Migrations d'Aquitaine entre 1990 et 1999

De
Publié par

Quelque 385 000 personnes,soit près d'un Aquitain sur neuf en 1999, n'habitaient pas la région en 1990. Les échanges, arrivées comme départs, sont importants avec l'Ile-de-France et les régions voisines de l'Aquitaine. Les nouveaux arrivants sont souvent actifs et accompagnés d'enfants, mais sont aussi retraités. Si les premiers s'installent beaucoup en Gironde et contribuent au rajeunissement de ses zones urbaines, les derniers lui préfèrent les autres départements d'Aquitaine et plutôt la campagne. Le lieu d'installation, urbain, périurbain ou rural, est lié à l'âge et au type d'activité. Tableaux, Graphiques, Cartes, Définitions.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
MIGRATIONS D’AQUITAINE
ENTRE 1990 ET 1999
Quelque 385 000 personnes,
soit près d’un Aquitain sur neuf en 1999,
n’habitaient pas la région en 1990.
enregistrent un accroissement important du fluxLes échanges, arrivées comme départs,
migratoire. Notre région reçoit 36 500 personnes
sont importants avec l’Ile-de-France
supplémentaires par an, provenant des autres régions
et les régions voisines de l’Aquitaine. de métropole. Ils n’étaient que 35 500 au cours de la
Les nouveaux arrivants sont souvent actifs précédente période intercensitaire.
et accompagnés d’enfants, Fortes migrations avec l’Ile-de-France
mais sont aussi retraités. et les régions voisines
Si les premiers s’installent beaucoup Trois régions de métropole fournissent l’essentiel des
en Gironde et contribuent nouveaux arrivants en Aquitaine : l’Ile-de-France
(30%), Midi-Pyrénées (12%) et Poitou-Charentesau rajeunissement de ses zones urbaines,
(8%). Le Limousin ne contribue à ce flux qu’à hauteurles derniers lui préfèrent
de 10 000 personnes. Toutefois, lorsqu’on ordonne
les autres départements d’Aquitaine
les contributions des régions en fonction de leur po-
et plutôt la campagne.
pulation, apparaît alors l’importance de la proximité.
eLe lieu d’installation, urbain, L’Ile-de-France n’est plus qu’en 4 position, derrière
les trois régions limitrophes de l’Aquitaine.périurbain ou rural,
est lié à l’âge et au type d’activité.
Simultanément, de nombreux Aquitains ont quitté la
région entre 1990 et 1999. Compte tenu de l’organi-
sation des recensements, seuls les départs à destina-
Sur les 384 941 personnes venues s’établir en Aqui- tion de France métropolitaine sont connus. Ils
taine entre 1990 et 1999, 329 114 habitaient une s’orientent principalement dans trois directions :
autre région métropolitaine (ceux-ci constituent la d’abord vers la région Ile-de-France, puis vers les
population étudiée dans ce document) et le reste
Solde migratoire par région entre 1990 et 1999arrivait de l’outre-mer français (9 567) ou d’un pays
étranger (46 260), ces derniers étant de nationalité Languedoc−Roussillon 146 855
Provence−Alpes−Côte-d'Azur 145 408
Aquitaine 110 900étrangère pour moitié d’entre eux. Réciproquement,
Midi−Pyrénées 105 858
72 165Bretagne218 200 personnes ont quitté l’Aquitaine pour une
Rhône−Alpes 64 684
Pays de la Loire 56 865autre région entre les mêmes dates. Au total, la ba-
Centre 42 416
Poitou−Charentes 41 075
lance positive avec le reste de la métropole de Alsace 16 083
Limousin 13 193e
110 900 personnes, place l’Aquitaine au 3 rang des Auvergne 8 761
Corse 8 697
Bourgogne 4 826régions françaises pour l’accroissement de la popu-
Basse−Normandie −5 035
Franche−Comté −12 781lation dû au solde migratoire. Elle explique 97% de
Picardie −13 009
Haute−Normandie −23 093la croissance de la population de notre région.
Champagne−Ardenne −41 043
Lorraine −57 668
−117 896Nord−Pas−de−Calais
Ile−de−France −567 261L’attractivité dont bénéficie l’Aquitaine est com-
−600 −450 −150 150−300 0
mune aux autres régions méridionales. Cependant, (en milliers)
Source : Insee - Recensement de la population de 1999parmi celles-ci, seules l’Aquitaine et Midi-PyrénéesINSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 96
JUILLET 2001Destination des personnes ayant quitté l'Aquitaine entre 1990 et 1999Origine régionale des nouveaux arrivants en Aquitaine entre 1990 et 1999
Ile−de−France 46 185Ile−de−France 99 772
Midi−Pyrénées 42 139Midi−Pyrénées 40 194
Poitou−Charentes 21 324Poitou−Charentes 27 185
16 250Provence−Alpes−Côte d'AzurProvence−Alpes−Côte d'Azur 18 804
Languedoc−Roussillon 12 963Centre 16 589
Rhône−Alpes 11 996Rhône−Alpes 15 051
Pays de la Loire 9 729Pays de la Loire 13 361
9 650CentreNord− Pas−de−Calais 12 730
Limousin 9 016Languedoc−Roussillon 10 657
Bretagne 7 424Limousin 10 553
Lorraine 4 450Bretagne 10 070
4 110Lorraine 8 988 Nord− Pas−de−Calais
3 195Picardie 8 077 Alsace
Auvergne 3 149Haute−Normandie 7 687
Champagne−Ardenne 5 885 Picardie 3 086
3 024Auvergne 5 262 Haute−Normandie
2 872Bourgogne 5 038 Bourgogne
Champagne−Ardenne 2 510Alsace 4 756
Basse−Normandie 4 500 Basse−Normandie 2 117
Franche−Comté 2 843 Franche−Comté 1 711
1 314Corse 1 112 Corse
0 20 40 60 80 100 010 20 30 40 50
(en milliers) (en milliers)
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
régions limitrophes à l’exception duOrigine des nouveaux arrivants en Aquitaine
Limousin, et enfin vers les autres ré-
gions du sud de la France. Midi-Pyré-
nées attire presque autant d’Aquitains
que l’Ile-de-France, 42 139 contre
46 185.
Au final, le solde migratoire de l’Aqui-
taine est excédentaire voire très excé-
dentaire avec toutes les régions
Commune métropolitaines à l’exception de la
de résidence
en 1990 Corse, Midi-Pyrénées et Langue-
doc-Roussillon.
4 000
Actifs, enfants mais aussi retraités,
2 000 nombreux parmi les arrivants
500 Les arrivées en Aquitaine sont en majori-
té le fait de personnes en âge d’activité,
notamment de plus 40 ans, souvent ac-
compagnées d’enfants, et dans une
moindre mesure de personnes de 60 ans
ou plus.
© INSEE-IGN 2001
Les départs interviennent sensiblement
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
plus tôt, à l’âge des études et au début
de la vie active, soit de 18 à 40 ans.
Structure par âge entre 1990 et 1999
Taux pour mille Leur destination privilégiée est
40
l’Ile-de-France. Du fait de la relative jeu-
35
nesse de ces partants, les enfants qui
30 éventuellement les accompagnent sont
Arrivants
25 en bas âge.Partants
Population en 1999
20
Globalement, le mouvement migratoire,
15
arrivées et départs, n’amène pas un ra-
10
jeunissement significatif de la popula-
5 tion aquitaine. En revanche, entre 1990
0 et 1999, il conduit à une augmentation
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
Age notable de la population active, de
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
oN 96
JUILLET 2001l’ordre de 37 000 personnes, dont Destination des nouveaux arrivants en Aquitaine
13 000 demandeurs d’emploi. La pro-
portion de femmes parmi les sans-em-
ploi (chômeurs et inactifs) est
notablement supérieure à celles des
hommes, aussi bien parmi les arrivées
que les départs. Inversement les actifs
masculins sont relativement plus nom-
breux. Ces observations, déjà faites lors
des périodes intercensitaires précéden-
tes, sont importantes, compte tenu de
leurs conséquences sur le marché du
travail régional.
Les personnes qui ont quitté l’Aquitaine
sont en possession d’un emploi pour
46% d’entre elles (voir tableau 2). Cette
proportion n’atteint que 38% parmi les
entrants ainsi que 38% dans la popula-
Commune
de résidencetion totale régionale. Il y aurait donc
en 1999
une forte proportion de jeunes à la re-
1 000cherche d’un premier ou d’un second
emploi qui quittent la région.
500
La part des personnes se déclarant au
100chômage au moment du recensement
est plus élevée parmi les entrants que
© INSEE-IGN 2001
parmi les sortants (8,7 contre 7,2%).
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Cette différence correspond à des effec-
tifs nettement plus importants parmi les
entrants, 28 484 contre 15 651 sortants. mais aussi 12,2% des partants, la popu- L’attractivité des Landes par rapport à la
Cela ne signifie pas pour autant qu’ils lation régionale dans son ensemble taille de sa population est la plus élevée
étaient au chômage au moment de leur n’en comptant que 4% en 1999. Ces d’Aquitaine (voir tableau 3).
migration. catégories sont connues pour être par-
L’immigration vers la Dordogne, le
mi les plus mobiles. En rapport avecLes anciens actifs (retraités), avec près
nord de Lot-et-Garonne ou le sud des
leur relative jeunesse, la proportion dede 41 000 arrivants, sont 2,5 fois plus
Landes est éparse, mais localisée ma-
gens diplômés parmi les migrants estnombreux que chez les partants, ce qui
joritairement dans les villes et les gros
également plus importante que dans la
confirme l’attractivité de l’Aquitaine bourgs le long des principales vallées.
population résidante : 37,3% des en-
pour cette catégorie de population. Les installations de migrants dans les
trants et 45,4% des sortants déclarent
Pyrénées-Atlantiques sont surtout re-Enfin, l’Aquitaine qui accueille plus de au recensement de 1999 détenir un di-
groupées autour des aires urbaines de33 000 élèves et étudiants de 1990 à plôme égal ou supérieur au bac. Globa-
Bayonne et de Pau qui concentrent les1999 en voit partir 25 000. lement dans la région, la proportion de
deux tiers de la population départemen-
bacheliers n’atteint que 24%.
Niveau élevé des emplois occupés tale. Enfin l’agglomération de Bordeaux
par les actifs migrants Attractivité variable et le bassin d’Arcachon sont les deux
selon les départements zones qui polarisent les nouveaux arri-
Lorsqu’ils exercent une activité profes-
vants en Gironde.
sionnelle, les migrants occupent sou- En Aquitaine, la répartition des arrivants
vent des emplois qualifiés et tertiaires et des partants n’est pas exactement Par rapport à l’activité exercée, la Gi-
avec des positions hiérarchiques éle- proportionnelle à la population des dé- ronde est le département le plus aty-
partements, bien que très corrélée avecvées. Les ingénieurs ou les cadres repré- pique d’Aquitaine. Elle accueille une
sentent 8,1% des nouveaux arrivants elle. proportion dominante d’actifs ayant un
oN 96
JUILLET 2001oN 96
JUILLET 2001
emploi ou d’étudiants, alors que les forte présence de jeunes adultes dans le inactifs, jeunes ou non. Bien que par-
nouveaux arrivants en Dordogne, Lan- centre de ces grosses agglomérations. tout non négligeables, les arrivants inac-
des, Lot-et-Garonne ou Pyrénées-Atlan- Inversement, dans ces communes les tifs deviennent majoritaires à la péri-
tiques sont majoritairement des arrivants très jeunes ou en fin de vie ac- phérie de ces espaces urbains. Ces
personnes déclarées à la retraite, inacti- tive et en début de retraite sont sous-re- cantons présentent des caractéristiques
ves ou au chômage. Parmi les sortants, présentés. environnementales proches des cantons
la Gironde se distingue encore par le les plus ruraux ; c’est pourquoi le
Âge et fin d’activité croissent
contingent, fort d’actifs ayant un emploi nombre de retraités y devient important.
avec l’éloignement du centre des
et faible d’étudiants, qui la quitte pour agglomérations La grande majorité des personnes en
une autre région de métropole. Les
début de retraite et à la retraite, en pro-
quatre autres départements enregis-
Une gradation s’opère ensuite avec venance de l’extérieur de la région,
trent une proportion notablement su-
l’éloignement du centre des principales s’installent dans le reste de l’espace ru-
périeure des arrivées sur les départs agglomérations. L’âge des nouveaux ar- ral aquitain. Le littoral, notamment ce-
parmi les retraités (voir tableau 4). rivants s’élève ainsi que, dans un pre- lui des Landes, le Pays basque intérieur,
mier temps, la proportion des actifs quiLa typologie des cantons d’Aquitaine, la Dordogne, sauf l’aire urbaine de Péri-
s’installent dans les couronnes urbai-selon les tranches d’âges quinquennales gueux, se prolongeant sur les coteaux
nes. Ensuite, la part des actifs diminue etet le type d’activité des nouveaux arri- nord de Lot-et-Garonne, et les confins
l’âge continue d’augmenter.vants (voir verso de l’encart), montre les de la Haute-Lande sont leurs lieux de
fortes incidences des espaces urbains et destination privilégiés. Cet espace, glo-
Une partie importante de la Gironde, de
de leur structure interne dans la réparti- balement peu peuplé, n’accueille
l’est des Pyrénées-Atlantiques, et la
tion des immigrants. De même, elle ré- qu’un faible, voire anecdotique, contin-
presque intégralité des aires urbaines
vèle le rôle des cantons ruraux vis-à-vis gent de jeunes adultes. On y compte
des chefs-lieux de département rassem-
de leur installation en Aquitaine. peu de familles avec enfants ou d’étu-
blent les cantons d’accueil privilégiés
diants. Corollairement, les actifs y sont
par les personnes arrivant en AquitaineLes nouveaux Aquitains étudiants se
peu nombreux.
concentrent dans les communes uni- avec leur famille. En effet, dans ces es-
versitaires de Bordeaux, Pessac, Ta- paces urbains s’installent majoritaire-
lence et Pau. Ils contribuent ainsi à la ment des actifs ayant un emploi, et des Eric AMRANE
Méthodologie POUR EN SAVOIR PLUS…
A l’occasion des recensements de population est posée une question concernant le lieu d’habitation “Les migrations en France entre 1990er
au 1 janvier du recensement antérieur. L’exploitation des réponses à cette question permet d’établir
et 1999 - Les régions de l’Ouest de plus
les caractéristiques des personnes ayant changé de logement, et a fortiori de département ou de région
en plus attractives” - Insee Première
d’habitation, entre deux recensements. Mais cette déclaration ne permet pas de connaître les person-
n°758-Février 2001 - (4 pages) - 2,29 eu-nes qui, tout en ayant changé plusieurs fois de lieu d’habitation entre les deux recensements, résident
ros ; 15 francs.en 1999 au même endroit qu’en 1990. De fait, si l’on considère toutes les personnes ayant changé de
lieu de résidence, la population totale migrante est bien supérieure à celle étudiée dans ce document.
Un enfant né entre 1990 et 1999 sera considéré comme migrant si la personne de référence du mé-
nage auquel il appartient est elle-même considérée comme migrante ; quel que soit son lieu de nais-
sance effectif.
Directeur de la publication : Michel Schrantz - Rédacteur en chef : Paul Ahmed Michaux -
Assistante de rédaction : Mireille Dalla-Longa - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e© INSEE 2001 - n° ISSN 1246-3809 - Dépôt légal 3 trimestre 2001
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA9608
Prix : 2,29€ (15 FF) - Abonnement : France : 12 numéros 22,87€ (150 FF) - Étranger : 28,51€ (187 FF)
Étranger par avion : 30,79€ (202 FF)Caractéristiques des migrants d’Aquitaine en 1999
Tableau 1 : Classes d’âges
Population d’Aquitaine Arrivées en Aquitaine Départs d’Aquitaine
Effectifs % Effectifs % Effectifs %
Moins de 18 ans 569 281 19,6 83 867 25,5 50 082 23,0
18-24 ans 250 543 8,6 32 451 9,9 26 344 12,1
25-39 ans 597 812 20,6 101 039 30,7 86 650 39,7
40-59 ans 767 228 26,4 69 065 21,0 36 854 16,9
60-64 ans 146 873 5,0 12 882 3,9 4 196 1,9
65-74 ans 302 071 10,4 18 701 5,7 7 136 3,3
75 ans ou plus 275 145 9,5 11 109 3,4 6 952 3,2
Total 2 908 953 100,0 329 114 100,0 218 214 100,0
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Note de lecture : La capacité à changer de région de domicile à destination ou au départ de l’Aquitaine augmente avec l’âge puis décroît à partir de la classe
40-59 ans. Les 25-39 ans forment le gros contingent des migrants. Ils représentent 30,7% des nouveaux arrivants et 39,7% des partants de notre région. Par
comparaison, l’Aquitaine en 1999 n’en comptait que 26,4%.
Tableau 2 : Activités
Population d’Aquitaine Arrivées en Aquitaine Départs d’Aquitaine
Effectifs % Effectifs % Effectifs %
Actifs ayant un emploi 1 115 347 38,3 125 371 38,1 101 181 46,4
Chômeurs 172 502 5,9 28 484 8,7 15 651 7,2
Militaires du contingent 4 353 0,1 404 0,1 260 0,1
Anciens actifs 618 403 21,3 40 930 12,4 16 085 7,4
Elèves, étudiants,
stagiaires non rémunérés 253 978 8,7 33 412 10,2 25 079 11,5
Moins de 15 ans
ou autres inactifs 744 370 25,6 100 513 30,5 59 958 27,5
Total 2 908 953 100,0 329 114 100,0 218 214 100,0
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Note de lecture : Entre 1990 et 1999, les retraités (anciens actifs) n’ont représenté que 12,4% des entrants et 7,4% des sortants. Par comparaison, ils étaient
21,3% en Aquitaine en 1999.
Tableau 3 : Arrivants et partants par département
Population d’Aquitaine Arrivées en Aquitaine Départs d’Aquitaine
Effectifs % Effectifs % Effectifs %
Dordogne 388 385 13,4 45 910 13,9 29 480 13,5
Gironde 1 287 532 44,3 146 899 44,6 101 405 46,5
Landes 327 443 11,3 40 750 12,4 23 053 10,6
Lot-et-Garonne 305 396 10,5 30 870 9,4 23 755 10,9
Pyrénées-Atlantiques 600 197 20,6 64 685 19,7 40 521 18,6
Total 2 908 953 100,0 329 114 100,0 218 214 100,0
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Tableau 4 : Activités des migrants par département
Arrivées en Aquitaine en % Départs d’Aquitaine en %
Dordogne Gironde Landes Lot-et- Pyrénées- Dordogne Gironde Landes Lot-et- Pyrénées-
Garonne Atlantiques Garonne Atlantiques
Actifs ayant un emploi 34,6 40,7 35,2 36,4 37,3 44,1 48,1 44,6 44,6 45,8
Chômeurs 9,2 8,1 9,2 9,3 8,9 7,3 7,2 6,5 7,5 7,1
Militaires du contingent 0,1 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,2 0,1
Anciens actifs 19,2 8,1 16,5 15,1 13,6 9,6 6,5 7,5 8,8 7,1
Elèves, étudiants,
stagiaires non rémunérés 6,1 13,5 6,3 7,0 9,4 13,1 9,6 12,3 12,6 13,9
Moins de 15 ans
ou autres inactifs 30,9 29,5 32,7 32,1 30,6 25,8 28,5 29,0 26,3 25,9
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
oN 96
JUILLET 2001Caractéristiques des nouveaux arrivants
Comment les arrivants se répartissent-ils sur le territoire régional en fonction de leur âge ou de leur activité ? Distingue-t’on les cantons où ces nouveaux ar-
rivants sont plutôt jeunes ou plutôt âgés ? Quelle est la destination la plus fréquente parmi les actifs ayant un emploi et parmi les retraités ?
Les deux cartes figurant ci-dessous constituent un essai de réponse à ces questions. Chaque canton de la carte de gauche est coloré en fonction de la struc-
ture par âge des nouveaux arrivants dont il se rapproche le plus. Les cantons de la carte de droite le sont selon la répartition par type d’activité. Dans les deux
cas, il apparaît que le caractère urbain ou rural des cantons joue un rôle déterminant sur la structure de leurs nouveaux habitants. En particulier, l’espace ru-
ral, relativement homogène en ce qui concerne l’âge des arrivants, est plus diversifié pour le type d’activité.
Classes d'âges dominantes par cantons Type d'activité dominant par cantons
Cantons
Départements
Aires urbaines 1999
© INSEE-IGN 2001 © INSEE-IGN 2001
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
Structure par âge ActivitéEffectifs des classes Effectifs des classes
par classe en % par classe en %
1 21,0 1 31,5
2 9,1
2 9,7
3 26,2
3 23,24 23,0
6,85 4 5,5
9,46
5 30,27 4,6
1 27,6 1 36,9
2 10,1
2 9,43 31,9
4 22,0 3 13,9
2,55 4 6,5
6 3,5
5 33,47 2,3
22,21 1 = Moins de 15 ans 1 43,6
2 16,2
2 = de 15 à 24 ans3 34,2 2 7,1
4 19,3 1 = Actifs ayant un emploi3 6,73 = de 25 à 39 ans
5 1,8 4 2 = Chômeurs 9,24 = de 40 à 59 ans6 3,2
53,1 33,57 5 = de 60 à 64 ans
3 = Anciens actifs
6 = de 65 à 74 ans1 15,5 1 40,74 = Elèves, étudiants,26,02 7 = 75 ans ou plus 2 8,73 36,5 stagiaires non rémunérés
4 15,9 3 5,25 = Moins de 15 ans
5 1,3
4 ou autres inactifs 23,46 2,4
2,47 5 22,0
0 5 000 10 000 15 000 20 000 25 000 30 000 35 000 0 10 000 20 000 30 000 40 000
La cohorte des nouveaux arrivants de la classe 1 est celle dont la propor- Les cantons de la classe 1 sont les cantons d’accueil de 46% des nou-
tion d’anciens est la plus importante. Ces cantons contiennent en veaux arrivants retraités. Les actifs ayant un emploi venant y résider ne
moyenne 21% de personnes de plus de 60 ans alors qu’ils ne sont pas plus sont que 21%. Les entrants chômeurs en 1999 y sont près de 10%.
de 8% dans les trois autres classes. Les nouveaux arrivants des cantons des classes 2, et plus encore 3, sont
Les classes 2, 3, 4 se différencient essentiellement par la proportion d’en- majoritairement des actifs ayant un emploi et des moins de 15 ans ou
trants de 15-24 ans, 25-39 ans et 40-59 ans. inactifs. Ce sont les chômeurs (9% dans la classe 2,7% dans la classe 3) et
Les 15-24 ans passent de 10 à 16 puis 26% de la classe2àla classe 4. surtout les retraités (14 et 6%) qui distinguent ces deux classes.
Les 25-39 ans sont encore crescendo avec 32 puis 34 et enfin 37%. Les cantons de la classe 4 se caractérisent par un nombre réduit d’actifs mais
Enfin les 40-59 ans sont en proportion décroissante, 22 puis 19 et 16%. une proportion importante d’étudiants, 42% de ces derniers y résident.
Méthodologie
Ces résultats ont été obtenus après classification ascendante hiérarchique, consolidés par la méthode des centres mobiles. Le nombre de classes a été fixé
à quatre pour concilier la clarté des propos et une bonne différenciation des ensembles représentés.
oN 96
JUILLET 2001
Classe 4 Classe 3 Classe 2 Classe 1
53 013 49 388 93 977 132 736
Classe 4 Classe 3 Classe 2 Classe 1
60 510 97 492 81 321 89 791

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.