Cette publication est accessible gratuitement
Télécharger

N° 31 - Janvier 2004
Lettre
statistique
et
économique
de Haute-Normandie
LES REVENUS FISCAUX DES MÉNAGESLES PETITS RUISSEAUX
DE PLUS DE 60 ANS EN 2000FONT LES GRANDES RIVIÈRES
Des revenus plus élevés
La région Haute-Normandie se caractérise
par la présence de grands établissements in- pour les 60 à 74 ans
dustriels. La taille imposante de certains
d’entre eux crée, au niveau des zones d’em-
Monique TILLARDploi, des effets de concentration et génère
par conséquent un phénomène de risques
tant en matière de création de richesse que
de stabilité de l’emploi.
Nombreusessontleszonesd’emploiquipré-
moins aisés disposent d’un revenu fiscal
sentent un équilibre acceptable entre le En 2000, les ménages âgés
inférieur ou égalà7608€ dans cettenombre d’actifs et celui des emplois offerts, haut-normands déclarent un
tranche d’âge contre 5 053€ dans l’en-mais qui sont à la merci d’une, deux ou trois
revenu médian par unité deentreprises importantes. On pourrait citer à semble de la population. Ce même seuil
titre d’exemple le Caux Maritime, le Pays de consommation (uc)* plus élevé (1er décile) est de 7 432€ pour les plus
Bray ou la Vallée de la Bresle. que ceux de la France de 75 ans.
L’artisanat présente pour l’économie de la
métropolitaine et de la Francerégion plusieurs avantages : il est réparti sur
tout le territoire, y compris les zones rurales, de province. Avec un revenu
il est très diversifié sur le plan des activités et, DES REVENUS SUPÉRIEURSfiscal médian par uc de 14 483
de ce fait, sa sensibilité à la conjoncture se À LA MOYENNE NATIONALE
€ pour les 60 à 74 ans et de 13manifeste différemment de celle des grands
secteurs industriels. Composé, par définition, 189€ pour les plus de 75 ans, la Le revenu fiscal médian par uc
de petites unités de production, il fluctue de
Haute-Normandie se place s’élève à 14 483 € pour les ménagesfaçon moins brutale que les grandes
respectivement en 5e et 4eentreprises. dont le référent est âgé de 60 à 74 ans. Il
Enfin, bien que les établissements soient de est supérieur à la France de province etposition des vingt-deux régions
petite, voire de très petite taille, leur nombre se situe très légèrement au-dessus de lamétropolitaines, hors
important finit par constituer une masse non
métropole. L’écart est de 522 € entre laIle-de-France. Ce revenu varienégligeable d’emplois, une force écono-
région et la France de province. D’unemique appréciable, et un facteur d’équilibre selon l’âge et le type d’espace. à l’autre, le revenu médian variede l’économie.
Ainsi, le revenu fiscal médian
Les publicitaires l’ont bien compris lorsqu’ils fortement. Il s’échelonne de 12 570 €
par uc des ménagesont lancé ce slogan un tantinet caricatural «la pour la Corse à 18 185 € pour
plus grande entreprise de France». haut-normands âgés de 60 à 74 l’Ile-de-France. Hors Ile-de-France, la
ans est supérieur à celui des Haute-Normandie se classe en 5e posi-
tion parmi les vingt-deux régions métro-ménages plus âgés et à celui deJean LEMATTRE
Chef du Service des Etudes et de la Diffusion politaines derrière l’Alsace (15 478 €),l’ensemble de la population.
Rhône-Alpes (14 893€), Pro-
vence-Alpes-Côte d’Azur (14 700€)etlen 2000, les ménages haut-nor-
Emands âgés de 60 à 74 ans décla- Centre (14 673€).
rent un revenu médian par uc supérieur Le département de l’Eure présente le
aux personnes plus âgées et à l’en- plus fort revenu médian (14 989 € par
semble de la population. Les 10% les unité de consommation contre 14 267€S O MM A IRE
en Seine-Maritime).* voir définitions page 4.POPULATION
LES REVENUS FISCAUX DES MÉNAGES
DE PLUS DE 60 ANS EN 2000 REVENU FISCAL MÉDIAN DES MÉNAGES PAR UNITÉ DE CONSOMMATION ET PART DES RETRAITES, PENSIONS
Des revenus plus élevés pour les 60 à 74 ans . 1 ET RENTES EN 2000
Revenu fiscal médian(1) par uc (en€) Part des retraites, pensions et rentes (en%)
ENTREPRISES Ensemble Ensemble
De 60 à 74 ans 75 ans et plus de la population De 60 à 74 ans 75 ans et plus de la populationL’ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE
Dynamique et diversifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 14 989 13 198 14 077 69 83 21Eure
Seine-Maritime 14 267 13 186 13 376 73 87 23
Haute-Normandie 14 483 13 189 13 597 72 86 22
ANALYSES CONJONCTURELLES
France de province 13 961 12 545 13 426 70 84 24
LES TAUX DE CHÔMAGE AU 3E TRIMESTRE 2003
France métropolitaine 14 427 13 057 13 949 68 83 23La hausse se confirme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Sources : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000
(1) En Haute-Normandie, la moitié des habitants de 60 à 74 ans vivent dans un ménage qui déclare un revenu fiscal inférieur à 14 483€ par unité de
consommation (uc)
SOCIÉTÉrieurs à 7 608€ par uc, soit 9% de plusPENSIONS, RETRAITES ET RENTES
qu’en province et 10% de plus qu’en mé-
La part des «pensions, retraites et rentes» dans revenus des valeurs et capitaux mobiliers impo-
tropole. A titre de comparaison, ces reve-le revenu déclaré comprend les retraites mais sables au titre de l’IRPP (ce qui exclut les reve-
aussi les pensions d’invalidité et les pensions nus défiscalisés comme le livret A et les nus fiscaux sont inférieurs de 9% à ceux
alimentaires nettes (déduction faites des pen- produits de placements soumis à prélèvement de l’Alsace mais supérieurs de presque
sions versées) et les rentes viagères (à titre gra- libératoire), les revenus fonciers nets (loyers,
la moitié à la Corse, ces deux régionstuit et onéreux). En Haute-Normandie, près d’un fermages, part de SCI, affichage), les revenus
ménage sur trois déclare percevoir des pen- accessoires (bénéfices industriels et commer- étant les extrêmes.
sions, retraites ou rentes. Elles représentent ciaux (BIC) non professionnels, des bénéfices Parallèlement, les 10% des ména-
seulement 22% des revenus déclarés contre non commerciaux (BNC) non professionnels et
ges ayant les revenus les plus élevés23% en France métropolitaine et 24% en France les recettes brutes de locations meublées non
de province. La faible proportion des plus de 60 déclarent des revenus annuels supé-professionnelles).
ans en Haute-Normandie est un des facteurs ex- En Haute-Normandie, la part des autres revenus rieurs à 26 455€. Ce 9e décile est infé-
plicatifs. La part des pensions, retraites et ren- représente 3,1% du revenu fiscal total des mé-
rieur à celui de la France métropolitainetes varie de 17% en Ile-de-France à 30% dans le nages. Elle place la région en 19e position et
Limousin où la proportion de ménages âgés est (-8%). Si l’on compare aux 22 régionsvarie de 5,2% en Provence-Alpes-Côte-d’Azur à
la plus élevée de France. 2,8% en Lorraine. La part des autres revenus françaises, il est inférieur de 32% à
Les «autres revenus» déclarés comprennent d’activité compte pour 3,9% en France
l’Ile-de-France et de 11% à la Pro-
essentiellement des revenus du patrimoine : les métropolitaine.
vence-Alpes-Côte-d’Azur mais supé-
rieur de 12% au
UN REVENU PLUS FAIBLE LE REVENU FISCAL MÉDIAN PAR UC Nord-Pas-de-Calais.
DES 60 À 74 ANS PAR RÉGION EN 2000APRÈS 75 ANS La disparité des reve-
Ile-de-France
Alsace nus est plus faible pour les
Rhône-Alpes
Le revenu fiscal médian est plus Provence-Alpes-Côte d’Azur 75 ans et plus et est un peu
Centre
Haute-Normandiefaible lorsque le référent est âgé de plus plus réduite que pour la
France métropolitaine
Aquitainede 75 ans que lorsqu’il a entre 60 et 74 tranche d’âge précédente.
Bourgogne
Picardieans. Il représente 13 189 euros et est Ainsi, le rapport inter-déci-Champagne-Ardenne
Franche-Comtétoujours supérieur à la France de pro- les n’est plus que de 3,3.France de Province
Bretagnevince (+644 €). Hors Ile-de-France Le niveau des revenusLanguedoc-Roussillon
Pays de la Loire
(17 716 €), la Haute-Normandie se des plus modestes (1erLorraine
Midi-Pyrénées
Basse-Normandieclasse en 4e position parmi les 22 ré- décile) s’élèveà7432 €
Auvergne
Poitou-Charentegions métropolitaines après l’Alsace par uc soit 12% de plus
Limousin
Nord-Pas-de-Calais(14 443€), Provence-Alpes-Côte d’Azur qu’en province et 10% deCorse
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20(13 987€) et Rhône-Alpes (13 492 €). plus qu’en France métro-
Les départements de l’Eure et de la Sources : INSEE - DGI - revenus fiscaux localisés des ménages en 2000. Unité : million d’euros politaine. A titre d’exemple,
Seine-Maritime présentent un niveau de ces revenus fiscaux sont
LE REVENU FISCAL MÉDIAN PAR UCrevenu quasi identique pour cette inférieurs de 8% à ceux de
DES 75 ANS OU PLUS PAR RÉGION EN 2000
tranche d’âge. l’Ile-de-France et de
Ile-de-France
Alsace l’Alsace mais supérieursProvence-Alpes-Côte d’Azur
Rhône-Alpes de plus de la moitié à ceuxHaute-Normandie
France métropolitaine de la Corse et d’un quart àUNE DISPERSION DES REVENUS Centre
Champagne-Ardenne
PLUS FAIBLE QU’EN FRANCE Picardie ceux du Limousin et de
Lorraine
Bourgogne Midi-Pyrénées.POUR LES 60 À 74 ANS
Franche-Comté
AquitaineCOMME POUR LES PLUS DE 75 ANS. Le niveau des hauts
France de Province
Nord-Pas-de-Calais revenus (9e décile) at-
Languedoc-Roussillon
Midi-PyrénéesLes plus hauts revenus (1) des 60 à teint 24 621€ soit quasi-Pays de la Loire
Auvergne74 ans sont 3,5 fois plus élevés que les ment le niveau de laBasse-Normandie
Bretagne
plus bas revenus (2) contre 4,1 pour la France de province et 8%Poitou-Charente
Limousin
France métropolitaine. Seulement six ré- Corse de moins que la France
02468 10 12 14 16 18 20gions ont un rapport inter-décile plus métropolitaine.
Sources : INSEE - DGI - revenus fiscaux localisés des ménages en 2000. Unité : million d’eurosfaible. En revanche, les hauts revenus
sont cinq fois plus élevés en Pro-
DISPERSION DES REVENUS FISCAUX ANNUELS MÉDIANS DES MÉNAGESvence-Alpes-Côte d’Azur, six fois en
1er décile (1) (euros/uc) 9ème décile (1) (euros/uc) Rapport inter-décilesIle-de-France et environ sept fois en
Ensemble Ensemble De 60 Ensemble
Corse. De 60 à 75 ans de la De 60 à 75 ans de la à 74 75 ans de la
74 ans et plus population 74 ans et plus population ans et plus population
Les ménages les plus modestes dé-
7 933 7 307 5 683 27 330 24 916 26 645 3,4 3,4 4,7Eure
clarent des revenus fiscaux annuels infé- 7 456 7 476 4 799 26 075 24 474 26 018 3,5 3,3 5,4Seine-Maritime
Haute-Normandie 7 608 7 432 5 053 26 455 24 621 26 230 3,5 3,3 5,2
France de province 7 013 6 619 5 122 26 634 24 744 26498 3,8 3,7 5,2(1) 9e décile : seuls 10% des habitants vivent dans un
France métropolitaine 6 939 6 734 5 152 28 755 26 848 28 657 4,1 4,0 5,6ménage déclarant un revenu par uc supérieur à cette valeur.
Sources : INSEE - DGI - Revenus fiscaux localisés des ménages en 2000(2) 1er décile : seuls 10% des habitants vivent dans un
(1) 10% des habitants de 60 à 74 ans vivent dans un ménage qui déclare moins de 7 608€ par uc, et, à contrario, 10% appartiennent à un ménage déclarant
ménage déclarant un revenu par uc inférieur à cette valeur. plus de 26 455€ par uc. Le rapport entre ces deux seuils, ou rapport inter-déciles, donne une indication sur la dispersion des revenus.
2 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 31 - Janvier 2004de 75 ans, essentiellementDES MÉNAGES PLUS MODESTES
DANS L’ESPACE RURAL ISOLÉ, constituée des revenus du
patrimoine, représenteEN PARTICULIER
POUR LES PLUS DE 75 ANS 10% de l’ensemble du
revenu fiscal.
Le revenu médian des ménages dont La zone d’emploi de
la personne de référence est âgée de 60 Pont-Audemer affiche un
à 74 ans est plus élevé dans l’espace revenu fiscal médian par uc
urbain (pôles urbains et couronnes pé- plus faible que le niveau ré-
riurbaines) que dans l’espace rural. En gional à la fois pour les mé-
revanche, pour les ménages de 75 ans et nages âgés et pour l’en-
plus, le revenu médian est plus élevé semble de la population.
dans les pôles urbains, c’est-à-dire dans Elle présente, après le
un espace plus restreint. Le revenu Pays de Bray, le revenu
médian de l’ensemble de la population fiscal médian par uc le plus
est, pour sa part, plus élevé dans les faible des zones d’emploi
couronnes périurbaines. pour les 75 ans et plus.
Si les ressources sont partout plus La zone d’emploi du
faibles après 75 ans, la distribution du Havre a la particularité
revenu des ménages est assez sem- d’avoir le plus large éventail
blable pour les 60 à 74 ans et les plus de de revenus fiscaux de la
75 ans. Cependant, il est légèrement région. Les revenus déclarés
plus dispersé pour les 60 à 74 ans que par les ménages les plus
pour les plus de 75 ans dans les commu- aisés (25 428 €) sont envi-
nes appartenant à un pôle urbain (3,8 ron six fois plus élevés que
contre 3,2). Mais il reste serré au regard ceux des ménages les plus
de la dispersion importante du revenu de et l’ensemble de la population dans la modestes (4 318€). En ce qui concerne
l’ensemble de la population (6,4). zone d’emploi de Gisors. Les déclara- les 60 à 74 ans, les hauts revenus sont 3,6
tions des ménages de 60 à 74 ans, les fois plus élevés que les plus bas. La limite
plus modestes dans la zone de Gisors y du 1er décile atteint 6 988 euros, ce qui
LES REVENUS FISCAUX PAR ZONE situe la zone d’emploi pour cette tranchesont plus élevées qu’ailleurs (8 333€ par
D’EMPLOI : DES DIFFÉRENCES uc). La part des autres revenus des plus d’âge parmi les zones d’emploi les plus
NOTABLES ENTRE LES ZONES basses. Le revenu fiscal
médian est inférieur au
Dans la zone d’emploi d’Evreux, le niveau régional pour les deux
revenu fiscal médian est plus élévé tranches d’âge.
(15 938€ pour les 60 à 74 ans, 14 232€ La zone d’emploi de
pour les plus de 75 ans et 14 739€ pour Rouen se caractérise égale-
l’ensemble de la population) que dans ment par une dispersion im-
les autres zones d’emploi de la région. Le portante du revenu de l’en-
poids des traitements et salaires y est un semble de sa population. Le
des plus forts. rapport inter-déciles y est de
La zone d’emploi de Vernon affiche 5,4. Ce niveau de dispersion
tout comme la zone d’emploi d’Evreux un est dû au 1er décile qui est
revenu fiscal médian plus élevé que le faible (4 959€). En revanche,
niveau régional. La dispersion des reve- les 60 à 74 ans ainsi que les
nus est la plus élevée des zones d’emploi 75 ans et plus sont beaucoup
pour les 60 à 74 ans avec un rapport mieux lotis avec un 1er décile
inter-déciles de 3,7. La part des pensions de 7 656€ et de 7 770€.Le
et retraites de la zone d’emploi de revenu fiscal médian par uc
Vernon, première au palmarès des zones est supérieur à celui de la
d’emploi pour la jeunesse de sa popula- région, à la fois pour les 60 à
tion et son taux de natalité, est la plus 74 ans et les plus de 75 ans
faible des zones d’emploi (19,1%). et l’ensemble de la
La zone d’emploi de Dieppe présente population.
un niveau de revenu médian proche de la Les zones d’emploi de la
valeur régionale pour les 60 à 74 ans. Il Vallée-de-la-Bresle et du
en est de même pour les plus de 75 ans Pays de Bray se distinguent
AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 31 - Janvier 2004 3la particularité d’être la seule zone d’emploidu reste de la région par de faibles dispa- NOUS AVONS LU POUR VOUSNOUS A
rités du revenu fiscal déclaré. Leurs ca- où le revenu fiscal médian par uc des per-
sonnes âgées de 75 ans et plus est légère-ractéristiques résident surtout dans le fait
d’avoir le revenu fiscal médian le plus ment supérieur à celui de l’ensemble de la
population. Par ailleurs, le revenu fiscalfaible pour les plus de 75 ans de la zone
MOINS D’ENGRAIS
médian par uc de l’ensemble de la popula-d’emploi du Pays de Bray (11 113€)et
SUR LES TERRES DE L’EURE
tion est le plus faible des zones d’emploi.des 60 à 74 ans pour la zone d’emploi de
Dans le département de l’Eure, les six dernières années
Le profil de la zone d’emploi dela Vallée de la Bresle (12 955€). avaient vu la production de blé dépasser les 12 millions de
Bernay se rapproche de celui de la zoneLa part des autres revenus des plus de quintaux sauf en 2001. On retombe cette année à 11,5 mil-
lions de quintaux. Les rendements sont hétérogènes d’uned’emploi de Lillebonne pour l’ensemble75 ans, essentiellement constituée des re-
région à l’autre : l’ouest du département obtient de meil-de la population et les 60 à 74 ans. Lesvenus du patrimoine, représente 10% de
leurs rendements, sans doute grâce à des conditions cli-
seuils des hauts et des bas revenus sontl’ensemble du revenu fiscal pour le Pays matiques plus favorables. La moyenne départementale se
quasiment identiques. La différencede Bray et 9% pour la Vallée de la Bresle. situe à 77 quintaux à l’hectare.
On a moins utilisé de traitements phytosanitaires enporte sur les bas revenus plus faiblesLa zone d’emploi de Ver-
2003 que l’année précédente ; on remarque notammentdans la zone d’emploi de Bernay pour lesneuil-sur-Avre, où la population est âgée
une baisse sensible de l’utilisation des insecticides et des
plus de 75 ans. Les zones d’emploi deet comporte une forte proportion de re- régulateurs de croissance.
Bernay et de Lillebonne présentent unetraités, possède le poids des pensions et Le rendement moyen du colza se situe à 33 quintaux à
l’hectare ; il a baissé cette année de 10% mais l’augmenta-autre similitude. Leurs revenus fiscauxretraites le plus élevé des zones
tion des surfaces compensera la baisse des rendements.médians par uc sont proches pour lesd’emploi. Elle est la seule zone d’emploi
L’Ouest mieux que l’Est / Max Dubois ; DDAF Eure, Serviceménages âgés et pour l’ensemble de laoù la part des autres revenus des 60 à 74 statistique.- In : Agreste Eure.- N° 289 (2003, sept.)
population. Ils sont supérieurs au niveauans (8%) est supérieur au 75 ans (7%).
régional pour les 60 à 74 ansLa zone d’emploi de Fécamp présente FÉMININ / MASCULIN
À L’UNIVERSITÉ DE ROUEN
DÉFINITIONS Depuis les années 90, les filles ont toujours été majori-
taires à l’Université de Rouen. En 2001-2002, sur un total
Un ménage est défini comme l’ensemble des familiales, aides au logement) et que l’on sous- de 23 712 inscriptions, elles représentent près des trois
trait les impôts directs (impôt sur le revenu etoccupants d’un même logement. Les «ménages cinquièmes des effectifs (58,8%). On remarque sur cette
fiscaux» désignés ici sont constitués par le re- taxe d’habitation). Le revenu fiscal ne permet période une baisse des effectifs masculins (- 430) plus im-
groupement des foyers fiscaux répertoriés dans donc pas de tirer de conclusions en termes de portante que celle des effectifs féminins (- 244).
un même logement. Sont exclus de l’étude : niveau de vie des ménages. 82% des étudiantes se répartissent sur quatre compo-
Le revenu fiscal par unité de consommation (uc) les ménages de contribuables concernés santes : Lettres et Sciences humaines (29%), Psychologie,
présente l’avantage de relativiser le niveau depar un événement de type mariage, décès Sociologie et Sciences de l’Education (19,9%), Droit,
revenu par rapport à la composition du ménageou séparation au cours de l’année étudiée Sciences économiques et Gestion (19%) et Médecine et
fiscal. Part au revenu d’une personne, il(2000),
Pharmacie (14%).
permet de prendre en compte les économies les ménages constitués de personnes ne En revanche, les filles sont minoritaires en Sciences et
d’échelle résultant de la vie en groupe. Le reve-disposant pas de leur indépendance fiscale
Techniques (38,9%) et en Sciences du Sport (29,4)nu exprimé par uc devient un revenu par équiva-(essentiellement des étudiants, inclus dans
Etudiantes / Etudiants à l’Université de Rouen / Observa-lent adulte, comparable d’un lieu à un autre etle ménage de leurs parents),
toire de la vie étudiante. - In : la Lettre de l’OVE. - N° 38entre ménages de compositions différentes. Le les contribuables vivant en collectivité. (2003, nov.) ; 4 p.
nombre d’uc d’un ménage est évalué selon laLes «ménages fiscaux» retenus représentent
définition utilisée par l’Insee et par Eurostat :
95% des ménages au sens du recensement en
D’OÙ SONT ORIGINAIRES le premier adulte du ménage compte pourFrance métropolitaine.
LES FONCTIONNAIRES ?1 uc,Le revenu déclaré aux services fiscaux, plus
les autres personnes de 14 ans ou plussimplement appelé revenu fiscal, est la somme La répartition des agents de l’Etat selon leur départe-
comptent chacune pour 0,5 uc,des ressources déclarées par les contribuables ment de naissance, tous corps et tous âges confondus, est
sur la «déclaration de revenus 2000», avant les enfants de moins de 14 ans comptent conforme à la logique : les départements les plus peuplés
abattement. Il comprend quatre catégories de chacun pour 0,3 uc. fournissent la majorité des fonctionnaires : ainsi 260 000
revenus : agents des services civils sont-ils Parisiens, la Guyane fer-Pour étudier le niveau du revenu, on utilise la
les revenus salariaux (salaires, droits d’au- mant la marche avec 3 200 agents. Mais en rapportant cemédiane du revenu fiscal par unité de consom-
teur, avantages en nature, indemnités de chiffre à la population originaire du département, la hié-mation (uc), qui partage les personnes en deux
maladie, allocations de chômage et de pré- groupes : la moitié des personnes appartien- rarchie est tout autre : l’Ariège, la Lozère, l’Aude, la Cor-
retraite, revenus perçus à l’étranger), nent à un ménage qui déclare un revenu par uc rèze sont les premiers «producteurs» d’agents de l’Etat, La
les revenus des professions non salariées inférieur à cette valeur et l’autre moitié, un reve- Martinique et la Guyane sont dans les dix premiers ainsi
(revenus nets de déficits des indépendants nu par uc supérieur. que la Corse.
comprenant les bénéfices agricoles, indus-
Par contre, les Pays-de-la Loire ainsi que la Haute et la
triels, commerciaux et non-commerciaux), Pour mesurer la dispersion du revenu, on utilise Basse Normandie forment le groupe de fin de tableau dans
les retraites (hors minimum vieillesse), pen- le rapport inter-déciles du revenu fiscal par uni- lequel les originaires sont relativement peu nombreux dans
sions d’invalidité, pensions alimentaires (dé- té de consommation (uc), qui établit le rapport la fonction publique d’Etat.
duction faite des pensions versées) et rentes entre les «hauts revenus» et les «bas revenus».
L’origine géographique des agents de l’Etat / Françoiseviagères, Le seuil des «bas revenus» correspond à la li-
Dussert ; Direction générale de l’administration de la fonc-
les autres revenus (essentiellement des re- mite du 1er décile : 10% des personnes appar- tion publique. - In : Point stat. - N° 2 (2003) ; 6 p.
venus du patrimoine). tiennent à un ménage qui déclare un revenu par
Le revenu fiscal est un revenu avant redistribu- uc inférieur à cette valeur.
tion. Il ne peut pas être assimilé à un revenu dis- Le seuil des «hauts revenus» correspond à la li-
ponible, qui supposerait que l’on ajoute les re- mite du 9e décile : 10% des personnes appar- Nelly LANNEFRANQUE
venus sociaux non déclarés (minima sociaux tiennent à un ménage qui déclare un revenu par Corinne MARISSIAUX
tels que RMI et minimum vieillesse, prestations uc supérieur à cette valeur.
4 AVAL Lettre statistique et économique de Haute-Normandie - N° 31 - Janvier 2004