Migrations résidentielles en Lorraine : 7 profils-types du nouvel arrivant

De
Publié par

Entre 2003 et 2008, la Lorraine a enregistré l’arrivée de 119 000 personnes. L’Alsace et la Champagne-Ardenne, régions limitrophes, ainsi que l’Ile-de-France, mais aussi l’étranger, sont les principales origines de ces migrants. Sept profils-types du nouvel arrivant se dégagent. Étudiant de 18-22 ans en provenance du Nord-Est, d’Ile-de-France ou de l’étranger, il s’installe en centre-ville de Nancy ou de Metz. Jeune couple avec enfants, originaire d’un département voisin, il choisit la zone d’emploi de Nancy ou de Metz s’il est cadre et vient du Bas-Rhin ou de la Marne ; les zones d’emploi de Sarrebourg, Sarreguemines, Saint-Dié-des-Vosges ou Bar-le-Duc s’il est ouvrier et vient du Haut-Rhin ou de Haute-Marne. Militaire, voire policier, il séjourne dans une ville de garnison. Allemand, Belge, voire Luxembourgeois, il habite près de son pays natal, où il travaille. Actif diplômé du supérieur attiré par le travail frontalier, il est francilien, champardennais ou alsacien, mais a des attaches lorraines. Étranger du Maghreb ou de Turquie, il vient aussi désormais plus souvent d’Afrique noire, d’Europe de l’Est, du Portugal, voire de Chine. Préretraité ou retraité, il revient dans son département de naissance. Sommaire Ile-de-France, Alsace, Champagne-Ardenne et étranger Études, emploi, retraite et attaches lorraines Étudiants du Nord-Est, d’Ile-de-France, de l’étranger Jeunes couples avec enfants, alsaciens, marnais et haut-marnais Militaires et policiers Allemands, Belges, et Français du Luxembourg Travailleurs frontaliers Africains, Européens et Turcs Retraités ou préretraités, lorrains de naissance L’attractivité : élément-clé du futur de la région Ile-de-France, Alsace, Champagne-Ardenne et étranger Études, emploi, retraite et attaches lorraines Étudiants du Nord-Est, d’Ile-de-France, de l’étranger Jeunes couples avec enfants, alsaciens, marnais et haut-marnais Militaires et policiers Allemands, Belges, et Français du Luxembourg Travailleurs frontaliers Africains, Européens et Turcs Retraités ou préretraités, lorrains de naissance L’attractivité : élément-clé du futur de la région
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 42
Tags :
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°
Migrations résidentielles en Lorraine :274N
Entre 2003 et 2008, la Lorraine a enregistré l’arrivée de 119 000 personnes.
Philippe DEBARD
L’Alsace et la Champagne-Ardenne, régions limitrophes, ainsi que l’Île-de-France,
mais aussi l’étranger, sont les principales origines de ces migrants. Sept profils-
types du nouvel arrivant se dégagent. Étudiant de 18-22 ans en provenance
du Nord-Est, d’Île-de-France ou de l’étranger, il s’installe en centre-ville de Nancy
ou de Metz. Jeune couple avec enfants, originaire d’un département voisin,
il choisit la zone d’emploi de Nancy ou de Metz s’il est cadre et vient du Bas-
Rhin ou de la Marne ; les zones d’emploi de Sarrebourg, Sarreguemines,
Saint-Dié-des-Vosges ou Bar-le-Duc s’il est ouvrier et vient du Haut-Rhin ou
de Haute-Marne. Militaire, voire policier, il séjourne dans une ville de garnison.
Allemand, Belge, voire Luxembourgeois, il habite près de son pays natal, où il
travaille. Actif diplômé du supérieur attiré par le travail frontalier, il est francilien,
champardennais ou alsacien, mais a des attaches lorraines. Étranger du Maghreb
ou de Turquie, il vient aussi désormais plus souvent d’Afrique noire, d’Europe
de l’Est, du Portugal, voire de Chine. Préretraité ou retraité, il revient dans son
département de naissance.
Les dernières estimations provisoires de sein de la France métropolitaine par rapport à la
population fixent à 2 354 875 le nombre d’habi- décennie 1990, ces flux de population illustrent
ertants en Lorraine au 1 janvier 2011 et confir- une mobilité accrue des Lorrains, comme des
ment la persistance d’un solde migratoire annuel Français. De fait, les nouveaux résidents pré-
négatif avec les autres régions de France. sents depuis moins de cinq ans représentent
5% de la population régionale.Cela n’empêche pas la Lorraine d’enregistrer
au cours de la période 2003-2008, l’arrivée de
Île-de-France, Alsace,119 000 nouveaux résidents, à savoir 89 000 en
Champagne-Ardenne et étrangerprovenance d’autres régions de France métro-
politaine, 2 000 en provenance des départe- Entre 2003 et 2008, les échanges de population
ments et collectivités locales d’outre-mer, et les plus importants se sont faits avec l’Île-de-
28 000 de l’étranger, quand 115 000 personnes France (près de 32 000 arrivées ou départs), l’Alsace
ont fait le chemin inverse vers le reste de (30 000) et la Champagne-Ardenne (20 000). Sui-
l’Hexagone et 2 000 vers l’outre-mer (1). Avec vent Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur
une augmentation en moyenne annuelle de (16 000 flux chacune), puis la Franche-Comté
27% des arrivées et de 16% des départs au (10 000). Par ailleurs, 28 000 personnes venant
(1) Les résultats du recensement permettent de connaître le nombre et la qualité des flux résidentiels pour les
échanges de population sur le territoire français et les arrivées en provenance de l’étranger. En revanche, les sor-
ties du territoire national restent inconnues car elles échappent par nature à l’opération de recensement.
Vde l’étranger se sont installées dans migrations. Ainsi, 14% des échanges gagne des habitants qu’avec la
la région durant cette période, sans se font avec l’Île-de-France, 21% Champagne-Ardenne (3 200), dont
que l’on connaisse le nombre de cel- avec les sept départements limitro- la Haute-Marne (1 400), la Marne
les qui ont fait le chemin inverse. phes (Ardennes, Marne, Haute-Marne, (900) et les Ardennes (800), le Nord-
Haute-Saône, Territoire de Belfort, Pas-de-Calais (1 200) et de manièreL’analyse plus détaillée des flux ré-
Haut-Rhin et Bas-Rhin), et 4% avec les moindre la Picardie (300). Elle envèle qu’au final, c’est bien l’attraction
trois pays frontaliers (Allemagne, Bel- perd en revanche avec l’Île-de-de la région parisienne, la proximité
gique et Luxembourg). France (3 000), l’Aquitaine (3 300), legéographique et l’attrait des métropo-
Languedoc-Roussillon (3 600), lales du Sud qui continuent d’influer le Dans ce jeu des migrations, la Lor-
Provence-Alpes-Côte d’Azur (3 800),plus nettement sur l’importance des raine, comme par le passé, ne
et Rhône-Alpes (4 600).
Solde migratoire positif avec la Champagne-Ardenne,
Études, emploi, retraitele Nord-Pas-de-Calais et la Picardie
et attaches lorraines
Échanges de population de 5 ans et plus entre la Lorraine et les autres régions de France et
Les motivations des personnes quil'étranger (non compris les départs vers l'étranger) entre 2003 et 2008
arrivent dans la région ou qui la quit-
tent sont difficiles à appréhender à
partir du recensement de la popula-
tion. Et surtout, celui-ci nous ren-
seigne sur la situation de ces
personnes au moment du recense-
ment, et non au moment de la mi-
gration, qui a eu lieu dans les cinq
années précédentes.
Sept profils principaux se dégagent,
qui regroupent la moitié des arri-
vants dans la région. Le change-
ment de domicile de ces migrants
répond aux grandes étapes de la
Départements et
vie : la poursuite d’études supérieu-collectivités d’Outre-Mer
res dans une grande ville, l’accès à
l’emploi par-delà les frontières régio-
Étranger (hors Allemagne,
Belgique et Luxembourg) nales voire nationales, l’évolution de
la carrière professionnelle, le rap-
Arrivées en Lorraine prochement entre lieu de domicile et
18 000
lieu de travail, le désir d’accéder à la
6 000
propriété individuelle en périphérie
Départs de Lorraine
des villes, l’attrait de l’Hexagone
18 000
pour les migrants étrangers, et enfin6 000
le choix du lieu de résidence quand
sonne l’heure de la retraite. Et dans
la région, ces causes semblent deSource : Insee, recensement de la population 2008
plus se concilier avec une constante
assez forte, mélange d’attaches fa-Davantage d'arrivées, mais aussi de départs
milales et de racines lorraines.
Mouvements annuels de la population âgée de 5 ans et plus entre la Lorraine
et les autres régions de France métropolitaine
Étudiants du Nord-Est, d’Île-
25 000 de-France, de l’étranger
Arrivées
La Lorraine dispose, avec ses uni-20 000
Départs
versités, écoles d’ingénieurs et au-
15 000 Solde
tres établissements d’enseignement
10 000 supérieur, d’un atout indéniable
pour attirer des jeunes d’autres ré-5 000
gions. Ainsi, sur les quelque 70 000
0
étudiants de 18 à 22 ans recensés
-5 000 en 2008, près de 10 000 (soit 14%)
sont arrivés d’une autre région ou-10 000
1990-1999 2003-2008 de l’étranger au cours des cinq an-
nées précédentes. Ces étudiants re-
présentent 8% des nouveauxSources : Insee, recensements de la population 1999 et 2008
2
IGN - Insee 2012résidents en Lorraine. Cela explique mitrophes, du Bas-Rhin et du lement à un choix purement rési-
en grande partie que ce groupe Haut-Rhin à l’est (pour 7 200 et 2 100 dentiel, car 40% à 50% continuent
d’âge soit le seul pour lequel le d’entre eux) ; de la Marne et de la de travailler en Alsace ou en
nombre d’arrivants dans la région Haute-Marne à l’ouest (pour 2 400 et Champagne-Ardenne.
est supérieur à celui des partants. 2 500 autres). Parmi ceux qui ont un emploi, 34%
La Champagne-Ardenne fournit le Leur choix de résidence s’est porté sont des professions intermédiaires,
contingent le plus nombreux (1 400 principalement sur les deux départe- 24% des employés, 20% des cadres et
arrivants), devant l’Île-de-France et ments lorrains les plus peuplés et professions intellectuelles supérieures,
l’Alsace (1 100 chacune), la Franche- les plus urbains, à savoir la Moselle 18% des ouvriers et 4% des artisans et
Comté (700) et Rhône-Alpes (550). et la Meurthe-et-Moselle, notam- chefs d’entreprise. Mais ce profil di-
Mais 2 000 étudiants sont égale- ment les zones d’emploi de Metz et verge suivant leur origine et leur nou-
ment arrivés d’un pays étranger, no- de Nancy qui en ont accueilli 2 300 veau lieu de résidence. Ainsi, la part
tamment du Maroc (280), et 3 000. Mais les zones d’emploi de des cadres atteint 36% s’ils viennent
d’Allemagne (270), du Luxembourg Sarrebourg, Sarreguemines et du Bas-Rhin et s’installent dans les zo-
(220) et de Chine (180). Dans ce Saint-Dié-des-Vosges ont égale- nes d’emploi de Metz ou de Nancy.
dernier cas, ils représentent même ment été prisées par 1 800, 1 000 et Elle n’est que de 5% s’ils viennent de
un tiers des nouveaux résidents chi- 1 100 arrivants, en grande majorité Haute-Marne et s’installent dans la
nois en Lorraine. du Bas-Rhin, qui ont alors privilégié zone d’emploi de Bar-le-Duc. De
une installation dans les cantons de même, la part des ouvriers est de 22%Le choix de résidence des étudiants
Phalsbourg, Sarrebourg et Bitche. s’ils viennent du Haut-Rhin ou dede 18 à 22 ans se porte naturelle-
Cette localisation motivée par une Haute-Marne, et monte à 25% et 30%ment au plus proche des pôles d’en-
proximité géographique au plus près s’ils s’installent dans les zones d’emploiseignement supérieur, à savoir en
de la région d’origine se retrouve de Saint-Dié-des-Vosges et de Sarre-premier lieu Nancy, puis Metz. L’ag-
dans la Meuse, première destination guemines. Ces caractéristiques reflè-glomération nancéienne en a accueilli
des migrants haut-marnais de cet tent en grande partie la structure de6 200 (soit 63%), dont 4 200 dans la
âge vers la Lorraine. En cinq ans, l’emploi dans chacun des territoiresseule cité ducale, les autres choisis-
1 000 s’y sont installés, dont 800 concernés.sant de résider principalement à Van-
dans la zone d’emploi de Bar-doeuvre-lès-Nancy, Laxou, Villers- Militaires et policiersle-Duc, et plus précisément dans lelès-Nancy et Maxéville. L’aggloméra-
canton d’Ancerville. La tradition militaire de la Lorraine setion messine en a accueilli 1 800 (soit
retrouve dans la lecture des migra-
18%), dont 1 500 dans la ville-centre Pour beaucoup, la mobilité géogra-
tions récentes. Entre 2003 et 2008,et près de 100 autres à Longe- phique est étroitement liée à l’acti-
ce sont 6 300 militaires ou policiersville-lès-Metz. Suivent, mais loin der- vité professionnelle : parmi les
qui sont arrivés dans la région. Cetterière, les agglomérations spinalienne actifs de ce groupe, 80% de ceux
population est fortement masculine(500 arrivées), déodatienne (130)et qui ont un emploi l’exercent en Lor-
(85%), très jeune (la moitié d’entre euxthionvilloise (110). raine. Leur déménagement est
ont moins de 27 ans) et majoritairementdonc l’occasion de se rapprocherLorsqu’un étudiant vient du reste composée de célibataires (65%).de leur lieu de travail. Toutefois,de la France, il choisit plus sou-
pour ceux qui se sont installés Tous ont la particularité d’occupervent le pôle universitaire nancéien.
dans les zones d’emploi de Sarre- un emploi, ce qui en fait la premièreMais cela est un peu moins vrai
bourg, Sarreguemines et Bar-le- catégorie sociale des actifs occupéslorsqu’il vient de l’étranger, notam-
Duc, la mobilité peut répondre éga- nouvellement arrivés en Lorraine,ment des États-Unis où la petite
centaine d’arrivants a surtout opté
18-22 ans, nettement plus d'arrivées que de départspour le pôle messin. La présence
dans les agglomérations de Nancy et Metzde Georgia Tech en fournit peut-
Impact par âge des migrations avec le reste de la France entre 2003 et 2008être l’explication.
%
100
Jeunes couples
Agglomération de Nancy
80avec enfants, alsaciens, de Metz
60marnais et haut-marnais
Lorraine
40
Un deuxième groupe d’un peu plus
20de 14 000 migrants arrivés en Lor-
raine entre 2003 et 2008 est consti- 0
tué de familles avec enfants dont les
-20
parents ont moins de 40 ans (2). Ils
-40
5 10 15202530354045 5055606570 75808590 Âgearrivent de quatre départements li-
Guidedelecture:
Impact des migrations par âge : solde migratoire d'un territoire avec le reste de la France, rapporté à la population qui aurait été celle
(2) à l’exclusion des étudiants de 18 à 22
de 2008 en l'absence de migrations.
ans, des militaires et policiers, et des ac- Exemple : dans l'agglomération de Nancy, le solde des migrations (arrivées/départs) a fait augmenter de 96% les effectifs des personnes
de 20 ans.tifs ayant un emploi en Allemagne, en
Source : Insee, recensement de la population 2008Belgique ou au Luxembourg
3tous âges et origines confondus, quels elle partage une histoire et dé- 19% de Luxembourgeois pour 54%
nettement devant les professions in- sormais une économie commune, la de Français et 11% de Portugais.
termédiaires administratives d’entre- Lorraine a enregistré, entre 2003 et Pour tous, la raison majeure semble
prises (4 300 arrivants), les cadres 2008, l’arrivée de 2 000 personnes liée à un choix résidentiel, dû au
techniques d’entreprises (3 700), les venant de Belgique, de 2 800 du moindre coût de l’immobilier côté
agents de service de la fonction pu- Luxembourg et de 4 600 d’Alle- français, qui permet d’habiter près de
blique (3 400) et les employés admi- magne (3). Par rapport à la dé- son travail situé de l’autre côté de la
nistratifs d’entreprises (3 300). cennie 1990, le nombre annuel frontière. En effet, parmi ces nou-
moyen de migrants de moins de 55En provenance de toutes les ré- veaux venus qui travaillent, 74% ont
ans venant de Belgique est restégions de France, leur localisation en conservé un emploi dans leur pays
stable, quand il a été multiplié parLorraine est assez contingentée et d’origine, quand seulement 26% ont
deux pour ceux venant du Luxem-marquée par l’emplacement des vil- un emploi en France. Cela est surtout
bourg, alors que le flux d’Allemagneles de garnison, où leur impact est vrai lorsqu’ils habitaient auparavant
s’est tari de moitié ou presque.d’autant plus fort que l’aggloméra- au Luxembourg où 84% continuent
tion qui les accueille est petite. Ain- Parmi les migrants de ces trois pays de travailler. Lorsqu’ils viennent de
si, le millier de militaires arrivés et de cet âge qui ont décidé de vivre Belgique, cette proportion chute à
dans l’agglomération de Metz y re- en France, 12% ont élu domicile 40%. Mais les arrivants de Belgique
présente moins de 6% des nou- dans la région. La Lorraine se ré- sont aussi pour 30% d’entre eux des
veaux arrivants. Mais les 200 à 300 vèle même être une terre d’accueil actifs qui travaillent au Luxembourg.
arrivés à Bitche, Commercy ou particulièrement privilégiée par ceux Les zones frontalières de Longwy (4),
Dieuze y constituent 40% à 55% venant du Luxembourg qui ont été Thionville, Forbach et Sarreguemines,
des nouveaux arrivants. Reste que 60% à y élire domicile. et notamment les villages au plus près
l’arrivée de militaires ne fait généra- Ce choix peut paraître motivé par le de la frontière, se placent nettement en
lement pas augmenter la population désir de ne pas trop s’éloigner de tête des lieux de résidence choisis par
locale, car très souvent, ils viennent leur pays d’origine, ce qu’illustrent ces nouveaux arrivants.
remplacer des personnels partants. les arrivées en provenance d’Alle-
magne et de Belgique, composées Travailleurs frontaliers
à 66% de ressortissants de nationa-Allemands, Belges, L’attrait du travail frontalier est éga-
lité allemande ou belge. Mais la mo-et Français du Luxembourg lement à l’origine de la venue de
tivation semble autre pour les
près de 2 700 actifs du reste de la
Région frontalière de la Wallonie, du migrants venant du Grand-Duché,
France (5), qui se sont installés no-
Luxembourg et de la Sarre avec les- parmi lesquels on ne compte que
tamment dans les zones d’emploi
de Longwy et surtout Thionville, soit
Attrait des métropoles, des villes de garnison aux portes du Luxembourg où 90%
et des territoires en bordure de la région
d’entre eux occupent un emploi.
Avec leurs familles, on peut estimerNombre et part des nouveaux arrivants dans la population de 5 ans et plus
par canton en 2008 que la région bénéficie, grâce à ce
phénomène, de l’arrivée d’environ
5 000 habitants supplémentaires.
Ces actifs constitue une population
Montmédy
jeune, où plus de la moitié ont entre
25 et 34 ans, pour un âge moyen de
31 ans. Ils arrivent notamment
Nombre de nouveaux
arrivants d’Île-de-France (23%), d’Alsace (16%)
Metz
Lorraine : 119 000 ou de Champagne-Ardenne (11%).
Bitche
14 000 Plus de 80% ont un emploi dans le
secteur tertiaire. La finance et les as-
3 000
Dieuze1 000 surances, surtout pour les personnes
Commercy venant d’Île-de-France ou d’Alsace, lePhalsbourgNancy
Sarrebourg
commerce, les activités juridiques, les
Ancerville
Part des nouveaux arrivants Vandoeuvre-lès-Nancy
services administratifs et de soutien,dans la population des 5 ans
et plus (%) l’information et la communication,
Lorraine : 5,4
emploient ensemble plus de la moitié
11 et plus d’entre eux.
de9à11
de7à9
(3) personnes de moins de 55 ans, à l’ex-de5à7
clusion des étudiants de 18 à 22 ans, des
de3à5
militaires et policiers
moins de 3
(4) qui comprend 40 communes meu-
siennes, dont la plupart de celles du can-
ton de Montmédy
(5) personnes de moins de 55 ans, à
Source : Insee, recensement de la population 2008 l’exclusion des militaires et policiers
4
IGN - Insee 2012Toutefois, si l’on retient qu’un tiers auparavant, résidaient hors de tamment 4 500 personnes venant du
d’entre eux sont nés en Lorraine et France. La Lorraine a accueilli seu- Maghreb (Tunisie, Maroc et surtout
un autre tiers dans une de ces trois lement 3% des immigrés nouvelle- Algérie pour moitié). Neuf pays euro-
régions de provenance, on constate ment installés en France, mais leur péens proches (Belgique, Luxembourg,
que les possibilités d’emploi offertes venue participe au rajeunissement Suisse, Pays-Bas, Espagne, Italie, Alle-
par le travail frontalier restent assez de la population régionale. Leur âge magne, Royaume-Uni et surtout Portugal
méconnues, ou non recherchées, moyen approche 31 ans, comme pour un quart) en apportent 3 700 au-
au-delà du nord-est de la France. celui des migrants venus du reste tres. D’Arménie et de quatre pays
L’explication tient peut-être à un dé- de la France, contre près de 43 ans d’Europe de l’Est (Ukraine, Bosnie, et
classement professionnel, qu’un sa- pour les résidents de plus longue surtout Serbie et Russie pour un tiers cha-
laire supérieur ne compense qu’en date. Les migrants en provenance cune) sont arrivées 1 900 personnes
partie : alors que 18% de ces actifs de l’étranger qui ont choisi la Lor- ayant ce profil, ainsi que 1 300 de
eront un diplôme de 1 cycle universi- raine sont surtout originaires d’au- Turquie. Enfin, cinq pays d’Afrique
èmetaire et 57% un diplôme de 2 ou tres pays européens (57%)ettrès (Gabon, Côte-d’Ivoire, Madagascar, Ca-
ème3 cycle, seuls 31% déclarent oc- majoritairement de l’Union euro- meroun et Sénégal) complètent ce
cuper un emploi de cadre supérieur. péenne à 27, de pays africains groupe avec 1 200 migrants venus
(26%)oudeTurquie(5%). Au total, s’installer en Lorraine.
Africains, Européens ces nouveaux venus arrivent de 135
pays différents, mais 86% de 27 Retraités ou préretraités,et Turcs
pays seulement. lorrains de naissancePrès d’une personne sur quatre ins-
tallée dans la région entre 2003 et Parmi eux, se détache un groupe La fin de la carrière professionnelle
2008 vient de l’étranger. En 2008, la constitué d’adultes en âge de travail- et le début de la retraite correspon-
Lorraine compte ainsi un peu plus ler et de leurs enfants (6), qui compte dent au moment où certains choisis-
de 28 000 habitants qui, cinq ans 12 600 personnes. Il comprend no- sent un nouveau lieu de résidence
pour leurs vieux jours.
28 000 arrivées de l’étranger Près de 5 000 personnes âgées de
55 à 64 ans recensées en LorraineNombre d’arrivées en Lorraine
en 2008 sont venues s’y installer auUnion européenne à 27 13 991
cours des cinq années précédentesdont : Allemagne 4 845
Luxembourg 3 057 (7). Elles arrivent principalement
Belgique 2 113 d’Île-de-France (1 100 migrants)ou
Portugal 926 d’Alsace (900), et à un degré
Royaume-Uni 533
moindre de Champagne-Ardenne
Espagne 449
(500) et Provence-Alpes-Côte d’Azur
Italie 447
(400). Si un quart de ces nouveauxPologne 361
résidents sont encore en emploi, laRoumanie 334
moitié d’entre eux ont cessé leur ac-Pays-Bas 331
Europe de l’Est 1 848 tivité professionnelle. Parmi ces re-
dont : Russie 630 traités ou préretraités, les anciens
Serbie 597 employés sont les plus nombreux
Bosnie 221 (800), devant ceux qui occupaient
Ukraine 200
des professions intermédiaires (700)
Autres pays d’Europe 312
ou des postes d’ouvriers (500).
dont : Suisse 296
Quant aux anciens cadres, on enEUROPE 16 150
dénombre peu (300).MOYEN-ORIENT 2 247
dont : Turquie 1 362 Mais à cet âge, le taux de migration
Arménie 272
vers la Lorraine reste faible : moins de
AFRIQUE 7 420
2% des personnes de 55-64 ans qui
dont : Algérie 2 603
ont changé de région de résidence ont
Maroc 1 857
opté pour la Lorraine, soit une propor-Tunisie 431
tion nettement inférieure à celle du sudSénégal 392
Cameroun 351 ou de l’ouest de la France (10% en Pro-
Madagascar 288 vence-Alpes-Côte d’Azur et Langue-
Côte-d’Ivoire 235 doc-Roussillon, 9% en Bretagne, 8% en
Gabon 199
Aquitaine). L’héliotropisme et la mer
ASIE (y compris Asie centrale) 1 173
semblent constituer des éléments dé-
dont : Chine 529
AMÉRIQUES 1 146
(6) à l’exception des étudiants de 18 à 22
dont : États-Unis 436
ans, des personnes de moins de 55 ans
OCÉANIE 27
venant d’Allemagne, de Belgique et du
ENSEMBLE 28 163 Luxembourg, des militaires et policiers
Source : Insee, recensement de la population 2008 - exploitation complémentaire (7) hors individus arrivés de l’étranger
5terminants, ce qu’illustre le choix des à horizon 2030, ce qui entraîneraitSavoir plus :
6 500 personnes du même âge qui ont une baisse de sa population.
quitté la Lorraine (16% vers la Pro- Pour contredire ce scénario, il faudrait
- «Les étudiants lorrains : un défi : le vence-Alpes-Côte d’Azur et 15% vers le que les arrivées soient plus nombreu-
renforcement de l’attractivité», Éco- Languedoc-Roussillon). ses que les départs, que le solde mi-nomie Lorraine n°272, décembre
Dès lors, de quels atouts la Lorraine gratoire dégage (enfin) un excédent.2011.
a-t-elle pu disposer pour toutefois C’est tout l’enjeu que représente l’at-- «Migrations résidentielles : la Lor-
raine peu attractive pour les jeunes ac- séduire ces quelque 5 000 mi- tractivité pour le futur de la région et
tifs qualifiés», Économie Lorraine grants ? De nombreux critères pro- toute la réflexion autour des actions à
n°179, juillet 2009.
pres à chacun sont sans nul doute mettre en œuvre, pour continuer à
entrés en ligne de compte, sans que séduire ces sept publics identifiés qui
Site internet :
le recensement de la population ne choisissent de s’installer en Lorraine,
- www.insee.fr
puisse les aborder. L’analyse du lieu ou plus difficile peut-être, autour des
de naissance des individus concer- actions à inventer pour tenter d’en sé-
nés révèle cependant que 42% duire d’autres.
d’entre eux sont nés dans la région.
Ainsi, la spécificité de la région à
Pour beaucoup, il s’agit donc d’un
faire venir des étudiants reposeMigrations résidentielles attachement à ses racines que tra-
sur la capacité de ses pôles d’en-
duit un retour au pays natal. On
Changements de lieu de résidence seignement supérieur, dont la
peut même dire au département na-entre deux recensements. La rési- toute nouvelle Université de Lor-
tal, pour les Meusiens, Mosellans etdence antérieure est celle déclarée
raine, à maintenir un enseigne-
par l’enquêté au 1er janvier cinq ans Vosgiens qui choisissent à 80% leur
ment de qualité. Et elle sous-auparavant. Les migrations résiden- département de naissance.
tielles ne prennent pas en compte les entend des problématiques parti-
Ces nouveaux venus ont moins sou-migrations intermédiaires, tels qu’un culières en termes de présence et
changement de domicile à l’intérieur vent opté pour une installation en d’accès à des logements de taille
de la même commune, ni un ou plu- milieu urbain que les migrants plus et loyer adaptés à Nancy et à
sieurs changements de domicile
jeunes ou plus âgés (66%, contre Metz. Mais, au vu des départs desdans cette période de cinq ans.
80% chez les moins de 55 ans et 76% 23-29 ans, peut-on se cantonner àElles excluent également les enfants
chez les 65 ans et plus). Et lorsqu’ils ce rôle reconnu de formateur aude moins de cinq ans car ils n’étaent
se sont installés en ville, ils ont da-pas nés lors du recensement précé- bénéfice d’autres régions ?
dent et n’ont donc pas migré. vantage privilégié les pôles urbains
La venue de jeunes couples avec en-de taille moyenne ou petite.
fants reste conditionnée à l’évolution
du marché du travail, dont l’emploiL’attractivité : élément-
ouvrier dans les quatre zones d’em-clé du futur de la régionMinistère de l’Économie,
ploi de Bar-le-Duc, Sarrebourg, Sar-de l’Industrie et de l’Emploi
Dans un contexte de mobilité reguemines et Saint-Dié-des-Insee
accrue, notamment en direction deInstitut National de la Statistique Vosges. Et ce alors même que la pré-
la Méditerranée et de l’Atlantique,et des Études Économiques sence militaire est mise à mal par le
Direction Régionale de Lorraine par le jeu des seules migrations in- plan national de restructuration de la
15, rue du Général Hulot terrégionales, la Lorraine a perdu Défense. Maintenir ou mieux encoreCS 54229
25 000 habitants entre 2003 et 2008.54042 NANCY CEDEX développer l’emploi local apparaît
Tél : 0383918585 Si ce déficit est moins élevé en bien comme une autre priorité.
Fax: 0383404561 rythme annuel qu’au cours de la dé-
www.insee.fr/lorraine L’installation de ressortissants alle-cennie 1990, il trahit le manque d’at-
mands, belges et luxembourgeois,DIRECTEUR DE LA PUBLICATION tractivité persistant de la région, car
Christian TOULET voire de Français d’autres régions,si les arrivées ont été plus nombreu-
Directeur régional de l’Insee dépend de l’évolution de l’emploi fron-ses, les départs l’ont été également.
COORDINATION RÉDACTIONNELLE talier, notamment au Grand-Duché.
Région encore jeune, où le nombre
Bertrand KAUFFMANN Garantir un accès à ce marché du
de naissances est supérieur à celuiJean-Jacques PIERRE travail extérieur s’avère vital pour le
des décès, la Lorraine devrait pour-
RESPONSABLE ÉDITORIALE Nord lorrain qui possède, avec le
tant dans un avenir assez proche voir
ET RELATIONS MÉDIAS Luxembourg et Sarrebruck, deux pô-
cet équilibre remis en question sousBrigitte VIENNEAUX les d’emploi puissants à ses portes.
le double effet d’une fécondité des
RÉDACTRICE EN CHEF
Enfin, les communes rurales quiLorraines inférieure à celle des Fran-Agnès VERDIN
ont séduit les jeunes seniors doi-çaises et du vieillissement général de
RÉALISATION DE PRODUITS vent veiller à leur garantir un accèssa population. L’excédent naturel,
ÉDITORIAUX aux équipements, notamment deseul moteur de sa (légère) croissance
Édith ARNOULD
santé, tout en étant conscientes dudémographique, devrait s’amenuiserMarie-Thérèse CAMPISTROUS
fait qu’ils contribuent aussi à leurpour, selon le scénario tendanciel de
ISSN : 0293-9657
vieillissement.projection de population, devenir nul© INSEE 2012
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.