Les populations légales au 1er janvier 2008

De
Publié par

erLes populations légales au 1 janvier 2008 eru1 janvier 2008, la Bourgogne compteA1 638 588 habitants, soit 28 200 de plus qu’en 1999. Cette croissance reste modeste, Évolution annuelle moyenne de la population0,2 % en moyenne par an contre 0,7 % pour la France métropolitaine, et situe la Bourgogne des régions françaises entre 1999 et 2008. parmi les dernières places au classement des Nord-Pas- de-Calais régions françaises avec la Lorraine, le Nord PicardiePas de Calais, et la Champagne Ardenne. Haute- Normandie Cette faible croissance démographique LorraineBasse- Normandie Île-de- Frances’explique principalement par un solde Champagne- AlsaceArdenneBretagne migratoire positif : les personnes s’installant CentrePays dedans la région sont un peu plus nombreuses la Loire Franche-Bourgogne Comtéque celles qui la quittent. L’autre moteur de la démographie, le solde naturel, est quasi nul. Poitou- Charentes Autrement dit, sur la période 1999-2008, le Limousin Rhône-nombre de décès est quasiment identique au Auvergne Alpes de naissances, signe que la population Aquitaine vieillit. Provence-Alpes-Midi- Languedoc- Côte d'AzurEn % Pyrénées Roussillon Parmi les huit principales agglomérations de la 0,9région, seules celles de Dijon et de Mâcon Corse 0,5 gagnent des habitants (+ 0,1 % en moyenne Source : Insee, RP 1999 et RP 2008.annuelle entre 1999 et 2008). Toutes les autres en perdent, les baisses les plus fortes s’observant au Creusot (- 1,2 %) et à Nevers (- 0,8 %).
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

erLes populations légales au 1 janvier 2008
eru1 janvier 2008, la Bourgogne compteA1 638 588 habitants, soit 28 200 de plus
qu’en 1999. Cette croissance reste modeste,
Évolution annuelle moyenne de la population0,2 % en moyenne par an contre 0,7 % pour la
France métropolitaine, et situe la Bourgogne des régions françaises entre 1999 et 2008.
parmi les dernières places au classement des Nord-Pas-
de-Calais
régions françaises avec la Lorraine, le Nord
PicardiePas de Calais, et la Champagne Ardenne. Haute-
Normandie
Cette faible croissance démographique LorraineBasse-
Normandie Île-de-
Frances’explique principalement par un solde Champagne- AlsaceArdenneBretagne
migratoire positif : les personnes s’installant
CentrePays dedans la région sont un peu plus nombreuses la Loire Franche-Bourgogne Comtéque celles qui la quittent. L’autre moteur de la
démographie, le solde naturel, est quasi nul. Poitou-
Charentes
Autrement dit, sur la période 1999-2008, le
Limousin
Rhône-nombre de décès est quasiment identique au Auvergne Alpes de naissances, signe que la population
Aquitaine
vieillit.
Provence-Alpes-Midi- Languedoc- Côte d'AzurEn % Pyrénées Roussillon
Parmi les huit principales agglomérations de la
0,9région, seules celles de Dijon et de Mâcon Corse
0,5
gagnent des habitants (+ 0,1 % en moyenne
Source : Insee, RP 1999 et RP 2008.annuelle entre 1999 et 2008). Toutes les autres
en perdent, les baisses les plus fortes
s’observant au Creusot (- 1,2 %) et à Nevers
(- 0,8 %).
28 200 Bourguignons supplémentaires depuis 1999
Variation 1999-2008
Population Variation
Population sans Moyenne annuelle (%) moyenne
Départements municipale double annuelleNombre Due au Due au2008 compte 90/99
Totale solde solde1999 (%)
naturel migratoire
Côte-d'Or 521 608 507 009 14 599 0,3 0,3 0,0 0,3
Nièvre 220 653 225 191 - 4 538 - 0,2 - 0,3 0,1 - 0,4
Saône-et-Loire 553 968 544 891 9 077 0,2 0,0 0,2 - 0,3
Yonne 342 359 333 316 9 043 0,3 0,0 0,3 0,3
Bourgogne 1 638 588 1 610 407 28 181 0,2 0,0 0,2 0,0
BOURGOGNESource : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2008.
© IGN - Insee 2010.Bourgogne
Six des huit principales agglomérations bourguignonnes perdent des habitants
Population Variation 1999-2008 Variation
Population
sans double moyenne
Unités Urbaines municipale Moyennecompte annuelleNombre2008 annuelle (%)1999 90/99 (%)
Dijon 238 056 236 953 1 103 0,1 0,3
Nevers 53 670 57 515 - 3 845 - 0,8 - 0,3
Chalon-sur-Saône 73 711 75 447 - 1 736 - 0,3 - 0,3
Macon 45 370 44 969 401 0,1 - 0,5
Montceau-les-Mines 41 749 43 438 - 1 689 - 0,4 - 0,9
Le Creusot 33 825 37 576 - 3 751 - 1,2 - 0,9
Auxerre 40 231 40 945 - 714 - 0,2 - 0,3
Sens 38 460 38 717 - 257 - 0,1 0,2
Source : Insee- Recensements de la population 1990, 1999 et 2008.
Évolution annuelle moyenne de la population
des départements français entre 1999 et 2008.
Les évolutions démographiques sont peu marquées dans les
différents départements de la région.
La population diminue un peu dans la Nièvre et augmente un peu
dans les trois autres départements de la région. La Côte-d’Or et
l’Yonne conservent le même rythme de croissance qu’entre 1990
et 1999, + 0,3 % par an, et gagnent respectivement 14 600 et 9 000
habitants.
En Saône-et-Loire, la tendance s’est inversée : la population
augmente de 0,2 % entre 1999 et 2008 (+ 9 000 habitants) après
avoir diminué de 0,3 % par an entre 1990 et 1999.
Le déclin démographique se poursuit dans la Nièvre qui compte
4 500 habitants de moins qu’en 1999, mais à un moindre rythme
(-0,2 % par an contre - 0,4 % durant la précédente période).
La Côte-d’Or est le seul département de Bourgogne où la
croissance de la population s’explique par un solde naturel positif.
Dans la Nièvre, le nombre des décès l’emporte sur celui des
En %
naissances, tandis qu’en Saône-et- Loire, comme dans l’Yonne, ils
sont du même ordre de grandeur.
0,9
0,5
Source : Insee, RP 1999 et RP 2008.
Note méthodologique
Les populations légales de toutes les collectivités territoriales et circonscriptions administratives françaises sont publiées dans un décret paru au
er erJournal Officiel le 31 décembre 2010. Elles prennent effet au 1 janvier 2011. Elles se réfèrent au 1 janvier 2008 et se substituent à celles relatives au
er1 janvier 2007 publiées l’an dernier. Etablies dorénavant chaque année, conformément à la loi du 27 février 2002, les populations légales sont prises
en compte pour l’application de dispositions législatives, réglementaires et financières relatives à l’organisation des communes et à la vie
quotidienne de celles-ci.
Le terme générique de population légale regroupe pour chaque commune :
- la population municipale , qui comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune. Sont également comptées
des personnes « hors ménages ordinaires » : les détenues dans les établissements pénitentiaires de la commune, celles sans abri et celles
résidant habituellement dans des habitations mobiles recensées sur le territoire de la commune. La population municipale correspond à la
population sans double compte de 1999, c’est-à-dire que chaque personne vivant en France est comptée dans la population municipale d’une
commune et d’une seule. Les chiffres de population municipale de différentes communes peuvent donc être agrégés pour obtenir des données de sur des zonages géographiques plus grands.
- la population comptée à part comprend les personnes dont la résidence habituelle est dans une autre commune mais qui disposent également
d’une résidence sur la commune. Par exemple, les étudiants majeurs de moins de 25 ans qui, pour leurs études, habitent une autre commune que
celle de leur résidence familiale sont comptés dans la population municipale de la commune où ils résident pour leurs études et dans la population
comptée à part de la commune de leur résidence familiale. La population comptée à part représente une faible part de la population totale des
communes.
- la population totale est la somme de la population municipale et de la population comptée à part.
erLes données de population au 1 janvier 2008 correspondent aux résultats issus des cinq enquêtes annuelles de recensement réalisées de 2006 à
2010. La nouvelle méthode de recensement substitue au comptage traditionnel organisé tous les huit à neuf ans une technique d’enquêtes
annuelles. Celle-ci distingue les communes de moins de 10 000 habitants, enquêtées désormais une fois tous les cinq ans par roulement, et les
communes de 10 000 habitants ou plus, dans lesquelles un échantillon de 40 % des logements sont enquêtés au cours d’un cycle quinquennal (8 % par
an dans chaque commune).
er2 Hors série - Les populations légales au 1 janvier 2008.
© IGN - Insee 2010.N71
N6
A6
A39
Côte-d'Or Cantons
entre 1999 et 2008, la population augmente habitants entre 1999 et 2008 en concernés sont ceux de Dijon 4 cantonEdans 25 cantons parmi les 43 que compte gagnaient déjà entre 1990 et 1999. Et (-1,4 %) et Recey-sur-Ource (- 1,1 %), suivis
la Côte-d’Or. Les plus fortes croissances souvent le rythme de croissance par Châtillon-sur-Seine, Montbard et
démographiques sont observées dans les démographique s’accentue. Montigny-sur-Aube (- 0,8 % pour chacun).
ecantons de Genlis et de Dijon 8 canton qui Quelques cantons sont même passés À l’exception de Beaune-Nord, tous ces
gagnent chacun près de 3 000 habitants entre d’une baisse de population à une cantons perdaient déjà des habitants
e1999 et 2008, soit une croissance moyenne hausse : Dijon 8 canton, entre 1990 et 1999 et cette baisse
annuelle de 1,5 %. Viennent ensuite les cantons Bligny-sur-Ouche, Saint-Jean-de- s’accentue pour plusieurs cantons situés
de Mirebeau-sur-Bèze, Sombernon et Losne, Vitteaux et Semur-en-Auxois. au nord-ouest du département.
Auxonne. À l’inverse, 18 cantons perdent des
La plupart des cantons qui gagnent des habitants entre 1999 et 2008. Les plus
Évolution annuelle de la population
entre 1999 et 2008 des cantons
et villes de Côte-d'Or
Montigny-
sur-Aube
Laignes
Châtillon-
sur-Seine
Recey-
sur-Ource
15 Km
Aignay-
Grancey-le-le-DucBaigneux-Montbard Château-Neuvelle
les-Juifs
Selongey
Is-sur- Fontaine-Venarey-
Tille Françaiseles-Laumes
Semur- St-Seine-
en-Auxois l'Abbaye
Mirebeau-
Fontaine- sur-BèzePrécy- Dijon
lès-DijonVitteauxsous-Thil 1er Canton
Dijon
Dijon5e Canton Pontailler-Dijon 2e Canton sur-SaôneChenôveSombernonSaulieu
Pouilly-
Gevrey-en-Auxois
GenlisChambertin
Auxonne
Liernais Bligny-
sur-Ouche Nuits-St- St-Jean-Arnay-
Georges de-Losnele-Duc
Beaune-
Nord
En %
SeurreBeaune
Beaune-
1 SudNolay
0,4
0
Limite cantonale Autoroutes
Routes principales-0,3 Limite d'arrondissement
Source : Insee - RP 1999 et 2008.
Dans cette carte, les cantons composés d’une partie d’une commune et de communes entières ne sont pas exactement représentés.
eSeules les communes entières sont prises en compte. C’est par exemple le cas de Dijon 2 canton dont le périmètre ici correspond aux
communes entières composant ce canton (Chevigny-Saint-Sauveur, Couternon..) et ne comprend pas la partie de la ville-centre de
Dijon.
Par ailleurs, les communes relevant de plusieurs cantons sont représentées dans leur périmêtre communal. C’est le cas de Dijon,
Beaune et Chenôve.
erHors série - Les populations légales au 1 janvier 2008. 3
A31
© IGN - Insee 2010.Côte-d'Or Cantons
Population Variation 1999-2008 Variation
Population
sans double moyenne
Cantons municipale Moyennecompte annuelleNombre2008 annuelle (%)1999 90/99 (%)
Aignay-le-Duc 1 556 1 622 - 66 - 0,5 - 1,2
Arnay-le-Duc 5 182 5 334 - 152 - 0,3 - 0,7
Auxonne 14 487 12 843 1 644 1,3 0,4
Baigneux-les-Juifs 1 591 1 604 - 13 - 0,1 - 0,1
Beaune-Nord 16 373 16 829 - 456 - 0,3 0,4
Beaune-Sud 21 646 20 140 1 506 0,8 0,4
Bligny-sur-Ouche 2 907 2 606 301 1,2 - 0,3
Châtillon-sur-Seine 11 031 11 857 - 826 - 0,8 - 0,7
Chenôve 25 965 26 095 - 130 - 0,1 1,0
erDijon 1 Canton 32 116 29 512 2 604 0,9 1,0
eDijon 2 38 854 37 848 1 006 0,3 1,3
e 3 Canton 21 036 21 440 - 404 - 0,2 - 0,1
eDijon 4 16 672 18 956 - 2 284 - 1,4 - 1,6
eDijon 5 Canton 27 626 28 960 - 1 334 - 0,5 - 0,4
eDijon 6 22 808 22 925 - 117 - 0,1 - 0,2
eDijon 7 Canton 23 547 23 163 384 0,2 1,9
eDijon 8 22 389 19 532 2 857 1,5 - 0,4
Fontaine-Française 2 903 2 632 271 1,1 1,0
Fontaine-lès-Dijon 33 300 32 412 888 0,3 0,7
Genlis 23 093 20 131 2 962 1,5 0,7
Gevrey-Chambertin 15 398 14 248 1 150 0,9 1,1
Grancey-le-Château-Neuvelle 1 105 1 073 32 0,3 0,7
Is-sur-Tille 12 494 11 561 933 0,9 0,3
Laignes 3 231 3 328 - 97 - 0,3 - 0,1
Liernais 2 354 2 395 - 41 - 0,2 - 0,4
Mirebeau-sur-Bèze 8 557 7 543 1 014 1,4 0,5
Montbard 10 937 11 745 - 808 - 0,8 - 0,9
Montigny-sur-Aube 2 302 2 470 - 168 - 0,8 - 0,4
Nolay 6 362 6 482 - 120 - 0,2 0,0
Nuits-Saint-Georges 15 058 14 382 676 0,5 0,4
Pontailler-sur-Saône 7 513 7 059 454 0,7 0,4
Pouilly-en-Auxois 5 490 4 961 529 1,1 0,6
Précy-sous-Thil 2 947 2 782 165 0,6 0,7
Recey-sur-Ource 1 967 2 178 - 211 - 1,1 - 0,5
Saint-Jean-de-Losne 11 217 10 393 824 0,9 - 0,2
Saint-Seine-l'Abbaye 3 168 2 934 234 0,9 0,1
Saulieu 6 014 6 081 - 67 - 0,1 - 0,1
Selongey 3 850 3 727 123 0,4 0,0
Semur-en-Auxois 9 473 9 292 181 0,2 - 0,1
Seurre 9 453 8 609 844 1,0 0,3
Sombernon 6 608 5 854 754 1,4 0,9
Venarey-les-Laumes 7 716 8 037 - 321 - 0,5 - 0,7
Vitteaux 3 312 3 180 132 0,5 - 0,3
Source : Insee- Recensements de la population 1990, 1999 et 2008.
er4 Hors série - Les populations légales au 1 janvier 2008.N71
A39
A6
N6
A36
Côte-d'Or EPCI
a Côte-d’Or compte 32 EPCI. Les de communes du Val de Norges prononcée dans les communautés deLcommunautés de communes du Sud s’accélère (+ 1,4 % par an entre 1990 et communes du Montbardois et du Pays
Dijonnais et du Val de Norges sont les plus 1999) ; elle gagne près de 1 500 Châtillonnais, qui perdent respectivement
dynamiques du département avec une habitants en neuf ans. 800 et 1 350 habitants (- 0,8 % et - 0,7 % ).
augmentation annuelle de la population de Entre 1999 et 2008, la population
2,5 % et 2,2 %. La croissance de la communauté baisse dans six EPCI, de façon
Évolution annuelle de la population
entre 1999 et 2008 des EPCI de Côte-d'Or
CC du Pays
Châtillonnais
CC des Sources
de la Tille CC duCC du
Canton deMontbardois
Selongey
CC duCC du Pays d'Alésia CC des Vallées de
Val de Vingeanneet de la Seine la Tille et de l’IgnonCC du Pays deCC du
Saint Seine l'AbbayeSinemurien
CC du
CC Forêts CC du Val Mirebellois
LavièresCC du Canton de NorgesCC Morvan- et SuzonCC de la de VitteauxVauban Butte de Thil CC de la
Plaine des TillesCC du CC du Canton de
Pontailler sur SaôneSombernonnais CA
Grand DijonCC de
CC de laSaulieu
CC de laCC de Vallée de l'Ouche
l'Auxois Sud PlaineCC du
Dijonnaise CC Auxonne -CC de Gevrey- Sud
Val de SaôneCC de Chambertin Dijonnais
Liernais CC du Canton
de Bligny sur Ouche
CC du Pays de
Nuits Saint GeorgesCC du
Pays d’Arnay
CC Rives de Saône,En %
CA Beaune, CC Saint Jean de Losne -
Côte et Sud - Seurre
Communauté Beaune-
1 Chagny-Nolay
0,4
Limite d'EPCI
0 15 KmLimite de département
-0,3
Communes hors EPCI
Autoroutes
Routes principales
Source : Insee - RP 1999 et 2008.
erHors série - Les populations légales au 1 janvier 2008. 5
A31
© IGN - Insee 2010.Côte-d'Or EPCI
Population Variation 1999-2008 Variation
Population
sans double moyenne
EPCI municipale Moyennecompte annuelleNombre2008 annuelle (%)1999 90/99 (%)
CA Beaune, Côte et Sud - Communauté
45 151 44 076 1 075 0,3 0,4Beaune-Chagny-Nolay *
CA Grand Dijon 244 577 243 413 1 164 0,1 0,3
CC Auxonne - Val de Saône 14 487 12 856 1 631 1,3 0,4
CC de Gevrey-Chambertin 8 999 8 874 125 0,2 0,8
CC de la Butte de Thil 3 152 2 985 167 0,6 0,7
CC de la Plaine des Tilles 6 853 6 543 310 0,5 2,0
CC de la Dijonnaise 24 105 21 173 2 932 1,5 0,5
CC de la Vallée de l'Ouche 7 118 6 722 396 0,6 1,4
CC de l'Auxois Sud 5 490 4 957 533 1,1 0,6
CC de Liernais 2 354 2 395 -41 -0,2 -0,4
CC de Saulieu 5 047 5 174 -127 -0,3 -0,2
CC des Sources de la Tille 1 105 1 072 33 0,3 0,7
CC des Vallées de la Tille et de l'Ignon 12 324 11 429 895 0,8 0,3
CC du Canton de Bligny sur Ouche 2 907 2 609 298 1,2 -0,3
CC du de Pontailler sur Saône 7 513 7 056 457 0,7 0,4
CC du Canton de Selongey 3 850 3 725 125 0,4 0,0
CC du de Vitteaux 3 312 3 181 131 0,4 -0,3
CC du Mirebellois 8 557 7 541 1 016 1,4 0,5
CC du Montbardois 10 937 11 745 -808 -0,8 -0,9
CC du Pays Châtillonnais 19 843 21 196 -1 353 -0,7 -0,7
CC du Pays d'Alésia et de la Seine 7 756 8 076 -320 -0,4 -0,7
CC du Pays d'Arnay 5 182 5 337 -155 -0,3 -0,7
CC du Pays de Nuits Saint Georges 15 058 14 383 675 0,5 0,5
CC du Pays de Saint Seine l'Abbaye 3 168 2 932 236 0,9 0,1
CC du Sinemurien 9 473 9 292 181 0,2 -0,1
CC du Sombernonnais 3 131 2 703 428 1,6 0,5
CC du Sud Dijonnais 5 021 4 032 989 2,5 2,4
CC du Val de Norges 8 102 6 647 1 455 2,2 1,4
CC du Val de Vingeanne 2 903 2 636 267 1,1 1,0
CC Forêts Lavières et Suzon 3 395 2 961 434 1,5 1,2
CC Morvan-Vauban * 762 705 57 0,9 0,2
CC Rives de Saône, CC Saint Jean de Losne - Seurre 17 337 15 903 1 434 1,0 0,0
Source : Insee- Recensements de la population 1990, 1999 et 2008.
* Partie « Côte-d’Or» de ces EPCI
Définition des EPCI
Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) sont des regroupements de communes ayant pour
objet l’élaboration de «projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité». Ils sont soumis à des
règles communes, homogènes et comparables à celles de collectivités locales. Les communautés urbaines, communautés
d’agglomérations, communautés de communes, syndicats d’agglomération nouvelle, syndicats de communes et les
syndicats mixtes sont des EPCI.
« Textes, cartes et tableaux utilisent la géographie des EPCI à fiscalité propre au 1/01/2010 »
er6 Hors série - Les populations légales au 1 janvier 2008.N81
Nièvre Cantons
ntre 1999 et 2008, la population diminue en-Puisaye, tous ces cantons s’observent pour les cantons de Tannay etEdans 20 cantons parmi les 32 que compte perdaient déjà des habitants entre Saint-Bénin-d’Azy (+ 0,7 % chacun). La
le département de la Nièvre. C’est dans le 1990 et 1999. Cette baisse plupart de ces cantons perdaient
canton de Nevers-Est que la baisse est la plus démographique s’est même pourtant des habitants entre 1990 et 1999.
marquée : - 1,4 %par an entre 1999 et 2008 soit accentuée pour cinq d’entre eux. Le retournement de tendance est parfois
1 200 habitants de moins sur la période. À l’inverse, 12 cantons de la Nièvre marqué comme dans les cantons de
Viennent ensuite les cantons de Luzy, Decize gagnent des habitants entre 1999 et Moulins-Engilbert et de Dornes, où la
(- 0,8 %) et Château-Chinon (ville) (- 0,7 %). À 2008. Les croissances population augmente de 0,2 et 0,3 % par
l’exception de Nevers-Sud et de Saint-Amand démographiques les plus fortes an entre 1999 et 2008 après avoir baissé
de 0,7 et 0,9 % par an.
Évolution annuelle de la population
entre 1999 et 2008 des cantons
et villes de la Nièvre
St-Amand-
en-PuisayeCosne-Cours-
sur-Loire-Nord
Clamecy
Cosne-Cours-
sur-Loire-Sud
Cosne-Cours-
Varzysur-Loire
TannayDonzy
LormesPouilly-
Brinon-sur-sur-Loire
Beuvron
Corbigny
Prémery
Montsauche-
La Charité- les-Settons
sur-Loire
Château-St-Saulge
Pougues- Guérigny Chinon
les-Eaux (Ville)Châtillon-
en-Bazois
Nevers-Nord
Nevers- St-Benin-Nevers Est d'Azy
Moulins-
EngilbertNevers-Sud
Imphy
En % La Machine
Luzy
1 St-Pierre- Decize Fours
le-Moûtier
0,4
Dornes0
-0,3
Limite cantonale 15 KmAutoroutes
Routes principalesLimite d'arrondissement
Source : Insee - RP 1999 et 2008.
Dans cette carte, les cantons composés d’une partie d’une commune et de communes entières ne sont pas exactement représentés.
Seules les communes entières sont prises en compte. C’est par exemple le cas de Nevers-Sud dont le périmètre ici correspond aux
communes entières composant ce canton (Challuy, Marzy, Sermoise-sur-Loire) et ne comprend pas la partie de la ville-centre de
Nevers.
Par ailleurs, les communes relevant de plusieurs cantons sont représentées dans leur périmêtre communal. C’est le cas de Nevers et
de Cosne-Cours-sur-Loire.
erHors série - Les populations légales au 1 janvier 2008. 7
N151
A77
© IGN - Insee 2010.Nièvre Cantons
Population Variation 1999-2008 Variation
Population
sans double moyenne
Cantons municipale Moyennecompte annuelleNombre2008 annuelle (%)1999 90/99 (%)
Brinon-sur-Beuvron 2 407 2 312 95 0,4 - 0,6
Château-Chinon (Ville) 6 098 6 483 - 385 - 0,7 - 0,5
Châtillon-en-Bazois 3 864 3 933 - 69 - 0,2 - 0,6
Clamecy 8 060 8 547 - 487 - 0,6 - 0,4
Corbigny 4 723 4 875 - 152 - 0,4 - 0,4
Cosne-Cours-sur-Loire-Nord 8 021 7 735 286 0,4 - 0,2
Cosne-Cours-sur-Loire-Sud 9 090 9 332 - 242 - 0,3 - 0,7
Decize 8 322 8 920 - 598 - 0,8 - 0,7
Donzy 3 845 3 703 142 0,4 - 0,2
Dornes 4 358 4 234 124 0,3 - 0,9
Fours 4 691 4 795 - 104 - 0,2 - 0,6
Guérigny 15 553 16 258 - 705 - 0,5 - 0,1
Imphy 8 239 8 659 - 420 - 0,6 - 0,7
La Charité-sur-Loire 10 976 10 893 83 0,1 - 0,3
La Machine 7 394 7 505 - 111 - 0,2 - 0,8
Lormes 3 789 3 811 - 22 - 0,1 - 0,6
Luzy 4 426 4 749 - 323 - 0,8 - 1,1
Montsauche-les-Settons 3 813 3 879 - 66 - 0,2 - 1,3
Moulins-Engilbert 4 365 4 302 63 0,2 - 0,7
Nevers-Centre 10 490 10 519 - 29 0,0 0,1
Nevers-Est 8 593 9 768 - 1 175 - 1,4 - 1,1
Nevers-Nord 12 729 13 209 - 480 - 0,4 - 0,7
Nevers-Sud 17 949 18 763 - 814 - 0,5 0,5
Pougues-les-Eaux 12 508 12 673 - 165 - 0,1 - 0,2
Pouilly-sur-Loire 5 991 5 734 257 0,5 - 0,1
Prémery 3 977 4 080 - 103 - 0,3 - 0,6
Saint-Amand-en-Puisaye 3 534 3 597 - 63 - 0,2 0,0
Saint-Benin-d'Azy 5 358 5 023 335 0,7 - 0,2
Saint-Pierre-le-Moûtier 6 737 6 487 250 0,4 0,1
Saint-Saulge 3 299 3 226 73 0,2 0,2
Tannay 2 994 2 806 188 0,7 - 0,5
Varzy 4 460 4 388 72 0,2 - 0,9
Source : Insee- Recensements de la population 1990, 1999 et 2008.
er8 Hors série - Les populations légales au 1 janvier 2008.A77
N7
N81
Nièvre EPCI
ans 18 des 29 EPCI de la Nièvre, la communauté d’agglomération de moyenne + 0,7 % d’habitants par an ; c’estDpopulation baisse ou reste stable. Les Nevers (- 0,7 %). un renversement de tendance par
baisses les plus fortes concernent les À l’inverse, les CC des Amognes, de la rapport à 1990-1999, quand elles avaient
communautés de communes du Sud Fleur du Nivernais et Sologne alors toutes perdu des habitants.
Nivernais, entre Alène et la Roche (-0,8 % par Boulonnais sont les plus
an), celle du pays de Coulanges sur Yonne et la dynamiques et gagnent chacune en
Évolution annuelle de la population
entre 1999 et 2008 des EPCI de la Nièvre
CC Puisaye
Nivernaise
CC des
Vaux d'Yonne
CC Loire
et Nohain
CC du Val
CC en CC de la Fleurde Sauzay
Donziais du Nivernais
CC Loire CC des Portes
et Vignoble du MorvanCC du Val
du Beuvron
CC du Pays
CorbigeoisCC Entre CC Les Grands
Nièvres et Forêts Lacs du Morvan
CC du Pays
Charitois
CC le CC le CoeurCC des
Bon Pays du Nivernais CC duBertranges
CC du Haut MorvanàlaNièvre
Bazois
CA de
Nevers CC des
Amognes CC du
Sud Morvan
CC Fil
de Loire
CC entreCC Loire
Loire et Forêtet Allier
CC du Sud
CC entre l’AlèneNivernais CC entre Loire et la RocheCC du Nivernais et Morvan
Bourbonnais
En % CC Sologne
Bourbonnais-
Nivernais
1
15 Km
0,4
Limite d'EPCI
0
Limite de département
-0,3
Communes hors EPCI
Autoroutes
Routes principales
Source : Insee - RP 1999 et 2008.
erHors série - Les populations légales au 1 janvier 2008. 9
N151
© IGN - Insee 2010.Nièvre EPCI
Population Variation 1999-2008 Variation
Population
sans double moyenne
EPCI municipale Moyennecompte annuelleNombre2008 annuelle (%)1999 90/99 (%)
CA de Nevers 65 631 69 744 - 4 113 - 0,7 - 0,2
CC de la Fleur du Nivernais 2 994 2 809 185 0,7 - 0,4
CC des Amognes 5 358 5 022 336 0,7 - 0,2
CC des Bertranges à la Nièvre 6 358 6 163 195 0,3 0,4
CC des Portes du Morvan 3 789 3 813 - 24 - 0,1 - 0,6
CC des Vaux d'Yonne 7 854 8 326 - 472 - 0,6 - 0,4
CC du Bazois 3 792 3 871 - 79 - 0,2 - 0,7
CC du Haut Morvan 6 455 6 809 - 354 - 0,6 - 0,6
CC du Nivernais Bourbonnais 5 464 5 259 205 0,4 0,0
CC du Pays Charitois 10 538 10 483 55 0,1 - 0,4
CC du Pays Corbigeois 4 732 4 882 -150 - 0,3 - 0,4
CC du Pays de Coulanges sur Yonne * 206 220 - 14 - 0,7 1,2
CC du Sud Morvan 3 233 3 255 - 22 - 0,1 - 0,8
CC du Sud Nivernais 7 287 7 836 - 549 - 0,8 - 0,5
CC du Val de Sauzay 3 561 3 409 152 0,5 - 0,9
CC du Val du Beuvron 2 231 2 155 76 0,4 - 0,6
CC en Donziais 3 845 3 708 137 0,4 - 0,2
CC entre l'Alène et la Roche 4 164 4 465 - 301 - 0,8 - 1,1
CC entre Loire et Forêt 7 427 7 606 - 179 - 0,3 - 1,0
CC entre Loire et Morvan 4 569 4 667 - 98 - 0,2 - 0,7
CC Entre Nièvres et Forêts 3 940 4 032 - 92 - 0,3 - 0,6
CC Fil de Loire 4 753 4 999 - 246 - 0,6 - 0,9
CC le Bon Pays 1 240 1 191 49 0,4 0,1
CC le Coeur du Nivernais 3 013 2 950 63 0,2 0,3
CC Les Grands Lacs du Morvan 3 456 3 563 - 107 - 0,3 - 1,2
CC Loire et Allier 7 617 7 627 - 10 0,0 0,1
CC Loire et Nohain 17 111 17 062 49 0,0 - 0,5
CC Loire et Vignoble 5 991 5 735 256 0,5 - 0,1
CC Puisaye Nivernaise 3 534 3 594 - 60 - 0,2 0,0
CC Sologne Boulonnais Nivernais 2 176 2 052 124 0,7 - 0,4
Source : Insee- Recensements de la population 1990, 1999 et 2008.
* Partie « Nièvre» de cet EPCI
Définition des EPCI
Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) sont des regroupements de communes ayant pour
objet l’élaboration de «projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité». Ils sont soumis à des
règles communes, homogènes et comparables à celles de collectivités locales. Les communautés urbaines, communautés
d’agglomérations, communautés de communes, syndicats d’agglomération nouvelle, syndicats de communes et les
syndicats mixtes sont des EPCI.
« Textes, cartes et tableaux utilisent la géographie des EPCI à fiscalité propre au 1/01/2010 »
er10 Hors série - Les populations légales au 1 janvier 2008.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.