Les structures d'accueil communautaires : une forme d'habitat en pleine évolution

De
Publié par

L'augmentation des étudiants vivant en cité universitaire, des personnes âgées en maison de retraite et des personnes en difficulté dans des foyers d'accueil ou d'hébergement constitue le résultat le plus marquant du recensement des communautés. Par ailleurs, la population vivant dans d'autres structures de vie collective décroît. La refonte des armées en est une des raisons, à laquelle s'ajoute une diminution des détenus franciliens et des personnes hospitalisées en long séjour.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE
ILE DE FRANCE
Les structures d’accueil communautaires :
une forme d’habitat en pleine évolution
Ces communautés sont répertoriées en deuxL’AUGMENTATION DES ÉTUDIANTS VIVANT
grandes catégories : les collectivités et les éta-
EN CITÉ UNIVERSITAIRE, DES PERSONNES blissements (cf. pour comprendre ces résultats).
ÂGÉES EN MAISON DE RETRAITE ET DES
49 collectivités supplémentaires ont été recen-
sées dans la région. Ceci porte leur nombre àPERSONNES EN DIFFICULTÉ DANS DES
3 170. La population de ces collectivités a pour
FOYERS D’ACCUEIL OU D’HÉBERGEMENT sa part évolué de 1 938 habitants pour at-
teindre 190 231 personnes en 1999. CetteCONSTITUE LE RÉSULTAT LE PLUS
même progression est constatée en province.
MARQUANT DU RECENSEMENT DES Ainsi, en 1999, la France métropolitaine
compte 24 183 collectivités pour une popula-COMMUNAUTÉS. PAR AILLEURS, LA
tion de 1 061 275 habitants. Aujourd’hui, un
POPULATION VIVANT DANS D’AUTRES peu plus de 7 franciliens sur 10, résidant dans
une communauté, se trouvent dans une collec-STRUCTURES DE VIE COLLECTIVE
tivité (contre 6 provinciaux sur 10) (figure 1).
DÉCROÎT. LA REFONTE DES ARMÉES EN
Malgré une légèreLes collectivités :EST UNE DES RAISONS, À LAQUELLE régression, Paris etévolution
la petite couronneS’AJOUTE UNE DIMINUTION DES DÉTENUS géographique
rassemblent envi-
différenciée selonFRANCILIENS ET DES PERSONNES ron 6 collectivités
la catégorie sur 10. La majoritéHOSPITALISÉES EN LONG SÉJOUR.
des pertes de struc-
tures d’accueil se situent à Paris et dans les
Hauts-de-Seine, département de la petite
couronne regroupant le plus grand nombre
de collectivités. Ces deux départements abri-
tent environ 40 % des collectivités régionales
et 38 % de leurs habitants, ce qui représente
une diminution de 4 % du nombre des cen-INSTITUT
tres et près de1%dela population.
NATIONAL DE
LA STATISTIQUE En Seine-Saint-Denis, la perte de population
est plus importante (1200 résidents) malgré lae recensement des communautés en
ET DES ÉTUDES
Ile-de-France, réalisé en février 1999, a per disparition de seulement 2 structures d’accueil.-
ÉCONOMIQUES mis de dénombrer 3 761 et
La commune de Saint-Denis accuse la plusL246 528 résidents (soit 2,3 % de la popula-
tion francilienne) alors qu’ils étaient 265 536 en grosse perte avec une baisse de 10 collectivi-
1990. La région abrite ainsi 11,6 % des communau tés comptant en moyenne 59 habitants ; les-
effectifs des jeunes travailleurs logés en foyertés métropolitaines et 15,3 % de leurs habitants
(1 610 801 au niveau national). ont baissé de 528. La commune de Sevran,
ILE-DE-FRANCE
MENSUEL N° 180 MARS 2000 - 16F/2,44 EUROS
àlapageag
DémographieFigure 1 - Evolution des communautés en Ile de France entre 1990 et 1999•
Nombre de Variation Nombre Variation Population des Variation Population des Variation
Départements collectivités absolue d'établissements absolue collectivités en absolue établissements absolue
en 1999 90-99 en 1999 90-99 1999 90-99 en 1999 90-99
Paris 885 - 42 88 0 44 083 - 110 10 470 - 4 273
Petite couronne 991 - 20 178 - 4 74 226 - 1 855 13 478 - 4 572
Hauts-de-Seine 413 - 14 73 1 27 310 - 517 5 061 - 758
Seine-St-Denis 246 - 2 49 7 23 351 - 1 202 3 012 79
Val-de-Marne 332 - 4 56 - 12 23 565 - 136 5 405 - 3 893
Grande couronne 1 294 111 325 - 48 71 922 3 903 32 349 - 12 831
Seine-et-Marne 327 37 120 - 9 13 645 414 9 364 - 2 884
Yvelines 361 7 93 - 27 20 949 1 289 9 940 - 5 538
Essonne 304 23 61 - 11 19 536 263 9 397 - 3 211
Val-d'Oise 302 44 51 - 1 17 792 1 937 3 648 - 1 198
Ile-de-France 3 170 49 591 - 52 190 231 1 938 56 297 - 21 676
Province 21 013 1 738 7 728 - 174 871 044 54 202 593 229 - 161 059
France métropolitaine 24 183 1 787 8 319 - 226 1 061 275 56 140 649 526 -182 735
Source : Insee, Recencements de la population 1990 et 1999
quant à elle, a perdu 320 personnes dans le seul Les communes rurales de la grande cou-
hôpital long séjour René Muret. ronne regroupent 150 collectivités (107 en
1990) dont la majorité sont des maisons de
Le Val-de-Marne, pour sa part, perd 4 collectivi retraite et des centres d’hébergement ou-
tés et 136 résidents. Pourtant, à Limeil-Brévan d’accueil de courte ou plus longue durée.-
nes, bien que le nombre de collectivités soit Par contre, ces communes n’abritent que
identique à celui de 1990, 113 résidents supplé très peu de foyers de jeunes travailleurs, ou-
mentaires ont été recensés. Par contre, alors des foyers avec très peu d’occupants.
l’Hay-les-Roses perd plus d’un tiers de ses habi-
tants vivant en collectivité, du fait de la réduc Les foyers de jeunes travailleurs et- Les jeunes
tion de moitié des effectifs des foyers de jeunes les cités universitaires accueillenttravailleurs, les
travailleurs. la moitié des résidents des collecti-étudiants et les
vités (figure 2). La majorité desreligieux en
La grande couronne compte 1294 collectivités jeunes travailleurs en foyer, au
petite couronne
soit 111 de plus qu’en 1990 et leur population nombre de 68 536 en région, rési-
progresse de 3903 habitants. Ce sont la dent essentiellement en petite
Seine-et-Marne et le Val-d’Oise qui connaissent couronne, en Seine-Saint-Denis et dans le
la plus forte augmentation de centres et c’est le Val-de-Marne ; 14 516 habitent Paris. Les
Val-d’Oise qui enregistre la plus forte augmen autres se répartissent sur les quatre dépar- -
tation de population avec + 12,2 %. tements de la grande couronne. La popula-
tion de ces foyers est en baisse dans tous les
départements franciliens (- 9 560 pour la ré-
gion) et plus nettement en grande couronneFigure 2 - Répartition de la population selon le type de collectivité en 1999
(figure 3).
Centres
La majeure partie des étudiants vivant en cité
d'héberbergement
universitaire se trouvent à Paris (40,6 %),Autres casou d'accueil
dans les Hauts-de-Seine à Nanterre et Chate-4%8%Communautés
nay-Malabry et dans l’Essonne à Orsay et
religieuses Evry. Par contre, la proportion d’étudiants vi-
4% vant en cité universitaire en Seine-Saint-De-
Foy ers de jeunes nis et en Seine-et-Marne est très faible,
travailleurs malgré l’accueil de 64 étudiants dans uneHôpitaux longs
37% nouvelle cité universitaire de Villetaneuse.séjours
Entre 1990 et 1999, la grande couronne enre-9%
gistre une augmentation d’étudiants vivant
en cité universitaire de 53 %, du fait de l’ou-
verture des universités de Marne-la-Vallée etMaison de retraite Cités universi taires
de Cergy-Pontoise. Il est à noter qu’un certain24% 14%Figure 3 - Répartition de la population selon le type de collectivité en 1990 et 1999
Type de collectivités
Foyers de Centres
Cités Maison de Hôpitaux longs CommunautésDépartements jeunes d'héberg. ou Autres cas
universitaires retraite séjours religieuses
travailleurs d'accueil
1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999 1990 1999
Paris 16 368 14 516 10 568 11 111 4 796 5 963 2 496 1 815 4 756 4 252 4 052 5 277 1 028 1 153
Petite couronne 38 832 35 049 7 504 8 771 15 644 14 563 6 364 7 720 2 224 1 895 3 640 3 771 1 864 2 457
9 884 8 374 6 376 6 768 6 456 7 035 1 104 1 470 1 088 869 1 960 1 610 940 1 184Hauts-de-Seine
Seine-Saint-Denis 17 992 16 204 360 500 2 496 2 882 2 376 1 903 284 232 708 1 037 340 593
Val-de-Marne 10 956 10 471 768 1 503 6 692 4 646 2 884 4 347 852 794 972 1 124 584 680
22 896 18 971 4 876 7 471 21 536 25 808 9 480 7 296 2 336 1 751 3 228 5 977 3 676 4 648Grande couronne
Seine-et-Marne 2 900 2 037 64 450 6 324 7 047 1 700 1 393 536 422 580 1 149 1 136 1 147
Yvelines 7 428 5 852 1 124 1 639 6 184 7 959 1 860 1 392 684 436 1 088 1 908 1 288 1 763
5 536 5 140 3 152 3 504 4 604 5 359 3 936 2 673 696 561 784 1 391 572 908Essonnes
Val-d'Oise 7 032 5 942 536 1 878 4 424 5 443 1 984 1 838 420 332 776 1 529 680 830
78 096 68 536 22 948 27 353 41 976 46 334 18 340 16 831 9 316 7 898 10 920 15 025 6 568 8 258Ile-de-France
Source : Insee, recensements de la population 1990 et 1999
nombre d’étudiants ne sont pas comptabilisés long se trouvent en majorité en grande
dans les collectivités car ils ont opté pour un couronne et plus particulièrement dans
autre type d’hébergement (logement-rési les Yvelines.-
dence, logement chez l’habitant).
Les personnes handicapées résidant
dans des centres d’aide par le travail,A l’inverse des deuxLes personnes
qui constituent la plus grande partie ducatégories précéden-âgées ou en dernier type (catégorie 8) de collectivi-tes, les maisons dedifficulté en tés résident essentiellement en granderetraite et leurs oc-grande couronne couronne.cupants sont plutôt
implantés en grande
A l’inverse des collectivitésLes établissements :couronne, notamment en Seine-et-Marne.
et suivant la même ten-près d’un quart de
dance que celle de la FranceLes autres collectivités, qui regroupent population en moins
métropolitaine (- 226 éta-25,2 % des personnes vivant en collectivité,
blissements entre 1990 etsont diversement réparties sur le territoire
1999), le nombre des établissementsrégional.
franciliens a diminué de 52 et leur popu-
lation de 21 676 habitants entre les deuxLe nombre de personnes hospitalisées pour
plus de trois mois diminue. Ceci est un des
premiers effets de la politique en faveur de Figure 4 - Population des établissements franciliens selon la
l’hospitalisation à domicile. Ces personnes se catégorie en 1990 et 1999
situent à part quasi-égale en petite cou-
ronne, notamment dans le Val-de-Marne et Département Type d'établissements
en grande couronne dans l’Essonne.
militaires et internats pénitentiaires
1990 1999 1990 1999Les religieux, dont la population a régressé
de 15 %, restent nombreux à Paris. 12 795 9 278 1 948 1 192Paris
14 028 10 095 4 022 3 383Petite couronne
L’effectif des personnes en difficulté (recen-
Grande couronne 37 605 26 447 7 575 5 902
sées dans les catégories de collectivités 6 et
7) qui sont recueillies dans les centres d’ac- 64 428 45 820 13 545 10 477Ile-de-France
cueil ou d’hébergement a augmenté de plus
733 250 552 630 31 390 40 599Province
du tiers par rapport à 1990. Les centres d’ac-
cueil pour une courte période se situent plu- France métropolitaine 797 678 598 450 44 935 51 076
tôt à Paris et en petite couronne. Ceux
pouvant recevoir pour un hébergement plus Source : Insee, recensements de la population 1990 et 1999recensements. Au niveau national, la perte de En ce qui concerne la population carcé-
population dans les établissements s’élève à rale, seuls les départements du
182 735 habitants. La baisse du nombre d’éta Val-d’Oise et de la Seine-Saint-Denis-
blissements et de leur population résulte en enregistrent une évolution de signe po- N° 180partie de la fermeture des établissements mili sitif. Le Val-d’Oise, dont la prison de-
taires, conséquence du remaniement structu Pontoise a été transférée à Osny, voit-
rel du Ministère de la Défense. sa population carcérale augmenter de
25 %.
INSTITUTLa grande couronne, qui regroupe plus de la
NATIONAL DE LA
moitié des établissements, accuse la plus En Seine-Saint-Denis, département STATISTIQUE ET
grosse perte (- 48 établissements et - 12 831 ha qui n’abritait pas d’établissement pé- - DES ETUDES
ECONOMIQUESbitants). Tous les départements de cette zone nitentiaire en 1990, l’ouverture de la
sont concernés. Le département des Yvelines, prison de Villepinte a amené 652 déte- Direction régionale
d’Ile-de-Francequi abritait de nombreuses entités militaires, a nus.
7, rue Stephenson
perdu 27 établissements et 5 425 habitants. 78188 Saint Quentin Yvelines
CedexLes trois prisons les plus importantes
En zone centre, seul le Val-de-Marne compte de la région, Fresnes, Bois d’Arcy et
Directeur
12 établissements de moins qu’en 1990. Paris Fleury-Mérogis ont respectivement
de la publication :
et les Hauts-de-Seine restent stables alors perdu 48, 47 et 22 % de leur popula- Joël Allain
que la Seine-Saint-Denis a connu l’ouverture tion depuis 1990. Ces pertes impor-
Comité éditorial :de 7 nouveaux établissements. tantes s’expliquent certainement par
Odile Bovar
l’ouverture de 26 nouvelles prisons en
Les établissements militaires ou les internats France métropolitaine (+ 6141 déte- Rédactrice en chef :
abritent 81,4 % des habitants des établisse nus de plus qu’en 1990 en province) Corinne Benveniste-
ments franciliens, ce qui constitue un recul de dont 5 dans les départements limitro-
Abonnements :1,2 points par rapport à 1990 (figure 4). Tous phes de l’Ile-de-France.
Françoise Charbonnier
les départements d’Ile-de-France, sauf la 12 numéros par an
France : 160 F/24,39 eurosSeine-Saint-Denis, voient la population de ces
Europe : 200 F/30,49 eurosDominique COURADINétablissements diminuer de près du quart.
Reste du monde :
216 F/32,93 euros
Pour comprendre ces résultats Le numéro : 16F/2,44 euros
Rédaction :
Le recensement de la population 1999 s’est déroulé en deux phases :
Service Statistique
- en février, le recensement des personnes vivant en communautés ; le terme communauté
Maquette :désigne des groupements de vivant dans un cadre de vie caractérisé par la mise
Vincent Bocqueten commun de certains services, notamment la cuisine et l’hébergement ;
- en mars, le recensement des personnes vivant en logements ordinaires : maisons individuel-
Impression :
les, appartements...).
Imprimerie nationale
La notion de communauté regroupe deux types d’hébergement : Vente sur place et
par correspondance :
- les collectivités, réparties en 8 catégories : Direction régionale
d’Ile-de-France
Division Information -catégorie 1 - Travailleurs logés dans un foyer
Commercialisationcatégorie 2 - Etudiants logés dans une cité universitaire ou un foyer d’étudiants
7, rue Stephensoncatégorie 3 - Personnes âgées vivant dans une maison de retraite ou un hospice (à l’ex-
Montigny-le-Bretonneux
clusion des logements-foyers pour personnes âgées, qui sont assimilés à
78188 Saint Quentin
des logements) Yvelines Cedex
catégorie 4 - Personnes hospitalisées ou en traitement pour plus de trois mois (dans un
hôpital, une clinique ou tout établissement de soins ou de convalescence) Tél. 01 30 96 90 99
Fax. 01 30 96 90 01catégorie 5 - Membres d’une communauté religieuse
catégorie 6 - Personnes recueillies dans un centre d’hébergement ou un centre d’accueil
Département INSEE
pour une très courte période
Info Service (DIIS)
catégorie 7 - recueillies dans un centre ou un centre d’accueil 195, rue de Bercy
pour une plus longue période 75582 Paris Cedex 12
catégorie 8 - Autres cas . Tél. 01 41 17 66 11
Fax. 01 53 17 88 09
La distinction entre les catégories 6 et 7 n’ayant pas été faite en 1990, ces deux types de collecti-
vités ont été regroupées pour l’étude de l’année 1999.
N° ISSN 0984-4724
Dépôt légal :
- les établissements, répartis en quatre types :
1er semestre 2000
Code SAGE : I 0018052
catégorie 1 - Les établissements d’enseignement avec internat Commission paritaire
catégorie 2 - Les établissements d’enseignement militaire n° 2133 AD
 Insee 2000catégorie 3 - Les établissements militaires
(autres que les établissements d’enseignement)
catégorie 4 - Les établissements pénitentiaires .

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.