Madagascar : La transition démographique sera encore longue.

De
Publié par

En 2003, Madagascar compte plus de 16 millions d'habitants. Avec un taux annuel de croissance démographique de 3%, la population malgache devrait doubler en vingt cinq ans, et atteindre 33 millions d'habitants en 2025. La mortalité restant élevée et l'immigration négligeable, la croissance rapide est due principalement au maintien d'une forte fécondité : l'indice synthétique de fécondité n'est passé que très récemment en dessous du seuil de six enfants par femme.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 146
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

ici et ailleurs
Madagascar
La transition démo
En 2003, Madagascar compte plus de 16 millions d’habitants.
Avec un taux annuel de croissance démographique de 3 %, la
population malgache devrait doubler en vingt cinq ans, et
atteindre 33 millions d’habitants en 2025. La mortalité restant
élevée et l’immigration négligeable, la croissance rapide est due
principalement au maintien d’une forte fécondité : l’indice
synthétique de fécondité n’est passé que très récemment en
Lexique dessous du seuil de six enfants par femme.
Indice synthétique de fécondité : indice
donnant une mesure du nombre moyen
Photo : Jean-Pierre Rollandadagascar fait actuellement partied’enfants mis au monde par une femme qui
connaîtrait, tout au long de sa vie, la des 25 pays “les plus féconds”
fécondité observée durant l’année pour Mau monde avec un indice syn-
laquelle on le calcule ; seules sont prises en thétique de fécondité de 5,8 enfants par
considération, dans le calcul de cet indice, femme en 2003. Et pourtant des change-
les femmes d’âge fécond (15-49 ans).
ments de fécondité sont en cours malgré
la grande diversité de situations démo-
graphiques au niveau régional, au-delà
Sources même des oppositions entre milieu rural
et milieu urbain.
Population Reference Bureau, 2003,
Fiche de données sur la population Les enfants de moins de 15 ansA Antananarivo, dans la capitale, la fécon-
mondiale, PRB, Washington, Etats-Unis. représentent près de la moitié de ladité est maintenant faible, autour de 2,5
population totale.
enfants par femme. Il y a une réelleInstitut National de la Statistique,
Direction de la Démographie et des volonté de limiter le nombre de naissan-
Statistiques sociales, 1998, Enquête ces, volonté qui s’exprime notamment
peu de comportements visant à la limi-démographique et de santé 1997, par une pratique de la contraception relati-
MACRO International, Calverton, ter. Une pratique contraceptive faible,
vement fréquente : on estime que plus deMaryland, USA. une nuptialité précoce, peu d’allaitement
la moitié des femmes de 15 à 49 ans en
exclusif, une durée d’abstinence post- union utilisent une méthode contracep-
Direction des Statistiques des ménages, partum courte, autant de facteurs qui
tive traditionnelle ou moderne.2003, Enquête auprès des ménages font douter de la baisse de la fécondité
2001, INSTAT. dans un proche avenir dans ces troisA l’opposé, trois des six provinces (Fia-
régions.Politique Nationale de Promotion de la narantsoa, Mahajanga, Toliary) ont encore
Femme, Pour un développement un niveau de fécondité supérieur à six
On ne verra diminuer de façon significa-équilibré homme – femme, octobre enfants par femme. La fécondité y est
2000, République de Madagascar. tive la fécondité à Madagascar que lorsque
quasiment “naturelle”, il n’y a pas ou
la transition aura réellement débutéRazafimanjatovo J., Randriamanjakasoa
J. H., Rabeza V., Rakotondrajaona N., dans toutes les provinces et dans tou-Indicateurs démographiques de
Allman J., 2001, La situation tes les catégories de population. Jus-
Madagascar en 2003démographique de Madagascar, qu’à aujourd’hui, la limitation des
Population 56 (4).
Population naissances reste l’apanage des cou-17 000 000
United Nations, 2004, World ples urbains éduqués ayant accès
Urbanization Prospect, The 2003 Taux de natalité (‰) aux services de santé.43
Revision, UNPD, Population Division.
Taux de mortalité (‰) 13UNDP, 2004, Human Development En termes de fécondité, l’un des
Report 2002, United Nations grands problèmes de santé publique
Accroissement naturel annuel (%)Development Program, Oxford 3 est la précocité des grossesses : la
University Press.
maternité précoce a souvent des
Taux de mortalité infantile (‰) 85 effets néfastes sur la santé de la
mère mais aussi sur la scolarisationIndice synthétique de fécondité 5,8L’auteur de l’adolescente et sur son avenir
tout entier. La fécondité des adoles-Espérance de vie à la naissance 55 ans
Bénédicte Gastineau est démographe, centes à Madagascar n’est pas
chargé de recherche à l’Institut de
Taux d'urbanisation (%) négligeable puisque un tiers des27Recherche pour le Développement
15-19 ans ont commencé leur vie(IRD).
Source : Population Reference Bureau, 2003. reproductive et la moitié des jeunes
économie 3e trimestre 200426 DE LAREUNIONici et ailleurs
graphique sera encore longue
milieu rural (105 ‰). Grossesses préco- nuait immédiatement au point que chaque
Densité ces ou tardives, grossesses rapprochées, couple n’avait plus que deux enfants, la
grossesses nombreuses sont autant de population continuerait à augmenter pen-de la population
Antsiranana facteurs qui expliquent que la mortalité dant les quarante à cinquante prochaines
des enfants reste forte. D’où la nécessité années, jusqu’à ce que les jeunes généra-
de promouvoir une planification des tions sortent de leur période de repro-
naissances auprès des couples permet- duction.
tant d’espacer et de limiter les grosses-
Malgré l’accélération de l’exode rural,
ses et ainsi de minimiser les risques deMahajanga Madagascar restera encore longtemps unToamasina décès des enfants.
pays peu urbanisé : moins d’un tiers de
Bien évidemment d’autres facteurs entrent la population vit actuellement en zone
Antananarivo
en jeu. Parmi les plus importants citons urbaine (27 % en 2003) et il faudra
le faible encadrement médical des accou- attendre 2030 pour atteindre un taux
chements. A Madagascar, l’accouche- d’urbanisation proche de 50 %.
Fianarantsoa ment à domicile (65 % en 1997) reste
Le processus de transition démographique
plus fréquent que l’accouchement dans
va être long et l’indice synthétique deun centre médicalisé. Ce qui est surpre-Habitants
au km2 fécondité devrait passer sous la barre denant et inquiétant, c’est que la proportion
62 5 enfants par femme aux alentours deToliary d’accouchements médicalisés a régressé23 -28 2010 et sous la barre de 4 enfants par
au cours des années quatre-vingt-dix : de9 - 11
femme en 2020. Quant à la mortalité46 % en 1992 à 35 % en 1997. Les chif-
infantile, elle pourrait continuer à dimi-fres semblent stagner jusqu’à aujourd’hui.
nuer pour se situer autour de 60 ‰ enSource : Recensement de 1993. Ce faible encadrement des naissances
2020. La population malgache va donc
n’est pas sans conséquences sur la santé
rester une jeune avec environ
des mères et des nourrissons.
40 % de moins de quinze ans.femmes de 18 ans sont déjà mères. Les
grossesses non désirées chez les jeunes La diminution de la mortalité infantile
Madagascar qui occupe actuellement leest une condition sine qua non à unefilles débouchent parfois sur des avorte- e
55 rang mondial en termes d’effectif debaisse significative de la fécondité. Ellements clandestins, dont on ne soupçonne
population, devrait se retrouver en 2050
est évidemment une variable essentiellel’ampleur qu’à partir des graves compli- e (1)au 38 rang . La grande île deviendrait
cations qui se présentent dans les struc- parce qu’elle permet d’assurer une même
ainsi de par sa population une nationtaille de famille avec moins de naissan-tures sanitaires. Une adolescente sur six
importante de la grande région deces. A Madagascar, l’enfant reste lareconnaît avoir tenté de se faire avorter,
l’Afrique Orientale. En 2003, l’Afrique
seule “assurance vieillesse”.et la même proportion déclare s’être fait
du Sud, le Kenya et même le Mozam-
avorter au moins une fois.
bique sont plus peuplés que Madagascar
Une population en forte (respectivement 44, 30 et 18 millions
La mortalité des enfants croissance d’habitants, contre 16 millions à Mada-
gascar). Les taux de croissance démo-encore élevée
graphique prévus jusqu’en 2050 sontLa population de Madagascar est appelée
à croître encore rapidement pendant plu- nettement plus faibles pour les trois paysLa mortalité des enfants de moins d’un
sieurs décennies. En effet, même si le continentaux que pour Madagascar et enan reste particulièrement élevée (85 ‰).
2050, la Grande île devrait compter 6niveau de fécondité élevé actuel dimi-Cependant depuis quelques années, la
millions d’habitants de plus que l’Afriquetendance est à la baisse. Au cours des
du Sud, 2 millions de plus que le Kenyaannées quatre-vingt, on a pu assister à
Photo : Jean-Pierre Rolland et 15 millions de plus que le Mozam-une hausse de la mortalité, hausse qui
bique.coïncide avec la crise économique et qui
est liée d’une part à la dégradation du
Bénédicte GASTINEAU
système de santé, d’autre part à la recru-
descence des maladies contagieuses,
infectieuses et parasitaires. La baisse de la
mortalité infantile des années quatre-
vingt-dix reste modeste. Comme on pou-
(1) Les projections de population présentées ici sont
vait s’y attendre, la mortalité des enfants celles réalisées par les Nations Unies. Les Nations
de moins d’un an est nettement plus Unies calculent des projections selon plusieurs
scénarios (fécondité faible, moyenne et forte), nousfaible en milieu urbain (78 ‰) et en par-
avons choisi les résultats basés sur une féconditéPlus des deux tiers de la popula-ticulier dans la capitale (56 ‰) qu’en
moyenne.tion malgache vit en zone rurale.
économie3e trimestre 2004
DE LAREUNION 27

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.