Migrations

De
Publié par

La croissance de la population régionale est avant tout le fait d'échanges migratoires favorables à la Corse. Entre 1990 et 1999, 40 000 personnes sont venues s'installer dans la région, tandis que 30 000 la quittaient. Ces nouveaux insulaires proviennent en nombre des régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Île-de-France.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 7
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

POPULA TION
Dé fi ni tion sa crois sance de la po pu la tion ré gio nale entre 1990 Let 1999 est avant tout le fait d’ échan ges mi gra toi -
Mi gra nt : per sonne ayant chan gé de région de
res fa vo ra bles à la Corse. Ceux-ci vien nent au se cours ré si dence entre 1990 et 1999.
d’une na ta li té la bo rieuse : en neuf ans, les nais san ces Ne sont pas comp ta bi li sées : les mi gra tions
n’ont ex cé dé les dé cès que d’un peu moins de 800 uni -
vers l’étran ger, les per son nes dé cé dées au
tés. Du rant la même pé riode, près de 40 000 per son nes cours de la pé riode, ain si que les per son nes
sont ve nues (ou re ve nues) s’ins tal ler dans la ré gion, ayant ef fec tué un al ler-re tour au cours de la
tan dis qu ’en vi ron 30 000 la quit taient. Ce pen dant, les
pé riode. Il n’est pas tenu compte des mi gra -
re cen se ments ne per met tent pas de quan ti fier le
tions in ter mé diai res : les dé pla ce ments sont
nombre de per son nes qui ont quit té l’île après mars étu diés par com pa rai son des lieux de ré si -
1990, puis y sont re ve nues avant mars 1999.
dence en 1990 et en 1999, sans que les mi gra -
Les nou veaux in su lai res pro vien nent en nombre des
tions ayant pu avoir lieu dans l’in ter valle soient
ré gions Pro vence-Alpes-Côte d’Azur (près de 10 000 ar -
connues. Pour les en fants nés entre 1990 et
ri vants, dont 5 000 des Bou ches-du-Rhône) et
1999, on consi dère que le lieu de ré si dence en
Île-de-France (8 000), qui con tri buent à el les deux plus
1990 est ce lui de la mère. Ils sont donc consi -
que tou tes les au tres ré gions fran çai ses réu nies. Par ail -
dé rés comme mi grants si leur mère est
leurs 7 200 per son nes sont ar ri vées de l’é tran ger.
elle-même mi grante, et ce, même s’ils sont
Deux ré gions de l’île bé né fi c ient par ti cu liè re ment, en
nés après la date de la mi gra tion. Le re cen se -
pro por tion, de cet ap port de po pu la tion : le sud d’une
ment de la po pu la tion de 1999 ne donne au -
part, du Va lin co jus qu ’au centre de la plaine orien tale,
cune in for ma tion sur les émi grants vers
et les deux mi cro ré gi ons mi toyen nes de Ba lagne et de
l’étran ger qui ont quit té le ter ri toire na tio nal.
Cal vi d’autre part.
Mi cro ré gion : voir dé fi ni tion au mot-clé 01.8.Ces nou veaux ar ri vants con tri buent à frei ner le vieil -
lis se ment de la po pu la tion in su laire , leur pro fil étant Re cen se ment de la po pu la tio n : voir dé fi ni tion
re la ti ve ment jeune : seu le ment 15 % ont 60 ans ou plus au mot-clé 03.1.
et 63 % ont moins de 40 ans. L’i mage d’un main tien de
la po pu la tion ne re po sant que sur le re tour des re trai tés
se trouve donc écornée : la ré gion at tire aus si de jeu nes
ac tifs.
En sens in verse, sur les 30 000 per son nes qui ont quit té
la Corse entre 1990 et 1999, 23 000 se sont ins tal lées en
France mé tro po li ta ine. Un tiers d’entre el les ha bi ten t
au jourd ’hui la ré gion Pro vence-Alpes-Côte d’Azur.
L’Île-de-France et le Lan gue doc-Rous sil lon ont at ti ré
cha cun en vi ron 3 000 in su lai res. Par mi les émi gnants,
17 % sont des étu diants ou des élè ves de plus de quinze ans.
Voir aus si Sour ces
« La Corse at tire mais ne re tient pas » - [1] Re cen se ment de la po pu la tion 1999 -
Eco nomie Corse, n° 95 - Insee - Avril 2001 - www.insee.fr/corse Insee
« Pre miers ré sul tats dé tail lés du re cen se ment de la
po pu la ti on 1999 » -
Eco nomie Corse hors série, n° 3 - Insee, CTC - Sep tembre
2000 - www.insee.fr/corse
« Emploi, lo ge ment et mo bi li té ré si den tielle » -
Eco nomie et Sta tis tique, n° 349-350 - Insee - Mai 2002 -
www.insee.fr
TEC 200552



Mi gra tions 03.9
MIGRATIONS RÉSIDENTIELLES ENTRE 1990 ET 1999 [1]
Corse-du-Sud Haute-Corse Corse France mé tr o po li t aine
Ensemble 118 558 141 591 260 149 58 520 688
er lieu de ré si dence au 1 jan vier 1990 :
Même lo ge ment 63 433 75 245 138 678 29 390 750
Même com mune 87 996 98 742 186 738 38 863 513
Même dé par te ment 99 264 117 999 217 263 48 520 668
Même ré gion 100 768 119 971 220 739 51 734 349
France mé tro po l i tai ne 115 336 136 989 252 325 57 222 378
Dom-Tom 297 374 671 163 949
Etran ger 2 925 4 228 7 153 1 134 361
STRUCTURE PAR AGE DES MIGRANTS [1]
Immi grants (yc de l'étran ger) Immi grants* Emi gr ants*
Âge effec tif % effec tif % effec tif %
moins de 25 ans 12 467 31,7 9 554 29,6 9 872 41,9
de 25 à 39 ans 12 347 31,3 9 863 30,6 6 436 27,4
de 40 à 59 ans 8 603 21,8 7 410 23,0 5 223 22,2
de 60 à 74 ans 4 655 11,8 4 315 13,4 1 269 5,4
75 ans ou plus 1 338 3,4 1 115 3,5 730 3,1
To tal 39 410 100 32 257 100,0 23 530 100
* échan ges avec la France mé tro po li taine et les Dom
LES NOUVEAUX ARRIVANTS MIGRATIONS CORSE-CONTINENT
EN CORSE PAR MICROREGION ENTRE 1990 ET 1999 [1]
EN 1999 [1]
Part des nouveaux
arrivants en Corse Nombre total de départs de Corse : 22 889’arrivées en Corse : 31 586(%) Cap
Corse
17,5 et plus
de 15,5 à 17,5
Saint-Florent
moins de 15,5
Balagne Bastia
Ponte-Leccia
Casinca
Calvi
Campuloru
CorteSevi- Bravone
in-Fora
Sevi-
in-Dentru
Travu 9 800
Ajaccio
4 900Taravo
Alta-
Rocca
Valinco
Départs vers la Corse
Sartenais
Extrême Arrivées en provenance de Corse
sud
TEC 2005 53
C Insee - IGN
C Insee - IGN

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.