Lorraine : une analyse multidimensionnelle du bien-être

De
Publié par

Le revenu n’est pas le seul déterminant du bien-être de la population ; d’autres facteurs interviennent, comme l’insertion sur le marché du travail, la qualité du logement, la présence ou l’éloignement des équipements urbains, etc., facteurs qui influent sur la qualité de vie. La prise en compte de ces différents facteurs dans la mesure du bien-être de la population nécessite l’évaluation de leur apport respectif à ce bien-être. L’approche par les capabilités s’inscrit dans ce courant de pensée ; elle fait dépendre le bien-être des individus de leurs possibilités d’utiliser leurs caractéristiques personnelles (leur être et leur avoir, dont les ressources monétaires font partie) dans le milieu socioculturel où ils vivent, dans le but d’atteindre au bien-être. La mise en œuvre spatialisée de cette approche rend compte de l’influence de la localisation résidentielle sur le bien-être des individus. Ainsi, le bien-être capabiliste mesuré à l’échelle de chaque commune de la Lorraine permet-il de mettre au jour l’existence de zones ségrégées et de mettre en évidence l’effet d’agglomération de Nancy, ainsi que celui de Metz. Sommaire L’approche par les capabilités Les indicateurs associés à chaque dimension du bien-être «Percevoir un revenu décent» (RE1) «Habiter un logement décent» (RE2) «Être bien inséré sur le marché du travail» (RE3) «Pouvoir accéder immédiatement aux commodités urbaines» (RE4) «Habiter à proximité des emplois» (RE5) «Être suffisamment éduqué» (LO1) «Entretenir des relations avec un milieu social favorable et diversifié» (LO2) «Avoir les moyens de l'accessibilité : posséder une voiture» (LP1) «Avoir les moyens de l'accessibilité : bénéficier de transports collectifs» (LP2) «Être intégré à la vie sociale et politique» (LP3) Un bien-être inégalement réparti dans l'espace Encadré : Méthodologie L’approche par les capabilités Les indicateurs associés à chaque dimension du bien-être «Percevoir un revenu décent» (RE1) «Habiter un logement décent» (RE2) «Être bien inséré sur le marché du travail» (RE3) «Pouvoir accéder immédiatement aux commodités urbaines» (RE4) «Habiter à proximité des emplois» (RE5) «Être suffisamment éduqué» (LO1) «Entretenir des relations avec un milieu social favorable et diversifié» (LO2) «Avoir les moyens de l'accessibilité : posséder une voiture» (LP1) «Avoir les moyens de l'accessibilité : bénéficier de transports collectifs» (LP2) «Être intégré à la vie sociale et politique» (LP3) Un bien-être inégalement réparti dans l'espace Encadré : Méthodologie
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
Lorraine :282N
Le revenu n’est pas le seul déterminant du bien-être de la population ; d’autres
facteurs interviennent, comme l’insertion sur le marché du travail, la qualité
Justin BISCHOFF du logement, la présence ou l’éloignement des équipements urbains, etc.,
facteurs qui influent sur la qualité de vie. La prise en compte de ces différents dans la mesure du bien-être de la population nécessite l’évaluation
de leur apport respectif à ce bien-être. L’approche par les capabilités s’inscrit
dans ce courant de pensée ; elle fait dépendre le bien-être des individus de leurs
possibilités d’utiliser leurs caractéristiques personnelles (leur être et leur avoir,
dont les ressources monétaires font partie) dans le milieu socioculturel où
ils vivent, dans le but d’atteindre au bien-être. La mise en œuvre spatialisée
de cette approche rend compte de l’influence de la localisation résidentielle
sur le bien-être des individus. Ainsi, le bien-être capabiliste mesuré à l’échelle
de chaque commune de la Lorraine permet-il de mettre au jour l’existence
de zones ségrégées et de mettre en évidence l’effet d’agglomération de Nancy,
ainsi que celui de Metz.
L’écart entre la mesure statistique des prendre en compte la dimension spatiale du
faits socio-économiques et la perception de ces progrès économique et social en Lorraine. Se
mêmes faits par les citoyens est devenu depuis pose notamment la question de l’existence ou
quelques années un sujet sensible. C’est en par- non en Lorraine d’une ségrégation socio-spa-
ticulier le cas pour la mesure du progrès écono- tiale. Pour répondre à cette question, sera
mique et social, avec une remise en cause de considéré comme ségrégé, l’espace géogra-
l’usage presque exclusif du Produit Intérieur Brut phique où la distribution spatiale des niveaux de
(PIB) comme indicateur global de ce progrès. bien-être n’est pas aléatoire, c’est-à-dire où les
territoires dont les niveaux de bien-être sont si-Une commission internationale présidée par Jo-
milaires forment tache. En pareil cas, la fractureseph Stiglitz, avec Amartya Sen comme conseil-
sociale se double d’une fracture spatiale.ler et Jean-Paul Fitoussi comme coordinateur,
s’est penchée sur ces questions. Pour chacun
L’approche par les capabilitésdes trois domaines définis par la Commission
dans son rapport remis le 14 septembre 2009, la Une première manière de procéder, tradition-
statistique publique française a réalisé un certain nelle, consiste à mesurer le bien-être par les
nombre de contributions, lesquelles seront com- ressources détenues par l’individu : revenu, pa-
plétées par des contributions à venir. trimoine. Selon cette conception, le bien-être ré-
Toutes ces réflexions et tous ces travaux ont sulted’ungain(revenu) ou d’une possession
été menés au niveau national, et ne prennent (patrimoine). Dans cette approche, le bien-être
pas en compte la dimension spatiale du progrès est unidimensionnel, puisqu’il n’est défini qu’en
économique et social. Cette étude s’efforce de termes de revenu ou de patrimoine.
VUne seconde façon de faire, dite propre destinée, étant donné le sys- venu médian, plutôt que le revenu
approche par les capabilités de tème socio-économique dans lequel moyen, car ce dernier surestime le ni-
Amartya SEN, considère que le il vit. La liberté procédurale est l’en- veau des revenus. Sans entrer dans
bien-être de l’individu ne résulte semble des possibilités d’agir de l’in- les détails techniques, qu’il suffise de
pas ipso facto de la possession de dividu, dans le but d’atteindre au dire ici que les revenus n’obéissent
ressources (revenu, patrimoine), bien-être ou de l’accroître. pas à la célèbre loi normale, repré-
mais de ce que cet agent est ca- Puisqu’il n’est pas possible d’obser- sentée par une courbe en cloche,
pable d’en faire. Selon cette ver et encore moins de mesurer les mais à une loi de probabilité asymé-
conception, les ressources dont capabilités de l’individu, car leur défi- trique positive, c’est-à-dire étalée à
dispose l’individu sont des moyens nition est abstraite, on observe les droite vers les hauts revenus, ce qui
de réaliser la vie que celui-ci dé- modes de fonctionnement, en abrégé tire la moyenne vers le haut.
sire mener. Dans cette approche fonctionnements, de l’individu. Ces Le revenu fiscal médian par unité de
multidimensionnelle, le bien-être fonctionnements décrivent et mesu- consommation, par définition, partage
dépend, non seulement des res- rent indirectement les capabilités. Fi- les résidents de la commune en deux
sources de l’individu, mais aussi nalement, on mesure le bien-être groupes de taille égale : la première
du milieu social dans lequel il vit, capabiliste par une série de fonction- moitié des résidents appartenant aux
ainsi que de ses caractéristiques nements, classés selon qu’ils relèvent ménages dont le revenu fiscal par unité
personnelles, tant physiques (état davantage de l’individu ou davantage de consommation lui est inférieur ; la
de santé, handicap…) qu’intellectuel- de l’espace dans lequel il vit (voir ta- deuxième moitié des résidents appar-
les (éducation, formation, culture per- bleau). La mesure de ces fonctionne- tenant aux ménages dont le revenu fis-
sonnelle…). Cette approche met ments est réalisée pour chaque cal par unité de consommation lui est
l’accent sur la liberté dont dispose commune de la région Lorraine.
supérieur.
l’individu pour atteindre au
Les indicateurs associés Le revenu fiscal médian par unité debien-être, liberté qui, toutefois,
consommation s’établit à 17 600 eu-à chaque dimensions’exerce sous contraintes, so-
ros en Lorraine en 2009. Pour prèscio-économiques notamment. Le du bien-être
d’un tiers des communes lorraines,terme «capabilité» désigne donc à
"Percevoir un revenu le revenu fiscal médian par unité dela fois la capacité de l’individu à at-
décent (RE1)" consommation est situé aux alen-teindre au bien-être ou à l’ac-
tours de cette valeur (entre 16 600 etcroître, et la possibilité qu’a Ce fonctionnement est la capacité
18 300). Les revenus sont les plusl’individu de remplir cet objectif. de l’individu à mener une vie maté-
élevés dans le sillon lorrain ; lesrielle décente grâce au pouvoir d’a-Si l’on reprend les travaux d’Elisa-
plus faibles sont dans la Meuse etchat que lui procure son revenu,beth TOVAR [2008], il est possible de
dans les Vosges. (voir carte RE1)ainsi qu’à mener à bien des projetsdistinguer, dans l’approche par les
(achat de sa résidence principale, parcapabilités, trois grandes compo- "Habiter un logement
exemple)grâceàlapartiedeson re-santes du bien-être «capabiliste».
décent (RE2)"venu qu’il épargne.- La première est l’ensemble des
réalisations effectives (RE) de l’in- Ce fonctionnement décrit le degréPour mesurer ce fonctionnement, on
dividu. Les réalisations effectives de confort du logement de l’individu.utilise le revenu fiscal médian par
assurent le bien-être matériel im- Le degré de confort du logement acommune et par unité de consomma-
médiat de l’individu ; elles dési- une grande incidence sur la qualitétion (UC) en 2009. Le revenu fiscal
gnent les capacités apparentes de vie de l’individu, car celui-ci ymédian par UC n’est disponible que
de la personne à atteindre au passe plus de temps que sur sonpour les communes composées d’au
bien-être ou à l’accroître. lieu de travail ou son lieu d’études.moins 50 ménages, afin de préserver
- La deuxième est la liberté d’op- L’inconfort du logement peut avoirle secret des données individuelles.
portunité (LO) de l’individu, de fâcheuses conséquences pourLe revenu fiscal médian par UC de
c’est-à-dire sa liberté d’agir oppor- son occupant, même les plus inat-chacune des communes composées
tunément afin d’atteindre au tendues : par exemple, le surpeu-de moins de 50 ménages est consi-
bien-être ou de l’accroître. Elle plement du logement ne favorisedéré, faute d’informations suffisantes,
désigne les capacités latentes de pas les études des enfants, et com-comme étant égal au revenu fiscal
l’individu à remplir cet objectif. promet ainsi leur avenir profession-médian par UC du canton auquel cha-
- La troisième est la liberté procédu- nel, puisqu’ils ne peuvent bénéficiercune appartient. Pour résumer une
rale (LP), c’est-à-dire le degré de d’une chambre à part. Les caracté-distribution statistique des revenus,
contrôle que l’individu exerce sur sa ristiques physiques et techniques dules statisticiens préfèrent utiliser le re-
Capabilités Facteurs individuels Facteurs locaux
Réalisations effectives Percevoir un revenu décent (RE1) Pouvoir accéder immédiatement aux commodités urbaines
(capacités apparentes d’agir) Habiter un logement (RE2) (RE4)
Être bien inséré sur le marché du travail (RE3) Habiter à proximité des emplois (RE5)
Liberté d’opportunité Être suffisamment éduqué (LO1) Entretenir des relations avec un milieu social favorable et
(capacités latentes d’agir) diversifié (LO2)
Liberté procédurale Avoir les moyens de l’accessibilité : posséder Avoir les moyens de l’accessibilité : bénéficier de transports
(possibilités d’agir) une voiture (LP1) collectifs (LP2)
Être intégré à la vie sociale et politique (LP3)
2logement déterminent également le - en premier lieu, l’existence ou non déré comme plus favorable au
degré de confort du logement. Tou- d’un contrat de travail ou d’une si- travailleur qu’un emploi à durée dé-
tefois, la réglementation relative aux tuation similaire, comme la nomi- terminée et à temps complet. Les
caractéristiques physiques et techni- nation dans la fonction publique différents statuts professionnels sur
ques du logement est de plus en d’État pour un fonctionnaire (il est le marché du travail sont donc clas-
plus stricte, aussi bien à la construc- légitime de considérer que l’occupa- sés par ordre décroissant, du point
tion qu’à la location, de telle sorte tion d’un emploi est préférable au de vue de l’insertion sur le marché
que par exemple en Lorraine, 95,9% chômage ou à l’inactivité); du travail, de la manière suivante :
des logements sont dotés d’une - Emploi à durée indéterminée et à- en deuxième lieu, la longévité
salle de bain munie soit d’une bai- temps complet ;prévisible de l’emploi occupé (il
gnoire, soit d’une douche, soit des
est légitime de considérer que l’em- - Emploi à durée indéterminée et à
deux équipements. On se contente
ploi à durée indéterminée est préfé- temps partiel ;
donc ici de mesurer la décence du
rable à l’emploi à durée déterminée);
- Emploi temporaire à temps complet ;logement au moyen de son degré
- en troisième lieu, la temporalité ded’occupation. Autrement dit, ce - Emploi à temps partiel ;
l’emploi occupé (il est légitime de consi-fonctionnement «Habiter un loge- - Emploi ponctuel (mission d’intérim,
dérer que l’emploi à temps complet estment décent» est mesuré par la pro- stage rémunéré) à temps complet ;
préférable à l’emploi à temps partiel).portion de logements qui ne sont
- Emploi ponctuel à temps partiel ;
pas en état de sur-occupation. On L’emploi faisant l’objet d’un contrat de
- Chômage ;dit que le logement est sur-occupé travail à durée indéterminée et à temps
- Inactivité des personnes ayant ausi : S ≤ 16 + 11(n-1) complet est considéré comme le nec
moins 14 ans (en âge révolu).où : S : surface habitable (en m²)du plus ultra de l’insertion sur le marché
logement ; du travail. D’autres situations (titulaire de La prise en compte de l’inactivité
n : nombre de personnes occupant la fonction publique, employeur, travailleur des personnes de 14 ans ou plus se
le logement. indépendant, aide familial) garantissent justifie dans la mesure où la fron-
Cette définition du SOeS (Ministère aussi la pérennité de l’emploi occupé ; tière entre chômage et inactivité est
de l’écologie, de l’énergie, du dévelop- ces emplois, pourvu qu’ils soient occu- poreuse ; ainsi, par exemple, cons-
pement durable et de l’aménagement du pés à temps complet, sont donc regar- tate-t-on que les femmes au foyer
territoire, Commissariat général au dé- dés comme analogues à l’emploi se portent sur le marché du travail,
veloppement durable, Service de l’ob- garanti par un contrat de travail à durée lorsque le chômage est bas, et au
servation et des statistiques)est indéterminée et à temps complet. contraire s’en retirent, lorsque le
différente de la notion de surpeuple- L’emploi à durée indéterminée et à chômage est élevé. Toute la popula-
ment du logement selon l’Insee. temps complet est ainsi l’étalon, auquel tion de 14 ans ou plus est ainsi prise
sont comparés tous les autres statuts en compte ; en effet, l’âge légal mi-La part des logements n’étant pas
professionnels, afin de déterminer dans nimum pour pouvoir travailler est deen sur-occupation est de 94,6% en
quelle mesure la population ayant ces 14 ans ; en revanche, la loi ne fixeLorraine en 2006. Pour 71,3% des
divers statuts est intégrée sur le mar- pas d’âge légal maximum pour tra-communes lorraines, au moins 99%
chédutravail. vailler (sauf pour certains personnels,de leurs logements ne sont pas
comme les fonctionnaires de l’État).sur-occupés. À l’inverse, pour 7,6% Pour mesurer ce fonctionnement
des communes lorraines, ladite pro- «Être bien inséré sur le marché du Pour pouvoir calculer l’indicateur
portion est inférieure à 95%. Par travail», il faut ordonner les statuts chiffré d’insertion de la population
exemple, à Nancy, 79,2% des loge- professionnels qui s’observent sur sur le marché du travail, il est né-
ments seulement ne sont pas ce marché, à la fois selon les trois cessaire d’attribuer plus ou moins
sur-occupés. (voir carte RE2) critères énoncés ci-dessus. On arbitrairement une note comprise
considère que le critère de la longé- entre 0 (exclu)et1(inclus) à chacun
"Êtrebieninsérésur
vité l’emporte sur celui de la tempo- de ces statuts professionnels, note
le marché du travail (RE3)" ralité, pour un statut professionnel qui reflète le degré d’insertion, sur le
Ce fonctionnement décrit le degré d’in- donné, du point de vue de l’insertion marché du travail, de la fraction de
sertion de la population sur le marché sur le marché du travail. Ainsi, par population ayant le statut profes-
du travail. Le degré d’insertion sur le exemple, l’emploi à durée indéter- sionnel considéré. L’échelle des no-
marché du travail est fonction de : minée et à temps partiel est consi- tes choisie est arithmétique,
c’est-à-dire que le pas entre deux
Note attribuée notes successives est constant, et
Dénomination du statut professionnel
au statut professionnel égal à 0,125 (voir tableau).
Emploi à durée indéterminée et à temps complet 1,000
À titre d’exemple, l’indicateur d’insertion à durée et à temps partiel 0,875
sur le marché du travail des Nancéiens
Emploi temporaire à temps complet 0,750
se calcule de la manière suivante : à temps partiel 0,625
(1,000 x 32,8) + (0,875 x 5,6) +Emploi ponctuel à temps complet 0,500
(0,750 x 4,5) + (0,625 x 3,4) +Emploi à temps partiel 0,375
(0,500 x 0,9) + (0,375 x 0,5) +Chômage 0,250
Inactivité 0,125 (0,250 x 7,1) + (0,125 x 45,2) = 51,2
3où : cherchée, dans cet exemple un bu- d’accessibilité de Frouard est : -0,27.
reau de poste. Afin de calculer le de- Le degré d’accessibilité est borné su-- 1,000 : note attribuée au statut
gré d’accessibilité spatiale de la périeurement par 0, mais n’a pas deprofessionnel «emploi à durée in-
population à l’ensemble des équipe- borne inférieure. Plus le degré d’ac-déterminée et à temps complet» ;
ments, on additionne les temps mini- cessibilité s’éloigne de 0, moins le
- 32,8 : part (en %) des Nancéiens
ma nécessaires pour effectuer en bien-être de la population est élevé,
occupant un emploi à durée indé-
voiture en heures pleines, le trajet al- toutes choses égales par ailleurs ; et
terminée et à temps complet ;
ler-retour du domicile jusqu’à un équi- inversement.
- 0,875 : note attribuée au statut pement de chacune des sortes listées L’accessibilité est élevée ou moyenne
professionnel «emploi à durée in- ci-dessous. Avant de calculer cette en Meurthe-et-Moselle, en Moselle et
déterminée et à temps partiel» ; somme, chacun de ces temps mini- dans les Vosges ; elle est réduite
- 5,6 : part (en %) des Nancéiens ma est multiplié par la part des com- dans la Meuse. Elle est plus élevée
occupant un emploi à durée indé- munes françaises disposant de dans les zones urbaines que dans les
terminée et à temps partiel ; l’équipement considéré (cette part n’est zones rurales. (voir carte RE4)
pas exprimée en pourcentage, comme- etc.
dans le tableau, mais en dixième, cen-
"Habiter à proximitéL’indicateur d’insertion sur le mar-
tième et millième d’unité). La part des
ché du travail pour la commune de des emplois (RE5)"communes françaises disposant de
Nancy vaut ainsi : 51,2. l’équipement considéré reflète indi- Ce fonctionnement décrit la possibili-
D’une manière générale, cet indica- rectement l’importance de cet équipe- té, pour l’individu, d’être employé ou
teur est compris entre 12,5, valeur ment pour la population, c’est-à-dire de trouver à s’employer à proximité
qui traduit l’absence totale d’inser- la fréquence d’utilisation de cet équi- de son domicile, c’est-à-dire dans le
tion (toute la population est inactive)et pement. Ainsi, par exemple, 27,8% premier cas sans devoir effectuer de
100, valeur qui exprime l’insertion des communes françaises disposent longues navettes domicile-travail, les-
parfaite et absolue (toute la population d’un médecin omnipraticien, et seule- quelles sont coûteuses aussi bien en
est employée pour une durée indéter- ment 18,0% d’un chirurgien-dentiste, temps qu’en argent. Dans le second
minée et à temps complet). D’une ma- ce qui reflète bien le fait avéré que la cas, l’individu n’a pas à changer de
nière tout aussi générale, plus cet population consulte plus souvent le résidence, ce qui est coûteux en
indicateur est élevé, meilleure est médecin omnipraticien que le chirur- terme monétaire (déménagement ; re-
l’insertion de la population sur le gien-dentiste. Le degré d’accessibilité vente de la maison ou de l’appartement
marché du travail. étant un coût en temps, et donc un qui peut se faire à perte dans certains
désagrément, ce coût doit être noté cas : crise immobilière, décote dans cer-L’insertion sur le marché du travail
négativement. Par exemple, le degré tains quartiers ou communes ayant desest la meilleure en Meurthe-et-Mo-
selle et en Moselle. Elle est plus
Dénomination de l’équipement Part des communes françaises
faible et proche de la moyenne ré-
de proximité disposant de cet équipement (en %)
gionale (53,3) en Meuse et dans les Bureau de poste 27,2
Vosges. Des poches subsistent Banque, caisse d’épargne 17,6
néanmoins en Lorraine, où cette in- Réparation automobile-matériel agricole 40,4
sertion est très faible, par exemple Maçon 52,2
dans l’extrême sud-est de la Plâtrier, peintre 42,9
Menuisier, charpentier, serrurier 50,4Meurthe-et-Moselle. (voir carte RE3)
Plombier, couvreur, chauffagiste 48,6
Électricien 41,0
"Pouvoir accéder immédia- Entreprise générale du bâtiment 19,6
tement aux commodités Coiffure 36,7
Restaurant 47,0urbaines (RE4)"
Agence immobilière 24,6
Ce fonctionnement décrit le degré Supérette 7,2
Épicerie 23,2d’accessibilité spatiale de la popula-
Boulangerie 37,2tion aux commodités urbaines que
Boucherie, charcuterie 23,0sont les équipements de proximité.
Fleuriste 17,1Les de proximité rete-
École maternelle 17,4
nus sont listés dans le tableau
RPI* dispersé : maternelle 4,6
ci-contre.
École élémentaire 42,0
Le degré d’accessibilité spatiale de la RPI* dispersé : élémentaire 20,9
population à un équipement de proxi- Médecin omnipraticien 27,8
Chirurgien-dentiste 18,0mité d’une sorte donnée, par exemple
Infirmier 27,6la poste, est simplement mesuré par
Masseur-kinésithérapeute 21,9le temps minimum nécessaire pour
Pharmacie 23,0effectuer en voiture en heures plei-
Taxi 22,5
nes, le trajet aller-retour du domicile
* RPI : Regroupement pédagogique intercommunal
jusqu’à un équipement de la sorte re- Source : Insee, investissement «Localisation et accès de la population aux équipements»
4difficultés sociales ; relocation d’une mai- - Baccalauréat général, brevet su- D’une manière générale, cet indica-
son ou d’un appartement de même type, périeur ; teur est compris entre 0, valeur qui
entraînant un loyer plus élevé, ce qui est traduit l’absence totale d’éducation- technologique ou
statistiquement avéré)ouenterme so- (personne n’est diplômé) et 100, va-professionnel ;
cial (éloignement géographique du leur qui exprime le niveau d’éduca-- Diplôme universitaire de premier
conjoint ou même de la famille ; isolement tion le plus élevé possible (toutecycle ;
dû à la perte des amis). L’indicateur re- personne est au moins titulaire d’un di-
- Diplôme universitaire de
tenu est la part de la population rési- plôme universitaire de deuxième cycle).
deuxième ou troisième cycle.
dente active occupée de la D’une manière tout aussi générale,
Seule la population de 14 ans ou pluscommune, dont le lieu de travail est plus cet indicateur est élevé, plus
est ainsi prise en compte, puisque, ensitué dans la commune ; cet indica- est élevé le niveau d’éducation de la
principe, on n’acquiert pas de di-teur sera dénommé dans la suite taux population.
plôme avant l’âge de 14 ans.de stabilité spatiale (de la population ré- Le niveau d’éducation est plus élevé
sidente active occupée de la commune). Pour pouvoir calculer l’indicateur en Meurthe-et-Moselle et en Mo-
chiffré du niveau d’éducation de laLe taux de stabilité spatiale de la selle que dans la Meuse et dans les
population, il est nécessaire d’attri-population résidente active occupée Vosges. Toutefois, près de la moitié
buer plus ou moins arbitrairementest faible en Moselle et dans la des communes lorraines sont pro-
une note comprise entre 0 et 1 àpartie nord de la Meurthe-et-Mo- ches de la valeur médiane de cet in-
chacun de ces diplômes ou groupesselle, notamment en raison de l’im- dicateur : 39,2. (voir carte LO1)
de diplômes. L’échelle des notesportance du phénomène des
choisie est arithmétique, c’est-à-diretravailleurs frontaliers dans ces "Entretenir des relations
que le pas entre deux notes succes-deux départements, frontaliers qui avec un milieu social
sives est constant, et égal à 0,125 ;subissent l’attraction essentielle- favorable et diversifié (LO2)"
cette échelle figure dans le tableaument du Luxembourg, mais aussi de
Ce fonctionnement décrit le carac-ci-après.la Belgique et de l’Allemagne. Ce
tère plus ou moins bénéfique du mi-taux de stabilité spatiale est plus À titre d’exemple, l’indicateur du
lieu social dans lequel l’individu estélevé en Meuse, dans les Vosges, niveau d’éducation des Nancéiens
inséré ou avec lequel il est en rela-ainsi que dans la partie sud de la se calcule de la manière suivante :
tion quotidienne. En effet, l’individuMeurthe-et-Moselle. D’une manière
(1,000 x 23,9) + (0,875 x 15,4) + a d’autant plus de chances d’at-générale, ce taux de stabilité spa-
(0,750 x 6,5) + (0,625 x 9,0) + teindre, par un effet d’imitation outiale est faible en moyenne en Lor-
(0,500 x 6,6) + (0,375 x 10,8) + d’émulation, une condition socialeraine : 22,1%. (voir carte RE5)
(0,250 x 5,5) + (0,125 x 7,8) + élevée que son milieu d’habitat ou
(0,000 x 14,7) = 57,5"Être suffisamment éduqué de travail est composé de person-
nes socialement favorisées. Au sur-(LO1)" où :
plus, l’individu peut d’autant plus- 1,000 : note attribuée au diplômeAmartya Sen accorde, avec raison,
facilement prendre exemple, par ununiversitaire de deuxième ou troi-une grande importance à ce fonc-
effet d’aubaine, sur les personnessième cycle ;tionnement ; selon lui, l’éducation,
socialement favorisées de son mi-
lorsqu’elle est suffisante, confère à - 23,9 : part (en %) des Nancéiens ti-
lieu d’habitat ou de travail que cel-
l’individu éduqué un avantage tulaires d’un diplôme universitaire
les-ci ont des destinées sociales
comparatif, en ce qu’il possède de deuxième ou troisième cycle ;
variées et différentes de sa propre
ainsi un capital culturel, dont ne - 0,875 : note attribuée au diplôme situation.
dispose pas l’individu n’ayant pas universitaire de premier cycle ;
La mesure de ce fonctionnement sereçu d’éducation ou du moins une
- 15,4 : part (en %) des Nancéiens
fonde sur la nomenclature des pro-éducation insuffisante. Selon Sen,
titulaires d’un diplôme universi-
fessions et catégories socioprofes-ce capital culturel n’avantage pas
tairedepremier cycle;
sionnelles de l’Insee, dite PCS 2003.seulement l’individu éduqué dans
- etc. La population résidente de chaquela vie économique et sociale, no-
commune lorraine est ventilée selontamment surlemarchédutravail, L’indicateur du niveau d’éducation
la nomenclature PCS 2003 ; onmais aussi dans toutes les circons- de la population de la commune de
opère de même pour ce qui est detances de la vie. Nancy vaut ainsi : 57,5.
Pour mesurer ce fonctionnement
«Être suffisamment éduqué», il faut Dénomination du diplôme Note attribuée au diplôme
ordonner les diplômes selon leur ni- Sans diplôme 0,000
veau. Les différents diplômes sont Certificat d’études primaires 0,125
BEPC, brevet 0,250donc classés par ordre croissant, de
CAP, brevet de compagnon 0,375la manière suivante :
BEP 0,500- Certificat d’études primaires ;
Baccalauréat général, brevet supérieur 0,625
- BEPC,brevet; technologique ou professionnel 0,750
er- CAP, brevet de compagnon ; Diplôme universitaire de 1 cycle 0,875
ème ème- BEP ; de 2 ou 3 cycle 1,000
5la masse des actifs travaillant dans - 0,88 : note attribuée à la catégorie et diversifié sont intenses en
chaque commune, que ces actifs y «artisans, commerçants et chefs Meurthe-et-Moselle et en Moselle,
résident ou non. d’entreprise» ; surtout dans les zones urbaines ;
mais beaucoup moins intenses dans- 4,03 : part (en %) des actifs tra-On classe ensuite les professions et
les Vosges, et encore moins dans lavaillant à Nancy (y résidant ou non)catégories socioprofessionnelles du
Meuse. (voir carte LO2)et exerçant soit la professionNiveau1dela PCS 2003 par ordre
d’«artisan», soit celle de «com-décroissant, de la condition sociale "Avoir les moyens
merçant», soit celle de «chefla plus élevée à la moins élevée, de
de l’accessibilité : posséder
d’entreprise» ;la façon suivante :
une voiture (LP1)"- Cadres et professions intellectuel- - etc.
Ce fonctionnement participe de la li-les supérieures ;
2°) Sur leur lieu d’habitat : berté procédurale de l’individu,- Artisans, commerçants et chefs
(1,00 x 11,4) + (0,88 x 1,78) + c’est-à-dire de ses possibilités ded’entreprise ;
(0,75 x 13,9) + (0,63 x 13,5) + faire ; il indique dans quelle mesure
- Professions intermédiaires ;
(0,50 x 0,02) + (0,38 x 6,98) + l’individu est mobile dans sa vie
- Employés ; (0,25 x 14,1) + (0,13 x 38,3) = 42,7 quotidienne. Si le fait de «pouvoir
accéder immédiatement aux com-- Agriculteurs exploitants ; où :
modités urbaines» (RE4) et d’«habi-- Ouvriers ; - 1,00 : note attribuée aux «cadres
ter à proximité des emplois» (RE5)et professions intellectuelles su-- Retraités ;
est important, le fait d’avoir lespérieures» ;
- Autres personnes sans activité moyens de transformer cette acces-
- 11,4 : part (en %) des Nancéiensprofessionnelle. sibilité potentielle en contact réel
(c’est-à-dire des personnes résidant àPour pouvoir calculer l’indicateur chif- l’est tout autant. Ce fonctionnement
Nancy) et faisant partie des «ca-fré de l’intensité des relations qu’en- est mesuré par la part des ménages
dres et professions intellectuellestretient l’individu avec un tissu social disposant d’au moins une voiture.
supérieures» ;favorable et diversifié, il est néces- L’absence de possession de voiture
saire d’attribuer plus ou moins arbi- - 0,88 : note attribuée aux «arti- n’est pas nécessairement la traduc-
trairement une note comprise entre 0 sans, commerçants et chefs d’en- tion de l’indigence du ménage, mais
et 1 à chacune des professions et ca- treprise» ; peut être la conséquence d’une im-
tégories socioprofessionnelles du Ni- possibilité de conduire, dont les cau-- 1,78 : part (en %) des Nancéiens
veau1dela PCS 2003. La note ses en peuvent être : absence de(c’est-à-dire des personnes résidant à
attribuée à chacune des professions permis de conduire, infirmité empê-
Nancy) et faisant partie des «arti-
et catégories socioprofessionnelles chant la conduite, grand âge…sans, commerçants et chefs d’en-
reflète l’effet bénéfique que celle-ci
treprise» ; Pour une moitié des communes lorrai-
procure à l’individu qui entretient des
nes, la part des ménages possédant- etc.relations avec elle, du point de vue de
une voiture est comprise entre 62,5%
son bien-être à lui. L’échelle des no- 3°) Finalement, l’indicateur syn- et 89,7% de l’ensemble des ménages
tes choisie est arithmétique, thétique de l’intensité des relations de la commune ; pour l’autre moitié
c’est-à-dire que le pas entre deux no- qu’entretiennent les Nancéiens avec des communes, entre 89,7% et 100%.
tes successives est constant, et égal un milieu social favorable et diversi- Il n’y a donc pas à proprement parler
à 0,13 ; cette échelle figure dans le fié s’obtient en additionnant celui re- de territoires sous-motorisés en voiture
tableau ci-après. latif à leur lieu de travail et celui en Lorraine. Toutefois, les communes
relatif à leur lieu d’habitat, soit :À titre d’exemple, l’indicateur de l’in- appartenant à la seconde moitié (celle
tensité des relations qu’entretien- 71,8 + 42,7 = 114,5 où la part de ménages possédant une voi-
nent les Nancéiens avec un milieu ture est plus forte) sont plus nombreusesOn divise ce nombre par 2, afin
social favorable et diversifié se cal- en Meurthe-et-Moselle et en Moselled’obtenir un au plus égal à
cule de la manière suivante : que dans la Meuse et les Vosges. En100, soit en fin de compte :
particulier, les communes appartenant1°) Sur leur lieu de travail :
114,5 / 2 = 57,3 à la première moitié des communes(1,00 x 20,1) + (0,88 x 4,03) +
Les relations qu’entretient la popula- (celle où la part de ménages possédant une(0,75 x 29,3) + (0,63 x 34,7) +
tion avec un milieu social favorable voiture est moins forte) sont nombreuses(0,50 x 0,07) + (0,38 x 11,8) +
(0,25 x 0,0) + (0,13 x 0,0) = 71,8
Dénomination des professions Note attribuée aux professionsoù :
et catégories socioprofessionnelles et catégories socioprofessionnelles- 1,00 : note attribuée à la catégorie
Cadres et professions intellectuelles supérieures 1,00«cadres et professions intellec-
Artisans, commerçants et chefs d’entreprise 0,88tuelles supérieures» ;
Professions intermédiaires 0,75
- 20,1 : part (en %) des actifs tra-
Employés 0,63
vaillant à Nancy (y résidant ou non)
Agriculteurs exploitants 0,50
et exerçant soit la profession de Ouvriers 0,38
«cadre», soit une «profession in- Retraités 0,25
tellectuelle supérieure» ; Autres personnes sans activité professionnelle 0,13
6dans une large bande sud des Vosges. La participation est faible dans la bien-être. Même s’il y contribue, le
(voir carte LP1) partie nord de la Meurthe-et-Moselle seul revenu d’un individu n’est donc
et de la Moselle. Cette partie nord de pas la seule mesure du bien-être.
la Lorraine est la bande frontalière qui C’est bien là, l’intérêt et la conclu-"Avoir les moyens
jouxte la Belgique, le Luxembourg et sion des travaux de la commissionde l’accessibilité :
l’Allemagne. (voir carte LP3) Stiglitz-Sen-Fitoussi.bénéficier de transports
On dispose au final de dix indicateurs Les communes ont tendance à êtrecollectifs (LP2)"
élémentaires, qui constituent la base entourées par des communes à si-
Ce fonctionnement est le complé-
communale d’information du bien-être tuation de bien-être équivalente,
mentaire du précédent : il décrit la
capabiliste pour la Lorraine. que l’on considère le critère capabi-
manière dont l’individu pallie l’impos-
liste ou le seul critère monétaire. En
sibilité d’utiliser l’automobile dans sa
langage statistique, on dit que leUn bien-être inégalement
vie quotidienne, pour une raison ou
bien-être capabiliste, ou le bien-êtreréparti dans l’espacepour une autre ; lorsque par exemple
monétaire, présentent une autocor-
une seule voiture est disponible pour Le niveau de bien-être capabiliste
rélation spatiale positive. En lan-
deux conjoints qui travaillent à des n’est pas immédiatement comparable
gage courant, on dirait que les
endroits très éloignés l’un de l’autre. à celui du bien-être monétaire, car ils
populations ayant des niveaux ou
On mesure ce fonctionnement en es- ne sont pas définis exactement de la
des modes de vie similaires habitent
timant l’offre en transports en com- même manière, quoique de façon ap-
les unes à côté des autres.
mun par commune, par la part des parentée. Toutefois, il est permis de
transports en commun parmi les dé- dire que le bien-être monétaire mesu- L’écart social entre les communes à
placements domicile-travail effectués ré à l’échelle communale est statisti- bien-être capabiliste élevé et celles à
avec un engin de transport (deux- quement plus dispersé que le faible se double
roues motorisé ou non, quatre-roues pour bien-être capabiliste : l’écart-type du ainsi d’un éloignement géographique
particulier, transports en commun) entre premier est de 8,2 ; celui du second entre ces deux types de communes.
la commune de résidence et la com- n’est que de 5,4. En d’autres termes, Le même constat peut être établi pour
mune de travail (la marche d’une part, les inégalités monétaires sont plus les communes à bien-être monétaire
les transports collectifs d’autre part, ne grandes que les inégalités mesurées élevé et celles à monétaire
sont pas des modes de déplacement par les autres facteurs. Or les reve- faible. Cette coïncidence des proximi-
substituables l’un à l’autre). nus sont un facteur déterminant dans tés géographique et statistique est tou-
la mesure du bien-être. tefois plus forte lorsque l’on mesure leLes transports en commun, pour ef-
bien-être d’un point de vue monétaire,fectuer les déplacements domi- Ainsi, le sillon lorrain concentre une
que d’un point de vue capabiliste. Cecile-travail, sont davantage utilisés majorité de communes ayant un
phénomène apparaît nettement dansdans les zones fortement urbani- bien-être élevé. Ce phénomène s’ex-
les franges sud-ouest de la Meuse etsées. Cela n’exclut pas toutefois plique en grande partie par le rôle d’en-
des Vosges, dans lesquelles les en-certaines particularités locales, traînement que joue le sillon dans la
sembles compacts de communes àcomme lorsqu’il existe un grand éta- région. Les zones d’emploi de Thion-
faible bien-être monétaire dominent da-blissement employeur, qui organise ville, Metz, Nancy, Épinal et Remire-
vantage que les ensembles compactsle transport collectif en autocar de mont concentrent les deux tiers des
de communes à faible bien-être capa-son personnel. (voir carte LP2) emplois régionaux. La présence d’em-
biliste. On retrouve ce même phéno-plois et de travailleurs frontaliers (pour le
mène dans la frange sud-est de lanorddelaLorraine) souvent mieux rému-"Être intégré à la vie sociale
Meurthe-et-Moselle et dans la frangenérés que la moyenne de la région estet politique (LP3)"
nord-est des Vosges.prégnante. Ce sont souvent des em-
Ce fonctionnement décrit le degré
plois offerts par des secteurs d’activités Il faut cependant garder à l’esprit qued’intégration de l’individu dans la so-
à plus forte valeur ajoutée et des em- ces résultats restent mesurés à l’é-ciété. En effet, on considère que
plois métropolitains supérieurs. chelle d’une commune, voire d’unl’individu peut d’autant mieux s’a-
Il est trivial de dire que de meilleurs échelon géographique plus important.dapter aux contraintes sociales, qu’il
revenus assurent un confort de vie Il faut donc les voir comme la traduc-s’intéresse à la vie de la cité et qu’il
plus grand, ouvrent des possibilités tion des phénomènes sociaux et envi-y participe. De fait, plus la conduite
d’accéder plus aisément aux loisirs, ronnementaux propres à chaquede la personne est adaptée au mi-
à la culture, à la possibilité de voya- terroir. Ces caractéristiques sont d’ail-lieu social dans laquelle elle vit, plus
ger… Autant d’éléments qui permet- leurs souvent héritées de l’histoire hu-est grande pour elle la possibilité
tent une meilleure qualité de vie et maine et économique de chaqued’agir en société, en vue d’atteindre
donc un meilleur bien-être. Mais, la territoire. Ces données ne se veulentau bien-être ou de l’accroître. Ce
prise en compte de dimensions sup- pas une mesure du «Où faut-il vivrefonctionnement est mesuré par le
plémentaires et non monétaires pour être heureux ?». Enfin, elles netaux de participation des Français
dans la mesure du bien-être réduit traduisent pas, loin s’en faut, la me-majeurs de chaque commune lor-
son champ de variabilité dans l’es- sure du bien-être individuel ressentiraine aux élections régionales de
pace lorrain, et donc nuance cette par chacun, qui par définition nous2010 (moyenne des taux des premier et
seule mesure monétaire du est propre. (voir cartes Bien-être)deuxième tours).
7Carte RE2 :Carte RE1 :
Proportion de logements qui ne sont pas sur-occupésRevenu fiscal médian annuel par unité de consommation
Nombre
deEn euros
communes
Nombre de(246)20 700 ou plus %
communes
(542)18 300 - 20 700 99 et plus (1668)
(756)16 600 - 18 300 De 98 à moins de 99 (184)
(534)15 300 - 16 600 De 97 à moins de 98 (145)
(261)Moins de 15 300 De 95 à moins de 97 (165)
Note : pour les communes de moins de 50 ménages, de ce fait couvertes par le secret statistique,
Moins de 95 (177)
le revenu fiscal médian par unité de consommation est estimé par le revenu fiscal médian
par unité de consommation du canton auquel elles appartiennent.
Source : DGFiP, Impôt sur le revenu des personnes physiques 2009
Source : MEEDDAT, CGDD, SOeS, Filocom 2007
Carte RE3 : Carte RE4 : Degré d'accessibilité spatiale
Indicateur de précarité d'insertion sur le marché du travail aux équipements de proximité
Nombre de Nombre de
communes communes
60 et plus (497) -2 à 0 (198)
De 55 à moins de 60 (810) -7 à -2 (576)
De 45 à moins de 55 (936) -11 à -7 (877)
De 40 à moins de 45 (71) -15 à -11 (534)
Moins de 40 (25) -25 à -15 (154)
Champ : population des 14 ans et plus
Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire
Source : Insee, Base Permanente des Équipements, 2008
8
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012Carte RE5 : Taux de stabilité spatiale
Carte LO1 : Niveau d'éducation de la population
de la population résidente active occupée
Part de la population résidente active occupée de la commune
qui occupe un emploi dans la commune
Nombre de
communes
Nombre de
55 et plus (102)% communes
De 45 à moins de 55 (475)
50 et plus (164)
De 35 à moins de 45 (1079)
De 30 à moins de 50 (373)
De 25 à moins de 35 (583)
De 10 à moins de 30 (1342)
Moins de 25 (100)
De5àmoinsde10 (261)
Moins de 5 (199) Champ : population de 14 ans ou plus
Source : Insee, recensement de la population 2007 - exploitation complémentaire Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire
Carte LO2 : Intensité des relations Carte LP1 : Part des ménages possédant
avec un milieu social favorable et diversifié au moins une voiture
Nombre de
communes Nombre de
% communes55 et plus (203)
96 et plus (173)De 50 à moins de 55 (620)
De 89 à moins de 96 (1116)De 45 à moins de 50 (885)
De 82 à moins de 89 (796)De 30 à moins de 45 (552)
Moins de 82 (254)Moins de 30 (79)
Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire
9
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012Carte LP2 : Part des déplacements domicile-travail Carte LP3 : Participation aux élections régionales
en transports en commun de 2010
Nombre de Nombre de
% %
communes communes
7 et plus (200) 60 et plus (416)
De4àmoinsde 7 (372) De 50 à moins de 60 (870)
De 40 à moins de 50 (824)De2àmoinsde 4 (623)
Moins de 40 (229)
Moins de 2 (1144)
Note : Part des transports en commun parmi les déplacements domicile-travail effectués
Note : en % de la population majeure françaiseavec un engin de transport (c'est-à-dire à l'exclusion de la marche).
Source : Insee, recensement de la population 2006 - exploitation complémentaire Source : Ministère de l’intérieur
Bien-être capabiliste Bien-être monétaire
Nombre deNombre de
communescommunes
Plus de 37,3 (500) Plus de 33,9 (488)
De 34,3 à 37,3 (454) De 29,2 à 33,9 (434)
De 32,2 à 34,3 (449) De 25,8 à 29,2 (472)
De 30,2 à 32,2 (443) De 22,9 à 25,8 (464)
Moins de 30,2 (493) Moins de 22,9 (481)
Source : InseeSource : Insee
10
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012
IGN - Insee 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.