Les salles obscures attirent peu les Francs-Comtois

De
Publié par

En 2003, les cinémas francs-comtois ont vendu 2,4 millions de billets soit, en moyenne, 2,12 entrées par habitant. La fréquentation cinématographique régionale est légèrement inférieure à la moyenne nationale. Ce moindre dynamisme s'explique davantage par les caractéristiques du territoire (prédominance du rural) et la structure de la population que par l'offre d'équipements, favorable en Franche-Comté.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 3
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
En 2003, les cinémas francs-comtois ont vendu 2,4 millions de billets soit, en moyenne, 2,12 entrées par habitant. La fréquentation cinématographique régionale est légèrement inférieure à la moyenne nationale. Ce moindre dynamisme sexplique davantage par les caractéristiques du territoire (prédominance du rural) et la structure de la population que par loffre déquipements, favorable en Franche-Comté.
Les  Francs-Comtoisfré-quentent moins les salles de cinéma que la moyenne des Français. En 2003, les habi-
tants de la région sont allés 2,12 fois au cinéma (contre 2,53 fois en moyenne natio-nale hors Île-de-France). Cet
écart est constant sur lacaractère urbain, l&attractivité période 1998-2003.de ce territoire restreint, dont Entre 1993 et 2003, le nom-l&influence déborde sur les bre d&entrées dans les sallesdépartements limitrophes, obscures de Franche-Comtémais surtout la création d&un a augmenté de« multiplexe» Une fréquentation 28% c&est-à-(élargissement en-dessous de la dire légèrementdu public, di-moyenne nationale moins qu&e nversification ta-moyenne nationale (31%). Sirifaire) expliquent ce dyna-la hausse est modérée enmisme. Haute-Saône (4,6%), elle dé-La croissance de la fréquen-passe les moyennes régio-tation cinématographique nale et nationale dans le Ter-dans la région demeure ce-ritoire de Belfort (68%). Or,pendant fragile. De 1998 à cette vitalité belfortaine n&est2003, le nombre de spec-pas due à une augmentationtateurs en Franche-Comté a massive de la population dediminué de 4% alors que, ce département (+2,4%). Ledurant la même période, il
Nº 3 - Juin 2005
a u g m e n t a i td e2 %e n France. Cette baisse récente de la fréquentation n&est toutefois pas homogène dans la ré-gion. En 2003, la Haute-Saône est le département français ayant le plus faible indice de fréquentation (0,80)(voir encadré de défi-nitions) etl&une des baisses de fréquentation les plus for-tes (= 20,8%). En revanche, le Territoire de Belfort a connu la plus forte augmen-tation nationale des entrées (+45,6%) et un indicede fréquentation très élevé (3,83). Ces dernières an-nées, les disparités de fré-quentation entre les dépar-tements francs-comtois se creusent fortement. Elles ne s&expliquent guère par des différences tarifaires. En ef-fet, la Haute-Saône se trouve
parmi les départements qui offrent les tarifs moyens les plus bas. En 2003, la recette moyenne en Haute-Saône est la plus faible des dépar-tements français soit 4,15par entrée. Les cinémas belfortains affichent, quant à eux, le prix moyen d&entrée le plus élevé de la région (5,51). Aussi, les écarts de fréquen-tation s&analysent principale-ment par la nature, plus ou moins rurale, des départe-ments et par la structure de leur population. En effet, les habitants des zo-nes rurales vont moins sou-vent dans les salles obscures
info web
que ceux des unités urbainespulation faible qui ne facilite (respectivement 0,3 fois parpas l&accessibilité aux salles an et 3,4 fois en zone ur-de cinéma ainsi qu&une po-baine hors Paris). La fréquen-pulation relativement plus tation cinématographiqueâgée. À ces éléments s&ajoute décroît par ailleurs avec l&âgele déficit relatif de l&offre et touche da-d&équipements Une offre vantage les pu-dans ces deux déquipements blics jeunes etdépartements. par habitant fortement di-Malgré une of-au-dessus de la plômés. Ainsi,fre d&équipe-moyenne nationale plus des troisments plus quarts des personnes âgéesforte qu&en moyenne natio-de 60 ans et plus ou des agri-nale, la Franche-Comté ne culteurs exploitants ne sontrattrape pas son retard en pas allés au cinéma en 2003.terme de fréquentation ciné-La Haute-Saône et, dans unematographique. En 2003, la moindre mesure, le Jura pré-Franche - Comtécomptait sentent ce profil. Ils cumulent117 salles de cinéma actives en effet une densité de po-réparties dans 36 communes
Léquipement cinématographique en Franche-Comté: La moitié des salles obscures franc-comtoises sont situées dans le Doubs Établissements Nombrede Nombrede Établissements Sallesactives dArtMultiplexes fauteuilspar sallespar actifs etdEssai actifssalle établissement Doubs 2159 62 1782,8 Haute-Saône 1016 30 1801,6 Jura 1326 70 1922,0 Territoire de Belfort3 161 1228 5,3 Franche-Comté 47117 173 1892,5 F-C / Métropole2,20% 2,20%1,70% 2,60%- -France hors IDF1 8134 319844 97201 2,4 France-Métropole 2130 5295 998111 2032,5 Source :CNC
soit, en moyenne, une salle pour 9500 habitants (con-tre une salle pour près de 11 000habitants en moyenne nationale hors Île-de-France).Le Doubsest le département franc-comtois le mieux équipé avec une salle pour 8500 habitants. En revanche, la Haute-Saône ne compte qu&une salle pour 14 400habitants. L&ensemble des salles obscu-res de Franche-Comté of-frent plus de 22000 fau-teuils en 2003. Depuis 1998, ce nombre a crû de 21%, soit une hausse très supérieure à la moyenne nationale (8,3%). La création de trois m u l t i p l e x e s( d e u xd a n s l&unité urbaine de Besan-çon et un à Belfort) durant cette période, a participé à cet élargissement de l&of-fre. La fermeture parallèle de quatre cinémas des cen-tres-villes (deux à Besançon et deux à Belfort) n&a en ef-fet pas modifié cette ten-dance puisque les salles de
multiplexe ont une capacité d&accueil plus élevée. Cependant, les salles de la région restent de taille ré-duite (189 fauteuils par écran contre 201 en moyenne en Province). Les écarts entre les départements francs-comtois sont très mar-qués :228 fauteuils par écran dans le Territoire de Belfort où le multiplexe con-centre 88% des salles et 178 fauteuils par écran dans le Doubs, où les deux multiplexes regroupent envi-ron 30% des salles.n Yannick Salamon
www.insee.fr insee-contact@insee.fr 0 825 889 452 (0,15/mn)
INSEEFranche-Comté « le Major » 83, rue de Dole - BP 1997 25020 BESANÇON Cedex Tél : 03 81 41 61 61 Fax : 03 81 41 61 99 Directeur de la publication : Didier Blaizeau Rédacteur en chef : François-Xavier Dussud Rédacteur en chef adjoint : Patrice Perron Mise en page :Maurice Boguet
© INSEE 2005 - dépôt légal : Juin 2005
DÉFINITIONS
Unesalleest diteactivepar le Centre National de la Cinématographie (CNC), lorsquelle a effectué au cours de lannée, au moins une projection ayant donné lieu à lenvoi dun bordereau de contrôle de recettes au CNC.
Unmultiplexeest un complexe cinématographique comprenant au moins huit salles ou disposant dune capacité daccueil de 1 500 places et plus.
Lindice de fréquentationest le rapport entre le nombre dentrées et la population totale dune zone géographique.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.