Logements vacants : sans confort ou en collectif privé

De
Publié par

Le taux de vacance des logements reste assez élevé à la Réunion, malgré la tension persistante du marché. Cela s'explique d'abord par l'existence de logements peu confortables qui ne correspondent pas aux exigences actuelles. Par ailleurs les appartements du secteur privé font l'objet d'une certaine désaffection. Saint Denis est parmi les communes les plus concernées par la vacance des logements
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

dossier L’état du logement en 1999
Logements vacants : sans
e taux de vacance des logements confort, les plus petits (1 ou 2 pièces)
reste assez élevé à La Réunion, sont ceux qui sont le plus souvent va-Lmalgré la tension persistante du cants (respectivement 11 et 8 %). Cela
marché. Cela s’explique d’abord par peut s’expliquer à la fois par un marché
l’existence de logements peu conforta- excédentaire et par une plus forte mobili-
bles qui ne correspondent pas aux exi- té des personnes intéressées par ce type
gences actuelles. Par ailleurs les ap- de logement (notamment les étudiants).
partements du secteur privé font l’ob- Les petits logements ne forment cepen-
jet d’une certaine désaffection. Saint dant qu’environ 15 % du parc total. Ce
Denis est parmi les communes les plus sont les logements de 4 et 5 pièces qui
concernées par la vacance des loge- ont en moyenne le taux de vacance le
ments. plus bas (5 %). Cela confirme la tension
du marché pour ce type de logements, la
Les agents recenseurs ont dénombré près
demande étant plus forte que la construc-
de 20 000 logements vacants en 1999, tion neuve, comme l’a montré une étude
soit 8,1 % du total des logements. Ce précédente. Même si les logements de 4
taux de vacance est en légère baisse de-
pièces forment 30 % du parc la demande
Le tiers des logements vacantspuis 1990, date à laquelle il était de
ne semble pas saturée. Pour les loge- n’ont pas tout le confort. Les ap-3 8,3 %. Malgré la tension persistante du ments de 6 pièces ou plus, le taux de va- partements du secteur privé sont
marché du logement, le taux de vacance cance remonte légèrement et approche aussi largement représentés.
reste donc supérieur d’un point à celui de
les 6 %.
la France métropolitaine qui est de 6,9 %.
tif (20 %). Plus recherchées que les appar-En fait, près d’un tiers des logements va-
Très peu de logements tements, les maisons individuelles sontcants ne répondent pas aux exigences ac-
aussi plus souvent occupées par leur pro-tuelles, notamment en matière d’équipe- vacants dans le parc social
priétaire, moins mobiles que des locatai-ment sanitaire. Ainsi environ 5 000
res. En ce qui concerne les appartementsd’entre eux ne disposent pas de bai- Parmi les logements «en dur et conforta-
du secteur privé, ils cumulent la plupartgnoire ou douche, de WC intérieurs, plus bles» le parc locatif social a un taux de
des causes de vacance des logementsrarement d’eau ou d’électricité et envi- vacance particulièrement faible (1,3 %).
4 modernes et confortables. Sujets à uneron 1 500 sont des habitations de for- La gestion «serrée» de ce parc face à
certaine désaffection, ils sont presquetune. l’importance de la demande évite en ef-
toujours occupés par des locataires ; cefet les longs intervalles entre deux loca-
Bien entendu, les logements au confort sont souvent des logements plutôt petits,tions. Au contraire le marché privé
déficient sont très souvent vacants. Ainsi situés en centre-ville ou dans des zonesconnaît des délais de location plus longs,
parmi les 17 000 constructions tradition- ainsi que des périodes de mise en vente d’urbanisation périphérique. La com-
nelles qui manquent d’au moins un élé- et des immobilisations des logements par mune de Saint-Denis regroupe près des
ment de confort, environ 17 % sont va- leurs propriétaires pour diverses raisons. deux tiers de ce parc, avec un taux de va-
cantes. Parmi les 6 000 habitations de cance particulièrement élevé (21 %).
Sur le marché privé, la situation est trèsfortune recensées la plupart (80 %) man-
différente entre l’individuel et le collec- Sur l’ensemble du territoire les taux dequent d’au moins un élément de confort
tif. Les maisons individuelles ont un vacance sont éminemment variables. Auet près de 24 % sont vacantes. A contra-5
taux de vacance faible (5 %), tandis qu’il niveau des IRIS-2000, qui sont des zonesrio les constructions traditionnelles do-
est très fort pour les logements en collec- d’environ 2 000 habitants, aussi homo-tées de tout le confort, ne sont guère plus
vacantes que celles qui sont en dur. Les
deux tiers des constructions traditionnel- Vacance selon les secteurs du parc de logements
les apparaissent ainsi comme bien inté-
grées au marché du logement. A côté des Logements Taux de
Parc total
vacants vacanceconstructions traditionnelles et habita-
tions de fortune il existe environ 8 000
en dur et tout confort 164 995 10 214 6,2
logements en dur au confort déficient,
- dont en locatif social (*) 42 211 546 1,3
dont un sur quatre est vacant. Toutefois - dont en maison individuelle hors LS 102 531 5 581 5,4
6 - dont en collectif hors LS 20 253 4 087 20,2une partie de ces constructions sont en
traditionnel tout confort 42 289 2878 6,8fait probablement des maisons indivi-
traditionnel sans confort 16 759 2 792 16,7duelles dont l’achèvement traîne en lon-
habitations de fortune 6 056 1 435 23,7
gueur. en dur sans confort 8 097 2 013 24,9
Outre le confort, la taille des logements
Ensemble 238 196 19 332 8,1
influe sur le taux de vacance. Parmi les
Source : INSEE, recensement de 1999 - * DDE, enquête annuelle sur le parc locatif social - 1999.logements en dur et dotés de tout le
16dossier
confort ou en collectif privé
vement sociaux. Parmi les cinq zones à La Possession, Sainte Suzanne, et de ma-
plus fort taux de vacance (plus de 18 %), nière plus surprenante, de Saint Philippe
trois sont situées dans le centre de Saint et Petite-Ile. Dans toutes ces communes,
Denis. Dans ce quartier commerçant beau- entre 30 % et 40 % des logements ont été
coup de logements sont ou ont été utili- construits depuis 1990 et le taux de va-
sés pour le stockage de marchandises. cance est inférieur à 6 %.
Même s’ils apparaissent comme des lo-
Les taux de vacance sont particulière-gements ils ne sont souvent pas réelle-
ment faibles autour de Saint Denis. Appa-ment disponibles ou susceptibles d’être
remment la construction neuve ne suffithabités. Viennent ensuite deux zones ur-
pas encore à la demande dans ces zonesbaines périphériques : Pierre et Sable-
en voie d’urbanisation rapide. Il en estBancouliers à Saint Denis et les Caser-
ainsi, à l’est, de La Bretagne jusqu’ànes-Jolifond à Saint Pierre. Dans ces deux
Sainte Suzanne, et à l’ouest, de La Pos-zones des immeubles étaient en cours
session à Savannah et la Plaine Saintd’achèvement, de vente ou de location au
Paul. Les espaces ruraux du Sud, où lamoment du recensement.
population augmente et où la maison
individuelle en dur est bien implantéeLes plus petits logements sont La vacance n’est pas liée 3ceux qui sont le plus souvent va- ont également de faibles taux de vacance.
cants. Ce sont les T5 qui ont le à la construction neuve
En revanche, avec un effort de construc-plus faible taux de vacance.
tion neuve relativement modéré (25 %Abstraction faite de ces cas particuliers
de logements construits depuis 1990) la
l’importance de la construction neuve negènes que possible du point de vue de commune de Saint Denis a un taux de
s’accompagne pas de forts taux de va-l’habitat, les taux de vacance varient de vacance global plutôt élevé (9,7 %). Les
cance. La relation semble même être in-moins de1%à près de 23 %. Les cinq logements construits depuis 1990 sont
verse : les communes qui ont le pluszones à plus faibles taux de vacance tout particulièrement sujets à la vacance :construit ont les taux de vacance les plus(moins de 2 %) sont toutes situées au 12,5 % d’entre eux étaient inoccupés au
faibles. Il en est ainsi de Sainte-Marie,Port, dans des quartiers presque exclusi- moment du recensement. Les quartiers
aisés ont des taux de vacance supérieurs 4
à la moyenne : le centre-ville, Sainte Clo-
tilde-Moufia et la Montagne ; ainsi que
les quartiers les plus éloignés : Ruisseau
Blanc et Saint Bernard.
Les autres communes qui ont de forts
taux de vacance se répartissent en deux
groupes. Dans le premier le marché du
logement paraît excédentaire car les lo-
gements en dur et tout confort sont plus
souvent vacants que dans les autres com- 5
munes : il s’agit de Saint Leu, Cilaos et
Bras-Panon. Dans le deuxième groupe ce
sont surtout des logements traditionnels
ou sans confort qui sont vacants, il s’agit
de Saint Benoît, Entre Deux et Salazie.
Enfin la Plaine des Palmistes se dis-
tingue par un taux de logements vacants
très élevé (15 %) qui concerne surtout
des constructions traditionnelles ou sans
confort. Cette commune compte aussi
beaucoup de résidences secondaires et il 6
n’est pas toujours facile pour l’agent re-
censeur de distinguer les uns des autres.
Colette PAVAGEAU
17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.