein
inférieur à deux, et six logements
cupants contre 37 % dans l’ensem- des actifs en emploi ou non ayant
très inconfortables sur dix n’abri-
ble. La structure familiale des mé- déjà travaillé, la part des ouvriers
tent qu’une personne, le double de
nages habitant dans ces logements habitant dans les logements incon-
la proportion régionale. Consé-
est proche de la structure régionale. fortables approche les 40 % alors
quence, cinq occupants sur dix sont
Les couples avec enfant(s) de moins qu’elle n’est que de 31 % dans la
des anciens actifs et seulement
de 25 ans sont toutefois légèrement région.
deux sur dix sont en emploi. Les
plus fréquents : 37 % des ménages
ouvriers représentent quasiment la
contre 30 % pour la région. Les logements les plus
moitié des actifs en emploi ayant
inconfortables : l’habitat desL’activité et les conditions de déjà travaillé occupant ces loge-
personnes âgées et seulestravail ne différencient pas la po- ments et les agriculteurs plus de
En revanche, le logement pré-pulation des logements inconforta- 20 % contre seulement 3 % dans la
caire est surtout l’habitat de person-bles des autres. La répartition entre région.
nes âgées le plus souvent seules.actifs, chômeurs et inactifs est iden-
15 400 personnes occupent cestique, ainsi que celle concernant le
4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.