Les personnes âgées en Basse-Normandie - 475 000 seniors à l'horizon 2020

De
Publié par

Depuis 1975, La Basse-normandie doit faire face à un des vieillissements les plus marqués de toutes les régions françaises. Le nombre de seniors a ainsi progressé de près de 40 % en vingt ans. L'installation de 22 000 seniors accélère le vieillissement de la population et ce d'autant plus que les arrivées s'intensifient depuis dix ans. La solitude touche un jeune retraité sur cinq. Elle frappe plus fortement les centres urbains, où plus d'un retraité sur trois vit seul, que les campagnes. Avec une progression de plus de 150 000 personnes les seniors devraient représenter à l'horizon 2020 un tiers de la population bas-normande, soit 475 000 personnes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins
Les personnes âgées en BasseNormandie 475 000 SENIORS À L’HORIZON 2020
u cours du dernier quart de siècle la population âgée bas ansAet plus) a augmenté de 40 % alors normande (c’estàdire les 60 que dans le même temps le nombre de jeunes de moins de 20 ans baissait de près de 20 %. Ce net vieillissement est la conséquence de l’allongementde la durée de la vie.De fait,de 1975 à 1997, l’espérance de vie à 60 ans s’est accrue de plus de trois ans passant de
. . . . . . . . . . .
19,3 ans à 22,5 ans. Si toutes les ré gions françaises sont touchées par le vieillissement, la France du centre et du sud reste plus vieille que la France d un o r d .L aB a s s e  N o r m a n d i e conserve une situation moyenne parmi les régions de métropole avec 23 % de sa population ayant dépassé 60 ans. Cette relative jeunesse masque cepen dant un des vieillissements les plus marqués des régions françaises, lié à la
n° 91  mars2001
% Depuis 1975, la BasseNor mandie doit faire face à un des vieillissements les plus marqués de toutes les régions françaises. Le nombre de seniors a ainsi progressé de prèsde 40 % en vingt ans.
% L’installation de 22 000 se niors accélère le vieillissement de la population et ce d’autant plus que les arrivées s’intensi fient depuis dix ans.
% La solitude touche un jeune retraité sur cinq. Elle frappe plus fortement les centres urbains, où plus d’un retraité sur trois vit seul, que les campagnes.
% Avec une progression de plus de 150 000 personnes les seniors devraient représenter à l’horizon 2020 un tiers de la po pulation basnormande, soit 475 000 personnes.
. . . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 91
ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE
fois à l’augmentation du nombre desmands sont touchés par ce phénoprogressé de 32 % dans l’Orne (soit seniorsmène : en un peu moins de vingtcinq17 700 personnes) et de 38 % (soitet à des départs massifs de jeu nes. Les trois départements basnorans, le nombre de personnes âgées a33 100 personnes) dans le département de la Manche. Mais c’est le Calvados Les seniors restent plus présents dans les zones rurales qui connaît le vieillissement le plus soutenu de sa population : le nombre Po ulation1999 Evolution1975/1999 en% deseniorsy a progressé de 46 %, pas Part dans lade la Département 60 ansdes 60 ans sant de 90 000 en 1975 à près de population population et pluset plus totale %totale132 000 en 1999. Cette croissance ra 131 931 Calvados 20,315,9 46,5pide de la population âgée du Calvados Dont esace à dominante urbaine88 09918,8 20,956,0s’explique par l’attractivité qu’a pu Dont esace à dominante rurale43 83224 54,7 305exercer ce départementsur les jeunes 119 694Ornais pendant les anManchois et Manche 248 6,838 2 43 679nées vingt et trente, les nouveaux arri Dont esace à dominante urbaine20,7 12,641,2 vants de l’entredeux guerres formant 76 015 Dont esace à dominante rurale28 02,6 366 aujourd’hui le coeur de la population 73 152 Orne 250 0,3 319 âgée du bassin caennais. Malgré le 26 410 Dont esace à dominante urbaine21 23,5 482 vieillissement plus rapide de sa popu 46 742 Dont esace à dominante rurale27,8 3,0 24,2 lation, le Calvados demeure au 324 777 BasseNormandie 228 9,139 9 jourd’hui le département basnormand 158 188 Dont esace à dominante urbaine19 715,7 504 le plus jeune avec à peine une personne 166 589 Dont espace à dominante rurale27,0 1,631,3 sur cinq ayant dépassé 60 ans. Dans les départements de la Manche et de Note de lecture: les aires urbaines sont définies à partir des grandes unités urbaines, c’estàdire celles qui regroupent en leur sein plus de 5 000 emplois. Dans la mouvance directe de ces pôles ur l’Orne, c’est plus d’une personne sur bains se trouvent toutes les communes dont plus de 40 % des actifs vont travailler au sein du pôle urbain. Il s’agit de la couronne périurbaine des villes. Grandes unités urbaines et couronnesquatre qui a atteint l’âge de la retraite. périurbaines forment ainsi l’espace à dominante urbaineou aires urbaines. Les futurs retraités La délimitation des aires urbaines utilisée ici est celle issue des résultats du recensement de la po plation de 1990. D e p u i sl ed é b u td el ad é c e n n i e Source : Insee, recensements de la population quatrevingtdix le vieillissement de la po . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 91
ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE
475 000 seniors à l’horizon 2020 en BasseNormandie Calvados MancheOrne BasseNormandie Age des personnes 1999 2020 1999 2020 1999 2020 1999 2020 85 300147 00077 40096 00046 70062 000209 400305 000 6074 ans 46 70079 00042 30052 00026 40039 000115 400170 000 75 ans etlus 132 000226 000119 700148 00073 100101 000324 800475 000 Total Source : Insee, recensement de la population et projections de population Omphale pulation basnormande (+ 14 %) marque22 200 nouveaux seniors compense larLe modèle Omphale un ralentissement par rapport aux huit angement les 11 000 départs de soixantenai nées précédentes (+ 17 %). Depuis cetteres basnormands. Les migrations de Le modèle Omphale date, ce sont en effet les « classes creuses »,personnes âgées en BasseNormandie ac est le modèle de pro nées pendant les années trente, qui sont arcentuent donc le vieillissement de la po jection démographique de rivées à l’âge de la retraite.pulation régionale et ce d’autant plus quel’Insee pour toute projection locale. Toutefois, sauf événement démographiqueles installations de jeunes retraités ont C’est un modèle purement démogra exceptionnel, la part des personnes âgéestendance à s’accélérer depuis dix ans, leurphique, basé d’une part sur les recense de 60 ans et plus devrait continuer de pronombre augmentant de 20 % par rapportments, d’autre part sur les statistiques de gresser au cours des deux prochaines déaux années quatrevingt. Près de la moitiél’état civil. cennies. L’arrivée à l’âge de la retraite desde ces nouveaux arrivants (10 600) ontLes projections de population présentées g é n é r a t i o n sn o m b r e u s e si s s u e sd uélu domicile dans le Calvados et plus parl el o g i c i e lp r o v i s o i r e sc a ri c is o n t “Omphale” n’intègre pas encore les popu babyboom qui a suivi la deuxième guerreticulièrement sur la Côte fleurie, qui a at lations par sexe et âge du dernier recen mondiale va en effet engendrer un fort actiré 2 200 retraités, dont deux tiers de sement. Les coefficients migratoires ont croissement du nombre de personnesfranciliens. L’attractivité du département toutefois été modifiés de telle sorte que les âgées. A l’horizon 2020, lesseniorsde dela Manche envers les personnes âgées populations par grands groupes d’âge, vraient représenterplus du tiers de la popuest moins forte, néanmoins 8 500 anciens calculées par “Omphale” sur la base des lation basnormande, contre à peine 23 %sont venus s’y installer. Le pays Granvil extrapolations des tendances 19751990, aujourd’hui. Cette forte progressionlais qui a accueilli plus de 2 700seniors redonnent la population de 1999. Les pro (+ 150 000) de la population âgée toucheraest le lieu d’installation préféré des nou jections actuelles en matière de fécondité principalement les jeunes retraités. Cesveaux arrivants. Durant la dernière dé et de mortalité prolongent les observa derniers, nés après 1945,devraient voircennie, l’Orne a attiré 6 300 personnes tions faites pour les départements sur la leur nombre augmenter de plus de 90 000 âgées. Unemajorité de ces nouveaux arpériode 19751990 par une tendance pa au cours des vingt prochaines années. Larivants (57 %) ont choisi le Percherallèle à celle prévue nationalement. population de 75 ans et plus s’accroîtra également lors des deux prochaines décen nies, mais à un rythme moins rapide (+ 60 000) qu’au cours des dix dernières années quiont vu arriver à ces âges avan cés les classes nombreuses nées après le premier conflit mondial. A l’explosion du « quatrième âge » (75 ans et plus) qui de vrait s’étaler jusqu’en 2010, fera donc suite un accroissement fort du nombre de jeunes retraités, l’ensemble de lapopulation âgée devant finalement atteindre près de 475 000 personnes en BasseNormandie à l’horizon 2020. C’est le Calvados qui connaîtra l’expansion la plus vive de ses seniors(+ 70 %) soit une progression d’en viron 94 000 personnes. Face à ces arrivées massives à l’âge de la retraite, seul l’arrêt des migrations des jeunes pourrait repré senter un frein au vieillissement rapide de la population régionale. Les migrations des seniors contribuent au vieillissement Au cours de la décennie quatrevingtdix, l’installation en BasseNormandie de . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 91
ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE
comme lieu de retraite. Et parmi eux, 63 % (soit 2 300 personnes) sont originaires d’IledeFrance. L’attractivité de la BasseNormandie pour les retraités, qui s’affirme depuis vingt ans, a donc tendance à accentuer le déséquilibre entre les géné rations, en particulier sur la bande littorale de la Manche et sur la Côte fleurie dans le Calvados. En BasseNormandie, une personne âgée sur deux (51 %) vit en zone rurale, c’estàdire hors des grandes aggloméra tions et des territoires vivant sous leur in fluence, les aires urbaines. Ce n’est pourtant le cas que pour 46 % de l’en semble des basnormands. Les personnes âgées sont donc plus présentes en zones ru rales que les pans les plus jeunes de la po pulation régionale, et ce notamment dans la Manche et dans l’Orne. Dans ces deux dé partements, c’est près de 63 % de la popu lation âgée qui vit hors de l’influence des grandes agglomérations. Dans le Calva dos, département plus urbain, le constat est identique, mais seulement un tiers des per sonnes âgées vit à la campagne. Cette faible présence des personnes âgées dans les territoires urbains et plus particulière ment dans les grandes métropoles devrait
Ont été rete n u sc o m m e équipements spé cifiques pour person nes âgées : l’aide ménagère à domicile, le portage de repas à domicile, les soins à domicile, la surveillance à domicile, le centre de soins de jour, le foyerrestau rant et la maison de retraite, soit sept équipements. L’équipement est consi déré comme présent dans le canton s’il est présent dansau moinsune com mune du canton. Une note est ensuite attribuée à chaque canton en fonction du nombre d’équipements présents. Ont été qualifiés de « peu équipés » les can tons ayant obtenus une note inférieure ou égale à 4, c’estàdire que dans ces cantons moins de 5 équipements parmi les 7 retenus sont présents dans au moins une des communes du territoire. Les cantons « bien équipés » sont ceux ayant obtenu une note égale à 6 ou 7. La quasitotalité, voire la totalité, des équi pements retenus sont présents dans au moins une des communes de ces can tons. Les autres cantons sont qualifiés de « moyennement équipés ».
. . . . . . . . . . .
cependant se voir remise en cause dans les vingt prochaines années. Toutes les villes et leurs périphéries résidentielles vont en effet connaître un vieillissement très ra pide, car c’est là que résident le plus sou v e n tl e sf u t u r sr e t r a i t é s .D ’ u n e problématique des zones rurales, le vieil lissement est donc en passe de devenir une question primordiale pour les centres ur bains et leurs banlieues. Féminisation et solitude Si les femmes sont légèrement majoritaires en 1999 au sein de la population basnor mande, elles le sont de manière nettement plus marquée parmi la population âgée, puisqu’elles représentent 58 % de la popu lation de 60 ans et plus. La plus longue es pérance de vie des femmes conforte ce déséquilibre numérique entre les sexes aux âges avancés. Celuici, déjà constaté en 1990, tend cependant à se réduire dans le Calvados et la Manche, où les femmes sont rentrées plus tardivement sur le marché du travail et étaient de ce fait jusque – là moins exposées aux risques professionnels. Dans l’Orne en revanche, où les femmes travail lent de longue date dans le textile, les in d u s t r i e sa g r o a l i m e n t a i r e se tl e s équipements du foyer, le déséquilibre entre les hommes et les femmes est moins mar
qué et se réduit moins vite.Reste qu’après 60 ans, la surmortalité masculine entraîne une forte solitude des femmes, notamment chez les plus âgées. Si les jeunes retraités sont relativement épargnés (un jeune re traité sur cinq vit seul), après 75 ans près de quatre personnes sur dix sont confrontées à l’isolement. Face à la solitude, tous les basnormands ne sont cependant pas égaux. En fait, les habitants des grandes villes sont les plus touchés par la solitude : plus du tiers vit seul, contre seulement un quart desseniorsrésidant à la campagne. Cette présence plus importante des person nes isolées en milieu urbain tient sans doute en partie à des ruptures familiales plus nombreuses en ville, mais aussi au choix des personnes âgées ayant perdu leur conjoint précocement de venir s’installer en ville afin de bénéficier d’une gamme de commerces et de services plus importante qu’en zone rurale. Les équipements destinés aux personnes âgées Relativement moins nombreuses dans le Calvados, les personnes âgées de ce dépar tement sont cependant celles qui disposent le plus fréquemment des structures spécia lisées. Ainsi dans l’Orne et la Manche, plus de 56 %desseniorsbénéficient sur leur
. . . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 91
ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE
Portrait des eunes retraités
Parmi les 324 800 personnes âgées vivant en BasseNormandie, 64 % ont entre 60 et 74 ans. Au cours des années quatrevingtdix, le poids dé mographique de cette classe d’âge se renforce passant de 13,6 % à 14,7 % de la population totale. Du fait de l’arrivée à l’âge de la retraite des classes d’âge importantes nées lors du babyboom, le nombre de jeunes retraités va augmenter forte ment au cours des deux prochaines décennies. En effet en vingt ans, la population des jeunes retraités de vrait s’accroître de plus de 90 000 personnes en BasseNormandie, le département du Calvados étant sus ceptible de concentrerà lui seul pra tiquement les deux tiers de cette croissance. Grâce à l’augmentation de l’espé rance de vie des hommes après 60 ans, une grande majorité (63 %) des basnormands âgésde 60 à 74 ans vit encore en couple. Ces jeunes re traités sont relativement épargnés par la solitude puisque seul un sur cinq est confronté à l’isolement. La solitude est toutefois plus ancrée dans les territoires urbains et plus spécifiquement dans les grandes vil les comme CherbourgOcteville où un tiers des 6074 ans vit seul,Caen (29 %) etAlençon (26 %). Peu de jeunes retraités quittent leur domicile : près de 97 % des person nes de 6074 ans habitant en BasseNormandie en 1999 vivent toujours sous leur propre toit. L’ar rivée en institutions spécialisées reste en effet l’exception à ces âges.
commune de la présence d’une maison de retraite ou des services d’aide, de soins et de surveillance à domicile qui permettent à la population âgée dépendante de se main tenir dans son logement. Le déficit des équipements est particulièrement flagrant dans le centre Manche, à l’exception des cantons du littoralet des cantons plus ur b a i n sd eT e s s y  s u r  V i r e ,d eT o r i gnisurVire et de SaintLô. Certains territoires de l’Orne souffrent également d’un manque de structures spécialisées, les cantons de LaFertéFresnel, d’Exmes, de Gacé, de Courtomer et de Tourouvre, si
. . . . . . . . . . .
tués au nordest du département sont en ce domaine les moins bien lotis. La popula tion âgée du Calvados dispose en revanche d’équipements mieux répartis sur les lieux d’habitation des personnes âgées : 63 % desseniorsdisposent de l’ensemble des équipements permettantle maintien à do micile dans leur commune de résidence, même si le bocage Virois, les environsde Falaise, et la périphérie nordouest de Caen apparaissent moins bien équipés. Les services qui favorisent le maintien à domicile des plus âgés sont globalement bien implantés sur le territoire : l’aide mé nagère à domicile existe dans pratiquement toutes les communes basnormandes, les soins infirmiers et d’hygiène à domicile sont également très répandus, tout au moins dans le Calvados et dans l’Orne, où plus de 90 % des personnes âgées en béné ficient. Dans la Manche, en revanche, ces services de soins à domicile sont plus rares, ils sont proposés uniquement à 53 % des seniorssur leur commune. Moins fré quente, la télésurveillance est un équipe ment qui se développe : trois personnes âgées sur quatre dans le Calvados et dans la Manche ont accès à cet équipement, et six sur dix dans l’Orne. En revanche les trois départements comptent peu de services de portage de repas à domicile : la moitié des
personnes âgées du Calvados peuvent bé néficier de cette prestation, 39 % pour les Ornais et seulement 32 % des Manchois. Le souséquipement en foyersrestaurants est encore plus accentué, en particulier dans le département de la Manche où ce service est proposé à uniquement unsenior sur six.
Des logements de plus en plus confortables
Avec l’arrivée à l’âge de la retraite d’une population qui possédait plus souvent son logement que les générations précédentes, le statut de propriétaire a progressé parmi la population âgée. A la fin des années quatrevingtdix, trois personnes âgées sur quatre, en BasseNormandie sont proprié taires de leur résidence principale, soit cinq points de plus qu’en 1990. Cette montée en puissance du nombre de propriétaires par mi les personnes âgées, s’accompagne d’une nette amélioration du confort des lo gements. En BasseNormandie, plus de neuf logements sur dix occupés par des personnes âgées sont dotés aujourd’hui d’une baignoire ou d’une douche, alors que dix ans plus tôt seulement huit sur dix bé néficiaient d’un tel confort. Cette amélio ration du confort des habitations réduit d’autant le nombre delogements vétustes.
. . . . . . . . . . . . CENT POUR CENT BASSENORMANDIEn° 91
ser le cap des 85 ans pour qu’un tiers de la population soit hébergé en institution. La perte d’autonomie des personnes âgées est le facteur déterminant pour l’entrée dans un établissement spécialisé. Ces institu tions accueillent 23 600seniorsen BasseNormandie, soit 7 % de la popula tion âgée. Les maisons de retraite concen trent la grande majorité de la capacité d’accueil et hébergent deux retraités sur trois vivant dans un établissement spéciali sé. Malgré le fort vieillissement de la popu lation (+ 14 %) depuis une décennie, la fréquentation des maisons de retraite, des foyerslogements et des autres structures d’accueil progresse peu. Le nombre dese niorshébergés dans ces structures spéciali sées a crû de 8 500,alors que le nombre de personnes âgées de plus de 75 ans a aug menté de 19 600 sur la décennie. La quasi généralisation de services comme l’aide et les soins à domicile, et le développement du portage des repas a donc permis le maintien dans un logement autonome d’une part toujours plus forte de la popula tion âgée. Daniel MORALES
Les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication L’impact des migrations sur la région
Code SAGE : CENT%9170© Insee2001
CENT POUR CENT BasseNormandie Directeur de la publication: Michel DEROINTHEVENIN Rédacteur en Chef par intérim : Stéphane DELAVELLE Secrétaire de Rédaction : Nadine GAUTIER Composition PAO : Françoise LEROND Abonnements : Nadine SAUVAGE Tél. : 02.31.15.11.02 Prix de vente :le numéro : 15 F(2,29) Abonnement un an (15 numéros) :  France : 180 F(27,44)  Europe : 225 F(34,30)  Reste du monde : 243 F(37,05)
Dépôt légal : mars2001
DIRECTION REGIONALE DE L’INSEE 93, rue de Geôle 14052 CAEN CEDEX 4 Tél. : 02.31.15.11.11Fax : 02.31.15.11.01 Site Internet : www.insee.fr/bassenormandie Directeur :Michel DEROINTHEVENIN Administration des ressources : MarieHélène GAY Informatique : Laurent BARBET Service statistique : Laurent BARBET Service études et diffusion : Stéphane DELAVELLE Attachée de presse : Joëlle MARIE Tél. : 02.31.15.11.24
Où vivent les personnes âgées ? Part de lao ulationâ éeui viten % Age des personnes En logementEn maisonEn foyerDans un autre ordinaire deretraite logementmode d’habitation* 60 ans etlus 92,74 11,2 20 Dont 6074 ans96,8 12 0,31 7 Dont 75 ans et plus85,4 9,42,7 2,5 * Personnes hébergées principalement dans des établissements de soins de longue durée, dans un centre d’accueil, et les membres d’une communauté religieuse. Source : Insee, recensement de la population 1999.
ANALYSE ANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSEANALYSE ANALYSE
Portrait des 75 ans et plus
Vivre en institution
Plus de 115 400 personnes âgées de 75 ans et plus vivent en BasseNormandie à la fin des années quatrevingtdix. Cette population, représentant un peu plus de 8 % de la population régionale, connaît depuis une décennie une ex pansion (+ 20 %), deux fois plus sou tenue que celle des 6074 ans. Si en 1 9 9 9 ,a u c u nd e sd é p a r t e m e n t s basnormands ne figure parmi les vingtcinq départements français comp tant plus de 10 % de personnes de 75 ans et plus dans leur population. En re vanche, ils apparaissent tous les trois parmi les territoires où la part des plus de 75 ans a le plus augmenté durant les années quatrevingtdix : de 16 % pour l’Orne et d’un peu plus de 20 % pour la Manche et le Calvados. Au cours des vingt prochaines années la population âgée de 75 ans et plus va cependant connaître une croissance plus modérée (+ 60 000) que celle des jeunes retraités. Le déséquilibre numérique des sexes est particulièrement fort chez les 75 ans et plus : près de 65 % des personnes de cette classe d’âge sont des femmes. Après 75 ans, la disparition du conjoint fait qu’un nombre important de person nes demeurent seules. C’est le cas de 40 % des basnormands les plus âgés. La perte d’autonomie après 75 ans en courage la population âgée à rejoindre les institutions spécialisées : près de 17 000 personnes y vivent en 1999. Les maisons de retraites accueillent la grande majorité des plus anciens (10 900 personnes), les 6 000 person nes restantes se répartissant équitable ment entre les foyerslogements et les autres structures d’accueil. Malgré le vieillissement, la vie autonome reste ce pendant fortement majoritaire : 85 % des 75 ans et plus continuent à vivre chez eux ou chez des proches.
ISSN 12672769
Le nombre de personnes âgées vivant dans un logement où le confort est inexistant est ainsi passé de 40 000 en 1990 à moins de 19 000 en 1999. Ces habitations se concen trent dans les zones rurales les plus isolées. Dans la Manche et dans l’Orne, près de 9 % des habitations rurales occupées par desse niorsne bénéficient pas d’un équipement sanitaire complet, contre 4 % dans les vil les où les logements récents prédominent. Si le confort des logements s’améliore, la taille des habitations occupées par les per sonnes âgées continue néanmoins à repré senter une difficulté importante pour ces derniers. Deux tiers d’entre eux disposent en effet d’un logement de quatre pièces et plus. Ces habitations spacieuses mais sou vent inadaptées restent une charge finan cière et d’entretien importante pour les seniors.
Avant 75 ans, une très faible proportion de personnes vit en maison de retraite ou en foyerlogement. Passécet âge, ces structu res spécialisées accueillent une part plus importante de retraités, mais il faut dépas
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.