Logement social

De
Publié par

Une année charnière pour les aides à la pierre du parc privé
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

LOGEMENT SOCIAL
Une année charnière
pour les aides à la pierre du parc privé
L’année 2011 restera marquée comme une année d’évolution priété bâtie, TVA à taux réduit notamment) qui se chiffrent à un
pour la mise en œuvre des politiques publiques d’aides au montant estimé à 36 millions d’euros en Champagne-Ardenne,
logement dans le parc privé. Les aides consacrées au parc privé soit dix fois plus que les aides directes.
sont nettement réorientées par l'Agence nationale de l’habitat Certains projets spécifiques financés en 2011 sont dédiés à
(Anah) à destination des propriétaires occupants et de la lutte des publics en difficulté. À destination des travailleurs
contre la précarité énergétique. La mise en place du programme migrants, les PLAI permettent notamment la réalisation des 70
« Habiter Mieux » symbolise pleinement cette nouvelle stratégie. logements du « foyer l’escale » de Reims et du « foyer des tra-
Concernant le parc public, la Champagne-Ardenne enregistre une vailleurs migrants » de Châlons-en-Champagne. L’essentiel
nouvelle baisse du nombre d’agréments liée à la réorientation des des agréments PLS concerne des structures dédiées aux per-
aides vers les zones les plus tendues à l’échelle nationale. sonnes âgées et handicapées dans les zones rurales (314 loge-
ments) et aux étudiants à Reims et à Troyes (329 logements).
Parc public : poursuite de l’orienta- Encore plus qu’en 2010, la Champagne-Ardenne se distingue
par une propension plus forte au financement des logementstion vers les zones les plus tendues
individuels qu’au niveau national : 40 % des logements bénéfi-
ciant des PLUS et des PLAI sont des logements individuels, soitEn matière de production de logements sociaux, l’État a
engagé depuis 2010 une réorientation de ses politiques vers 20 points de plus que la moyenne nationale.
les zones les plus tendues, c’est-à-dire les zones A et B1 du
zonage « Scellier » (cf. encadré). La Champagne-Ardenne n’ac-
cueillant sur son territoire aucune zone de ce type, la dotation
Évolution du nombre de logements sociaux financés
en nombre d’agréments décline depuis 2009, première année
du plan de relance et dernière du plan de cohésion sociale. De nombre de logements
2 5002 295 logements en 2009, puis 1 796 en 2010, le nombre d’a-
gréments atteint, en 2011, le nombre de 1 593 logements en
2 0002 000Champagne-Ardenne. En particulier, 219 prêts locatifs aidés
Total logements
d’intégration (PLAI) sont octroyés, pour loger, in fine, des
1 500ménages en difficultés financières et sociales, pour leur per-
mettre d’accéder à des logements à bas loyers. De même, 525
1 000
prêts locatifs à usage social (PLUS) financent la plupart des PLUS
PLSlogements sociaux destinés aux ménages à ressources modes-
500500
tes et 849 prêts locatifs sociaux (PLS) des logements en struc-
PLAIPLAItures telles les résidences pour personnes âgées, les
0
personnes handicapées ou les logements étudiants. En 2011, 2007 2008 2009 2010 20112011
tous produits confondus, 1,5 % des agréments nationaux sont PLUS : Prêts locatifs à usage social
PLAI : Prêts locatifs aidés d'intégrationdistribués en Champagne-Ardenne alors que le parc de loge-
PLS : Prêts locatifs sociaux
ment social actuel de la région correspond à 2,1 % du niveau Source : Dreal Champagne-Ardenne
national en 2009.
En Champagne-Ardenne, seuls cinq territoires relèvent de la
Parc privé : la lutte contre la précaritéclasse B2 du zonage « Scellier » : Reims, Troyes, Châlons- en-
énergétique, une priorité nationale etChampagne, Charleville-Mézières, Épernay, et leurs commu-
nes périphériques respectives, le reste du territoire est classé régionale
en zone C. Les aides à la production des logements sociaux en
Champagne-Ardenne se dirigent donc largement vers ces terri- Les priorités d’intervention de l’Anah reposent en 2011 sur la lutte
toires : 74 % des engagements sont réalisés en zone B2, pro- contre l’habitat indigne et très dégradé, le rééquilibrage des inter-
portion en constante augmentation depuis 3 ans. ventions vers les propriétaires occupants en situation de précarité
En 2011, 83 % des s’orientent vers les dépar- énergétique et le recentrage de l’aide aux propriétaires bailleurs
tements de la Marne et de l’Aube, les deux départements com- sur les logements dégradés dans une optique de maîtrise des
prenant le plus de territoires en zone B2 dont les deux déléga- loyers.
taires de compétence des aides à la pierre, Reims Métropole En Champagne-Ardenne, 1 122 logements font l’objet d’une aide
et Cités-en-Champagne. Sur un total de près de 3,6 millions de l’Anah en 2011 pour un montant global de 7,2 millions d’euros.
d’euros engagés, 49 % sont dédiés à des projets de ces deux Ces aides s’appuient pour plus de la moitié (58 %) sur les opéra-
délégataires. À ces aides directes s’ajoutent les aides indirec- tions programmées pour l’amélioration de l’habitat et les pro-
tes (aides de circuit, exonération de la taxe foncière sur la pro- grammes d’intérêts généraux, lesquels s’adressent à la fois aux
Insee dossier Champagne-Ardenne nº 36 - Bilan économique et social 2011 24LOGEMENT SOCIAL
propriétaires bailleurs et aux propriétaires occupants. Au total, y l’Environnement, il relie les préoccupations environnementales
compris les crédits d’ingénierie, 7,7 millions d’euros sont injectés par la réduction de la consommation énergétique des ménages,
pour l’amélioration du parc privé. sociales en s’adressant aux ménages modestes, et économiques
En raison d’un reliquat conséquent de dossiers de propriétaires en produisant de l’activité pour les entreprises du bâtiment. Mal-
bailleurs déposés à la fin de l’année 2010, l’activité du début gré un démarrage lent, le programme « Habiter mieux » connaît
d’année 2011 est modérée pour cette cible. La baisse du nombre des résultats encourageants dès la mise en place des dispositifs
de logements subventionnés et celle des subventions engagées de mobilisation des acteurs (en particulier les contrats locaux
s’inscrivent dans le prolongement de 2010, à l’issue du plan de d’engagements). En Champagne-Ardenne en 2011, 188 dossiers
cohésion sociale et du plan de relance. La part des logements de sont ainsi instruits, soit 2,8 % des dossiers en France, correspon-
propriétaires occupants subventionnés continue néanmoins de dant à 18,7 % des objectifs fixés par l’Anah en début d’année
croître (80 % en 2009, 82 % en 2010 et 83 % en 2011). 2011 pour la Champagne-Ardenne.
Le programme « Habiter mieux », confié à l’Anah dans le cadre des
Manuel Oliver« investissements d’avenir », complète les aides aux ménages en
Dreal Champagne-Ardennesituation de précarité énergétique. Conformément au Grenelle de
> > Le zonage Scellier
Pour soutenir l’investissement locatif, le dispositif “Robien” est insti-
Territoires B2 du zonage Scelliertué en 2003 puis adapté aux mesures qui lui ont succédé. La version
en Champagne-Ardenne en 2011actuelle, dite « Scellier » est issue d’une révision conduite en 2009 et
Reims Charleville-Mézièresaménagée en 2010. Ce zonage est notamment utilisé pour les barè-
Bétheny Les Ayvelles
Bezannes La Franchevillemes applicables aux aides relatives à l’investissement locatif, l’ac-
Cormontreuil Montcy-Notre-Dame
Saint-brice-Courcelles Prix-les-mézièrescession à la propriété, ainsi qu’au prêt locatif intermédiaire.
Villers-SemeuseSaint-Léonard
Taissy Warcq
Tinqueux
Witry-les-Reims Chalons-en-Champagne? Zone A bis : Paris et communes limitrophes
Compertrix
CoolusÉpernay
Dizy L'ÉpineVilleneuve-la-Lionne
Magenta FagnièresRéveillon? Zone A : agglomération de Paris, Côte d’Azur (bande littorale MardeuilLe Vezier Moncetz-Longevas
Moussy Pierry
Hyères-Menton), Genevois français Recy
Saint-Étienne-au-TempleTroyes
Saint-Gibrien
Barberey-Saint-Sulpice Saint-Martin-sur-le-pré
Bréviandes Saint-Memmie? Zone B1 : certaines agglomérations grandes ou chères, vil-
SarryBuchères
La Chapelle-Saint-Luc AUBEles-centre de grandes agglomérations, grande cou-
Creney-pres-Troyes
Lavauronne autour de Paris, certaines communes chères, îles,
Les Noës-près-Troyes
DOM-TOM, pourtour de la Côte d’Azur Pont-Sainte-Marie
La Rivière-de-Corps
Rosières-près-Troyes
Saint-André-les-Vergers? Zone B2 : autres agglomérations de plus de 50 000 habi-
Saint-Germain
Saint-Julien-les-Villastants, autres communes chères situées en zones littorales ou
Sainte-maure
Saint-Parres-aux-Tertresfrontalières, pourtour de l’Île-de-France et de la zone B1 en
Sainte-Savine
PACA, agglomérations des autres villes classées en B1
Source : Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des
Transports et du Logement
? Zone C : reste du territoire
Insee dossier Champagne-Ardenne nº 36 - Bilan économique et social 2011 25
©IGN - Insee 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.