LInsee à Mayotte

De
Publié par

Mayotte a connu ces dernières années, un fort développement démographique et économique. Les besoins en informations statistiques sont nombreux et réclamés à la fois par les acteurs institutionnels et économiques de l’île. Une antenne INSEE composée de six personnes fonctionne à Mayotte de façon permanente depuis le mois de septembre 1997.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

INSEE INFOS
N° 1 Janvier 1998. prix 10F. 1,52 euro
Mayotte a connu ces dernières années, un fort développement démogra
phique et économique. Les besoins en informations statistiques sont nom
breux et réclamés à la fois par les acteurs institutionnels et économiques de
l’île. Une antenne INSEE composée de six personnes fonctionne à Mayotte
de façon permanente depuis le mois de septembre 1997.
L’INSEE
Qu’est ce que l’INSEE ?
L’institut national de la statistique etA Les questionnaires font actuellement
des études économiques est une di l’objet d’une saisie informatique en mé
rection du ministère des finances. Il est tropole et les fichiers seront disponi MAYOTTE
composé d’une direction générale et bles pour exploitation locale en sep
de 24 directions régionales. Le service tembre 1998.
de Mayotte est une antenne de la di
rection régionale de la Réunion. L’antenne INSEE à Mayotte
Les directions régionales sont respon Le premier travail de l’INSEE a été de
sables de la réalisation des enquêtes, reprendre la gestion de l’indice des prix
analyses et études régionales. Elles à la consommation. Une exploitation
sont à l’écoute des publics de la ré de l’enquête budget des famille qui
gion et assurent l’ensemble de la dif avait eu lieu en 1995 a également été
fusion des produits et services de l’ins effectuée. Les principaux résultats ob
titut. tenus sont publiés dans le présent qua
L’INSEE a aussi pour mission de coor tre pages.
donner l’information statistique pro L’étude du système productif sera un
duite par les différents services statis des axes de travail de l’INSEE en 1998.
tiques des autres ministères et de leur A partir de septembre, les exploitations
apporter conseil en matière de métho des fichiers du recensement de la po
dologie. Il peut, après la signature depulation répondront aux préoccupa
conventions, les aider à élaborer leurs tions de chacun en matière de popu
propres enquêtes statistiques. lation, de logement, de démographie...
La mise en place d’un bureau d’infor
Le recensement de la population mation du public au 51 haut du jardin
L’INSEE a effectué pendant les moisdes collèges à Mamoudzou, permet
de juillet et d’août 1997 le recense tra à celui ci de consulter les différen
Institut National de la Statistique ment de la tes publications de l’INSEE. Il sera
et des Etudes Economiques population. Avec deux chefs de mis ouvert de 8H00 à 12H00.
sion qui se sont succédés, six délé L’INSEE peut également jouer un rôle
Antenne de Mayotte
gués techniques de conseil en matière d’ingénierie sta 51 hauts des jardins du collège
venus de métropole et de la Réunion,B.P 1362 97600 MAMOUDZOU tistique pour les organismes en faisant
Tel : 02.69.61.36.35 200 agents recenseurs mahorais en la demande.
Directeur de la publication : René JEAN cadrés par 10 conseillers techniques Périodiquement une publication de type
Rédacteur en chef : Christian TOULET
également mahorais les 131 320 ha « quatre pages » permettra de diffuserImpression : INSEE MAYOTTE
bitants de l’île ont pu être recensés. des résultats statistiques sur différents
Les premiers chiffres de population par domaines. Des articles à caractère
commune sont parus au mois de sep statistiques provenant d’autres admi © INSEE 1998
tembre et ont été authentifiés par dé nistrations pourront trouver leur place
cret en date du 28 novembre 1997. dans cette publication.Plus du tiers du budget des mahorais consacré à l’alimentation
En 1995, les ménages mahorais ont dépensé près de 900 millions de francs; ce qui représente
une moyenne de 38 200 F par ménage. Plus du tiers de ces dépenses est consacré à l’alimen
tation. Parallèlement, l’ensemble des revenus déclarés s’élève à 32 800 F par ménage
Transports locaux : une habi Des dépenses diverses et va
tude riées
La barge et les taxis rythment en La solidarité joue encore un grand
Avec plus du tiers du budget qui lui core une grande partie de l’activité rôle dans la société mahoraise puis
est consacré, l’alimentation est le de l’île même si les dépenses pourqu’en moyenne ceux ci dépensent
principal poste de dépenses des ce poste arrivent après celles con plus de 1 000 F par an pour aider
ménages mahorais. En comparai sacrées à la voiture et à l’avion. Le un tiers. Les dépenses faites à l’ex
son, ce pourcentage est de 22,7 % développement du parc automobile térieur de Mayotte représentent le
à la Réunion et de 14,9 % en mé est surtout sensible dans les dé premier poste de ces dépenses di
tropole. Quatre postes de dépenses penses des Mahorais ayant les verses. Elles voisinent avec celles
viennent ensuite représentant cha plus hauts revenus, alors que les consacrées au culte et aux cérémo
cun environ 10 % du budget : les transports locaux sont prépondé nies familiales, et sont corrélées aux
transports et télécommunications, rants chez les ménages plus mo dépenses consacrées aux trans
l’habillement, le logement et les dé destes. Le tarif encore élevé des ports aériens. Les impôts ne repré
penses d’aménagement de l’habita transports aériens explique la part sentent encore que 1,5 % de l’en
tion. prise par ce poste. semble du budget
Riz, légumes, bœuf, poulet, pois Répartition de l’ensemble des dépenses
son
Voici ce qui compose l’essentiel de
l’alimentation mahoraise. Ces cinq
postes représentent à eux seuls
plus de la moitié du budget alimen
taire. Avec 2 400 F par an et par
ménage le riz est présent à pres
que tous les repas. Il est accompa
gné de légumes soit achetés soit
produits ; la valeur de l’autoconsom
mation de légumes étant aussi im
portante que la valeur des légumes
achetés. En alternance, le bœuf, le
poulet ou le poisson accompagnent
ces deux aliments de base.
Logement : l’électricité en pre Répartition des dépenses diverses
mier
Parmi les dépenses consacrées au
logement, l’électricité est la plus im
portante avec près de 900 F par an
et par ménage. Ceci s’explique en
partie par le fait que la majorité des
ménages mahorais est propriétaire
de son logement. La part consacrée
au loyer en est d’autant diminuée.
Pour l’équipement de ces loge
ments, les Mahorais dépensent en
viron 2 300 F par an qui se répartis
sent équitablement entre les meu
bles, la literie, l’électroménager et la
vaisselle.Les ménages aisés dépensent
Si la dépense moyenne par ménage large représentent les trois quarts dessix fois plus que les ménages
est de 38 200 F, il faut noter que la dépenses, ce qui laisse peu de placemodestes
dépense médiane se situe à aux autres dépenses. Chez les cadresLes ménages dont les revenus dé
26 200 F, c’est à dire que 50 % dessupérieurs et intermédiaires, ces mê clarés à l’enquête sont inférieurs à ménages dépensent moins de mes dépenses ne représentent qu’à10 000 F par an, dépensent en
26 200 F par an, soit moins de peine la moitié des dépenses totales,moyenne 16 700 F par an, soit un
2 200 F par mois. Pour près du ce qui permet de pouvoir dépenser pourpeu moins de 1 400 F par mois.
quart des ménages mahorais c’est les voyages et les loisirs, dépensesCeux dont les revenus sont supé
même moins de 1 000 F par mois.quasiment inexistantes chez les agri rieurs à 75 000 F, dépensent en
culteurs, hormis l’achat de la télévisionEcart moindre selon lamoyenne 124 400 F.
qui est le loisir mahorais le plus ré Les écarts entre dépenses et reve profession
pandu.nus s’expliquent en partie par la Même si la profession et
L’auto consommation : 17 % du bud le revenu sont liés,Dépenses alimentaires mensuelles suivant la classe de revenu
get alimentaire l’écart des dépenses en
Avec une valeur qui représente un peu moins de 1 0F 0 00 tre la profession dépen
plus de 64 millions de francs, l’autocon sant le plus (les cadres 10 000 à 20 000 F
sommation alimentaire est un apportsupérieurs et intermé 20 000 à 30 000F important pour les ménages mahorais.diaires) et celle dépen Cette nourriture provient pour les trois 30 000 à 40 000 F sant le moins (les agri
quarts d’une exploitation agricole, d’unculteurs) est de 5. En 40 000 à 75 000 F
jardin familial ou d’un commerce gérémoyenne aucune pro
75 000 F et plus par le ménage, le quart restant prove fession ne dépense plus
0 1 000 2 000 3 000 nant de cadeaux faits à la famille.

Dépense moyenne annuelle selon la profession du chef de ménagesous estimation des revenus décla
rés lors de l’enquête, et par l’exis Agriculteurs
tence d’une économie informelle
Artisans Chefs d’entreprisedont les circuits sont difficiles à ap
préhender. Chez les ménages les Cadres supérieurs et intermédiaires
plus modestes, la part des dépen
Employés
ses consacrée à l’alimentation at
Ouvriers qualifiésteint 50 %. Celle ci n’est plus que de
22 % pour les plus aisés, ce qui reste Ouvriers non qualifiés
encore assez éloigné des résultats
Personnels de service
métropolitains.
Sans professions Ce sont pour les transports que la
0 20 000 40 000 60 000 80 000 100 000 différence est la plus importante.
Les dépenses liées à la voiture sont de 8 000 F par mois. Les principaux bénéficiaires de cette
voisines de 400 F par an pour les Nous retrouvons ici les autoconsommation sont, pour la moitié,
ménages modestes, alors qu’elles mêmes caractéristi des ménages dont le chef n’a pas de tra
sont supérieures à 10 000 F pour vail ou exerce des petits travaux faible ques que précédem
les ménages aux revenus les plus ment rémunérés. L’ensemble représentement, c’est à dire que
élevés. Pour les transports aériens pour les professions en moyenne près de 2 800 F d’apport en
le rapport est de 1 à 17, inférieur avec les revenus les nature par ménage et par an. L’essentiel
cependant au 25 constaté pour la plus faibles, la part des de ces produits (64 %) est constitué de
voiture. légumes, ce qui fait que les légumes sontdépenses consacrées à
pour moitié achetés, pour moitiél’alimentation approcheComparaison des dépenses des ménages suivant le revenu
50 %. Pour les cadres autoconsommés. Le reste de ces pro
Alimentation supérieurs, elle est de duits est surtout pour 10 % des fruits et
24 %. pour 10 % également du poisson.Habillement
Une consommation de subsistance Les différences de
revenus supérieurs à 75 000 FLogement Même si ces dernières années la con consommation les plus
revenus inférieurs à 10 000 Ffortes, se situent sur les sommation des Mahorais évolue, elleHabitation
dépenses de « qualité et reste encore essentiellement une con
Santé Hygiène de confort » de vie. Pour sommation de subsistance liée aux pro
duits alimentaires. Seuls les ménagesles agriculteurs, les dé Transport Télécom
aux revenus les plus élevés tendent àpenses liées à l’alimen
Loisirs tation, à l’habillement et consommer des produits qui ne sont plus
au logement au sens des produits de première nécessité.0 F 10 000 F 20 000 F 30 000 FLes salaires : 75 % des revenus car la question sur les horaires n’est
L’ENQUETE Le total des revenus déclarés par lespas posée dans l’enquête. En particu
ménages lors de l’enquête s’élève à un lier, tout ce qui est travail à temps par
Cette première enquête budget des peu plus de 755 millions de francs, soit tiel n’est pas pris en compte en tant que
familles a eu lieu de janvier 1995 à un revenu moyen annuel de 32 800 Ftel, alors que celui ci doit être assez.
juillet 1995. Elle a été réalisée Parmi ces revenus 15 millions provien important chez les personnels de ser
auprès d’un échantillon de 750 mé nent de ressources dites exceptionnel vice.
nages mahorais. les (don, héritage, vente d’un bien.. .).Ménages : 25 % des revenus ne
Les 740 millions restants proviennent sont pas ramenés par le chef de
Technique d’enquête à 75 % de revenus salariaux. ménage
La moyenne du nombre de personnes
Répartition des revenus selon la provenanceSelon la fréquence et l’importance par ménage reste élevée à Mayotte, afin
(en millier de francs)des dépenses, l’enquête utilise si que le ménage puisse subsister, les
Salaires 551 800multanément deux techniques de personnes autres que le chef de mé
collecte pour recueillir les dépensesPetits boulots 62 410 nage doivent aussi ramener un revenu.
des ménages. La moitié de tout ce qui est allocationsActivité non salariale 37 550
familiales ou prestations sociales estAllocations,
a Le questionnaire général touchée par le conjoint du chef de mé prestations sociales 41 450
nage.Retraite 15 660
Il enregistre les caractéristiques gé Versements réguliers
nérales du ménage (composition, Pourcentage de personne tou de tiers 11 730
équipement, habitat, revenus) et les chant un revenu et pourcentage
Autres 19 760
dépenses importantes ou périodi du revenu correspondant selon le
Total 740 360
ques. Dans ce type de dépenses lien avec le chef de ménage
entrent les biens d’équipements du
Le total des allocations familiales et des
ménage. Elles sont assez rares d’où Lien Part Part du
prestations sociales qui comprennent
la nécessité de remonter aux avec chef ramenant revenu
les bourses de rentrée scolaire repré
achats effectués depuis un an. de ménage un revenusente une moyenne de 150 F par mois
et par ménage.
b Le carnet de compte
Chef ménage 93,5 76,5
Un rapport de 1 à 5,5 entre les sa Conjoint 42,0 14,5Les dépenses quotidiennes sont re
laires Enfant 12,6 5,6levées dans ce carnet que l’enquê
Le salaire moyen pour les agriculteursAutre 29,0 3,5teur remet au ménage ou complète
déclarant percevoir un salaire est de
exemple : 42 % de l’ensemble des conjoints ramè avec lui. La période de référence
900 F alors qu’il est de 6 000 F pournent un revenu qui représente 14,5 % de l’ensem
pour les dépenses enregistrées sur
ble des revenus du ménageles cadres supérieurs ou intermédiai
le carnet correspond aux sept jours
res. Sur le total des salaires décla
qui s’écoulent entre la première et
Pour beaucoup de ménages, le totalrés plus de 10 % proviennent de la ré
la dernière visite de l’enquêteur.
des revenus se fait donc par la sommemunération de petits boulots. Hormis
Chaque personne du ménage doit de plusieurs revenus parfois minimespour les deux professions citées plus
communiquer ses dépenses quoti mais qui permettent, au total, au mé haut, la moyenne des salaires des
diennes . Le carnet comporte pour nage de subsister.autres emplois se situe autour du SMIG.
chaque jour trois tableaux :
Il faut cependant noter que dans ceIl n’est cependant pas possible de faire
type d’enquête déclarative les revenusune analyse du salaire horaire
sont souvent sous estimés.
Dans le premier sont enregistrées
toutes les dépenses recopiées ou
avec le ticket de caisse lisible et Salaire mensuel moyen selon la profession
bien documenté.
sans profession déclarant un revenu
personnel de serviceLe suivant décrit les consomma
ouvrier non qualifiétions de produits provenant du jar
din, de la pêche ou échangés. ouvrier qualifié
employé
cadres supérieur etEnfin dans le troisième, on note les
intermédiaireconsommations et repas pris à l’ex
artisan,commerçant
térieur du ménage pour chaque per
agriculteursonne du ménage
0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.